29 novembre 2011

Le Mois des Âmes du Purgatoire

Le Mois des Âmes du Purgatoire

 948_001

Trentième jour

Les âmes du purgatoire s'efforcent d'obtenir le salut éternel de leurs bienfaiteurs

 

Méditation

 

Si les âmes encore prisonnières dans le purgatoire demandent et obtiennent beaucoup de grâces, combien plus leur intercession ne sera-t-elle pas efficace quand elles régneront dans la gloire du paradis ! Elles ne seront pas comme l'ingrat échanson de Pharaon qui, sorti de la prison et rétabli à la cour, oublia, dans les enivrements de la fortune, le malheureux Joseph qui avait interprété son rêve. Le sentiment de leur gratitude se perfectionne et s'accroît à mesure que leur état devient plus parfait et plus sublime, et quand elles sont dans le ciel plus rapprochées de Dieu et pénétrées d'une charité plus ardente, elles ne cessent de prier pour nous, jusqu'à ce qu'elles aient obtenu pour leurs bienfaiteurs la félicité temporelle et spirituelle. Qui ne désirerait d'envoyer en paradis un grand nombre d'intercesseurs si puissants? La première grâce que ces âmes demanderont en arrivant au ciel comme nos ambassadrices, sera le salut éternel de leurs bienfaiteurs. « Grand Dieu, diront-elles prosternées devant le trône du Très-Haut, soyez miséricordieux pour ceux qui ont eu pitié de nous. Ils nous ont délivrées des chaînes brûlantes du purgatoire, dégagez-les des liens insupportables du péché. Ils nous ont ouvert les bienheureuses portes du paradis, ouvrez-leur la voie pour venir à nous. Refuserez-vous d'admettre dans ce royaume ceux qui ont tout fait pour nous y faire entrer plus tôt? Priverez-vous de votre vision béatitique ceux qui nous ont conduites aux délices que nous goûtons dans votre sein? Ne sauverez-vous pas ceux qui nous ont délivrées? Ah! très-doux Seigneur, puisque vous mettez votre complaisance en nous, vos filles et vos épouses, accordez-nous ces âmes pour lesquelles notre reconnaissance vous prie avec tant d'ardeur ». C'est le sentiment commun des Pères et des docteurs que ceux qui s'intéressent vivement aux âmes du purgatoire ne périront pas. O sort heureux! ô sûreté désirable! Sort et sûreté que nous devrions acheter, fût-ce par l'abandon de tout ce que nous possédons. Notre-Seigneur Jésus-Christ disait: « Avec votre fortune faites-vous à présent des amis, qui, au moment de votre mort, vous reçoivent dans les tabernacles éternels ». Ces amis sont les pauvres, mais tous les pauvres de ce monde n'entrent pas dans les tabernacles éternels, tandis que les âmes du purgatoire, qui sont les plus misérables des pauvres et qui sont sûres d'entrer dans la gloire, seront heureuses, quand nous leur aurons ouvert le ciel, de nous y recevoir et de jouir éternellement avec nous de la vue de Dieu. Elles viendront au devant de nous avec la milice céleste, elles formeront notre escorte et notre couronne, et nous conduiront en triomphe jusqu'au trône de l'Éternel, où nous recevrons la récompense de notre généreuse charité. Quel cœur ne se sent pas ému en pensant à une fin si heureuse? qui ne cherchera tous les moyens de pratiquer une dévotion si avantageuse? Ah! ne l'abandonnons jamais, appliquons-nous-y toujours davantage; nous y sommes trop intéressés!

 

Prière

 

Oui, Seigneur, un intérêt universel engage nos cœurs à la dévotion aux âmes du purgatoire: intérêt sur la terre, puisqu'elle nous préserve de presque tous les maux, nous comble de presque tous les biens, et rend heureux les jours de notre vie; intérêt dans le purgatoire, puisqu'elle nous assure la reconnaissance de ces saintes âmes, nous prépare beaucoup de suffrages, et abrège pour nous ces redoutables châtiments; intérêt pour le ciel, puisqu'elle nous y acquiert des intercesseurs puissants, touche votre cœur miséricordieux en notre faveur, et assure l'affaire si importante de notre salut éternel. Excités par de si grands intérêts, quel ne devra pas être notre zèle ! Nous voulons, Seigneur, qu'il soit ardent et persévérant; nous voulons qu'il efface toutes les négligences dont nous avons pu nous rendre coupables envers ces saintes âmes; qu'il nous fasse, à l'avenir, remplir tous les devoirs généraux ou particuliers que nous imposent à l'égard du purgatoire la nature, la religion, la patrie, le sang, l'amitié, les bienfaits reçus. Point de considération qui nous arrête, point de difficulté qui nous rebute, point de langueur qui nous refroidisse; rien en un mot, ne pourra nous distraire de cette pieuse entreprise. La dévotion pour le purgatoire sera l'âme de notre foi, l'objet le plus cher de notre charité, l'œuvre la plus habituelle de notre vie. Telle est la résolution par laquelle nous terminons les exercices de cette sainte dévotion. Anges et bienheureux du ciel, très-sainte Vierge, et vous, ô Jésus! notre rédempteur, qui vous plaisez tant à voir les âmes recouvrer leur liberté, demandez et donnez-nous la force et la vertu d'y être fidèles et d'employer toujours les moyens si efficaces de grâce et de justice que nous fournissent la religion et l'Eglise. Que l'Eglise du ciel s'unisse à celle de la terre pour soulager l'Eglise souffrante qui ne peut s'aider elle-même et à qui Dieu, malgré le désir de sa miséricorde, ne vient pas d'ordinaire directement en aide dans l'économie actuelle de sa Providence. Qu'elle soit soulagée cette malheureuse Eglise qui le mérite si bien par sa sainteté, par ses longues souffrances, par son héroïque résignation; qu'elle soit soulagée des peines si cruelles du dam, du remords,du feu; de cet état déplorable, en un mot, que la raison et la foi nous dépeignent sous les plus sombres couleurs. Seigneur, exaucez la voix de tout l'univers: le ciel, le purgatoire et la terre vous prient pour ces âmes désolées, exaucez-les et rendez ces infortunées éternellement heureuses en les admettant dans votre gloire. Ainsi soit-il!

 

Exemple

 

Le moment de la mort est le plus dangereux pour le chrétien, parce qu'alors les ennemis infernaux accourent pour le perdre. Un personnage qui avait passé toute sa vie dans la pratique de toutes les Vertus et particulièrement de la charité pour les âmes du purgatoire, fut assailli avec fureur à ses derniers instants par le démon qui le voyait sur le point de lui échapper. Il semblait que l'abîme tout entier conjuré contre lui l'entourât de ses infernales cohortes. Le moribond opposait une vigoureuse résistance, et cette lutte de l'âme le fatiguait et le faisait souffrir plus que la douleur corporelle. Heureusement que, par ses suffrages multipliés, il avait envoyé en paradis un grand nombre d'âmes qui, voyant leur bienfaiteur engagé dans un si redoutable combat, ne se contentèrent pas de demander pour lui au Seigneur une abondance de grâces qui pût le faire triompher, mais obtinrent de venir le conforter et le consoler par leur présence dans cet instant décisif. Elles descendent du ciel: quelques-unes se précipitent sur les esprits mauvais et les mettent en fuite; d'autres entourent à rangs pressés le lit du moribond pour le défendre; d'autres enfin se tournent vers lui pour l'encourager. II pousse alors un profond soupir, et, transporté par les consolations qui l'inondent, il s'écrie: « Qui êtes vous, de grâce, vous qui me faites tant de bien? » Et elles lui répondent: « Nous sommes des habitants du Ciel que vos suffrages ont conduits à la béatitude; nous sommes venus ici pour reconnaître votre compassion, pour vous conduire de la mort à la vie, de la lutte au triomphe, de ce lieu d'angoisses à la possession de l'éternelle félicité ». A cette heureuse nouvelle un sourire éclaire le visage du moribond qui, cédant à la joie plus qu'à la maladie, ferme les yeux à la lumière du jour: il expire, et sa figure garde comme un reflet des joies du paradis: son âme, blanche comme la colombe, en se présentant au souverain juge, trouva autant de protecteurs et d'avocats qu'il y avait d'esprits célestes à l'escorter, et, reconnue digne de la gloire éternelle, elle y entra comme en triomphe au milieu des bénédictions de ces âmes reconnaissantes, qui ne se lassaient pas d'exalter sa pieuse compassion. Ainsi serons nous traités si jusqu'à la mort nous sommes fidèles à prier pour les âmes du purgatoire.

 

Récitons à l'intention des fidèles trépassés cinq Pater, Ave et Requiem, en mémoire de la passion de Notre Seigneur Jésus-Christ; supplions le Père éternel d'avoir pitié de leurs âmes en vue du sang répandu par son divin Fils, et, pour cela, répétons cinq fois l'oraison jaculatoire: « Miséricorde, ô Père Eternel, par le Très Précieux Sang de Jésus-Christ ». Puis, réciter un Notre Père, un je Vous salue Marie et un Requiem aeternam.

 

Suffrage

Pour appliquer plus promptement aux défunts la vertu purifiante du sang de Jésus-Christ, unissons-nous par une sainte ligue dans le but de recueillir le plus possible de suffrages a leur intention

 

La Vénérable Mère Françoise du Saint-Sacrement, Carmélite déchaussée, montra tant de zèle pour les âmes du purgatoire, qu'elle vint à bout d'établir avec ses religieuses et avec les personnes qui la visitaient une association de prières et d'exercices pieux à l'avantage des défunts, afin d'en délivrer le plus possible des peines où elles gémissent. Voici le trentième jour du mois, et nous allons terminer nos pieux exercices; mais ne cessons pas de nous intéresser au purgatoire, et, à l'exemple de cette fervente religieuse, établissons dans nos familles des associations de prières et de bonnes œuvres à l'intention des défunts, afin que durant toute l'année une sainte émulation nous fasse répandre dans le purgatoire autant de charitables suffrages que si durait encore le pieux exercice du mois de novembre que nous venons d'achever.

 

Psaume 129

 

Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur, Seigneur, écoute mon appel !

Que ton oreille se fasse attentive au cri de ma prière!

Si tu retiens les fautes, Seigneur Seigneur, qui subsistera?

Mais près de toi se trouve le pardon pour que l'homme te craigne.

J'espère le Seigneur de toute mon âme; je l'espère, et j'attends sa parole.

Mon âme attend le Seigneur plus qu'un veilleur ne guette l'aurore.

Plus qu'un veilleur ne guette l'aurore,

attends le Seigneur, Israël.

Oui, près du Seigneur, est l'amour; près de lui, abonde le rachat.

C'est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes.

Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit,

Maintenant et toujours et pour les siècles et les siècles. Amen.

 

Seigneur, donnez-leur le repos éternel;

Et faites briller pour eux la lumière qui ne s'éteint jamais.

 

Des portes de l'enfer arrachez leurs âmes, ô Seigneur!

Qu'ils reposent en paix. Ainsi soit-il.

 

Seigneur, exaucez ma prière,

et que mon cri parvienne jusqu'à Vous !

 

Prions

 

O Dieu, créateur et rédempteur de tous les fidèles, accordez aux âmes de vos serviteurs et de vos servantes la rémission de tous leurs péchés, afin qu'elles obtiennent, par nos très humbles prières, le pardon qu'elles ont toujours attendu de votre miséricorde; vous qui vivez et régnez dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

 444163092_3781716e01

Donnez-leur, Seigneur, le repos éternel, et faites briller sur eux la lumière qui ne s'éteint jamais,

Qu'ils reposent en paix. Ainsi soit-il.

 

Fin du Mois des Ames du Purgatoire

 

Téléchargez l'intégralité des méditations du Mois des Ames du Purgatoire (pdf) en cliquant ici

 

Prochain Mois de Dévotion, le Mois de l'Immaculée Conception,

Rendez-vous le 30 novembre

 

Merci de votre fidélité et à très bientôt.

