21 avril 2019

O Filii et filiae

 

O Filii et filiae

Yann-Fañch Kemener (1957-2019)

Extrait de Kan ar Basion - Les Chants de la Passion

Disponible chez Buda Records, 2015

 

Klevet holl vugale Doué

Roue ar Zent hag an aele

A varo ’zo deut be’ hirie. Allelouia

 

Madelen, ganti div all c’hoaz

Euz ar be’ zantel pa dostaz,

Digor ha goulo de c’havas. Allelouia

 

Kentis ma klevjont an doare,

Daou abostol trezek ar be’

Buanan ma c’hellent a rede. Allelouia

 

Mab an diskib muian karet

Primoc’h ’vit Per an eus redet

Pa n’eus gwellet an eus kredet. Allelouia

 

Un ael gwenn eno azeet,

A respont d’ar grwage nec’het

Ema Jezus ressusitet. Allelouia

 

Er zal dek deus an esbestel

En e zav dirak-he hen gwel :

« Peoc’h emezan, dac’h tud fidel ! » Allelouia

 

An neventi pan he c’hievas

Un abostol hanveet Tomas

Disfius a chomas. Allelouia

 

Zelet Tomas, setu aze

- Ma zreid, ma daouarn, ma c’hoste,

Hang anzavet ar wririone. Allelouia

 

Pa welas Tomas ar goulioù

A zo merket en e vamproù

- C’hwi emezan eo ma otroù ! Allelouia

 

E’vrus ar re an eus kredet

Hep kaout ezom da welet,

An envoù deze zo roet. Allelouia

 

Ar goel-man kaer dreist peb hini

Ra vezo dre ol melodi

D’un Doue ken-mat ouzomp-ni ! Allelouia

 

Ia, o Jezus, ’vel ma tleomp

Eus ho karante’ evidomp

Mil drugare dac’h a ganomp Allelouia

 

Traduction

 

Ecoutez tous, enfants de Dieu :

Le Roi des Saints et des Anges

De la mort est ressuscité. Alléluia.

 

Madeleine et deux autres femmes

En s’approchant de la Sainte Tombe,

La trouvèrent ouverte et vide. Alléluia.

 

Aussitôt qu’ils entendirent la nouvelle,

Deux des Apôtres

accoururent en toute hâte. Alléluia.

 

Le fils du disciple le plus aimé

Est accouru plus vite que Pierre

Quand il a vu il a cru. Alléluia.

 

Un Ange blanc qui était assis

Répondit aux femmes tourmentées :

« Jésus est ressuscité ». Alléluia.

 

Dans la salle dix Apôtres

Debout devant eux le voit :

- « Paix sur vous mes fidèles », dit-il. Alléluia.

 

Quand il entendit la nouvelle,

Un Apôtre nommé Thomas

Resta méfiant. Alléluia.

 

Regardez Thomas, regardez là

- Mes pieds, mes mains, mon flanc

Et reconnaissez la vérité. Alléluia.

 

Quand Thomas vit les plaies

Dont ses membres était marqués :

- « Vous êtes mon Seigneur ! » Alléluia.

 

Heureux ceux qui ont cru

Sans avoir besoin de voir

Le Ciel leur sera accordé. Alléluia.

 

Cette fête par-dessus toutes

Mérite une louange universelle,

Pour un Dieu si bon à notre égard. Alléluia.

 

Oui, ô Jésus, comme nous le devons,

Pour votre amour envers nous

Nous te chantons mille fois merci. Allelluia.


31 juillet 2017

Séquence de Sainte Elisabeth de Hongrie

 Concinat Ecclesia

« Que l’Église loue »

Séquence Liturgique de Sainte Elisabeth de Hongrie

 

Interprétée par Ioculatores, Ars Choralis Coeln, Amarcord

 

Extrait de l'album "Vita S. Elisabeth",

sorti en 2007 chez le label Raum Klang.

Disponible chez tous les bons disquaires

 

La Séquence d’Elisabeth, issue d’un missel Franciscain

(Paris, Ravenne XIVe/XVe siècles)

 

Non seulement l’accent porté sur l’appartenance d’Elisabeth à l’Ordre des Franciscains indique que le poète faisait partie de l’Ordre des Frères Mineurs, mais également le début du texte, qui rappelle de façon évidente le « Concinat plebs fidelium » de la séquence de Sainte Claire. La forme mélodique suit la Séquence de la Pentecôte « Veni Creator Spiritus ». Cette séquence pleine d’entrain, fut souvent reprise dans la forme de la Messe « in honorem S. Elisabeth » du Pape Grégoire IX qui, à l’origine, ne comportait pas de séquence. Le description de la sainteté et des bonnes œuvres d’Elisabeth est suivie dans les derniers vers d’une prière fervente : « Détruis nos péchés et dirige nos pas vers les hauteurs du Ciel ».

 

Concinat Eccelsia

celebri memoria

Elisabeth hodie

quae in coeli curia

coronatur gloria

stirps regis Hungariae.

 

Que l’Église loue

de mémoire festive

Elisabeth aujourd’hui

qui dans la salle céleste

sera couronnée de la gloire de Dieu,

la souche du roi Hongrois.

 

Pro Francisci chordula

mantello, tunicula

purpuram deposuit ;

Sic fratrum discipula

minorum minicula

minima se praebuit.

 

Pour la cordelière de François,

la bure et la chemise,

elle a ôté la pourpre ;

la moindre des élèves

des Frères Mineurs

se montra la plus humble ;

 

De quorum consilio

sub Conrado studio

regulari voluit.

Tandem magisterio

multis facta lectio

stella mundo claruit.

 

Selon leurs conseils

elle voulut sous le zèle de Conrad

être disciplinée.

Enfin elle apparut après que,

du dresseur elle eût de nombreuses leçons reçu,

comme l’étoile du monde.

 

Leprosis obsequio

Languidis suffragio,

maestis fit in gaudium.

Pauperum refectio

fuit in hospitio

cunctis patens ostium.

 

Par son ardeur envers les pestiférés,

par son soutien aux faibles,

les affligés seront à la joie amenés.

Pour les pauvres une collation

était à l’auberge,

pour tous, la porte était ouverte.

 

Hospitalis domina

in tuorum agima

hospites nos elige !

Nostra dele crimina

et ad caeli culmina

pedes nostros dirige !

 

Patronne des asiles,

choisis-nous, étrangers,

dans ta suite ;

Détruis nos péchés

et guide nos pieds

vers les hauteurs du Ciel.

 

7d2590a8e34db477b9e7479b9bf742fd

Téléchargez le texte de cette séquence (pdf) en cliquant ici

 

25 janvier 2015

L'Angelus Breton

 

L'Angélus Breton

 

382_001

 

V. Angelus Domini, nuntiavit Mariae
R/ Et concepit de Spiritu Sancto.

V. L’ange du Seigneur apporta l’annonce à Marie,
R/ Et elle conçut du Saint-Esprit.

 

Ni ho salud gant karantez Rouanez ar Sent hag an Aelez !

C'hwi a zo benniget, o pia ! Hag a c'hrasoù karget ! Ave Maria !

 

Nous Vous saluons avec amour Reine des saints et des anges !

Vous êtes bénie! O pieuse ! Et pleine de grâces ! Ave Maria !

 

(Me ho salud, Mari), leun a c'hras, An Aotrou Doue a zo ganeoc'h, benniget oc'h dreist an oll gwragez, Ha benniget eo ar frouez euz ho korv, Jezuz.

Santez Mari, Mamm da Zoue, Pedit evidom pec'herien, bremañ ha da eur or maro. Evel-se bezet graet.

 

(Ave Maria), gratia plena : Dominus tecum : benedicta tu in mulieribus, et benedictus fructus ventris tui, Jesus.

Sancta Maria mater Dei, ora pro nobis peccatoribus, nunc et in hora mortis nostrae. Amen.

 

(Je Vous salue Marie), comblée de grâce, le Seigneur est avec Vous, Vous êtes bénie entre toutes les femmes, et Jésus, le fruit de Votre sein est béni.

Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amen.

  

235_001

 

V. Ecce ancilla Domini.
R/ Fiat mihi secundum verbum tuum.

V. Voici la Servante du Seigneur
R/ Qu’il me soit fait selon votre parole.

 

Ra vezo benniget Jezuz ! ar frouezh eus ho korf eürus !

Kanomp gant an aelez, o pia ! e veuleudi bemdez, Ave Maria !

 

Que soit béni Jésus ! Le fruit de votre corps bienheureux !

Chantons avec les anges ! O pieuse ! Ses louanges chaque jour, Ave Maria !

 

(Me ho salud, Mari), leun a c'hras, an Aotrou Doue a zo ganeoc'h, benniget oc'h dreist an oll gwragez, ha benniget eo ar frouez euz ho korv, Jezuz.

Santez Mari, Mamm da Zoue, Pedit evidom pec'herien, bremañ ha da eur or maro. Evel-se bezet graet.

 

(Ave Maria), gratia plena : Dominus tecum : benedicta tu in mulieribus, et benedictus fructus ventris tui, Jesus.

Sancta Maria mater Dei, ora pro nabis peccatoribus, nunc et in hora mortis nostrae. Amen.

 

(Je Vous salue Marie), comblée de grâce, le Seigneur est avec Vous, Vous êtes bénie entre toutes les femmes, et Jésus, le fruit de Votre sein est béni.

Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amen.

  

 

824_001-001

 

V. Et Verbum caro factum est.

R/ Et habitavit in nobis.

 

V. Et le Verbe s'est fait chair.

R/ Et il a habité parmi nous.

 

Ni ho ped, Mari, gwerc'hez c'hlan pa vezimp war hon tremenvan

Da c'houlenn ouzh Jezuz, o pia ! Deomp ur marv eürus, Ave Maria !

 

Nous vous prions, Vierge pure ! À notre dernière heure,

De demander à Jésus, O pia ! De nous obtenir une mort heureuse, Ave Maria !

 

(Me ho salud), Mari, leun a c'hras, an Aotrou Doue a zo ganeoc'h, benniget oc'h dreist an oll gwragez, ha benniget eo ar frouez euz ho korv, Jezuz.

Santez Mari, Mamm da Zoue, pedit evidom pec'herien, bremañ ha da eur or maro. Evel-se bezet graet.

 

(Ave Maria), gratia plena : Dominus tecum : benedicta tu in mulieribus, et benedictus fructus ventris tui, Jesus.

Sancta Maria mater Dei, ora pro nabis peccatoribus, nunc et in hora mortis nostrae. Amen.

 

(Je Vous salue Marie), comblée de grâce, le Seigneur est avec Vous, Vous êtes bénie entre toutes les femmes, et Jésus, le fruit de Votre sein est béni.

Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amen.

 

V. Ora pro nobis, sancta Dei Genetrix.

R/ Ut digni efficiamur promissionibus Christi.

V. Priez pour nous, sainte Mère de Dieu

R/ Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.

 

Oremus

 

Gratiam tuam, quaesumus, Domine, mentibus nostris infunde ; ut qui, Angelo nuntiante, Christi Filii tui incarnationem cognovimus, per passionem eius et crucem, ad resurrectionis gloriam perducamur. Per Jésus Christum Dominum nostrum.

R/ Amen.

 

Prions

 

Que Votre grâce, Seigneur, se répande en nos cœurs. Par le message de l'ange, Vous nous avez fait connaître l'Incarnation de Votre Fils bien aimé, conduisez-nous, par Sa Passion et par Sa Croix jusqu'à la gloire de la Résurrection. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur.

