30 décembre 2021

Le Mois des Bergers

Le Mois des Bergers

 

268270282_1052821468903374_6857472803978980556_n-001

 

Trente-et-unième jour

Le bercail éternel

31 Décembre

 

« Lorsque le prince des Pasteurs paraîtra, vous remporterez une couronne de gloire qui ne se flétrira jamais ». (Pierre 4, 5)

 

I. Brebis créées par le prince des pasteurs, et conduites par lui à travers notre pèlerinage sur la terre, nous allons sur ses pas sacrés, au bercail éternel, au ciel. C'est là le but de la vie. Tout autre serait indigne de la grandeur de Dieu et au-dessous de nos saintes aspirations. Si Dieu ne nous avait pas fait pour lui, il ne se serait pas si souvent manifesté à nous... Après nous avoir perdus par la désobéissance d'Adam, il ne nous aurait pas recherchés avec une sollicitude si tendre dans nos voies de perdition. Vaine aurait été la création pour le temps, puisque la mort devait l'atteindre et la détruire, vaine l'œuvre de la rédemption, puisque le néant était notre fin... Tout le travail de Dieu se serait résumé en un souvenir dans sa pensée éternelle, après que ses œuvres et ses créatures n'auraient plus été... Quelle mystification que la vie, si elle n'est rien avant le premier souffle et rien après le dernier !... Sans principe ni fin ; nous, des créatures qui par le cœur et la pensée nous élevons jusqu'à Dieu. Nous dont les actes s'accomplissent et les entreprises se poursuivent toujours en vue de l'immortalité et ais en vue de la mort ? Est-ce possible ? Ô mon Dieu, ce serait blasphémer que de le dire ; ce serait mentir à notre conviction intime, au cri de notre conscience, ce serait accuser le Seigneur d'imposture et de cruauté. Mais allons donc, conduits par Jésus-Christ, vers le bercail éternel.

II. Le bercail éternel ! c'est là véritablement la terre promise pour toujours à Abraham et à sa postérité... Israël, c'est-à-dire l'humanité, est errante ici-bas. Tantôt dans le désert, tantôt dans les cités, quelquefois réunie sur divers points ; le plus souvent dispersée ; mais toujours agitée et mue par cette pensée unique : marcher vers ses destinées. Elle a un but, elle le sait, et elle en cherche continuellement le chemin avec inquiétude. De là ce besoin de changement, d'extension, de développement, de progrès, de marche en avant, et ces alternatives sans fin de guerre et de paix, de décadence et de grandeur. La terre promise n'est pas ici-bas. Canaan c'est le ciel, c'est le divin bercail, c'est le pays où coulent éternellement le lait et le miel, c'est-à-dire le pays de la félicité sans borne. Le Seigneur dit par la bouche du prophète Michée ces étonnantes paroles, dont certainement l'application ne peut être faite qu'au bercail éternel. « Ô Jacob, je vous rassemblerai un jour tout entier. Je réunirai les restes d'Israël, je mettrai mon peuple tout ensemble comme un troupeau dans la bergerie, comme des brebis au milieu d'un parc. Celui qui doit leur ouvrir le chemin, marchera devant eux : ils passeront en troupes par la porte, et y entreront ; leur roi sera devant leurs yeux et le seigneur sera à leur tête ». (2, 12-13). Évidemment c'est là le ciel, le bercail final ; le pasteur y devient roi, le roi y trône en seigneur, et les brebis sont la « grande foule des hommes » qui s'y pressent.

III. Saint Pierre, à qui Jésus-Christ avait transmis les paroles de la vie éternelle, nous dit ce que sera le céleste bercail. « Il sera pour nous, quand paraîtra le prince des pasteurs, une couronne de gloire que nous aurons remportée, que le bon pasteur mettra sur nos fronts et qui ne se flétrira jamais... » Retenons bien ces mots : « couronne remportée ». Il faut donc la mériter, la gagner ? Eh ! sans doute... Les couronnes périssables de la terre nous coûteraient tant de travaux et d'efforts, et la couronne du ciel ne serait la récompense d'aucune peine ? Impossible ! Notre Seigneur nous l'a dit : « le royaume des Cieux souffre violence, et les violents l'emportent »... Il est vrai que le sang de Jésus-Christ nous a ouvert la porte du bercail éternel, et que sa grâce nous soutient dans le chemin qui y conduit ; mais il faut des efforts, il ne faut pas perdre de vue celui qui, chargé de sa croix, comme d'un étendard, marche à notre tête dans la voie étroite, c'est-à-dire dans la voie de la justice et de la sainteté. À cette condition, nous parviendrons à la porte du bercail éternel où les anges nous introduiront, où Dieu nous couronnera et où nous régnerons pour toujours. La prophétie de saint Jean sera alors accomplie... Nous verrons « Ciel nouveau et une terre nouvelle, car le premier ciel et la a première terre auront disparu... Et nous verrons descendre du ciel la ville sainte, la Jérusalem nouvelle qui vient de Dieu... Et nous entendrons une grande voix qui viendra du trône et qui dira : Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes ; car il demeurera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu demeurant lui-même avec eux, sera leur Dieu ». Amen.

 

Résolution : Je me rendrai désormais cette pensée familière : Je suis créé pour aller au ciel ; suis-je sur le chemin du ciel ?

Bouquet spirituel : « Dieu, dans le ciel, essuiera toutes les larmes des hommes, et la mort ne sera plus. Il n'y aura plus aussi là ni pleurs, ni cris, ni afflictions, parce que le premier état sera passé ». (Apocalypse 21, 4).

 

Téléchargez l"intégralité des méditations du Mois des Bergers (pdf) en cliquant ici

 

Enfant Jésus du Carmel de Bordeaux (1)

 

Prochain mois de dévotion

Le Mois des étrennes spirituelles

Rendez-vous dans quelques minutes…

 

Pour recevoir les méditations du Mois des Étrennes spirituelles et les prochaines prières,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 


29 décembre 2021

Le Mois des Bergers

Le Mois des Bergers

 

calendier_des_bergers-001

 

Trentième jour

L'action de grâces

30 Décembre

 

« Les bergers s'en retournèrent, glorifiant et louant Dieu de tout ce qu'ils avaient entendu et vu, selon ce qui leur avait été dit ». (Luc 2, 30).