Le rédacteur du blog,

F. Monvoisin


28 novembre 2011

Le Mois des Âmes du Purgatoire

Le Mois des Âmes du Purgatoire

226_001

Vingt-neuvième jour

Les suffrages que pourront espérer dans le purgatoire les bienfaiteurs de ces saintes âmes

 

Méditation

 

Nous serons traités comme nous aurons traité les autres, et nous trouverons ou non de la compassion dans l'autre vie,selon que nous aurons ou non été miséricordieux dans celle-ci. La compassion est une semence qui produit la compassion, et l'homme ne recueille dans l'autre monde que ce qu'il a semé dans celui-ci. Si donc nous avons semé des suffrages pour le purgatoire, nous les recueillerons plus abondants et plus efficaces s'il nous arrive de tomber dans cette malheureuse région de douleurs; mais si nous n'avons montré que dureté et oubli, hélas! quel fruit amer est réservé à notre âme! Nous ne trouverons à notre tour que dureté et oubli, et d'autant plus amers que nous ne pourrons douter que ce soit le fruit de nos œuvres. Pour éviter un pareil malheur, soyons généreux envers le purgatoire. Dieu peut tout, mais il n'est pas obligé à faire des miracles. Dans les desseins de sa très Sainte Volonté, il a déterminé une certaine économie de sa providence, dont pour l'ordinaire il ne se départ point. Il fait lever son soleil aussi bien sur les ingrats de cette terre que sur les bons, mais il semble que pour les ingrats cet astre bienfaisant perde ses rayons, tandis que pour les bons il fait naître d'abondantes moissons. Il en est de même dans l'autre monde, et, bien que les suffrages de la religion ne manquent à aucun des trépassés, cependant, par une juste disposition de la divine Providence, ils n'apporteront que peu de soulagement à celui qui se sera montré insensible envers le purgatoire, tandis que celui qui aura été miséricordieux et secourable trouvera une compassion fécondée par la faveur divine, et accrue par une plus abondante participation aux suffrages communs et quelquefois aux suffrages spéciaux offerts pour les autres. Procurons-nous dès à présent cette faveur divine, afin de ne pas la désirer en vain et trop tard dans l'autre vie. Dans le monde on agit plus souvent par imitation que par principe, et l'exemple est le motif le plus influent des actions des hommes. Si donc nous laissons sur la terre des exemples de généreuse compassion pour les âmes du purgatoire, nous trouverons des imitateurs; mais si nous donnons le scandale d'une froide indifférence et d'un cruel oubli, nous serons à notre tour oubliés et négligés. Il est bon d'imposer à ses héritiers l'obligation de messes et d'autres pieux suffrages, mais nos héritiers seront ponctuels et exacts à les accomplir, ou négligents et injustes, suivant ce que nous aurons été nous-mêmes. Tout dépend donc de notre conduite: et la miséricorde que nous rencontrerons dans l'autre monde, et la faveur divine, et le généreux souvenir des fidèles: qui voudra se priver lui-même de tant de biens?

 

Prière

 

Ah! Seigneur, nous ne voulons pas nous priver de la compassion de nos frères ni de votre miséricorde, nous nous recommandons au contraire instamment à votre bonté infinie et aux œuvres de charité des hommes, car ce sont les seules sources qui épanchent quelque bien dans l'autre vie. Tout le reste nous manquera, mais nous aurons tout gagné si vous nous assistez, Seigneur, par votre clémence, si les pieux fidèles nous aident de leurs suffrages. Or, pour nous assurer ce double appui, vous voulez que nous le méritions pendant cette vie. Nous vous promettons d'y travailler de toutes nos forces; mais que pouvons-nous faire sans votre secours? C'est vous qui donnez le vouloir et le faire, c'est vous qui déposez dans nos cœurs les germes d'une religieuse compassion! Ah, donnez-nous abondamment cette divine semence, et nous chercherons à correspondre pleinement à vos grâces.

 

Exemple

 

Une jeune fille, nommée Gertrude, élevée dans une école de charité, avait appris dès ses plus tendres années à offrir toutes ses bonnes œuvres à l'intention des âmes du purgatoire. Cette dévote pratique était si bien agréée dans le purgatoire et dans le ciel, que souvent le Sauveur se complut à lui désigner les âmes les plus nécessiteuses, et celles-ci, délivrées par sa pieuse charité, se montraient à elle glorieuses, pour la remercier, et lui promettaient de ne pas l'oublier dans le paradis. Elle avait passé sa vie dans ce saint exercice, et, pleine de confiance, elle voyait avec paix la mort approcher. quand l'infernal ennemi qui sait faire de tout une occasion de tenter les hommes, commença à lui représenter qu'elle s'était dépouillée de tout le mérite satisfactoire de chaque bonne œuvre, et qu'elle allait tomber dans le purgatoire, pour y expier toutes ses fautes dans de longues souffrances. Ce tourment d'esprit l'avait jetée dans une telle désolation , que son céleste époux daigna venir la consoler: « Pourquoi, lui dit-il, ô Gertrude, es-tu si triste et si pensive, toi qui naguère jouissais de la sérénité la plus parfaite? » « Ah! Seigneur, répondit-elle, dans quelle déplorable situation je me trouve! Voilà la mort qui s'approche, et je suis privée de la satisfaction de mes bonnes œuvres que j'ai appliquées aux morts; avec quoi pourrai-je payer la dette que j'ai contractée envers la Justice Divine? » Alors le Seigneur reprit avec tendresse: « Ne crains pas, ô ma bien-aimée, car tu as au contraire, par ta charité, augmenté la somme de tes mérites, et non seulement tu en as assez pour expier tes légères fautes, mais tu as acquis un très-haut degré de gloire dans la béatitude éternelle. C'est ainsi que ma clémence reconnaîtra, par une généreuse récompense, ton dévouement pour les morts, et tu viendras bientôt la recevoir dans le paradis ». A ces mots, il disparut, et l'âme de Gertrude, délivrée de ses angoisses, fut enflammée d'une ferveur toute nouvelle et d'un désir plus ardent de secourir les âmes des défunts. Soyons, nous aussi, pleins de zèle et de charité pour ces âmes, une riche récompense dans le ciel est promise à nos efforts.

 

Récitons à l'intention des fidèles trépassés cinq Pater, Ave et Requiem, en mémoire de la passion de Notre Seigneur Jésus-Christ; supplions le Père éternel d'avoir pitié de leurs âmes en vue du sang répandu par son divin Fils, et, pour cela, répétons cinq fois l'oraison jaculatoire: « Miséricorde, ô Père Eternel, par le Très Précieux Sang de Jésus-Christ ». Puis, réciter un Notre Père, un je Vous salue Marie et un Requiem aeternam.

 

Suffrage

La visite des prisonniers et des malades apporte du soulagement et de la consolation aux âmes du purgatoire

 

Personne dans le monde ne nous offre une image plus parfaite des âmes du purgatoire, que les prisonniers qui, dans leurs cachots, sont privés de la liberté, ou les malades qui sur leur lit souffrent les ardeurs de la fièvre et le poids de la maladie. Beaucoup de fidèles dévots au purgatoire se sont appliqués à visiter avec charité les uns et les autres, pour soulager en eux d'une manière sensible les âmes souffrantes, et notre exercice de ce jour sera d'imiter leur pieuse compassion, en visitant les prisonniers et les malades, à qui nous porterons quelque soulagement ou quelque parole d'encouragement: nous y ajouterons, selon nos moyens, un secours qui adoucira leurs peines en môme temps qu'il servira de suffrage pour les âmes du purgatoire; et cette double charité nous sera très-utile pour l'autre vie.

 

Psaume 129

 

Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur, Seigneur, écoute mon appel !

Que ton oreille se fasse attentive au cri de ma prière!

Si tu retiens les fautes, Seigneur Seigneur, qui subsistera?

Mais près de toi se trouve le pardon pour que l'homme te craigne.

J'espère le Seigneur de toute mon âme; je l'espère, et j'attends sa parole.

Mon âme attend le Seigneur plus qu'un veilleur ne guette l'aurore.

Plus qu'un veilleur ne guette l'aurore,

attends le Seigneur, Israël.

Oui, près du Seigneur, est l'amour; près de lui, abonde le rachat.

C'est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes.

Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit,

Maintenant et toujours et pour les siècles et les siècles. Amen.

 

Seigneur, donnez-leur le repos éternel;

Et faites briller pour eux la lumière qui ne s'éteint jamais.

 

Des portes de l'enfer arrachez leurs âmes, ô Seigneur!

Qu'ils reposent en paix. Ainsi soit-il.

 

Seigneur, exaucez ma prière,

et que mon cri parvienne jusqu'à Vous !

 

Prions

 

O Dieu, créateur et rédempteur de tous les fidèles, accordez aux âmes de vos serviteurs et de vos servantes la rémission de tous leurs péchés, afin qu'elles obtiennent, par nos très humbles prières, le pardon qu'elles ont toujours attendu de votre miséricorde; vous qui vivez et régnez dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

 444163092_3781716e01

Donnez-leur, Seigneur, le repos éternel, et faites briller sur eux la lumière qui ne s'éteint jamais,

Qu'ils reposent en paix. Ainsi soit-il.


Pour recevoir chaque jour la méditation du Mois des Ames du Purgatoire, être tenu au courant des mises à jour du site et recevoir des prières par e-mail, abonnez-vous à la Newsletter d'Images Saintes

27 novembre 2011

Le Mois des Âmes du Purgatoire

Le Mois des Âmes du Purgatoire

 anime del purgatorio_2

Vingt-huitième jour

Gratitude des âmes du purgatoire pour leurs bienfaiteurs

 

Méditation

 

L'Écriture sainte nous raconte que le grand prêtre Onias et le prophète Jérémie, étant passés à l'autre vie, n'oublièrent pas leurs frères restés sur la terre, mais qu'on vit le premier supplier, les mains étendues, le Dieu d'Israël en faveur de son peuple, et que le second priait beaucoup pour sa patrie. L'intérêt que ces deux illustres champions de l'ancienne alliance témoignaient pour les vivants, après avoir été reçus dans le sein d'Abraham, n'est qu'une image de celui que l'Eglise souffrante porte à l'Eglise militante, en faveur de laquelle, du milieu de son séjour de douleur à la fois et de sécurité, elle fait monter vers Dieu d'incessantes prières. On peut dire que tel est l'office des saintes âmes du purgatoire: prier, prier toujours pour nous. Pourrions-nous ne pas prier pour elles? Ce n'est pas seulement le lien de la religion et de la charité, fondement de la communion des saints, mais encore et surtout le sentiment de la reconnaissance, qui porte les âmes du purgatoire à correspondre par des secours variés et multipliés aux suffrages que les vivants offrent pour elles. Dans le purgatoire, on ne rencontre pas la diversité d'affections ni la légèreté de pensées que nous avons dans ce monde. On n'y a qu'une pensée, celle de Dieu; qu'un amour, celui de Dieu, et tout ce qui se rattache à cette pensée, tout ce qui satisfait cet amour attire invinciblement ces saintes âmes. C'est pourquoi, si les suffrages des hommes les amènent plus promptement à la possession de Dieu, elles conçoivent tant de tendresse pour leurs bienfaiteurs, qu'elles s'oublient presque elles-mêmes, et font tous leurs efforts pour que les prières des vivants soient récompensées par les bénédictions du ciel. Heureux, vraiment heureux celui qui peut intéresser leur reconnaissance en sa faveur! La délivrance de nos maux, l'accroissement de nos biens, la prolongation de nos jours, telles sont les bénédictions terrestres que nous obtiennent les aines du purgatoire. Ce n'est pas qu'elles nous préservent de toutes les disgrâces, mais, en faveur de ces saintes âmes, le secours divin nous en épargne beaucoup. Pour un que nous leur donnons, elles nous rendent cent: tantôt par une assistance manifeste, tantôt par une aide secrète, soit en faisant prospérer nos affaires, soit en maintenant dans nos familles la concorde et le bonheur, soit en conservant notre réputation. Aussi l'homme compatissant pour le purgatoire nagera dans l'abondance et la paix, il jouira de longs jours, selon la parole de David; le Seigneur lui conservera la santé du corps, il protégera sa vie au milieu de la mortalité des peuples, et le comblera d'un bonheur qui s'étendra jusqu'à sa postérité. Si donc nous voulons devenir heureux sur la terre, multiplions nos suffrages pour les âmes du purgatoire, dont la reconnaissance nous obtiendra les grâces qui nous sont le plus nécessaires.

 

Prière

 

Oh! de combien de grâces nous avons besoin, Seigneur! Nos besoins s'étendent à tout, parce que nous ne possédons rien en propre, et notre misère la plus grande est de peu connaître notre état, de ne vous pas demander assez, ou, quand nous demandons de ne pas le savoir ou le vouloir faire comme il faut. Mais voici que nous présentons à votre divine majesté l'intercession la plus puissante, celle des âmes du purgatoire, qui nous portent un si vif intérêt et qui vous sont si agréables. Du fond de leur prison elles vous représentent nos misères et demandent les grâces qui nous les feront surmonter. Ecoutez leur prière, et soyez pour nous généreux et miséricordieux; nous le reconnaîtrons en envoyant en purgatoire les suffrages les plus abondants.

 

Exemple

 

Parmi les traits de religieuse munificence que présente la vie d'Eusèbe, duc de Sardaigne, on cite l'abandon qu'il avait fait des revenus d'une de ses plus riches cités au profit des âmes du purgatoire. Or, son puissant voisin Ostorge, roi de Sicile, avide de gloire et plus encore de butin, lui déclara la guerre, et paraissant à l'improviste devant cette ville avec une armée formidable, il s'en rendit maître. Cette conquête fut plus sensible à Eusèbe que la période la moitié de son duché, et, résolu à défendre son droit, il ramassa quelques troupes à la hâte. Malgré la grande infériorité du nombre, il marcha sans hésiter contre l'usurpateur, dans la confiance que la sainteté de la cause pour laquelle il combattait suppléerait à l'inégalité des forces. Au jour de la bataille, quand de part et d'autre on se préparait à l'attaque, on vint avertir Eusèbe qu'outre l'armée d'Ostorge, on en voyait s'avancer une autre dont les uniformes et les drapeaux étaient tout blancs. Cette nouvelle imprévue le déconcerta d'abord, et, suspendant ses préparatifs, il envoya quatre hérauts à cheval demander aux nouveaux venus s'ils étaient amis ou ennemis. Mais, ô prodige! des rangs de cette armée inconnue se détachent quatre cavaliers qui déclarent qu'ils appartiennent à la milice céleste et qu'ils viennent pour recouvrer la pieuse cité des suffrages. Les alliés alors se concentrent et marchent contre l'ennemi commun. Ostorge perdit courage en se voyant attaqué par deux armées, et ayant appris que les soldats vêtus de blanc faisaient partie de la milice céleste, il s'empressa de demander la paix, offrant de rendre la ville et de restituer le double du dommage qu'il avait fait. Ses conditions furent acceptées, et quand le duc remercia la miraculeuse armée du secours qu'il en avait reçu, le chef lui révéla que tous ses soldats étaient des âmes qu'il avait délivrées du purgatoire, et qui veillaient toujours à son bonheur. Le bon duc prit de là occasion de s'affermir davantage dans sa dévotion pour le purgatoire, dont il ressentit toujours la puissante protection. Elle ne nous manquera jamais, si nous imitons le duc dans sa généreuse ferveur.

 

Récitons à l'intention des fidèles trépassés cinq Pater, Ave et Requiem, en mémoire de la passion de Notre Seigneur Jésus-Christ; supplions le Père éternel d'avoir pitié de leurs âmes en vue du sang répandu par son divin Fils, et, pour cela, répétons cinq fois l'oraison jaculatoire: « Miséricorde, ô Père Eternel, par le Très Précieux Sang de Jésus-Christ ». Puis, réciter un Notre Père, un je Vous salue Marie et un Requiem aeternam.

 

Suffrage

Le silence gardé dans un esprit de dévotion apporte un grand soulagement aux âmes du purgatoire

 

Pour quelques paroles de moquerie et quelques plaisanteries joyeuses, Durand fut condamné à un purgatoire très sévère; mais il lui fut permis de solliciter les suffrages des moines de son couvent, et l'abbé pensa que rien ne serait plus convenable qu'un rigoureux silence observé pendant deux semaines par toute la communauté. En effet, au bout du temps fixé, Durand fut délivré des flammes et apparut entouré de gloire à l'abbé et aux moines, qu'il remercia du secours efficace qu'il en avait reçu. Tous nous péchons par la langue, et le purgatoire est plein d'âmes qui souffrent pour avoir trop parle. Afin de les délivrer de leur dure prison, observons le silence aujourd'hui, et soyons sûrs que plus nous mortifierons la langue en nous taisant, plus ces âmes prieront pour notre bonheur, et nous obtiendront des bénédictions et des grâces.

 

Psaume 129

 

Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur, Seigneur, écoute mon appel !

Que ton oreille se fasse attentive au cri de ma prière!

Si tu retiens les fautes, Seigneur Seigneur, qui subsistera?

Mais près de toi se trouve le pardon pour que l'homme te craigne.

J'espère le Seigneur de toute mon âme; je l'espère, et j'attends sa parole.

Mon âme attend le Seigneur plus qu'un veilleur ne guette l'aurore.

Plus qu'un veilleur ne guette l'aurore,

attends le Seigneur, Israël.

Oui, près du Seigneur, est l'amour; près de lui, abonde le rachat.

C'est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes.

Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit,

Maintenant et toujours et pour les siècles et les siècles. Amen.

 

Seigneur, donnez-leur le repos éternel;

Et faites briller pour eux la lumière qui ne s'éteint jamais.

 

Des portes de l'enfer arrachez leurs âmes, ô Seigneur!

Qu'ils reposent en paix. Ainsi soit-il.

 

Seigneur, exaucez ma prière,

et que mon cri parvienne jusqu'à Vous !

 

Prions

 

O Dieu, créateur et rédempteur de tous les fidèles, accordez aux âmes de vos serviteurs et de vos servantes la rémission de tous leurs péchés, afin qu'elles obtiennent, par nos très humbles prières, le pardon qu'elles ont toujours attendu de votre miséricorde; vous qui vivez et régnez dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

 444163092_3781716e01

Donnez-leur, Seigneur, le repos éternel, et faites briller sur eux la lumière qui ne s'éteint jamais,

Qu'ils reposent en paix. Ainsi soit-il.

 

Pour recevoir chaque jour la méditation du Mois des Ames du Purgatoire, être tenu au courant des mises à jour du site et recevoir des prières par e-mail, abonnez-vous à la Newsletter d'Images Saintes

26 novembre 2011

Le Mois des Âmes du Purgatoire

Le Mois des Âmes du Purgatoire

 Rohrbach_Altar_Allerseelen_2_Altarbild_Arme_Seelen

Vingt-septième jour

Indifférence de la terre envers le purgatoire

 

Méditation

 

Si tous les chrétiens écoutaient comme il convient la voix de la nature, de la religion et de la patrie, les cris du sang, de l'amitié et de la reconnaissance, les obligations que leur imposent leurs promesses ou la justice rigoureuse, les suffrages devraient tomber dans le purgatoire comme une pluie assez abondante pour éteindre ces flammes ardentes qui dévorent les défunts. Mais la terre reste si avare, que ces ardeurs ne reçoivent aucun soulagement, ou que, s'il en arrive quelqu'un, on pourrait le comparer à la légère rosée du matin qui, dans l'été, brûle plutôt qu'elle ne rafraîchit. Aussi, les âmes, au lieu d'être soulagées, trouvent une nouvelle peine dans notre oubli d'autant plus coupable, que nous sommes obligés envers les défunts par des motifs plus puissants. Efforçons-nous de ne pas mériter un pareil reproche. Quel triste parallèle, dit saint Cyrille, on peut établir entre le purgatoire et la terre! Dans cette profonde prison, les âmes souffrent au milieu du feu des tourments inexprimables, et sur la terre personne n'y daigne faire attention; leur voix plaintive implore du secours et des consolations, et nulle oreille favorable ne s'ouvre à leurs prières; elles réclament l'accomplissement des promesses qu'elles ont reçues et des legs qu'elles ont faits, et cet appel à la justice et à la charité n'est pas entendu; elles se désolent et versent des larmes de douleur, et pas un cœur ne s'émeut, pas une âme ne s'attendrit et ne songe à ouvrir les portes de leurs cachots enflammés. Qui pourrait croire à tant de barbarie chez des hommes, à tant de cruauté chez des chrétiens, à tant d'ingratitude et de perfidie chez des parents et des amis? Serons-nous de ceux-là? Et que font les âmes du purgatoire en retour de tant de dureté? Crient-elles vengeance, appellent-elles des châtiments? Déjà la justice divine est irritée de notre inhumanité, et malheur à nous si les âmes abandonnées venaient l'exciter encore par leurs justes plaintes! Mais, filles et fidèles imitatrices de ce Dieu qui, sur la croix, priait pour ses bourreaux, elles s'écrient: Pitié, miséricorde, pardon pour ce frère, pour ce fils, pour cet époux qui nous oublie et qui prolonge notre martyre au milieu des flammes! La voix charitable de ces chères filles calme la colère de Dieu, et convertit en miséricorde les châtiments que nous méritons. Si leurs gémissements ne nous touchent pas, soyons du moins sensibles à leur charité, et rendons-leur amour pour amour, en les délivrant à jamais de leurs cruels tourments.

 

Prière

 

Ne considérez pas, Seigneur, l'indifférence et l'oubli que nous témoignons aux âmes du purgatoire, écoutez leurs voix qui demandent pour nous miséricorde et pardon. Désormais nous ne serons plus pour le purgatoire sourds et cruels, insensibles et ingrats. Nous nous pénétrerons des peines si terribles qu'elles souffrent dans cette prison de douleurs, nous nous les remettrons souvent en mémoire, et nous ne négligerons plus de les adoucir et de les abréger par d'abondants suffrages. Mais vous, Seigneur, pardonnez-nous notre négligence passée, faites-nous la grâce de n'y retomber jamais, et de persévérer toujours dans la bonne résolution que nous venons de prendre.

 

Exemple

 

Un soir où le Père Joseph Anchieta, de la compagnie de Jésus, retournait très-tard à son collège de Baja après la visite d'un moribond,il entendit des pleurs et des gémissements sortir du fond d'un étang près duquel il passait; ces voix, qui paraissaient humaines, effrayèrent son compagnon qui commença à trembler et se sentit couvert d'une sueur froide, Mais lui, le prenant par la main, l'attira plus près du bord, pour voir ce que c'était, et plus ils approchaient de l'eau, plus il fut convaincu qu'il entendait des âmes condamnées au purgatoire. Alors, plein d'étonnement et de compassion, il s'écria : « Dieu éternel, combien est grande votre puissance! » Et se mettant à genoux avec foi, il récita cinq Pater et Ave en l'honneur des cinq plaies de Notre Seigneur, pour obtenir le repos de ces âmes. Sa prière fut exaucée, car ces plaintes lamentables cessèrent tout à coup, et ne se firent plus jamais entendre. Combien souvent les âmes du purgatoire font aussi parvenir leurs cris à notre oreille, soit par la voie des ministres de la religion, soit par les bienfaits ou les châtiments qui nous arrivent, soit par les remords de la conscience ou les inspirations de la grâce qu'il nous est impossible de ne pas remarquer! Mais en sommes nous plus portés à leur accorder un prompt secours? Si nous y avons manqué dans le passé, qu'au moins il n'en soit plus ainsi pour l'avenir, et formons la résolution de ne jamais oublier les fidèles défunts.