R/ Amen.

 

Annunciation (2)

 

Chant extrait de l'album

« Pèlerinage à Sainte Anne d'Auray, chants et cantiques populaires »

interprété par la Chorale du Petit Séminaire de Sainte Anne d'Auray,

Un album disponible en téléchargement

 

Téléchargez le texte de cette prière (pdf) en cliquant ici

Téléchargez la partition de cette prière (pdf) en cliquant ici

21 juillet 2014

O Anna mamm Mari

O Anna mamm Mari

 

Diskañ. O Anna Mamm Mari, ha galon ni ho ped,

Doh peb droug gouarnet ni, groiet ma vel oll salvet.

 

Refrain. Ô Anne, Mère de Marie, de tout cœur, nous te prions,

Garde-nous de tout mal, donne-nous le salut.

 

1. Joachim, Anna,um rejoeiset, reit zo deoh ur hrouèdur hep par,

Ho merhig e zo benniget, dreist en oll dud zo ar en douar.

 

Joachim, Anne, réjouissez-vous, vous avez une enfant incomparable,

Votre petite fille est bénie entre toutes les femmes.

 

2. Saùet ho penn ged leuiné, tud ag en douar, ne ouilet ket,

Rag a pe splann er goleu-dé e ma tost en héol de zoned.

 

Redressez la tête avec joie ! Ne pleurez pas, habitants de la terre,

Car lorsque se lève l’aurore, le soleil n’est pas loin.

 

3. Er verhig-man e zo choéjet, de voud Mam de salvér er bed,

Ha ged en oll é vo anùet, rouanéz en dud hag en Eled.

 

Cette petite fille est choisie pour être mère du sauveur du monde,

Par tous, elle sera nommée reine du monde et reine des anges.

 

4. O Mari, rozenn mistérius, nen des ennoh meid braùité ;

stirenn dreist en oll hugernus, hui e zigor splanndèr er dé.

 

O Marie, Rose mystique, il n'y a en toi que beauté !

Etoile rayonnante entre toutes, tu apportes la lumière.

 

5. Santéz Anna, inour deoh-hui, ar en douar èl é lein en né,

Inour eué d’ho merh Mari, gwerhiez berped ha Mamm de Zoué.

 

Sainte Anne, honneur à toi sur la terre comme au ciel,

Honneur aussi à Marie, ta fille, toujours Vierge et Mère de Dieu.

09 janvier 2014

Kantik Sant Erwann Treger

grandes-croniques-de-bretaigne-0312

 Kantik Sant Erwann Treger

 

Diskan :

Nann, n’eus ket e Breizh, nann, n’eus ket unan,

Nann, n’eus ket ur sant, evel sant Erwan,

Nann, n’eus ket ur sant, evel sant Erwan.

 

1. N’eus ket en Argoad, n’eus ket en Arvor,

Koulz ha sant Erwan ’vit an dud a vor (X2)

 

2. Nann, n’eus ket er vro, ’vel ma lavarer,

Hag a ve ken mat ’vit al labourer.

 

3. N’eus ket kaeroc’h skouer d’an dud a lezenn

Evit sant Erwan, skouer ar veleien.

 

4. Evel hon Tadoù, int, tud a gredenn,

Lavaromp d’ar Sant, ’n ur gaer a bedenn :

 

5. Aotrou Sant Erwan, Patron Breizh-Izel,

Bezañ treitour deoc’h, nann, kentoc’h mervel.

 

Cantique à Saint Yves de Tréguier

 

Refrain :

Non, il n’y a pas en Bretagne, non, il n’y a pas un,

Non, il n’y a pas un saint, comme saint Yves,

Non, il n’y a pas un saint, comme saint Yves.

 

1. Il n’y a pas en Argoat ni en Arvor,

Aussi bon que saint Yves pour les gens de la mer.

 

2. Non, il n’y a pas dans le pays, partout on le dit,

Qui serait si bon pour le paysan.

 

3. Il n’y a pas plus bel exemple pour les gens de loi

Avec saint Yves, prêtre exemplaire.

 

4. Comme nos ancêtres l’étaient, croyants,

Parlons au saint, celui-là est un bon prieur.

 

5. Saint Yves, patron de la Basse-Bretagne,

Être traître envers vous, non, plutôt mourir.


05 novembre 2013

Tropaire à la Sainte Famille

Tropaire à la Sainte Famille

 

Sainte Famille de Nazareth, petite Trinité sur la terre,

Jésus, Dieu sur la terre,

Marie, épouse de l'Esprit,

Joseph, ombre du Père,

Rendez-nous semblables à vous.

Petite Trinité sur la terre,

Joseph, mourant d'amour pour Marie,

Marie, mourant d'amour pour Jésus,

Jésus, mourant d'amour pour Marie,

rendez-nous semblables à Vous.

 

(Ephraïm)

01 novembre 2013

Viens, ô Père des Lumières, un hymne de St L.M. Grignion de Montfort

Viens, ô Père des Lumières

(Saint Louis-Marie Grignion de Montfort)

Interprété par la Communauté des Béatitudes,

extrait du CD "La Louange du matin"

 

Viens, ô Père des Lumières, viens, ô Dieu de Charité,

Forme en nous notre prière, montre-nous la Vérité,

Fais descendre dans nos âmes une braise de Ton Feu,

Qui les pénètre de flammes et les remplisse de Dieu.

 

03 février 2013

J'ai vu l'eau vive

J'ai vu l'eau vive

Un chant de l'Abbaye de Keur Moussa

 

J'ai vu l'eau vive jaillissant du cœur du Christ, Alléluia !

J'ai vu la source devenir un fleuve immense, Alléluia !

Tous ceux que lave cette eau seront sauvés et chanteront :

Alléluia ! Alléluia ! Alléluia !



J'ai vu le Temple désormais s'ouvrir à tous, Alléluia !

J'ai vu le Verbe nous donner la paix de Dieu, Alléluia !

Tous ceux qui croient en Son Nom seront sauvés et chanteront :

Alléluia ! Alléluia ! Alléluia !



Quiconque a soif du Dieu vivant, qu'il vienne à Moi, Alléluia !

Et de son cœur jaillira l'Esprit de Dieu, Alléluia !

Jésus revient victorieux montrant la plaie de Son Côté :

Alléluia ! Alléluia ! Alléluia !

 

Celui qui mange Ma Chair et boit Mon Sang, Alléluia !

En vérité, Je vous le dis, demeure en Moi et Moi en lui,

Les fils de Dieu chanteront au Festin de l'Agneau :

Alléluia ! Alléluia ! Alléluia !

 

Je suis l'Etoile radieuse du matin, alléluia

Voici qu'est proche Mon retour, heureux celui qui croit en Moi,

Voici les noces de l'Agneau et son épouse s'est parée :

Alléluia, Alléluia, Alléluia !

 

 

Posté par fmonvoisin à 18:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

09 octobre 2012

O Ignis Spiritus Paracliti

25409754

O Ignis Spiritus Paracliti

Séquence du Saint Esprit

Un texte de Sainte Hildegarde de Bingen

Docteur de l'Eglise

O ignis Spiritus Paracliti,
vita vite omnis creature,
sanctus es vivificando formas.

Sanctus es ungendo periculose fractos,
sanctus es tergendo fetida vulnera.

O spiraculum sanctitatis, o ignis caritatis,
o dulcis gustus in pectoribus
et infusio cordium
in bono odore virtutum.

O fons purissimus,
in quo consideratur, quod Deus alienos colligit
et perditos requirit.