 

I. Imitons les bergers ; quittons la crèche, finissons ce mois « glorifiant et louant Dieu » de tout ce que nous avons vu et entendu, et rendons-lui grâces pour toutes les faveurs spéciales que nous avons reçues. Jetons un regard sur le monde, sur tout ce qui nous entoure et nous approche. À combien a-t-il été donné, comme à nous, pendant ce mois de Noël, d'entendre régulièrement la voix de l'église éclairant, enseignant et exhortant les fidèles par la bouche de ses prêtres ? À combien a-t-il été donné d'être préparés à célébrer la grande fête par Dieu lui-même, dans la méditation du mystère de son avènement ? À combien est-il échu le bonheur de recevoir le Sauveur, le Christ, le fils de Dieu dans leur cœur, au jour anniversaire de sa naissance parmi les hommes ? À beaucoup sans doute ; mais à bien peu, si l'on compare leur nombre à celui des absents de nos saints temples... Pourquoi avons-nous été au nombre des privilégiés ? Ce ne sont pas nos mérites qui nous ont attiré ce bonheur ; c'est à la grâce de Dieu seule que nous le devons. Il est donc bien juste que nous élevions, vers l'auteur de la grâce, nos cœurs reconnaissants et que nous nous en retournions « glorifiant et louant Dieu ».

II. Mais qu'avons-nous entendu et vu touchant ce petit enfant enveloppé de langes et couché dans une crèche ? Nous avons entendu la voix de tous les prophètes qui nous l'ont annoncé. On nous a répété ou mis sous les yeux, les textes des saintes Écritures, les termes mêmes dans lesquels la promesse était faite. Nous avons vu, par ses prophéties, les caractères que devait avoir le Sauveur pour le faire distinguer de tout le reste des hommes. Ce devait être un homme : « Une Vierge concevra et enfantera un fils », mais ce devait être aussi un Dieu, « et son nom sera Emmanuel, c'est-à-dire Dieu avec nous ». Il devait descendre de la race de David par le sang, et il devait être appelé « le fils du Très-Haut ». Les temps de sa venue avaient été prédits par le prophète Daniel ; la ville où il devait naître avait été appelée par son nom... Nous avons entendu toutes ces paroles et lu ces saints écrits. Eh ! Bie ! tout ne s'est-il pas accompli à la lettre depuis la promesse que Dieu fit à Ève que sa postérité écraserait la tête du serpent, depuis les prophéties d'Abraham, d'Isaac, de Jacob, de David, d'Ezékiel, de Jérémie, d'Isaïe, de Daniel et des autres prophètes, jusqu'à l'annonce de l'archange Gabriel à Marie ?... Ne pouvons-nous pas dire avec les bergers que tout a été fait selon qu'il avait été dit ?... Nouveaux motifs pour nous de rendre grâces au Seigneur.

III. Mais nous qui vivons à plus de deux mille ans de l'accomplissement de ces prophéties, nous avons pu entendre et voir bien d'autres merveilles que celles qu'ont entendues et vues les bergers. À travers les siècles écoulés, nous assistons au commencement de l'œuvre de la rédemption par la vie et par la mort du Christ : « Tout est consommé ». Tout s'est vérifié, la création spirituelle du monde est faite ; le royaume de Dieu viendra. Nous assistons également, par la lecture de l'histoire, à l'accomplissement pour ainsi dire jour pour jour, heure par heure, des paroles de Jésus-Christ. Il a dit qu'il bâtissait son église sur la pierre, et nous voyons combien cette pierre est inébranlable. Il a dit que, bon pasteur, c'est lui qui nourrissait ses brebis, et la sainte Eucharistie est restée dans l'église pour être la nourriture des âmes. Il a dit qu'il serait avec nous jusqu'à la consommation des siècles, et il y est resté ; il a dit que les portes de l'Enfer ne prévaudraient pas contre son Eglise ; et ces formidables portes de l'Enfer s'ébranlent en vain depuis lors ; l’Église est là, toujours là debout, malgré les coups, malgré la rage, malgré le sang versé, malgré les erreurs répandues et soutenues à main armée... Voilà les merveilles dont nous avons entendu parler, et dont nous sommes aujourd'hui les témoins vivants… Ô Jésus ! Jésus ! notre Dieu, quelles actions de grâces vous rendre pour l'élection que vous avez faite de nous ?... Nous prendrons votre calice et votre croix et nous vous suivrons sur le chemin du ciel. Amen.

 

Résolution : Seigneur, le souvenir des grâces que vous m'avez faites pendant ce mois, ne s'effacera jamais de ma mémoire, et je vous en rendrai de continuelles actions de grâces.

Bouquet spirituel : « Qu'heureux est celui que tu as élu, Seigneur, et que tu fais approcher de toi, afin qu'il habite dans tes parvis. Nous serons rassasies des biens de ta maison et du saint lieu de ton palais ». (Psaume 65, 5).

 

Montage crèche 4

 

Pour recevoir les prochaines méditations et prières,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

28 décembre 2021

Le Mois des Bergers

Le Mois des Bergers

 

Nouveau né (Georges de la Tour)

 

Vingt-neuvième jour

Jésus, Marie et Joseph

29 Décembre

 

« Ils se hâtèrent donc d'y aller et ils trouvèrent Marie et Joseph avec l'enfant qui était couché dans une crèche. En le voyant, ils reconnurent ce qui leur avait été dit touchant cet enfant ». (Luc 2 16, 17).

 

I. Arrivés dans les rues de Bethléem, au milieu de la nuit, les bergers, après bien des recherches, se trouvèrent devant une pauvre étable dont la porte était entr'ouverte. Ils y virent quelque clarté, y pénétrèrent et demandèrent naïvement si ce n'était pas là que venait de naître le Christ. Nous avons vu son ange sur la montagne, dirent-ils, et il nous annoncé cette grande nouvelle ; et il nous a dit : « Vous trouverez un enfant enveloppé de langes et couché dans une crèche », et nous sommes venus. À ce moment leurs yeux s'ouvrent ; ils sont attirés vers le fond de l'étable, et ils y voient Marie et Joseph, avec l'enfant qui était couché dans une crèche, et « en le voyant ils reconnurent ce qui leur avait été dit touchant cet enfant ». Si, avec les bergers nous pénétrons dans l'étable de Bethléem, nous y trouverons, comme eux, Jésus, Marie et Joseph, et nous reconnaîtrons la vérité de tout ce qui nous a été dit touchant l'enfant, la mère et le père nourricier.