 

Récitons à l'intention des fidèles trépassés cinq Pater, Ave et Requiem, en mémoire de la passion de Notre Seigneur Jésus-Christ; supplions le Père éternel d'avoir pitié de leurs âmes en vue du sang répandu par son divin Fils, et, pour cela, répétons cinq fois l'oraison jaculatoire: « Miséricorde, ô Père Eternel, par le Très Précieux Sang de Jésus-Christ ». Puis, réciter un Notre Père, un je Vous salue Marie et un Requiem aeternam.

 

Suffrage

En présence des tombeaux, souvenons-nous des morts, et demandons le repos éternel pour leurs âmes

 

Un bon religieux, qui avait coutume de faire quelque prière toutes les fois qu'il lui arrivait de rencontrer un cimetière, passa un jour devant un de ces lieux sacrés sans même s'en apercevoir, tant il était absorbé dans d'autres pensées. Dieu permit que les morts qui y étaient enterrés sortissent de leur tombe, en répétant ce verset du roi prophète: « Et ceux qui passaient ne dirent pas: « Que la bénédiction de Dieu soit sur vous ». A ce spectacle, le moine s'arrêta, et, regrettant son oubli, il continua le même verset du psaume: « Nous vous bénissons au nom du Seigneur ». Les apparitions alors, comme satisfaites d'avoir reçu la bénédiction, disparurent après s'être inclinées devant le religieux, qui dès lors s'attacha plus que jamais à sa pieuse pratique. Adoptons-la aussi, prenons la résolution de faire toujours quelque prière en passant près des cimetières et des lieux de sépulture, et n'y manquons jamais, afin de ne pas être taxés de négligence et d'oubli.

 

Psaume 129

 

Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur, Seigneur, écoute mon appel !

Que ton oreille se fasse attentive au cri de ma prière!

Si tu retiens les fautes, Seigneur Seigneur, qui subsistera?

Mais près de toi se trouve le pardon pour que l'homme te craigne.

J'espère le Seigneur de toute mon âme; je l'espère, et j'attends sa parole.

Mon âme attend le Seigneur plus qu'un veilleur ne guette l'aurore.

Plus qu'un veilleur ne guette l'aurore,

attends le Seigneur, Israël.

Oui, près du Seigneur, est l'amour; près de lui, abonde le rachat.

C'est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes.

Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit,

Maintenant et toujours et pour les siècles et les siècles. Amen.

 

Seigneur, donnez-leur le repos éternel;

Et faites briller pour eux la lumière qui ne s'éteint jamais.

 

Des portes de l'enfer arrachez leurs âmes, ô Seigneur!

Qu'ils reposent en paix. Ainsi soit-il.

 

Seigneur, exaucez ma prière,

et que mon cri parvienne jusqu'à Vous !

 

Prions

 

O Dieu, créateur et rédempteur de tous les fidèles, accordez aux âmes de vos serviteurs et de vos servantes la rémission de tous leurs péchés, afin qu'elles obtiennent, par nos très humbles prières, le pardon qu'elles ont toujours attendu de votre miséricorde; vous qui vivez et régnez dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

444163092_3781716e01

Donnez-leur, Seigneur, le repos éternel, et faites briller sur eux la lumière qui ne s'éteint jamais,

Qu'ils reposent en paix. Ainsi soit-il.

 

Pour recevoir chaque jour la méditation du Mois des Ames du Purgatoire, être tenu au courant des mises à jour du site et recevoir des prières par e-mail, abonnez-vous à la Newsletter d'Images Saintes

25 novembre 2011

Le Mois des Âmes du Purgatoire

Le Mois des Âmes du Purgatoire

 407_001

Vingt-sixième jour

Devoirs de Justice envers le purgatoire


Méditation

 

L'homme est fait de telle sorte, que souvent il ne sait pas résister aux mouvements de son cœur, et, à la vue des misères du prochain, il est tellement touché, qu'il donne et promet tout ce qu'il peut. Cette expansion d'une nature bienfaisante se manifeste surtout au moment de la mort; quand, sur le point de quitter ceux qui lui sont chers, le moribond se recommande à leurs prières, il n'est pas de promesses qu'ils ne lassent de souvenir éternel et de suffrages ininterrompus. Et ils sont de bonne foi, ils parlent sous l'impression d'un sentiment vif et profond; mais quoi? avec le dernier écho des cloches le souvenir des morts s'évanouit, et quand les rites religieux des funérailles sont accomplis, on ne fait plus rien pour les âmes désolées qui, du milieu des flammes, réclament en vain l'accomplissement de tant de promesses. Manquerons-nous ainsi de parole à nos chers morts? Ah, non! au contraire, plus leurs souffrances dans le purgatoire sont extrêmes, plus nous devons conserver d'eux un fidèle souvenir, plus nous devons être exacts et persévérants à tenir nos promesses. Mais souvent il ne s'agit pas seulement de tenir sa parole, et c'est un devoir de justice qui nous oblige à prier pour les morts; cela arrive particulièrement quand il faut satisfaire à des legs pieux. La religion, la justice, l'ordre social veulent et commandent l'exécution des legs pieux, et ceux qui y manquent en s'appropriant les revenus qui y sont affectés, sont coupables de fraude; ils sont des voleurs sacrilèges, des cruels bourreaux des âmes abandonnées, et les lois divines et humaines les poursuivent également. Malheureux celui qui s'engraisse de la substance destinée aux pauvres! Il croit la dévorer impunément, et il ne s'aperçoit pas que c'est une nourriture aussi fatale aux vivants qu'elle serait profitable aux morts à qui elle était destinée. Que de familles tombent en décadence pour n'avoir pas satisfait aux obligations de messes et à d'autres legs de leurs auteurs ! Soyons, sur ce point, non-seulement exacts, mais scrupuleux, pour ne pas attirer la malédiction du ciel sur notre tête. Le concile de Trente recommande aux évêques de veiller attentivement à l'accomplissement des legs pieux, et un autre, approuvé par saint Léon le Grand, ordonne de refuser les portes de l'église, comme à des infidèles, à ceux qui s'approprient les oblations faites en faveur des morts, ou qui différent à les remettre aux ministres sacrés; d'autres conciles vont jusqu'à priver de la communion ecclésiastique ceux qui se rendent coupables du même péché. Des lois si sévères nous font bien voir quelle grande faute on commet en privant les trépassés des suffrages qu'ils ont voulu s'assurer par leurs volontés dernières. Si les Gentils eux-mêmes portaient le respect pour les morts jusqu'à brûler avec eux ce qui leur avait appartenu, plutôt que de se l'approprier, combien plus les fidèles devront-ils appliquer en suffrages pour les défunts ce qu'ils ont eux-mêmes destiné au soulagement de leurs âmes!

 

Prière

 

Ne permettez jamais, ô grand Dieu, que nous manquions à nos devoirs de justice envers les âmes du purgatoire. Leur droit est trop sacré, notre obligation est trop constatée, et parles promesses que nous avons faites, et parles legs qu'ils nous ont imposés. Les lois de l'Eglise contre ceux qui fraudent les œuvres pieuses sont trop justes, et celui-là mérite la plus vive indignation, qui veut se nourrir du pain des morts. Nous voulons satisfaire pleinement à toutes nos obligations; mais vous, Seigneur, daignez permettre que cette satisfaction supplée à celle que nos chers défunts doivent à votre justice, et faites que, délivrés au plus tôt des chaînes brûlantes du purgatoire, ils puissent jouir de la bienheureuse liberté du paradis après laquelle ils soupirent.

 

Exemple

 

Un brave soldat, qui jusqu'à sa vieillesse avait servi Charlemagne avec honneur, fit appeler à son lit de mort un neveu, le seul parent qui lui restât, et, ne possédant rien que son cheval et son armure, il le chargea de les vendre aussitôt après son décès et d'en employer le prix pour le repos de son âme. Le neveu s'y engagea; mais après la mort de son oncle, qui ne tarda pas, il oublia tout à fait sa promesse. Le cheval était très beau, et le neveu s'en étant servi pour quelques voyages, le trouva si excellent, qu'il lui parut fort dur de s'en défaire. Il en remettait la vente de jour en jour, et à mesure que le temps passait, sa conscience allait s'assoupissant; si bien qu'il en vint à ne plus se ressouvenir de son oncle, ni de l'obligation qu'il lui avait imposée, et à considérer le cheval comme sa propriété. Mais pendant qu'il en jouissait tranquillement, une voix lugubre vint le troubler pendant la nuit. C'était celle de son oncle qui lui reprochait sa cruelle négligence. « Pourquoi, lui disait-il, as-tu ainsi désobéi au commandement que je t'avais fait, et violé ta promesse solennelle? Par ta faute, j'ai dû et je devrais encore souffrir de longs et cruels tourments dans le purgatoire, mais par la miséricorde de Dieu m'en voici libre, et je vais dans le paradis jouir de la gloire éternelle. Pour toi, sache que ta conduite sera punie par une prompte mort, et qu'un châtiment tout particulier t'est réservé. Tu porteras la peine due à tes propres fautes. et tu souffriras à ma place toutes celles que je devrais souffrir encore pour satisfaire à la divine justice ». Le neveu fut accablé par cette menace, et voulant mettre ordre à sa conscience, il se hâta de remplir les dernières volontés de son oncle, puis fit tout ce qu'il put pour éviter la mort éternelle, mais il ne put éviter la mort du corps qui lui avait été annoncée, et qui l'enleva à peu de jours de là. L'ingratitude et l'injustice envers les morts sont détestées de Dieu, qui les punit souvent dans ce monde et dans l'autre: que l'exemple d'autrui nous préserve de nous exposer à sa colère.

 

Récitons à l'intention des fidèles trépassés cinq Pater, Ave et Requiem, en mémoire de la passion de Notre Seigneur Jésus-Christ; supplions le Père éternel d'avoir pitié de leurs âmes en vue du sang répandu par son divin Fils, et, pour cela, répétons cinq fois l'oraison jaculatoire: « Miséricorde, ô Père Eternel, par le Très Précieux Sang de Jésus-Christ ». Puis, réciter un Notre Père, un je Vous salue Marie et un Requiem aeternam.

 

Suffrage

Si nous avons négligé les œuvres de miséricorde envers les morts qui ont eu confiance en nous, donnons-leur une juste compensation, que nous redoublerons par notre ferveur

 

Un novice des Chartreux étant mort, vint reprocher au Vénérable Denis, du même ordre, de n'avoir pas récité à son intention les deux psautiers qu'il lui avait promis; et comme le religieux cherchait à excuser son oubli, l'esprit lui dit en gémissant: « Oh! si tu souffrais la plus légère partie des souffrances qui me torturent, tu n'admettrais certainement pas toutes ces excuses! » Et alors le chartreux récita, non seulement les deux psautiers qu'il avait promis, mais encore beaucoup d'autres prières qu'il y ajouta pour réparer sa négligence. Examinons si nous n'avons pas omis ou différé ce que nous devions aux morts à titre de promesse ou de justice, et si par malheur nous avons imité le Chartreux dans sa négligence, imitons-le dans sa prompte réparation, et, par de plus abondants suffrages, compensons généreusement le tort que nous avons fait à nos chers défunts.

 

Psaume 129

 

Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur, Seigneur, écoute mon appel !

Que ton oreille se fasse attentive au cri de ma prière!

Si tu retiens les fautes, Seigneur Seigneur, qui subsistera?

Mais près de toi se trouve le pardon pour que l'homme te craigne.

J'espère le Seigneur de toute mon âme; je l'espère, et j'attends sa parole.

Mon âme attend le Seigneur plus qu'un veilleur ne guette l'aurore.

Plus qu'un veilleur ne guette l'aurore,

attends le Seigneur, Israël.

Oui, près du Seigneur, est l'amour; près de lui, abonde le rachat.

C'est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes.

Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit,

Maintenant et toujours et pour les siècles et les siècles. Amen.

 

Seigneur, donnez-leur le repos éternel;

Et faites briller pour eux la lumière qui ne s'éteint jamais.

 

Des portes de l'enfer arrachez leurs âmes, ô Seigneur!

Qu'ils reposent en paix. Ainsi soit-il.

 

Seigneur, exaucez ma prière,

et que mon cri parvienne jusqu'à Vous !

 

Prions

 

O Dieu, créateur et rédempteur de tous les fidèles, accordez aux âmes de vos serviteurs et de vos servantes la rémission de tous leurs péchés, afin qu'elles obtiennent, par nos très humbles prières, le pardon qu'elles ont toujours attendu de votre miséricorde; vous qui vivez et régnez dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

 444163092_3781716e01

Donnez-leur, Seigneur, le repos éternel, et faites briller sur eux la lumière qui ne s'éteint jamais,

Qu'ils reposent en paix. Ainsi soit-il.

 

Pour recevoir chaque jour la méditation du Mois des Ames du Purgatoire, être tenu au courant des mises à jour du site et recevoir des prières par e-mail, abonnez-vous à la Newsletter d'Images Saintes


24 novembre 2011

Le Mois des Âmes du Purgatoire

Le Mois des Âmes du Purgatoire

 385_001

Vingt-cinquième jour

Motifs spéciaux qui nous obligent à offrir des suffrages

 

Méditation

 

Les liens du sang, l'amitié, la reconnaissance sont des motifs sacrés qui ne se peuvent et ne se doivent jamais oublier. La voix du sang parle toujours au cœur et se fait entendre dans ce monde et dans l'autre. Chacun a des parents vivants et morts et doit rendre à tous les devoirs que le sang réclame. Celui qui n'a pas soin des siens, disait saint Paul, est un barbare pire qu'un infidèle. Or de quelles âmes se compose le purgatoire? Examinons-les avec les yeux de l'esprit. N'y voyons-nous pas nos aïeux si prévoyants pour nous, nos pères si dévoués, nos mères si tendres, nos épouses si chéries, nos enfants tant aimés, nos frères si pleins d'amitié? Ne sont-ce pas tous ceux qui nous étaient unis par les liens les plus étroits et qui ne formaient qu'une seule famille avec nous? Pouvons-nous fermer les yeux sur leur misère et n'avoir pas pitié de leur état? La voix de l'amitié est parfois plus forte que celle du sang, parce qu'elle répond mieux au caractère et au choix de notre esprit. Le sang a plus de rapports avec le corps, l'amitié unit particulièrement les cœurs et les rend comme indivisibles. La mort même ne peut ni ne doit les séparer. La mort change les rapports de l'amitié, mais ne les détruit pas; et si les amis communiquaient sur la terre par la parole et par les témoignages réciproques de bienveillance; après la mort, ils doivent communiquer par un pieux souvenir et par les suffrages de la religion, qui peuvent obtenir l'éternelle béatitude. Celui qui abandonne ses amis dans la misère est un homme dénaturé, un impie. J'ai aimé Théodose pendant sa vie avec l'amitié la plus tendre, disait le saint évêque Ambroise, et il répondait à mon attachement: la mort me l'a enlevé, et comment pourrais-je ne pas le suivre de mon affection dans la terre des vivants? Je ne cesserai jamais de lui rendre les services que la piété réclame, jusqu'à ce que mes prières et mes larmes l'aient fait arriver à la vie éternelle. Voilà, amis du monde, l'exemple que vous devez suivre. Ce n'est pas seulement à nos parents et à nos amis, c'est encore à nos bienfaiteurs que nous devons appliquer nos suffrages. Les bienfaits doivent imprimer dans l'âme un sentiment de reconnaissance éternelle. Rien dans le monde n'est plus honteux que de mériter le titre d'ingrat; c'est se ravaler au-dessous des bêtes qui, elles-mêmes, ont de la reconnaissance pour leurs bienfaiteurs. Or qui peut affirmer qu'il n'a pas reçu quelque bienfait des fidèles défunts? Si nous avons été nourris et élevés dans notre enfance , si nous avons reçu l'éducation et l'instruction, si nous possédons des honneurs et des richesses, ne le devons-nous pas à ceux qui ont pris soin de nous? Et qui sait si, pour nous avoir procuré des avantages superflus, ils n'expient pas dans les flammes l'amour désordonné qu'ils nous ont porté? Ce serait donc une cruauté trop barbare que d'oublier à présent ceux qui nous ont aimés au point de mériter, à cause de nous, les peines du purgatoire.

 

Prière

 

Seigneur plein de bonté, combien de motifs ne nous engagent pas à sentir de la compassion pour les morts! Le sang et ses liens, l'amitié et ses affections, les bienfaits et la reconnaissance qu'ils exigent, tous les sentiments de notre cœur nous commandent ce pieux devoir. Aussi, de toutes les forces de notre âme, nous vous supplions d'avoir, vous aussi, compassion de nos proches; pour reconnaître la tendresse qu'ils nous ont témoignée pendant leur vie, tirez-les du profond abîme de supplices où ils sont plongés; appelez-les à recevoir dans vos bienheureuses demeures la récompense éternelle des bienfaits dont nous a comblés leur amour.

 

Exemple

 

Quand sœur Catherine Paluzzi perdit son père, elle ne pensa pendant huit jours qu'à travailler au repos de son âme. Elle s'imposa des pénitences sans nombre, elle fit jour et nuit des prières longues et ferventes, ne négligea aucune des indulgences qu'elle put gagner dans cet intervalle, et fit terminer cette pieuse octave par un office général de messes auxquelles elle assista avec la plus grande dévotion. La pieuse fille croyait avoir ainsi procuré à son père la possession de l'éternelle félicité; mais quelle ne fut pas sa surprise quand, ravie en esprit, elle fut conduite par le Sauveur et sainte Catherine de Sienne, sa patronne, dans le purgatoire, où elle vit l'âme de son père au milieu des tourments. Elle ne pouvait d'abord en croire ses yeux, mais son cœur se serra quand elle l'entendit l'appeler par son nom et la supplier de le secourir dans sa peine. Elle voulait lui répondre et lui dire mille choses tendres, mais. dans son impatience de lui ménager le secours qu'il demandait, elles jeta, le visage baigné de larmes, aux pieds de Jésus, son céleste époux, et le pria, par son divin sang, de délivrer son père de ses souffrances; puis elle supplia sainte Catherine de donner à sa requête l'appui de son intercession, et enfin, pour satisfaire à la divine justice, elle s'écria: « O grand Dieu, je me charge des fautes de mon père, je les expierai par toutes les souffrances qu'il vous plaira de m'envoyer, mais que mon père soit sauvé, que mon père soit libre! «  Par cette ardente intervention, elle réussit à racheter aussitôt son père du purgatoire et à l'envoyer au ciel jouir du bonheur éternel. Nous ne pouvons jamais trop faire pour nos parents; s'ils nous ont donné la vie, nous devons le reconnaître en leur procurant la gloire; nous devons y travailler par nous-mêmes, demander l'intercession des saints, mettre, en un mot, tout en œuvre, car telle est l'obligation que nous impose l'amour filial, tel est le vœu de la nature et du sang.

 

Récitons à l'intention des fidèles trépassés cinq Pater, Ave et Requiem, en mémoire de la passion de Notre Seigneur Jésus-Christ; supplions le Père éternel d'avoir pitié de leurs âmes en vue du sang répandu par son divin Fils, et, pour cela, répétons cinq fois l'oraison jaculatoire: « Miséricorde, ô Père Eternel, par le Très Précieux Sang de Jésus-Christ ». Puis, réciter un Notre Père, un je Vous salue Marie et un Requiem aeternam.

 

Suffrage

Prenons sur notre repas la part des morts, que nous ferons en leur nom manger aux pauvres affamés

 

Chez les anciens Hébreux et chez les chrétiens des premiers temps, on avait la coutume de célébrer des repas de charité sur la tombe des morts; on y invitait les prêtres, les parents et les pauvres, afin qu'avant le repas ils priassent pour l'âme de ceux à qui étaient consacrées ces agapes funèbres. Quand cet usage fut aboli par suite des abus qui s'y étaient introduits, les pasteurs recommandèrent d'y substituer des distributions de vivres aux pauvres, afin que, nourris et consolés par une généreuse charité, ils fussent disposés à prier avec plus de ferveur pour les morts. Suivons donc ce conseil salutaire, et, pour répondre à la voix du sang, de l'amitié et de la reconnaissance, faisons participer les défunts à notre table en nous privant de quelque viande pour la leur donner dans la personne des pauvres de Jésus-Christ, en leur demandant de prier Dieu pour leurs âmes.

 

Psaume 129

 

Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur, Seigneur, écoute mon appel !

Que ton oreille se fasse attentive au cri de ma prière!

Si tu retiens les fautes, Seigneur Seigneur, qui subsistera?

Mais près de toi se trouve le pardon pour que l'homme te craigne.

J'espère le Seigneur de toute mon âme; je l'espère, et j'attends sa parole.

Mon âme attend le Seigneur plus qu'un veilleur ne guette l'aurore.

Plus qu'un veilleur ne guette l'aurore,

attends le Seigneur, Israël.

Oui, près du Seigneur, est l'amour; près de lui, abonde le rachat.

C'est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes.

Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit,

Maintenant et toujours et pour les siècles et les siècles. Amen.

 

Seigneur, donnez-leur le repos éternel;

Et faites briller pour eux la lumière qui ne s'éteint jamais.

 

Des portes de l'enfer arrachez leurs âmes, ô Seigneur!

Qu'ils reposent en paix. Ainsi soit-il.

 

Seigneur, exaucez ma prière,

et que mon cri parvienne jusqu'à Vous !

 

Prions

 

O Dieu, créateur et rédempteur de tous les fidèles, accordez aux âmes de vos serviteurs et de vos servantes la rémission de tous leurs péchés, afin qu'elles obtiennent, par nos très humbles prières, le pardon qu'elles ont toujours attendu de votre miséricorde; vous qui vivez et régnez dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

 444163092_3781716e01

Donnez-leur, Seigneur, le repos éternel, et faites briller sur eux la lumière qui ne s'éteint jamais,

Qu'ils reposent en paix. Ainsi soit-il.

