06 mai 2022

Saint Mommolin

St Mommolin II-001

 

Saint Mommolin

Abbé de Fleury

+ au VIIe siècle

Fête le 8 août

 

Mommolin, ou Mommole, que l'on appelle ordinairement saint Momble, naquit de parents riches et pieux qui l'élevèrent chrétiennement et le firent instruire. L'année et le lieu de sa naissance sont indéterminés. L'auteur de sa vie (1) nous apprend seulement qu'il vivait dans le septième siècle, et qu'il était natif du « pays d'Orléans en France » (2). Son enfance fit pressentir sa vie tout entière. Dégoûté du monde avant d'en avoir goûté les perfides douceurs, il gagna la solitude et consacra à Dieu, avec les prémices d sa jeunesse, toutes les aspirations de son âme, tous ses rêves d'avenir.

L'ancien monde romain venait de se dissoudre ; une ère nouvelle était commencée. Les barbares, instruments de la divine Providence, quittaient leurs forêts séculaires, châtiaient par le fer et le feu les peuples trop longtemps amollis par de honteuses voluptés, et vengeaient le sang des martyrs. La civilisation disparut, mais elle fut remplacée par un esprit nouveau qui s'ouvrit aux pures illuminations du christianisme. Le monde, ébranlé par mille secousses, chancelait encore sur ses bases, quand fut crée par saint Benoît un asile sanctifié par la prière, où pouvaient venir se réfugier pour toujours les cours las du siècle ou ambitieux de pénitences et d'austérités. La grande famille monastique était alors représentée tout entière sur le Mont Cassin par les disciples de Benoît, comme autrefois le genre humain sur une montagne d'Arménie par les habitants de l'arche. Le spectacle d'une si haute perfection sous une forme si nouvelle, mais si naturelle, réveilla partout un vif désir d'imitation et de sainte émulation. Benoît, sollicité de toutes parts, mais en particulier par saint Innocent, évêque du Mans, envoya en France saint Maur, auquel il donna pour compagnons Simplice, Constantinien, Antoine et Fauste. Saint Maur fonda en France grand nombre de monastères, entre autres celui de Saint Aignan, à Orléans. C'est dans cette sainte solitude que Mommolin fit son noviciat sous la conduite de Léodebede ou Léodebunde qui en était abbé. « Léodebunde était un homme signalé en science, richesse et sainteté de vie, moribus et scientiâ senex. » A l'école d'un tel maître, Mommolin, que la nature avait doué d'une manière très heureuse, s'éleva rapidement à une haute perfection. Ayant appris à obéir, il fut bientôt jugé digne de commander, et fut mis à la tête d'un monastère nouvellement fondé.

Après la conquête des Gaules, les Romains bâtirent, dans les lieux les plus agréables, des châteaux de plaisance ; les bords enchantés de la Loire fixèrent particulièrement leur attention. À quelques lieues d'Orléans, une vallée que ses agréments et ses productions avaient fait surnommer la Vallée d'or, vallis aurea, embellit ces délicieux rivages. La beauté des fleurs, la magie du paysage, le ciel serein, la bienfaisance de l'air semblent dire au voyageur : arrête-toi là. Les Romains, peuple si sensuel, après avoir été si austère et si belliqueux, y élevèrent un château, qu'ils décorèrent du nom de Floriacum, Fleury, comme s'ils avaient voulu rivaliser par les magnificences de l'art avec les merveilles de la nature. Ce monument appartint plus tard à Jean Albon, seigneur puissant qui avait renoncé à la cour de l'infâme Brunehaut, reine d'Austrasie, et voulait, loin du monde, travailler à son salut. Il fit une œuvre plus utile que les Romains, en fondant une église, à qui il donna, peut-être à dessein, le nom d'un martyr, saint Sébastien, pour faire oublier par la doctrine de l'immolation chrétienne les grossières concupiscences des maîtres du monde. Quelque temps après (620), il se retira avec son fils au monastère de Saint Aignan, auprès de Leodebunde. En embrassant la vie monastique, il donna tous ses biens à cette abbaye, à la condition expresse que son château de Fleury serait converti en monastère. Le pieux abbé posa bientôt à Fleury la première pierre de l'église, en permettant à Albon d'en diriger les travaux, et la consacra à saint Pierre, Prince des Apôtres. L'église donna son nom au monastère, qui fut peuplé des Bénédictins envoyés de celui de Saint Aignan. Foucauld fut le premier abbé de Saint Pierre de Fleury. Rigomar fut le second. Le troisième fut Mommolin, qui dut céder aux ordres de Léodebunde et faire le sacrifice de sa tranquillité personnelle pour venir prendre le gouvernement de cette maison naissante. C'était vers l'an 650.

