11 juin 2008

Litanies de Saint Joseph

Num_riser0044

Allons à Saint Joseph !

par l'abbé J. Olivier

La dévotion à saint Joseph semble être inséparable d’une tendre et solide dévotion à Notre Seigneur Jésus-Christ et à la Très Sainte Vierge Marie. En effet, Jésus et Marie ont aimé saint Joseph, l’ont honoré et lui ont obéi. Saint Joseph les nourrissait du fruit de son travail ; enfin, il mourut entre leurs bras. Quelle belle vie, quelle douce mort ! Et quel n’est pas à présent dans le Ciel le crédit de ce grand saint. Aux cours des siècles, la confiance de l’Eglise envers saint Joseph n’a fait que croître. Protecteur providentiel du Christ, il continue à être celui de son Corps mystique et semble porter sur les humbles la sollicitude qu’il avait pour Jésus lui-même. « Allez à Joseph « , disait le Pharaon aux Egyptiens. Ne nous semble-t-il pas entendre la voix de l’Eglise qui nous dit : « allez à Joseph », adressez-vous à lui avec confiance ? Que n’obtiendra-t-il pas d’un Dieu fait homme qui a bien voulu le regarder comme son père et lui obéir sur la terre ? Saint Bernard de Clairvaux, au XIIème siècle, découvrait avec justesse la grandeur de saint Joseph : « Celui que de nombreux rois et prophètes ont désiré voir et n’ont pas vu, qu’ils ont désiré écouter et qu’ils n’ont pas entendu, il fut donné à Joseph, non seulement de le voir et de l’entendre, mais encore de le porter, de guider ses pas, de le prendre dans ses bras, de le couvrir de baisers, de lui donner à manger et de veiller sur lui ».Au XVème siècle, saint Bernardin de Sienne découvre davantage encore la gloire de saint Joseph. Il s’exprimait avec une rare pénétration : « Comment un esprit clairvoyant peut-il penser que le Saint-Esprit ait uni, d’une union si étroite à l’âme d’une Vierge si grande, quelqu’autre âme sans que celle-ci lui fut semblable par la pratique des vertus ? Je crois donc que saint Joseph fut le plus pur des hommes en virginité, le plus profond en humilité, le plus ardent en amour de Dieu et en charité, le plus élevé en contemplation ». Sainte Thérèse d’Avila, au XVIème siècle, avait choisi saint Joseph pour patron de son ordre. Voici comment elle en parle dans le sixième chapitre de sa vie : « Je choisis le glorieux saint Joseph pour mon patron et me recommande à lui en toutes choses. Je ne me souviens pas d’avoir jamais rien demandé à Dieu par son intercession que je ne l’aie obtenu. Jamais je n’ai connu personne qui l’ait invoqué sans faire des progrès notables dans la vertu. Son crédit auprès de Dieu est d’une merveilleuse efficacité pour tous ceux qui s’adressent à lui avec confiance ».Saint François de Sales a employé son dix-neuvième entretien à recommander la dévotion envers saint Joseph et à louer ses vertus, surtout sa virginité, son humilité, sa constance et son courage. Les Syriens et les autres Orientaux font la fête de saint Joseph le 20 juillet, mais on la fait le 19 mars dans les églises d’Occident. Les Papes Grégoire XV et Urbain VIII ordonnèrent, l’un en 1621 et l’autre en 1642, que cette fête fût d’obligation.Les Papes n’ont pas manqué de nous exhorter à recourir à saint Joseph et le bienheureux Pie IX, qui en 1870 proclama saint Joseph « Patron de l’Eglise Universelle », ne craignait pas d’affirmer : « La dévotion envers saint Joseph est le salut de la société contemporaine ». Léon XIII déclarait que « la divine maison que Joseph gouvernait avec l’autorité du père, contenait les prémices de l’Eglise naissante ». Le Pape Pie XII de glorieuse mémoire, institua en 1955, la fête de saint Joseph Artisan et en fixa la date au 1er mai. Le bienheureux Jean XXIII inséra le nom de notre glorieux Patron au sein même du canon de la messe et Notre Saint Père le Pape Jean Paul II écrit en conclusion de son Exhortation Apostolique Redemptoris Custos : « Je souhaite vivement que la présente évocation de la figure de Joseph renouvelle en nous aussi les accents de la prière que mon prédécesseur, il y a un siècle, le Pape Léon XIII recommanda d’élever vers lui. II est certain en effet, que cette prière et la figure même de Joseph ont acquis un renouveau d’actualité pour l’Eglise de notre temps, en rapport avec le nouveau millénaire chrétien ». Une apparition de saint Joseph, en Provence, dans le haut pays varois au XVIIème siècle, a été reconnue par l’Eglise : le 7 juin 1660, Gaspard Ricard, un berger de Cotignac, fait paître ses moutons sur les pentes du Bessillon. En ce milieu d’une journée brûlante, il se repose avec ses bêtes, à l’ombre des arbres. Il est très éprouvé par la soif car il a depuis longtemps épuisé sa gourde. Tout à coup, un homme surgit devant lui et, montrant une pierre, lui dit : « Je suis Joseph, enlève-la et tu boiras ». D’un regard connaisseur, Gaspard évalue le poids de la roche et objecte : « Je ne pourrai, elle est trop lourde ». Mais le mystérieux visiteur réitère son ordre. Le pâtre obéit et il a la stupéfaction de faire basculer le rocher au premier effort. Une eau vive se met alors à ruisseler ! Alertée, la population de Cotignac accourt au lieu du prodige et s’émerveille lorsque huit hommes essaient en vain de déplacer le rocher. La crainte s’empare du berger qui s’écrie : « C’est saint Joseph qui était là, c’est bien lui qui m’en a donné pouvoir ». Son émotion se communique à toute la foule qui s’agenouille et rend grâce à l’Epoux de la Vierge Marie pour ce signe et pour cette source, image des grâces abondantes que le céleste Patriarche désire déverser sur ceux qui l’invoquent. Les guérisons obtenues par l’application de l’eau de la fontaine attirent les pèlerins sur les flancs du Bessillon et le culte de saint Joseph, inexistant jusqu’alors dans la contrée, prend un essor extraordinaire et se répand au-delà de la Provence. Une chapelle sera rapidement édifiée à l’endroit du miracle et des pères oratoriens prendront en charge la direction spirituelle des pèlerinages. Le 31 janvier 1661, après enquête, Monseigneur Joseph Ondedei, évêque de Fréjus, reconnaît officiellement les apparitions de saint Joseph et en approuve le culte. Cette même année et suite à ces merveilleux événements, le roi Louis XIV consacre la France à saint Joseph, chef de la Sainte Famille. A cette occasion, Bossuet, avec le talent qu’on lui connaît, s’exprimera en ces termes : « Joseph a mérité les plus grands honneurs parce qu’il n’a jamais été touché de l’honneur. L’Eglise n’a rien de plus illustre parce qu’elle n’a rien de plus caché ». Aux petits bergers de Fatima, la Sainte Vierge annonce, lors de sa quatrième apparition, le 19 août 1917 : « Le dernier mois … saint Joseph viendra avec l’Enfant Jésus pour donner la paix au monde ». Et en effet, le 13 octobre, lors de la sixième et dernière apparition voici suivant les termes de Lucie ce dont les enfants furent les témoins : « J’ai vu Notre-Dame du Rosaire, revêtue d’un manteau bleu, recouvrant le blanc très brillant de sa robe ; et, habillé d’un vêtement rouge, saint Joseph ayant l’enfant Jésus sur les bras ». Saint Joseph est le modèle par excellence des pères de famille et des parents chrétiens, il est le patron des travailleurs et de tous ceux qui souffrent, des prêtres, des ordres religieux et des âmes virginales. Il veille particulièrement sur les enfants et sur la jeunesse. Il est de plus le patron de la Belgique et enfin celui de la bonne mort. En ces temps de grande dérive morale, il est plus qu’urgent de se tourner vers ce modèle de pureté et de chasteté. Dans ses litanies, saint Joseph est honoré sous le titre redoutable de Terreur des démons. Qui en effet, après la Très Sainte Vierge Marie peut comme saint Joseph faire trembler l’enfer et effrayer celui « qui rôde dans le monde en vue de perdre les âmes » ? Le 19 mars 1971, le Pape Paul VI s’adressait aux pèlerins de Rome en déclarant saint Joseph, « protecteur de la famille » et en exhortant les catholiques à recourir au saint Patriarche. Ces propos sont plus que jamais brûlants d’actualité : « Nous savons tous combien la famille a aujourd’hui besoin de protection et d’amour inviolable et sanctifiant : saint Joseph, invoqué avec piété, ne laissera pas manquer de sa protection. Et il voudra également protéger la Sainte Eglise, aujourd’hui si troublée et affligée ». Marthe Robin, la stigmatisée de Châteauneuf-de-Galaure, dont la cause de béatification est introduite, a dit un jour à propos de saint Joseph cette parole : « L’Eglise va le redécouvrir ! »