 

Pour recevoir chaque jour la méditation du Mois des Ames du Purgatoire, être tenu au courant des mises à jour du site et recevoir des prières par e-mail, abonnez-vous à la Newsletter d'Images Saintes

23 novembre 2011

Le Mois des Âmes du Purgatoire

Le Mois des Âmes du Purgatoire

 939_001

Vingt-quatrième jour

Motifs généraux qui nous obligent à offrir des suffrages pour les défunts

 

Méditation

 

L'amour est la vie du cœur, et la nature a si profondément imprimé ce sentiment dans tout être vivant, que non-seulement les créatures raisonnables l'éprouvent pour leurs semblables, mais que les bêtes elles-mêmes le ressentent pour ceux de leur espèce; chez les hommes il ne s'éteint pas avec la mort, il persévère au-delà du tombeau. Il n'y a pas sur la terre de nation si barbare, qui ne s'occupe point de ses morts, n'ait pitié de leurs âmes et ne cherche en quelque façon à les secourir. La nature nous porte donc d'elle-même à compatira l'état malheureux où se trouvent les âmes du purgatoire, et la cruauté seule pourrait résister à ce sentiment si vif du cœur humain. La religion ne brise pas les liens de la nature, elle les resserre au contraire, les affermit et les perfectionne. Le lien de la fraternité universelle qui nous unit à toute la postérité d'Adam est bien plus étroit et plus intime pour nous, à cause de la religion qui nous unit tous en Jésus-Christ. Il est le chef des croyants et chaque fidèle est un membre de l'Église, son corps mystique. Nous devons donc regarder les âmes du purgatoire comme une partie du tout, comme une portion de nous-mêmes, car elles ne sont pas séparées de l'Église, elles en forment au contraire l'élite qui bientôt sera glorifiée dans le ciel. Allons donc, avec les sentiments d'une religion pleine de charité, visiter en esprit les âmes du purgatoire, et les consoler dans leurs angoisses. Un sentiment de patriotisme nous rapproche de ceux, qui ont vu le jour dans les mêmes contrées que nous. La connaissance particulière que nous avons de chacun d'eux, les divers rapports qui nous unissent, la conformité de mœurs et d'habitudes qui s'établit en vivant ensemble, sont autant de motifs qui agissent sur notre cœur et lui inspirent une bienveillance spéciale pour nos concitoyens. Ce qui se passe ici-bas se reproduit dans l'autre vie. Dans celle-ci nous commençons les relations de la patrie, qui s'achèvent ensuite dans la grande patrie du ciel, où nous serons réunis dans une éternelle charité. Tant que nous n'y sommes pas arrivés, nous avons à remplir les devoirs de compatriotes envers les âmes du purgatoire, devoirs d'autant plus pressants qu'ils sont les derniers que réclament ces âmes bénies. Rappelons-nous donc souvent ces trois motifs que nous venons de méditer: la nature, la religion, la patrie, et leur souvenir rendra plus généreuse notre compassion pour les défunts.

 

Prière

 

Grand Dieu, vous avez mis dans le cœur des hommes les lois de la nature, les maximes de la religion et l'amour de la pairie, afin qu'après s'être réciproquement soutenus pendant la vie, ils ne l'oublient pas même après la mort. Ah! vous qui êtes l'auteur de tout sentiment généreux, rétablissez en nous l'observance de ces lois saintes, le goût de ces vénérables maximes, la pratique de cet amour salutaire, afin que chaque cœur enflammé de ce triple esprit de bienveillance puisse répandre avec abondance les suffrages en faveur du purgatoire.

 

Exemple

 

Gratien Punzoni, archiprêtre d'Arona, était si dévoué aux œuvres de charité, qu'il étendait son zèle au corps et à l'âme des défunts: au corps, en leur donnant la sépulture; à l'âme, par ses suffrages. Il donna particulièrement pleine carrière à s-a charité à l'occasion d'une maladie contagieuse qui fit de grands ravages. La mort emporta un grand nombre de citoyens et de soldats napolitains de la garnison, elle bon archiprêtre se donnait tout entier à les assister dans la maladie, à les ensevelir après la mort, et à les secourir dans l'autre vie. Quand l'épidémie eut cessé, étant allé se promener du côté du cimetière avec le pieux Don Alphonso Sanchez, gouverneur de la ville, ils virent une longue file de personnages, enveloppés dans des manteaux noirs, sortir par une porte de l'enceinte sacrée et rentrer par une autre. Plus ils regardaient, moins la chose leur semblait naturelle; ils se persuadèrent que c'était une vision mystérieuse, dont ils cherchèrent à pénétrer la signification. « Je crois, disait le gouverneur, que ce sont les âmes des soldats de la garnison, morts depuis peu, qui, n'étant secourus par personne, implorent ainsi notre compassion ». « Pour moi, reprit l'archiprêtre, je pense qu'aux âmes des soldats étrangers sont mêlées celles de nos citoyens ; quoi qu'il en soit, ils ont tous été hommes comme nous, ils sont tous nos frères en Jésus-Christ, et unis à nous par les liens de la nature, de la religion et de la patrie ». « Secourons-les donc tous », reprirent-ils tous les deux d'un commun accord; et dès le soir même, ils firent annoncer par les cloches de la ville un office général de messes, qui furent célébrées le lendemain matin pour toutes ces âmes. Les motifs de nature, de religion et de patrie qui inspirèrent à ces deux personnages une si généreuse charité doivent nous engager aussi à penser souvent aux âmes du purgatoire et à les aider de tout notre pouvoir.

 

Récitons à l'intention des fidèles trépassés cinq Pater, Ave et Requiem, en mémoire de la passion de Notre Seigneur Jésus-Christ; supplions le Père éternel d'avoir pitié de leurs âmes en vue du sang répandu par son divin Fils, et, pour cela, répétons cinq fois l'oraison jaculatoire: « Miséricorde, ô Père Eternel, par le Très Précieux Sang de Jésus-Christ ». Puis, réciter un Notre Père, un je Vous salue Marie et un Requiem aeternam.

 

Suffrage

Les suffrages offerts en commun et les prières publiques pour les morts font une si douce violence au cœur de Dieu, qu'ils produisent ordinairement un très heureux effet

 

Quand, dans les communautés religieuses, les confréries ou les pieuses unions, il vient à mourir quelque membre, tous les autres doivent offrir des suffrages, suivant leurs diverses règles, et particulièrement on célèbre des offices et des commémorations générales, où tous sont obligés d'assister. Tous les hommes, tous les fidèles, tous les concitoyens forment, sous divers aspects, une seule famille, et par conséquent chacun doit concourir aux suffrages qu'offrent pour les défunts l'Eglise, la patrie et la dévotion des fidèles. Promettons, par notre résolution d'aujourd'hui, de ne jamais manquer d'assister aux prières publiques qui se feront dans ce lieu pour les âmes du purgatoire.

 

Psaume 129

 

Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur, Seigneur, écoute mon appel !

Que ton oreille se fasse attentive au cri de ma prière!

Si tu retiens les fautes, Seigneur Seigneur, qui subsistera?

Mais près de toi se trouve le pardon pour que l'homme te craigne.

J'espère le Seigneur de toute mon âme; je l'espère, et j'attends sa parole.

Mon âme attend le Seigneur plus qu'un veilleur ne guette l'aurore.

Plus qu'un veilleur ne guette l'aurore,

attends le Seigneur, Israël.

Oui, près du Seigneur, est l'amour; près de lui, abonde le rachat.

C'est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes.

Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit,

Maintenant et toujours et pour les siècles et les siècles. Amen.

 

Seigneur, donnez-leur le repos éternel;

Et faites briller pour eux la lumière qui ne s'éteint jamais.

 

Des portes de l'enfer arrachez leurs âmes, ô Seigneur!

Qu'ils reposent en paix. Ainsi soit-il.

 

Seigneur, exaucez ma prière,

et que mon cri parvienne jusqu'à Vous !

 

Prions

 

O Dieu, créateur et rédempteur de tous les fidèles, accordez aux âmes de vos serviteurs et de vos servantes la rémission de tous leurs péchés, afin qu'elles obtiennent, par nos très humbles prières, le pardon qu'elles ont toujours attendu de votre miséricorde; vous qui vivez et régnez dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

 444163092_3781716e01

Donnez-leur, Seigneur, le repos éternel, et faites briller sur eux la lumière qui ne s'éteint jamais,

Qu'ils reposent en paix. Ainsi soit-il.

 

Pour recevoir chaque jour la méditation du Mois des Ames du Purgatoire, être tenu au courant des mises à jour du site et recevoir des prières par e-mail, abonnez-vous à la Newsletter d'Images Saintes

22 novembre 2011

Le Mois des Âmes du Purgatoire

Le Mois des Âmes du Purgatoire

 284_001

Vingt-troisième jour

La prière pour les ânes du purgatoire est l'un des actes de charité les plus héroïques

 

Méditation

 

Parmi les vertus chrétiennes, la charité est la plus grande, nous dit saint Paul, et la charité s'exerce à son plus haut degré quand on soulage les misères du purgatoire. C'est une grande charité que de nourrir celui qui souffre la faim, de vêtir celui que sa nudité expose aux rigueurs du froid, de visiter l'infirme abattu sur son lit de douleur. Mais l'objet de cette charité est le corps, tandis que celui des pieux suffrages est l'âme, et autant l'âme est au-dessus du corps, autant la charité pour les morts l'emporte sur celle qui s'épanche sur les vivants. Il ne s'agit pas d'exclure l'une pour exercer l'autre uniquement; loin de là, le but du chrétien doit être de les unir, de subvenir d'une main aux besoins du pauvre, tandis que l'autre répand ses bienfaits sur les âmes du purgatoire. Par cette double charité on se rend plus utile aux uns et aux autres et on ressemble davantage à Jésus-Christ, le divin auteur de notre très-sainte religion. Efforçons-nous donc d'agir suivant ces principes, et nous recevrons d'abondantes bénédictions du ciel et de la terre. Quand nous travaillons à soulager la misère du prochain, nous y sommes le plus souvent portés par une âme naturellement sensible et compatissante. La vue d'une infortune présente frappe les sens et touche le cœur de telle manière que nous ne pouvons plus, pour ainsi dire, refuser le secours; des larmes involontaires coulent des yeux, la main s'étend spontanément pour donner, et plus un cœur est bien fait, plus il est accessible aux sentiments de tendresse et de compassion. Mais quand nous secourons les âmes du purgatoire, rien ne parle à nos sens: l'âme est épurée de toute émotion terrestre, la charité est toute spirituelle. Le mérite en est d'autant plus grand, et c'est ce qui devrait nous exciter à l'exercer avec plus de zèle. La charité enfin doit se faire avec ordre: elle veut qu'on vienne d'abord au secours de celui dont la misère est la plus grande, qui peut le moins s'aider lui-même, qui nous est uni par des liens plus étroits, qui est plus ferme et plus constant dans l'amitié de Dieu. Mais quelles misères de la terre, quelque excessives qu'elles soient, peuvent entrer en comparaison avec la plus légère peine du purgatoire? qui, plus que les âmes enfermées dans cette prison, est incapable de s'aider soi-même, puisqu'elles ne peuvent plus mériter? Où trouver des liens plus étroits que ceux qui nous unissent à elles, puisque tout dans la société et dans l'Église, dans l'ordre de la nature et dans celui de la grâce, établit entre nous des rapports intimes et multipliés? Qui peut enfin plus qu'elles briller par la sainteté et l'amitié de Dieu, puisqu'elles sont confirmées en grâce? Tout concourt donc à réveiller notre charité pour elles, et pourrions-nous, pressés ainsi de toutes parts, rester indolents et paresseux? Ah! rallumons dans nos cœurs l'ardente charité du christianisme et faisons-en ressentir à ces âmes infortunées les effets les plus abondants.

 

Prière

 

O charité éternelle de Dieu, source de toute charité dans le monde, qu'une étincelle de votre feu descende dans nos cœurs et rende noire charité parfaite! Alors nous aurons pitié des misères des âmes plus que de celles des corps; alors notre charité épurée n'obéira plus aux affections sensibles et terrestres; alors elle suivra les degrés et l'ordre parfait qui vient de vous, et comme un foyer d'inextinguible amour elle épanchera ses trésors sur les âmes souffrantes. O charité! charité de Dieu! enflammez nos cœurs afin que leurs ardeurs, éteignant celles du purgatoire, appellent au bonheur éternel toutes les âmes qui gémissent dans ces cachots brûlants!

