19 octobre 2015

Prière de l'enfant d'un Saint

Num_riser0064

Prière de l'enfant d'un Saint

A son bon Père, rappelé à Dieu le 29 juillet 1894

 

Rappelle-toi qu'autrefois sur la terre

Ton seul bonheur était de nous chérir;

De tes enfants exauce la prière,

Protège-nous, daigne encor nous bénir !

Tu retrouves là-haut notre mère chérie,

Depuis longtemps déjà dans la sainte patrie;

Maintenant, dans les cieux,

Vous régnez tous les deux...

Veillez sur nous !

 

Rappelle-toi ton ardente Marie,

Celle qui fut la plus chère à ton coeur ;

Rappelle-toi qu'elle remplit ta vie,

Par son amour, de charme et de bonheur.

Pour Dieu, tu renonças à sa douce présence,

Et tu bénis la main qui t'offrait la souffrance.

De ton beau « diamant »

Toujours plus scintillant,

Oh ! souviens-toi !

 

Rappelle-toi ta belle « perle fine »,

Que tu connus faible et timide agneau;

Vois-la, comptant sur la force divine,

Et du Carmel conduisant le troupeau.

De tes autres enfants elle est aujourd'hui mère,

Viens guider ici-bas celle qui t'est si chère;

Et sans quitter le ciel,

De ton petit Carmel,

Oh ! souviens-toi...

 

Rappelle-toi cette ardente prière

Que tu formas pour ta troisième enfant.

Dieu l'entendit !... elle estime la terre

Un lieu d'exil et de bannissement.

La Visitation la cache aux yeux du monde,

Elle aime le Seigneur, sa douce paix l'inonde ;

De ses brûlants soupirs,

De ses ardents désirs,

Oh ! souviens-toi...

 

Rappelle-toi ta fidèle Céline

Qui fut pour toi comme un ange des cieux,

Lorsqu'un regard de la Face divine

Vint t'éprouver par un choix glorieux.

Tu règnes dans le ciel... sa tâche est accomplie;

Maintenant à Jésus elle donne sa vie...

Protège ton enfant

Qui redit bien souvent Rappelle-toi !...

 

Oh ! souviens-toi de ta «petite reine »,

Du tendre amour dont son coeur déborda...

Rappelle-toi que sa marche incertaine

Ce fut toujours ta main qui la guida.

Papa, rappelle-toi qu'aux jours de son enfance

Tu voulus pour Dieu seul garder son innocence.

Ses boucles de cheveux

Qui ravissaient tes yeux,

Rappelle-toi !

 

Rappelle-toi que dans le belvédère,

Tu l'asseyais souvent sur tes genoux,

Et, murmurant alors une prière,

Tu la berçais par ton refrain si doux !

Elle voyait du ciel un reflet sur ta face,

Quand ton regard profond se plongeait dans l'espace...

Et de l'éternité

Tu chantais la beauté,

Rappelle-toi !

 

Rappelle-toi ce radieux dimanche

Où, la pressant sur ton coeur paternel,

Tu lui donnas une fleurette blanche,

Et lui permis de voler au Carmel.

O père, souviens-toi qu'en ses grandes épreuves,

Du plus sincère amour tu lui donnas des preuves;

A Rome après Bayeux

Tu lui montras les cieux;

Rappelle-toi !

 

Rappelle-toi que la main du Saint-Père,

Au Vatican, sur ton front se posa;

Mais tu ne pus comprendre le mystère

Du sceau divin qui sur toi s'imprima.

Maintenant tes enfants t'adressent leur prière;

Ils bénissent ta croix et ta douleur amère !

Sur ton front glorieux

Rayonnent dans les cieux

Neuf lis en fleurs !

 

Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, Août 1894.

Num_riser0002__4_


28 mai 2013

Jeter des fleurs, un poème de Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus

Jeter des fleurs

Un poème de Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face

Extrait de l'album "Thérèse Vivre d'Amour"

 

Seigneur, de ta beauté mon âme s'est éprise,

Je veux te prodiguer mes parfums et mes fleurs

En les jetant pour toi sur l'aile de la brise

Je voudrais enflammer les coeurs !....