O lorica vite
et spes compaginis membrorum omnium
et o cingulum honestatis,
salva beatos.

Custodi eos,
qui carcerati sunt ab inimico,
et solve ligatos,
quos divina vis salvare vult.

O iter fortissimum, quod penetravit omnia
in altissimis et in terrenis et in omnibus abyssis,
tu omnes componis et colligis.

De te nubes fluunt, ether volat,
lapides humorem habent,
aque revulos educunt
et terra viriditatem sudat.

Tu etiam semper educis doctos,
per inspirationem sapientie letificatos.

Unde laus tibi sit,
qui es sonus laudis
et gaudium vite,
spes et homor fortissimus,
dans premia lucis.

 

O Feu du Paraclet consolateur

 

O Feu du Paraclet Consolateur

vie de la vie de toute créature:

tu es sai nt, qui donne la vie aux formes.

 

Tu es saint, qui soulage les grands blessés,

tu es saint qui purifie les blessures fétides.

 

O Souffle de sainteté, feu de Charité,

Douceur qui s'installe dans les corps,

infusée dans le coeurs,

dans le parfum de toutes les vertus.

 

O Fontaine des plus claires,

qui montre comment Dieu rassemble ceux qui errent

et cherche ceux qui sont égarés.

 

O Bouclier de la vie

espoir d'union de tous les membres,

Toi, ceinture de la vertu:

sauve les bienheureux.

 

Garde ceux que l'ennemi enchaîna,

délivre les asservis,

que la puissance divine choisi de sauver.

 

O Voie puissante,

pénétrant en tous lieux,

dans le haut des Cieux et sur terre

et jusque dans les abîmes:

tu réunis et rassembles tous.

 

Tu fais flotter les nuages et voler les airs

tu fais que les rochers exhalent leurs vapeurs,

que les bateaux se forment en ruisseau

et que la terre exsude la croissante verdure.

 

Et toujours tu enseignes

à ceux qui ont soif d'apprendre

rendus heureux par ta sagesse.

 

Loué sois-tu,

en qui résonnes les louanges

et joie de la vie,

espoit et honneur puissant,

qui prodigue les dons de la lumière.

27 mars 2012

Kalon Sakret Jézus, un chant au Sacré Coeur en Breton

Kalon Sakret Jézus

Cœur Sacré de Jésus

Interprété par le Kanerion Pleuigner

Extrait de l'album "Voix de Bretagne", aux Editions Coop Breizh

 

1. Jézus, a holl viskoah,

    Ennein e huès chonjet ;

    Jézus, a holl viskoah,

    Hui e huès me haret.

 

    Jésus, depuis toujours,

    Vous avez pensé à moi ;

    Jésus, depuis toujours,

    Vous m'avez aimé.

 

Refrain: Kalon Sakret Jézus,

            Kalon Sakret men Doué,

            Intanet me halon

            Get tan ho karanté.

 

            Cœur Sacré de Jésus,

            Cœur Sacré de mon Dieu

            Embrasez mon mon cœur

            Du Feu de Votre Amour.

 

2. Petra ho tougé hui

    De rein dein er vuhé,

    Petra ho tougé hui

    Nameit ho karanté ?

 

    Qu'est-ce qui Vous a conduit

    A me donner la vie,

    Qu'est-ce qui Vous a conduit

    Si ce n'est Votre Amour ?

 

3. Perak, a lein en Néan,

    E eh lui dichennet

    Er hreù a Vethléem ?

    Rak ma huès me haret.

 

    Pourquoi, du haut des Cieux,

    Etes-Vous descendu

    Dans l'étable de Bethléem ?

    Parce que Vous m'avez aimé.

 

4. Jézus, ar er halvar,

    Pé liamm ho talhé

    Ariet doh er goès ?

    Ataù ho karanté.

 

   Jésus, sur le Calvaire,

   Quel lien Vous retenait

   Attaché à la Croix ?

   Toujours Votre Amour.