 

Exemple

 

Deux grands religieux de l'ordre des Frères prêcheurs, frère Bertrand et frère Benoît, discutaient un jour pour décider si l'on fait un acte de charité plus excellent en soulageant les âmes du purgatoire ou en convertissant les pécheurs. Frère Bertrand soutenait le dernier avis et disait que le Verbe divin est venu sur la terre exprès pour les chercher, qu'ils sont en danger continuel de se perdre pour l'éternité, et que coopérer à leur salut c'est participer à l'œuvre de la rédemption divine, tandis que les âmes du purgatoire sont déjà dans un état de sécurité pour l'avenir, et que si elles souffrent des tourments, ils ne sont que temporaires et ne les empêcheront pas d'aller bientôt jouir de la gloire éternelle du paradis. Frère Benoît, d'autre part, défendait la cause des âmes du purgatoire, et disait que le Rédempteur, après sa mort, est descendu pour les délivrer; que si les pécheurs sont dans les liens du péché, leur esclavage est volontaire; qu'ils peuvent, avec la grâce de Dieu, en sortir quand ils voudront, tandis que les âmes du purgatoire sont retenues dans de cruels supplices, sans pouvoir en aucune façon se secourir elles-mêmes; que pour cela, de même qu'il vaut mieux venir en aide à un infirme qui ne peut se servir de ses membres qu'à un mendiant fort et robuste que sa paresse seule retient dans la misère, ainsi vaut-il mieux s'occuper des âmes du purgatoire que des pécheurs, bien que la charité la plus parfaite doive s'étendre sur les uns et sur les autres. Mais frère Bertrand ne se rendait pas à ces raisons si fortes, et le Seigneur permit qu'une âme du purgatoire le vînt trouver une nuit, avec une charge très lourde qu'elle lui mit sur les épaules, à sa grande fatigue. Il reconnut ainsi par expérience la vérité qu'il niait dans la discussion. Dès ce moment, il se mit à secourir les âmes des morts par toutes sortes de suffrages, et devint aussi dévot pour les âmes du purgatoire qu'il paraissait l'être peu auparavant. Dieu ne permet pas toujours des faits semblables, mais que celui de frère Bertrand nous serve de leçon et nous donne la dévotion et le désir de soulager ces malheureux prisonniers.

 

Récitons à l'intention des fidèles trépassés cinq Pater, Ave et Requiem, en mémoire de la passion de Notre Seigneur Jésus-Christ; supplions le Père éternel d'avoir pitié de leurs âmes en vue du sang répandu par son divin Fils, et, pour cela, répétons cinq fois l'oraison jaculatoire: « Miséricorde, ô Père Eternel, par le Très Précieux Sang de Jésus-Christ ». Puis, réciter un Notre Père, un je Vous salue Marie et un Requiem aeternam.

 

Suffrage

Que chacun de vous fasse quelque épargne pour l'employer au profit des pauvres de ce monde et de l'autre

 

Le Père Jean-Baptiste Magnanti, de l'Oratoire, avait une bourse où il déposait toutes les épargnes qu'il pouvait faire sur sa propre dépense, ainsi que les aumônes qu'il obtenait de quelques personnes, et il l'appelait « la bourse des âmes », parce qu'il s'en servait pour venir en aide aux pauvres et aux âmes des défunts. Si nous voulons satisfaire à toutes les exigences du monde, notre patrimoine, quelque riche qu'il soit, ne suffira jamais aux dépenses de nécessité et de luxe. Il faut faire quelques épargnes en nous refusant quelque chose, et nous aurons toujours un fonds disponible pour les besoins du prochain, tant dans ce monde que dans l'autre. Ayons donc aussi « la bourse des âmes », et fixons dès aujourd'hui la somme que notre charité destine à ce saint usage.

 

Psaume 129

 

Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur, Seigneur, écoute mon appel !

Que ton oreille se fasse attentive au cri de ma prière!

Si tu retiens les fautes, Seigneur Seigneur, qui subsistera?

Mais près de toi se trouve le pardon pour que l'homme te craigne.

J'espère le Seigneur de toute mon âme; je l'espère, et j'attends sa parole.

Mon âme attend le Seigneur plus qu'un veilleur ne guette l'aurore.

Plus qu'un veilleur ne guette l'aurore,

attends le Seigneur, Israël.

Oui, près du Seigneur, est l'amour; près de lui, abonde le rachat.

C'est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes.

Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit,

Maintenant et toujours et pour les siècles et les siècles. Amen.

 

Seigneur, donnez-leur le repos éternel;

Et faites briller pour eux la lumière qui ne s'éteint jamais.

 

Des portes de l'enfer arrachez leurs âmes, ô Seigneur!

Qu'ils reposent en paix. Ainsi soit-il.

 

Seigneur, exaucez ma prière,

et que mon cri parvienne jusqu'à Vous !

 

Prions

 

O Dieu, créateur et rédempteur de tous les fidèles, accordez aux âmes de vos serviteurs et de vos servantes la rémission de tous leurs péchés, afin qu'elles obtiennent, par nos très humbles prières, le pardon qu'elles ont toujours attendu de votre miséricorde; vous qui vivez et régnez dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

 444163092_3781716e01

Donnez-leur, Seigneur, le repos éternel, et faites briller sur eux la lumière qui ne s'éteint jamais,

Qu'ils reposent en paix. Ainsi soit-il.

 

Pour recevoir chaque jour la méditation du Mois des Ames du Purgatoire, être tenu au courant des mises à jour du site et recevoir des prières par e-mail, abonnez-vous à la Newsletter d'Images Saintes

21 novembre 2011

Le Mois des Âmes du Purgatoire

Le Mois des Âmes du Purgatoire

 522_001

Vingt-deuxième jour

La prière pour les âmes du purgatoire est une des œuvres de Foi les plus excellentes

 

Méditation

 

La pensée de venir en aide aux trépassés est sainte, en raison du principe de foi dont elle procède. Les sens guident l'homme jusqu'à la tombe; au delà la raison s'obscurcit et découvre peu de chose. La foi est le seul flambeau qui éclaire les ténèbres de l'autre monde et nous fait suivre les âmes des morts. Que le corps se dissolve et se réduise en cendres, l'âme ne périt pas avec lui; mais, incorruptible et immortelle, elle entre dans la région de l'éternité pour y recevoir sa récompense. Oh! combien se ravive notre foi à l'immortalité des esprits et à la rémunération des œuvres quand nous assistons les âmes du purgatoire par d'abondants suffrages! De même que l'héroïque Judas Macchabée prouva sa ferme croyance à une autre vie quand il offrit au temple de Jérusalem douze mille dragmes d'argent pour expier les fautes de ses frères défunts, ainsi, quand nous offrons nos suffrages pour les morts, nous prouvons bien que nous ne les croyons pas tombés dans le néant, mais que nous les considérons comme vivants, et vivant en communion avec nous; que nous espérons aller les rejoindre un jour et que nous envoyons devant nous, comme une provision, nos œuvres qui maintenant leur servent, mais qui nous serviront encore plus quand nous arriverons à l'autre inonde. Ne soyons donc pas avares avec eux, car plus notre main sera généreuse pendant la vie, plus nous nous trouverons riches après la mort. Les rois de la terre ne règnent que sur les vivants: la mort soustrait les hommes à leur empire, et Dieu seul, devant qui les morts eux-mêmes sont vivants, est le souverain des vivants et des morts. C'est une vérité que nous proclamons par le fait quand nous offrons à Dieu des suffrages pour les morts. Nous reconnaissons alors que son domaine absolu s'étend à toutes les parties de l'univers; nous reconnaissons que tous sont sous sa dépendance, soit qu'ils vivent encore dans le monde, soit qu'ils aient déjà quitté la vie; nous donnons satisfaction à la divine justice pour les fautes qu'ils ont commises pendant la vie; nous donnons satisfaction à la divine miséricorde en les délivrant du purgatoire; nous pratiquons, en un mot, envers la divinité, les actes les plus méritoires de la foi. Si la noblesse et la grandeur des œuvres sont les motifs les plus puissants qui nous portent à les faire, comment pourrions-nous, chrétiens, nous dispenser de secourir les âmes du purgatoire, puisque c'est montrer notre foi en action et avec tant d'excellence! Mais, par nos suffrages, où envoyons-nous les âmes? Au ciel, pour y être éternellement heureuses avec Dieu. Voilà donc encore un des objets les plus sublimes de la foi qu'atteignent nos bonnes œuvres. Ce n'est pas une fin terrestre et périssable qui anime la compassion des fidèles pour les défunts. La foi n'a pas des vues si basses; son vol s'élève jusqu'au ciel, elle soulève les voiles de la divinité, et dans le sein de cet être immense, qui est le bonheur par essence, elle nous montre le but où arrivent les âmes que notre piété a secourues. Ainsi, que l'on considère le principe dont il procède, les attributs divins qu'il glorifie, ou la bienheureuse fin qu'il atteint, le soulagement des défunts est une des pensées les plus saintes, un des actes les plus héroïques de la foi. Faisons-en donc la continuelle occupation de notre vie, et, renouvelant en nous l'esprit de la foi, rendons nos œuvres de plus en plus abondantes.

 

Prière

 

O Dieu, auteur, objet et récompense de la sainte foi, nous ne vous connaissons ici-bas qu'à travers l'ombre des énigmes et les voiles des mystères; mais pour les âmes du purgatoire le voile de la foi est en grande partie déchiré: elles vous ont déjà connu comme juge, elles n'ont plus qu'à vous obtenir comme récompense. Accomplissez pour elles, Seigneur, ce dernier trait de votre justice et de votre bonté, Donnez-vous à elles comme prix et comme couronne de la foi très vive qu'elles ont eue sur la terre, de la très-ferme espérance qu'elles nourrissent dans le purgatoire; alors disparaîtront tous les désirs de la foi et de l'espérance, et dans l'heureuse possession de vos perfections, seule triomphera la charité qui, après les avoir échauffé de ses ardeurs sur la terre et dans le purgatoire, les enflammera pendant l'éternité dans le ciel.

 

Exemple

 

Une mère, inconsolable de la mort de son fils, pleurait depuis longtemps sa perte, sans cependant le secourir par les moyens que la religion fournit. Pour donnera sa tendresse une direction et un but plus utiles, le Seigneur lui envoya une vision: c'était une procession de jeunes gens dont les vêtements blancs étaient enrichis de divers ornements et qui, pleins de joie, se dirigeaient vers un temple magnifique. Le temple était le ciel, les vêtements blancs étaient le vêtement de la foi, les ornements étaient les œuvres de charité. La mère désolée, qui portait sans cesse dans son esprit et dans son cœur le fils qu'elle avait perdu, le cherchait avec anxiété parmi cette troupe choisie; mais, quelque attentif que fût son regard, elle ne le découvrit qu'après que tous furent passés: il était couvert d'un vêtement brun tout mouillé, et ne marchait qu'avec peine. A cette vue, ses larmes coulèrent avec plus d'abondance, et, d'une voix étouffée et interrompue parles sanglots, elle s'écria: « Pourquoi, ô mon fils, êtes-vous si triste et si différent de vos compagnons? Pourquoi restez-vous si loin en arrière? » Le jeune homme répondit tristement: « Vous voyez, ma mère, ces vêtements lugubres et mouilles: eh bien, voilà ce que produisent et votre deuil obstiné et les larmes que vous versez sur moi! Vos pleurs et votre deuil pèsent sur moi et m'empêchent de marcher librement comme les autres. Ah! cessez enfin de donner cours à cette douleur purement naturelle, et si vous m'aimez véritablement, si vous désirez me voir heureux, ranimez votre foi et secourez-moi par les œuvres de foi et de charité. Aidez-moi par de pieux suffrages, comme font les autres mères, non moins tendres, mais plus religieuses et plus sages que vous, et alors, heureux et joyeux, je pourrai atteindre, comme mes compagnons, le paradis à qui j'aspire ». Sans ajouter davantage, il disparut, laissant sa mère aussi empressée pour l'avenir à lui procurer les secours spirituels, qu'elle avait été auparavant prodigue de ses larmes continuelles. Que le même sentiment de foi nous anime à l'égard de nos amis défunts et nous rende plus attentifs à les soulager par nos bonnes œuvres que tendres à pleurer leur perte.