Souvenez-vous à Saint Joseph

« Souvenez-vous, ô très chaste époux de Marie, mon aimable protecteur, saint Joseph, que l’on n’a jamais entendu dire que quelqu’un ait sollicité votre protection et imploré votre secours sans avoir été exaucé. Je viens avec confiance me présenter devant vous et me recommander à vous avec ferveur. Ne rejetez pas mes prières, ô fidèle gardien de Jésus, mais écoutez-les avec bonté et daignez les exaucer. Ainsi soit-il. »

Litanies de Saint Joseph

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, ayez pitié de nous.

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, écoutez-nous.

Jésus-Christ, exaucez-nous.

Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Esprit Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Sainte Marie, priez pour nous.

Saint Joseph, priez pour nous.

Illustre descendant de David, priez pour nous.

Lumière des Patriarches, priez pour nous.

Époux de la Mère de Dieu,

Chaste gardien de la Vierge,

Nourricier du fils de Dieu,

Zélé défenseur de Jésus,

Chef de la Sainte Famille,

Joseph très juste,

Joseph très chaste,

Joseph très prudent,

Joseph très courageux,

Joseph très obéissant,

Joseph très fidèle,

Miroir de patience,

Ami de la pauvreté,

Modèle des travailleurs,

Gloire de la vie de famille,

Gardien des vierges,

Soutien des familles,

Consolation des malheureux,

Espérance des malades,

Patron des mourants,

Terreur des démons,

Protecteur de la Sainte Eglise,



Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous, Seigneur.



Il l'a établi le chef de sa maison.

Et l'intendant de tous ses biens.

Prions

O Dieu, qui, par une providence ineffable, avait daigné choisir le bienheureux Joseph, pour être l'époux de votre Sainte Mère, faites, nous vous en prions, que, l'honorant ici-bas comme protecteur, nous méritions de l'avoir pour intercesseur dans le ciel : Vous qui vivez et régnez dans les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

Téléchargez le texte des Litanies de Saint Joseph (pdf) en cliquant ici

Posté par fmonvoisin à 16:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,