De cette époque datent les progrès de cette célèbre abbaye, que Léon VII appelait plus tard le premier et le chef de tous les monastères : Caput ac primum omnium cænobiorum, et dont l'abbé, par un privilège d'Alexandre II, avait la qualité de premier des abbés de France.

Mommolin agrandit les bâtiments du monastère et y établit « une publique académie de vertu et de bonnes lettres ». Dans les temps de la barbarie, les cloîtres ont été le refuge des sciences, « palestres d'honneur, séminaires des prélats et docteurs de l’Église ». Les personnages les plus remarquables vinrent se ranger sous la houlette du pieux et savant abbé. Dans cette pléiade d'esprits éminents, formés par ses soins, nous distinguons « le noble Hugon d'Aquitaine, dont le scavoir et bonnes mœurs a donné lustre et réputation à l'abbaye de Solignac en Limousin ; et saint Gyldas, qui ne mangeoit durant le cours de sa vie que trois fois la semaine et fort sobrement », et qui illustra plus tard l'académie d'Iren en Angleterre. L'immortel Gerbert ou Sylvestre II, premier Pape français (999), à qui la science doit l'introduction en Europe des chiffres arabes, avait été moine de Fleury.

Le plus grand événement de la vie de notre Saint est celui que nous allons raconter. Le monastère du Mont Cassin, l'aîné de tous les monastères en Occident, le berceau de l'Ordre Bénédictin, avait été détruit par les Lombards. Mommolin, averti par un Ange, veut arracher à la profanation des barbares les reliques de saint Benoît. Il confie cette héroïque mission à l'un de ses moines, natif de Blois, nommé Aygulphe. La longueur et les périls du voyage n'effraient point le serviteur de Dieu ; il part en compagnie de quelques chrétiens du Mans qu'une vision surnaturelle invitait à aller rechercher le corps de sainte Scholastique, la bienheureuse sœur du patriarche des moines d'Occident, pour le remettre entre les mains de leur évêque Bérarius. Les pieux pèlerins se rendent à Rome. Là, Aygulphe se détache de ses compagnons, arrive au Mont Cassin et découvre au milieu des ruines les dépouilles sacrées de saint Benoît et de sainte Scholastique. Il s'en empare et les emporte. On le poursuit ; mais la joie d'une bonne action donne force et courage. Qui pourrait arrêter l'innocent ravisseur ? Il vole plutôt qu'il ne marche sous son précieux fardeau, échappe, Dieu aidant, à tous les pièges, traverse l'Italie et rentre en France par la Savoie. Pendant que les bénédictions des peuples accompagnent ses pas, tout-à-coup Dieu fait éclater sa puissance. Aygulphe s'était arrêté à Orléans, à un endroit nommé Bony, in prædio Bonodio, où l'on bâtit dans la suite une église sous le titre de Saint Benoît du Retour. Un aveugle de naissance est guéri au seul contact de la caisse qui contenait les reliques, un estropié recouvre l'usage de ses membres. Mommolin accourt au-devant d’Aygulphe avec une immense multitude. C'était le 11 juillet 660, c'est-à-dire 117 ans après la mort de saint Benoît. La joie brille sur tous les fronts, l'allégresse et les chants de triomphe se confondent avec les témoignages du respect et de la vénération. « On passe allègrement tout le reste de ce jour avec hymnes et louanges au Seigneur ».

Il ne fut bruit longtemps que de cette translation et de deux résurrections opérées par les saintes reliques. Dans ces âges de naïve croyance, un ossement sacré était un trésor pour tout un peuple. On faisait un voyage pour le vénérer et on prenait les armes pour le garder. Que de reliques nous sont arrivées en France par les sacrifices que s'imposaient les Croisés pour les acquérir, ou bien même par le droit de conquête ?

L'hagiographie nous fournit d'autres exemples de semblables translations de reliques. Dans le VIIIe siècle, les ossements des saints Abdon et Sennen, princes Persans, martyrisés à Rome, pendant la persécution de Déce, furent exhumés des catacombes et accordés à la pieuse sollicitation des Bénédictins et des habitants d'Arles-sur-Tech (Pyrénées-Orientales), dans le but d'éloigner les fléaux qui désolaient le pays. Ces reliques furent mystérieusement portées dans cette ville, cachées dans des barils pleins d'eau, qui reposent aujourd'hui sur l'autel qui leur a été consacré dans une des chapelles de l'église. Ces instruments d'une pieuse fraude nous attestent avec quel dévouement nos pères professaient le culte des reliques, puisque tant de précautions étaient nécessaires quand il était question d'en déplacer quelqu'une, même avec un légitime consentement. Fière et heureuse de posséder ces deux Saints, la ville en a fait ses patrons, et garde avec respect un sarcophage de marbre qui contenait autrefois leurs ossements, et d'où coule aujourd'hui une source qui n'a jamais tari.

Dans le XVe siècle, tel était l'enthousiasme des peuples pour saint Roch, le patron des pestiférés, que Venise, plus exposée que les autres villes à la contagion, à cause de son commerce avec l'Orient, envoya à Montpellier des marchands audacieux qui s'emparèrent furtivement du corps du Saint et l'emportèrent dans leur pays, avec l'assurance que la peste n'aurait plus de puissance meurtrière chez eux.

On sait que vers la fin du XVIe siècle une dispute fameuse s'éleva entre les religieux du couvent de Saint Antoine de Viennois et les Bénédictins de l'abbaye de Mont-Majour d'Arles (Bouches du Rhône), sur la possession des reliques de saint Antoine du désert. Les députés de toute la province y prirent part, et deux Papes intervinrent dans les débats. Des querelles de cette nature peuvent dégénérer en abus ; mais elles illustrent un peuple qu'on peut encore passionner en lui montrant une relique. Les croisades, qui ont ébranlé l'Europe, n'avaient d'abord pour but que de reconquérir un tombeau.

Si, à une époque assez rapprochée de notre marasme religieux, on était encore capable de tant de foi, qui pourrait peindre les transports qui durent accueillir les reliques de saint Benoît ?

Mais les joies d'ici-bas ont un terme. À ce pieux concert de bénédictions et de louanges, à cette effervescence d'une foi toute démonstrative succéda enfin le calme raisonné de la piété silencieuse. Mais il fallut se résigner à séparer les corps de ces « bessons » qui avaient dormi plus d'un siècle dans le même tombeau. Les reliques de sainte Scholastique furent concédées à la ville du Mans, qui les sollicitait avec de nouvelles instances. Elles y furent reçues avec d'ineffables transports, dont le souvenir se perpétua par une fête annuelle fixée au 11 juin. Saint Benoît fut retenu par Mommolin. Il devint le patron, non-seulement d'une église érigée sous son vocable, mais encore de l'abbaye qui perdit dès lors son nom romain de Fleury (Floriacum) et ne fut plus connue que sous celui de son glorieux hôte transalpin. Le Saint eut bientôt des autels, des sanctuaires partout. Son nom déjà cher à la chrétienté, son image vénérée, son patronage puissant, lui acquirent une renommée universelle, une popularité à nulle autre pareille. La « médaille de saint Benoît », si connue au XVe siècle, et portée encore aujourd'hui, transmettra aux siècles les plus reculés le nom et le culte de ce grand Saint.

L'abbaye, dépositaire des saintes reliques et foyer de la vénération des peuples, participa à tant de gloire. Les fidèles l'enrichirent de leurs dons, les rois y firent éclater leur munificence, et la comblèrent de privilèges. Bozo, « hault et puissant seigneur qui embrassa volontairement la simplicité monastique » et fut ensuite élu abbé, l'an 825, « employa de grosses sommes de deniers à faire une châsse d'or pur, du poids de soixante-dix mares, artistement élaborée, dans laquelle les cendres de cest archimandrite furent enserrées. Elle fust enrichie d'une escarboucle d'inestimable prix, dont la lueur servoit de lumière aux moynes, qui psalmodioient en chœur durant les ténèbres de la nuit ». Telle était la réputation de sainteté dont jouissait l'abbaye, qu'un roi de France, Philippe Ier, voulut y être enterré. On y admire encore aujourd'hui son tombeau.

Que devint Aygulphe, à qui la France doit, après Dieu et saint Mommolin, les reliques de saint Benoît ? Il fut appelé à gouverner le monastère de Lérins, fondé par saint Honorat, et eut le bonheur de souffrir pour Jésus-Christ avec trente-deux autres moines, l'an 672. On leur coupa la langue, on leur arracha les yeux et on leur trancha la tête. L’Église honore leur mémoire le 3 septembre ; le peuple l'invoque sous nom de saint Ayoul.

Dieu exalte ceux qui s'abaissent. Mommolin, qui ne portait en guise de croix pastorale qu’un reliquaire en bois, ne put se soustraire complètement à l'admiration de ses contemporains.

« Sa douce conversation et délectable familiarité attirait un chacun à l'aymer, exempt de tout dol, sans ire ny fiel, et qu'on n'a jamais veu en cholere ». Esprit toujours « doux et modéré, tousjours un et esgal à soy-mesme, d'une vie innocente et très facile, d'une simplicité pleine de confiance, rejettant tout soupçon, desgagé des affections terrestres, avec un désir incroyable destre uny à Dieu. Tousjours mesme visage, mesme teneur de vie et d'actions. Homme rare et de saintes mœurs, qui sembloit estre l’unique et sans exemple, de vie immaculée, d'esprit admirable, de profonde révélation. Son visage estoit si calme et serein, son parler si benin et affable, sa contenance doucement grave, et sa conversation si gracieuse et aymable, qu'il estoit capable d'aprivoiser les cœurs durs, féroces et cruels » (Darnal, Narré Véritable de la vie, etc., de saint Mommolin).

Le divin Maître avait versé dans le cœur de Mommolin tant de douceur et de mansuétude, qu'il faut traverser dix siècles et arriver jusqu'à saint François de Sales pour rencontrer son rival. Le siècle porta envie au cloître et reconnut dans cette vertu surhumaine les merveilleuses opérations de la grâce.

Mommolin jouissait, au milieu de ses heureux disciples, de la béatitude promise sur cette terre à la douceur chrétienne. Il avait déjà fourni une longue carrière sous un ciel sans nuages et avait amassé de nombreux mérites. Il avait aimé et fait aimer Dieu, dont il était ici-bas l'image la plus accomplie, et ne pouvait plus attendre que la gloire céleste. Mais un jour, cet ange de la solitude conçoit une pensée, un désir, un projet. Qui le croirait? Le saint vieillard veut aller visiter les maisons de son Ordre. Il part, conduit par la Providence et s'arrête à Bordeaux au monastère de Sainte Croix (3), qui dépendait, ainsi que celui de La Réole, de l'abbaye de Saint Benoît sur Loire. Sa présence réjouit les religieux, autant qu'elle les édifie. Depuis sept jours déjà il partage leurs prières et leurs saints Sacrifices. Mais Dieu a jeté sur son serviteur un regard de complaisance et veut l'appeler dans une patrie meilleure. Mommolin, épuisé de travaux et de fatigues, chéri de Dieu et des hommes, plein de jours et de mérites, s'endort du sommeil des justes et rend à Dieu sa belle âme, le 8 août.

L'histoire n'a conservé de ses derniers moments qu'une seule parole. « Je ne me suis jamais laissé aller à la colère ». Le Saint faisait par cet aveu son propre panégyrique et léguait aux témoins de son dernier soupir une des plus belles leçons qui puissent sortir de la bouche d'un mortel. Certains auteurs, trompés par les abréviations de son épitaphe, lui donnent une vieillesse fabuleuse et placent dans le VIIIe siècle l'époque de sa mort. Hierosme Lopes, dans son ouvrage de l’Église métropolitaine et primatiale Saint-André de Bourdeaux, et Bernadau, dans le Viographe bordelais, la fixent à l'année 643 ; l'auteur des Vies des saints du diocèse de Bordeaux, à l'an 652 ; le R. P. Proust, religieux Célestin, né à Orléans, mort à Verdelais en 1722, et auteur des Vies des saints, la fixe à l'année 660 ; et le Propre des Saints du diocèse de Bordeaux, à l'an 677. Les auteurs ecclésiastiques n'osent préciser aucune date.