 

Récitons à l'intention des fidèles trépassés cinq Pater, Ave et Requiem, en mémoire de la passion de Notre Seigneur Jésus-Christ; supplions le Père éternel d'avoir pitié de leurs âmes en vue du sang répandu par son divin Fils, et, pour cela, répétons cinq fois l'oraison jaculatoire: « Miséricorde, ô Père Eternel, par le Très Précieux Sang de Jésus-Christ ». Puis, réciter un Notre Père, un je Vous salue Marie et un Requiem aeternam.

 

Suffrage

La précieuse offrande du sang de la nouvelle alliance fait sortir les âmes du profond abîme du purgatoire

 

La plus grande scène de notre foi est celle du calvaire, ou Jésus-Christ sur la croix versa tout son sang pour le salut du monde, parles plaies de ses mains, de ses pieds et de son côté. La divine justice ne peut résister à un si touchant spectacle, et, se trouvant apaisée par la satisfaction que lui apportent tant de mérites, elle remet à la créature misérable la dette contractée par le péché, et lui rend ses droits au royaume éternel. Si donc nous désirons voir les âmes affranchies de leur dette et plus vite appelées au royaume du bonheur, offrons souvent pour elles a Dieu le prix de la rédemption payé par son Fils sur la croix. Ainsi fit la Bienheureuse Archangela Panigarola pour délivrer son père, Gotard, du purgatoire, et elle y réussit en peu de jours; imitons sa constance et sa ferveur, et nous obtiendrons la même grâce.

 

Psaume 129

 

Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur, Seigneur, écoute mon appel !

Que ton oreille se fasse attentive au cri de ma prière!

Si tu retiens les fautes, Seigneur Seigneur, qui subsistera?

Mais près de toi se trouve le pardon pour que l'homme te craigne.

J'espère le Seigneur de toute mon âme; je l'espère, et j'attends sa parole.

Mon âme attend le Seigneur plus qu'un veilleur ne guette l'aurore.

Plus qu'un veilleur ne guette l'aurore,

attends le Seigneur, Israël.

Oui, près du Seigneur, est l'amour; près de lui, abonde le rachat.

C'est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes.

Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit,

Maintenant et toujours et pour les siècles et les siècles. Amen.

 

Seigneur, donnez-leur le repos éternel;

Et faites briller pour eux la lumière qui ne s'éteint jamais.

 

Des portes de l'enfer arrachez leurs âmes, ô Seigneur!

Qu'ils reposent en paix. Ainsi soit-il.

 

Seigneur, exaucez ma prière,

et que mon cri parvienne jusqu'à Vous !

 

Prions

 

O Dieu, créateur et rédempteur de tous les fidèles, accordez aux âmes de vos serviteurs et de vos servantes la rémission de tous leurs péchés, afin qu'elles obtiennent, par nos très humbles prières, le pardon qu'elles ont toujours attendu de votre miséricorde; vous qui vivez et régnez dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

 444163092_3781716e01

Donnez-leur, Seigneur, le repos éternel, et faites briller sur eux la lumière qui ne s'éteint jamais,

Qu'ils reposent en paix. Ainsi soit-il.

 

Pour recevoir chaque jour la méditation du Mois des Ames du Purgatoire, être tenu au courant des mises à jour du site et recevoir des prières par e-mail, abonnez-vous à la Newsletter d'Images Saintes

20 novembre 2011

Le Mois des Âmes du Purgatoire

Le Mois des Âmes du Purgatoire

310_001 

Vingt-et-unième jour

De la gloire qu'on procure au Ciel par les suffrages en faveur du purgatoire

 

Méditation

 

Si, comme le dit saint Luc, on célèbre avec joie dans le ciel la conversion d'une âme pécheresse qui cependant peut encore abandonner les voies du salut, quelle ne doit pas être l'allégresse des bienheureux quand arrivent à l'éternelle patrie, et sans danger de la perdre jamais, ces âmes affligées qui n'y pouvaient parvenir qu'après une longue et douloureuse expiation? Il en résulte, dit David, un accroissement de joie et de gloire pour le paradis, et toute cette église bienheureuse des élus célèbre les aumônes de la terre qui, en augmentant le nombre des saints, augmentent leur bonheur et leur joie. Jetons donc un regard vers le ciel qui se réjouit de nos suffrages, et alors omettons-les, si nous le pouvons! Dès sa naissance, chaque homme reçoit un ange pour gardien et pour guide. Pendant le cours de sa vie chaque fidèle choisit plusieurs saints pour ses protecteurs et ses avocats spéciaux, et entre eux et lui s'établit une confiance et un amour réciproques en vertu desquels plus l'homme voyageur professe de dévotion et de respect pour les anges et les saints, plus ceux-ci lui obtiennent de secours pour son salut. Considérons donc quel sera particulièrement le contentement ineffable des anges gardiens et des saints protecteurs et avocats, quand du fond du purgatoire ils verront arriver an ciel les dévots clients qu'ils attendent et désirent avec tant d'ardeur! Ils loueront éternellement les miséricordes du Seigneur qui a daigné bénir leurs soins, et feront retentir les voûtes du palais céleste des louanges qu'ils donneront aux fidèles dont les suffrages auront hâté la félicité de leurs bien-aimés. Qui donc ne voudrait pas recevoir dételles louanges dans le paradis? Mais parmi les habitants du ciel, nul ne ressentira une joie plus vive que celle vers qui sont tournés les regards de l'univers entier: Marie, qui, donnée pour reine et pour mère à tous les hommes et particulièrement aux âmes du purgatoire, invitera son Fils, son époux, les chœurs des anges et les ordres des saints à se réjouir avec elle en voyant enfin entrés dans son bienheureux royaume et réunis dans son sein maternel ses fidèles vassaux, les objets de son tendre amour. Bienheureux si nous pouvons contribuer à ce grand contentement de Marie! Mettons-nous à l'œuvre et ne négligeons rien pour atteindre un but si noble.

 

Prière

 

En voyant, ô Seigneur, comme toute la cour céleste se réjouit de la délivrance des âmes du purgatoire, notre dévotion se réchauffe et s'anime à prier pour elles: mais combien plus grande serait la joie des anges, des saints et de Marie, et des âmes enfin délivrées, s'ils pouvaient nous voir dans leur société sainte vous louer et vous bénir éternellement! Que ce soit là la récompense de notre pieuse compassion, la couronne que vous accorderez à notre dévotion, ô vous qui faites et glorifiez les saints! Car si nous obtenons cette récompense, cette couronne, nous aurons obtenu ce qu'on peut désirer de plus grand sur la terre, ce qu'on peut posséder de plus heureux dans le ciel.

 

Exemple

 

Un prêtre romain, très-dévot aux âmes du purgatoire, fut transporté en esprit dans l'église de Sainte-Cécile au delà du Tibre, où la très Sainte Vierge Marie lui apparut entourée d'une cour nombreuse d'esprits célestes, et assise sur un trône éclatant. Un profond silence régnait dans cette glorieuse assemblée, au milieu de laquelle il vit se prosterner, devant l'auguste Vierge, une mendiante couverte de vêtements déchirés, mais portant pur les épaules une fourrure de grand prix. Celle suppliante versait des larmes abondantes et implorait miséricorde pour l'âme d'un citoyen romain mort depuis peu d'instants. C'était Jean Patrizi, seigneur très charitable, mais condamné au purgatoire pour quelques légères fautes. « Cette fourrure précieuse que je porte, disait la pieuse femme, je l'ai reçue de lui, ô Marie, pour l'amour de vous sur les marches de votre basilique où je grelottais de froid. Un si grand don ne peut rester sans récompense, un acte si généreux doit porter votre cœur à le secourir. Venez-lui donc en aide, Mère de miséricorde, en ce moment où il en a le plus grand besoin; revêtez-le de gloire, comme il m'a revêtue en votre honneur de cette précieuse fourrure ». Cette prière fut répétée trois fois, les anges et les saints l'appuyèrent de leurs supplications, et Marie ordonna que Jean fût amené devant elle. Il vint chargé de chaînes pesantes et attendit humblement ce qu'elle allait décider. La reine du ciel fit signe alors qu'elle accordait la grâce, les liens tombèrent, le pénitent fut accueilli par Marie comme un fils, par les saints comme un compagnon et un frère, et ces esprits célestes le conduisirent avec l'expression de la joie la plus vive dans la gloire éternelle du paradis. La vision disparut. L'exemple de cette pieuse mendiante nous enseigne comment nous devons prier la sainte Vierge et employer la médiation des anges et des saints pour obtenir la délivrance des âmes du purgatoire.

 

Récitons à l'intention des fidèles trépassés cinq Pater, Ave et Requiem, en mémoire de la passion de Notre Seigneur Jésus-Christ; supplions le Père éternel d'avoir pitié de leurs âmes en vue du sang répandu par son divin Fils, et, pour cela, répétons cinq fois l'oraison jaculatoire: « Miséricorde, ô Père Eternel, par le Très Précieux Sang de Jésus-Christ ». Puis, réciter un Notre Père, un je Vous salue Marie et un Requiem aeternam.

 

Suffrage

La récitation du saint Rosaire est un des moyens les plus efficaces d'obtenir le lieu du repos aux défunts, en leur procurant des grâces très abondantes.

 

Une certaine Alexandrine d'Aragon, associée à la confrérie du Saint Rosaire, étant tombée dans le purgatoire, le Saint Patriarche Dominique et tous les confrères s'empressèrent de lui appliquer tant de suffrages, qu'ils parvinrent bientôt à la délivrer. Reconnaissante d'un si grand bienfait, l'âme apparut au fondateur pour le remercier, et avec lui toute la pieuse confrérie, du secours qu'elle en avait reçu, et en même temps pour l'encourager à prêcher et à étendre dans tout le monde la dévotion du Saint Rosaire, en vertu de laquelle tant daines sont délivrées du purgatoire. Si donc le Rosaire apporte tant de soulagement au purgatoire, prenons ou conservons l'habitude de le réciter tous les jours; et particulièrement aujourd'hui ajoutons-y cinq dizaines en plus, que nous appliquerons aux âmes souffrantes, afin que la sainte Vierge daigne les appeler près d'elle dans le paradis. pour augmenter la joie et la gloire de la cour céleste.

 

Psaume 129

 

Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur, Seigneur, écoute mon appel !

Que ton oreille se fasse attentive au cri de ma prière!

Si tu retiens les fautes, Seigneur Seigneur, qui subsistera?

Mais près de toi se trouve le pardon pour que l'homme te craigne.

J'espère le Seigneur de toute mon âme; je l'espère, et j'attends sa parole.

Mon âme attend le Seigneur plus qu'un veilleur ne guette l'aurore.

Plus qu'un veilleur ne guette l'aurore,

attends le Seigneur, Israël.

Oui, près du Seigneur, est l'amour; près de lui, abonde le rachat.

C'est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes.

Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit,

Maintenant et toujours et pour les siècles et les siècles. Amen.

 

Seigneur, donnez-leur le repos éternel;

Et faites briller pour eux la lumière qui ne s'éteint jamais.

 

Des portes de l'enfer arrachez leurs âmes, ô Seigneur!

Qu'ils reposent en paix. Ainsi soit-il.

 

Seigneur, exaucez ma prière,

et que mon cri parvienne jusqu'à Vous !

 

Prions

 

O Dieu, créateur et rédempteur de tous les fidèles, accordez aux âmes de vos serviteurs et de vos servantes la rémission de tous leurs péchés, afin qu'elles obtiennent, par nos très humbles prières, le pardon qu'elles ont toujours attendu de votre miséricorde; vous qui vivez et régnez dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

 444163092_3781716e01

Donnez-leur, Seigneur, le repos éternel, et faites briller sur eux la lumière qui ne s'éteint jamais,

Qu'ils reposent en paix. Ainsi soit-il.