 

Jeter des Fleurs, c'est t'offrir en prémices

Les plus légers soupirs, les plus grandes douleurs.

Mes peines et mes joies, mes petits sacrifices

Voilà mes fleurs !....

 

Les pétales des fleurs, caressant ton Visage

Te disent que mon coeur est à toi sans retour

De ma rose effeuillée tu comprends le langage

Et tu souris à mon amour.

 

Jeter des Fleurs, redire tes louanges

Voilà mon seul plaisir en la vallée des pleurs....

Au Ciel j'irai bientôt avec les petits anges

Jeter des Fleurs !...


Extrait du Poème n° 34

 

Vous pouvez lire les Poèmes de Sainte Thérèse sur le site internet des Archives du Carmel de Lisieux en cliquant sur ici

09 mai 2012

Vivre d'Amour

Vivre d'Amour

Un poème de Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus

Interprété par Sylvie Buisset

Extrait de l'Album "Vivre d'Amour"

02 novembre 2011

Le Purgatoire, un cantique de St Louis-Marie Grignion de Montfort

Le Purgatoire

Un cantique de Saint Louis-Marie Grignion de Montfort

15 septembre 2011

Aimer, c'est tout donner

Aimer c'est tout donner

Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face

Interprété par Sylvie Buisset et la Communauté des Béatitudes

Musique extrait du CD "Aimer, c'est tout donner", disponible chez Editions des Béatitudes Musique


17 octobre 2009

A Notre-Dame des Victoires, Reine des Vierges, des Apôtres et des Martyrs

ave_olv3

A Notre-Dame des Victoires, Reine des Vierges, des Apôtres et des Martyrs

Vous qui comblez mon espérance,
Ô Mère ! Écoutez l'humble chant;
D'amour et de reconnaissance
Qui vient du cœur de votre enfant !


Aux oeuvres d'un missionnaire,
Vous m'avez unie sans retour,
Par les liens de la prière,

De la souffrance et de l'amour.

A lui de traverser la terre,
De prêcher le  nom de Jésus,
A moi, dans l'ombre et le mystère,
De pratiquer d'humbles vertus.


La souffrance, je la réclame,
J'aime, je désire la croix,
Pour aider à sauver une âme,
Je voudrais mourir mille fois.

Ah ! Pour le conquérant des âmes,
Je veux m'immoler au Carmel,
Et par lui, répandre les flammes
Que Jésus apporta du ciel.


Par lui, quel ravissant mystère,
Jusqu'au Su-Tchuen oriental
Je pourrai de ma tendre mère
Faire aimer le nom virginal.

Dans ma solitude profonde,
Marie, je veux gagner des cœurs,
Par votre apôtre, au bout du monde,
Je convertirai les pécheurs.


Par lui, l'eau sainte du Baptême,
Du tout petit enfant d'un jour,
Fera  le Temple, où Dieu lui-même
Daigne habiter dans son amour.

Je veux peuple de petits anges
Le brillant séjour éternel ...
Par lui, d'enfantines phalanges
Prendront leur essor vers le ciel ! ...


La palme que mon âme envie,
Par lui, je pourrai la cueillir,
Oh quel espoir ! Mère chérie
Je serai la soeur d'un martyr !!!

Après l'exil de cette vie,
Au soir du glorieux combat,
Nous jouirons dans la Patrie
Du fruit de notre apostolat.


A lui l'honneur de la Victoire,
Devant l'armée des bienheureux,
A moi le reflet de sa gloire,
Éternellement dans les cieux.

Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face, Docteur de l'Eglise

010_001

Posté par fmonvoisin à 01:25 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

25 mars 2009

Mes Armes

F4_teresina

Mes Armes

Du Tout-Puissant j'ai revêtu les armes,

Sa main divine a daigné me parer ;

Rien désormais ne me cause d'alarmes,

De son amour qui peut me séparer ?

A ses côtés, m'élançant dans l'arène,

Je ne craindrai ni le fer ni le feu

Mes ennemis sauront que je suis reine,

Que je suis l'épouse d'un Dieu.


O mon Jésus ! je garderai l’armure

Que je revêts sous tes yeux adorés ;

Jusqu'au soir de l'exil, ma plus belle parure

Sera mes vœux sacrés.

O Pauvreté, mon premier sacrifice,

Jusqu'à la mort tu me suivras partout ;

Car, je le sais, pour courir dans la lice,

L'athlète doit se détacher de tout.

Goûtez, mondains, le remords et la peine,

Ces fruits amers de votre vanité ;

Joyeusement, moi je cueille en l'arène

Les palmes de la Pauvreté.

Jésus a dit : « C'est par la violence

Que l'on ravit le royaume des cieux. »

Eh bien ! la Pauvreté me servira de lance,

De casque glorieux.

La Chasteté me rend la sœur des Anges,

De ces esprits purs et victorieux.

J'espère un jour voler en leurs phalanges ;

Mais, dans l'exil, je dois lutter comme eux.

Je dois lutter, sans repos et sans trêve,

Pour mon Epoux, le Seigneur des seigneurs.

La Chasteté, c'est le céleste glaive

Qui peut lui conquérir des cœurs.

La Chasteté, c'est mon arme invincible ;

Mes ennemis, par elle, sont vaincus ;

Par elle je deviens, ô bonheur indicible !

L'épouse de Jésus.

L'Ange orgueilleux, au sein de la lumière,

S'est écrié : « Je n'obéirai pas !... »

Moi, je m'écrie en la nuit de la terre

Je veux toujours obéir ici-bas.

Je sens en moi naître une sainte audace,

De tout l'enfer je brave la fureur.

L'Obéissance est ma forte cuirasse

Et le bouclier de mon cœur.

O Dieu vainqueur ! je ne veux d'autres gloires

Que de soumettre en tout ma volonté ;

Puisque l'obéissant redira ses victoires

Toute l'éternité !

Si du guerrier j'ai les armes puissantes,

Si je l'imite et lutte vaillamment,

Comme la vierge aux grâces ravissantes,

Je veux aussi chanter en combattant.

Tu fais vibrer de ta lyre les cordes,

Et cette lyre, ô Jésus, c'est mon cœur !

Alors je puis de tes miséricordes

Chanter la force et la douceur.

En souriant je brave la mitraille,

Et dans tes bras, ô mon Epoux divin,

En chantant je mourrai sur le champ de bataille,

Les armes à la main !

Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus (25 mars 1897)

File0013

10 mars 2009

Poème en l'honneur de Saint Joseph

F4_teresina

Poème en l'honneur de Saint Joseph

Joseph, votre admirable vie
Se passa dans l’humilité ;
Mais, de Jésus et de Marie,
Vous contempliez la beauté !

Joseph, ô tendre Père,
Protégez le Carmel !
Que vos enfants, sur cette terre,
Goûtent déjà la paix du ciel.

Le Fils de Dieu, dans son enfance,
Plus d’une fois, avec bonheur,
Soumis à votre obéissance,
S’est reposé sur votre cœur !

Comme vous, dans la solitude,
Nous servons Marie et Jésus ;
Leur plaire est notre seule étude ;
Nous ne désirons rien de plus.

Sainte Thérèse, notre Mère,
En vous se confiait toujours ;
Elle assure que sa prière,
Vous l’exauciez d’un prompt secours.

Quand l’épreuve sera finie,
Nous en avons le doux espoir
Près de la divine Marie,
Saint Joseph, nous irons vous voir.

Bénissez, tendre Père,
Notre petit Carmel ;
Après l’exil de cette terre
Réunissez-nous dans le ciel.

Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte Face, Docteur de l'Eglise

Georges_de_La_Tour___Saint_Joseph_charpentier_783582

Posté par fmonvoisin à 13:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,