31 juillet 2013

Litanies de Marie Enfant

01B PAVANELLO ANGELO

Litanies de Marie Enfant

 

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, ayez pitié de nous.

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, écoutez-nous.

Jésus-Christ, exaucez-nous.

Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Fils, rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Saint-Esprit, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Sainte Trinité, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

 

Sainte Marie Enfant, Fille de Dieu le Père, priez pour nous.

Sainte Marie Enfant, Siège de la Sagesse éternelle, priez pour nous.

Sainte Marie Enfant, Epouse du Saint Esprit,

Sainte Marie Enfant, en qui le Verbe incarné voit Sa Mère,

Sainte Marie Enfant, créée dans la Pensée Divine avant les siècles,

Sainte Marie Enfant, qui avez été conçue sans péchés,

Sainte Marie Enfant, fille bénie d'Anne et de Joachim,

Sainte Marie Enfant, honneur et jubilation de votre mère,

Sainte Marie Enfant, plus belle qu'Adam et Eve au premier jour de l'innocence,

Sainte Marie Enfant, plus gracieuse que les Anges,

Sainte Marie Enfant, dont les Choeurs célestes ont célébré la naissance,

Sainte Marie Enfant, dont le Nom a du être apporté du Ciel,

Sainte Marie Enfant, dont le Nom est plein de douceur et d'harmonie,

Sainte Marie Enfant, dont les mères apprennent le Nom à leurs enfants,

Sainte Marie Enfant, dont le Nom signifie Etoile de la mer,

Sainte Marie Enfant, dont le Nom calme les flots des passions,

Sainte Marie Enfant, dont le Nom relève le courage abattu,

Sainte Marie Enfant, dont le Nom est la terreur de l'Enfer,

Sainte Marie Enfant, noble descendante des Patriarches,

Sainte Marie Enfant, qu'on chantée les Prophètes,

Sainte Marie Enfant, tige miraculeuse de Jessé,

Sainte Marie Enfant, magnifique lys des vallons,

Sainte Marie Enfant, blanche colombe des cantiques,

Sainte Marie Enfant, myrrhe aux suaves parfums,

Sainte Marie Enfant, vigne odorante du printemps,

Sainte Marie Enfant, porte mystérieuse réservée au passage du Libérateur,

Sainte Marie Enfant, plus brillante que l'aurore,

Sainte Marie Enfant, aurore même du Soleil de Justice,

Sainte Marie Enfant, plus pure que l'étoile du matin,

Sainte Marie Enfant, rosée qui rafraîchit la terre,

Sainte Marie Enfant, qui conversiez avec Dieu avant même d'avoir l'usage de la parole,

Sainte Marie Enfant, qui Vous êtes présentée au Temple à l'âge de trois ans,

Sainte Marie Enfant, modèle de la vie intérieure,

Sainte Marie Enfant, modèle de silence,

Sainte Marie Enfant, modèle d'humilité,

Sainte Marie Enfant, modèle de simplicité,

Sainte Marie Enfant, modèle d'obéissance,

Sainte Marie Enfant, modèle d'application au travail,

Sainte Marie Enfant, modèle de l'enfance,

Sainte Marie Enfant, qui, la première, fîtes le vœu de virginité,

Sainte Marie Enfant, qui soupiriez après la venue du Messie,

Sainte Marie Enfant, qui demandiez à Dieu de servir la vierge qui concevrait l'Emmanuel,

 

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous, Seigneur.

 

Marie Enfant, priez pour nous,

Afin que nous soyons dignes des promesses de Notre Seigneur Jésus-Christ.

 

Prions

 

O Dieu qui avez enrichi de tous les trésors de Votre Grâce la Saint Enfance de la glorieuse Vierge Marie, que nous honorons avec une piété toute filiale, accordez-nous de devenir nous-mêmes semblables aux petits enfants, afin d'entrer un jour dans le Royaume des Cieux qui leur a été promis. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Ainsi soit-il.

 

Nous approuvons les Litanies ci-dessus. Nous en permettons l'usage en dehors des fonctions liturgiques, et nous accordons 40 jours d'Indulgences aux fidèles qui les réciteront avec piété.

 

7 avril 1908,

+ René François,

Archevêque de Tours.

284_001

Téléchargez le texte de ces Litanies (pdf) en cliquant ici

Posté par fmonvoisin à 16:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


24 novembre 2012

Prière litanique pour demander une bonne mort

 

136_001

Prière litanique pour demander une bonne mort

Cette prière a été composée par une protestante convertie et morte à l'âge de 18 ans.

 

Jésus, mon Seigneur, Dieu de Bonté et de Miséricorde, je me présente devant Vous, couvert de confusion, avec un esprit humilié et un cœur contrit; je Vous recommande ma dernière heure, et tout ce qui doit la suivre.

Quand mes pieds immobiles m'avertiront que ma course dans ce monde est près de finir, Miséricordieux Jésus, ayez pitié de moi.

Quand mes mains engourdies et tremblantes ne pourront plus tenir contre mon cœur le Crucifix, et que, malgré moi, elles le laisseront tomber sur le lit de douleur, Miséricordieux Jésus, ayez pitié de moi.

Quand mes yeux, obscurcis et troublés des approches de la morts, porteront leurs regards tristes et mourants vers Vous, Miséricordieux Jésus, ayez pitié de moi.

Quand mes lèvres froides et tremblantes prononceront pour la dernière fois Votre Adorable Nom, Miséricordieux Jésus, ayez, pitié de moi.

Quand mes joues pâles et livides inspireront aux assistants la compassion et la terreur, et que mes cheveux baignés des sueurs de la morts, s'élevant sur ma tête, annonceront ma fin prochaine, Miséricordieux Jésus, ayez pitié de moi.

Quand mes oreilles, prêtes à se fermer pour toujours aux discours des hommes, s'ouvriront pour entendre Votre Voix, qui prononcera l'arrêt irrévocable qui doit fixer mon sort pour l'éternité, Miséricordieux Jésus, ayez pitié de moi.

Quand mon imagination, agitée de fantômes sombres et effrayants, sera plongée dans de tristesses mortelles; que mon esprit, troublé par la vue de mes iniquités, et par la crainte de Votre Justice, luttera contre l'Ange des ténèbres qui voudrait me dérober la vue de Vos Miséricordes et me jeter dans le désespoir, Miséricordieux Jésus, ayez pitié de moi.

Quand mon faible cœur, accablé par la douleur de la maladie, sera saisi des horreurs de la mort, et épuisé des efforts qu'il aura faits contre les ennemis du Salut, Miséricordieux Jésus, ayez pitié de moi.

Quand je verserai mes dernières larmes symptômes de ma destruction, recevez-les en sacrifice d'expiation, afin que j'expire, comme une victime de la pénitence, et dans ce terrible moment, Miséricordieux Jésus, ayez pitié de moi.

Quand mes parents, mes amis, assemblés autour de moi, s'attendriront sur mon état, et Vous invoqueront pour moi, Miséricordieux Jésus, ayez pitié de moi.

Quand j'aurai perdu l'usage de tous mes sens, que le monde entier aura disparu pour moi, et que je serai dans les oppressions de ma dernière agonie, et dans le travail de la mort, Miséricordieux Jésus, ayez pitié de moi.

Quand les derniers soupirs de mon cœur presseront mon âme de sortir de mon corps, acceptez-les comme venant d'une sainte impatience d'aller à Vous, Miséricordieux Jésus, ayez pitié de moi.

Quand mon âme, sur le bord de mes lèvres, sortira pour toujours de ce monde, et laissera mon corps pâle, glacé et sans vie, acceptez la destruction de mon être, comme un hommage que je veux rendre à Votre Majesté, Miséricordieux Jésus, ayez pitié de moi.

Enfin, quand mon âme paraîtra devant Vous et qu'elle verra, pour la première fois, l'éclat de Votre Majesté, ne la rejetez pas de devant Votre Face; daignez me recevoir dans le sein de Votre Miséricorde, afin que je chante éternellement Vos louanges, Miséricordieux Jésus, ayez pitié de moi.

 

Prions

 

O Dieu, qui, en nous condamnant à la mort, nous en avez caché l'heure et le moment, faites que, passant dans la Justice et la Sainteté tous les jours de ma vie, je puisse mériter de sortir de ce monde, avec la paix d'une bonne conscience, et mourir dans Votre Amour; par Notre-Seigneur Jésus Christ, qui vit et régne avec Vous, dans l'unité du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.

 

053_001

Téléchargez le texte de cette prière (pdf) en cliquant ici

30 mai 2012

Litanies de Notre-Dame des Ermites d'Einsiedeln

ND d'Einseideln

Notre-Dame des Ermites d'Einsiedeln

 

Un sanctuaire de Marie consacré par les mains du Fils de Dieu et de Marie, du Pontife « qui seul demeure pour l’éternité », n'est-ce pas une ravissante merveille ? Et parce que c'est merveilleux, surnaturel, divin, est-ce impossible ?

Le 14 septembre de l'an de grâce 948, c'était un jeudi, et l'Eglise célébrait la fête de l'Exaltation de la sainte Croix, une foule immense stationnait devant une église, autour de la modeste chapelle en bois, dans laquelle saint Meinrad avait prié de longues années, au pied d'une humble statue de la Vierge sans tache. Cette foule pieuse attendait avec une anxieuse ferveur le moment où le pontife de Dieu devait apparaître pour donner à ce sanctuaire la consécration qu'il venait lui apporter. Les heures succédaient aux heures, et la cérémonie sainte ne commençait pas. Tout à coup, aux yeux de la foule impatiente apparaît l'évêque consécrateur. Tous les froide se découvrent, les genoux fléchissent et les têtes s'inclinent sous la main bénissante de Conrad. Mais bientôt le saint prélat élève la voix, et quel ne fut pas l'étonnement, l'admiration de ce peuple de fidèles, en recueillant de ses lèvres ce récit rapide: « Mes enfants, s'écrie à travers ses larmes le saint évêque, vous attendez la consécration de la chapelle de Marie. Elle est faite et la cérémonie est achevée. Cette nuit même, pendant que j'étais en oraison dans le saint lieu, des harmonies d'une ineffable douceur ont retenti à mon oreille. A ces accents qui n'étaient pas de la terre, j'ai levé les yeux, et voici le spectacle qu'il m'a été donné de contempler. J'ai vu les anges chantant toutes les hymnes et faisant les cérémonies prescrites par l'Eglise pour la solennité sainte de la consécration. Et au milieu des anges, j'ai vu le Christ lui-même, le Prêtre de la loi nouvelle, revêtu d'ornements violets, célébrer les adorables mystères, entouré de quelques-uns de ses saints. Il avait à ses côtés saint Pierre, saint Grégoire, saint Augustin et les deux diacres saint Etienne et saint Laurent. Et devant l'autel, debout, dans une lumière éclatante, se tenait la très Sainte-Vierge. Longtemps mes yeux ont joui de cette admirable vision. Et voici qu'au moment où elle allait s'évanouir, une voix m'a dit: « Ne songe plus à consacrer ce sanctuaire, il est consacré par Dieu et ses anges ». »

A ce récit, la foule reste muette de saisissement. Cependant une voix murmure tout haut: « ce n'est qu'un songe ». Alors du haut du ciel descendent ces mots: « Cesse, frère, cesse de vouloir consacrer une chapelle divinement consacrée ». Et trois fois ces mots retentissent aux oreilles de la foule. Au cri échappé de mille poitrines, un même cri répond: « Gloire à Jésus-Christ ! Gloire à sa divine Mère ! Gloire au sanctuaire de Marie ! » On comprend qu'inaugurée par un événement aussi merveilleux, la sainte chapelle des Ermites soit devenue un but de pèlerinage attirant de près et de loin, en ce lieu divinement béni, les multitudes qu'on y voit accourir depuis bientôt mille ans. On comprend aussi que des grâces innombrables aient été obtenues des humbles fidèles invoquant avec confiance Notre-Dame des Ermites, dans tous les dangers menaçant la vie de l'âme et du corps. L'authenticité de la consécration miraculeuse de la sainte Chapelle nous est garantie par une bulle du Pape Léon VIII. Dans cette bulle, le Souverain Pontife rapporte qu'il a entendu le récit de ce fait surnaturel des lèvres mêmes du saint évêque de Constance, Conrad, lequel l'a affirmé de la manière la plus solennelle en présence de son digne ami, l'évêque d'Augsbourg, Saint Ulrich, devant l'empereur Othon-le-Grand et son auguste épouse, Sainte Adélaïde. C'était seize ans après l'événement. Les saints évêques Ulrich et Conrad, avec un grand nombre de princes et d'autres prélats, accompagnaient alors l'empereur dans l'expédition qu'il fit à Rome en 960. Après Léon VIII, d'autres Papes, tels que Nicolas V, Pie II, Léon X, Pie IV, Urbain VIII et Pie VI, ont soumis à un nouvel examen le fait historique de la consécration miraculeuse de la sainte Chapelle, et ils n'ont pu qu'en reconnaître la réalité certaine; et tous se sont plu à rendre à ce fait un solennel hommage, en comblant ce lieu saint de privilèges et d'abondantes indulgences.

Remontons maintenant à l'origine de la sainte Chapelle.En 797, naissait dans un château de la Souabe un enfant que Dieu prédestinait à une haute sainteté. C'était Meinrad, fils du comte Berchthold de Hohenzollern. Confié de bonne heure aux soins du saint abbé de Reichenau, le bienheureux Hatton, son grand-oncle, qui fut l'ami de Charlemagne et l'un des plus grands évêques de Bâle, le jeune Meinrad sut joindre à ses progrès dans la littérature des progrès plus grands encore dans la science des saints. Entré à Reichenau en 807, il se voua tout entier au Seigneur en 825. Il était alors dans sa 29me année. Peu après, il fut envoyé par Hatton à Bollingen sur les bords du lac de Zurich, et mis à la tête du prieuré que sanctifiaient là douze Bénédictins de Reichenau. Meinrad y vécut quelque temps. Mais son âme, embrasée de l'amour divin, était avide de sacrifices. Le saint religieux aspirait au silence, à la solitude, au désert. Il sollicite et obtient de son supérieur la permission de se retirer sur un sommet voisin. Là encore, sur l'Etzel, il se trouvait trop rapproché des bruits du monde. Le saint ermite s'enfonce plus avant dans les noires forêts qui étendent leur ombre sur ce désert. C'est là, qu'abrité par sa cellule faite de branches d'arbres, il trouve enfin le lieu désiré de son repos. Cependant le bruit de sa sainteté ne tarda pas à arriver jusqu'aux oreilles de la pieuse abbesse des Bénédictines de Zurich. C'était la princesse Hildegarde, fille de l'empereur Louis le Germanique. Elle prit soin de faire construire, auprès de la demeure du saint solitaire, une chapelle où elle fit dresser une belle statue de la très Sainte-Vierge. Les anges seuls pourraient nous dire les ferventes prières que répandait saint Meinrad devant la douce image de Marie, jusqu'au jour où il tomba sous les coups sacrilèges des deux assassins, qui terminèrent sa carrière mortelle. C'est cette même statue de Marie, devant laquelle les générations se sont pieusement agenouillées pendant plus de dix siècles, qui est encore de nos jours l'objet de la vénération des 200.000 pèlerins, qui vont chaque année demander à Marie protection, appui, soulagement, guérison, force et consolation dans les peines et les misères de la vie.

Un demi-siècle s'était écoulé depuis le martyre de saint Meinrad. La chapelle abandonnée menaçait ruine. Un pieux chanoine de Strasbourg voulut la relever. C'était l'illustre Bennon, parent du roi de Bourgogne, Rodolphe Ier. Il vint en 906 dans les lieux sanctifiés par le solitaire de l'Etzel, y vivre de la vie de Meinrad et former à cette vie austère les disciples qu'attirait sur les pas de Bennon le parfum de ses vertus. Bientôt des cellules élevées près de la chapelle abritèrent le maître en sainteté et ses dignes élèves. A la prière, Bennon sut joindre le travail des mains. Il enseigna à ses frères de la solitude à défricher en même temps et leurs âmes et les forêts qui leur servaient de retraite. Appelé par la divine Providence, en 925, à occuper le siège des évêques de Metz, il y renonça lorsque son zèle lui eut valu de la part des méchants, avec la persécution la plus sanglante, la perte de ses yeux. Le pauvre aveugle voulut finir ses jours dans son heureux désert. Avant sa mort (940), il reçut une visite qu'appelaient sans doute ses prières. Le prévôt du Chapitre de Strasbourg, saint Eberhard, venait admirer, puis imiter la vie sainte de l'ancien chanoine Bennon. Mais Eberhard alla plus loin. Usant de ses richesses selon Dieu, il acheta les terres à moitié défrichées par saint Bennon, et se mit à construire dans sa nouvelle propriété un monastère digne des deux saints dont ces lieux gardaient la mémoire. En 948, la sainte maison était debout, et debout aussi la nouvelle église qui étendait sur la chapelle primitive l'ombre de son vaste pavillon. C'est alors, comme nous l'avons dit, qu'à la prière du saint fondateur Eberhard, Saint Conrad vint, accompagné de saint Ulrich, pour la double consécration de l'église et de la sainte chapelle. Il ne consacra que l'église, nous avons dit pourquoi.

Après le Bienheureux Eberhard, qui fut le premier abbé proprement dit de la maison de saint Benoît à Einsiedeln, la plupart de ses successeurs, dont quelques-uns furent des hommes vraiment distingués autant par leur science et leurs vertus que par leur prudence et leur haute noblesse, s'appliquèrent à entourer de vénération la sainte chapelle de Marie et à lui rendre l'honneur qui lui est dû. Mais à quoi bon rapporter ce qu'a fait pour le sanctuaire privilégié de Marie la piété de Gérold de Hohensax et d'Augustin de Reding ? A quoi bon redire comment le comte Caspar de Hohenems, pour accomplir le vœu de son oncle Marc Sittich, archevêque de Salzbourg, fit revêtir de marbre à l'intérieur et à l'extérieur la sainte chapelle? A quoi bon rappeler sa magnificence d'autrefois, lorsqu'on sait que les Français de la Révolution ont passé là ? Ils y ont passé comme partout, en blasphémant, en pillant, en détruisant, Vandales du XVIIe siècle. La sainte chapelle n'a pas trouvé grâce devant leur fureur. Ils l'ont démolie et ont jonché le sol de ses débris sacrés. C'est là une des gloires, un des fiers exploits de leur général Schauembourg. Seulement, il n'a pu mettre la main sur la vraie statue miraculeuse. ÎI n'a pu envoyer à Paris comme trophée, qu'une imitation de la statue, heureusement substituée à la véritable. Cependant, ce serait faire injure à la piété des cantons et des villes catholiques de la Suisse, que de passer sous silence les seize cierges qui brûlaient sans cesse aux deux côtés de la sainte image. Ces cierges avaient un poids chacun de 90 livres. Les huit de droite étaient fournis par Schwyz, Fribourg, Zoug, Appenzell, Bregenz, Rapperschwyl, Baden et Einsiedeln; les huit à gauche par Lucerne, Unterwalden, Glaris, Uri, le Toggenbourg, Soleure, le pays de Gaster et de nouveau Einsiedeln. Rappelons encore les cinq lampes d'argent, qui étaient suspendues à la voûte. C'étaient autant de dons, la première de Philippe III, roi d'Espagne; la seconde, de Caspar de Hohenems ; la troisième, de la ville de Lucerne; la quatrième, du duc d'Arnberg; la cinquième était une fondation pieuse. Tous ces trésors et tant d'autres sont devenus la proie sacrilège des révolutionnaires de la fin du XVIIIe siècle.

« Les Français, dit un historien, s'étaient annoncés comme les libérateurs du peuple suisse, comme les soldats de la liberté et les protecteurs des chaumières. Une fois maîtres de l'Helvétie, ils se souillèrent par le meurtre, le pillage, le viol et l'incendie. Ils firent peser sur la Suisse un joug plus humiliant et plus odieux que ne l'avait été celui des Gessler et d'autres baillis autrichiens du XIVe siècle ». Après avoir mis en pièces la sainte chapelle de Marie et dévalisé l'église et le monastère des Ermites, (mai 1798) ils laissèrent debout les bâtiments qu'ils eurent la générosité de ne pas incendier. En 1803, les Pères Bénédictins purent reprendre possession des murs qui leur étaient seuls restés.

A leur retour du Vorarlberg, oit ils avaient trouvé un refuge dans l'abbaye de Saint-Gérold, les fils de saint Benoît rapportèrent avec eux la statue miraculeuse, qu'ils avaient emportée dans leur exil comme leur plus riche trésor. Un peuple immense courut à la rencontre de la sainte statue jusqu'à l'Etzel, et l'accompagna de ses prières, de ses chants, de ses larmes jusqu'au seuil de son sanctuaire encore à demi dévasté. Une nouvelle chapelle ne tarda pas à reprendre la place de celle qu'avait détruite l'impiété française. Elle ne fut cependant entièrement achevée qu'après la chute du tyran qui avait tenu l'Europe sous sa botte de soldat, baignée du sang d'un million d'hommes. En 1817, la sainte chapelle apparut de nouveau dans toute sa beauté, avec son vêtement actuel de marbre noir et gris à l'extérieur, et aux couleurs variées à l'intérieur. Un autel en marbre blanc de Carrare y fut dressé ; et au-dessus de l'autel, dans un ciel de nuages d'or, la statue miraculeuse reprit enfin sa place d'honneur. Sur la façade du nouveau sanctuaire, on voit une table d'airain, représentant la consécration de l'ancienne chapelle par Notre-Seigneur et les anges. C'est un beau monument de la piété de Charles-Albert, roi de Sardaigne.

Marie a retrouvé son sanctuaire. Depuis près d'un siècle, elle se montre de nouveau pleine de grâce, de douceur et de miséricorde, aux regards des milliers de pèlerins qui viennent implorer son secours. Sur eux elle étend sa main droite, tandis que l'Enfant-Dieu, sur le bras gauche de sa Mère, semble sourire à ceux qui la prient, de verser sur eux les dons inépuisables de son amour. Le temps, avec ses dix siècles écoulés depuis saint Meinrad et la pieuse abbesse Hildegarde, a noirci le bois de la figure de la sainte image. Elle n'en est que plus vénérable. Elle rappelle ce chant du cantique sacré qu'adresse à Marie la liturgie sainte de l'Eglise : « Vous êtes noire, mais vous êtes belle ; vous demeurez à jamais la Bien-aimée du Roi immortel des cieux. » L'église, qui étend sur la sainte chapelle l'ombre de ses voûtes élancées, n'a pas le cachet d'une haute antiquité. Son style moderne, dénué de caractère, nous dit assez qu'elle n'est que du dernier siècle. Elle fut en effet reconstruite par le prince-abbé, Thomas-Angélique Schenklin, en 1719, quinze ans après la reconstruction du monastère par son prédécesseur, Maur de Roll d'Emmenholz. En 1837, le Révérendissime abbé, Célestin Mailler, lequel occupe la 49e place dans la série des abbés d'Einsiedeln, fit restaurer avec soin les fresques nombreuses qui ornent l'église et représentent les figures et les allégories ayant trait au sacrifice eucharistique, ce noyau de la foi de l'Eglise, ce foyer de la liturgie sainte. Le tableau du maître-autel, qui représente l'Assomption de Marie, est l'oeuvre du peintre Kraus. Il a été retouché par Paul Deschwanden.

A l'extérieur, la façade de l'église a quelque chose d'imposant. Elle rappelle la façade de Saint-Jean de Latran à Rome. A droite et à gauche du portail, on voit les statues de deux illustres bienfaiteurs de la sainte chapelle et de l'abbaye. Ce sont deux empereurs, Othon Ier et Henri Ier. On aimerait à y voir de même la statue équestre de Rodolphe de Habsbourg, qui éleva l'abbé d'Einsiedeln, en 1274, à la dignité de prince du Saint-Empire. Les deux tours qui ornent la façade renferment quatorze cloches merveilleusement harmonisées. Rien n'est beau comme ces quatorze voix d'airain lorsqu'elles s'unissent, dans un concert grandiose et céleste, pour annoncer aux fidèles et aux échos des environs la grande fête du 14 septembre avec ses milliers de pèlerins et ses grandes cérémonies relevées par la musique et les chants des Pères et des 120 élèves de leur brillant collège. Rien de plus émouvant, le soir de ce même jour, que ces harmonies de l'airain, mêlant leurs voix aériennes aux voix sacerdotales, pendant la procession qui se déroule dans les rues d'Einsiedeln, inondées de la double lumière qui resplendit en même temps à chaque fenêtre et dans les mains pieuses de chaque pèlerin.

Nous ne saurions achever cette trop courte notice, sans signaler encore quelques-uns des grands pèlerinages qui se sont accomplis à travers les siècles à Notre-Dame des Ermites, comme aussi quelques-uns des illustres personnages qui sont venus y apporter leurs dons et leurs prières. Un des plus remarquables pèlerinages à la Sainte-Vierge du désert fut celui des saintes femmes, qui vinrent au XIIIe siècle, non seulement visiter la Sainte-Chapelle, mais se fixer à jamais dans les environs. Après avoir vécu pendant plus d'un siècle sous la règle des Béguines, les religieuses « alpestres » finirent, en 1359, par prendre la règle de Saint-Benoît. En 1403, elles habitaient leur nouvelle maison, avec église, sous la protection du prince-abbé d'Einsiedeln. Après l'incendie de, 1684, les Bénédictines de la prairie (in der Au) d'Alpegg, virent leur monastère se relever de ses cendres par les soins de l'abbé Augustin Hofmann, qui fit célébrer désormais, dans l'intérêt de la clôture, les offices dans l'église des religieuses par un de ses conventuels, en attendant qu'un digne successeur du pieux abbé Célestin Müller vint y établir, en 1846, l'Adoration perpétuelle du Saint-Sacrement. Magnifique institution, qui continue à faire les délices des ferventes filles de Saint-Benoît dans leur modeste église de Tous les Saints.

Est-il besoin de rappeler qu'en 1798, ces humbles religieuses furent chassées de leur monastère par les Français, qui les dépouillèrent, ainsi que leur église, de tout ce qui avait quelque valeur artistique ou matérielle ? Dès avant 1313, le canton de Schwyz, par décision prise dans sa Landsgemeinde, faisait chaque année un pèlerinage à Notre-Dame d'Einsiedeln. Le même voeu s'est fait en 1351 par la ville de Zurich. Le magistrat de Bâle, pendant les ravages de la peste de 1439 en cette ville, voua de même un pèlerinage à Notre-Dame des Ermites, et l'histoire atteste qu'aussitôt le fléau prit fin. Pendant la guerre de Trente ans, en 1636, c'est la ville d'Augsbourg, qui va remercier de sa délivrance la Vierge d'Einsiedeln, et dès 1619, les villes de Feldkirch et de Fribourg en Brisgau s'étaient mises avec empressement sous la protection de Notre-Dame des Ermites. En 1651, c'est la ville de Zell qui accourt aux pieds de Marie, pour la remercier de sa maternelle et bienfaisante protection. De nos jours, il n'y a pas moins de soixante-dix paroisses qui se rendent chaque année en procession à la sainte chapelle du désert. Le demi-canton de Nidwalden continue, comme dans les siècles passés, à s'y rendre en masse et le couvent va processionnellement à la rencontre de ce pèlerinage catholique et national. « C'est ainsi, dit à bon droit le Père Charles Brandis, dans son Pèlerinage à Maria-Einsiedeln, que dès les jours du Bienheureux Meinrad, les âmes avides de paix et de lumière sont venues de siècle en siècle, de génération en génération, s'agenouiller devant la Vierge des miracles; c'est ainsi encore qu'à dater de l'événement merveilleux de l'an 946, le pèlerinage a pris un développement qui n'a pas cessé de croître jusqu'à nos jours ».

Dans la foule innombrable des pèlerins qui ont foulé le sol béni des Ermites, « ce sol, ajoute le Père Brandis, consacré par les vertus de saint Meinrad et plus encore par son sang », il nous plaît de mentionner d'illustres personnages. Après le cardinal Thierry, nonce apostolique en Allemagne, voici venir le roi Charles IV avec une imposante escorte de prélats et de princes, puis l'empereur Sigismond, l'empereur Frédéric III, le duc Henri de Mecklembourg avec son épouse Dorothée de Hohenzollern-Brandenbourg; ce sont ensuite les princes et les princesses de Hohenzollern, qui n'ont pas oublié que saint Meinrad était de leur puissante famille. Ce sont enfin, à la suite de tous les nonces du Saint-Siège en Suisse, des multitudes d'évêques, de la Suisse, de l'Italie, de la France et de l'Allemagne. Parmi les saints qui brillent au ciel de l'Eglise, au nombre des pèlerins de Notre-Dame, après les grands évêques d'Augsbourg et de Constance, saint Ulrich et saint Conrad, il faut nommer la sainte impératrice Adélaïde, Sainte Adelrich et sa mère la bienheureuse Régulinde ; le bienheureux Grégoire, IIIe Abbé d'Einsiedeln; Sainte Elisabeth de Hongrie; Saint Nicolas de Flüe; Saint Charles Borromée, Saint Benoît Labre. Puissent, comme eux et avec eux, tous les pèlerins de Notre-Dame d'Einsiedeln, obtenir, par sa puissante intercession, la grâce de la voir, de l'aimer et de la bénir à jamais dans le Ciel!

 

Texte extrait du livre « Les Principaux Sanctuaires de Marie dans la Suisse Catholique », de Mgr G. F. Chèvre, Fribourg, 1898.

849_001

Litanies de Notre Dame des Ermites

 

Seigneur ayez pitié de nous.

Christ, ayez pitié de nous.

Seigneur, ayez pitié de nous.

Père Céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Fils Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Esprit Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Trinité Sainte, Dieu unique en trois personnes égales ayez pitié de nous.

Notre Dame des Ermites, Sainte Mère de Dieu, toujours Vierge quoique Mère, priez pour nous.

Notre Dame des Ermites, qui êtes bien plus qu'Eve, la mère des vivants,

Notre Dame des Ermites, qui avez réparé tous les maux que la première femme avait fait entrer dans le monde,

Notre Dame des Ermites, qui nous avez donné le vrai fruit de vie, plus précieux que celui du paradis terrestre,

Notre Dame des Ermites, qu'un prophète montrait de loin mettant au monde le fils du très-haut,

Notre Dame des Ermites, qu'un ange descendu du ciel salua avec admiration, comme étant pleine de grâce, élevée au dessus de toutes les femmes,

Notre Dame des Ermites, qui allâtes communiquer les dons de Dieu à Elisabeth votre sainte parente,

Notre Dame des Ermites, qu'Elisabeth ne put recevoir sans s'écrier: D'où me vient que la mère de mon Seigneur fasse des pas vers moi,

Notre Dame des Ermites, qui disiez dans un saint transport : « Voilà que toutes les générations me déclareront bienheureuse, car le Tout-puissant a fait en moi de grandes choses »,

Notre Dame des Ermites, qui voyant l'enfant Jésus annoncé par les anges, montré par l'étoile, adoré par les Mages dans une crèche, conserviez ces choses, les repassant dans votre cœur,

Notre Dame des Ermites, qui fûtes, en tout, semblable à votre divin fils, pendant votre vie humaine,

Notre Dame des Ermites, Reine des Anges et des Saints, élevée au plus haut des cieux à la droite de votre divin fils,

Notre Dame des Ermites, qui regardez encore la terre avec une tendre compassion, quoique vous régniez dans le ciel,

Notre Dame des Ermites, dont le saint nom est honoré, partout, où Jésus est connu est adoré,

Notre Dame des Ermites, que Jésus glorifie sur la terre comme il vous glorifie dans le ciel,

Notre Dame des Ermites, que Jésus-Christ a spécialement glorifiée par la dédicace miraculeuse du Sanctuaire des Ermites,

Notre Dame des Ermites, qui avez été, sur l'autel, brillante comme un éclair, tandis que ce prodige s'opérait,

Notre Dame des Ermites, dont les esprits célestes ont alors célébré les louanges,

Notre Dame des Ermites, qui, en votre Sanctuaire des Ermites, avez reçu les hommages des Empereurs, des Rois et des Princes de l'église,

Notre Dame des Ermites, qui y êtes honorée par le concours non-interrompu des fidèles,

Notre Dame des Ermites, par les mains de laquelle, votre divin fils nous y dispense les trésors de sa grâce et de sa miséricorde,

Notre Dame des Ermites, qui prodiguez les tendresses de votre cœur maternel à tous ceux qui visitent ce Sanctuaire en esprit de dévotion et pénitence,

Notre Dame des Ermites, phare lumineux, qui dirigez notre voie à travers les écueils, dont la mer orageuse de ce monde est parsemée,

Notre Dame des Ermites, arbre de vie, qui recevez sous votre ombrage et nourrissez de vos divins fruits les pèlerins du ciel,

Notre Dame des Ermites, refuge assuré des plus grands pécheurs,

Notre Dame des Ermites, qui changez en larmes de joie et de reconnaissance des larmes de douleur et de pénitence,

Notre Dame des Ermites, douce consolation des âmes affligées et souffrantes,

Notre Dame des Ermites, puissante protectrice de ceux qui vous invoquent dans les périls du corps et de l'âme,

Notre Dame des Ermites, divine institutrice des âmes simples et humbles de cœur,

Notre Dame des Ermites, Oracle du ciel pour tous ceux qui viennent vous consulter avec confiance dans le doute et l'incertitude,

Notre Dame des Ermites, objet de vénération, de confiance, d'amour et de joie pour tous les vrais enfants de l'Eglise,

Notre Dame des Ermites, Canal de toutes les grâces,

Notre Dame des Ermites, qu'on ne saurait invoquer en va in,

Notre Dame des Ermites, que nous honorons et invoquons avec toute l'effusion de nos cœurs,

Marie aux Ermites, glorieuse Mère de Dieu, la plus sainte et la plus puissante de tous les saints, intercédez pour nous.

Notre Dame des Ermites, à laquelle nous demandons une véritable douleur de nos péchés, et la grâce d'une entière conversion, exaucez-nous.

Notre Dame des Ermites, à laquelle nous demandons la grâce de connaître et d'aimer Jésus-Christ et de lui être fidèles jusqu'à la mort, exaucez-nous.

Notre Dame des Ermites, dont nous implorons l'assistance et la protection à l'heure de la mort, exaucez-nous.

 

Agneau de Dieu, faites miséricorde à tous les fidèles en terre, ayez pitié de nous,

Agneau de Dieu, faites miséricorde aux âmes des fidèles trépassés qui reposent en vous, ayez pitié de nous.

Agneau de Dieu, accordez la paix aux vivants et aux morts qui règnent en Tous, ayez pitié de nous.

 

Seigneur, ayez pitié de nous.

Christ, ayez pitié de nous.

Seigneur, ayez pitié de nous.

 

Je vous salue Marie, etc.

 

Dans toutes nos peines et tribulations

Venez à notre secours, ô très Sainte Vierge Marie.

 

Prions

 

O Marie, admirable Mère de notre Sauveur, Mère de grâce et de Miséricorde, qui ne repoussez personne, qui nous accueillez tous avec l'empressement d'une mère pleine de tendresse et de bonté; humblement prosternés a vos pieds, nous venons y chercher un lieu de refuge contre la poursuite des ennemis de notre salut, un lieu de consolation et de repos dans nos peines et nos troubles, un lieu de propitiation dans la crainte où nous sommes d'avoir mérité, par nos fautes, l'indignation et la juste colère du Seigneur. O Marie, étendez sur nous votre main protectrice, et manifestez à vos enfants la force et toute l'efficacité de votre intercession. Faites-vous la voie par laquelle nous allions à Jésus-Christ, et le canal par où nous recevions toutes les grâces nécessaires pour persévérer dans son amour. Soyez notre soutien dans les tentations, notre soulagement dans le besoin, notre consolation dans les peines, notre refuge dans les persécutions, notre secours dans les périls; mais surtout dans les derniers combats de notre vie, à l'heure de la mort, quand les puissances de l'enfer feront tous leurs efforts pour ravir nos âmes, en ce moment formidable, dans ce point le plus terrible, dont dépend notre éternité! Oh! c'est alors, ô très-douce et très-charitable Vierge, que nous vous supplions de nous faire sentir toute la tendresse de votre cœur maternel, et la force de votre pouvoir auprès de celui de Jésus, en nous ouvrant dans la source même de la divine miséricorde un refuge assuré, où vivifiés par le don d'une foi vive, d'une ferme espérance, d'une charité ardente, et d'une contrition parfaite, nous puissions arriver à la céleste patrie, pour y bénir avec vous ce divin Rédempteur pendant tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

 107_001

Téléchargez le texte de ces Litanies (pdf) en cliquant ici

20 janvier 2012

Litanies des Pécheurs pénitents

098_001

Litanies des Pécheurs pénitents


Seigneur, ayez pitié de nous.
Christ, ayez pitié de nous.
Seigneur, ayez pitié de nous
Christ, écoutez les soupirs de nos cœurs.
Christ, exaucez nos ardentes prières.
O Dieu, qui nous permettez à votre égard le doux Nom de père, ayez pitié de nous.
O Dieu le fils, qui avez racheté le monde au prix de votre sang, ayez pitié de nous.
O Dieu, Esprit-Saint, sans l'inspiration de qui le Nom même de Jésus demeurerait inutile sur nos lèvres, ayez pitié de nous.
Trinité sainte, dont notre âme adore l'égale majesté, ayez pitié de nous.

Seigneur, qui ne voulez pas la mort des Pécheurs mais plutôt qu'ils se convertissent et qu'ils vivent, ayez pitié de nous.
Seigneur, qui avez compassion de tous les hommes, délivrez-nous, Seigneur.
Seigneur, qui dissimulez leurs péchés afin qu'ils fassent pénitence, ayez pitié de nous.
Seigneur, qui n'avez jamais rejeté un cœur contrit et humilié, ayez pitié de nous.
Seigneur, qui ne Vous souvenez plus de nos péchés après que nous avons fait pénitence, ayez pitié de nous.
Seigneur, qui, après la chute d'Adam, lui avez fait connaître sa faute et l'avez appelé a la pénitence,
Seigneur, qui avez pardonné a David, lorsqu'il s'accusa de son péché, et qu'il en fit pénitence,
Seigneur, qui avez pardonné au peuple de Ninive, lorsqu'il fit pénitence dans le jeûne, la cendre et le cilice,

O Bon Jésus, qui, venant racheter les hommes avez envoyé devant Vous Jean-Baptiste, pour leur prêcher la pénitence, délivrez-nous, Seigneur.
O Bon Jésus, qui avez déclaré que le Publicain se frappant sa poitrine avec douleur et humilité Savait été purifié, délivrez-nous, Seigneur.
O Bon Jésus, qui avez fait espérer le Pardon aux plus grands Pécheurs dans la Parabole de l'enfant prodigue,
O Bon Jésus, qui avez pardonné a Madeleine ses grands péchés, parce qu'elle avait beaucoup aimé,
O Bon Jésus, qui avez sauvé la vie à la femme adultère,
O Bon Jésus, qui avez été chercher la Samaritaine, et qui l'avez retirée de ses désordres,
O Bon Jésus, qui avez mis Zachée converti au nombre des vrais enfants d'Abraham,
O Bon Jésus, dont la miséricorde fit expier à Saint Pierre son crime par les larmes de la pénitence,
O Bon Jésus, qui, élevé sur la Croix, promîtes le paradis au Bon Larron pénitent,
O Bon Jésus, qui avez voulu être une Victime de propitiation pour nos péchés,
O Bon Jésus, qui, par Amour pour nous, vous êtes rendu un objet de malédiction,
O Bon Jésus, qui avez, par votre Sang, réconcilié le Ciel avec la terre,

Soyez-nous propice, pardonnez-nous, Seigneur,
Soyez-nous propice, exaucez-nous, Seigneur,

De tout péché, délivrez-nous, Seigneur.
Par les larmes que vous avez répandues dans la crèche, délivrez-nous, Seigneur.
Par les douleurs de votre sanglante circoncision, délivrez-nous, Seigneur.
Par la pauvreté et les travaux de votre vie cachée, délivrez-nous, Seigneur.
Par votre baptême et la rigueur de votre jeûne, délivrez-nous, Seigneur.
Par les sueurs et les travaux de votre vie publique, délivrez-nous, Seigneur.
Par votre agonie et votre sueur de sang a la a vue de nos péchés, délivrez-nous, Seigneur.
Par les opprobres dont vous avez été rassasié pour nous, délivrez-nous, Seigneur.
Par les tourments de votre passion, délivrez-nous, Seigneur.
Par votre abandon et votre mort cruelle, délivrez-nous, Seigneur.
Par le coup de la lance qui nous ouvrit votre divin cœur, délivrez-nous, Seigneur.
Par les douleurs de votre sainte mère, délivrez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous, Seigneur.


Seigneur, Dieu des Vertus, convertissez-nous,
Montrez-nous Votre Visage, et nous serons sauvés.

Prions


O Dieu, qui ne rejetez personne, mais qui, par une grande Miséricorde, Vous laissez toucher en faveur des plus grands Pécheurs, lorsqu'ils font pénitence, écoutez favorablement les prières que nous Vous adressons dans notre misère; dissipez les ténèbres où nos passions nous plongent, et accordez-nous la grâce d'accomplir fidèlement Vos Saints Commandements. nous Vous le demandons par Jésus-Christ, notre Seigneur. Amen.

143_001 (2)

Téléchargez le texte de ces Litanies (pdf) en cliquant ici

09 août 2009

Prière Litanique aux Saints Martyrs d'Ouganda

E001582_LRG

Les Saints Martyrs d'Ouganda

Saint Charles Lwanga et ses compagnons

+ en 1886

Fête le 3 juin

Les Pères Blancs (Missionnaires d'Afrique) sont arrivés au royaume de Buganda en juin 1879. Ils étaient dix. Parmi eux, le P. Siméon Lourdel, qui jouera un rôle décisif dans l'évangélisation de la région. Très tôt les évangélisateurs ont obtenu des résultats prometteurs. Le 27 mars 1880 ils ont baptisé les premiers catéchumènes. D'autres gens ont demandé à apprendre la religion; parmi eux, des personnages de haut rang. L'accueil favorable que dès le commencement le roi Mutesa et son fils Mwanga, qui lui succéda en 1885, ont réservé aux missionnaires, ne dura pas longtemps. Mal conseillé et fâché contre des jeunes chrétiens qui ne consentaient pas à ses désirs libidineux, le roi interdit à ses sujets de suivre la religion chrétienne et peu après il ordonna leur élimination. Les baptisés et catéchumènes à la cour du roi Mwanga étaient environ cinq cents. On ne connaît pas exactement le nombre de ceux qui ont été mis à mort. On pense qu'une centaine furent brûlés vifs ou exécutés à l'arme blanche sur ordre du roi, pour leur attachement à la foi et à la morale chrétiennes. C'étaient des pages, des gardes royales, des chefs de villages, des juges, des artistes. Des chrétiens martyrisés entre le 15 novembre 1885 et le 27 janvier 1887, n'ont été retenus dans le calendrier des saints que les noms de vingt-deux. Pour ceux-là seulement le tribunal ecclésiastique a pu démontrer qu'ils sont morts pour leur foi. Ils ont été béatifiés le 6 juin 1920 et canonisés le 18 octobre 1964. En même temps que ces vingt-deux catholiques, ont été mis à mort, également pour des raisons religieuses, quatorze protestants, sept "païens" et un musulman: semence de l'œcuménisme en Afrique.

23250E

Prière Litanique aux Saints Martyrs d'Ouganda


O Jésus, notre Seigneur et Rédempteur, à travers votre passion et la mort nous Vous adorons et vous louons par Votre douloureuse passion et Votre mort.

Sainte Marie, Mère et Reine des Martyrs, obtenez-nous la sanctification par l'offrande de nos souffrances.


Saints Martyrs, disciples du Christ souffrant, obtenez-nous la grâce de vous imiter.


Saint Joseph Balikuddembe, premier martyr de l'Ouganda, qui a inspiré et encouragé Nephyte, obtenez-nous l'esprit de vérité et de justice.


Saint Charles Lwanga, patron de la jeunesse et de l'Action catholique, obtenez-nous une foi ferme et zélée.


Saint Matthias Mulumba, idéal chef et disciple du Christ doux et humble de cœur, obtenez-nous une douceur chrétienne.


Saint Denis Sebuggwawo, rempli zèle pour la foi chrétienne et renommé pour votre modestie, obtenez-nous la grâce de rester modestes.


Saint André Kaggwa, modèle des catéchistes et des enseignants, obtenez-nous, un grand amour pour l'enseignement du Christ.


Saint Kizito, enfant resplendissant de la pureté et de joie chrétienne, obtenez-nous le don de la joie des enfants de Dieu.


Saint Gyaviira, brillant modèle du pardon, obtenez-nous la grâce de pardonner à ceux qui nous blessent et nous offensent.


Saint Mukasa, fervent catéchumène qui avez reçu le baptême de sang, obtenez-nous de toujours persévérer dans la Foi jusqu'à la mort.


Saint Adolphe Ludigo, remarquable par votre service envers le Seigneur et par votre esprit de service aux autres, obtenez-nous l'amour du service désintéressé.


Saint Anatole Kiriggwajjo, humble serviteur préférant une vie pieuse aux honneurs terrestres, obtenez-nous de préférer l'amour de la piété aux choses terrestres.


Saint Ambroise Kibuuka, jeune homme plein de joie et d'amour du prochain, obtenez-nous la grâce d'une charité fraternelle.


Saint Achille Kiwanuka, qui pour l'amour du Christ avez détesté les vaines pratiques superstitieuses, obtenez-nous une sainte haine de ces pratiques.


Saint Jean Muzeeyi, conseiller sage et prudent, réputé pour la pratique des œuvres de miséricorde, d'obtenir pour nous l'amour des œuvres de miséricorde.


Bienheureux Jildo Irwa et le bienheureux Daudi Okello qui avez donné vos vie pour la propagation de la foi catholique, obtenez-nous un zèle ardent pour la propagation de la foi catholique.


Saint Pontaianus Ngondwe, soldat fidèle, désirant la couronne du martyre, obtenez nous la grâce d'être toujours fidèle à notre devoir.


Saint Athanase Bazzekuketta, fidèle gardien du trésor royal, obtenez-nous l'esprit de responsabilité.


Saint Mbaaga, qui a préféré la mort aux persuasions de vos parents; obtenez-nous de suivre généreusement la grâce divine.


Saint Gonzague Gonza, rempli de sympathie pour les prisonniers, et tous ceux qui sont en difficulté, obtenez-nous un esprit miséricordieux.


Saint Noé Mawaggali, humble travailleur et amoureux de la pauvreté évangélique, obtenez-nous un grand amour de la pauvreté évangélique.


Saint Luc Baanabakintu, qui a ardemment souhaité imiter le Christ souffrant le martyre, obtenez-nous l'amour pour notre patrie.


Saint Bruno Serunkuuma, le soldat qui a donné un exemple de repentir et de tempérance, obtenez-nous une vie de repentir et tempérance.


St. Mugagga, jeune homme reconnu pour votre chasteté héroïque, obtenez-nous la persévérance dans la chasteté.


Saint Martyrs, fermes et courageux dans la fidélité à la véritable Eglise du Christ, aidez-nous à être toujours fidèles à la véritable Eglise du Christ.


Prions


O Seigneur Jésus-Christ, qui a merveilleusement renforcé les Saint Martyrs de l'Ouganda, Charles Lwanga, Matthias Mulumba, les Bienheureux Jildo Irwa et Daudi Okello et tous leurs compagnons, et qui nous les avez donné comme exemples de foi et de courage, de chasteté, de charité et de fidélité; faites, nous Vous en supplions, que, par leur intercession, les même vertus croissent en nous, pour que nous méritions ainsi de devenir propagateurs de la vraie foi. Vous qui vivez et régnez avec le Père, dans l'Unité du Saint Esprit, maintenant et pour les siècles et les siècles. Amen.

23250D

Téléchargez le texte de la Prière aux Sts Martyrs d'Ouganda (pdf) en cliquant ici

Posté par fmonvoisin à 15:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


13 mai 2009

Hymne Acathiste à Sainte Élisabeth de Russie

0705el10

Sainte Élisabeth Fedorovna

Néo-martyre, grande duchesse et infirmière

1864-1918

Fête le 5 juillet


La Grand Duchesse Élisabeth Feodorovna (aussi connue sous le nom d'Ella) est née le 20 Octobre 1864. Petite-fille de la reine Victoria d'Angleterre, elle était la soeur de l'impératrice Alexandra Feodorovna de Russie. Elle épousa son impériale altesse le Grand Duc Sergei Alexandrovich, qui sera assassiné par la bombe d'un terroriste le 4 Février 1905. Elle entendra le bruit de la bombe et viendra recueillir le corps de son défunt mari.. Mais portée par une Foi en Christ à soulever les montagnes, elle se relèvera et deviendra, comme la sainte impératrice Alexandra durant la guerre, la main de la Providence pour les pauvres et les malades de son pays. Cette noble et belle dame au regard si doux malgré les épreuves adressait ces paroles d'encouragement : "La Sainte Russie sans peur ni reproche est complètement détruite maintenant. L'Église contre laquelle les portes de l'enfer ne peuvent prévaloir existe, et existe comme jamais avant. Et ceux qui croient, qui n'ont pas de doutes, ont un soleil intérieur qui illumine l'obscurité de l'orage tonitruant. Sentons la présence du Saint-Esprit qui illumine notre chemin. Alors le bonheur devient éternel, même quand nos pauvres coeurs humains si limités doivent traverser des moments qui semblent terribles. Prions, travaillons, espérons. Et chaque jour nous sentons la miséricorde de Dieu. En fait, nous faisons l'expérience d'un miracle constant." Luthérienne allemande, petite-fille de la reine Victoria, elle épouse, en même temps que son grand-duc Serge, la Russie puis l'Orthodoxie. Celui-ci assassiné, elle devient l'ange consolatrice de toutes les misères, fonde l'hôpital des pauvres aux technologies de pointe, et cette étonnante communauté de moniales-infirmières, le couvent Marthe-et-Marie. Quand Lénine s'apprête à l'arrêter, refusant d'être sauvée par le Kaiser, elle choisit librement de partager la Passion de son peuple tant aimé. Le 17 juillet 1917, jetée au fond d'un puits, on l'entend chanter les tropaires de la Résurrection et l'hymne des Chérubins. Elle célèbre son propre martyre comme une procession d'offrandes de la Divine Liturgie. Ni les grenades ni la terre lancée ne peuvent étouffer sa voix chantante. Ainsi part-elle rejoindre le choeur des Chérubins. Son corps repose au Mont des Oliviers. Elle est immensément populaire. Élisabeth a aussi bouleversé la vie de celui qui l'a assassinée. C'est par son témoignage qu'on connaît les derniers instants de sa vie terrestre. Il était horrifié d'entendre que ceux qu'il tuait chantaient les louanges de Dieu. Sainte Élisabeth est une des plus grandes saintes de la Russie moderne, et sa sainte icône est partout présente.

gduche10

Hymne Acathiste à Sainte Élisabeth de Russie


Kondakion 1


Tu fus sur cette terre en exil du Royaume, tu vécus dans l’attente du céleste Époux, semant sur ton chemin la douceur et la paix et donnant l’exemple saint de l’imitation des vertus les plus élevées du christianisme, c’est pourquoi émerveillés nous clamons vers toi : Réjouis-toi ô sainte moniale martyre Elisabeth !


Ikos 1


Tu naquis d’une illustre famille de Hesse, mais la Providence de Dieu par ton mariage t’amena sur la terre de Sainte Russie où tu pus découvrir le chemin du salut pour entrer un jour dans le bercail salvifique où l’Église du Christ chantera tes louanges :

Réjouis-toi Exemple pour les égarés de notre temps

Réjouis-toi Lueur dans les ténèbres du monde déchu

Réjouis-toi Aurore de douceur dans un siècle brutal

Réjouis-toi Onguent suave sur les blessures

Réjouis-toi Borne sur le chemin sûr de la Vérité

Réjouis-toi Image parfaite des vertus de la foi

Réjouis-toi ô sainte moniale martyre Elisabeth !


Kondakion 2


Accompagnant ton époux dans ses dévotions tu devins familière des cérémonies que l’Église notre Mère offre à notre âme, tu compris la foi par l’esprit et par le cœur, tu ressentis de tout ton être la beauté qui fait s’écrier vers Dieu avec grand amour : Alléluia !


Ikos 2


Pendant un pèlerinage à Jérusalem, voyageant avec ton époux dans la Terre Sainte, tu manifestas le désir d’être enterrée sur le sol où le Maître avait passé Sa vie, tu décidas alors de te joindre à l’Église et nous te proclamons avec tous les élus :

Réjouis-toi Pèlerine sur les pas de notre Seigneur

Réjouis-toi Citoyenne de la Sainte Cité de Dieu

Réjouis-toi Qui mis tes pas dans les pas de notre Sauveur

Réjouis-toi Qui entendis Son appel à la conversion

Réjouis-toi Nouvelle Marthe par ta ferveur pour le Christ

Réjouis-toi Nouvelle Marie par ton écoute du Verbe

Réjouis-toi ô sainte moniale martyre Elisabeth !


Kondakion 3


Comme Lazare appelé par son ami Christ ressortit après quatre jours de son tombeau, tu trouvas le don parfait de la vie en Dieu, tu reçus l’onction au Samedi de Lazare et tu te mis à participer avec zèle aux mystères purs qui nous font nous exclamer : Alléluia !


Ikos 3


Tu conservas comme prénom Élisabeth, en l’honneur de la mère du saint précurseur et tu fus bien digne de ce haut patronage car ta ferveur dans les œuvres de charité, ton zèle fervent pour l’Église du Seigneur méritent les louanges que nous t’adressons :

Réjouis-toi Providence et secours sûrs des déshérités

Réjouis-toi Assurance de ceux qui sont abandonnés

Réjouis-toi Vêtement chaleureux de ceux qui sont transis

Réjouis-toi Abri protecteur de ceux qui sont sans logis

Réjouis-toi Prière de ceux qui ne savent plus prier

Réjouis-toi Main du Christ tendue vers ceux qui sont dans l’épreuve

Réjouis-toi ô sainte moniale martyre Elisabeth !



Kondakion 4


Tu cheminas sûrement vers l’Église Sainte, émerveillée par la piété des paysans, la merveilleuse beauté de ses liturgies, la présence bénie d’un saint homme de Dieu, le prêtre pur du Très Haut saint Jean de Cronstadt, qui te firent dire avec louange vers Dieu : Alléluia !


Ikos 4


Tu poursuivais ton cheminement vers le Ciel, lorsque ton époux Serge fut assassiné, tu ne t’adonnas point à un vain désespoir, ta foi ne fut aucunement mise à l’épreuve en chrétienne, tu levas les yeux vers le Ciel, tu te signas tu prias et nous te chantons :

Réjouis-toi Qui acceptas la Sainte Volonté de Dieu

Réjouis-toi Qui sus que la Vie véritable était en Christ

Réjouis-toi Exemple précieux de l’humble soumission

Réjouis-toi Lumière pure éclairant notre conscience

Réjouis-toi Apaisement dans les tourmentes de la vie

Réjouis-toi Fleur impérissable au Jardin du Paradis

Réjouis-toi ô sainte moniale martyre Elisabeth !


Kondakion 5


Tu t’en allas dans sa prison rendre visite à l’assassin qui avait tué ton époux, il ne manifesta ni remords ni regret et tu lui assuras que tu lui pardonnais, tu montras par cet acte de miséricorde ta sainteté et nous crions vers le Seigneur : Alléluia !


Ikos 5


Ta vie fut alors transfigurée par l’Esprit, la prière devint pour toi respiration, le jour tu te tenais en présence de Dieu, en assistant aux offices de Tchoudovski, et de nuit tu revenais dans ce monastère* Tu devins prière vivante et nous clamons :

Réjouis-toi Fermeté de la foi dans l’épreuve du monde

Réjouis-toi Cheminement constant en Présence de Dieu

Réjouis-toi Prière sûre qui s’incarne dans les actes

Réjouis-toi Écho incarné du souffle de l’Esprit Saint

Réjouis-toi Certitude heureuse du mystère à venir

Réjouis-toi Conscience pure des richesses du Royaume

Réjouis-toi ô sainte moniale martyre Elisabeth !


Kondakion 6


Tu portais sur ton sein une croix reliquaire contenant des reliques de Saint Alexis, le hiérarque te fit sentir par sa bienveillance que tu devais t’engager dans le monachisme, tu entendis l’appel que t’adressait le Christ et tu élevas les mains vers Lui en chantant : Alléluia !


Ikos 6


Tu décidas alors de renoncer au monde, ainsi tu quittas le palais où tu vivais, tu établis alors une communauté consacrée en l’honneur de Marthe et de Marie dont le frère Lazare était ami du Christ, admirant ta vocation nous te proclamons :

Réjouis-toi Dont la résolution unique fut pour Dieu

Réjouis-toi Qui renonças à tout pour aller vers le Ciel

Réjouis-toi Icône ressemblante de la vie en Christ

Réjouis-toi Tunique de vertus revêtue en secret

Réjouis-toi Modèle saint des moniales de notre temps

Réjouis-toi Oraison incessante offerte en holocauste

Réjouis-toi ô sainte moniale martyre Elisabeth !


Kondakion 7


Tu fus une higoumène aimée de tes compagnes, modèle de patience et de douceur paisible et tu conduisis tes brebis spirituelles sur les voies du service et de la charité de l’ineffable don de la vie pour les autres, faisant sans cesse psalmodier vers le Seigneur : Alléluia !


Ikos 7


Sans crainte aucune pour ta vie que tu savais appartenir au Christ Maître de la Vraie Vie, tu allais dans les quartiers les plus dangereux pour soulager la misère et panser les plaies de ceux dont le monde se désintéressait, tu fus mère des affligés et nous disons :

Réjouis-toi Diadème au front de l’Église d’Orient

Réjouis-toi Espoir et gloire de l’Église d’Occident

Réjouis-toi Vase très précieux des dons du Saint Esprit

Réjouis-toi Encens subtil et de très agréable odeur

Réjouis-toi Cierge fondant par la ferveur de la prière

Réjouis-toi Chœur flagrant des vertus de la vie ascétique

Réjouis-toi ô sainte moniale martyre Elisabeth !


Kondakion 8


Tu disais que Dieu a fait l’homme à son image, cette ressemblance pouvait être obscurcie, mais pourtant elle ne pouvait être détruite, tu savais par les paroles du Divin Maître qu’il faut savoir donner sa vie pour son prochain et sans cesse remercier Dieu en Lui clamant : Alléluia !


Ikos 8


Il est admirable notre Dieu dans Ses saints, il fit que par ta présence frêle mais forte, Son Royaume soit manifesté en Russie avant le déchaînement criminel athée, tu mis du baume sur les plaies vives du peuple avec lequel nous te louons par ces paroles :

Réjouis-toi Tendresse qui fait oublier tous les malheurs

Réjouis-toi Apaisement des revers de l’existence

Réjouis-toi Réconfort pieux au milieu de nos épreuves

Réjouis-toi Calme témoignant de la faveur du Seigneur

Réjouis-toi Charité qui relève ceux qui sont déchus

Réjouis-toi Prière pure qui monte jusques aux Cieux

Réjouis-toi ô sainte moniale martyre Elisabeth !


Kondakion 9


Toujours au service de la détresse humaine tu étais la consolation des affligés, tu menais une vie ascétique admirable dans le secret de ton âme et de ton cœur pur, tu semblais ne plus exister que pour les autres, toujours psalmodiant vers les célestes demeures : Alléluia !


Ikos 9


Suivant les paroles de notre Seigneur Christ, tu étais devenue la servante de tous, accomplissant souvent les tâches les plus humbles et assistant les chirurgiens à l’hôpital, tu soulageais les souffrances par ta présence, c’est pourquoi admirant ton zèle nous disons :

Réjouis-toi Dévouement constant pour les tâches du Royaume

Réjouis-toi Infirmière zélée des corps et puis des âmes

Réjouis-toi Servante infatigable au service des pauvres

Réjouis-toi Consolatrice aimante des désespérés

Réjouis-toi Havre accueillant sans discontinuer les humbles

Réjouis-toi Regard aimant dans la détresse du prochain

Réjouis-toi ô sainte moniale martyre Elisabeth !


Kondakion 10


Lorsque se leva dans le ciel de la Russie l’étoile sanglante de la désolation, tu refusas d’avoir la vie sauve en fuyant, tu poursuivis encore ton œuvre charitable avec des membres de la famille impériale, tu fus emprisonnée toujours chantant vers Dieu: Alléluia !


Ikos 10


Si grand était l’amour inspiré par ta foi que tes compagnes désirèrent partager ta captivité et la mort qui t’attendaient, ce fut l’admirable Barbara qui obtint de te rejoindre lors de ta captivité, devant cette ferveur crions vers le Seigneur :

Réjouis-toi Inspiratrice de saintes résolutions

Réjouis-toi Modèle de la douce autorité du Christ

Réjouis-toi Miroir parfait de l’Amour Qui S’est incarné

Réjouis-toi Bénédiction très subtile du monachisme

Réjouis-toi Recouvrement de l’Image et la Ressemblance

Réjouis-toi Trésor de l’accomplissement dans le Verbe

Réjouis-toi ô sainte moniale martyre Elisabeth !


Kondakion 11


Les noirs séides de l’étoile ensanglantée décidèrent soudain de vous exécuter, ils vous précipitèrent dans une puits de mine et tu leur pardonnas ce crime abominable en répétant les paroles du Christ en Croix, tandis que du haut des Cieux les anges chantaient : Alléluia !


Ikos 11


Jusques au bout de ton courage tu chantas en réconfortant tes compagnons d’infortune, puis ta voix sainte devint muette sur terre, mais résonna aussitôt dans le chœur des saints, avec tous les élus de la grâce de Dieu qui t’accueillirent par ces louanges insignes :

Réjouis-toi Courage invincible des martyrs de jadis

Réjouis-toi Vie consacrée au Seigneur jusques à la fin

Réjouis-toi Chant de louange pure à la voix inextinguible

Réjouis-toi Baume sur les plaies ouvertes de notre temps

Réjouis-toi Prière incessante aux frontières du silence

Réjouis-toi Voix mélodieuse dans le cœur des fidèles

Réjouis-toi ô sainte moniale martyre Elisabeth !


Kondakion 12


Ineffable grandeur des martyrs du Seigneur qui ont mené le bon combat pour le Royaume, le Christ ne permit pas que les corps de Ses saints demeurent ignorés de Son Arche Sainte, avec les autres martyrs ton corps fut trouvé et porté dans l’église où l’on chanta vers Dieu : Alléluia !


Ikos 12


De Russie ton corps fut emmené vers la Chine, puis devant l’avance des troupes du Malin, il gagna la Terre Sainte et Jérusalem, tes reliques sacrées répandirent au monde l’insigne bénédiction de ta vie en Christ, c’est pourquoi nous élevons nos voix pour chanter :

Réjouis-toi Accomplissement des promesses du Seigneur

Réjouis-toi Illustration de la fidélité au Christ

Réjouis-toi Preuve tangible de la ferveur monastique

Réjouis-toi Luminaire pour éclairer notre chemin

Réjouis-toi Recours assuré de ceux qui sont dans l’épreuve

Réjouis-toi Présence orante qui rend tangible la foi

Réjouis-toi ô sainte moniale martyre Elisabeth !


Kondakion 13


Recours et espoir sans faille des malheureux, ton intercession puissante au Trône des Cieux apaise les fidèles accourus vers toi et leur montre la Voie de l’unique patrie où règne la Trinité avec les élus qui chantent vers le Dieu de Miséricorde : Alléluia ! Alléluia ! Alléluia ! ( Ce kondakion est dit trois fois)


Ikos 1


Tu naquis d’une illustre famille de Hesse, mais la Providence de Dieu par ton mariage, t’amena sur la terre de Sainte Russie, où tu pus découvrir le chemin du salut, pour entrer un jour dans le bercail salvifique, où l’Eglise du Christ chantera tes louanges :

Réjouis-toi Exemple pour les égarés de notre temps

Réjouis-toi Lueur dans les ténèbres du monde déchu

Réjouis-toi Aurore de douceur dans un siècle brutal

Réjouis-toi Onguent suave sur les blessures

Réjouis-toi Borne sur le chemin sûr de la Vérité

Réjouis-toi Image parfaite des vertus de la foi

Réjouis-toi ô sainte moniale martyre Elisabeth !


Kondakion 1


Tu fus sur cette terre en exil du Royaume, tu vécus dans l’attente du céleste Epoux, semant sur ton chemin la douceur et la paix et donnant l’exemple saint de l’imitation des vertus les plus élevées du christianisme, c’est pourquoi émerveillés nous clamons vers toi : Réjouis-toi ô sainte moniale martyre Elisabeth !

59300I

Prière à la Sainte Moniale, martyre du Christ, Sainte Élisabeth de Russie


Sainte moniale martyre Élisabeth, toi dont la vie fut sans discontinuer tournée vers Dieu, comme une hélianthe vers le soleil, intercède pour nous auprès du Christ notre Dieu, Soleil de Justice qui brille sur l’Univers, afin qu’Il nous donne ta foi exemplaire, ton courage invincible dans les tribulations et ton insigne charité dans toutes les circonstances de la vie. Sur la terre des vivants où nous cheminons vers le Royaume, demande par ta prière fervente qu’Il nous permette d’imiter à notre faible mesure l’exemple saint de tes exploits spirituels et ta fermeté constante et confiante dans la miséricorde infinie de notre Dieu, pour que nous parvenions un jour au Paradis où règnent le Père le Fils et le Saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen !


Acathiste composé pour la gloire de Dieu en l’honneur de sa sainte martyre, la moniale Elisabeth de Russie, par Claude Lopez-Ginisty

59300C

Téléchargez le texte de l'Hymne Acathiste à Ste Elisabeth de Russie (pdf) en cliquant ici

12 mai 2009

Hymne Acathiste à Sainte Dévote

92244C

Sainte Dévote

Protomartyre et Sainte Patronne de la Corse

†vers 300

Fêtée le 27 Janvier


Sainte Dévote naquit et vécut sur l'île de Corse au troisième siècle. Elle fut dès son enfance initiée aux mystères chrétiens par sa nourrice et manifesta une inclination marquée pour la vie spirituelle dès ses plus tendres années. Pendant la persécution de Maximien et Dioclétien, elle se réfugia chez le patricien et sénateur Eutice. Barbare venu en Corse persécuter les chrétiens, entendit parler de la jeune ascète. Il voulût qu'elle lui soit livrée par Eutice. Ce dernier refusa un tel acte et fut peu de temps après empoisonné.Traînée devant Barbare, Sainte Dévote refusa d'honorer les dieux païens et fut martyrisée d'horrible manière. Lorsqu'on voulut la torturer sur le chevalet, elle expira et la tradition rapporte qu'une colombe sortit de sa bouche et s'envola vers le ciel. Selon les ordres de Barbare, son corps devait être brûlé. Une vision céleste avertit de pieux chrétiens du forfait qui allait se commettre. Ils dérobèrent le corps et l'embaumèrent et chargèrent un batelier et un prêtre de l'emporter en Afrique du Nord. Sous l'effet de la tempête et à cause de la vétusté de la barque, cette dernière se mit à prendre l'eau et le batelier et son passager écopèrent une grande partie de la nuit. Ils s'endormirent à cause de leur grand épuisement et le batelier fut réveillé par Sainte Dévote elle-même qui lui indiqua que la tempête était maintenant finie et que son bateau était sauf. Elle avertit aussi qu'ils devaient maintenant se diriger vers le lieu où la colombe les mènerait. Une colombe sortit en effet de sa bouche et la vision disparue, cette colombe les guida sans ambages vers un lieu appelé Monachon ( actuel Monaco) où les reliques de la Sainte Protomartyre de la Corse se trouvent depuis lors. Elle apparut souvent au sommet de la citadelle du lieu pour délivrer les chrétiens de leurs adversaires.

Hymne Acathiste à Sainte Dévote, protomartyre de la Corse


Kondakion 1


Invincible martyre à toi nos hymnes de louange, au tyran terrestre inhumain tu ne te rendis pas, tu gardas ton regard toujours levé vers les cieux et tu reçus la couronne d'immortalité, c'est pourquoi nous te clamons: Réjouis-toi Sainte Dévote Protomartyre de la Corse!


Ikos 1


Dès ta naissance tu fus nourrie doublement par le ciel et la terre, ta nourrice te donna avec le lait de l'enfance la manne de l'enseignement chrétien, et ton âme dès ton jeune âge fut ainsi tournée vers le Très Haut, c'est pourquoi nous nous écrions vers toi:

Réjouis-toi Innocence incarnée qui proclame la Vérité

Réjouis-toi Pureté native des disciples parfaits

Réjouis-toi Bourgeon prometteur de l'Arbre de Vie

Réjouis-toi Harpe de la pureté dans le vacarme du péché

Réjouis-toi Ange sur la terre qui retourne aux cieux

Réjouis-toi Pierre précieuse sur la couronne du Roi de Gloire

Réjouis-toi Sainte Dévote Protomartyre de la Corse!


Kondakion 2


Marchant tout ensemble sur terre et au ciel, tu vécus tes jeunes années aux lisières de la sainteté, tu menas une vie pure tournée vers les seules réalités spirituelles, remerciant Dieu en tous temps et en tous lieux et chantant: Alléluia!


Ikos 2


Le Christ très doux accueillit les petits enfants, que les disciples voulaient éloigner de Lui, Il leur dit que le Royaume des Cieux appartiendrait à ceux qui sauraient retrouver l'innocence enfantine, toi qui sus garder cette parole dès l'enfance, tu restas auprès du Christ dès que tu Le connus, pour ta persévérance dans la Voie nous te disons:

Réjouis-toi Rayon essentiel du soleil christique

Réjouis-toi Havre de la parole de Dieu pour les sceptiques

Réjouis-toi Champ fertile pour la moisson du Maître

Réjouis-toi Rempart inexpugnable de la vocation spirituelle

Réjouis-toi Amante sainte de la Vie essentielle

Réjouis-toi Prodrome des chrétiens de l'île de la Corse

Réjouis-toi Sainte Dévote Protomartyre de la Corse!


Kondakion 3


Ouvrant une brèche par ton ascèse et ta prière dans le ciel où tu tenais ton âme ton cœur et tes yeux, tu n'aspiras qu'aux biens célestes et aux certitudes d'En Haut, tu t'enfouis dans l'oraison comme dans un vêtement spirituel chantant sans cesse vers Dieu: Alléluia!


Ikos 3


Vierge sage tu devins l'épouse du Christ dès cette terre, ta lampe était toujours illuminant ton chemin sur la Voie du Maître, et tu fus sans discontinuer proche de Lui par l'amour ardent et la garde des commandements, émerveillés par ta fidélité nous te disons:

Réjouis-toi qui ne voulus vivre que l'Essentiel

Réjouis-toi qui fus fidèle jusques à la fin

Réjouis-toi qui vécus sur terre comme aux cieux

Réjouis-toi qui compris que le Royaume est au-dedans de nous

Réjouis-toi qui ne brûlas que du feu de l'Esprit

Réjouis-toi qui illuminas l'île de ta naissance avec la Lumière du Christ

Réjouis-toi Sainte Dévote Protomartyre de la Corse!


Kondakion 4


La persécution des ennemis de l'Église se faisant jour sur la Corse, tu cherchas refuge chez le noble Eutice et là dans le secret de ton cœur tu t'adonnas plus encore à l'ascèse, sans cesse lisant les saints livres et priant Dieu disant: Alléluia!


Ikos 4


Tu te réfugias entièrement dans l'abri divin de l'oraison, tu livras ton corps déjà frêle aux jeûnes les plus stricts, mais malgré cette dure ascèse ton visage était illuminé d'une sainte lumière, dont l'éclat était insoutenable à ceux qui le voyaient, donne-nous de t'imiter nous qui te disons:

Réjouis-toi Holocauste de prières devant le Très Haut

Réjouis-toi Offrande vivante au Christ très doux

Réjouis-toi Elévation perpétuelle de l'âme devant Dieu

Réjouis-toi Litanie incessante vers l'Autel des cieux

Réjouis-toi Colonne de piété dans le temple divin

Réjouis-toi Dévotion zélée qui ouvre le ciel

Réjouis-toi Sainte Dévote Protomartyre de la Corse!


Kondakion 5


L'étoile de l'enseignement chrétien que tu reçus dès ton jeune âge, tu la suivis patiemment tout au long de ta courte vie, ne voyant qu'elle et ignorant les choses terrestres, car tu savais qu'elle menait au lieu divin où retentit à jamais devant Dieu un ineffable: Alléluia!


Ikos 5


Ému par ta fragilité Eutice voulut t'amener à la raison terrestre, mais tu ne voulus jamais tempérer la rigueur de ton ascèse, esclave docile du Maître de miséricorde, tu poursuivis ta quête du Royaume sans discontinuer et nous t'honorons ainsi:

Réjouis-toi par qui nous sont éclairés les mystères de la grâce

Réjouis-toi par qui nous apprenons la vertu de la fidélité à Dieu

Réjouis-toi par qui nous sommes libérés de l'indolence

Réjouis-toi par qui nous voyons les bienfaits de l'ascèse

Réjouis-toi par qui le monde à venir nous est plus proche

Réjouis-toi par qui nous est révélé le zèle pour le Christ

Réjouis-toi Sainte Dévote Protomartyre de la Corse!


Kondakion 6


Tu savais dès ton jeune âge que pour le disciple véritable, la voie du Christ passe par la Croix salvatrice et la Passion, tu te préparais déjà à monter au Golgotha pour y rejoindre le Christ en chantant: Alléluia!


Ikos 6


Comme un athlète s'apprête pour un combat difficile tu t'exerças à dompter ton corps et tu l'oignis avec ton âme de l'onction mystérieuse de la prière incessante et le glaive de la foi fermement tenu dans tes mains fragiles et tendres tu attendis l'Ennemi de l'Église, émus par ton courage nous te clamons:

Réjouis-toi Modèle parfait des disciples du Christ

Réjouis-toi Contemptrice des richesses du monde déchu

Réjouis-toi Regard fixé sur les Trésors véritables de la grâce

Réjouis-toi Triomphe sur les passions futiles

Réjouis-toi Arc-en-ciel entre la foi et le Royaume

Réjouis-toi Eclair qui illumine nos consciences tièdes

Réjouis-toi Sainte Dévote Protomartyre de la Corse!


Kondakion 7


Comme le Maître tu fus trahie, il fut alors demandé à Eutice de te livrer, mais il refusa de le faire et paya de sa vie la protection de la tienne, il savait que tu ne souillerais pas ton âme pour la sauver, nous admirons son sacrifice admirable et disons vers Dieu: Alléluia!


Ikos 7


Le tyran inhumain Barbare le bien nommé te fit alors arrêter et amener à son tribunal comme il voulait te faire sacrifier aux dieux immondes du paganisme, tu répondis que chaque jour dans ton cœur tu sacrifiais au Vrai Dieu, devant ton courage insigne nous nous écrions vers toi:

Réjouis-toi Audace indomptable des martyrs de la Foi

Réjouis-toi Bouche Sainte qui parle sans crainte des tourments

Réjouis-toi Clameur hardie des vérités du christianisme

Réjouis-toi Théologienne impeccable jusques à la fin

Réjouis-toi Ame dressée vivante devant l'erreur et la mort spirituelle

Réjouis-toi Victoire de l'Esprit sur les idoles terrestres

Réjouis-toi Sainte Dévote Protomartyre de la Corse!


Kondakion 8


Sans craindre pour ta vie transitoire, tu affirmas que les dieux païens n'étaient qu'ouvrages méprisables faits de mains d'hommes et n'étant qu'apparence et illusion ils pouvaient être brisés sans dommage, tu réitéras calmement ton mépris pour ces idoles aiguisant la colère du tyran, devant ta fermeté immarcescible nous chantons à Dieu: Alléluia!


Ikos 8


Vierge frêle et douce tu t'opposas fermement au tyran Barbare, tu ne craignis pas les tourments annoncés et brandis comme des menaces tu n'abandonnas pas la Voie Royale pour retrouver le chemin de la vie passagère, jusqu'à la fin tu tins son regard vers les Cieux et nous te disons:

Réjouis-toi qui mis tes pas dans les pas du Maître

Réjouis-toi qui ne voulus pas Le renier un seul instant

Réjouis-toi qui ne cédas point aux menaces du tyran

Réjouis-toi qui nous insuffles le courage par ton exemple saint

Réjouis-toi qui nous montres la Voie avec douceur et fermeté

Réjouis-toi qui nous guides sur le chemin du Dieu Très-Haut

Réjouis-toi Sainte Dévote Protomartyre de la Corse!


Kondakion 9


Tu fus toujours étrangère au monde, ta piété t'avait déjà ineffablement transportée dans les demeures célestes, c'est pourquoi tu ne voulus point céder aux injonctions du tyran, tu manifestas que pour les chrétiens la Croix est l'Arbre de Vie, admirant ce mystère nous chantons à Dieu: Alléluia!


Ikos 9


Barbare te condamna à mort et tu souffris sans faillir un instant, ton corps fut traîné et déchiré sur les pierres acérées d'une route inégale, puis il te fit suspendre à un chevalet pour y être encore torturée, tu souffris cette passion dans te plaindre et nous te disons:

Réjouis-toi Oblation pure au Roi de Toutes Choses

Réjouis-toi Affermissement terrible de ceux qui doutent

Réjouis-toi Réceptacle du courage où nous allons puiser

Réjouis-toi Douleur transfigurée par la grâce divine

Réjouis-toi Bastion imprenable du sacrifice pour le Christ

Réjouis-toi Témoignage parfait de la force de notre foi

Réjouis-toi Sainte Dévote Protomartyre de la Corse!


Kondakion 10


Vierge sage et courageuse qui avais tenu ta lampe allumée tout au long de ta vie dans l'attente des noces spirituelles te préparant par l'oraison l'ascèse et enfin le martyre, lorsque tu rendis l'esprit à ton céleste époux, une blanche colombe sortit de tes lèvres et s'envola vers les cieux, louons Dieu qui t'accueillit en disant: Alléluia!


Ikos 10


Par ordre de Barbare ton corps précieux devait être brûlé, avertis en secret par une céleste vision de pieux chrétiens l'emportèrent, ils l'embaumèrent avec des parfums et des aromates, puis ils le confièrent à un batelier et à un prêtre pour qu'ils l'emportent en Afrique, célébrant la Providence de Dieu à ton égard, nous te disons:

Réjouis-toi par qui Le Père nous fait montre de Sa protection

Réjouis-toi par qui nous comprenons Sa Providence pour Ses enfants

Réjouis-toi par qui Le Christ nous enseigne la sainteté

Réjouis-toi par qui nous voyons Sa sollicitude pour les Siens

Réjouis-toi par qui l'Esprit nous démontre Sa puissance

Réjouis-toi par qui nous percevons Son souffle béni

Réjouis-toi Sainte Dévote Protomartyre de la Corse!



Kondakion 11


Mais la barque contenant tes restes précieux, par l'effet de la tempête et de la grâce ne voulut pas t'éloigner du lieu que tu avais préparé par ton sang pour les semailles à venir, le batelier s'endormit épuisé et te vit en songe lui indiquer le lieu où tu voulais reposer, émerveillés par ce récit nous chantons vers Dieu: Alléluia!


Ikos 11


Lorsque tu apparus une colombe sortit de ta bouche, elle guida fidèlement la barque vers le lieu où tu voulus demeurer pour l'éternité, tu y reposes toujours jusques aujourd'hui, et nous rendons grâces à Dieu et te clamons:

Réjouis-toi Ancelle éminente du Christ très doux

Réjouis-toi Emule des anges sur notre terre

Réjouis-toi Initiée accomplie de la grâce de Dieu

Réjouis-toi Réceptacle précieux des dons de l'Esprit

Réjouis-toi Prière vive où se réfugie notre prière

Réjouis-toi Fierté suprême de la terre de Corse

Réjouis-toi Sainte Dévote Protomartyre de la Corse!


Kondakion 12


Le batelier et le prêtre donnèrent à tes reliques précieuses l'écrin convenant au temple spirituel de ton corps, tu fus dès lors vénérée par les fidèles qui maintes fois te virent les protégeant ou les délivrant de l'ennemi, admirant la Providence de Dieu qui te garda pour l'éternité face à l'île où tu naquis au ciel nous clamons: Alléluia!


Ikos 12


Invincible martyre Dévote, Vierge pure et sage, tu compris dès l'enfance que cette vie ici-bas est le prologue des cieux, tu suivis les pas du Maître et fus l'écho de Ses enseignements par ton enseignement non de paroles mais d'actes, vénérant ta mémoire sacrée nous clamons à pleine voix:

Réjouis-toi Intercession parfaite devant le Trône divin

Réjouis-toi Baume sur la plaie béante de l'incroyance

Réjouis-toi Manifestation de la céleste harmonie

Réjouis-toi Précieuse vie de l'âme en Dieu

Réjouis-toi Louange accomplie dans les moindres actes

Réjouis-toi Escorte orante de nos soucis terrestres

Réjouis-toi Sainte Dévote Protomartyre de la Corse!


Kondakion XIII

Par ta vie dès l'enfance tu manifestas l'amour de la Sainte Trinité* Par ton martyre tu montras le caractère factice des choses terrestres* Dès le moment de ta naissance au ciel tu te manifestas ô Sainte Dévote* Et tu intercèdes pour ceux qui se réjouissent en chantant avec toi vers Dieu: Alléluia!


Ikos 1


Dès ta naissance tu fus nourrie doublement par le ciel et la terre, ta nourrice te donna avec le lait de l'enfance la manne de l'enseignement chrétien et ton âme dès ton jeune âge fut ainsi tournée vers le Très-Haut, c'est pourquoi nous nous écrions vers toi:

Réjouis-toi Innocence incarnée qui proclame la Vérité

Réjouis-toi Pureté native des disciples parfaits

Réjouis-toi Bourgeon prometteur de l'Arbre de Vie

Réjouis-toi Harpe de la pureté dans le vacarme du péché

Réjouis-toi Ange sur la terre qui retourne aux cieux

Réjouis-toi Pierre précieuse sur la couronne du Roi de Gloire

Réjouis-toi Sainte Dévote Protomartyre de la Corse!


Kondakion 1


Invincible martyre à toi nos hymnes de louange, au tyran terrestre inhumain tu ne te rendis pas, tu gardas ton regard toujours levé vers les cieux et tu reçus la couronne d'immortalité, c'est pourquoi nous te clamons: Réjouis-toi Sainte Dévote Protomartyre de la Corse!


Prière à Sainte Dévote


O Sainte Dévote la bien-nommée, toi qui ne vécus que pour le Royaume des Cieux où tu entras dès l'enfance avec la clef de la prière et de l'ascèse, prie le Christ notre Dieu qu'il nous donne d'être à ton exemple Ses disciples parfaits, accorde à l'Église Corse de croître sur la terre qui t'accueillit, avant que tu ne naisses au Ciel, que la colombe qui sortit de tes lèvres revienne pour guider à jamais les chrétiens sur la Voie Royale des disciples du Christ et les faire aborder sûrement au Royaume de Cieux. Amen!


Tropaire à Sainte Dévote


Ta Martyre Dévote Seigneur dès son jeune âge se revêtit de la prière comme d'une armure, elle mena pour Toi le bon combat et abreuva de son sang virginal la terre de Corse, elle devint la fondation de l'Eglise en ce lieu et vierge sage te rejoignit comme son époux dans les célestes demeures, par ses prières ô Christ notre Dieu sauve nos âmes.


Kondakion à Sainte Dévote


Sainte Dévote tu apparus comme une pure colombe sur la terre de Corse où tu pris ton essort vers le ciel où toujours tu avais gardé ton regard, méprisant le monde passager et sa gloire éphémère, garde dans ton intercession protectrice tous ceux qui célèbrent ta sainte mémoire.


Acathiste composé par Claude Lopez-Ginisty pour la gloire du Dieu Trine et pour la communauté Orthodoxe Corse renaissante

 

Texte extrait du blog http://acathistes-et-offices-orthodoxes.blogspot.com

92244D

Téléchargez le texte de l'Hymne Acathiste à Sainte Dévote (pdf) en cliquant ici

92244

Posté par fmonvoisin à 22:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

06 mai 2009

Hymne Acathiste au Saint Archange Michel

SYNAXIS_of_angels_Card

Saint Michel Archange

Fête le 29 septembre


Le 8 mai, l'Église honore l'archange saint Michel en souvenir de son Apparition sur le mont Gargan. La fête du 29 septembre fut établie un peu plus tard pour rappeler la Dédicace de la basilique construite par l'ordre et en honneur du glorieux Archange, au lieu même de cette apparition. Avec saint Michel, l'Église, en ce jour, honore tous les bons Anges, dont il a été le chef et le modèle au jour de la révolte de Lucifer et des mauvais anges. D'après nos Saints Livres, ils sont divisés en neuf Choeurs et en trois Hiérarchies: Les Anges, les Archanges et les Vertus; les Puissances, les Principautés et les Dominations; enfin, plus haut encore, les Trônes, les Chérubins et les Séraphins. Leur occupation est de contempler Dieu, de L'aimer, de Le louer et d'exécuter Ses Volontés pour la conduite de l'univers et pour le salut des hommes. Aussi les voyons-nous chargés de différentes missions sur la terre, auprès des personnes, des familles, des paroisses, des diocèses, des royaumes, de l'Église entière. Ceux dont l'Écriture fait une mention particulière sont, outre saint Michel, l'archange Gabriel, à qui semble avoir été confié le soin de tout ce qui regarde le mystère de l'Incarnation, et l'Archange Raphaël, qui conduisit et ramena si merveilleusement le jeune Tobie. – Saint Michel a été fait non seulement Prince des anges, mais aussi Prince des âmes qui doivent remplir les places demeurées vides par la chute des démons. Son nom marque sa fidélité, car il signifie: Qui est semblable à Dieu! Les Saints lui attribuent la plupart des apparitions mentionnées dans l'Ancien Testament. C'est lui, disent-ils, qui retint la main d'Abraham prêt à immoler son fils Isaac; c'est lui qui apparut à Josué et le rendit maître de Jéricho par la chute de ses tours et de ses murailles; c'est lui qui dirigea l'arche de Noé par-dessus les eaux du déluge; c'est lui qui lutta contre Jacob et le bénit; c'est lui qui donna la loi à Moïse sur la montagne du Sinaï; qui rendit David victorieux de Goliath et le préserva de la persécution de Saül, etc. Il a été le protecteur de la Synagogue; il est le protecteur de l'Église. L'histoire nous rapporte tant de merveilles de cet Ange sublime, qu'on ne peut douter qu'il ne soit, dans les desseins de Dieu, l'un des principaux instruments de Sa puissance et de Sa bonté. L'assistance que la France a souvent reçue de lui le fait regarder comme le protecteur spécial de ce royaume.


Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Mame, 1950.

85_edited

Hymne Acathiste au Saint Archange Michel


Kondakion 1


Invincible chef d’élite des armées célestes et secours de l’humaine génération, nous qui sommes délivrés par toi des épreuves, nous t’offrons cette hymne de reconnaissance puisque tu te tiens devant le trône du Roi de Gloire, libère-nous de toutes calamités, afin que te louant nous puissions t’acclamer avec foi et amour en te disant : Réjouis-toi avec les armées célestes, grand Archistratège Michel !


Ikos 1


Il conviendrait de te louer avec la langue des anges, ô saint Michel toi le premier parmi les chœurs enflammés des anges, mais jusqu'au temps où par toi nous apprendrons à discourir comme les incorporels, écoute de nos lèvres humaines mais néanmoins reconnaissantes ces louanges :

Réjouis-toi, Etoile du Monde première créée

Réjouis-toi, Lampe de vérité et de droiture qui brille comme l’or

Réjouis-toi, Premier parmi les chœurs angéliques à recevoir les rayons de la lumière incréée

Réjouis-toi, Prince des Anges et des Archanges

Réjouis-toi, en qui la gloire de la dextre du Créateur rayonne le plus

Réjouis-toi, Ornement des assemblées de tous les incorporels

Réjouis-toi avec les armées célestes, grand Archistratège Michel !


Kondakion 2


Percevant avec les yeux de la foi la grandeur de la spirituelle beauté et la puissance de ta dextre qui porte l’éclair, ô Archange de Dieu, comme créatures terrestres engoncées dans la chair, nous sommes comblées d’émerveillement, de joie et de gratitude envers le Créateur de tous nous exclamant avec toutes les puissances célestes : Alléluia !


Ikos 2


O merveilleux saint Michel Chef des célestes milices, toi qui es pur esprit libre des passions, supplie pour nous le Seigneur afin que nous élevant en esprit du terrestre au céleste nous puissions te chanter ainsi cette hymne de louange :

Réjouis-toi, Qui es le plus proche à contempler l’ineffable beauté et bonté de Dieu

Réjouis-toi, Initié fervent des mystères des très bons conseils de la Trinité

Réjouis-toi, Accomplissement fidèle des jugements pré-éternels de la Trinité

Réjouis-toi, Toi que les armées célestes admirent avec amour

Réjouis-toi que glorifient avec foi ceux qui vivent sur la terre

Réjouis-toi, Toi devant qui tremblent les puissances de l’Enfer

Réjouis-toi avec les armées célestes, grand Archistratège Michel !


Kondakion 3


Manifestant en toi l’invincible puissance du zèle pour la gloire de Dieu, tu pris position en tête des chœurs des Anges contre l’orgueilleux Lucifer qui respire la malice ô saint Michel, et quand lui et ses noirs subalternes, eurent été précipités du haut des Cieux vers les régions inférieures, les armées des Cieux que tu conduisis très glorieusement s’exclamèrent de joie d’une seule voix devant le Trône de Dieu : Alléluia !


Ikos 3


Toute la lignée du peuple chrétien te considère comme un grand secours et une aide miraculeuse contre ses adversaires ô saint Archange Michel, c’est pourquoi voulant être assurés de ta merveilleuse protection, nous te disons au jour de ta fête :

Réjouis-toi, Toi par qui Satan fut précipité comme l’éclair depuis le Ciel

Réjouis-toi, Toi qui par ta protection permet au peuple chrétien de monter aux Cieux

Réjouis-toi, Très merveilleux ornement du monde rayonnant d’en Haut

Réjouis-toi, Très glorieux secours du monde déchu d’en bas

Réjouis-toi, Qui ne fut en aucune façon vaincu par la puissance du Malin

Réjouis-toi, Qui avec tous les Anges de Dieu a été rendu à jamais ferme Vérité et Justice par la grâce de Dieu

Réjouis-toi avec les armées célestes, grand Archistratège Michel !


Kondakion 4


De la tempête des tentations et des épreuves délivre-nous, nous qui célébrons ta très lumineuse fête avec amour et joie, ô toi qui fus premier parmi les Anges placés sur un trône, car tu es un grand secours dans le malheur, un protecteur et une aide contre les esprits mauvais à l’heure de la mort pour tous ceux qui s’écrient vers le Dieu et Maître qui nous est commun : Alléluia !


Ikos 4


Contemplant ton audace contre les légions de Satan, tous les ordres angéliques s’efforcèrent joyeusement de te suivre dans la bataille pour le Nom et la Gloire de leur Maître disant, qui est comme Dieu ? Et sachant que Satan fut jeté sous tes pieds, ô conquérant nous te crions :

Réjouis-toi, Par qui la paix et la calme firent leur demeure aux Cieux

Réjouis-toi, Parce que les esprits du mal furent précipités jusques en enfer

Réjouis-toi, Qui conduisis à l’éradication du mal les armées angéliques et les puissances du monde invisible

Réjouis-toi, Qui adoucis invisiblement l’adversité et l’agitation des éléments du monde visible

Réjouis-toi, Merveilleux champion de ceux qui mènent la lutte contre les esprits de méchanceté sous la voute céleste

Réjouis-toi, Aide forte de ceux qui sont accablés par les tentations et les dangers de notre époque

Réjouis-toi avec les armées célestes, grand Archistratège Michel !


Kondakion 5


Tu te montras une fontaine ruisselant divinement de grands miracles dans ton temple de Colosses, car non seulement le grand et terrible serpent qui demeurait en ce lieu fut détruit par ta puissance, mais des flots jaillirent du rocher pour guérir toutes maladies du corps afin que tous puissent s’écrier avec foi au Maître des Anges Qui te glorifie : Alléluia !


Ikos 5


Ayant entendu dire et sachant que tu es un grand luminaire, rayonnant de lumière parmi les chœurs angéliques, ô très merveilleux saint Michel nous avons recours à toi après Dieu et Sa Très Pure Mère, par les rayons de ta lumière illumine-nous tous qui nous écrions vers toi :

Réjouis-toi, Guide et protecteur du peuple élu de Dieu dans le désert

Réjouis-toi, Médiateur exalté de Sa Loi qui fut donnée par la main de Moïse au Sinaï

Réjouis-toi, En qui les juges et guides d’Israël trouvèrent force et protection

Réjouis-toi, Par qui les prophètes et les Grands Prêtres des Juifs reçurent le don de connaissance du Dieu omniscient

Réjouis-toi, Qui dotes d’une mystique sagesse les législateurs qui ont la crainte de Dieu

Réjouis-toi, Qui instille le bien dans le cœur de ceux qui exercent la justice et le droit

Réjouis-toi avec les armées célestes, grand Archistratège Michel !


Kondakion 6


Quand Mandé te vit un jour, ô héraut des jugements de Dieu, il fut rempli de doute et de peur, pensant qu’il ne vivrait plus sur cette terre, mais averti par son épouse de la bénignité de ton apparence et de la douceur de tes paroles et réjoui car devait naître son fils Samson selon ta parole , il s’écria avec reconnaissance vers Dieu : Alléluia !


Ikos 6


Avec gloire tu brillas merveilleusement ô saint Michel, lorsque tu te tins devant Josué fils de Noun, sous l’apparence d’un homme disant, délie la sandale de ton pied, je suis le chef suprême des Armées du Seigneur, émerveillés d’une telle apparition nous nous écrions avec amour vers toi :

Réjouis-toi, Gardien toujours vigilant des têtes divinement couronnées

Réjouis-toi, Renversement prompt de ceux qui s’opposent à l’Autorité comme s’opposant à l’injonction divine

Réjouis-toi, Qui apaise l’agitation du peuple

Réjouis-toi, Destructeur invisible des coutumes malignes

Réjouis-toi, Car à l’heure de douloureuse perplexité tu illumines ceux qui doutent

Réjouis-toi, Car tu délivres ceux qui sont éprouvés par des hallucinations funestes

Réjouis-toi avec les armées célestes, grand Archistratège Michel !


Kondakion 7


Le Maître de tous désirant nous montrer que le sort des enfants des hommes n’est pas accidentel, mais qu’il est toujours dans Sa dextre, te donna à nous comme aide et protecteur du royaume de la terre, afin que tu puisses préparer les tribus et les nations pour l’éternel Royaume de Dieu, c’est pourquoi conscients de ton grand ministère pour le salut de l’homme, nous nous exclamons avec reconnaissance vers Dieu : Alléluia !


Ikos 7


Le Maître et Créateur de toutes merveilles nous montra par toi un nouveau miracle sur terre, ô suprême archistratège quand tu sauvas le temple à toi dédié de l’inondation par les eaux du fleuve, ordonnant aux flots du torrent de s’engouffrer dans la terre, voyant cela le bienheureux Archippe et ses fils spirituels s’exclamèrent avec gratitude vers toi :

Réjouis-toi, Enceinte imprenable des saints temples de Dieu

Réjouis-toi, Barrière infranchissable pour les ennemis de la foi chrétienne

Réjouis-toi, Par qui les éléments de soumettent

Réjouis-toi, Par qui échouent tous les complots du Malin

Réjouis-toi, Qui apportas la joie aux fidèles depuis le Trône du Maître de tous

Réjouis-toi, Qui conduis les incroyants sur le sentier de la rectitude et de la vérité

Réjouis-toi avec les armées célestes, grand Archistratège Michel !


Kondakion 8


Habacuc eut l’expérience d’un étrange miracle de ta puissance, quand sur un signe de Dieu, tu le transportas vivement de Judée à Babylone Afin qu’il puisse nourrir Daniel qui était emprisonné dans la fosse aux lions* C’est pourquoi nous émerveillant devant la manifestation de ta puissance* Il s’écria avec foi : Alléluia !


Ikos 8


Bien que tu te tiennes toujours en Haut devant le Trône du Roi de gloire ô saint Michel, tu n’es pourtant pas éloigné de ceux qui sont ici bas, combattant toujours contre les ennemis du salut de l’homme, c’est pourquoi tous ceux qui veulent atteindre la patrie céleste ardemment souhaitée s’écrient ensemble vers toi :

Réjouis-toi, Chef du chant angélique trois fois saint

Réjouis-toi, Intercesseur et protecteur toujours prompt de ceux qui sont nés sur terre

Réjouis-toi, Bouclier des pieux fidèles dans les attaques du Malin

Réjouis-toi, Qui terrassas d’étrange manière le très orgueilleux Pharaon et les Egyptiens incrédules

Réjouis-toi, Qui guidas très glorieusement les Juifs fidèles dans le désert

Réjouis-toi, Par qui s’éteignirent les flammes de la fournaise de Babylone

Réjouis-toi avec les armées célestes, grand Archistratège Michel !


Kondakion 9


Tous les moines de la Sainte Montagne de l’Athos furent saisis d’un tremblement joyeux, voyant que tu sauvais le jeune homme craignant Dieu qui avait été précipité dans les profondeurs de la mer, une pierre attachée au col par les hommes impies et avaricieux, c’est pourquoi le monastère orné de ton nom qui le reçut s’écrie avec reconnaissance vers Dieu : Alléluia !


Ikos 9


Les paroles des rhéteurs et les pensées des philosophes ne suffisent à conter ta puissance ô saint Michel, et à dire comment en une nuit tu abattis cent quatre-vingt cinq mille guerriers de Sennacherib, roi de Syrie pour qu’il apprenne dorénavant à ne plus blasphémer le Nom du Seigneur, et nous honorant ton zèle saint pour la gloire du vrai Dieu* Avec Joie nous nous écrions vers toi :

Réjouis-toi, Invincible archistratège des armées orthodoxes

Réjouis-toi, Crainte et ruine des forces des impies

Réjouis-toi, Qui plantes la foi juste et la révérence de Dieu

Réjouis-toi, Qui déracines les hérésies et les schismes nuisibles à l’âme

Réjouis-toi, Qui raffermis maintes fois les pieux Macchabée sur le champ de bataille

Réjouis-toi, Qui abattis dans le Temple même l’impie Héliodore, chef d’Antioche

Réjouis-toi avec les armées célestes, grand Archistratège Michel !


Kondakion 10


Sois une aide ferme pour nous qui voulons être sauvés* O suprême archistratège de Dieu* Nous délivrant et nous préservant des épreuves et des tentations* Et plus encore de nos malignes habitudes et de nos péchés malsains* Afin que grandissant en foi, espérance et amour de Dieu* Nous puissions nous écrier vers le Maître des Anges et des hommes : Alléluia !


Ikos 10


Tu es un rempart pour les croyants et une colonne de force dans nos batailles contre l’ennemi visible et invisible, ô suprême archistratège de Dieu, c’est pourquoi délivrés par toi des rets des démons nous nous exclamons vers toi avec un cœur et des lèvres reconnaissantes :

Réjouis-toi, Adversaire invaincu des ennemis de la foi et des adversaires de la Sainte Eglise

Réjouis-toi, Infatigable compagnon des humbles prédicateurs de l’Evangile

Réjouis-toi, Qui illumines de la lumière de la foi du Christ ceux qui étaient assis dans les ténèbres de l’impiété

Réjouis-toi, Qui guides ceux qui sont devenus fous de la fausse sagesse au chemin de vérité et de repentir

Réjouis-toi, Justicier redoutable de ceux qui jurent en vain par le Nom de Dieu

Réjouis-toi, Qui punis comme l’éclair ceux qui follement se gaussent des mystères de la Sainte Foi

Réjouis-toi avec les armées célestes, grand Archistratège Michel !


Kondakion 11


Toute hymne est impuissante à rendre compte de la multitude de tes miracles que tu accomplis non seulement au ciel et sur terre, mais même dans les ombres noires du monde inférieur où tu lias le Serpent de l’abîme avec les liens de la puissance du Seigneur, ô suprême Archistratège de Dieu, afin que ceux qui sont délivrés de sa malice puissent bénir le Maître du Ciel et de la terre en disant à pleine voix : Alléluia !


Ikos 11


O suprême Archistratège tu te montras vraiment, comme le servant Porteur de lumière de la Vérité et de la pureté de la révérence pour Dieu quand prévoyant les ruses de l’esprit des ténèbres tu lui interdis au Nom de Dieu de révéler le corps caché de Moïse le chef défunt d’Israël, afin qu’il ne fût pas adoré par les enfants sensuels d’Israël, c’est pourquoi honorant à présent ton assemblée radieuse nous nous écrions avec reconnaissance vers toi :

Réjouis-toi, Qui aux jours de l’Ancienne Alliance préservas la pureté de la Connaissance Divine parmi les Juifs

Réjouis-toi, Qui souventes fois déracinas l’ivraie de l’erreur dans les jours nouveaux de la Grâce

Réjouis-toi, Destructeur des oracles et des idoles des païens

Réjouis-toi, Qui affermis les ascètes chrétiens et ceux qui souffrent la passion

Réjouis-toi, Qui emplis les pusillanimes de la puissance de la Grâce de Dieu

Réjouis-toi, Qui revêts ceux qui sont faibles dans la chair de l’armure de la foi

Réjouis-toi avec les armées célestes, grand Archistratège Michel !


Kondakion 12


Demande pour nous à Dieu la grâce du Ciel, nous qui chantons la gloire de ton nom très honoré ô saint Michel, afin qu’abrités sous ton aide nous puissions vivre en toute piété et pureté, Jusqu'au temps où délivrés des liens de la chair par la mort, nous puissions nous voir accorder de nous tenir devant le trône flamboyant du Roi de Gloire et de nous exclamer avec les chœurs angéliques: Alléluia !


Ikos 12


Chantant en hymnes les multiples miracles accomplis pour notre salut ô saint Michel, nous supplions le Seigneur et Maître de tous que l’esprit de zèle pour la gloire de Dieu qui est tien ne tiédissse pas en nous qui crions vers toi :

Réjouis-toi, Qui en temps opportunplaces merveilleusement les fidèles serviteurs de Dieu au sommet du pouvoir

Réjouis-toi, Qui mets à bas les arrogants et ceux qui sont indignes des hauteurs de la puissance et de la gloire

Réjouis-toi, Qui au Jour Ultime rassembleras les élus des quatre coins de la terre

Réjouis-toi, Par qui sur un ordre de Dieu les pécheurs seront livrés comme l’ivraie au feu éternel

Réjouis-toi, Par qui Satan et ses anges seront jetés pour l’éternité dans le lac de Feu

Réjouis-toi, Avec qui les justes cohabiteront glorieusement dans les demeures du Père Céleste

Réjouis-toi avec les armées célestes, grand Archistratège Michel !


Kondakion 13


O très prodigieux Prince des Archanges et des Anges, pour ton merveilleux service dans le salut de l’humaine génération, accepte la voix de la louange et de la reconnaissance que nous t’offrons à présent, toi qui es empli de la puissance de Dieu, protège-nous avec tes ailes immatérielles de tous les ennemis visibles et invisibles, afin que nous puissions toujours clamer vers le Seigneur qui est glorifié en toi et Qui t’a glorifié : Alléluia ! Alléluia ! Alléluia ! (Ce kondakion est lu trois fois)


Ikos 1


Il conviendrait de te louer avec la langue des anges, ô saint Michel toi le premier parmi les chœurs enflammés des anges, mais jusqu'au temps où par toi nous apprendrons à discourir comme les incorporels, écoute de nos lèvres humaines mais néanmoins reconnaissantes ces louanges :

Réjouis-toi, Etoile du Monde première créée

Réjouis-toi, Lampe de vérité et de droiture qui brille comme l’or

Réjouis-toi, Premier parmi les chœurs angéliques à recevoir les rayons de la lumière incréée

Réjouis-toi, Prince des Anges et des Archanges

Réjouis-toi, en qui la gloire de la dextre du Créateur rayonne le plus

Réjouis-toi, Ornement des assemblées de tous les incorporels

Réjouis-toi avec les armées célestes, grand Archistratège Michel !


Kondakion 1


Invincible chef d’élite des armées célestes et secours de l’humaine génération, nous qui sommes délivrés par toi des épreuves, nous t’offrons cette hymne de reconnaissance, puisque tu te tiens devant le trône du Roi de Gloire, libère-nous de toutes calamités, afin que te louant nous puissions t’acclamer avec foi et amour en te disant : Réjouis-toi avec les armées célestes, grand Archistratège Michel !

_D0_9C_D0_B8_D1_85_D0_B0_D0_B8_D0_BB_29

Première prière au Saint Archange Michel


O Grand Saint Michel, Archange de Dieu premier parmi les Anges, toi qui te tiens devant l’ineffable et transcendante Trinité, serviteur et protecteur de l’humaine génération, qui avec tes armées écrasas la tête de l’orgueilleux Lucifer dans les cieux et qui couvris à jamais de honte sa malice et ses desseins sur terre, vers toi nous accourons avec foi et nous te prions avec amour, sois un bouclier indestructible et un ferme rempart pour ta Sainte Eglise et notre patrie, les protégeant de tous les ennemis visibles et invisibles toutes deux par ton glaive étincelant, sois un guide et un Ange gardien pour nos autorités civiles, leur donnant l’illumination et le pouvoir, la joie la paix et la consolation qui viennent du Trône du Roi des Rois, sois un chef et un invincible compagnon d’armes pour nos forces armées amies du Christ, les couronnant de gloire et victoire sur l’Ennemi, afin que tous ceux qui s’opposent à nous sachent que Dieu et Ses saints Anges sont avec nous. Ne nous laisse pas privés de ton aide et assistance, nous qui glorifions ton saint nom en ce jour, ô Archange de Dieu, car vois-le bien, quoique nous soyons de grands pécheurs, nous ne voulons périr dans nos iniquités, mais nous tourner vers le Seigneur et être vivifiés par Lui pour accomplir de bonnes œuvres. C’est pourquoi nous te demandons d’illuminer notre intellect de la Lumière de la Face de Dieu qui brille toujours sur ton front semblable à l’éclair, afin que nous puissions comprendre que la volonté de Dieu est pour nous bonne et parfaite et que nous puissions savoir ce que nous devons faire et ce que nous devons dédaigner et fuir par la grâce du Seigneur donne force à notre faible volonté et à notre résolution débile, afin que rendus ferme dans la Loi du Seigneur, Nous puissions alors cesser d’être ballotés par les pensées terrestres et les convoitises de la chair, que nous cessions d’être distraits comme des enfants sans raison par les beautés périssables de ce monde, oubliant dans notre folie les choses éternelles et célestes pour l’amour de ce qui est corruptible et terrestre et par-dessus tout demande pour nous un véritable esprit de repentance venu d’en-Haut, une tristesse en Dieu qui ne soit pas feinte, et la contrition pour nos péchés, afin que nous puissions passer le nombre de jours qui nous restent dans cette vie transitoire, non dans les plaisirs de nos sens et dans l’esclavage de nos passions, mais en effaçant plutôt par nos larmes de foi et de contrition de cœur par nos combats pour la pureté et de saintes actions de miséricorde, les mauvaises actions que nous avons accomplies, et quand l’heure de notre repos et de notre libération des liens de ce corps de glaise approchera, ô Saint Archange de Dieu ne nous laisse pas sans défense contre les esprits malins dans les lieux élevés, esprits qui veulent empêcher l’ascension de l’âme humaine vers le ciel, que protégés par toi nous atteignions sans entraves les glorieuses demeures du Paradis, où il n’y a ni peine ni soupir mais la Vie éternelle, et que nous soit accordé de contempler la Face très radieuse de notre très bienfaisant Maître et Seigneur et de Lui rendre gloire avec le Père et le Saint-Esprit, dans les siècles des siècles. Amen !

HagSophBemaArchMichael

Deuxième prière au Saint Archange Michel


O Saint Archange Michel, Chef lumineux et terrible du Roi Céleste, libère-moi avant le Redoutable Jugement afin que je me repente de mes péchés, délivre mon âme des pièges de ses poursuivants, et conduis-la vers Dieu qui la créas, Lui qui siège sur les Chérubim, et prie pour elle avec ardeur afin que par ton intercession Il l’établisse en un lieu de quiétude. O redoutable archistratège des Armées célestes, intercesseur pour tous devant le Trône du Maître le Christ, protecteur assuré des hommes, guerrier avisé, puissant chef du Roi Céleste, aie pitié de moi pécheur qui nécessite ton assistance, protège-moi de tous les ennemis visibles et invisibles et plus encore fortifie-moi contre la peur de la mort et le trouble engendré par les démons, et accorde-moi de me tenir sans honte, à l’heure de ton redoutable et juste Jugement, ô Très Saint et Grand Michel, archistratège, ne dédaigne pas le pécheur qui te supplie de lui accorder ton aide dans ce monde et dans celui à venir, mais accorde-moi de glorifier avec toi le Père et le Fils et le Saint-Esprit dans les siècles des siècles. Amen !

St_Michael_700px

Troisième Prière au Saint Archange Michel


Saint Michel Archistratège du Seigneur, vivante présence de la protection divine, rempart céleste invisible et parfait au temps de l’adversité, toi qui toujours combattis le bon combat, viens à nos côtés dans la lutte que nous menons pour survivre dans ce monde où Dieu n’a plus la première place, étaie notre faiblesse et sois notre puissante protection dans l’’adversité, le bouclier qui nous préserve des assauts du Malin, chemine avec nous dans les épreuves afin que nous atteignions le havre de Paix, relève-nous lorsque nous sommes à terre sous le poids de nos péchés et transgressions, affermis notre courage lorsque nous vacillons à cause de la faiblesse de nos résolutions, délivre-nous par ton intercession puissante du mensonge de l’hypocrisie et de la vaine gloire, tranche de ton glaive de feu les racines profondes que nos iniquités ont planté dans nos âmes, sois le gardien sempiternellement présent de notre vie afin que protégés par ta sainte garde et sanctifiés à l’ombre lumineuse de tes ailes, nous arrivions au Royaume du Père, du Fils et du Saint-Esprit, à qui reviennent tout honneur et toute gloire dans les siècles des siècles. Amen !


Version française Claude Lopez-Ginisty

Archangels

Téléchargez le texte de l'Hymne Acathiste à St Michel Archange (pdf) en cliquant ici

Posté par fmonvoisin à 18:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

03 mai 2009

Hymne Acathiste à Saint Jean le Thaumaturge

maxiomovitch

Saint Jean Maximovitch de Shangaï et San Francisco

1896-1966


Saint Jean naquit le 4 juin 1896 en la propriété de campagne de ses parents, Boris Ivanovitch Maximovitch et Glaphire Mikhailovna, en la petite ville d'Adamovka, la province de Kharkov en Ukraine. Au baptême, l'enfant fut mis sous la protection du saint archange Michel, dont il reçut le prénom. Ses parents étaient d'ascendance serbe. L'un de ses ancêtres fut saint Jean, métropolite de Tobolsk, ascète, missionnaire et auteur de diverses oeuvres spirituelles, qui vécut en la première moitié du dix-huitième siècle et fut canonisé en 1916. Après ses études primaires, Michel Maximovitch s'inscrivit à l'Académie militaire de Poltava. Ses relations avec ses condisciples étaient bonnes, mais il ressentait que sa voie était ailleurs. Il eut des contacts très instructifs avec le recteur du séminaire de cette ville, l'archimandrite Varlaam, et avec l'aumônier de l'Académie, l'archiprêtre Serge Chetverikov, qui écrit des ouvrages sur saint Païssi Vélitchkovsky, et sur les startsi d'Optino. Le jour même où Michel Maximovitch termina ses études à l'académie militaire, l'archevêque Antoine Khrapovitsky fut intronisé évêque de Kharkov. Plus tard, il deviendra métropolite de Kiev et de Galitch. Il entendit parler du jeune Michel Maximovitch, et désira le rencontrer. Ce fut à Khrarkov que l'archevêque Antoine devint le père spirituel de Michel, une relation qui continuera pendant toute la vie de l'archevêque. Michel fit des études de droit à Kharkov, études qu'il termina en 1918. La Révolution russe de 1917 contraignit la famille Maximovitch à fuir la Russie et à se réfugier en Yougoslavie. Michel commença ses études théologiques à l'université saint Sava. Il termina en 1925 et fut tonsuré lecteur par le métropolite Antoine à Belgrade. L'année suivante, Michel devint moine au monastère de Milkovo, où il reçut le nom de Jean, en l'honneur de son parent éloigné, saint Jean de Tobolsk, récemment canonisé. Peu après, le moine Jean devint hiérodiacre puis hiéromoine. Il fut ensuite aumônier de la Haute École d'État serbe, et en 1929 il devint professeur au séminaire serbe Saint Jean le Théologien, situé en la ville de Bitol. Le père Jean avait d'excellentes relations avec ses étudiants, et ce fut à Bitol que l'on commença à remarquer la ferveur de son mode de vie. Il priait continuellement, célébrait quotidiennement la Divine Liturgie, ou du moins y assistait et communiait aux Saints Mystères, il jeûnait strictement et généralement ne prenait qu'un seul repas, tard dans la soirée. Avec un grand amour paternel, le père Jean inspira aux étudiants du séminaire la recherche ardente d'idéaux spirituels. Ils finirent par découvrir ses exploits ascétiques, s'apercevant par exemple qu'il ne s'allongeait jamais pour le sommeil. Lorsqu'il  s'assoupissait, il ne le faisait que sous le poids de l'épuisement, souvent en position de prosternation devant le coin des icônes.


L'évêque Nicolas Velimirovitch appréciait et aimait le jeune hiéromoine Jean. Un jour, lorsqu'il dut s'absenter du séminaire, il recommanda le père Jean au petit groupe de séminaristes, en disant : « Mes enfants, écoutez le père Jean. C'est un ange de Dieu, sous la forme d'un être humain ». Les séminaristes eux-mêmes étaient convaincus du fait que le père Jean menait une vie angélique. Sa patience et son humilité pouvait se comparer à celle des grands ascètes et des ermites du désert. Il revivait les événements des Évangiles, comme s'ils se passaient devant ses yeux. Il connaissait précisément le caractère et les habitudes de chaque étudiant, et pouvait aisément évaluer le niveau de connaissances de chacun. Malgré un léger bégaiement, les réponses qu'il donnait à ses étudiants étaient toujours concises, claires et complètes. Pendant la première semaine du Grand Carême, le père Jean ne mangeait rien de plus qu'une prosphore par jour, et poursuivait ce jeûne pendant la Semaine Sainte. Le Samedi Saint, son corps était totalement épuisé. Mais le jour de la sainte Résurrection du Seigneur, il revivait et retrouvait toutes ses forces. Aux matines pascales, il s'exclamait triomphalement : « Christ est ressuscité ! » Sa figure resplendissait et la joie pascale qui émanait de lui était ressentie par chacun de ceux qui étaient présents dans l'église.


En 1934, le Synode des évêques de l'Église russe hors-frontières décida díélever le hiéromoine Jean au rang d'évêque, en tant qu'évêque-vicaire à Shanghai pour le diocèse de Chine. Pour le père Jean, c'était un événement absolument imprévu. Cela apparaît bien dans le témoignage d'une personne qui le connaissait en Yougoslavie. Elle le rencontra un jour en tramway, à Belgrade, et lui demanda ce qui l'avait amené à venir en cette ville ? Il lui répondit qu'il était venu à Belgrade, parce qu'il avait reçu par erreur une lettre qui était destinée à un autre hiéromoine Jean, lettre qui annonçait à cet hiéromoine Jean qu'il allait être consacré évêque. Le jour suivant, elle le rencontra à nouveau, et lui demanda des nouvelles, concernant cette lettre. Il lui répondit que l'erreur était pire que ce à quoi il s'attendait, car il s'avéra que c'était lui qu'on avait décidé de consacrer évêque ! Lorsqu'il présenta ses objections, disant qu'il pouvait difficilement assumer le rôle d'évêque, avec son bégaiement, on lui répondit que le prophète Moïse avait éprouvé les mêmes difficultés... La consécration fut célébrée le 28 mai 1934 par le métropolite Antoine, qui parlait de l'évêque Jean en ces termes : « Nous, nous nous mettons en prière ; lui, il ne se met jamais en prière parce qu'il est prière ! » En envoyant Mgr Jean à Shanghai, Mgr Antoine écrivait à son sujet au métropolite de cette ville : « Je vous envoie un évêque dont l'âme est celle d'un enfant ; il est petit, tout petit [il était de petite taille] comme un bébé, mais sa prière perce les cieux ».


Le jeune évêque arriva à Shanghai le 21 novembre 1935, la fête de l'Entrée au Temple de la Très-Sainte Mère de Dieu. Monseigneur Jean assuma immédiatement ses responsabilités et devint rapidement une personne en vue à Shanghai. Il devait résoudre des conflits juridictionnels, et achever la construction d'une grande cathédrale. L'évêque Jean réussit à réconcilier les gens, et tissa un réseau de contacts avec les Serbes, les Grecs et les Ukrainiens de son diocèse. Il parvint à mener à terme la construction de la cathédrale, ainsi que d'un bâtiment de trois étages et d'un clocher. Il apporta une attention toute particulière à l'éducation spirituelle des enfants. Il fut l'inspirateur pour la construction d'églises, d'un hôpital, d'un asile pour les malades mentaux, d'un orphelinat et d'un local communautaire - en un mot, pour toutes les oeuvres sociales de la communauté russe à Shanghai. Il restait pourtant étranger au monde, tout en participant au fleuve des affaires profanes. A partir du premier jour de son arrivée à Shanghai, il continua à célébrer la Divine Liturgie quotidiennement, comme il le faisait auparavant. Où qu'il soit, il était toujours présent à l'office divin. Après la Liturgie, l'évêque restait dans le sanctuaire pendant deux ou trois heures. Un jour, il disait à ce propos : « Combien il est difficile de s'extraire de la prière, et de revenir pour s'occuper des affaires du monde ». La nuit, il restait éveillé, et ne s'accordait que très peu de sommeil. Même s'il ne faisait pas de visites officielles, il surgissait de façon imprévue chez ceux qui étaient en difficulté, parfois à des heures indues, et quel que soit le temps qu'il faisait au-dehors. La nuit, il se contentait d'un « repos éveillé », dans son fauteuil. Aussi conseillait-il, à quiconque désirait lui téléphoner, de l'appeler non de jour, où il était accaparé, mais vers minuit ou vers une heure du matin. Chaque jour, il visitait les malades, en leur apportant les Saints Dons. On le voyait souvent, et parfois fort tard et par très mauvais temps, marchant dans les rues de Shanghai avec son bâton épiscopal à la main, le « rasson » flottant au vent. Il était chaussé de sandales légères, qu'il cédait souvent à un pauvre ; il célébrait toujours pieds nus... C'était une originalité extrêmement remarquée, dans les milieux plutôt formalistes de l'Orthodoxie !


Lorsqu'on se dédie au salut des âmes, disait-il, il faut se rappeler que les gens ont des besoins concrets qui ne se laissent pas ignorer : « On ne peut pas prêcher l'Évangile sans manifester de l'amour envers les besoins de chacun ». L'une des manifestations de l'amour concret de l'évêque Jean pour ceux qui sont en difficulté, fut la fondation de l'Orphelinat Saint Tikhon de Zadonsk. L'évêque Jean rassembla une équipe de femmes et, commençant par huit enfants, finit par organiser un orphelinat qui donna refuge à des centaines de pensionnaires, en quinze ans d'existence à Shanghai. « Vladyka » rassembla lui-même des enfants malades et affamés, dans les rues et dans les sombres ruelles de Shanghai. Les paroissiens du diocèse de Shanghai éprouvaient beaucoup d'amour et de respect pour leur pasteur ; cela apparaît dans ces extraits de lettres, qu'ils écrivaient au métropolite Mélèce en 1943 : « Nous les gens du monde, les laïcs, ne pouvons atteindre la profondeur de sa connaissance de la théologie, de son érudition, de ses homélies, profondément imprégnées de Foi apostolique, prononcées presque chaque jour et fréquemment imprimées. Nous le peuple de Shanghai, nous parlons de ce que nous voyons et ressentons, depuis l'arrivée de notre évêque en notre cité multi-ethnique, de ce que nous voyons de nos yeux de pécheurs et de ce que nous ressentons, de notre cœur de chrétiens. « Dès le jour où il est arrivé, le pénible phénomène de la division des Eglises a cessé ; l'Orphelinat Saint Tikhon de Zadonsk, qui nourrit, habille et éduque habituellement deux cents enfants, fut construit à partir de rien ; progressivement, les conditions d'existence des maisons de charité, sous le patronyme de saint Philarète le Miséricordieux, se sont améliorées ; les malades dans tous les hôpitaux de Shanghai reçoivent la visite de prêtres, peuvent recevoir régulièrement les Saints Mystères et si un décès survient, même les sans-abri peuvent être inhumés avec des funérailles convenables ; notre évêque visite personnellement les malades mentaux, alors qu'ils vivent en un hôpital situé loin de la ville ; les prisonniers qui sont dans les prisons de la « Colonie » et de la Concession française ont la possibilité de prier au lieu même de leur détention, pendant la célébration de la Divine Liturgie, et de recevoir la sainte Communion chaque mois. Notre évêque porte une attention soutenue à l'éducation et l'instruction des jeunes, dans un esprit orthodoxe et national. Dans de nombreuses écoles non-russes, nos enfants peuvent apprendre la Loi divine. Pendant tous les moments difficiles de la vie de notre communauté, nous avons vu notre évêque montrer le chemin, nous défendre et soutenir nos séculaires principes moraux russes. Toutes les organisations sectaires et les confessions hétérodoxes comprennent maintenant que combattre un tel pilier de l'Orthodoxie est chose très difficile. Notre évêque visite inlassablement les églises, les hôpitaux, les écoles, les prisons, les organisations civiles et militaires, apportant toujours avec lui le réconfort et la Foi. Du jour de son arrivée, pas une personne infirme n'a été privée de la prière et la visite personnelle de notre évêque. Par les prières de notre Luminaire, beaucoup ont reçu du réconfort et retrouvé la santé. Comme un flambeau, il éclaire nos péchés, comme un carillon retentissant il réveille notre conscience, et appelle nos âmes pour la lutte spirituelle. Comme un bon Pasteur, il nous appelle à prendre nos distances par rapport au monde, ne fût-ce que pendant un instant ; il nous appelle à élever nos yeux vers le ciel, d'où provient notre aide. Il est pour nous un exemple, suivant les mots de l'Apôtre Paul, par la parole, la conduite, la charité, la foi, la pureté (1 Tm 4,12) ».


Les fidèles ne se trompaient pas en émettant un tel témoignage en faveur de leur pasteur. Les gens trouvaient vraiment en lui une capacité à donner sa vie pour son troupeau. Pendant l'occupation japonaise, deux présidents du Comité de l'Emigration russe furent tués successivement, et la peur s'empara de la colonie russe. L'évêque Jean se chargea temporairement de la direction de la colonie russe, en dépit du danger auquel cela l'exposait incontestablement. Après un long délai causé par la guerre, un décret arriva du Synode de l'Église russe hors-frontières , élevant l'évêque Jean au rang d'archevêque relevant directement du Synode. Les dons de thaumaturge et de clairvoyance de l'archevêque Jean étaient bien connus à Shanghai. Il arriva que Mgr. Jean fut appelé en toute urgence afin de porter la sainte Communion à un homme qui se mourait en un hôpital. Ayant pris les Saints Dons, Mgr. Jean se dirigea vers l'hôpital, accompagné d'un prêtre. Lorsqu'ils arrivèrent, ils virent un jeune homme, âgé d'environ vingt ans, qui était en train de jouer de l'harmonica. Il s'était d'ores et déjà trouvé mieux, et devait quitter l'hôpital promptement. L'archevêque Jean l'appela et lui dit : « Je veux te donner la Sainte Communion tout de suite ». Le jeune homme s'approcha immédiatement, se confessa et reçut la Sainte Communion. Le prêtre, fort étonné, demanda à l'archevêque Jean pourquoi il n'était pas allé auprès du mourant, mais s'était adressé à un jeune homme visiblement en parfaite santé. Il répondit simplement : « Il mourra cette nuit, tandis que l'autre, bien qu'il soit sérieusement malade, vivra de nombreuses années ». Et c'est précisément ce qui arriva. Par l'action de l'archevêque Jean, le Seigneur manifesta des miracles semblables en Europe et en Amérique.


À la fin des années quarante, les communistes s'emparèrent du pouvoir en Chine, et les Russes furent forcés de fuir à nouveau, la plupart vers les Philippines. En 1949, environ cinq mille réfugiés venant de Chine furent regroupés en un camp, sous la responsabilité de l'Organisation internationale des réfugiés, sur l'île de Tubabao. Il vivaient sous des tentes, et dans des conditions très difficiles. On y retrouvait tous les enfants de l'orphelinat, ainsi que des vieillards et des infirmes. Ils vivaient sous la menace continuelle de violents ouragans, car l'île est située dans le passage saisonnier de typhons qui traversent cette partie de l'Océan pacifique. Pendant les vingt-sept mois d'existence du camp de réfugiés, l'île ne fut menacée qu'une seule fois par un typhon qui modifia sa course et passa au large de l'île. Chaque nuit, l'archevêque Jean faisait le tour de l'ensemble du camp et bénissait d'un signe de croix les quatre points cardinaux. Plus tard, lorsque les gens se dispersèrent dans différents pays et que le camp avait été presque complètement évacué, un puissant typhon se déchaîna sur le camp et le rasa au sol.


Plus d'une fois, Mgr Jean dût comparaître devant les représentants de l'autorité civile, afin de plaider pour les besoins des réfugiés russes. On recommanda à l'archevêque Jean de rédiger personnellement une pétition destinée à Washington, afin que les réfugiés du camp puissent être accueillis en Amérique. Il prit l'avion pour Washington. Une fois arrivé à la Maison Blanche, le préposé refusa de le laisser passer. Mgr Jean s'assit tout simplement sur les marches de l'escalier et y resta, priant silencieusement. Les fonctionnaires gouvernementaux voyaient, chaque fois qu'ils passaient, cet évêque priant sur les marches de l'escalier. Finalement, les autorités acceptèrent d'examiner sa requête. C'est ainsi que, triomphant hardiment de tous les obstacles humains, il obtint que les lois de l'immigration soient changées, et que l'exode de son troupeau, y compris les orphelins chinois, puisse être accompli.


En 1951, l'archevêque Jean fut chargé de la direction du diocèse d'Europe occidentale de l'Église russe hors-frontières. Au début, il administra le diocèse à partir de Paris, puis ensuite à partir de Bruxelles. Il voyageait continuellement à travers l'Europe, célébrant la Divine Liturgie en slavon, en français, en allemand, en grec, en chinois et en anglais. On écrivait ceci à son propos à Paris : « Il vit en-dehors de notre niveau d'existence. Ce n'est pas par hasard que dans l'une des églises catholiques, un prêtre dit, s'adressant aux jeunes : Vous dites qu'il níy a plus de miracles, qu'il n'y a plus de saints. Pourquoi avez-vous besoin d'une preuve théorique, alors qu'un saint vivant parcourt les rues de Paris, saint Jean pieds-nus ! » Lorsqu'il était en Europe, l'archevêque Jean rassembla de la documentation sur les saints de l'Eglise indivise qui étaient vénérés en Occident, mais oubliés ou ignorés en Orient. Ce fut sur sa recommandation que leur vénération fut restaurée, et leurs noms inscrits dans le calendrier liturgique. La spiritualité de l'archevêque Jean, sa connaissance des langues, et par-dessus tout, son exemple, tout cela attira de nombreux Français, Allemands et Européens de toutes origines vers la foi orthodoxe. L'archevêque Jean considérait que la Foi orthodoxe doit être mise au tout premier plan des préoccupations, les questions culturelles et identitaires passant au second plan. Il se distinguait par là du milieu de l'émigration russe, qui considérait le plus souvent l'Orthodoxie comme une des particularités de la culture russe, et non pas comme la Foi des Apôtres en le Christ ressuscité. L'archevêque Jean faisait preuve d'une ouverture d'esprit qui contrastait vivement avec le ritualisme et le passéisme de l'émigration russe. Il s'occupa activement des Français qui désiraient s'unir à l'Orthodoxie tout en conservant une liturgie occidentale. Il encouragea cette initiative, et tint à célébrer lui-même la « Liturgie de Saint Germain » - reconstitution d'une liturgie occidentale telle qu'elle était sensée exister du temps de l'Église indivise. En automne 1962, l'archevêque Jean fut envoyé d'urgence à San Francisco pour restaurer la paix au sein de la communauté russe, divisée à propos de la construction de la cathédrale. Il arriva à San Francisco le jour de la fête de l'Entrée au Temple de la Très-Sainte Mère de Dieu, liturgiquement le même jour que lors de son arrivée, bien des années auparavant, à Shanghai. Tout díabord, il seconda son aîné âgé et affligé d'infirmités, l'archevêque Tikhon. Ensuite, après le décès de Mgr Tikhon, l'archevêque Jean devint évêque titulaire du diocèse d'Amérique du Nord. Une fois de plus, l'archevêque Jean se retrouvait face au défi d'un chantier inachevé, celui de la cathédrale de San Francisco, et une fois de plus, tout comme en Chine, il avait à dénouer de graves dissensions. Pour l'archevêque Jean, la priorité était la reprise des travaux de construction de la nouvelle cathédrale consacrée à la Mère de Dieu, apparue en son icône de la « Joie de tous les affligés ». Ces travaux avaient été complètement arrêtés du fait d'un manque de fonds et d'amères divisions qui paralysaient la communauté ecclésiale. Par la force de sa prière, et par une surveillance constante des travaux de construction, l'archevêque Jean parvint à remettre ce chantier en activité. L'archevêque Jean dut endurer bien des épreuves pendant cette période, et même celle d'être convoqué devant le tribunal. Les dernières années de sa vie furent remplies de l'amertume du scandale et de la persécution. Il dut endurer l'envie, les critiques, la confusion dans l'esprit des gens. À cette époque, quelqu'un lui demanda qui était responsable des divisions dans l'Eglise. Il répondit simplement : « le diable ».


En 1964, la construction du plus grand temple de l'Église russe hors-frontières, orné de cinq bulbes, était pratiquement achevée. Le 2 juillet 1966, l'archevêque Jean célébra la Divine Liturgie en la cathédrale de Saint Nicolas à Seattle et il resta dans le sanctuaire pendant trois heures. Après avoir rendu visite à quelques-uns de ses fils spirituels qui vivaient près de la cathédrale, il retourna en sa chambre, dans le presbytère où il logeait, où il quitta ce monde pour reposer paisiblement en le Seigneur. Les funérailles de l'archevêque Jean furent célébrées le 7 juillet 1966 en la cathédrale de San Francisco. Après son départ de ce monde, tout comme pendant sa vie terrestre, l'archevêque Jean continua d'accomplir divers miracles et guérisons pour ceux qui se tournent vers lui dans la foi. Les gens, pendant les moments difficiles de leur vie, lorsque nulle aide terrestre ou humaine n'est plus capable de les assister, ont recherché son intercession devant le Seigneur. En octobre 1993, les restes de l'archevêque Jean furent examinés et trouvées intactes quand on ouvrit son cercueil. Saint Jean a été glorifié par l'Église russe hors-frontières, en juillet 1994.


Texte extrait du site www.maison-russie.fr

Hymne Acathiste à Saint Jean le Thaumaturge


Kondakion 1


Thaumaturge élu et serviteur exemplaire du Christ, tu déverses sur nous des flots d'inspiration et une multitude de miracles, c'est pourquoi nous te louons avec amour en proclamant vers toi : Réjouis-toi, Saint hiérarque Jean thaumaturge de ces derniers temps !


Ikos 1


Par la grâce du Dieu Qui toujours Se soucie des hommes, tu fus manifesté ces derniers temps comme un ange dans la chair. Voyant la beauté de tes vertus, nous tes enfants nous nous écrions vers toi :

Réjouis-toi, qui menas ta vie dans la rectitude depuis ta plus tendre enfance !

Réjouis-toi, qui vécus toujours dans la crainte de Dieu et qui accomplis Sa sainte volonté !

Réjouis-toi, qui manifestas la grâce de Dieu dans d'innombrables vertus !

Réjouis-toi, qui entendais mystiquement la prière lointaine de ceux qui étaient en détresse !

Réjouis-toi, qui fus rempli d'amour pour ton prochain et fis tout pour son salut !

Réjouis-toi, qui apportes la joie à tous ceux qui prient vers toi avec foi et amour !

Réjouis-toi, Saint hiérarque Jean thaumaturge de ces derniers temps !


Kondakion 2


L'abondance et l'éventail de tes vertus, ô Saint hiérarque, nous révèle en toi une source vivifiante des miracles de Dieu pour notre temps. Tu désaltères en effet par ton amour et tes miracles tous ceux qui crient avec foi vers Dieu : alléluia!


Ikos 2


O Père saint, étant rempli d'amour, tu le fus aussi de théologie. En toi la connaissance de Dieu surgit à nouveau avec amour pour l'humanité souffrante. Apprends-nous aussi à connaître par l'amour le Dieu véritable tandis que nous nous écrions vers toi avec admiration :

Réjouis-toi, ferme rempart de la vérité orthodoxe !

Réjouis-toi, précieux vase des dons du Saint Esprit !

Réjouis-toi, juste accusateur de l'impiété et de la fausse doctrine !

Réjouis-toi, ardent observateur des commandements de Dieu !

Réjouis-toi, ascète sévère qui ne t'accordas nul repos !

Réjouis-toi, pasteur aimant du troupeau du Christ !

Réjouis-toi, Saint hiérarque Jean thaumaturge de ces derniers temps !


Kondakion 3


Par la miséricorde de Dieu, tu fus en vérité un père pour les orphelins et un instructeur pour les jeunes gens, les éduquant dans la crainte de Dieu et les préparant pour Son service. C'est pourquoi avec amour tous tes enfants lèvent maintenant les yeux vers toi et avec gratitude s'écrient vers Dieu : alléluia !


Ikos 3


Les habitants des Cieux devraient te louer, plutôt que nous sur cette terre, car nos paroles sont faibles comparées à tes actes. Pourtant offrant à Dieu ce que nous avons, nous nous écrions vers toi :

Réjouis-toi, qui protégeas tes enfants par ta prière perpétuelle !

Réjouis-toi, qui toujours gardas sauf ton troupeau par le signe de la croix !

Réjouis-toi, dont l'amour ne connut aucune limite de pays ou de race !

Réjouis-toi, astre brillant aimé de tous !

Réjouis-toi, modèle d'humilité spirituelle !

Réjouis-toi, qui apportas la consolation spirituelle à ceux qui en avaient besoin !

Réjouis-toi, Saint hiérarque Jean thaumaturge de ces derniers temps !


Kondakion 4


Ô hiérarque Jean, confondus par tes actes de piété et d'amour, nous ne savons comment te louer dignement. Tu voyageas en effet jusques aux confins de la terre pour sauver ton peuple et prêcher l'Evangile à ceux qui étaient dans les ténèbres. Remerciant Dieu pour ton labeur apostolique, nous crions vers Lui : alléluia !


Ikos 4


Les peuples de nombreux pays virent ta vie et s'émerveillèrent des miséricordes divines même en ces temps qui furent les derniers. Et nous aussi, émerveillés, nous écrions vers toi avec crainte et admiration :

Réjouis-toi, illuminateur de ceux qui étaient plongés dans les ténèbres de l'incroyance !

Réjouis-toi, qui suivis ton peuple à l'Orient et à l'Occident !

Réjouis-toi, fontaine de miracles répandus par Dieu !

Réjouis-toi, correcteur aimant de ceux qui se sont égarés !

Réjouis-toi, consolation prompte de ceux qui se repentent de leurs péchés !

Réjouis-toi, soutien de ceux qui cheminent sur la voie droite !

Réjouis-toi, Saint hiérarque Jean thaumaturge de ces derniers temps !


Kondakion 5


Sur l'île, préservant ton peuple de l'ouragan mortel par ta prière et par le signe de la croix, tu fus manifestement l'instrument de la puissance divine pour arrêter les forces destructrices de la nature. Préserve-nous aussi qui nous écrions avec émerveillement vers Dieu : alléluia !


Ikos 5


Dans des circonstances désespérées ou dans l'adversité, tous ceux qui ont cru en ton intercession, ont été délivrés, ô intercesseur hardi devant le trône de Dieu. Ainsi, nous mettons aussi notre espérance en toi pour que tu nous protèges des dangers par tes prières devant Dieu, tandis que nous te disons :

Réjouis-toi, qui empêchas les puissance naturelles de nuire à ton troupeau !

Réjouis-toi, qui par ta prière réponds à ceux qui sont dans la nécessité !

Réjouis-toi, pain inépuisable des affamés !

Réjouis-toi, richesse abondante de ceux qui vivent dans la pauvreté !

Réjouis-toi, consolation de ceux qui sont dans l'affliction !

Réjouis-toi, relèvement prompt de ceux qui ont chu !

Réjouis-toi, Saint hiérarque Jean thaumaturge de ces derniers temps !


Kondakion 6


Conduisant ton peuple hors de l'esclavage, tu fus en vérité un nouveau Moïse, ô saint hiérarque Jean. Délivre-nous aussi de l'esclavage du péché et des ennemis de Dieu tandis que nous nous écrions vers Lui : alléluia !


Ikos 6


O bon pasteur, tu fis l'impossible pour persuader les autorités de ce monde d'avoir pitié de ton troupeau. Prie pour nous maintenant afin que nous puissions sauver nos âmes, en vivant dans la paix et le calme tandis que nous nous écrions avec reconnaissance vers toi :

Réjouis-toi, Secours de ceux qui font appel à toi avec foi !

Réjouis-toi, qui délivres de la mort et du désastre !

Réjouis-toi, qui préserves des mensonges et calomnies !

Réjouis-toi, qui protèges les innocents des envoûtements !

Réjouis-toi, qui déjoues les attaques des iniques !

Réjouis-toi, qui détruis les mensonges et exaltes la vérité !

Réjouis-toi, Saint hiérarque Jean thaumaturge de ces derniers temps !


Kondakion 7


O Admirateur des saints de l'Orient et de l'Occident, tu réintroduisis dans l'Eglise Orthodoxe les saints de l'Occident originaires de pays qui avaient apostasié la vérité. Avec eux maintenant, tu pries pour nous qui sur terre nous écrions vers Dieu : alléluia !


Ikos 7


O fervent vénérateur des saints hiérarques de Gaule, tu fus, en vérité, l'un d'eux dans ces temps qui furent les derniers, exhortant ton troupeau à conserver la même foi orthodoxe qu'ils confessaient, et étonnant les peuples de l'Occident par ta sainte vie. Préserve-nous maintenant dans cette même foi, tandis que vers toi nous nous écrions :

Réjouis-toi, nouveau Martin par tes miracles et tes exploits ascétiques !

Réjouis-toi, nouveau Germain par ta confession de la foi orthodoxe !

Réjouis-toi, nouvel Hilaire par ta divine théologie !

Réjouis-toi, nouveau Grégoire par ton amour des saints !

Réjouis-toi, nouveau Faust par ton amour noble et ta ferveur monastique !

Réjouis-toi, nouveau Césaire par ta direction ferme, mais aimante, de l'Eglise de Dieu !

Réjouis-toi, Saint hiérarque Jean thaumaturge de ces derniers temps !


Kondakion 8


O saint hiérarque, à la fin de ta vie tu fus appelé au Nouveau Monde pour y offrir ton témoignage de l'ancienne chrétienté et y souffrir la persécution pour ta droiture, parachevant ainsi ton âme pour le ciel. Nous émerveillant à présent de ta patience et de ta longanimité, nous nous écrions tous vers Dieu : alléluia !


Ikos 8


Ouvrier dans la vigne du Christ, toi qui ne connus nul repos même à la fin de ta vie de labeur, aide-nous dans nos épreuves alors que nous efforçant d'être fidèles au Christ, nous nous écrions vers toi en guise de louange :

Réjouis-toi, qui enduras tout jusques à la fin et atteignis ainsi le salut !

Réjouis-toi, qui fus jugé digne de mourir devant l'icône de la Mère de Dieu !

Réjouis-toi, qui conservas ta foi et ton courage au milieu d'injustes persécutions !

Réjouis-toi, qui œuvras jusques à la fin pour ton troupeau et rencontras la mort assis comme un hiérarque !

Réjouis-toi, qui retournas par le ciel pour être enseveli au sein de ton troupeau !

Réjouis-toi, qui accomplis des miracles pour ceux venant avec foi et amour à ton sépulcre !

Réjouis-toi, Saint hiérarque Jean thaumaturge de ces derniers temps !


Kondakion 9


L'assemblée des anges se réjouit lorsque ton âme s'éleva vers leur demeure céleste, s'émerveillant des miracles que tu accomplis sur terre par l'action du Saint Esprit vers Qui nous chantons: alléluia !


Ikos 9


O juste Jean, il est impossible aux orateurs de décrire ta vie de sainteté avec leurs paroles nombreuses et éloquentes, car tu es devenu en vérité le séjour vivant de la puissance du Dieu ineffable. Pourtant ne pouvant rester silencieux devant ce miracle accordé à notre époque de foi tiède, nous te glorifions ainsi :

Réjouis-toi, divin palais où le conseil du bon Roi est donné !

Réjouis-toi, humble et frêle habitation contenant la beauté spacieuse des demeures angéliques !

Réjouis-toi, qui obtins une maison non faite de main d'homme, éternelle dans les cieux !

Réjouis-toi, hâvre où sont divinement guéries toutes sortes de maladies !

Réjouis-toi, chambre où ton saint labeur de prière fut caché !

Réjouis-toi, temple béni de l'Esprit Saint !

Réjouis-toi, Saint hiérarque Jean thaumaturge de ces derniers temps !


Kondakion 10


Voulant sauver le monde, le Sauveur de tous envoya un saint nouveau parmi nous et par lui, nous rappela des sombres abysses du péché. Entendant cet appel au repentir, indignes que nous sommes, nous nous tournons vers Dieu, nous écriant vers Lui : alléluia !


Ikos 10


O Hiérarque Jean, tu es une muraille nous protégeant de l'adversité, car par tes intercessions célestes nous sommes délivrés des attaques des passions démoniaques et des afflictions qui nous assaillent sur terre. Devant le ferme soutien de ta prière, nous te crions avec foi :

Réjouis-toi, vue des aveugles !

Réjouis-toi, force et vie de ceux qui sont sur leur lit de mort !

Réjouis-toi, conseil divinement révélé pour ceux qui sont dans le doute et la confusion !

Réjouis-toi, onde rafraîchissante pour ceux qui périssent dans la fournaise de l'affliction !

Réjouis-toi, père aimant pour les délaissés et les abandonnés !

Réjouis-toi, maître saint de ceux qui cherchent la Vérité !

Réjouis-toi, Saint hiérarque Jean thaumaturge de ces derniers temps !


Kondakion 11


O très bienheureux Jean, ta vie fut un hymne à la Très Sainte Trinité, surpassant les autres vies en pensée, parole et action. Car tu expliquas avec beaucoup de sagesse en vérité, les préceptes de la vraie foi, nous enseignant à chanter avec foi, espérance et amour au Dieu Un en la Trinité : alléluia!


Ikos 11


O pasteur élu du troupeau du Christ, notre père Jean, tu es pour nous comme le flambeau rayonnant de l'Orthodoxie parmi les ténèbres de l'ignorance. Car même après ton trépas, tu proclames la vérité aux ignorants et instruis ceux cherchent à être guidés et tous ceux qui s'écrient vers toi :

Réjouis-toi, rayonnement de la sagesse divine pour ceux qui sont dans l'ignorance !

Réjouis-toi, arc-en-ciel de joies paisibles pour les humbles !

Réjouis-toi, tonnerre pour les pécheurs invétérés !

Réjouis-toi, éclair du zèle divin !

Réjouis-toi, pluie des dogmes de Dieu !

Réjouis-toi, averse de pensées théologiques !

Réjouis-toi, Saint hiérarque Jean thaumaturge de ces derniers temps !


Kondakion 12


La grâce a été répandue sur nous tous dans ces derniers jours. Voyant cette grâce qui procède d'un saint hiérarque qui marcha jadis parmi nous, recevons-la avec révérence et action de grâce, nous écriant vers Dieu : alléluia!


Ikos 12


Chantant des louanges à Dieu, le chœur céleste des saints se réjouit de ce qu'Il n'ait pas abandonné ce monde déchu et incrédule, mais qu'il ait manifesté Son pouvoir tout-puissant en toi, Son serviteur doux et humble. O bienheureux Jean, avec tous les saints nous te saluons et t'honorons ainsi:

Réjouis-toi, nouvel astre de justice brillant au firmament du paradis !

Réjouis-toi, nouveau prophète qui fut mandé avant le déchaînement final du Malin !

Réjouis-toi, nouveau Jonas qui nous prévient tous en nous annonçant le salaire du péché !

Réjouis-toi, nouveau Baptiste nous entraînant tous vers une vie de prière et de repentance !

Réjouis-toi, nouveau Paul souffrant pour prêcher l'Evangile dans l'esprit de vérité !

Réjouis-toi, nouvel apôtre dont les miracles instillent en nous la foi et la crainte de Dieu !

Réjouis-toi, Saint hiérarque Jean thaumaturge de ces derniers temps !


Kondakion 13


O notre très saint et très admirable hiérarque Jean, consolation de tous les affligés, accepte maintenant notre offrande pieuse, afin que par tes prières à notre Seigneur, nous soit épargné la Géhenne et que par ton intercession agréable à Dieu, nous puissions éternellement nous écrier : alléluia ! alléluia ! alléluia !


Ikos 1

Par la grâce du Dieu Qui toujours Se soucie des hommes, tu fus manifesté ces derniers temps comme un ange dans la chair. Voyant la beauté de tes vertus, nous tes enfants nous nous écrions vers toi :

Réjouis-toi, qui menas ta vie dans la rectitude depuis ta plus tendre enfance !

Réjouis-toi, qui vécus toujours dans la crainte de Dieu et qui accomplis Sa sainte volonté !

Réjouis-toi, qui manifestas la grâce de Dieu dans d'innombrables vertus !

Réjouis-toi, qui entendais mystiquement la prière lointaine de ceux qui étaient en détresse !

Réjouis-toi, qui fus rempli d'amour pour ton prochain et fis tout pour son salut !

Réjouis-toi, qui apportes la joie à tous ceux qui prient vers toi avec foi et amour !

Réjouis-toi, Saint hiérarque Jean thaumaturge de ces derniers temps !


Kondakion 1

Thaumaturge élu et serviteur exemplaire du Christ, tu déverses sur nous des flots d'inspiration et une multitude de miracles, c'est pourquoi nous te louons avec amour en proclamant vers toi : Réjouis-toi, Saint hiérarque Jean thaumaturge de ces derniers temps !

Prière à Saint Jean de Shangaï, Archevêque de Shangaï et de San Francisco


O bien-aimé hiérarque Jean, tandis que tu vivais parmi nous, tu vis en vérité le futur comme s'il s'agissait du présent, les choses éloignées étaient proches pour toi et les cœurs et les esprits étaient comme les tiens propres. Nous savons qu'en cela tu étais illuminé par Dieu avec Qui tu fus toujours en communion mystique de prière et en Qui tu demeures éternellement à présent. Comme tu pouvais entendre les suppliques mentales de ton troupeau dispersé au loin avant même qu'il ne puisse te parler, ainsi, écoute maintenant nos prières et portes-les auprès du Seigneur. Tu as été transféré à la vie sans fin, dans l'autre monde et pourtant tu n'es pas loin de nous en vérité, car le ciel nous est plus proche que nos propres âmes. Montre envers nous qui sommes effrayés et seuls, la même compassion que tu montras un jour aux orphelins tremblants. Donne-nous à nous qui sommes tombés dans le péché, la confusion et le désespoir, le même enseignement strict mais affectueux que tu donnas jadis à ton troupeau élu. En toi nous voyons la ressemblance vivante de notre Créateur, l'esprit vivant de l'Evangile et le fondement de notre foi. Dans la vie pure que tu menas dans notre époque pécheresse, nous voyons un modèle de vertu, une source d'enseignement et d'inspiration. Considérant la grâce qui te fut accordée, nous savons que Dieu n'a pas abandonné Son peuple. C'est plutôt nous qui nous sommes séparés de Lui et nous devons retrouver la ressemblance de la Divinité comme tu le fis toi-même. Par ton intercession, ô bienheureux, accorde-nous d'accroître notre effort pour cheminer vers la céleste patrie, établissant nos penchants vers les choses d'En-Haut, œuvrant dans la prière et la rectitude, combattant enfin les attaques de notre nature déchue. Invoque pour nous la miséricorde de Dieu, afin que nous nous joignions à toi un jour dans Son Royaume. Car notre plus profond désir est de vivre à jamais avec Lui, avec le Père et le Fils et le Saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen !


Version française par Claude Lopez-Ginisty d'après l'Acathiste composé en langue anglaise par le hiéromoine Séraphim (Rose) de bienheureuse mémoire publié in Orthodox Word n°123-124, 1985 Platina, Californie, USA.

 

Texte extrait du blog http://acathistes-et-offices-orthodoxes.blogspot.com

st_john_maximovitch_sanfran_3

Téléchargez le texte de l'Hymne Acathiste à St Jean le Thaumaturge (pdf) en cliquant ici

maximovitch

325576148_fbcaf9445d_b

Posté par fmonvoisin à 20:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Hymne Acathiste à la Mère de Dieu de Pokrov

Num_riser0025__3_

Notre Dame de Protection de Pokrov

L'Icône de protection de la Mère de Dieu de Pokrov

La fête orthodoxe de la "Protection de la Mère de Dieu" a lieu le 1er octobre (le 14, selon le calendrier julien utilisé par les Eglises othodoxes de rite slavon). C’est une fête d’origine russe : elle commémore une apparition de la Mère de Dieu à Constantinople dans l’église des Blachernes, illustre sanctuaire marial et très belle église de la Ville. D’après le Synaxaire (livre de l’historique des fêtes et des mémoires des saints pour chaque jour), la Vierge apparut à André, un Fol-en-Christ d’origine slave qui vivait au 10e siècle, et à son disciple Epiphane. L’empire byzantin était alors menacé.


L'apparition de Marie à André : la fête du Pokrov


L’office de minuit s’achevait aux Blachernes, ils virent la Mère de Dieu de taille élevée, qui s’avançait dans l’église, environnée par un grand cortège de saints et entourée du Précurseur Jean-Baptiste et de Saint Jean l’Evangéliste. La Vierge pria longuement avec des larmes, puis s’avança vers l’autel et là, elle déploya le voile étincelant qui couvrait sa tête et le maintint étendu de ses mains pour en couvrir tout le peuple. Durant un temps assez long, les deux voyants virent le voile briller au dessus de la foule : "Couvre-nous, ô Reine du manteau de la miséricorde, ô Pokrov et défense des hommes, Pokrov et défense des croyants. Par ton secours les rois orthodoxes sont couronnés... (petites vêpres, texte slavon). En ce jour nous célébrons ta lumineuse fête, ô Mère de Dieu, nous les fidèles protégés par ta venue et, contemplant ta vénérable icône, avec tendresse nous disons : couvre-nous de ta sainte protection et délivre-nous de tout mal, priant ton Fils, le Christ notre Dieu, d’accorder à nos âmes le salut (matines, tropaire principal de la fête)." L’apparition des Blachernes aurait eu lieu la nuit du 1er octobre et c’est en souvenir de ce fait que la fête du Pokrov (Voile, Protection) fut instituée en Russie au 12ème siècle.


La fête de l'"Hagia-sképé": une même source


Elle existe aussi en Bulgarie et en Roumanie. L’Eglise de Grèce célèbre cette fête sous le nom de "Hagia Sképè" (Saint Voile, Sainte Protection) et en a reporté la date (en 1952) au 28 octobre, jour de la fête nationale grecque, en reconnaissance pour le secours accordé par la Vierge pendant la Seconde guerre mondiale. L’icône du Pokrov représente la Mère de Dieu debout en orante les bras levés, dans un décor d’église byzantine, et accompagnée par les saints. Deux variantes sont en présence : soit la Vierge elle même déploie largement son voile, soit ce sont deux anges qui étendent le voile sur le peuple. Au dessus du voile étendu, se tient le Christ en buste, à qui s’adresse la prière de sa Mère.

1716104594_880b0587b9_b

Hymne Acathiste à la Mère de Dieu de Pokrov


Kontakion 1

O Toi Qui fus choisie par le Dieu d’avant les siècles, Reine des Cieux et de la terre plus haute que toute la création, Qui jadis est entrée en prière dans l'Église des Blachernes, nous T’offrons avec reconnaissance notre vénération, nous accourons avec foi et avec componction sous la protection de Ton voile lumineux, car nous gisons dans les ténèbres. Toi dont la puissance est irrésistible, délivre-nous de toute affliction afin que nous puissions nous écrier vers Toi : Réjouis-Toi, notre joie, et protège-nous de tous les maux par Ton précieux Voile !

Ikos 1

Les archanges et les Anges, avec Jean le Précurseur, Jean le Divin et le choeur de tous les saints, étaient présents avec Toi, leur Reine, en l'église des Blachernes et, ayant entendu Ta prière de supplication pour le monde entier, ils se sont écriés avec émerveillement:

Rejouis-Toi, O pré-éternelle bonne volonté de Dieu le Père, Qui n'a pas de commencement dans le temps.

Réjouis-Toi, intemporelle et très pure qui a contenu Dieu le Fils.

Réjouis-Toi, habitation choisie de Dieu le Très Saint Esprit.

Réjouis-Toi, sujet d’émerveillement constant des hôtes céleste d’en Haut.

Réjouis-Toi, grande terreur des forces obscures de l'enfer.

Réjouis-Toi, Toi que les chérubins aux yeux innombrables rencontrent dans les airs.

Réjouis-Toi, Toi à Qui les séraphim aux six ailes attribuent des louanges.

Réjouis-Toi, nous qui sommes nés sur cette terre, nous vénérons avec reconnaissance Ton très précieux voile.

Réjouis-Toi, notre joie, et protège-nous de tous les maux par Ton précieux Voile !

Kontakion 2


Saint-André avec Epiphane T’ayant vue apparaître dans l'Eglise et prier Dieu pour tous les chrétiens, T’ont reconnue, Mère du Christ notre Dieu, Qui est monté au Ciel et se prosternant sur le sol, ils vénérèrent avec joie, Ton précieux voile, en s’écriant: Alléluia !

Ikos 2


Toi, ô Vierge Mère de Dieu, Tu es la connaissance inconnaissable pour la défense des orthodoxes. C’est pourquoi, nos ennemis ne savent pas quelle puissance a la prière de la Mère de Dieu: tandis que nous, bien conscients de Ta toute puissante protection, nous crions vers Toi avec un sentiment de tendresse:

Réjouis-Toi, Très miséricordieuse consolatrice de tous ceux qui sont affligés et portent un lourd fardeau.

Réjouis-Toi, Guide acémète de tous ceux qui se sont égarés et qui sont devenus aveugles.

Réjouis-Toi, Qui par Ta supplication apaises rapidement la juste colère de Dieu répandu sur nous.

Réjouis-Toi, Qui par un ordre tout-puissant domptes nos passions mauvaises.

Réjouis-Toi, réveil puissant de nos consciences endormies.

Réjouis-Toi, Qui vaincs facilement nos pratiques pécheresses.

Réjouis-Toi, Toi pour Qui l'enfer gémit et tremblent les esprits du mal.

Réjouis-Toi, grâce à Qui les portes du paradis sont ouvertes à tous.

Réjouis-Toi, notre joie, et protège-nous de tous les maux par Ton précieux Voile !

Kontakion 3


La Puissance d'en Haut abrite ceux qui accourent avec foi et révérence se refugier sous Ta précieuse protection: car à Toi seule, ô très sainte et très pure Mère de Dieu, il est accordé que chacune de Tes prières soit exaucée. C’est pourquoi, les fidèles de tous les temps Te glorifient, Toi et Ton fils, en disant: Alléluia!

Ikos 3


O Souveraine, trésor de miséricorde inépuisable, Tu étends Ta main secourable jusques aux extrémités de la terre, et Tu donnes la guérison aux malades, le soulagement à ceux qui souffrent, la vue aux aveugles, et à tous, tout ce que est opportun pour eux tandis qu’ils disent à haute voix avec reconnaissance:

Réjouis-Toi, indestructible rempart et forteresse des royaumes orthodoxes.

Réjouis-Toi, principal ornement des saintes églises et des autels saints.

Réjouis-Toi, fidèle gardien des saints monastères.

Réjouis-Toi, aide vigilante des vaillants gouverneurs de cité.

Réjouis-Toi, invincible chef des armées chrétiennes et de leurs officiers.

Réjouis-Toi, saint miroir de la justice pour les juges incorruptibles.

Réjouis-Toi, parfaite connaissance des enseignants et de ceux qui élèvent les enfants.

Réjouis-Toi, Bénédiction des foyers et des familles pieuses.

Réjouis-Toi, notre joie, et protège-nous de tous les maux par Ton précieux Voile !


Kontakion 4


O Souveraine, Tu nous aides au sein de la tempête de nombreuses afflictions: car Tu te tiens devant l'autel du Seigneur, en levant les mains et en priant pour que le Seigneur de gloire considère notre indigne prière et écoute les prières de ceux qui invoquent Ton saint Nom, en s’écriant vers Ton Fils: Alléluia!

Ikos 4


Le Seigneur Dieu entendit la prière de Josué, fils de Noun, et il a ordonné au soleil de rester immobile jusqu'à ce qu'il ait défait l'ennemi. Le Seigneur Jésus entend à présent Ta supplication, O habitation choisie de l'Esprit Saint. C’est pourquoi, nous pécheurs, mettant notre confiance en Ta protection, avons l’audace de Te dire à Toi, Mère de Dieu:

Réjouis-Toi, Qui es éclairé par le soleil de l'Esprit et Qui nous éclaires avec la Lumière sans déclin.

Réjouis-Toi, Qui as illuminé le monde entier par l'éclat de ton âme très pure.

Réjouis-Toi, Qui as réjoui tous les cieux par la pureté de ton corps.

Réjouis-Toi, Protectrice et bienfaitrice des saints monastères du Christ.

Réjouis-Toi, Qui es la force et la compréhension des pasteurs de l'Eglise.

Réjouis-Toi, Guide des pieux moines et moniales.

Réjouis-Toi, paisible repos des vieillards dévots.

Réjouis-Toi, joie secrète des vierges pures et des veuves.

Réjouis-Toi, notre joie, et protège-nous de tous les maux par Ton précieux Voile !

Kontakion 5


Lorsque Moïse le théopte, levait ses bras alors que la bataille fait rage avec Amalek, Israël gagnait la bataille et quand il laissait tomber ses mains, Amalek était victorieux, et renforcé par ceux qui soutenait ses bras, Israël a vaincu l'ennemi ; et Toi, ô Mère de Dieu, après avoir levé les mains dans la prière, bien que personne ne les tint en place, Tu as toujours conquis les ennemis du Christ et Tu es un bouclier invincible pour nous qui crions: Alléluia!

Ikos 5


L'assemblée des saints, quand elle Te vit dans l'air à l'intérieur de l'église des Blachernes élevant Tes mains dans la prière à Ton Fils et Ton Dieu, Te chanta un chant d’action de grâce avec les archanges et les anges: alors que nous, nos mains fortifiés par Toi, plus fortes que les bras de Moïse, nous crions avec componction à haute voix:

Réjouis-Toi, dont l'amour et la miséricorde envers nous seuls Te font élever les mains en prière pour nous.

Réjouis-Toi, devant Qui nos ennemis visibles et invisibles, ne peuvent tenir.

Réjouis-Toi, Qui chasses les hordes ténébreuses de nos passions et convoitises.

Réjouis-Toi, Qui tient dans Ta main, sans être consumé, le feu divin du Christ et Qui, avec Lui enflammes notre froideur.

Réjouis-Toi, Qui couronnes avec une belle couronne de chasteté ceux qui luttent contre la chair.

Réjouis-Toi, Qui converse perpétuellement avec ceux qui luttent dans le jeûne et la prière silencieuse.

Réjouis-Toi, prompte consolatrice de ceux qui tombent dans le désespoir et la tristesse.

Réjouis-Toi, Qui, par la grâce, nous donnes l'humilité et la patience.

Réjouis-Toi, notre joie, et protège-nous de tous les maux par Ton précieux Voile !

Kontakion 6


Saint Romain le Mélode, apparut comme le ferme proclamateur de Ta grâce et de Ta miséricorde quand il reçut de Toi dans un rêve un rouleau de papier à avaler; car ensuite rendu sage, il a commencé à chanter avec brio en Ton honneur et à composer les louanges des saints, proclamant avec foi: Alléluia!

Ikos 6


O Vierge, Servante de Dieu, Qui as fait resplendir l'aube du vrai Soleil de Justice, illuminant tous avec la sagesse de Ton Dieu et Ton Fils, Tu conduis à la connaissance de la vérité tous ceux qui crient vers Toi:

Réjouis-Toi, Qui as donné naissance au Christ dans la chair, puissance de Dieu et sagesse de Dieu.

Réjouis-Toi, Qui as confondu les folles sagesses de ce monde, et Qui as guidé ceux qui étaient aveuglés par lui sur le chemin de la vérité.

Réjouis-Toi, Préservation de notre sainte foi et enseignante du dogme orthodoxe.

Réjouis-Toi, déracinement des hérésies impies et des divisions corruptrices.

Réjouis-Toi, Qui connais bien les difficultés secrètes et imprévues et Qui en avertis ceux qui sont concernés par elles.

Réjouis-Toi, Qui fais honte aux faux prophètes et aux vains devins.

Réjouis-Toi, Qui à l'heure de la perplexité, mets une bonne pensée dans nos cœurs.

Réjouis-Toi, Qui nous détournes des projets périlleux et des désirs insensés.

Réjouis-Toi, notre joie, et protège-nous de tous les maux par Ton précieux Voile !

Kontakion 7


Celui Qui voit tout, le Seigneur longanime, désireux de manifester la profondeur insondable de Sa miséricorde et de Son amour pour l'humanité, T’a choisie Toi seulement pour être Sa Mère, et a fait de Toi une invincible défense pour Son peuple, afin que, même si l'un de ses membres semble digne de condamnation par le juste jugement de Dieu, il puisse néanmoins être préservé par le repentir par Ta puissante protection, en disant: Alléluia!

Ikos 7


O Seigneur, Tu as montré par Ta Mère toute pure, combien merveilleuses sont Tes œuvres lorsque Son très merveilleux voile a été révélé dans Sa main plus brillant que les rayons du soleil et, avec lui, Elle a protégé le peuple dans l'Eglise des Blachernes: entendant mentionner un tel signe de Sa défense, à la fois dans la crainte et la joie, tous disent:

Réjouis-Toi, voile non fait de main d’homme qui est étendu au-dessus du monde entier comme la nuée.

Réjouis-Toi, Qui tiens dans Ta main la bannière de Ton Fils, l’évêque pré-éternel.

Réjouis-Toi, Qui as rendu manifeste une nouvelle miséricorde et une nouvelle grâce, dans l'Eglise orthodoxe.

Réjouis-Toi, colonne de nuée qui protège chacun de nous dans ce monde de tentations et de scandales.

Réjouis-Toi, colonne de feu au milieu des ténèbres, qui nous montre à tous le chemin du salut.

Réjouis-Toi, force visible de ceux qui luttent pour la piété.

Réjouis-Toi, donatrice secrète de la compréhension pour les serviteurs secrets de Dieu dans ce monde.

Réjouis-Toi, Qui ne me laisses pas sans Ta grâce et Ta protection, moi qui suis dépourvu de toutes bonnes oeuvres.

Réjouis-Toi, notre joie, et protège-nous de tous les maux par Ton précieux Voile !

Kontakion 8


Les anges chantèrent Ton éloge quand Tu apparus miraculeusement depuis les cieux dans l’église des Blachernes et les apôtres Te rendirent gloire. Le chœur de moines et des saints évêques et la théorie des saintes femmes T’ont célébrée, le Précurseur avec le Divin Jean T’ont vénérée, et les personnes présentes dans l'Eglise, s'écrièrent avec joie: Alléluia!

Ikos 8


Le Seigneur Qui règne sur toutes les choses ici-bas et en Haut, quand Il T’a vue Toi, Sa mère, debout dans l'église, priant vers Lui tendrement Te dit: « Demande, ô ma Mère, parce que je ne dois jamais me détourner de Toi, mais j’exaucerai toutes Tes prières et j’apprendrai à tous à Te chanter avec reconnaissance »:

Réjouis-Toi, Arche de la loi en Qui est conservée la sanctification de l'humanité tout entière.

Réjouis-Toi, très saint vase dans lequel le pain de la vie éternelle est préservé pour ceux qui ont faim de justice.

Réjouis-Toi, vaisseau entièrement doré dans lequel la chair et le sang de l'Agneau divin sont préparés pour nous.

Réjouis-Toi, Qui reçois dans Tes bras tout puissants ceux qui sont abandonnés par les médecins.

Réjouis-Toi, Qui fais se lever de leur lit de douleur, ceux qui sont infirmes dans leur corps, mais non dans l'esprit et la foi.

Réjouis-Toi, Qui donnes une nouvelle et une meilleure compréhension à ceux qui périssent d'une infirmité de l'esprit.

Réjouis-Toi, Qui nous prends en défaut sur la voie têtue du péché et des passions.

Réjouis-Toi, Qui changes en miséricorde la cruauté de nos coeurs impénitents.

Réjouis-Toi, notre joie, et protège-nous de tous les maux par Ton précieux Voile !

Kontakion 9


L'assemblée des anges T’offre des hymnes de louange, à Toi véritable Mère de Dieu et défense de tous ceux qui accourent vers Toi, sachant combien avec Ta protection sans faille, Tu réjouis les justes, Tu protèges les pauvres et Tu pries pour tous les fidèles qui s’écrient: Alléluia!

Ikos 9


Les orateurs verbeux, deviennent muets comme des poissons, et sont incapables de louer comme il se doit, la grande fête de Ta très précieuse Protection, car toutes les choses qu’ils disent à propos de toi ne suffisent pas à énumérer Tes miséricordes infinies. Et nous, voyant Tes bonnes œuvres sans nombre, crions de joie:

Réjouis-Toi, Qui nous gardes de la peste mortelle dans laquelle tous périssent.

Réjouis-Toi, Qui préserves les villes et villages de soudains tremblements de terre.

Réjouis-Toi, Qui de Ton bras puissant nous sauve de l'inondation et de la noyade.

Réjouis-Toi, Qui par la rosée de Tes prières nous délivre de l'embrasement du feu.

Réjouis-Toi, Qui sustentes la faim de l'âme et du corps par le Pain de vie.

Réjouis-Toi, Qui éloignes de nos têtes les coups de foudre et le tonnerre.

Réjouis-Toi, toi Qui nous sauves des attaques des étrangers et des assassins cachés.

Réjouis-Toi, Qui nous gardes dans la paix et l'amour des querelles de famille et des inimitiés de ceux qui sont de notre propre sang.

Réjouis-Toi, notre joie, et protège-nous de tous les maux par Ton précieux Voile !

Kontakion 10


Désireux de sauver l'homme de l'erreur de l'Ennemi, le Seigneur Qui aime l'humanité nous a donné sur terre Sa Mère pour être notre aide, notre protection et notre défense, pour que Tu sois la consolatrice de ceux qui sont dans l’affliction, la joie des affligés, la Défense de ceux qui sont blessés, et pour tous nous relever des profondeurs du péché, afin de chanter: Alléluia!

Ikos 10

« O Roi des cieux », dit la très pure Reine dans Sa prière, tandis qu’Elle se tenait avec les anges, « Accepte que tout homme en prière vers Toi et demandant en mon nom d’obtenir de l'aide, ne s’éloigne pas de moi les mains vides et sans avoir été entendu». Entendant cette très belle prière, l’assemblée des saints s’écria en action de grâce:

Réjouis-Toi, Qui couronnes de fruits bénis le fermier dont la main et le cœur sont purs.

Réjouis-Toi, secours et juste récompense de tous ceux qui commercent honnêtement.

Réjouis-Toi, Reproche devant toutes les nations de ceux qui gardent pas leur serment et dont les gains sont injustes.

Réjouis-Toi, aide inattendue de ceux qui sont dans la détresse en voyageant sur terre et sur l'eau.

Réjouis-Toi, Qui rends joyeux avec les fruits de la foi et de l'esprit les couples sans enfants.


Réjouis-Toi, invisible préceptrice des orphelins de mère.

Réjouis-Toi, ferme défense de ceux qui sont dans la captivité et l'exil.

Réjouis-Toi, gardienne vigilante de ceux qui sont dans les fers et la prison.

Réjouis-Toi, notre joie, et protège-nous de tous les maux par Ton précieux Voile !

Kontakion 11


A l’écoute de notre chant très émouvant et vaquant à Ta prière pour nous, nous Te supplions Ô Vierge Mère de Dieu, ne Te détourne pas de la voix de Tes serviteurs car nous accourons vers Toi dans les attaques et l’affliction et dans notre détresse, nous versons nos larmes devant toi, en nous écriant: Alléluia!

Ikos 11


Te voyant dans l'air à l'intérieur de l'Eglise des Blachernes brûlant comme un cierge allumé, je m’exclamai avec une multitude de personnes présentes: comment se fait-il que la Mère de mon Seigneur vienne à moi? Et Saint-André avec Epiphane pria chaleureusement vers Toi, criant:

Réjouis-Toi, abondante donatrice des dons spirituels et corporels.

Réjouis-Toi, véritable avocat des pécheurs qui ont commencé à se repentir.

Réjouis-Toi, Victoire perpétuelle de ceux qui se battent avec les passions et les desseins de l'ennemi.

Réjouis-Toi, invisible dompteur des maîtres cruels et bestiaux.

Réjouis-Toi, repos et consolation secrète des serviteurs humbles et souffrants.

Réjouis-Toi, accomplissement recherché des épousailles bénies.

Réjouis-Toi, délivrance rapide et indolore des mères à l'accouchement.

Réjouis-Toi, notre seule aide à l'heure de la mort.

Réjouis-Toi, notre joie, et protège-nous de tous les maux par Ton précieux Voile !

Kontakion 12


Demande à Ton Fils, de nous donner la grâce divine; étends vers nous Ta main secourable; éloigne de nous tout ennemi et adversaire, et donne à nos vies la paix afin que nous ne périssions pas dans la douleur, sans repentance, mais accepte-nous, ô notre protectrice, dans les demeures éternelles, afin que nous réjouissant, nous puissions nous écrier vers Toi: Alléluia!

Ikos 12


Chantant les louanges de Ta puissante protection, nous Te saluons, Toi Qui es pour nous tous notre ferme défense, et nous Te vénérons Toi Qui pries pour nous: car nous croyons et nous sommes confiants que Tu demandes à Ton Fils et Ton Dieu de bonnes choses éternelles et temporelles pour tous ceux qui s’écrient vers Toi avec amour:

Réjouis-Toi, défense ferme de l'ensemble de la terre habitée.

Réjouis-Toi, sanctification de tous les éléments terrestres et célestes.

Réjouis-Toi, bénédiction de toutes les saisons de l'année.

Réjouis-Toi, Qui conquis tous les assauts et les tentations qui viennent du monde, la chair et le diable.

Réjouis-Toi, réconciliation inespérée de ceux qui sont à couteaux tirés.

Réjouis-Toi, amendement sans qu’ils le sachent des pécheurs impénitents.

Réjouis-Toi, Qui ne Te détournes pas de ceux qui sont méprisés et abandonnés de tous.

Réjouis-Toi, Qui retires de la fosse de destruction ceux qui désespèrent totalement.

Réjouis-Toi, notre joie, et protège-nous de tous les maux par Ton précieux Voile !

Kontakion 13

O Mère très louée, très pure Souveraine, Vierge, Mère de Dieu, vers Toi, je lève les yeux de mon âme et de mon corps; vers Toi, j’étends mes mains devenues faibles et je crie du fond de mon cœur: abaisse Ton regard sur la foi et l'humilité de mon âme, et abrite-moi sous Ta protection toute puissante, afin que je puisse être sauvé de toutes attaques et détresses, et qu’à l'heure de ma mort, Tu sois près de moi, ô Toi toute bénie, et que Tu me délivres des tourments préparés pour moi à cause de mes péchés, afin que Te vénérant, je puisse m’écrier à jamais : Alléluia! Alléluia, Alléluia! [ Ce kondakion est dit 3 fois]

Ikos 1

Les archanges et les Anges, avec Jean le Précurseur, Jean le Divin et le choeur de tous les saints, étaient présents avec Toi, leur Reine, en l'église des Blachernes et, ayant entendu Ta prière de supplication pour le monde entier, ils se sont écriés avec émerveillement:

Rejouis-Toi, O pré-éternelle bonne volonté de Dieu le Père, Qui n'a pas de commencement dans le temps.

Réjouis-Toi, intemporelle et très pure qui a contenu Dieu le Fils.

Réjouis-Toi, habitation choisie de Dieu le Très Saint Esprit.

Réjouis-Toi, sujet d’émerveillement constant des hôtes céleste d’en Haut.

Réjouis-Toi, grande terreur des forces obscures de l'enfer.

Réjouis-Toi, Toi que les chérubins aux yeux innombrables rencontrent dans les airs.

Réjouis-Toi, Toi à Qui les séraphim aux six ailes attribuent des louanges.

Réjouis-Toi, nous qui sommes nés sur cette terre, nous vénérons avec reconnaissance Ton très précieux voile.

Réjouis-Toi, notre joie, et protège-nous de tous les maux par Ton précieux Voile !

Kontakion 1

O Toi Qui fus choisie par le Dieu d’avant les siècles, Reine des Cieux et de la terre plus haute que toute la création, Qui jadis est entrée en prière dans l'Église des Blachernes, nous T’offrons avec reconnaissance notre vénération, nous accourons avec foi et avec componction sous la protection de Ton voile lumineux, car nous gisons dans les ténèbres. Toi dont la puissance est irrésistible, délivre-nous de toute affliction afin que nous puissions nous écrier vers Toi : Réjouis-Toi, notre joie, et protège-nous de tous les maux par Ton précieux Voile !

Première prière



O toute-sainte Vierge, Mère du Seigneur des armées d’en haut, Reine du Ciel et de la terre et toute puissante défense de notre pays, accepte de nous Tes indignes serviteurs ce chant de louange et de remerciement et élève notre prière jusques au trône de Ton Dieu et de Ton Fils, afin qu'Il soit miséricordieux envers notre iniquité, et Qu’Il étende Sa grâce à ceux qui honorent Ton nom et vénèrent avec foi et amour Ton icône thaumaturge. Car nous ne serions pas dignes d'être pardonnés par Lui, O Souveraine , si Tu ne L’avais rendu miséricordieux envers nous. Car toutes choses avec Lui sont possibles par Toi. Nous accourons vers Toi, car Tu es notre protectrice rapide et incontestable. Écoute-nous Qui Te prions: étends sur nous Ton voile tout puissant et demande à Ton Dieu et à Ton Fils : le zèle et la vigilance pour les pasteurs, la sagesse et la force pour les âmes de ceux qui gouvernent nos villes, la justice et l'impartialité pour nos juges, la compréhension et l'humilité pour nos dirigeants, l'amour et la concorde pour les époux, l'obéissance pour nos enfants, la patience pour ceux qui ont été offensés, la crainte de Dieu pour ceux qui offensent, la vaillance pour les affligés, la retenue pour ceux qui se réjouissent, et pour nous tous l’esprit de compréhension et de piété, l'esprit de miséricorde et de douceur, l'esprit de chasteté et de vérité. Oui, ô Très sainte Vierge, sois miséricordieuse envers Ton peuple qui est faible: rassemble les dispersés, guide sur le droit chemin ceux qui se sont égarés, défends les vieillards, rends purs les jeunes gens, éleve les enfants et abaisse Ton regard sur nous tous, avec Ta protection miséricordieuse. Relève-nous de la profondeur du péché et illumine les yeux de notre cœur, afin qu’ils voient le salut. Aie pitié de nous, ici-bas et au Ciel, au cours de notre errance dans le pays de cette terre, et au Jugement Dernier de Ton fils, et fais que nos pères et frères qui ont quitté cette vie, vivent la vie éternelle avec les anges et tous les saints. Car Toi, ô Vierge, Tu es la gloire de ceux qui sont dans les cieux et la confiance de ceux qui sont sur terre. Après Dieu, Tu es l'espoir et la défense de tous ceux qui accourent vers Toi avec foi. Nous prions vers Toi, notre espérance et notre défense toute puissante, et nous nous confions les uns les autres à Toi, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen!

Deuxième prière



O ma Reine très bénie, ma toute sainte espérance, refuge des orphelins et Défense de l'étranger, assistance des personnes dans la pauvreté, protection des malades, vois ma détresse, vois mon affliction. De tous côtés, je suis tenu par la tentation, et il n’est personne pour me défendre. Aide-moi alors, car je suis faible, nourris-moi car je suis un pèlerin, guide-moi car je me suis égaré, guéris-moi et sauve-moi car je suis étendu sans espoir. Car je n'ai pas d'autre secours, ni d’avocat, ni de consolatrice, si ce n’est Toi, O Mère de tous les affligés et de tous ceux qui portent un lourd fardeau. Alors abaisse les yeux sur moi, pécheur qui gis dans son lit de malade, et protège-moi avec Ton saint voile, afin que je sois délivré de tous les maux qui m’entourent et que je puisse à jamais louer Ton nom que chantent tous les êtres humains. Amen !


Version française Claude Lopez-Ginisty

 

Texte extrait du blog http://acathistes-et-offices-orthodoxes.blogspot.com

Pokrofa_002_1_

Téléchargez le texte de l'Hymne Acathiste à ND de Pokrov (pdf) en cliquant ici

pokrov

protectress

Posté par fmonvoisin à 20:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,