« Après sa mort, le public demeura plus de trois jours comblé d'ennuis et de regrets, plorant la perte qu'il avoit faicte de cest exemplaire de piété et de doctrine ». Le Saint fut enterré dans un sépulcre neuf, au milieu « de la principale des trois nefs voûtées de l'église », et on lui érigea un mausolée que Darnal décrit ainsi :

« Un tombeau de pierre dure, relevé au-dessus du pavé de deux pieds, sur six pilastres posés sur leur piédestal, et le chapiteau à la Chorinthe. La couverture est embossée, faicte en creste ou en dos d’asne, taillée en oscailles ». Le tombeau de saint Fort dans la crypte de saint Seurin peut nous donner, par quelques-uns de ses caractères, une idée de celui de saint Mommolin.

Le Saint appartenait désormais à l'Aquitaine par son tombeau. Les populations ne tardèrent pas à venir vénérer ses restes mortels, et les faveurs les plus signalées encouragèrent leur empressement. « Sa chapelle était d'ordinaire garnie de membres et de corps de cire, offerts en action de grâces, par ceux qui avaient été guéris à la prière de notre patron ». On l'invoquait surtout en faveur des énergumènes, des possédés, des paralytiques et de ceux qui souffrent de violents maux de tête. Les fidèles se disposaient à la célébration de sa fête par la prière, des hymnes et cantiques spirituels. Le jour de la fête, on allait en procession au tombeau du Saint. Son image vénérée ouvrait la marche et était l'objet des démonstrations les plus affectueuses et les plus dévouées. Le supérieur du monastère présidait à l'office, et les diacres portaient les reliques enchâssées en un bras d'argent. Les lampes et autres luminaires resplendissaient en si grand nombre autour de l'autel du Saint et devant sa statue à « cape noire et à amples manches pendantes en bas », qu’un religieux était chargé d'en régler l'ordonnance et de prévenir le désordre. La statue elle-même était ornée « de festons, chapeaux de fleurs et guirlandes ». Mais autant on cherchait à honorer le Saint, autant on s'humiliait soi-même. « Nous avons, dit dom Darnal, retenu ceste coustume de la vénérable antiquité, d'humilier nos testes passant entre les piliers estroitement soubs cesto bière, ayants en mains chandelles allumées ». Ce qui se pratique encore de nos jours au tombeau de saint Fort trouve donc sa justification dans l'exemple de nos pères. Il n'y a pas de superstition à incliner son front sous la pierre d'un sépulcre qui nous prêche notre néant. Malheur à qui ne comprend point les enseignements de la tombe !

La popularité du culte de saint Mommolin, les miracles opérés sur son tombeau, déterminèrent le Souverain Pontife à ouvrir le trésor spirituel de la sainte Église en faveur des fidèles. Clément V, la gloire du pays Bazadais, accorda à tout chrétien en état de grâce, in charitate existenti, un an et quarante jours d'indulgence, à la condition de visiter l'église Sainte Croix, « és jours des solennités de l'invention et exaltation de la vraye Croix de Jésus-Christ et és festes du bienheureux patriarche des moines saint Benoist et saint Mommolin ; de plus, cent jours d'indulgence à ceux qui feront leurs dévotions et stations esdits lieux durant les octaves des célébrités susmentionnées » : la bulle fut expédiée à Villandraut, le 12 des calendes de décembre 1309.

Ces privilèges étaient la consécration de la confiance des peuples en saint Mommolin. L'enthousiasme alla toujours croissant et fit inscrire le nom du saint abbé dans les Litanies des Saints du diocèse de Bordeaux, entre ceux de saint Maixant et de saint Romain. Le R. P. Proust l'appelle le « patron des Bordelais ». Une confrérie, qui s'organisa pour perpétuer son culte, était encore florissante du temps de notre auteur. Sa réunion à celle de saint Jean-Baptiste nous donne la mesure de la prédilection des Bordelais pour saint Mommolin, qu'ils voulaient honorer à l'égal du saint Précurseur (4).

Le culte du Saint se propagea dans toute la province. « Le monastère Saint-Pierre de la Réolle en Bazadois », que le Saint, selon quelques auteurs, avait visité et réformé, lui érigea un autel (qui n'existe plus aujourd'hui), et célébrait sa fête de la manière la plus solennelle. De l'autre côté de la Garonne, Barie, l'un des plus riches pays de France, lui voua un culte particulier qui dure encore (5).

Bordeaux aime et honore encore saint Mommolin, autant par reconnaissance que par tradition. Les révolutions, qui ont jeté aux vents tant de cendres vénérées, ont fait disparaître jusqu'à la trace de son tombeau. Mais le « Seigneur qui garde tous les os des justes, n'a point permis la dispersion et la profanation de ses restes sacrés. Ils sont déposés dans une châsse moderne, qui est un des monuments et des trésors de l'antique église de Sainte Croix (6). On leur a donné pour asile la chapelle des fonts baptismaux, sur un autel dont le tableau, universellement estimé, représente le Saint guérissant un énergumène. La fête du saint abbé s'y célèbre le 8 août avec grande pompe. Heureuse l'église qui peut se glorifier de si précieuses reliques! Heureuse la cité que protègent les ossements des Saints ! (J.-B. Pardiac).

 

Notes

 

(1) Darnal, Narré Véritable de la vie, etc., de saint Mommolin.

(2) A cette époque et longtemps plus tard encore, la France n'était pour nous, Vascons ou Aquitains, que par delà la Loire, Saint Abbon, trentième abbé de Saint-Benoît-sur Loire, était venu visiter, l'an 1004, le monastère de Squirs de La Réole, dans le dessein d'y établir une réforme devenue nécessaire. Il fut victime de son zèle et fut blessé mortellement dans une émeute suscitée par les moines révolté Il fut enterré dans l'église du monastère ; mais les gestes de son martyre disent qu'après sa mort, virga ejus remissa est in Franciam, son bâton abbatial fut renvoyé en France.

(3) L'abbaye de Sainte Croix de Bordeaux, et celle de Saint Front, de Périgueux, avaient été fondées vers la même époque, dans le VIIe siècle. Elles suivaient la Règle de Saint Benoît. Peu après ce lieu servit d'asile aux réfugiés de Saint Domingue. En 1803, Napoléon Ier, passant à Bordeaux, en fit don à la commission des hospices, pour y fonder un hospice de vieillards.

(4) Cette Confrérie avait « ses règles et ses statuts escrits en gascon sur velin en feuilles, distingués en 39 articles, datlés du 20 juin 1315 ». Chaque année, il fallait élire un comte et un boursier, qui s'engageaient par serment à bien s'acquitter de leurs charges. « Par article exprès la mesdisance est desfendue et la détraction du prochain ; ce que expressément y est adjousté en ratifiât les dittes ordonnances le premier jour de l'an 1370. Finalement a esté statuté que les cenfraires des deux sexes seront confessés et communiès ès jours de festes de S. Jean-Baptiste et de S. Mommolin ». L'illustre cardinal de Sourdis, archevêque de Bordeaux, confirma ces statuts le 2 août 1600. Il octroya, le 20 juin 1618, cent jours d'indulgences aux membres de la Confrérie, toutes les fois qu'ils se confesseraient et communieraient ; trente jours d'indulgence seulement, quand ils soutiendraient le « poisle ou pavillon, accompagnans les prestres qui porteront le sainct Sacrement aux malades » ; enfin, cent jours à l'article de la mort. Dès l'année 1550, le catalogue des noms des confrères formait deux gros volumes en parchemin. Des cardinaux, des archevêques, des évêques, des abbés, des présidents, des conseillers, des magistrats, des officiers du roi, « étaient corolés en qualité de confraires ».

(5) Les populations voisines viennent y fêter chaque année le Saint dans de joyeuses réunions, et rentrent le soir dans leurs foyers avec l'espérance de se réunir le surlendemain à Puybarban, qui honore pour patron saint Laurent. Le rapprochement de ces deux fêtes a donné naissance à ce proverbe bazadais : « En revenant de Saint Mommolin, je trouve Saint-Laurent sur mon chemin ». Si perverti ou préoccupé qu'il soit par les maximes de la philosophie ou les calculs de la cupidité, le peuple n'a pas encore oublié le culte qu'il tient des ancêtres. Les fêtes des Saints étaient autrefois son unique calendrier, de même qu'elles étaient ses plus douces distractions.