II. En ce monde, Jésus, Marie et Joseph, ont été comme la Trinité de la terre. Ils ont été unis, ils n'ont fait qu'un cœur, autant qu'ici-bas des cœurs de chair peuvent être unis et n'en former qu'un par l'identité de l'amour qui les fait battre... Nous connaissons l'amour qui consumait ces trois cœurs ; l'amour de Dieu, mais porté à ce point, qu'ils sont tous les trois offerts volontairement pour la gloire de Dieu et le salut du monde que Dieu veut opérer. Jésus, Marie et Joseph ne font qu'un depuis le jour où l'ange du Seigneur a dit au saint patriarche : « Joseph, fils de David, ne craignez point de prendre avec vous Marie votre femme ; car ce qui est né dans elle a été formé par le saint Esprit ». Depuis ce jour Jésus, Marie et Joseph, en tant que créatures de Dieu, sont dans les secrets de Dieu touchant la rédemption du monde, et tous trois, chacun selon les décrets du ciel sur lui, contribuent à l'accomplissement du grand œuvre qui a été l'alliance contractée entre l'homme et Dieu, entre la terre et le ciel, alliance signée du sang même du fils de Dieu. Ils ne faisaient qu'un sur le chemin de Nazareth à Bethléem, pour y venir accomplir les prophéties ; ils ne font qu’un dans l'étable, pour commencer la glorification du Père céleste. Ils ne feront qu'un sur la terre d'exil pour obéir aux ordres de Dieu ; qu'un à Nazareth pendant plus de vingt ans à vivre de la vie mystérieuse et cachée qui dérobait au monde la connaissance du Messie, avant les temps marqués pour sa mission. Ils ne font qu'un au Ciel, toujours unis dans la glorification et l'amour de Dieu ; qu'un pour les fidèles, qui, tout en adorant le Sauveur, ne séparent point Marie et Joseph de l'amour qu'ils lui portent, qu'un dans nos temples, où Marie et Joseph ont partout un autel auprès du tabernacle de Jésus. À Jésus seul l'adoration, parce qu'il est Dieu ; mais à Jésus, Marie et Joseph l'amour et la vénération de tous.

III. Considérons quelle est la part de Marie et de Joseph dans l'œuvre de notre rédemption. Ni l'un ni l'autre ne sont rédempteurs. Jésus seul est notre médiateur devant Dieu. Mais il n'en est pas moins vrai que ce rédempteur homme, tel qui devait être, tout en étant Dieu, c'est Marie qui nous l'a donné ; c'est son sein virginal qui l'a porté ; c'est son lait qui l'a nourri ; c'est sous les caresses de son amour et la tendresse de ses soins qu'il a grandi ; c'est à l'ombre de son humilité et de son silence qu'il s'est caché ; c'est Marie qui nous l'a donné à Bethléem tout petit enfant, c'est des bras de Marie qu'il s'est élancé, à trente ans, pour aller annoncer son Evangile et donner sa vie pour ses frères... Et Joseph ? N'est-ce pas lui qui a voulu quitter Marie sans la déshonorer, sans la livrer à une mort certaine ? (C'était la loi). N'est-ce pas lui qui s'attache aux pas de Marie pour la guider, la soutenir, la défendre, travailler pour elle ; et, en la substantant, conserver la mère au petit enfant et le petit enfant à la mère et au monde ? N'est-ce pas lui qui les mène en Egypte et qui les en ramène ? N'est-ce pas lui qui, à Nazareth, est le chef, l'ami, disons le mot, le père de cette humble et sainte famille qui renferme le sauveur du genre humain... Adorons donc notre seigneur Jésus-Christ dans sa crèche ; mais confondons, dans notre amour, Jésus, Marie et Joseph. Bienheureuses les lèvres sur lesquelles ces doux noms se trouvent sans cesse; car ils sont, pour les âmes, le sceau de leur prédestination au salut.

 

Résolution : Tous les matins, après avoir offert mon cœur à Dieu, je prononcerai avec dévotion et amour ces trois beaux noms : Jésus, Marie et Joseph.

Bouquet spirituel : « Et Jacob engendra Joseph, l'époux de Marie, de laquelle est né Jésus qui est appelé Christ ». (Saint Mathieu, 1. 16).

 

nouveau-ne-b

 

Pour recevoir les prochaines méditations et prières,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

27 décembre 2021

Le Mois des Bergers

Le Mois des Bergers

 

DvGI48sX0AAFJV4-001

 

Vingt-huitième jour

Allons et voyons

28 Décembre

 

« Après que les anges se furent retirés dans le ciel, les bergers se disent l'un à l'autre : Allons jusqu'à Bethléem et voyons ce qui vient d'arriver et ce que le Seigneur nous a fait connaître ». (Luc 2, 15).

 

I. « Allons jusqu'à Bethléem et voyons ce qui vient d'arriver ». La bonne volonté croit en la parole de Dieu et agit conformément à cette parole. C'est ce que font les bergers. Ils se lèvent à l'instant, et d'un commun accord, ils décident qu'ils iront à la recherche de l'enfant-Dieu, du Messie, du Christ, dont l'ange vient de leur annoncer la naissance dans Bethléem. Ils laissent là leur troupeau. Peut-être, comme une charmante tradition le veut, emportèrent-ils seulement quelques tendres agneaux pour être offerts en présent à la mère du nouveau-né couché dans une crèche. Ils quittent tout pour venir à Jésus. Ainsi feront plus tard les apôtres et les grands serviteurs du divin Maître. Ils vont voir ce qui vient d'arriver, et ce que le Seigneur leur a fait connaître.

II. Pour aller à Jésus, pour descendre jusqu'à Bethléem, c'est-à-dire à l'endroit où il est, il faut tout quitter, sans cela nous ne l'y trouverions point. Il ne nous attendrait pas. Ces mots : « il faut tout quitter », s'entendent dans le sens littéral et dans le sens mystique. Le sens littéral ne se sépare point du sens mystique dans l'application ; mais le sens mystique peut être appliqué seul à l'accomplissement du précepte... Saint Pierre, en quittant ses filets, et les autres apôtres, en renonçant à tout pour s'attacher aux pas du Sauveur ; les solitaires, qui ont quitté leur famille, leurs biens, leurs satisfactions pour s'enfermer avec Jésus-Christ ; les missionnaires, qui s'en vont à la grâce de Dieu, sans argent, sans ressources, sans protection, porter le nom de Jésus-Christ aux extrémités du monde, quittent littéralement tout, se dépouillent de tout, renoncent à tout pour l'amour de Jésus-Christ. Confiants en lui, ils se jettent dans ses bras, s'attachent au divin radeau de la croix, et se laissent porter à travers tous les océans et tous les écueils... S'ils en triomphent ils en rendent gloire à Dieu ; s'ils font naufrage, si comme François Xavier, ils expirent sur le rivage en vue des peuples qu'ils allaient évangéliser ; s'ils sont jetés dans les fers et mis à mort dans d'horribles supplices ; tout cela est pour Jésus-Christ ; ils s'estiment heureux d'avoir eu à souffrir quelque chose pour lui. Mais à l'heure suprême ils entrevoient, portées par les anges qui attendent leurs âmes, la couronne et la palme qu'ils ont remportées... Ceux-là ont vraiment tout quitté, et dans le sens littéral et dans le sens mystique, pour descendre jusqu'à Bethléem à la recherche de Jésus, afin de s'attacher à lui... Si nous sommes encore jeunes, étudions bien notre vocation, et voyons, dans la sincérité de notre conscience, si Jésus ne nous appelle pas à quelque grand ministère... Si nous l'entendons nous dire « suis-moi » sequere me. Quittons tout et nous aurons échangé le royaume de ce monde pour le royaume des cieux.

III. On peut cependant descendre jusqu'à Bethléem, y trouver Jésus, s'attacher à Jésus, sans pour cela tout quitter en ce monde : femme, enfants, amis, fortune et plaisirs. Mais il n'en faut pas moins opérer son dépouillement dans le sens mystique. Il faut quitter notre amour pour le monde, et n'aimer que Jésus-Christ ; il faut détacher notre cœur des richesses et être prêt à y renoncer plutôt que d'abandonner Jésus-Christ ; il faut aimer nos parents, nos épouses, nos enfants, nos amis, mais les aimer pour les donner avec nous-mêmes à Jésus-Christ, et se trouver dans cette disposition que s'il fallait nous en séparer pour confesser le nom de Jésus-Christ, nous le ferions sans hésitation. Il faut, tout en goûtant les plaisirs permis, le faire avec modération, et être prêt à les sacrifier sur un mot, sur un signe du Sauveur. Il faut surtout immoler résolument nos affections, si elles ne sont pas conformes à la sainteté que Jésus réclame de ses serviteurs ; et enfin être affranchi de toute attache au mal, à l'injustice, au péché. Ainsi allégés et dépouillés du poids de nos affections terrestres, nous pouvons comme les bergers, « descendre jusqu'à Bethléem, pour voir ce qui vient d'arriver ». Allons et voyons !

 

solution : Je chercherai dans mes attaches mondaines, quelle est celle qui pourrait m'empêcher de trouver à Bethléem l'enfant couché dans une crèche, et je la briserai généreusement pour l'amour de mon Sauveur.

Bouquet spirituel : « Qui donc nous séparera de l'amour de Jésus-Christ ?... » (Saint Paul aux Romains 8, 35).

 

Annonce aux Bergers 2-001

 

Pour recevoir les méditations du Mois des Bergers,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

26 décembre 2021

Le Mois des Bergers

Le Mois des Bergers

 

7

 

Vingt-septième jour

Gloire à Dieu !

27 Décembre

 

« Au même instant une troupe nombreuse de l'armée céleste se joignit à l'ange et ils se mirent à louer Dieu disant : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre, aux hommes de bonne volonté ». (Luc 2, 13-14).

 

I. Gloire à Dieu ! Quoi qu'il arrive dans l'ordre surnaturel et de la grâce, disons avec les anges : « Gloire à Dieu ! » Que sommes-nous pour vouloir comprendre ce que Dieu ne nous a pas révélé touchant l'œuvre de la rédemption ! Douterions-nous de sa parole, de ses promesses, de ses prophètes, de sa doctrine, de ses actes ? Cela n'est pas possible. Nous avons été trop instruits des choses de Dieu pour qu'il puisse nous rester un doute, un seul..... Ne nous suffit- il pas, dès lors, de savoir que Dieu a parlé, pour soumettre humblement notre raison à sa parole ; pour croire d'un esprit simple et confiant ce que l'ange nous dit, et ce que la tradition de l’Église nous enseigne ! « Au même instant, une troupe nombreuse de l'armée céleste se joignit à l'ange et ils se mirent à louer Dieu ». Oui, les anges se réjouissent dans le ciel de tout ce qui sur la terre et dans les âmes, tourne à la louange de Dieu, et à la grandeur de son règne éternel. Je crois, Seigneur ; vous savez que je crois dans la simplicité de mon âme, et que si je suis troublé quelquefois par la profondeur de vos mystère, jamais je n'ose et n'oserai les discuter devant vous... Laissez-moi donc, je vous en conjure, entendre comme les bergers l'hosanna de vos saints anges. « Gloire à Dieu ! »

II. Quand les bergers eurent cru, le Ciel tout entier retentit du concert des esprits célestes ; mais une troupe nombreuse de cette armée, joyeuse de ce que leur chef venait d'annoncer à la terre la bonne nouvelle, se détacha et vint chanter au dessus de Bethléem ; et ils disaient : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux ». Ah ! c'était bien le moment de glorifier le Seigneur au plus haut de ses demeures éternelles ! La justice et la paix venaient de se rencontrer ; la miséricorde et la vérité venaient de s'embrasser entre le ciel et la terre... Depuis plus de quatre mille ans, l'anathème de Dieu pesait sur l'homme qui n'était encore, aux yeux de son créateur, qu'un enfant coupable de révolte, qu’un déshérité de la patrie céleste, qu'un sujet de l'ennemi du salut. Rien n'avait encore fait fléchir sa justice, rien ne l'avait désarmée. Aujourd'hui, tout est changé, l'œuvre réparatrice va s'accomplir, le rédempteur est déjà dans ce monde. Ce n'est encore qu'un petit enfant, mais il y a dans ce petit enfant celui dont le sang effacera les péchés des hommes et leur rendra l'amour de leur Père : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux ! »

III. Les anges ajoutent : « et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté ». La bonne volonté !... Tout est là... Dieu ne veut pas de nous malgré nous. Quelle gloire en retirerait-il ? Un homme a un esclave qui le sert ; mais le Maître sait bien que la force seule fait agir son esclave ; la crainte du châtiment et le refus de nourriture. Et le maître sait bien aussi que ce serviteur malgré lui, ne prend point ses intérêts, et qu'il ne fait juste que ce qu'on exige de lui. Cet homme se glorifiera-t-il du service qu'il reçoit ? Mais un père a des enfants qui l'aiment, qui font auprès de lui, par amour, plus qu'un travail d'esclave, et qui pensent n'en jamais trop faire pour lui être agréables. Est-ce que ces enfants ne sont pas la gloire de leur père ? Est-ce qu'ils n'en sont pas bénis ? Et bien, le bon Dieu est un père ; il veut, pour sa gloire, des enfants et non des esclaves. Par la volonté et par le cœur nous sommes libres ; et nous possédons là une liberté inaliénable ; une liberté qui défie toute force et tout despotisme. Tout notre être est dans notre volonté ; cette volonté peut être bonne, elle peut être mauvaise : cela dépend absolument de nous. Si elle est bonne, c'est la paix de Dieu que nous goûterons sur la terre et de Dieu que dans les cieux ; si elle est mauvaise, c'est la guerre nous aurons à subir en ce monde et en l'autre : « Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté ». Ces paroles méritent d'être méditées souvent.

