12 mai 2009

L'image miraculeuse de la Sainte Famille

stefam10

L'image miraculeuse de la Sainte Famille

Origine de cette image


Au cours de la célébration de la Sainte Eucharistie, une personne photographia le Prêtre au moment de la Consécration. A sa grande surprise, le développement du négatif révéla cette image. Le Père Christian-Michel S.A.C nous dit: « Stupéfait et doutant de son authenticité, j'ai moi-même, comme Prêtre, envoyé cette photo en Italie, près de Rome, pour la faire « évaluer » par une âme privilégiée en qui j'avais toute confiance et qui me répondit: « Cette image est vraiment authentique, c'est la Sainte Famille de Nazareth. Elle est précieuse pour être apportée dans toutes les familles; elle apporte la Bénédiction de Dieu. Avec elle, viennent la Foi, la prière et la Présence Divine. Avec elle, Jésus vient dans la maison ». Nous n'avons pas à connaître les mystères de Dieu, personne ne doit s'enorgueillir de l'honneur de posséder ce trésor. Le vouloir du Ciel est d'employer tous les moyens pour apporter une aide spirituelle au monde qui se trouve dans une grande détresse. On peut donc considérer cette image comme un vrai cadeau du Ciel.


On peut demander cette image à la Librairie Téqui

53150 Saint Cénéré

ou

82, rue Bonaparte 75006 Paris


Prière à la Sainte Famille


Ô vous, Sainte Famille de Jésus, Marie, Joseph, nous nous recommandons à vous en toute confiance parce que vous êtes pour nous de vrais témoins de l'Évangile. À toi, Marie, nous présentons toutes ces mères, dont le coeur est brisé par des inquiétudes de toutes sortes. Nous pensons plus précisément à ... Daigne toi-même les consoler.  Porte-les une à une à ton Enfant bien-aimé. Et toi, Joseph, humble serviteur, docile à la grâce de Dieu, nous te confions tous les papas de la terre, particulièrement ... Nous te demandons surtout de guider les pères démunis afin qu'ils puissent à leur tour guider leurs enfants à la manière dont toi-même as accompagné Jésus. Montre-leur à se confier à Dieu et à son divin Fils. Jésus, toi qui as comblé les enfants de bénédictions, nous implorons ton secours pour tous les enfants. Protège-les. Garde-les dans ton amour. Apprends-leur à aimer, comme toi, tu les aimes. Sainte Famille de Jésus, Marie, Joseph, nous vous demandons de protéger nos familles. Qu'elles vivent dans le respect. Qu'elles apprennent la joie du partage, du pardon et de l'amour. Amen.

Téléchargez la notice sur l'Image de la Sainte Famille (pdf) en cliquant ici


03 mai 2009

Le Serviteur de Dieu Tomas Tyn, O.P.

tyn_20002

Le Serviteur de Dieu Tomas Tyn, O.P.

1950-1990

Le P. Tomas Tyn est né à Brno, en Moravie, le 3 mai 1950. Après des études supérieures, il part pour Warbourg en Westphalie où il entre dans l’Ordre dominicain. Il achève ses études à Rome et obtient le doctorat en théologie. Il est ordonné prêtre par Paul VI le 29 juin 1975. Il est ensuite assigné au couvent de Bologne. Fils de saint Dominique et disciple de saint Thomas d’Aquin, homme d’étude, philosophe et théologien, religieux et prêtre remplir d’ardeur, en particulier dans la prédication, il a contribué à la conversion de nombreuses personnes. Peu de temps après avoir offert sa vie à Dieu en sacrifice de réconciliation pour la liberté de l’Eglise dans ce qui était alors la Tchécoslovaquie, il mourut en odeur de sainteté après une brève et douloureuse maladie, le 1er janvier 1990 à Neckargemünd (Allemagne) où il fut aussi enterré.

Prière pour obtenir des grâces par l'intercession du Père Tomas Tyn

Père saint, riche en miséricorde, toi qui as envoyé ton Verbe dans le monde pour le conduire des ténèbres à la lumière, nous Te rendons grâce pour les dons de ton Esprit Saint qui ont brillé en ton serviteur le frère Tomas Tyn. Daigne, nous t’en prions, l’élever aux honneurs des autels pour que le témoignage exemplaire qu’il nous a laissé en digne fils de saint Dominique et de la Bienheureuse Vierge Marie soit pour beaucoup un encouragement à suivre le Christ. Par son intercession accorde-nous la grâce que nous te demandons. Par le Christ Notre Seigneur. Amen.

Notre Père… Je vous salue Marie… Gloire au Père…

Toute personne qui recevrait des grâces par l’intercession du Serviteur de Dieu, le frère Tomas Tyn, est prié d’en informer le frère Efrem Jindracek OP, Largo Angelicum, 1 – 00184 Roma, ou encore le frère Giovanni Cavalcoli OP, Piazza San Domenico 13, 40124 Bologna, vice-postulateur de la cause.

Biographie du Père Tyn,

cliquer sur le lien suivant:

http://spiritualitechretienne.blog4ever.com/blog/lirarticle-83937-1266820.html

Posté par fmonvoisin à 15:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 avril 2009

La Dévotion des trois Credo en l'honneur de Sainte Philomène

SaintPhilomena

La Dévotion des trois Credo en l'honneur de Sainte Philomène

Un jour, Soeur Marie Louise de Jésus, Supérieure générale de la Congrégation des Sœurs des Douleurs de Marie, décédée en 1875, eût recours à Sainte Philomène et lui demanda de lui révéler une prière fervente. Sainte Philomène lui enseigna la prière suivante.

Je vous salue, Sainte Philomène, Vierge et Martyre de Jésus-Christ, je vous supplie de prier Dieu pour les justes afin qu'ils persévèrent dans leur Justice et croissent dans les vertus de jour en jour.

Credo

Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, Créateur du ciel et de la terre. Et en Jésus Christ, son Fils unique, notre Seigneur; qui a été conçu du Saint Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié, est mort et a été enseveli, est descendu aux enfers; le troisième jour est ressuscité des morts, est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant, d'où il viendra juger les vivants et les morts. Je crois en en l'Esprit Saint, à la sainte Église catholique, à la communion des saints, à la rémission des péchés, à la résurrection de la chair, à la vie éternelle. Amen.

Je vous salue, Sainte Philomène, Vierge et Martyre de Jésus-Christ, et je Vous supplie de prier Dieu pour les pécheurs afin qu'ils se convertissent et commencent une vie de grâce.

Credo

Je vous salue, Sainte Philomène, Vierge et Martyre de Jésus-Christ, et je Vous supplie de prier Dieu pour ceux qui ont renié leur Foi et pour les infidèles, afin qu'ils rentrent au bercail de la vraie Église et servent Dieu en esprit et en vérité.

Credo

Réciter ensuite trois Gloire au Père, en l'honneur de la Très Sainte Trinité en reconnaissance des grâces accordées

Ensuite, réciter le Salve Regina, en l'honneur de la Vierge Douloureuse et en reconnaissance de la force miraculeuse de Sainte Philomène.

Salve Regina

Salut, Reine, mère de miséricorde, notre vie, notre douceur, notre espérance, salut. Enfant d'Eve, de cette terre d'exil, nous crions vers Vous, gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes. O Vous, notre Avocate, tournez vers nous Votre regard Miséricordieux, Et au sortir de cet exil, obtenez-nous de pouvoir contempler Jésus, le fruit béni de Votre Sein, ô Clémente, ô bienveillante, ô douce Vierge Marie.

65825AH

Téléchargez le texte des 3 Credo (pdf) en cliquant ici

Posté par fmonvoisin à 16:58 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Sanctification de la semaine avec Sainte Philomène

2006_st_philomena

Sanctification de la semaine avec Sainte Philomène

phillomina

Dimanche

Jour consacré à la Très Sainte Trinité

Remerciez l'Auguste Trinité des faveurs dont Elle a comblé Sainte Philomène. Demandez par l'intercession de cette glorieuse Vierge toutes les grâces dont vous avez besoin, en particulier celle de persévérer jusqu'à la mort dans la croyance de ce Mystère, afin de pouvoir le contempler éternellement dans le Ciel.

3 Notre Père, 3 je Vous salue Marie, 3 Gloire au Père

philomena4

Lundi

Jour consacré au Saint Esprit

Remerciez le Saint Esprit de la pureté dont Il a orné Sainte Philomène; de la force et du courage qu'Il lui a accordé dans son martyre. Demandez-Lui, par son intercession, un secours, dans l'affliction, une protection dans l'adversité, un soutient dans les tentations. Remerciez-Le du bienfait de la Confirmation.

3 Notre Père, 3 je Vous salue Marie, 3 Gloire au Père

philomena3

Mardi

Jour consacré aux Saints Anges

Offrez vos remerciements aux Anges qui secoururent Sainte Philomène dans sa prison et la retirèrent du Tibre au moment où elle y était jetée avec une ancre au coup par ordre de Dioclétien. Louez surtout l'Archange Gabriel qui fut le bienheureux gardien de cette chaste Vierge, implorez son secours dans vos tentations; invoquez votre Saint Ange Gardien.

3 Notre Père, 3 je Vous salue Marie, 3 Gloire au Père

65825AN

Mercredi

Jour consacré à la Sainte Famille, Jésus, Marie, Joseph

Demandez à Sainte Philomène d'intercéder pour vous auprès de la Très Sainte Famille. Priez pour que toutes les familles chrétiennes retracent les vertus de cette auguste Trinité sur la terre. Répétez dans la journée cette oraison jaculatoire: « Vivent dans tous les cœur la Sainte Famille, Jésus, Marie et Joseph, par Sainte Philomène. »

3 Notre Père, 3 je Vous salue Marie, 3 Gloire au Père

HC_20Arrows_20Philomena

Jeudi

Jour consacré au Très Saint Sacrement

Adorez Jésus-Hostie en union avec Sainte Philomène; offrez par elle vos actions de grâces au Divin Sauveur pour l'institution de la Divine Eucharistie. Transportez-vous en esprit avec elle au pied du Tabernacle pour rendre hommage au Prisonnier d'Amour.

3 Notre Père, 3 je Vous salue Marie, 3 Gloire au Père

65825AM

Vendredi

Jour consacré à la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ

Sainte Philomène est mort, comme son Divin Epoux, un vendredi à trois heures de l'après-midi. Unissez vos peines aux souffrance de cette glorieuse Vierge pour remercier Notre Seigneur des tourments qu'Il a enduré pour nous sauver. Offrez-vous à Jésus avec Sainte Philomène, en union de sacrifice; soyez heureux de souffrir sur la terre pour régner avec Lui dans le Ciel.

3 Notre Père, 3 je Vous salue Marie, 3 Gloire au Père

65825AL

Samedi

Jour consacré à la Bienheureuse Vierge Marie

Sainte Philomène fut la fille chérie de la Mère de Dieu. Offrez vos hommages à la Vierge Immaculée par les mains de votre puissante protectrice: elle obtiendra de Son Cœur Maternel toutes les grâces dont vous avez besoin. Remerciez Marie d'avoir bien voulu visiter Sainte Philomène dans sa prison pour la consoler et la soutenir.

  3 Notre Père, 3 je Vous salue Marie, 3 Gloire au Père

11_Philomena

Téléchargez le texte de la Semaine avec Ste Philomène (pdf) en cliquant ici

24 avril 2009

Les sept vertus de Marie

marie_peinture_20_165_

Les sept vertus de Marie

par Chantal Crépey

mmedal_2

Premier jour

Devenir humble comme Marie


Marie se rappelait que tout en elle était don de Dieu. Elle gardait secrètes, même vis-à-vis de son époux, les faveurs célestes dont elle était gratifiée. Elle rapportait à Dieu les louanges qu’elle recevait. Elle se plaisait à servir les autres, à rester à la dernière place. Elle ne craignait pas le mépris : on ne la voit pas à Jérusalem le jour des Rameaux, lorsque le peuple reçoit son Fils avec tant d’honneurs, mais elle ne craint pas de paraître au Calvaire où elle est reconnue pour la mère du condamné.

Sainte Catherine, vous avez caché dans le silence la merveilleuse grâce d’avoir vu la Sainte Vierge. Priez pour moi quand je cherche à me faire valoir aux dépens des autres.

Ô Marie, Vierge immaculée, Mère de Dieu et notre Mère, vous qui avez horreur de l'orgueil, revêtez-moi du manteau de votre humilité. Et souvenez-vous de... mon intention particulière


Notre Père…Je vous salue Marie…Gloire au Père…

"Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous."

blessings_olic

Deuxième jour

Aimer Dieu et son prochain comme Marie 


Le Christ nous a donné ce commandement : Tu aimeras le Seigneur Dieu de tout ton cœur et ton prochain comme toi-même. Marie a pleinement accompli ce double précepte. D’après saint Bernard, l’amour de Jésus entra comme un glaive dans le cœur de Marie et le transperça de part en part afin qu’aucun pli ni repli ne resta sans blessure d’amour. Le cœur de Marie devint donc feu et flamme, feu à cause de l’amour qui la brûlait intérieurement, flamme en resplendissant à l’extérieur par l’exercice de la charité. Quand Marie portait Jésus dans ses bras, on pouvait bien dire que "c’était le feu portant le feu".


Sainte Catherine, que les deux Coeurs portés sur le revers de la médaille me rappellent l'amour pour Dieu quand mon ardeur se refroidit, et l’amour pour le prochain quand je me préfère aux autres.

Ô Marie, Vierge immaculée, Mère de Dieu et notre Mère, comme à Cana, priez votre Fils pour moi, dites-lui : "Ils n’ont pas d’amour", et donnez-moi la grâce de pratiquer la charité, comme vous. Et souvenez-vous de... mon intention particulière...


Notre Père…Je vous salue Marie…Gloire au Père…

"Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous."

ESTAMPA_20AZUL1

Troisième jour

Croire comme Marie


C’est pour sa foi que Marie fut proclamée bienheureuse par Elisabeth. Dans la Passion de Jésus, les disciples sombrèrent dans le doute, seule la Sainte Vierge demeura ferme dans la foi, dit saint Albert le Grand. La foi est tout ensemble un don et une vertu. Elle est un don de Dieu , en tant qu’elle est lumière que Lui-même répand dans l’âme. Elle est une vertu en tant que l’âme la met en pratique. Un vrai chrétien vit conformément à sa foi. C’est ainsi que vécut la Sainte Vierge.

Sainte Catherine, vous qui avez accueilli avec foi les apparitions de la Mère de Dieu, priez pour moi quand je doute.

Ô Marie, Vierge immaculée, Mère de Dieu et notre Mère, obtenez-moi des yeux qui envisagent tout à la lumière de la foi. Et souvenez-vous de... mon intention particulière…


Notre Père…, Je vous salue Marie…, Gloire au Père…

"Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous."

HC_20Immaculate

Quatrième jour

Espérer comme Marie


L’espérance naît de la foi. La Sainte Vierge a montré combien grande était sa confiance en Dieu, d’abord en gardant le secret de sa miraculeuse maternité, pleinement assurée que Dieu prendrait soin de défendre son innocence, son honneur et sa vie. De même quand elle se vit exclue de l’hôtellerie et contrainte de se réfugier dans une étable, encore lors de la fuite dans un pays étranger et inconnu, et surtout aux noces de Cana où, bien que sa demande soit nettement repoussée par Jésus, Marie est cependant assurée que son Fils lui accordait la grâce sollicitée.


Sainte Catherine, la mission qui s’annonce à vous est semée d'obstacles. Mais votre Mère vous donne des conseils pour vous comporter dans ces périls et vous lui faites confiance. Priez pour moi, trop rapide à m’inquiéter.


Ô Marie, Vierge immaculée, Mère de Dieu et notre Mère, vous êtes, après Jésus, toute mon espérance, apprenez-moi à pratiquer l’abandon à la Providence. Et souvenez-vous de... mon intention particulière…


Notre Père…, Je vous salue Marie…, Gloire au Père…


"Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous."

Apparizione_A_Ratisbonne_1

Cinquième jour

Chasteté de Marie


Dieu nous a donné en Marie le modèle parfait de la transparence à l'amour de Dieu. Marie s'est consacrée entièrement à Dieu, ouvrant la voie à beaucoup d'autres. L'appel évangélique à la chasteté s'adresse cependant à tout chrétien, quelque soit son état de vie. C'est un appel à ne pas utiliser l'autre pour son propre plaisir. La chasteté est une façon de vivre libre, en respectant l'autre comme autre, en luttant contre ce qui, en nous, rêve toujours de fusion, de transgression des limites qui font notre humanité.


Sainte Catherine, toute votre vie vous avez servi les pauvres dans le plus grand respect en leur communiquant l'amour de Dieu pour eux. Priez pour moi dans les moments difficiles.


Ô Marie, Vierge immaculée, Mère de Dieu et notre Mère, que votre nom, prononcé avec confiance, soit mon recours quand je dois renoncer aux passions de l'esprit et de la chair pour laisser passer Dieu. Et souvenez-vous de... mon intention particulière…


Notre Père…, Je vous salue Marie…, Gloire au Père…


"Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous."

Immaculata_Laboure_1

Sixième jour

Pauvreté de Marie


On voit Marie se rendre au Temple non pas avec un agneau, qui était l’offrande des gens aisés, mais avec deux tourterelles, qui étaient l’offrande des pauvres. Elle accepte d’épouser saint Joseph, qui vivait durement du travail de ses mains. Elle part en Egypte pour sauver son enfant, abandonnant maison, famille, amis. Quand la vertu de pauvreté fait sentir ses épines, quelle source de consolations que la pauvreté de Marie et de Jésus !


Sainte Catherine, vous vous êtes donnée à Dieu pour servir les pauvres dans la pauvreté. Priez pour moi quand je donne à l'argent une trop grande place dans ma vie au lieu de donner priorité à Dieu.


Ô Marie, Vierge immaculée, Mère de Dieu et notre Mère, dans votre sublime cantique, vous dites : Mon âme exalte le Seigneur. Obtenez-moi la grâce de ne désirer d’autre bien que Dieu seul. Et souvenez-vous de.. mon intention particulière...


"Notre Père…, Je vous salue Marie…, Gloire au Père…

Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous."

immacolata6

Septième jour

Obéissance et patience de Marie


La Sainte Vierge était tellement attachée à Dieu qu’elle se donne le titre de servante. Marie, avec humilité, a vécu toute sa vie dans l'adhésion à la volonté de Dieu. Lorsque la femme de l’Evangile s’écria : "Heureux le sein qui t’a porté !" Jésus répondit : "Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la gardent". Marie est en cela la première disciple de son Fils.


Sainte Catherine? vous qui avez persévéré avec patience dans la poursuite de votre mission, malgré les contradictions, priez pour moi.


Ô Marie, Vierge immaculée, Mère de Dieu et notre Mère, obtenez-nous d'obéir fidèlement à la volonté de Dieu et de supporter les croix dans la paix, et d'aimer Dieu toujours davantage. Et souvenez-vous de... mon intention particulière…


Notre Père…, Je vous salue Marie…, Gloire au Père…

"Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous."

226_001__3_

Vierge très Sainte, vous dont l'oraison fut continuelle et persévérante, daignez aussi m'obtenir l'amour de la prière et du silence, parce que Dieu aime parler dans le désert, comme Il le déclare lui-même par la bouche du prophète Osée: "Je la conduirai dans la solitude, et je parlerai à son coeur".

069_001

Téléchargez le texte des 7 Vertus de Marie (pdf) en cliquant ici


20 avril 2009

Saint Dismas

Goodthief

Saint Dismas

Le Bon Larron

Fête le 25 mars

Il confessa le Christ sur la croix et, pour cela, il est le premier saint canonisé, "Tu seras avec moi dans le paradis", lui dit le Christ avant de mourir. S'ajoute à ce passage de l'Evangile, une belle légende qui mérite d'être contée. Elle date des tout-premiers temps de l'Eglise. Lors de la fuite en Egypte, deux brigands dévalisèrent la Sainte Famille de son argent et de son âne, mais Dismas intervint et les leur fit restituer, parce que c'étaient des pauvres gens sur la route de l'exil. L'Enfant-Jésus l'en remercia lui promettant qu'il lui revaudrait çà à l'occasion. Dismas continua à être un larron, mais Jésus ne l'oublia pas à la dernière minute.


«  Après que le Seigneur qui n'était plus qu'une plaie eut été crucifié, afin que les clous ne se détachassent point et que le corps divin ne tombât à terre, ces monstres de cruauté jugèrent bon de les river par derrière. Ils commencèrent donc par élever la croix pour la renverser sens dessus-dessous, et appuyer ainsi contre la terre Jésus crucifié. Cette nouvelle cruauté fit frémir tous les assistants, et il s'éleva un grand bruit dans la foule touchée de compassion. La mère affligée recourut au Père éternel pour cette inconcevable cruauté, afin qu'il ne permît qu'elle se fit selon l'intention des bourreaux, et elle commanda aux anges de venir au secours de leur créateur. Dès qu'ils eurent fini, ils élevèrent la croix et la firent tomber dans le trou creusé à cet effet, mais ces monstres soutinrent le corps avec leurs lances et lui firent de profondes blessures sous les bras, en enfonçant le fer dans la chair pour aider à dresser la croix. A ce spectacle si cruel, le peuple redoubla ses cris et le bruit et la confusion augmentèrent, de sorte que le coeur de la pauvre mère était entièrement accablé de douleur. Les juifs le blasphémaient, les dévots le pleuraient, les étrangers étaient confondus d'étonnement, et quelques uns n'osaient pas le regarder par l'horreur qu'ils en éprouvaient,, et le corps sacré répandait son sang en abondance par les blessures qui avaient été faites et les plaies qui avaient été renouvelées. Ils crucifièrent également les deux voleurs, et ils dressèrent leurs croix l'une à droite l'autre à gauche, ils le placèrent au milieu, afin qu'il fut considéré comme le chef et le plus grand des scélérats. Les pontifes et les pharisiens branlaient la tête avec des gestes de mépris, ils l'insultaient et lui jetaient de la poussière et des pierres , en disant; toi qui détruis le temple de Dieu et le rebâtis en trois jours, sauve- toi toi-même. Les deux voleurs l'injuriaient aussi et lui disaient; si tu es le fils de Dieu, sauve-toi toi-même et nous aussi. Cependant la sainte Vierge à genoux adorait son divin fils, elle pria le Père éternel de faire éclater l'innocence de Jésus-Christ. Sa prière fut exaucée la terre trembla, le soleil s'éclipsa, la lune s'obscurcit et les éléments furent dans la confusion, les montagnes se, fendirent ainsi que le voile du temple, les tombeaux s'ouvrirent ‘et les bourreaux se retirèrent contrits, gémissants et convertis, parce que Jésus en agonie, proféra ces paroles qui renferment l'excès de la charité : Mon père, pardonnez leur, car ils ne savent ce qu'ils font.


L'un des voleurs appelé Dismas, entendant ces paroles, et la sainte Vierge près de laquelle il était intercédant en même temps pour lui, il fut éclairé intérieurement et par cette divine lumière, il fut touché de contrition pour ses péchés, il reprit son compagnon et défendit l'honneur de Jésus-Christ, il se recommanda au Sauveur et le paradis lui fut promis. Le bon larron ayant été justifié, Jésus jeta un regard plein de tendresse sur sa mère, et proféra la troisième parole : femme voilà votre fils, en lui montrant saint Jean, et il dit à celui-ci : voilà votre mère. Il était près de trois heures et il adressa à son père la quatrième parole: Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'avez vous abandonné, s'affligeant de ce que la divinité avait suspendu les divines influences à sa sainte humanité, et aussi parce qu'il voyait un grand nombre de méchants, qui quoique devenus ses membres, et malgré son sang versé avec une si surabondante profusion, devaient se séparer de son corps divin et se damner. C'est pourquoi il proféra la cinquième parole : j'ai soif. Il avait soif de voir tous les hommes correspondre au salut par la foi et la charité qu'ils lui devaient. Mais les méchants lui présentèrent à l'extrémité d'un roseau une éponge trempée de fiel et de vinaigre. A la prière de la sainte Vierge, il refusa pour ne pas martyriser sa sainte bouche. Il prononça la sixième parole : Consummatum est, pour annoncer que la grande oeuvre de la rédemption du monde était accomplie. Enfin il ajouta; mon père, je remets mon. âme entre vos mains, il prononça ces divines paroles d'une voix forte èt sonore, en élevant au ciel ses yeux pleins de sang, et inclinant sa tête divine, il expira. Si la divine mère n'expira pas aussi ce fut par un miracle de la toute-puissance de Dieu. Lucifer et tous les siens par la vertu de ces dernières paroles fut vaincu et précipité dans l'enfer, et son empire fut détruit. La sainte Vierge demeura au pied de la croix jusqu'à la fin du jour, où l'on ensevelit le corps du rédempteur. Et en récompense de cette dernière douleur la très-pure mère fut toute spiritualisée dans le peu de l'être terrestre, que son corps virginal avait encore. Chaque père de famille fait son testament avant de mourir, ainsi Jésus-Christ avant de prononcer les sept paroles fit son testament sur la croix concerté avec le Père éternel, il resta scellé et caché pour les hommes, il ne fut ouvert qu'à la divine mère comme coadjutrice de la rédemption. il la déclara héritière, et exécutrice testamentaire pour accomplir sa divine volonté, et tout fut remis dans ses mains par le divin maître, comme le Père avait tout remis dans celles du fils. Ainsi notre grande reine dut distribuer les trésors dus à son fils parce qu'il est Dieu, et acquis par ses mérites infinis. Elle fut déclarée donc la dépositaire de toutes les richesses, dont son fils, notre rédempteur nous cède les droits auprès du Père éternel, afin que les secours, les grâces, et les faveurs soient accordés par la sainte Vierge et qu'elle les distribue de ses mains miséricordieuses et libérales.


Extrait de la Vie Divine de la Sainte Vierge, Maria d'Agreda, chapîitre 24

bonlaron

Prière au Bon Larron

Saint Bon Larron, toi qui, malgré tes péchés passés fus assuré d’une entrée immédiate au Ciel, par la gratuité de l’Amour de Dieu, qui en un instant t’a transformé en un saint, demande, je t’en supplie, à Jésus mon Sauveur, de faire tomber sur moi ce même regard de miséricorde, qui fera plonger mes yeux dans les siens, pour en recevoir le pardon et la sainteté. Ainsi, envahi par le feu de l’Amour Divin consumant et transformant, je pourrai entendre à mon tour la promesse que Jésus t’a faite : « Aujourd’hui même tu seras avec moi dans le Paradis. » Amen.

Approuvé par Mgr François Lapierre, 24 février 2004

2296597325_477376c2dd_b

Posté par fmonvoisin à 17:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 avril 2009

Les sept allégresses de Marie

159474915_d218d04aeb_b

Les sept allégresses de Marie

rublev_annonciation_fete_vladimir

Première Allégresse

L’Annonciation


O Vierge, temple de la Trinité, le Dieu de bonté et de miséricorde ayant vu votre humilité et votre pureté, vous envoie un messager pour vous apprendre qu'il veut naître de vous. L'Ange vous salue ; vous demandez comment s'opérera la merveille, l'Ange vous l'explique ; vous consentez, et aussitôt le Roi de gloire s'incarne en vous. Par cette allégresse, ô Marie, nous vous en prions, apprenez-moi que Jésus demeure en moi par la sainte communion comme il a demeuré jadis dans votre sein.


Notre Père, je Vous salue Marie, Gloire au Père

Iconnativity

Deuxième Allégresse

La Nativité


Votre seconde joie est lorsque vous enfantez le Soleil, vous étoile ; le rayon lumineux, vous semblable à la lune. Cet enfantement vous laisse vierge. Comme la fleur ne perd pas son éclat en envoyant ses parfums autour d'elle, ainsi votre virginité ne perd rien de son éclat au moment où le Créateur daigne naître de vous. Par cette allégresse, ô Marie, soyez pour nous la voie droite qui conduit à votre Fils.


Notre Père, je Vous salue Marie, Gloire au Père

z673

Troisième Allégresse

L’Adoration des Mages


Une étoile vous annonce votre troisième joie; cette étoile que vous voyez s'arrêter au-dessus de votre Fils, au moment où les mages l'adorent et lui présentent la richesse variée des biens de la terre. En cette offrande, l'étoile rappelle l'unité, les trois rois la trinité, l'or la pureté de l'âme, la myrrhe la chasteté des sens, l'encens les vœux de l'adoration. Par cette allégresse, ô Marie, rendez-nous féconds en vertus.


Notre Père, je Vous salue Marie, Gloire au Père

2515070684_1624ae33ca_b

Quatrième Allégresse

La Résurrection


La quatrième joie vous est donnée, ô Vierge, au moment où le Christ ressuscite d'entre les morts, le troisième jour. Par ce mystère, la foi se fortifie, l'espérance renaît, la mort est chassée. L'ennemi est vaincu; l'homme captif est délivré. Par cette allégresse, ô Marie, priez pour nous afin que nous comptions, après le labeur de cette vie, parmi les habitants du ciel.


Notre Père, je Vous salue Marie, Gloire au Père

RabulaGospelsFolio13vAscension

Cinquième Allégresse

L’Ascension


Votre cinquième joie fut, ô Vierge, lorsque vous vîtes votre Fils monter au ciel. La gloire dont il était environné vous révélait alors plus que jamais que celui dont vous étiez la mère était votre propre Créateur. En montant ainsi dans les cieux, il nous montre la voie par où l'homme s'élève aux palais célestes. Par cette allégresse, ô Marie, intercédez pour que nous montions au ciel, où nous jouirons avec vous et avec votre Fils, du bonheur éternel.


Notre Père, je Vous salue Marie, Gloire au Père

vsem_skorb_radost

Sixième Allégresse

La Pentecôte


En descendant des cieux sous la forme des langues de feu, pour fortifier, protéger, remplir, purifier et enflammer les apôtres, l’Esprit Saint vient, ô Marie toute pure, guérir l’homme blessé par le péché originel. Par cette allégresse, ô Marie, priez votre Fils afin qu’Il daigne effacer nos péchés en vu du jour du jugement.


Notre Père, je Vous salue Marie, Gloire au Père

1015multiplierofwheaticon

Septième Allégresse

L’Assomption


Le Christ vous donna votre septième joie lorsqu'il vous appela de ce monde au séjour céleste, et vous éleva sur le trône où vous recevez des honneurs incomparables. Par cette allégresse, ô Marie, faites-nous sentir les effets de votre tendresse ; gardez-nous du péché et conduisez-nous aux éternelles allégresses.


Notre Père, je Vous salue Marie, Gloire au Père


Ô Marie toute pure, par ces sept joies, emmenez-nous avec vous au bonheur du paradis.


D’après une séquence allemande du XIVe ou du XVe siècle, dans la famille franciscaine.

odigitria_20particolare

Téléchargez le texte des 7 Allégresses de Marie (pdf) en cliquant ici

16 avril 2009

Les Sept Douleurs de Marie

pieta

Les Sept Douleurs de Marie

01_Prophetie_Simeon_w

Première Douleur

La prophétie de Siméon


Ô ma Mère, Mère si affligée, les paroles de Siméon ont changé toute la joie de Votre Cœur en une amère désolation. Après avoir reçu Votre Divin Enfant entre ses bras et rendu grâce à Dieu de voir la Lumière et le Salut du monde, il vous prédit que Votre Fils serait en butte à toutes les contradictions et persécutions des hommes et traité comme un scélérat. Pendant trente trois ans Vous endurez cette peine, gardant la pensée continuelle de la Passion de Votre Fils. Et pourtant Vous ne perdez pas la paix de l’âme. Quand nous sommes sous le coup d’une grande épreuve, imaginons Jésus nous encourager, comme Vous, à souffrir en aimant.


Ô Marie, obtenez-moi la patience dans les maux de cette vie.


Notre Père, je Vous salue Marie, gloire au Père

02_Fuite_Egypte_w

Deuxième Douleur

La fuite en Égypte


Ô ma Mère, Mère si affligée, pour échapper à la persécution d’Hérode Vous devez partir en Égypte. Il doit donc fuir les hommes Celui qui est venu pour sauver les hommes ! Vous comprenez que déjà commence à se réaliser la prophétie de Siméon dans ce dur exil qui Vous est imposé, où, avec Joseph et l’Enfant Jésus, Vous allez Vous trouver étrangers, sans argent ni parents ni amis. Mais Vous portez avec Amour le Divin Enfant, et ainsi Vous trouvez légères toutes les peines. Apprenons de vous à vivre ici-bas comme des voyageurs, sans nous attacher aux biens que le monde nous offre.


Ô Marie, puissè-je vous consoler en offrant à votre Fils un asile dans mon cœur.


Notre Père, je Vous salue Marie, gloire au Père

03_Jesus_perdu_w

Troisième Douleur

La perte de Jésus dans le Temple


Ô ma Mère, Mère si affligée, qu’ils furent longs ces trois jours de douleur et d’angoisse lorsque Vous avez perdu Votre Fils à Jérusalem ! Comme Vous ignorez la cause de Son éloignement, Vous êtes dans l’incertitude d’avoir mérité cet abandon. Vous pouvez croire que vous avez mal pris soin d’un si précieux Trésor et que Vous êtes indigne de vivre plus longtemps dans l’intimité de Jésus. Vous qui ne laissez jamais échapper aucune plainte, Vous Vous plaignez à Votre cher Jésus quand Vous le retrouvez dans le Temple. Ce n’est pas un reproche mais une plainte d’amour ! Quand nous avons perdu Jésus par nos offenses, apprenons à le chercher avec amour.


Ô Marie, obtenez-moi un vrai repentir de mes péchés et un vrai changement de vie.


Notre Père, je Vous salue Marie, gloire au Père

04_Rencontre_w

Quatrième Douleur

La rencontre de Jésus allant à la mort


Ô ma Mère, Mère si affligée, lorsque Vous rencontrez Votre Fils bien-aimé se rendant, en portant la croix, au lieu de son supplice, l’incendie d’amour qui habitait votre cœur se change en un océan de douleur. Que voyez-Vous ? Vous pouvez à peine le reconnaître tant Son Visage est défiguré. Mais Vos regards se rencontrent. Le Fils regarde la Mère et la Mère regarde Son Fils. Si cruelle que doive être Votre Douleur de voir Jésus expirer sur la croix, Votre Amour l’emporte, Vous ne voulez plus Le quitter. Tâchons de suivre le Fils et la Mère en portant nous aussi, la croix que le Seigneur place sur nos épaules.


Ô Marie, obtenez-moi la grâce de voir que la croix unit mon âme à Dieu.


Notre Père, je Vous salue Marie, gloire au Père

05_Crucifiement_w

Cinquième Douleur

La mort de Jésus


Ô ma Mère, Mère si affligée, Vous n’abandonnez pas Jésus. Vous ne pensez pas à Votre propre peine, Vous ne pensez qu’aux Souffrances et à la Mort de votre Fils si cher. Ce qui augmente Votre Douleur c’est d’entendre Jésus se plaindre que Son Père Bien-Aimé l’a abandonné. Vous supportez une telle Douleur en silence et sans proférer une plainte. Mais Votre Cœur parle. Vous continuez d’offrir à Dieu la Vie de Votre Fils pour notre Salut. Puissions-nous trouver consolation, quand l’amertume submerge notre cœur, dans la pensée que Jésus, par Sa Mort, nous a ouvert le paradis.


Ô Marie, crucifiée dans votre âme avec votre Fils crucifié sur la croix, remplissez mon cœur de reconnaissance pour votre sacrifice.


Notre Père, je Vous salue Marie, gloire au Père

06_Descente_de_la_Croix_w

Sixième Douleur

Jésus percé d’une lance et descendu de la Croix


Ô ma Mère, Mère si affligée, Vos peines ne sont point finies avec la Mort de Votre Fils. Votre Fils est mort, pourquoi le maltraiter davantage et Vous infliger ce tourment ? Vous apercevez un soldat qui brandit sa lance et l’enfonce violemment dans le Côté de Jésus. Il en sort du Sang et de l’Eau. C’est à Jésus qu’on porte le coup de lance mais c’est Vous qui en ressentez la Douleur. Auparavant Vous aviez Votre Fils pour compatir à Vos souffrances, maintenant Vous ne l’avez plus. Jésus est descendu de la croix, ce Fils que Vous avez donné au monde avec tant d’Amour, le monde vous le rend défiguré. Quel mal nous a fait Jésus pour que nous le maltraitions de la sorte ? Cessons d’être des ingrats et revenons au Cœur de Jésus.


Ô Marie, obtenez-moi la grâce d’aimer mon Dieu, et de faire ce qu’Il me dira.


Notre Père, je Vous salue Marie, gloire au Père

07_Retour_du_sepulcre_w

Septième Douleur

La sépulture de Jésus


Ô ma Mère, Mère si affligée, quelle douleur d’être séparée de Votre Fils bien-aimé ! Le perdre, c’est tout perdre. Au retour du sépulcre qui renferme le corps de Jésus, on peut supposer, comme saint Bonaventure, que Vous passez devant la croix : Vous Vous arrêtez et Vous êtes ainsi la première à l’adorer. Vous pleurez, et tous ceux qui Vous entourent pleurent avec Vous. Nous ne voulons pas Vous laisser pleurer seule. Permettez-nous d’unir nos larmes aux vôtres. Jésus Lui-même, à cause de l’immense Amour qu’il Vous porte, veut nous voir compatir à Vos Douleurs plus encore qu’à Ses Souffrances.


Ô Marie, faites-moi la grâce de penser avec une tendre dévotion à la Passion de Jésus et à vos douleurs.


Notre Père, je Vous salue Marie, gloire au Père


Ô Marie, Reine des Martyrs et Reine des douleurs je vous recommande mon âme.

ourladyofsorrows

Téléchargez le texte des 7 douleurs de Marie (pdf) en cliquant ici

30 mars 2009

Chemin de Croix avec la Bienheureuse Alexandrina Maria da Costa

ALEX6B1a

Chemin de Croix avec la Bienheureuse Alexandrina Maria da Costa

Prologue


Combien elle fut difficile à Jésus, sa vie sur la terre ! Ce ne fut pas le seul Jardin des Oliviers, le Calvaire et la souffrance de quelques heures: Toute sa vie fut un Jardin des Oliviers et un Calvaire. Il grandissait en âge et en sagesse, et avec Lui et en Lui la Croix aussi grandissait; Il ne s’en sépara un seul instant: En elle Il grandissait et en elle Il souffrait, Mais toujours souriant et plein de bonté.

1__3_

Première station

Jésus est condamné


"Alors il le leur livra pour être crucifié." (Jn 19, 16)


Je vois et j’entends la grande foule qui d’une seule voix, sans pitié pour moi, crie demandant ma crucifixion. Mes oreilles entendent ce cri : « Qu’il meurt ! Qu’il soit condamné ! » Quels cris, ceux de la foule ! Entendant la sentence de mort.

2__3_

Deuxième station

Il reçoit la croix


"Et ils prirent Jésus et l'emmenèrent. Jésus, portant sa croix, arriva hors de la ville au lieu nommé Calvaire, en Hébreu Golgotha." (Jn 19, 17)


Le poids de la croix est tel que je me sens écrasée ; Je ne porte pas uniquement la croix, mais le monde entier. Il reste peu d’amis… Presque tous sont des ennemis.

3__3_

Troisième station

Jésus tombe pour la première fois


J'ai regardé, et personne pour m'aider ; j'étais étonné, et personne pour me soutenir. Alors mon bras m'a sauvé, et ma fureur m'a soutenu. (Is. 63, 5)


Je tombe sous le poids de la croix. Il me semble perdre la vie. La perdre pour donner la vie à tous me redonne force. Je reprends mon chemin.

4__3_

Quatrième station

Jésus rencontre Sa Mère


"Jésus ayant vu sa mère…" (Jn, 19, 26)


La Petite-Maman vient à ma rencontre. Nous nous regardons intensément. Je continue de marcher. Elle aussi chemine, Guidée par mon regard, Qui l’a blessée et ravit son cœur et son âme. Je ne porte pas uniquement ma croix, mais aussi sa douleur.

5__3_

Cinquième station

Simon de Syrène aide Jésus


"Comme ils l'emmenaient, ils saisirent un certain Simon de Cyrène, qui revenait de la campagne, et ils le chargèrent de la croix." (Lc 23, 26)


À chaque pas je crois défaillir. J’ai besoin que quelqu’un porte ma croix. Quelqu’un la porte, non pas par amour, mais par obligation. Malgré cela je lui dispense beaucoup d’amour On me prend la croix, mais j’ai l’impression de porter toujours le même poids.

6__3_

Sixième station

Il rencontre Véronique


"En vérité, je vous le dis, chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait." (Mt 25, 40)


Une femme qui compatit à ma douleur, vient à ma rencontre. Avec quelle délicatesse et avec quel amour elle essuie de mon visage la sueur, le sang, la poussière ! Mon visage et l’amour de mon cœur restent imprimés sur son tissu.

7__3_

Septième station

Jésus tombe pour la deuxième fois


"Parce qu'il a livré son âme à la mort et qu'il a été compté parmi les malfaiteurs." (Is 53, 12)


À moitié chemin, la chute est cruelle. J’embrasse la terre dans laquelle je me blesse : Mes lèvres sont ouvertes, le sang coule. Les regards de mon âme couvrent toute l’humanité.

8__3_

Huitième station

Il rencontre les saintes femmes


"Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi, mais pleurez sur vous-mêmes et sur vos enfants." (Lc 23, 28)


Quelques femmes me suivent ; elles pleurent amèrement. Je les regarde avec compassion et je leur murmure : « Ne pleurez pas pour moi, mais pour vous ; pleurez vos fautes : elles sont la cause de mes souffrances ».

9__3_

Neuvième station

Jésus tombe pour la troisième fois


"Tu m’as réduit en poussière, je suis entouré par une motte de chiens." (Si 22, 16-17)


Le monde et le ciel sont contre moi ! Je tombe. Une fois encore, avec fureur, mes bourreaux me traînent avec force. Malgré cela, de mon cœur ne coule que de l’amour et de la compassion.

10__3_

Dixième station

On lui enlève ses vêtements


"Ils se partagèrent ses vêtements, en les tirant au sort, à qui aurait quelque chose." (Mc 15, 24)


Ils me déshabillent avec une violence capable de m’arracher la chair en lambeaux : quelles douleurs atroces ! Être déshabillé en public ! Les rires moqueurs sont nombreux. Je sens que la Petite-Maman veut me couvrir avec son manteau.

11__3_

Onzième station

Jésus est crucifié


"Lorsqu'ils furent arrivés au lieu appelé Calvaire, ils l'y crucifièrent, ainsi que les malfaiteurs, l'un à droite, l'autre à gauche." (Lc 23,33)


Ils m’allongent sur la croix. J’offre moi-même mes mains et mes pieds pour être crucifié : C’est une étreinte éternelle à la croix, à l’œuvre de la rédemption.

12__3_

Douzième station

Jésus meurt sur la Croix


"Quand Jésus eut pris le vinaigre, il dit : « Tout est consommé », et baissant la tête il rendit l'esprit." (Jn 19, 30)


Tout s’assombrit sur le Calvaire. Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font ! Père, mon Père, toi aussi tu m’abandonnes ? Mes enfants, j’ai soif de vous ! Ma Mère, accepte le monde : il est à toi ! C’est l’enfant de mon sang, c’est le fils de ta douleur. Tout est accompli. Père, je te remets mon esprit : il est pour toi mon dernier soupir.

13__3_

Treizième station

Jésus est déposé de la Croix


"Joseph prit le corps, l'enveloppa d'un linceul blanc." (Mt 27,59)


La Mère portant son fils mort sur les genoux ! Ce fut l’amour qui amena Jésus à donner la vie. La Petite-Maman continue la même mission d’amour : Nous aimer comme Jésus.

14__3_

Quatorzième station

Jésus est déposé au tombeau


"[Joseph] le descendit, l'enveloppa d'un linceul, et le déposa dans un sépulcre taillé dans le roc, où personne n'avait encore été mis." (Lc 23,53)


L’amour, uni à la grâce et à la vie divine, triompha de la douleur et sur la mort. Ce fut un être humain qui a souffert ; une vie divine qui a vaincu.


Épilogue

Ô Calvaire glorieux ! Ô Croix du Salut ! Le sang arrose la terre : pluie féconde, pluie d’amour, qui réconcilie le Ciel et la Terre ! Le Ciel et la Terre se sont réconciliés !


Chemin de Croix, établi d’après le livre « La Passion de Jésus en Alexandrina Maria da Costa », traduit d’ un petit dépliant publié à Milan, Italie, par « Spirito e Verità ».

90074J

La Bienheureuse Alexandrina Maria da Costa

1904-1955

Fête le 13 octobre


Alexandrina (Alexandrine) Maria da Costa naît le Mercredi Saint de l’année 1904 au lieu-dit Gresufes du village de Balasar dans le district de Porto et l’archidiocèse de Braga. Elle est baptisée le Samedi Saint suivant. Quelques années plus tard, la famille se déplace au lieu-dit Calvário (nom prédestiné! ) du même village de Balasar. Dès l’âge de 9 ans, Alexandrina travaille aux champs puis, comme journalière. A 12 ans, elle fait une première chute d’un chêne et on doit lui donner l’extrême-onction. Elle se rétablit. Alexandrina est nommée catéchiste et membre de la chorale. Elle a une belle voix et aime beaucoup la musique. A 14 ans, en 1918, survient le drame qui bouleverse sa vie : le Samedi Saint, trois hommes entrent dans la chambre où elle fait de la couture avec sa sœur Olinda et une amie et ils tentent de la violenter. Elle n’a d’autre ressource que de sauter par la fenêtre ; elle tombe dans le jardin, quatre mètres plus bas. Il s’ensuit une compression de la moelle épinière et un handicap permanent. Ni cure ni médecins ne réussissent à améliorer son état. Parfois, elle peut marcher en se traînant jusqu’à l’église mais on se moque de sa démarche ; elle réussit au prix de grands efforts à assister au congrès eucharistique de Braga en 1924. Peu après, elle s’alite définitivement, pour les trente dernières années de sa vie. Dès lors, sa sœur plus âgée, Olinda, devient son infirmière, son assistante en tout et, plus tard, sa secrétaire. Au début, Alexandrina demande à Dieu la guérison et lui promet de devenir missionnaire si elle l’obtient. Finalement, elle comprend qu’il faut se résigner. Elle accepte et s’offre. Jésus se révèle à elle et lui parle familièrement jour et nuit. Souvent, elle lui demande ce qu’il faut faire et invariablement, il lui répond : “souffrir, aimer, racheter”. Il lui propose de s’assimiler complètement à sa passion. Chaque Vendredi, et cela jusqu’en 1942, elle revit la Passion d’une façon si concrète que son directeur spirituel, le Père Pinto, peut en voir le déroulement, et, à cette occasion-là, Alexandrina retrouve la liberté de ses mouvements. A ces souffrances s’en ajoute une autre : Sa mère s’est portée garante pour une parente, mais celle-ci n’ayant pu rembourser, les poursuites se retournent contre la famille d’Alexandrina qui, pendant six ans, connaît le cauchemar de la pauvreté et même le risque d’être chassée de leur maison.


En 1938, le Seigneur demande à Alexandrina de faire connaître sa volonté que le monde soit consacré au Cœur Immaculé de Marie par le pape (et chaque diocèse par son évêque). Sinon, on connaîtra le terrible châtiment de la guerre à cause des péchés, notamment celui de l’impureté et des communions sacrilèges. Pendant un an, son directeur, chargé de faire parvenir ce message à Rome, fait la sourde oreille. Au début de 1939, il écrit enfin au cardinal Pacelli, lequel, devenu Pape sous le nom de Pie XII, réalisera cette consécration en 1942. A partir de cette année-là, Alexandrina obtient la grâce que sa passion et ses stigmates ne soient plus visibles à l’extérieur. C’est alors aussi qu’elle cesse totalement de se nourrir, et cela jusqu’à sa mort, c'est-à-dire pendant 13 ans. Ces événements mystiques étant de plus en plus connus (à son grand regret, mais Jésus lui explique qu’elle revit sa vie publique), des foules, de plus en plus nombreuses, commencent à affluer chez elle : 15000 personnes le 29 juin 1953. (L’archevêché avait interdit toute visite en 1944 et 1952, mais finalement était revenu sur sa décision). Alexandrina voit la mort approcher avec lucidité ; alors, par deux fois, elle dicte un testament spirituel adressé aux pécheurs. Elle meurt le Jeudi 13 octobre 1955 (jour anniversaire de la dernière apparition  à Fatima).

19144973

Prière pour demander la Canonisation de la Bienheureuse Alexandrina de Balasar


Très Sainte Trinité, source de toute sainteté, je Vous adore et Vous rends grâce pour les vertus que Vous avez fait jaillir dans le cœur de votre servante la Bienheureuse Alexandrina Maria. Faites que je sache imiter son zèle ardent pour Votre Gloire. Suscitez en mon cœur l’horreur du péché, un amour plus grand pour l’Eucharistie, un vif esprit de prière. Glorifiez aussi sur la terre Votre Servante et accordez-moi, par son intercession, la grâce qu’ardemment je vous demande... Glorifiez-la par le Cœur Immaculé de Marie, par elle aimé avec une filiale prédilection.


Notre Père, Je vous salue Marie, Gloria.

Alexandrina Maria, prie le Seigneur pour nous.

Pour approfondir

http://alexandrina.balasar.free.fr

Alex_Colle

Téléchargez le texte de ce chemin de Croix (pdf) en cliquant ici

Sainte Jeanne Beretta Molla

foto_20santa_20gianna

Sainte Jeanne Beretta Molla

« Mère de famille jusqu'au bout... »

1922-1962

Fête le 28 avril


Jeanne Beretta-Molla est née le 4 octobre 1922 à Magenta, près de Milan, d’Albert et de Marie De Micheli. Elle est la dixième de leurs treize enfants. Déjà toute jeune, elle consent à accueillir pleinement le don de la foi et l’éducation pleinement chrétienne que ses excellents parents lui transmettent et qui la conduisent à considérer la vie comme un don merveilleux de Dieu, à avoir confiance en la Providence, à être sûre de la nécessité et de l’efficacité de la prière. A cinq ans et demi Jeanne reçoit sa Première Communion: c’est un moment important de sa vie, à l’origine de sa fréquence assidue à l’Eucharistie, qui devient soutien et lumière de son enfance, de son adolescence et de sa jeunesse. Au cours de ces années les difficultés et les souffrances ne manquent pas: changement d’école, santé fragile, déménagement de la famille, maladie et mort de ses parents. Grâce à la richesse et à la grandeur de sa vie spirituelle, tout cela ne produit en Jeanne ni chocs ni déséquilibres, au contraire sa sensibilité en résulte affinée et sa vertu exaltée. Au lycée et à l’université, elle se dédie avec diligence à ses études et c’est au cours de ces années que sa foi se transforme en un généreux engagement d’apostolat parmi les jeunes appartenant à l’«Azione Cattolica» et de charité envers les personnes âgées et les indigents, qui s’exerce dans le cadre des «Conferenze di San Vincenzo». Devenue en 1949 docteur en médecine et en chirurgie, auprès de l’Université de Pavie, elle ouvre en 1950 un cabinet de consultation à Mesero et en 1952 elle se spécialise en pédiatrie auprès de l’Université de Milan. C’est en exerçant sa profession de médecin, qu’elle ressent et qu’elle accomplit comme une mission, que son noble engagement s’accroît et que sa grande joie de vivre et de jouir des merveilles de la création s’exprime par la musique, la peinture, le ski et l’alpinisme. En priant et en faisant prier, Jeanne s’interroge sur sa vocation, qu’elle considère comme un don de Dieu. Elle pense d’abord être missionnaire laïque au Brésil pour aider son frère, Père Albert, médecin missionnaire, prêtre capucin à Grajaù. Mais le Seigneur l’appelle à la vocation du mariage, Jeanne l’accueille pleine d’enthousiasme et elle s’engage à se donner entièrement «pour former une véritable famille chrétienne». Elle épouse l’ingénieur Pietro Molla le 24 septembre 1955, dans la basilique de Saint-Martin à Magenta et elle est une épouse heureuse. Elle devient la plus heureuse des mères en novembre 1956 à la naissance de Pierluigi; en décembre 1957, de Mariolina; en juillet 1959 de Laura. C’est avec simplicité et équilibre qu’elle sait harmoniser ses devoirs de mère, d’épouse, de médecin à Mesero et à Ponte Nuovo de Magenta, et sa grande joie de vivre. En septembre 1961, vers la fin de son deuxième mois de grossesse, elle connaît la souffrance et le mystère de la douleur: un volumineux fibrome, une tumeur bénigne à l’utérus se développe. Avant d’être opérée pour enlever ce fibrome, connaissant parfaitement le risque qu’elle courrait en poursuivant sa grossesse, elle supplie le chirurgien de sauver la vie qu’elle porte en son sein et s’en remet complètement à la prière et à la Providence. La vie est sauve. Jeanne remercie le Seigneur et passe les sept mois qui la séparent de son accouchement, avec une incomparable force d’âme et toute son ardeur de mère et de médecin. Quelques jours avant son accouchement, ayant toujours confiance en la Providence, elle est prête à donner sa propre vie pour sauver celle de sa créature et elle dit à son mari Pierre: «Si vous devez décider entre moi et l’ enfant, aucune hésitation, choisissez - et je l’exige - l’enfant. C’est lui qu’il faut sauver». Le matin du 21 avril 1962, à l’hôpital de Monza, elle met au monde Jeanne Emmanuelle par l’intermédiaire d’une césarienne. Mais déjà quelques heures plus tard ses conditions s’aggravent: fièvre toujours plus élevée et souffrances abdominales atroces, dues à une péritonite septique. Malgré tous les soins, ses conditions empirent de jour en jour. A l’aube du 28 avril on la ramène chez-elle à Ponte Nuovo de Magenta, où elle meurt à 8 heures du matin. Elle est enterrée dans le cimetière de Mesero, alors que rapidement se diffuse la renommée de sa sainteté, grâce à sa vie et à l’immensité de son geste d’amour qui l’a couronnée. Le Pape Jean-Paul II l’a proclamée Bienheureuse le 24 avril 1994 et Sainte le 16 mai 2004. Sa fête liturgique est le 28 avril.

GiannainviaggiodinozzeaTaorminasettembre1955

Prière


Ô Dieu, qui eêtes notre Père, nous Vous louons et Vous bénissons parce qu’en sainte Jeanne Beretta-Molla Vous nous avez donné et Vous nous avez fait connaître une femme témoin de l’Évangile comme jeune, épouse, mère et médecin. Nous Vous remercions parce que, à travers le don de sa vie, Vous nous apprennez à accueillir et honorer toute créature humaine.


Vous avez été, Seigneur Jésus, pour elle un point de référence privilégié. Elle a su Vous reconnaître dans la beauté de la nature. Alors qu’elle s’interrogeait sur son projet de vie, c’est Vous qu’elle recherchait pour Vous servir de la meilleure manière. À travers l’amour conjugal, elle a été signe de Votre Amour pour l’Eglise et pour l’humanité. Comme Vous, le Bon Samaritain, elle s’est arrêtée auprès de chaque personne malade, petite et faible. À Votre Exemple et par Votre Amour, elle s’est donnée entièrement en donnant la vie, sa vie.


Saint-Esprit, Source de toute perfection, donnez-nous la Sagesse, l’intelligence et le courage pour que, à l’exemple de sainte Jeanne et par son intercession, dans notre vie personnelle, familiale et professionnelle, nous sachions nous mettre au service de tout homme et de toute femme et grandir ainsi dans l’amour et dans la sainteté. Amen.


Avec approbation ecclésiastique

Posté par fmonvoisin à 15:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,