(6) On en a détaché, il y a peu d'années, quelques parcelles assez considérables en faveur de l'abbaye bénédictine de Solesmes (Sarthe).

 

ob_145165_st-momolin

 

(Texte extrait de Grande Vie des Saints, Collin de Plancy, t. XV, Paris, 1874)

 


04 mai 2022

Prière à Saint Mommolin

Saint Mommolin

 

Saint Mommolin

+ vers 679

8 août

 

Les traditions rapportent qu’en 660, suite à un songe, l'abbé Mommolin, né dans l’Orléanais, partit en toute hâte afin de transférer les restes de Saint Benoît de Nursie et de Sainte Scholastique, de l'abbaye du Mont Cassin (Italie) à l'abbaye de Fleury, actuelle Saint Benoît sur Loire. En 679, Mommolin se rendit à La Réole, pour y implanter la Règle de Saint Benoît. À son retour, passant par Bordeaux, il est accueilli par les moines de Sainte Croix dans un grand état d’épuisement, avant d'y mourir le 8 août 679, entouré d’une grande réputation de sainteté.

Très rapidement, les bordelais lui attribuèrent toutes sortes de bienfaits et notamment celui de guérir les maladies psychologiques. Son culte commença à se répandre aussitôt après sa mort et s'est poursuivi jusqu'à nos jours. Pendant des siècles, saint Mommolin a été l'objet de la dévotion populaire. Il était et est encore l'un des patrons les plus aimés des Bordelais, qui venaient en pèlerinage à son tombeau. On a longtemps dit à son sujet qu’il n’y avait dans la cité Bordelaise, que Saint Fort qui pouvait l’égaliser en vénération.

 

St Mommolin 2

 

Prière à Saint Mommolin

 

O Saint Mommolin, illustre fils et disciple de Saint Benoît, grand témoin de la Foi honoré à Bordeaux, dans notre abbatiale Sainte Croix, depuis plus treize siècles, nous t’en supplions, écoute la prière que nous t’adressons. Aide-nous à choisir le Christ et à accueillir sa grâce par les sacrements.

Toi qui, autrefois, a écouté et qui a obéi à l’Ange, te demandant de te rendre en Italie, afin d’y sauver les reliques de Saint Benoît de la profanation et de la destruction à laquelle elles étaient promises, apprends-nous à écouter la voix du Seigneur et à être dociles à sa Parole.

Toi qui implanta la Règle de Saint Benoît dans nos contrées, aide-nous à devenir des témoins de l’Evangile, à devenir de bons sarments pour la vigne du Seigneur afin de bâtir la civilisation de l’amour.

Toi qui, en toute circonstance restait joyeux, doux, et serein, aide-nous à toujours garder confiance dans le Seigneur et à ne jamais nous laisser troubler par les bruits futiles de ce monde qui passe.

Toi, qui, depuis ta mort à Bordeaux, n’a jamais cessé de soulager les innombrables détresses spirituelles des personnes qui recourent à toi, intercède pour (…) que nous confions à ton intercession. Par l'Esprit de Jésus, étends la main sur toutes ses blessures intérieures. Et, s'il est nécessaire, éloigne de (...) toutes les obsessions, les persécutions et infestations des mauvais esprits, et romps tous liens qui ont pu être tissés avec eux.

Ô Saint Mommolin, viens enfin déposer la Paix de Dieu dans tous les cœurs troublés, viens redonner la force et le goût de la vie à ceux qui n'en peuvent plus, qui sont découragés ; viens soulager les dépressifs et guérir toutes les personnes souffrantes de difficultés psychiques.

Ô Saint Mommolin, uni par la communion des saints à la Bienheureuse Vierge Marie Reine du Ciel et de la Terre, à Saint Michel Archange, à Saint Benoît, à Saint Maur et à tous les saints du Ciel et à tous les anges, que ton action puissante dans nos vies, manifeste la victoire de Dieu, lui qui a envoyé son Fils pour que les hommes aient la vie, et qu'ils l'aient en abondance. Amen.

 

Abbatiale Sainte Croix de Bordeaux

Pl. Pierre Renaudel

33800 Bordeaux

 

Relations de grâces

Paroisse du Sacré Cœur de Bordeaux

117, Rue Billaudel

33800 Bordeaux

Mail: scbordeaux33@gmail.com