 

Résolution : Seigneur, ma volonté bien arrêtée est de travailler constamment à votre gloire et à mon salut. Que votre grâce seconde ma bonne volonté !

Bouquet spirituel : « Dieu a fait entendre sa parole aux enfants d'Israël, en leur annonçant la paix par Jésus-Christ, qui est le seigneur de tous » ». (Actes des Apôtres 10, 36).

 

Annonce aux Bergers 2-001

 

Pour recevoir les méditations du Mois des Bergers,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 


25 décembre 2021

Le Mois des Bergers

Le Mois des Bergers

 

Fernetti-page-012

 

Vingt-sixième jour

La crèche de Bethléem

26 Décembre

 

« Et voici à quoi vous le reconnaîtrez : vous trouverez un enfant enveloppé de langes et couché dans une crèche ». (Luc 2, 12)

 

I. Le plus grand événement qui devait se passer pendant les siècles d'existence accordés monde s'est accompli. Le plus grand, le plus puissant et le meilleur des hommes vient de naître. Le Verbe éternel, le fils du Dieu vivant, la seconde Personne de l'indivisible Trinité, s'est incarné ; il a pris un corps et une âme semblables aux nôtres ; une vierge, fille de rois, l'a enfanté. Le Messie promis vient d'apparaître ; les anges l'ont annoncé à la terre du haut des cieux. - Quand donc s'est accompli ce grand événement ? Aujourd'hui même. - Et, ou est né cet homme que nul homme n'égalera jamais ? - À Bethléem, terre de Juda. - Dans quel palais la vierge d'Israël a-t-elle enfanté ce roi ? Elle est voyageuse, et étrangère au pays. - Dans quelle hôtellerie, alors ? Dans une étable. - Où donc trouver cet homme incomparable, ce sauveur, ce Messie, ce Dieu ? À quel signe le reconnaître ? L'ange répond : « Voici à quoi vous le reconnaîtrez : vous trouverez a un enfant enveloppé de langes et couché dans une crèche »... Ô crèche de Bethléem ! crèche de Bethléem ! vous confondez toutes les pensées humaines.... Vous ouvrez à nos méditations un abîme de mystères, à travers lesquels l’Esprit de Dieu peut seul nous conduire et nous guider.

II. Il était naturel de penser, comme les Juifs, que le libérateur de son peuple viendrait dans ce monde avec quelque éclat, pour imposer aux grands mêmes... de croire que la vierge choisie serait prise dans l'une des familles d'Israël les plus riches et les plus répandues.., d'imaginer que l'Emmanuel naîtrait, sinon au milieu des splendeurs célestes, du moins  entouré de toutes les magnificences de la terre, et que sa venue serait annoncée et célébrée avec pompe d'un bout à l'autre de l'univers... C'était naturel ; cela s'arrangeait bien avec nos pensées, surtout avec celles que nous nous faisons des grands hommes et de la divinité... Il n'en a rien été cependant. À peine si dans les synagogues on s'était aperçu des signes du temps où le Messie, viendrait. On ne se préoccupait pas davantage de savoir si quelque vierge n'aurait pas reçu de communication céleste ; Bethléem n'étant ni entourée, ni surveillée. Les peuples de la Judée traversaient, indifférents, les jours marqués pour la venue de leur Sauveur. Et pourtant qu'il était lourd le joug qu'ils subissaient ! Jamais la main d'un rédempteur n'avait été plus nécessaire, et l'on ne s'inquiétait nullement des prophéties.... Les enfants d'Israël paraissaient comme orgueilleux et fiers de leur servitude vis-à-vis de Rome..... Qui le croirait ? Le libérateur était venu, le Christ était né, Dieu habitait parmi les hommes, la vierge l'avait enfanté, Bethléem le possédait dans ses murs, et le monde l'ignoraient. les enfants de la promesse eux-mêmes ne s'en doutaient pas... Il est vrai qu'il n'y avait qu'un moyen bien misérable de le reconnaître ; il fallait chercher parmi les étables de la petite ville de Juda, si par hasard il ne s'y trouvait pas un enfant enveloppé de langes et couché dans une crèche. Ô crèche de Bethléem ! est-ce bien vous qui renfermez, dans ce petit enfant que j'y aperçois, mon Seigneur et mon Dieu ?…

III. Les bergers, sur l'indication de l'ange, ne pouvaient, pas se tromper. Il n'y avait pas d'erreur. possible. On ne couche pas les enfants dans une crèche. La plus infortunée des mères a où recevoir et où déposer convenablement son enfant. Pour descendre à cet excès de pauvreté, il faut être la fille de David, la mère du roi des rois, l'épouse du saint Esprit... Pour ne trouver en naissant qu'une crèche pour berceau, au milieu d'une mauvaise étable ; pour n'avoir, comme préservatif contre le froid que le souffle d'un bœuf ou d'une ânesse, il ne faut pas être le fils d'un homme ; non, le plus dénué des pères eût trouvé ou fait un berceau pour son enfant, et lui eût procuré un abri dans cette nuit si froide.... Dans une étable, sur un peu de paille, ô mon Dieu, enveloppé de langes et couché dans une crèche, il ne pouvait se trouver que le fils de Dieu. Quoi d’étonnant que Jésus soit né dans une étable et qu'on l'ait couché dans une crèche ? Ne devait- il pas être le bon pasteur ? N'était- il pas l'Agneau de Dieu ; la brebis qui devait lui être immolée pour le salut des autres brebis ? Mystérieux symboles !... Allez bergers, allez! cherchez dans Bethléem ; et quand vous aurez rencontré un enfant dans une telle condition, « enveloppé de langes et couché dans une crèche », arrêtez-vous, c'est lui ; il ne peut pas y en avoir d'autre, c'est votre sauveur et votre Dieu… Ô crèche de Bethléem ; crèche de Bethléem ! je tombe à deux genoux devant toi, les mains jointes, la tête baissée, les yeux pleins de larmes ; et je réfléchis, je médite, j'adore et j'aime.

 

solution : Je lirai aujourd'hui, avec piété et attention, dans le saint Evangile, selon saint Luc, le récit de la naissance du Sauveur.

Bouquet spirituel : « Oh ! Si quelqu'un pouvait me donner de l'eau de la citerne de Bethléem, qui est près de la porte ! » (Paralipomènes, 11, 17).

 

Annonce aux Bergers 2-001

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

Pour recevoir les méditations du Mois des Bergers,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

24 décembre 2021

Le Mois des Bergers

Le Mois des Bergers

 

La Nativité

 

Vingt-cinquième jour

Il est né le divin enfant !

25 Décembre

 

« C'est qu'aujourd'hui il vous est né, dans la ville de David, un sauveur qui est le Christ, le Seigneur ». (Luc 2, 11).

 

I. Une fois rassurés par l'ange, les bergers l'écoutent pour savoir quelle est cette grande nouvelle dont le monde allait tant se réjouir... Alors l'ange du Seigneur reprend : « C'est qu'aujourd'hui il vous est né, dans la ville de David, un sauveur qui est le Christ, le Seigneur ». Les temps étaient accomplis ; les prophéties avaient désigné la petite ville de David, Bethléem, comme l'endroit où naîtrait le Christ, le Sauveur, le Messie après lequel tant de générations malheureuses avaient soupiré. Eh bien ! C'en est fait ! les prophéties s'accomplissent en ce moment même. La Vierge prédestinée, la fille de la race et de la tribu de David est à Bethléem, et elle vient de mettre au monde le Christ, l'oint du Seigneur, le Sauveur, celui qui doit racheter les brebis de leur longue servitude ; Jésus, le Seigneur, l'Emmanuel... Remarquons bien ces paroles de l'ange : « le Christ le Seigneur ». Il est à la fois l’oint et le consécrateur, le Christ et le Seigneur, l'envoyé et celui qui envoie. Nous pouvons donc aller à la crèche non-seulement pour y admirer notre Rédempteur enfant, mais encore pour y adorer le Verbe éternel incarné pour notre salut. Ah ! c'est bien là la bonne nouvelle, la grande nouvelle, la cause unique de notre espérance et de notre joie !... Il est né le divin enfant !

II. Notre joie est grande, en effet, aujourd'hui ; elle est complète. Le cœur de tout votre peuple bat d'un seul cœur, et c'est un battement d'amour pour vous ô divin enfant de Marie ! Nous sommes plus joyeux que ne pouvaient l'être les bergers. Ils ont vu vos jours ; nous, nous voyons vos siècles ; ils ont vu vos misères et vos souffrances ; nous, nous sommes les témoins des trésors que vous répandez et de la gloire qui vous environne ; ils ont vu la pauvre étable ; nous, nous admirons votre sainte Eglise et tous les temples splendides qu'elle vous a élevés ; enfin, ils ont vu quelques hommes autour de votre pauvre berceau ; mais pour nous, c'est par centaines de millions que nous comptons nos frères, vos adorateurs. Ô féconde et heureuse nouvelle que les anges ont apportée aux bergers !... Nous ne sommes plus des esclaves et des maudits, nous sommes redevenus libres, et, par les mérites du Seigneur notre Christ, nous sommes des fils d'adoption. Dieu nous a reconnus après que nous avons été lavés dans le sang de Jésus-Christ. Terre et cieux, réjouissez-vous : il est né le divin enfant !

III. Les bergers n'étaient point préparés à la grande fête que la naissance du Christ inaugurait pour le monde. Ils ne savaient même pas que ce seraient eux qui en recevraient les premiers la nouvelle et qu'ils seraient chargés de la porter à leurs frères. De là leur frayeur et leur étonnement à l'apparition de l'ange resplendissant... Dieu cependant les à invités à venir à la crèche de son divin fils... Pourquoi ? parce qu'ils avaient la foi en la venue du Messie ; parce qu'ils étaient les descendants des bergers à qui la promesse d'un Sauveur fut faite par Dieu même : Abraham, Isaac, Jacob, Joseph, David, etc., et parce que c'étaient les cœurs les moins imprégnés de la malice des sociétés humaines de ce temps... Mais pour nous, il faut que nous soyons préparés à la solennité de Noël, car nous sommes prévenus de son jour et de son heure... Si les bergers avaient été avertis du moment de l'apparition de l'ange, pour leur faire connaître l'heure et l'endroit de la naissance du Messie, comment auraient-ils passé les jours qui les séparaient de ce moment ? N'y auraient-ils pas songé sans cesse ? ne s'y seraient- ils pas préparés en s'excitant à la reconnaissance envers Dieu à cause de leur élection, et à l'amour envers ce Christ qui venait pour les sauver ?... Prévenus, faisons donc au moins ce qu'auraient fait les bergers, s'ils l'avaient été. Préparons-nous, purifions-nous, excitons-nous à la reconnaissance, à l'amour, et approchons-nous avec  confiance de la crèche de Jésus, de ce véritable trône de la miséricorde et de la grâce. Il est né le divin enfant !

 

solution : J'assisterai aujourd'hui avec plus de piété que jamais aux offices de l’Église, et m'attacherai à lire avec attention les prières qui y sont dites ou chantées, afin d'en faire le sujet de mes pensées pendant le reste du mois.

Bouquet spirituel : « Mes brebis habiteront sans crainte dans leur pays, car elles sauront que c'est moi qui suis le Seigneur, lorsque j'aurai brisé leurs chaînes et rompu leur joug, et que je les aurai arrachées des mains de ceux qui les gouvernaient avec empire ». Ézékiel 34, 27).

 

Nativité

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

Pour recevoir les méditations du Mois des Bergers,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

23 décembre 2021

Le Mois des Bergers

Le Mois des Bergers

 

30727578_645566619168130_3549893156743895553_n

 

Vingt-quatrième jour

Noël ! Noël !

24 Décembre

 

« Il y avait là, aux environs, des bergers qui veillaient dans les champs, gardant tour-a-tour leur troupeau durant la nuit. Tout-à-coup un ange du Seigneur parut auprès d'eux, et ils furent environnés d'une lumière divine, ce qui les remplit d'une extrême frayeur. Mais l'ange leur dit : Ne craignez point, car je viens vous annoncer une nouvelle qui sera pour tout le peuple un sujet de joie ». (Luc 2 8, 9, 10).

 

I. Il est né le divin enfant ; que la terre tressaille d'allégresse ! Noël ! Noël ! La nuit est sombre, l'air est froid : une jeune femme, n'ayant pu trouver place dans une hôtellerie, se réfugie dans une étable et met au monde, presque dans la rue, un pauvre petit enfant... On ne voit là rien de bien joyeux. N'importe ! Noël ! Noël ! « un petit enfant nous est né... » Si la nuit est sombre, Dieu l'illuminera de sa gloire ; si l'air est froid, l'enthousiasme et l'amour réchaufferont les cœurs ; si une jeune femme a enfanté dans une étable, Dieu va faire de cette étable le plus splendide des palais. Les anges du ciel vont descendre avec les bergers qu'ils y inviteront ; l'étoile d'Orient s'arrêtera sur lui, et les rois y viendront aussi Anges, bergers et rois s'y prosterneront pour adorer. En vérité, ce n'est plus ni une étable, ni un palais, c'est la maison de Dieu et la porte du Ciel. Descendons jusqu'à Bethléem. Noël ! Noël !

II. Et la mère, la pauvre mère ? Oh ! ne la plaignons pas ! C'est Marie, c'est la Vierge d'Israël qui vient d'enfanter, c'est la mère du Rédempteur, la mère de Dieu. Il n'y a pas eu de place pour elle dans l'hôtellerie, mais que cette étable parle mieux à son cœur ! La crèche, les pauvres langes, la paille, le souffle réchauffant de l'ânesse et du bœuf, ce petit enfant qu'elle vient de donner au monde, les bergers qui accourent, les anges qui remplissent les cieux de leurs chants et de leur lumière, ce concert de bénédictions et de louanges qui ébranlent les cieux et réjouissent la terre ; tout cela forme, pour la sainte et divine accouchée, des harmonies qui ravissent son âme. Elle voit, elle entend, elle écoute tout ; tout va à son cœur pour y être conservé, médité et délicieusement goûté. En cette nuit, qui apporte aux hommes la lumière éternelle, Marie voit avec nous, chante avec nous, se réjouit avec nous... Venez, exaltons l'enfant-Dieu et sa bienheureuse mère : Noël ! Noël !

III. Quand les grandes voix du ciel retentissent, le premier sentiment de l'homme est un sentiment de frayeur, parce que l'homme sait qu'il n'est qu'un coupable par rapport à Dieu. Avant la chute, les communications, entre Adam et son créateur, n'étaient précédées ni suivies d'aucune crainte. Mais après la chute, quand Dieu appelle Adam, Adam a peur, il se cache. Depuis ce temps-là, l'âme humaine a été troublée et remplie de terreur devant les manifestations divines. Aussi voyons-nous l'Eternel et ses anges faire suivre immédiatement leurs premières paroles, ou leur apparition, de ces mots : « Ne craignez point. Ne timeas ». Gabriel lui-même les a dits à Marie, qui se troublait devant la salutation angélique. Aujourd'hui un ange du Seigneur apparaît à des bergers qui gardent leurs troupeaux. Il les couvre d'une lumière divine, « ce qui les emplit d'une frayeur extrême ». « Mais l'ange leur dit : Ne craignez point, car je viens vous annoncer une nouvelle qui sera pour tout le peuple un grand sujet de joie ». Nous connaissons cette nouvelle que l'ange va annoncer aux bergers ; cette nouvelle qui, après vingt-et un siècles, porte encore la joie dans tous les cœurs de ceux qui l'ont reçue : cette nouvelle qui a changé la face du monde et qui a donné des élus à Dieu... Si vous n'étiez pas venu, ô mon Dieu, ô notre Emmanuel, ô notre divin petit enfant, si vous n'étiez pas venu, il n'y aurait pas eu de Ciel à travers les éternités. Tout était perdu ; l'empire était à Satan et à la mort... Vous êtes venu et ç'a été l'avènement du règne de Dieu, le triomphe de la lumière sur les ténèbres, l'assurance des splendeurs sans fin de la vie de l'âme. Noël ! Noël !

 

Résolution : Mon cœur est une hôtellerie bien indigne de recevoir le divin enfant Jésus. Mais je vais m'efforcer, par l'ardeur de mes prières et de mes désirs, et par mon absolue confiance dans les mérites de Jésus-Christ, d'en faire une demeure de laquelle ses anges et mon âme puissent approcher pour l'adorer humblement.

Bouquet spirituel : « Ne craignez point, car Dieu a écouté la voix de l'enfant, de l'endroit où il est. Levez-vous, prenez l'enfant et tenez-le par la main, parce que je le rendrai chef a d'un grand peuple ». (Genèse 21, 17).

 

Annonce aux Bergers 2-001

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

Pour recevoir les méditations du Mois des Bergers,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

22 décembre 2021

Le Mois des Bergers

Le Mois des Bergers

 

Vierge enceinte

 

Vingt-troisième jour

Marie

23 Décembre

 

« Mon âme glorifie le Seigneur, et mon esprit est ravi de joie en Dieu mon Sauveur ». (Luc 1, 46).

 

I. Quand une créature de Dieu, au milieu de ce monde d'épreuves et de douleurs, reçoit une grâce si grande que jamais, même dans les ardeurs de la prière, elle n'a pu l'entrevoir, ni la désirer, ni la demander ; son âme est d'abord comme écrasée sous le poids du bienfait et de l'honneur. La parole ne peut sortir de la bouche qui pourtant voudrait parler ; la pensée ne sait rien formuler de précis, le cœur bat à se rompre, parce que les larmes ne peuvent couler. C'est une joie comprimée ; mais elle est si forte, si brûlante, qu'on en mourrait si elle n'éclatait pas à la fin... Il en fut ainsi de Marie après l'Annonciation : « Voici la servante du Seigneur », dit-elle en inclinant la tête, et ce fut tout. Mais lorsqu'elle arriva chez Elisabeth, sa cousine, pour lui annoncer la grande nouvelle, et qu'elle eût entendu celle-ci lui dire, avant qu'elle eut parlé : « D'où me vient ce bonheur que la mère de mon Sauveur vienne vers moi ? » La joie trouve son point de contact, l'étincelle se produit, le feu qui couvait reçoit de l'air et éclate. Marie fondant en larmes, les bras et les yeux levés vers le ciel, crie son sublime cantique d'actions de grâces : « Mon âme glorifie le Seigneur, et mon esprit est ravi de joie en Dieu mon Sauveur ». Saluons Marie. Ave Maria.

II. Et pourquoi Marie est-elle ainsi ravie de joie ? « Parce que Dieu a regardé la bassesse de sa servante ». Ô profondeur mystérieuse de l'humilité de Marie ! Où était donc cette bassesse en vous, ô la plus parfaite des servantes de Dieu, ô Vierge prédestinée à être la mère du Rédempteur, ô Vierge devant qui la malédiction qui pesait sur notre race s'est arrêtée ?... Nous ne voyons, nous, que gloire, beauté et pureté en vous !... Quelle ne devrait donc pas être notre humilité... nous si imparfaits, si indignes, si pécheurs !... Marie ajoute : « Désormais je serai appelée bienheureuse ». Qui pourrait compter et dire combien de fois, depuis, les enfants des hommes ont dit à Marie : « Vous êtes bénie entre toutes les femmes ? » Qui pourrait compter et dire combien de fois dans l’Église, parmi les fidèles, ont retenti ces paroles : « Toutes les générations m’appelleront bienheureuse ! » Qui pourrait compter et dire combien Marie d'autels et combien Marie a d'enfants ? Prophétie de la Mère de Dieu, quel glorieux accomplissement vous avez reçu à travers les siècles ! Ave Maria.

III. Marie poursuit : « Je serai appelée bienheureuse, parce que le Seigneur a fait en moi de grandes choses, lui de qui le nom est saint ». C'est ainsi « que d'âge en âge, Dieu répand sa miséricorde sur ceux qui le craignent ». Marie descendait, en effet, de ces générations illustres et nombreuses qui, sous la loi de crainte, n'avaient cessé de marcher devant Dieu en toute justice. « Il a déployé la force de son bras pour dissiper et humilier les cœurs orgueilleux », ceux qui s'élevaient contre Dieu et contre son Christ. « Les grands, il les a renversés de leurs trônes et il a élevé les petits, les opprimés, ceux qu'on écrasait alors sans pitié. Les pauvres ont été rassasiés, les riches s'en sont retournés les mains vides. Parce que Dieu s'est souvenu, dans sa miséricorde, de son malheureux peuple, et qu'il pris Israël sous sa protection, selon la promesse qu'il avait faite à Abraham et à sa race, pour toujours ». Certes voilà bien le chant de la rédemption ! Marie le laisse échapper de son cœur dans un élan de gratitude et d'amour, en attendant qu'elle nous associe à sa joie, à ses transports et à sa reconnaissance, en nous donnant le Rédempteur... Ave Maria.

 

Résolution : Je ferai demain un pèlerinage à Notre Dame des Victoires, ou à l'un des sanctuaires de Marie, dans ma localité.

Bouquet spirituel : « Ô Marie, celui que la terre et les cieux ne pourraient contenir, vous l'avez renfermé dans votre sein ». (Saint Bernard).

 

Annonce aux Bergers 2-001

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

Pour recevoir les méditations du Mois des Bergers,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

21 décembre 2021

Le Mois des Bergers

Le Mois des Bergers

 

Arbre de Jessé

 

Vingt-deuxième jour

Les temps sont accomplis

22 Décembre

 

« Béni soit le Seigneur le Dieu d'Israël, de ce qu'il a racheté et visité son peuple ; de ce qu'il nous a suscité un puissant sauveur dans la maison de David, son serviteur. Selon la promesse qu'il avait faite par la bouche de ses saints prophètes qui ont été dans les siècles passés ». (Luc I. 68, 69, 70).

 

I. Les temps sont accomplis. Le divin berger va descendre du Ciel pour visiter et racheter ses chères brebis. Le puissant Sauveur qui doit être suscité dans la maison de David va naître. Le temps est venu où, selon la prédiction si précise de Daniel, le péché va trouver sa fin, pour « que l'iniquité soit effacée, que la justice éternelle vienne sur la terre », que les visions et les prophéties soient accomplies et que « le Saint des saints soit oint de l'huile sacrée ». C'est bien Dieu, n'est-ce pas, qui vient nous visiter et nous racheter ?... Il va nous venir ! « Selon la promesse qu'il en avait faite par la bouche de ses saints prophètes qui ont été dans les siècles passés ». Terre, prépare-toi à recevoir ton Seigneur et ton Dieu... Ô mon cœur ! appelle-le par des désirs ardents ! Mon âme, celui que les nations ont attendu pendant tant de siècles va venir et descendre en toi-même... Comment recevras- tu et mangeras-tu cette manne céleste ? Avec quelles dispositions ? Avec quels sentiments ? Il va venir ! Tout est-il bien prêt pour le recevoir ?…

II. Les temps sont accomplis : écoutons la voix qui précède le Rédempteur : « Console-toi, console-toi, mon peuple, mon enfant, mon frère ma brebis bien-aimée. Ton salut est là qui vient. Pourquoi te consumer ainsi dans le chagrin et dans les larmes ? Je ne veux pas à ma venue te voir encore plongée dans une semblable douleur. Bannis toute crainte, je te sauverai, comme je l'ai promis. Je suis le Seigneur ton Dieu, le saint d'Israël et ton Rédempteur ». Vous venez pour la miséricorde, pour faire grâce, pour racheter, ô divin Messie ! Quel sujet de consolation pour tout votre peuple ! À cette annonce qui nous rend l'espérance et qui brise nos fers, comment n'essuierions-nous pas nos larmes ? Comment la joie n’envahirait-elle pas notre cœur ? Notre salut vient, et ce salut c'est vous-même. Votre voix nous rassure, que redouter encore ? Ah ! Seigneur, nous vous bénissons et notre âme se réjouit en vous, ô le désiré des nations, ô notre Sauveur et notre Dieu !…

III. Les temps sont accomplis. Le Sauveur du monde vient habiter parmi les hommes. Il vient à l'heure marquée, à l'expiration des soixante et dix semaines d'années indiquées par Daniel ; « après que le sceptre de David s'est échappé des mains de Juda », et à la chute des quatre grands empires de l'antiquité. Il vient en la manière que les prophètes l'ont annoncé. Le Verbe éternel, la seconde personne de la Sainte Trinité, le Fils éternellement engendré par le Père, dans l'unité de l'Esprit va quitter les cieux pour descendre sur la terre, en s'incarnant, en prenant un corps et une âme semblables aux nôtres, dans le sein d'une Vierge qui le concevra par l'opération du Saint Esprit, qui l'enfantera et qui nous donnera l'homme-Dieu, Emmanuel, Dieu avec nous : « Écoutez donc, maison de David, s'était écrié Isaïe. Le Seigneur vous donnera lui-même un prodige. Une Vierge concevra, et elle enfantera un fils qui sera appelé Emmanuel. Un rejeton sortira de la tige de Jessé et une fleur naîtra de sa racine et l'esprit du Seigneur se reposera sur lui ». Voilà les prophéties. voici leur accomplissement. Un ange est envoyé de Dieu à une vierge... et cette vierge s'appelait Marie, et l'ange dit : « Je vous salue, ô pleine de grâce, le Seigneur est avec vous... Vous concevrez dans votre sein, et vous enfanterez un fils à qui vous donnerez le nom de Jésus. Il sera grand, et il sera appelé le Fils du Très-Haut »... Jésus est conçu dans le sein de la Vierge immaculée, et bientôt elle l'enfantera... Ô mystère ineffable... les temps sont accomplis.

 

Résolution : Avec quelle tendre piété je vais me préparer à recevoir Jésus pendant la solennité de Noël !

Bouquet spirituel : « Le Saint-Esprit surviendra en vous et la vertu du Très-Haut vous couvrira de son ombre : c'est pourquoi le fruit saint qui naîtra de vous sera appelé le Fils de Dieu ».

 

Annonce aux Bergers 2-001

 

 Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

Pour recevoir les méditations du Mois des Bergers,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes