29 mai 2022

Le Mois de Marie, reine de France

 

Le Mois de Marie, reine de France

 

il_1140xN

 

Trentième jour

Les vertus de Marie

 

Quoique Marie fût toujours au dedans unie à Dieu par une continuelle contemplation, qui l'élevait au-dessus d'elle-même, elle n'en était pas moins occupée au dehors à régler, par des actions judicieuses et saintes, toute sa conduite et à remplir tous ses devoirs. Mais elle les remplissait avec une humilité si profonde, avec une dévotion si tendre, avec une foi si vive, avec une confiance si parfaite, avec un amour si ardent et avec des intentions si pures et si saintes, que ses plus petites actions avaient plus de prix devant Dieu que celles de tous les Saints.

Par son humilité elle mérita d'être élevée à la dignité de Mère de Dieu. Humilité si sincère que, au moment où l'Ange lui annonça qu'elle était pleine de grâce et qu'elle serait Mère de Jésus, elle se reconnut si indigne de cette élévation, qu'elle se croyait à peine digne d'être la plus petite des servantes de Dieu. Humilité si grande, qu'elle ne recevait qu'en tremblant les grâces de Dieu, et que jamais elle n'osa demander aucune lumière, ni connaissance, ni faveur, que selon les desseins et l'ordre de Dieu.

Sa foi fut si vive et si soumise, que quoi qu'elle eût l'intelligence des mystères, elle n'osa jamais en raisonner, ni les pénétrer plus avant que Dieu ne l'ordonnait. Elle avait pour tout ce qui était consacré à Dieu et pour tout ce qui regardait son culte, un souverain respect. Elle n'entrait jamais dans le Temple qu'avec un saint tremblement, pour s'y anéantir devant la Majesté du Très-Haut. Dans ses prières, elle s'offrait à Dieu avec toutes ses puissances, en lui consacrant tout ce qui dépendait d'elle. Elle demandait à Dieu, par Jésus-Christ son Fils, ses faveurs et sa miséricorde pour les autres : mais pour elle, se reconnaissant indigne d'aucune grâce, elle demandait seulement à Dieu, qu'il daignât accomplir sur elle ses desseins toujours adorables.

Lorsqu'elle entendait la divine parole (fût-ce dans les termes les plus simples) c'était toujours dans un esprit de foi, imprimant de plus en plus dans son cœur ce qu'elle entendait, avec un désir infini d'en accomplir jusqu'aux moindres points.

Animée de cette foi, la plus parfaite qui ait jamais été, elle ne regardait que Dieu dans toutes les créatures, surtout dans ceux qui étaient revêtus du sacré caractère. Dans tous les différents événements de la vie, heureux ou fâcheux, elle rapportait tout à Dieu, adorant dans tout ce qui arrivait, la sagesse et l'équité de ses divins conseils.

Sa confiance en Dieu fut si ferme que, dans les plus rudes épreuves où elle a passé et dans les plus fâcheuses contradictions, son courage fut toujours inébranlable et son cœur toujours uni et soumis à Dieu, attendant tout de Lui seul.

Son amour pour Dieu a été si ardent, qu'elle seule la plus aimé que tous les Saints ensemble. Elle a éprouvé pendant la vie des peines incroyables ; mais la plus sensible était de voir que Dieu n'était pas aimé, qu'il était inconnu et offensé ; de sorte que sa vie (malgré la paix dont jouissait son âme sainte) a été une vie de larmes et de gémissements, et qu'elle aurait souffert mille fois la mort pour empêcher un seul péché véniel.

On ne peut comprendre jusqu'où elle a porté l'esprit de pénitence. Lorsqu'elle considérait les humiliations et les souffrances auxquelles Jésus-Christ son fils s'était livré pour expier les péchés du monde, elle aurait voulu se placer au dessous du néant, se livrant au mépris d'elle-même, aux pleurs et à la douleur la plus amère. Et loin de demander la fin de ses travaux et de ses peines, elle s'y offrait de tout son cœur ; s'unissant, comme une victime d'expiation, à Jésus-Christ souffrant.

Sa patience a été la plus courageuse : comme elle a été la plus conforme à Jésus-Christ, elle a aussi eu le plus de part à sa croix ! Car après Jésus, personne n'a jamais été plus affligé ni plus persécuté que Marie. Le souvenir de la patience admirable avec laquelle son Fils, cette innocente Victime, avait enduré, sans se plaindre, les tourments de sa Passion, faisait dans Marie une impression si vive, qu'elle embrassait avec ardeur toutes les occasions de souffrir, et qu'elle désirait d'endurer tous les maux imaginables. (Anonyme).

 

CHAMPAIGNE Ph

 

Louis XIII et l'Immaculée Conception

 

Lettre de Louis XIII au Pape Urbain VIII

 

Très Sainct-Père, bien que nous sachions que vostre Saincteté n'est que portée de soy à ce qui est de la piété et de la vénération des saincts et surtout de la glorieuse Vierge, nous avons cru estre de nostre debvoir de luy tesmoigner ce qui est nostre dévotion envers la Mère de Dieu, sinon en procurant une dernière décision de son Immaculée Conception, remettant cela à sa prudence et à ce que le Sainct-Esprit luy dictera debvoir estre cru en son Église ; du moins en suppliant Vostre Saincteté de toute l'étendue de nostre affecțion, d'ordonner que par toute la chrestienté sa feste, soubz le titre de l'Immaculée Conception, soit solemnisée ; elle est déjà célébrée par tout nostre royaume.

 

Signé : Louis.

 

À la suite de cette lettre, la Semaine catholique de Toulouse publie la note suivante : Cette lettre fut remise au Pape Urbain VIII par l'ambassadeur de France à Rome. Elle est datée du 24 novembre 1624. C'était l'année d'après la promotion de ce Pape au souverain pontificat. Un écrivain de Toulouse très estimé, qui veut bien nous honorer de sa bienveillance, a découvert ce document aux Vieilles archives de la guerre (tome XII, pièce 83), et a daigne nous la communiquer. Le bon roi Louis XIII ne fut pas exaucé. Le pape Urbain VIII, en fixant le calendrier ecclésiastique, ne jugea pas à propos de mettre au rang des fêtes chômées celle de l'Immaculée Conception.

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 


28 mai 2022

Le Mois de Marie, reine de France

 

Le Mois de Marie, reine de France

 

439_001

 

Vingt-neuvième jour

L'intérieur de Marie

 

Emprunté à un auteur inconnu

 

Comme Jésus-Christ a été le parfait et le digne adorateur de Dieu son Père ; aussi Marie a été la plus parfaite adoratrice et la plus digne imitatrice de son Fils. Elle est donc celle de toutes les pures créatures qui a honoré Dieu le plus parfaitement.

Tant qu'elle a vécu sur la terre, elle n'eut jamais la plus légère attache à aucune créature. Son cœur se porta toujours à Dieu avec toute l'ardeur dont elle était capable, sans que rien au monde pût jamais affaiblir la tendresse de son amour : aimant toutes les créatures ; mais ne les aimant qu'en Dieu et pour Dieu.

Son âme sainte, unie au Cœur de Jésus, était comme un temple sacré, où résidait son Dieu, et où elle le contemplait et l'adorait sans cesse. Reconnaissant sa bassesse et son néant, elle se croyait incapable de glorifier dignement cette suprême Majesté ; et dans cet humble aveu de son incapacité, elle le conjurait de daigner lui même s'y louer et s'y glorifier par Jésus-Christ son Fils.

Jamais elle ne détourna son esprit et son cœur de la présence et du sentiment de son Dieu. Quand elle portait son esprit vers cet Être éternel, son âme y demeurait attachée par une contemplation et un amour, qui passent tous les efforts et les expressions de l'esprit humain.

N'étant point assujettie aux impressions des sens, elle recevait la céleste parole et les inspirations divines avec une si abondante plénitude que son âme, dépouillée des sentiments humains, se perdait, pour ainsi dire, dans le sein de la Divinité, et n'était plus qu'un même esprit avec Dieu.

Tout l'intérieur de son âme était donc comme divinisé ; et qui aurait pu voir cette âme pure, y aurait vu la Divinité y habiter comme sur un trône de sainteté. Oh ! qui pourrait dire combien de secrets divins et de mystères profonds lui furent révélés dans ces extases si sublimes, et quels délices elle y éprouva ? Quand on pourrait réunir tout ce qu'il peut y avoir de lumières, de plaisirs et de charmes dans le monde ; tout cela en comparaison de ce que Marie éprouvait, ne serait que ténèbres et qu'amertume.

Exempte du péché originel dès le premier instant de sa conception, elle n'éprouva jamais, comme nous, la rébellion d'aucune passion. Ce privilège était dû à sa dignité et réservé à elle seule. Il n'était pas juste que celle qui devait être la Mère de Dieu, fut un seul instant l'esclave du démon ; ni que le temple que la Sainteté et la Sagesse éternelle s'était choisi, fût jamais souillé de la plus légère tache ; ni enfin que celle qui devait écraser la tête du serpent et détruire le règne de Satan, fût un seul moment infectée de son venin, et soumise à son empire. (Anonyme).

 

La Flèche

 

Notre Dame à la Flèche

 

Dans une partie de l'Anjou qui, aujourd'hui, fait partie du diocèse du Mans, à l'entrée d'un pont jeté sur le Loir, s'élevait jadis une modeste chapelle nommée Notre Dame du Chef du Pont. De nombreux miracles attirèrent en ce lieu d'abord des pèlerins, puis des habitants. Telle est l'origine de la ville de la Flèche. Le vieux sanctuaire de Marie est aujourd'hui une chapelle latérale de l'ancienne église des Carmes.

Au commencement du XVIIe siècle, Henri IV établit à la Flèche un collège de Jésuites et il leur fit don d'une statuette, haute d'environ dix pouces, qui représentait la Vierge portant le divin Enfant sur le bras gauche et un sceptre dans la main droite. Quatre congrégations de la sainte Vierge furent établies dans le collège et embrassèrent toutes les classes de la société : l’une, de la Conception, pour les externes ; l'autre, de l'Assomption, pour les internes ; la troisième, de la Purification, pour les notables ; la quatrième, de la Nativité, pour les ouvriers et les marchands. Puis, les Pères ajoutèrent à l'oratoire de Saint Barthélemy un nouveau sanctuaire où ils placèrent une statue de la sainte Vierge, sous le nom de Notre Dame des Vertus. Ce pèlerinage est encore florissant.

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

27 mai 2022

Le Mois de Marie, reine de France

Le Mois de Marie, reine de France

 

Arche d'Alliance Temple

 

Vingt-huitième jour

L'Arche dans le Temple

 

Au Temple, la place de l'arche était dans le saint des saints où le grand prêtre seul pouvait pénétrer.

Au Ciel, la place de Marie est à la droite du Saint des saints, auprès de son Fils, le prêtre éternel : car au jour du sacrifice, elle se tint debout auprès de la croix.

Enfin, comme l'arche d'alliance, l'Église a sa place marquée dans le saint des saints ; au ciel, dont le Temple fut l'image, elle environnera Jésus, son divin chef et le véritable Saint des saints.

Et vous, âme fidèle, montez, montez encore, élevez-vous de vertus en vertus ; votre place est au ciel, près de Jésus, le Saint des saints, près de Marie, la reine des saints : car il sera donné au vainqueur de s'asseoir dans le trône même du Roi de gloire : Qui vicerit, dabo ei sedere mecum in throno meo (Ap. 3, 21).

 

Béhuard 2a-001

 

Notre Dame de Béhuard

 

Le canton de Saint Georges possède Notre Dame de Béhuard bâtie par Louis XI sur la pointe d'un rocher, dans une petite île au milieu de la Loire, à deux lieues d'Angers. Dès les premiers siècles, il y eut là un ermitage avec une chapelle de la Vierge. C'était le rendez-vous des pèlerins de la contrée. Louis XI, encore dauphin, traversait un jour la Charente, près de Ruffec, avec le roi son père, son oncle Charles, comte du Maine, et Louis de Valory. Le bateau chavira et les quatre passagers tombèrent dans la rivière dont le courant à cet endroit est très fort. Louis invoqua Notre Dame de Béhuard, et tous les quatre furent jetés sur la rive. Louis XI partagea les témoignages de sa reconnaissance entre Béhuart en Anjou et Cléry dans l'Orléanais : il fit construire une belle église à Béhuard et releva celle de Cléry.

 

Notre Dame de Pontron

 

À Pontron, dans la paroisse de Louroux, il y avait autrefois un sanctuaire dédié à Marie et célèbre dans la contrée. Les seigneurs angevins qui se rendirent à la croisade prêchée par saint Bernard, vinrent se mettre sous la protection de Notre Dame de Pontron et ils la prièrent de bénir leurs drapeaux et leurs armes.

 

Notre Dame du Marillais

 

À un kilomètre de l'église de Saint Florent s'élève Notre Dame du Marillais, une des plus grandes et des plus belles chapelles de France. On dit qu'en ce lieu Charlemagne remporta une grande victoire et qu'il l'attribua au secours de Marie, disant : « Marie est là ». De l'inscription latine : Maria illic est, le peuple aurait fait par altération : Marillais. On donne aussi d'autres étymologies. Jadis ce pèlerinage était très célèbre ; on y venait de l'Allemagne même et d'Angleterre. Le 8 septembre, l'affluence était si considérable qu'il fallait plus de cent bœufs pour nourrir la multitude.

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

26 mai 2022

Le Mois de Marie, reine de France

 

Le Mois de Marie, reine de France

 

Mary+Ark+of+the+Covenant+Monstrance

 

Vingt-septième jour

L'Arche et les bénédictions

 

2 Rois 6, 10-12

 

Dans la demeure du vertueux Obédédom, l'arche devient une source de bénédictions.

Présente dans un cœur, dans une maison, dans une famille, dans une cité, par les honneurs qu'on lui rend, par les prières qu'on lui adresse, Marie ne cesse d'y répandre le bonheur.

Heureuses les nations, heureuses les familles qui, respectueuses et dociles, reçoivent avec reconnaissance l'enseignement et la direction de l'Église infaillible et immaculée. Dieu les bénira, comme il bénit le vertueux enfant d'Israël qui reçut l'arche dans sa maison.

Heureuses les cités, heureuses les familles qui possèdent dans leur sein un chrétien fidèle et fervent ! S'il y est traité avec le respect que mérite sa vertu, il est pour la famille et pour la cité tout entière une bénédiction continue.

 

Loches 2a

 

La Ceinture de la sainte Vierge à Loches (1)

 

L'antique collégiale de Notre Dame du château de Loches, construite par le Comte d'Anjou, Geoffroy Grisegonelle, et reconstruite presque en entier en 1160 par Thomas Pactius, prieur du Chapitre, est devenue l'église paroissiale de Saint Ours depuis 1802.

L'on y conserve une Ceinture de la sainte Vierge, donnée par le comte Geoffroy, à son église du Château. La tradition et les archives de l'ancien Chapitre de Notre Dame s'accordent à dire que cette insigne relique avait été envoyée de Constantinople à l'Empereur Charles le Chauve, mort en 877 (d'autres disent à Charlemagne), et que depuis sa translation en France jusqu'à l'année 978 (996, selon d'autres), elle fut gardée avec honneur dans la chapelle royale.

Or, Geoffroy Grisegonelle ayant accepté de combattre seul à seul contre un prince allemand qui disputait au roi de France ses droits à la couronne la reine envoya au Comte d'Anjou, comme sauvegarde, la Ceinture de la sainte Vierge, conservée dans la chapelle de son palais. Elle lui recommanda de la porter sur lui pendant le combat, l'assurant que la Vierge Marie, à qui avait appartenu cette Ceinture, lui ferait remporter la victoire. C'est ce qui arriva.

Le roi et la reine, après la victoire de Geoffroy qui leur assurait la tranquille possession du trône, lui firent don de la précieuse relique, qu'il se hâta de déposer dans son église du Château de Loches. Depuis ce moment, la sainte relique y fut l'objet de la vénération universelle. L'histoire de la Collégiale nous a conservé les noms des rois et des princes de sang royal qui vinrent la vénérer. Philippe-Auguste, saint Louis, Philippe le Bel, Jean II, Charles VII, Louis XI, Louis XII et la reine Anne de Bretagne, François Ier et Charles-Quint, Henri II et Catherine de Médicis, Charles IX, Henri III, le petit fils de Louis XIV, Philippe V, se rendant en Espagne pour y prendre possession du trône, vinrent à l'église collégiale, et usèrent du droit que leur donnait leur naissance pour faire exposer à leur vénération la Ceinture de la Mère de Dieu. Chaque année on l'exposait à la vénération publique le 3 mai et le 15 août ; ces jours là le peuple chrétien affluait à l'Église collégiale, et l'on voyait souvent dans ses rangs des personnes illustres par leur naissance ou leur sainteté, telle que la Bienheureuse Jeanne de Maillé. Le reste de l'année, la Ceinture était soigneusement enfermée dans une armoire à double porte, garnie de fer et munie de cinq serrures.

La Ceinture de la sainte Vierge est d'un tissu très fin, de couleur noisette, dont la matière est vraisemblablement du lin. Elle a 2 mètres 10 c. de long, et à peu près 3 centimètres de large. On la conservait avant la Révolution dans un riche reliquaire de vermeil, fait sur le modèle de l'église du Saint Sépulcre de Jérusalem. Elle reposait sur une agathe d'une rare beauté, enrichie de pierres précieuses et d'or.

Quand les révolutionnaires vinrent piller l'église collégiale, le riche reliquaire qui renfermait la Ceinture tenta leur cupidité ; ils le volèrent donc ; mais la sainte relique fut sauvée de leurs mains sacrilèges par M. l'abbé Pierre-René Leduc.

En 1803, elle fut rapportée à l'église du Château et reconnue solennellement, le 7 août, par les anciens chanoines et chapelains de la Collégiale. En 1834, Mgr de Montblanc, archevêque de Tours, permit de l'exposer, comme par le passé à la vénération des fidèles. Elle est maintenant déposée sur un coussin de drap d'or, auquel elle a été solidement fixée par des attaches portant le sceau archiépiscopal, et renfermée dans une chasse de bronze doré, représentant une église gothique.

Le culte de cette Ceinture s'est conservé à Loches, et y attire une nombreuse affluence aux jours consacrés à ses fêtes. Il a donné lieu à un usage qui remonte à une grande antiquité : celui de faire bénir et toucher à la relique des rubans qu'on porte avec confiance dans la protection de la sainte Vierge. Les jeunes filles aiment à porter ces rubans le jour de leur première communion et de leur mariage. Il existe dans plusieurs anciennes familles lochoises de ces rubans qui ont plus de deux cents ans d'existence.

 

(1) Les dimensions de la Ceinture de Loches. (3 centimètres seulement de largeur) permettent de penser que le Comte d'Anjou aura réservé la partie principale pour l'Anjou et qu'il n'aura détaché qu'une bande assez étroite de la précieuse relique pour l'église de son château de Loches.

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

25 mai 2022

Le Mois de Marie, reine de France

Le Mois de Marie, reine de France

 

Immaculée Franciscaine-001

 

Vingt-sixième jour

L'Arche, les Béthsamites et Oza

 

Les Béthsamites jettent sur l'arche un regard indiscret, ils sont frappés de mort (1 R. 6, 19) ; Oza porte sur elle une main téméraire , il est frappé de mort. (2 R. 6, 7).

Ne cherchez pas à scruter les mystères accomplis en Marie. Défendez sa gloire assurément : elle est votre Mère, elle est votre reine ; mais ne cherchez pas à l'expliquer : elle est le chef-d'œuvre de la sagesse et de la puissance de Dieu. Or, il est écrit : « Celui qui scrute la majesté, sera écrasé par la gloire de cette majesté suprême ». Qui scrutator est majestatis, opprimetur a gloria.

Malheur aux Béthsamites ! Malheur à Oza ! Ne regardez pas, ne touchez pas.

Ne regardez pas : dispensez-vous de surveiller et d'examiner l'enseignement de l'Église ou son gouvernement. Vous n'en avez pas le droit.

Ne touchez pas : je ne dis pas pour frapper, je dis même pour protéger. Sages et puissants du siècle, lisez l'histoire. Elle vous dira quel fut le sort des rois, des magistrats, des ministres, des conseils et des assemblées qui osèrent soumettre à leur examen, à leur placet, les actes de l'Église, les bulles et les décrets de ses Pontifes, ou porter la main soit sur les personnes, soit même sur les choses qui lui appartiennent. Protégez, c'est votre devoir, mais sans toucher.

 

Le Puy Notre Dame 2a

 

Le Puy Notre Dame

 

En 996 le roi Robert, fils de Hugues Capet, vit sa couronne menacée par un seigneur puissant, nommé Berthold. C'était un géant très redouté en raison de sa for ce extraordinaire. La reine Constance invita Geoffroy Grisegonelle, comte d'Anjou, à combattre ce guerrier, et, pour exciter sa confiance, elle lui remit une ceinture de la sainte Vierge qui avait été jadis envoyée de Constantinople à Charlemagne. Muni de cette ceinture, Geoffroy s'avança contre Berthold comme autrefois David contre Goliath, il tua le géant et mit son armée en déroute. Pour toute récompense, il demande la précieuse ceinture qu'on lui avait prêtée pour le combat. Cette ceinture est tissue de laine couleur gris de lin, avec de petits filets de soie.

Vers le onzième siècle Guillaume VI, duc d'Aquitaine, bâtit au Puy Notre Dame, dans le canton de Montreuil, une église en l'honneur de la sainte Vierge avec un monastère où il établit des religieux de saint Benoît pour y conserver la ceinture de la Mère de Dieu. L'éclat des miracles opérés en ce sanctuaire lui donna une grande célébrité.

En 1240 saint Louis y vint avec ses frères et toute sa cour. Louis XI fit souvent ce pèlerinage. On y vit aussi Charles VIII et Louis XIII.

Lors de sa première grossesse, Anne d'Autriche fit chanter neuf messes au Puy Notre Dame, et la ceinture lui fut apportée par deux chanoines. La reine redemanda la sainte relique le 7 août 1638, elle en était revêtue lorsque le 5 septembre elle mit au monde un fils que, par reconnaissance elle appela Dieudonné, et que la France nomma plus tard Louis le Grand. Deux ans après, au mois de septembre 1640, elle réclama encore la ceinture, et s'en étant revêtue elle donna le jour à un second fils qui fut Philippe, duc d'Orléans. En 1542 elle se rendit elle-même au Puy Notre Dame avec le Dauphin et le présentant au chanoine qui, la première fois, lui avait apporté la relique, elle lui dit : « Messire Christophe, voici un des fruits de votre ceinture ».

À l'époque de la Révolution l'église fut dévastée. Un homme du pays, nommé Guillon, se mêla aux pillards comme pour prendre part au butin et il déroba la sainte relique pour la sauver. La tourmente passée, il la remit au curé.

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 


24 mai 2022

Le Mois de Marie, reine de France

 

Le Mois de Marie, reine de France

 

Book_of_Exodus_Chapter_26-4_(Bible_Illustrations_by_Sweet_Media)

 

Vingt-cinquième jour

L'Arche chez les Philistins

 

1 Rois 4, 5, 6

 

Portée par des mains indignes, l'arche, un jour, fut prise par les Philistins ; mais à son approche les idoles tombèrent, et les infidèles furent frappés d'une affreuse maladie. Ainsi, reine toujours invincible, Marie domine au milieu de ses ennemis : Dominare in medio inimicorum tuorum.

Invoquez Marie, elle renversera dans votre intelligence l'idole du préjugé, dans votre cœur l'idole de la passion.

Malheur au prêtre indigne ! Par lui l'Église est livrée aux puissances impies. Mais il partagera le sort des fils coupables du grand prêtre Élie.

Malheur aux Philistins, malheur aux impies, surtout à l'instant où, croyant triompher, ils semblent tenir l'Église sous leur empire. L'Église est née pour dominer. Libre et souveraine, partout, fût-elle captive et enchaînée, il faut qu'elle règne et qu'elle triomphe. Sa présence seule renverse et brise les idoles que le monde adore. Ni l'or, ni le fer, ni l'opulence, ni la force ne peuvent tenir devant elle. Car elle aussi, elle est la force, mais la force spirituelle, et cette force l'emporte autant sur la force du monde que l'esprit l'emporte sur la matière.

Soyez ferme, chrétien, et ne tremblez pas. Fussiez-vous environné par les impies et par les libertins : devant vous tomberont brisées les idoles qu'ils adorent.

 

Cunault 2

 

Notre Dame de Cunault

 

Le canton de Gennes offre à l'admiration des pèlerins l'église de Notre Dame de Cunault. Ce nom vient du mot latin cunæ, berceau, parce que dans ce sanctuaire on honore Enfant Jésus au berceau et allaité par sa Mère. La tradition attribue la fondation de cette église au roi Dagobert (630). On y conservait l'anneau que saint Joseph mit au doigt de la sainte Vierge lors de la cérémonie de son mariage. Cet anneau était d'un or très pur et enrichi d'une pierre précieuse qu'on croyait être une améthyste bleue très fine.

Cunault possédait aussi une fiole de cristal de roche enchâssée dans de l'argent, où l'on conservait du lait de la sainte Vierge.

Geoffroy, comte d'Anjou, exempta l'église de Cunault de toute juridiction séculière en l'année où, par l'aide de Dieu et de sa sainte Mère, il acquit la partie de la Normandie qui est en de ça de la Seine. Actum est Andegavis in anno quo, annuente Deo et sancta Matre ejus, partem Normanndæ quæ est citra Sequanam acquisivimus. (1143).

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

23 mai 2022

Le Mois de Marie, reine de France

 

Le Mois de Marie, reine de France

 

ArkCovenant-Axum

 

Vingt-quatrième jour

L'Arche au jour du combat

 

Josué 3 et 4

 

Au jour du combat, l'arche portée dans les rangs d'Israël, lui assurait ordinairement la victoire. Le Jourdain débordé ferme l'entrée de la terre promise. L'arche avance portée sur les épaules des prêtres, aussitôt le fleuve suspend son cours et Israël passe. Jéricho oppose ses remparts ; l'arche est portée par les prêtres autour de la fière cité, et au septième jour, au septième tour, ses murailles s'écroulent.

Au jour de la tentation ou de l'épreuve, invoquez Marie, et devant vous le flot de la passion s'arrêtera, la puissance du monde s'écroulera. Au jour du combat, soit contre l'erreur et le sophisme, soit contre la passion et le vice, l’Église est avec nous, l'Église nous précède et nous dirige ; suivons-la par la foi et par l'obéissance, et nous verrons le fleuve de l'erreur et de la passion s'arrêter pour nous livrer passage ; nous verrons les remparts de Jéricho, les portes de l'enfer, les hautes et grandes puissances de ce monde s'écrouler pour nous laisser l'empire, l'empire sur le péché, l'empire sur le respect humain, l'empire sur la chair, l'empire sur nous-même, l'empire sur les âmes.

À votre tour, vous serez la force du faible et la terreur du méchant. Devant vous, comme devant l'arche, on verra les flots s'arrêter et les remparts s'écrouler ; on verra les passions reculer et les obstacles tomber.

 

ND des Ardilliers de Saumur-001

 

Notre Dame de Fontevraud

 

Sur les confins de l'Anjou et du Poitou il y avait jadis une vaste forêt. Un brigand, fameux sous le nom d'Evrault, y avait établi son repaire près d'une fontaine qui de son nom fut appelée Fontevraud (Fons Evraldi).

Vers l'an 1095 Robert d'Arbrissel fonda en ce lieu solitaire un ordre religieux des deux sexes dans lequel les hommes, pour imiter la soumission de Jésus, puis de saint Jean à la très sainte Vierge faisaient vœu d'obéissance à l'abbesse qui était supérieure de l'ordre entier.

La magnifique église de ce monastère fut consacrée à la sainte Vierge par le Pape Calixte II en 1119. Henri II et Richard Cœur de Lion voulurent y être enterrés. Après avoir servi de prison jusqu’en 1985, cette abbaye est aujourd’hui un musée.

 

Notre Dame des Ardilliers

 

Ce sanctuaire, un des plus célèbres de France par les grands miracles qui s'y sont opérés, doit son origine à une image, en pierre, de la Mère de Dieu que vénérait, dans la grotte où il se tenait caché, un fervent religieux de Saint Florent, nommé Absalon, qui avait été chassé de son monastère par les Normands.

Cette statue fut exposée plus tard à la dévotion des peuples sous un arceau de pierre. Elle représentait la Vierge assise, tenant entre ses bras son Fils mort et descendu de la croix. On l'appela Notre Dame des Ardilliers, parce que le terrain en cet endroit est argileux et que le patois du pays donne à l'argile le nom d'ardille.

Un homme ayant un jour essayé d'enlever la statue fut frappé d'immobilité jusqu'à ce qu'il eût demandé pardon à la Mère de Dieu. Trois autres ayant conçu le même projet réussirent à la charger sur leurs chevaux, mais ne pouvant les faire avancer d'un pas, ils furent obligés de remettre l'image sous l'arceau. Enfin on éleva un sanctuaire convenable.

Parmi les pèlerins de Notre Dame des Ardilliers on cite M. Olier qui y revint plusieurs fois, et Saint Louis-Marie Grignon de Montfort, fondateur des Prêtres du Saint Esprit et des Sœurs de la Sagesse. Un grand nombre de protestants ont abjuré l'hérésie aux pieds de cette image.

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

22 mai 2022

Le Mois de Marie, reine de France

 

Le Mois de Marie, reine de France

 

Marie, arche de la Nouvelle Alliance 2-001

 

Vingt-troisième jour

L'Arche, conseil d'Israël

 

Nombres 1, 50-54 ; 10, 35

 

Placée au milieu du camp, l'arche sainte gardait Israël et Israël gardait l'arche. Gardons Marie dans notre cour, gardons la bien par la pensée, par la prière, et Marie nous gardera.

Quand Moïse, et après lui quand le grand prêtre, avait besoin de consulter Dieu, il s'approchait de l'arche sainte et Dieu répondait. Dans les difficultés, dans les angoisses, recourons à Marie ; la réponse et le secours ne se feront pas attendre.

De même encore si les nations gardent l'Église, l'Église les gardera, elle sera leur conseil. Malheur au philosophe, malheur au savant, malheur au politique, malheur au législateur, qui, voulant séparer la raison de la foi, et l'État de l'Église, refuserait de consulter la foi et d'écouter l'Église ! Assurément la raison suffit pour reconnaître les vérités premières de la science et les premiers principes de la morale ; mais, l'expérience le démontre, sans la lumière de la foi, sans la surveillance de l'Église, la raison séduite par la passion, dominée par l'opinion, ne tarde pas à s'égarer, dès qu'il s'agit de tirer les conséquences et de faire les applications pratiques, et alors malheur aux peuples, si ceux qui les dirigent ne consultent pas l'arche sainte, c'est-à-dire l'Église infaillible de Jésus-Christ !

Chrétien fidèle, par votre exemple autant et plus que par votre parole, vous serez au milieu du monde le conseil et la lumière de ceux qui doutent ou qui hésitent.

 

Notre Dame de sous terre-001

 

Notre Dame de Sous Terre

 

Sur la colline de Levière s'élevait jadis un monastère de Bénédictins. Ces religieux déposèrent une statue de la sainte Vierge dans une crypte souterraine. On vint l'y honorer sous le titre de Notre Dame de Sous Terre. Jean sans Terre assiégeant Angers, ruina la chapelle et brisa la statue (1205).

Deux siècles après (vers 1400), Yolande, épouse de Louis II, comte d'Anjou, se promenant du côté de Levière et s'étant assise sur la hauteur vit sortir d'un buisson un lapin qui, pour suivi par les chiens, vint se réfugier sur ses genoux. La princesse soupçonnant dans ce fait quelque indice mystérieux, ordonna de creuser la terre à l'endroit qu'occupait le buisson. On découvrit une petite voûte dans laquelle se trouvait une image de la Vierge avec l'Enfant-Jésus dans ses bras et une lampe de verre suspendue devant l'image. Yolande fit construire dans ce lieu un petit oratoire et la statue y fut placée. Un pèlerinage s'y établit.

Un peu plus tard on rebâtit la chapelle de Notre Dame de Sous-Terre, et l'on y déposa la nouvelle statue. Survinrent les dévastations des Huguenots. La chapelle fut détruite, mais la statue fut sauvée. En 1793, nouvelle destruction, et grâce au zèle de personnes pieuses, nouvelle préservation de la statue qui, en 1826 , fut déposée à l'église de Saint Laud. En 1849 elle fut volée et jetée dans la Maine. Mais des pêcheurs la rencontrèrent dans leurs filets et elle fut reportée à Saint Laud.

Aujourd'hui elle a été transférée dans une chapelle rebâtie au lieu qu'elle occupait autrefois. Entre autres miracles opérés jadis à Notre Dame de sous-Terre, on cite la guérison du seigneur de Boylesve qui désespéré des médecins, se consacre à Notre Dame de Sous-Terre et fait vœu, s'il est guéri, d'y porter le suaire dans lequel il devait être enseveli. Aussitôt il revient à la santé.

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

21 mai 2022

Le Mois de Marie, reine de France

 

Le Mois de Marie, reine de France

 

Arche d'Alliance 2

 

Vingt-deuxième jour

La Loi, la Manne, la Verge

 

Hébreux 11, 4

 

L'arche contenait trois choses : les tables de la loi écrites de la main de Dieu, un vase d'or rempli de la manne miraculeuse du désert, la verge du grand prêtre qui avait fleuri par un prodige.

Dans le sein de Marie j'adore la loi vivante, la sagesse et la justice même, le législateur en personne ; j'adore Celui qui se dira et se fera la manne véritable, le pain vivant descendu des cieux ; j'adore le sacerdoce suprême dont la verge d'Aaron fut le symbole, j'adore le grand prêtre par excellence, le prêtre selon l'ordre de Melchisédech.

Aussi j'admire sans étonnement la conformité si parfaite de Marie à la loi de la grâce, son zèle à recueillir les moindres parcelles de la manne divine qui pour l'âme sont l'aliment de vérité et de justice : Maria autem conservabat omnia verba hæc, conferens in corde suo ; j'admire enfin en Marie cette vie de sacrifice qui assure le mérite du sacerdoce.

Dans l'Église je vois aussi et la loi, la parole même de Jésus, qui s'y conserve infaillible par la bouche de Pierre ; et la manne, le pain de vie descendu des cieux, le corps de Jésus présent par l'Eucharistie ; et la verge du grand prêtre, le sacerdoce de Jésus-Christ présent par la personne de son vicaire qui tient en main la verge qui corrige, et le sceptre qui dirige.

Chrétiens, par la communion, la loi de Dieu repose en vous et y demeure : manifestez sa présence par la régularité de votre vie. Par la communion, la manne céleste est descendue dans votre cœur : manifestez son action par une vie toute céleste. Par la communion, le prêtre souverain vous associe à son sacerdoce royal : soyez avec lui prêtre et victime tout à la fois ; vous serez l'un et l'autre, et par la consécration de tout ce que vous êtes au service et à la gloire du Père céleste, et par le sacrifice volontaire de tout ce qui s'opposerait à son bon plaisir.

 

Angers - Saint Aubin

 

Notre Dame du Verger ou du Rocher

 

Après l'abbaye du Ronceray il faut citer celle de saint Aubin, célèbre par la chapelle de Notre Dame du Verger. C'était l'œuvre du grand saint Hilaire. Cet insigne docteur de l’Église, né à Chéré, en Anjou, aimait cette belle contrée, sa première patrie, où s'étaient écoulés les jours de son enfance, et il voulut doter Angers d'une chapelle de la Vierge.

Dans ce pieux dessein, l'an 356, il fit creuser le sol au, pied d'un rocher et il y construisit une chapelle souterraine. Plus tard, par l'ordre du roi Childebert, saint Germain de Paris fonda, en l'honneur de saint Germain d'Auxerre, une abbaye dont l'église fut construite au-dessus de la chapelle de Notre Dame du Rocher et consacrée aussi à la Mère de Dieu.

Dans cette abbaye la fête de l'Assomption était solennisée pendant quatre jours comme celles de Pâques, de Noël et de la Pentecôte, et depuis le chapitre général de 1332, la fête de l'Immaculée Conception s'y célébrait selon le rite de première classe. Cependant les miracles opérés lorsque le corps de saint Aubin, évêque d'Angers, fut transféré dans cette église, lui firent donner, ainsi qu'à l'abbaye, le nom de ce Saint. Les niveleurs de 1793 ont détruit l'église et une partie de l'abbaye.

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

20 mai 2022

Le Mois de Marie, reine de France

 

Le Mois de Marie, reine de France

 

Marie, arche de la Nouvelle Alliance-001

 

Vingt-et-unième jour

L'Arche d'alliance

 

Exode 25, 10, 16

 

Dieu donna au peuple d'Israël un signe permanent de son alliance. Ce signe fut une arche construite d'un bois incorruptible, et revêtue au dedans et au dehors de lames d'un or très pur. (Ex. 25, 10).

Vous avez reconnu Marie, immaculée dans sa conception, inviolable dans sa virginité ; Marie revêtue de la double charité : à l'intérieur, par l'amour de Dieu, de Jésus qui repose dans son sein ; à l'extérieur, par l'amour des hommes devenus ses enfants d'adoption.

Comme l'arche et comme Marie, l'Église est incorruptible : infaillible dans la vérité, immaculée dans la sainteté : Non habens maculam neque rugam. Elle est comme investie de l'or de la double charité, du zèle pour la gloire de Dieu et pour le salut des âmes.

Âme fidèle, soyez, vous aussi, incorruptible et pure dans votre foi et dans votre vie ; revêtez-vous de la double charité, n'agissez que pour la gloire de Dieu et pour le salut du prochain.

 

Angers_-_Église_de_la_Trinité_-_Crypte_-_20080921-001

 

La Cathédrale d'Angers

 

D'après une tradition respectable, le Defensor, prince ou gouverneur du Mans, ayant été converti par saint Julien, devint le premier évêque d'Angers. Il dédia à la sainte Vierge sa première église, qui fut remplacée plus tard par un édifice plus vaste et plus élégant. Cette nouvelle cathédrale fut consacrée par saint Martin sous le vocable de Marie. Le saint ayant fait don à cette église d'un reliquaire qui contenait du sang de saint Maurice, le peuple désigna la cathédrale sous le nom de ce glorieux chef de la légion thébéenne, et ce titre a prévalu.

Plusieurs fois renversée, la cathédrale d'Angers fut rebâtie avec le concours de Pépin (750), de Charlemagne, de Louis le Débonnaire et de Charles le Chauve. Marie y reçut les hommages des rois Philippe Auguste, saint Louis, Charles VII, Louis XII, Charles VIII, François Ier, Henri II, Charles IX, Henri III, Henri IV, Louis XIII et Louis XIV. Ce dernier, par un arrêt de 1670, déclare que cette église s'appelle la chapelle des rois.

 

Notre Dame du Ronceray

 

Après la cathédrale Angers possédait neuf autres monuments de sa dévotion envers la sainte Vierge.

Le premier était l'abbaye de Notre Dame du Ronceray, ainsi nommée pour trois. Raisons :

1° une ronce sortait de la muraille, perçait les losanges des vitres, et allait enlacer et comme caresser la statue de Marie sur son autel : on la coupait, on essayait de l'arracher, elle repoussait toujours ;

2° aux premiers temps de la prédication évangélique les chrétiens d'Angers se rassemblaient en ce lieu dans une chapelle souterraine : les païens l'ayant su vinrent pour les y massacrer ; mais à la place de la chapelle ils ne virent que des ronces et des épines, et ils ne purent découvrir les fidèles ;

3° la comtesse Hildegarde, se croyant soupçonnée d'infidélité par son époux Foulques Nerra, se jeta dans la Maine afin de prouver son innocence. Elle avait promis à Dieu que si elle échappait à la mort, elle élèverait un sanctuaire à la Vierge, avec un monastère de religieuses, à l'endroit où elle aborderait. Dieu eut pitié de sa simplicité. Elle aborda au lieu où est aujourd'hui le Ronceray. Mais alors l'ancienne chapelle des premiers chrétiens avait disparu. De concert avec le comte d'Anjou, encore plus persuadé de son innocence que, du reste, il n'avait jamais soupçonnée, Hildegarde se met en devoir d'accomplir son vœu.

En creusant les fondements, les ouvriers trouvent dans un buisson de ronces une statuette en cuivre qui représentait la sainte Vierge assise sur un trône et tenant sur ses genoux l'Enfant-Jésus. Oh ! dit la comtesse, voilà bien Notre Dame du Ronceray. On creusa encore et l'on découvrit une chapelle souterraine bien voûtée, soutenue de deux rangs de piliers, douze de chaque côté. Au-dessus de ce sanctuaire, on éleva l'église que la comtesse avait fait vœu de construire.

La statue de Notre Dame du Ronceray a été cachée lors de la Révolution de 1793. Aujourd'hui elle est dans l'église de la Trinité sur l'autel de la Vierge.

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook