21 avril 2019

O Filii et filiae

 

O Filii et filiae

Yann-Fañch Kemener (1957-2019)

Extrait de Kan ar Basion - Les Chants de la Passion

Disponible chez Buda Records, 2015

 

Klevet holl vugale Doué

Roue ar Zent hag an aele

A varo ’zo deut be’ hirie. Allelouia

 

Madelen, ganti div all c’hoaz

Euz ar be’ zantel pa dostaz,

Digor ha goulo de c’havas. Allelouia

 

Kentis ma klevjont an doare,

Daou abostol trezek ar be’

Buanan ma c’hellent a rede. Allelouia

 

Mab an diskib muian karet

Primoc’h ’vit Per an eus redet

Pa n’eus gwellet an eus kredet. Allelouia

 

Un ael gwenn eno azeet,

A respont d’ar grwage nec’het

Ema Jezus ressusitet. Allelouia

 

Er zal dek deus an esbestel

En e zav dirak-he hen gwel :

« Peoc’h emezan, dac’h tud fidel ! » Allelouia

 

An neventi pan he c’hievas

Un abostol hanveet Tomas

Disfius a chomas. Allelouia

 

Zelet Tomas, setu aze

- Ma zreid, ma daouarn, ma c’hoste,

Hang anzavet ar wririone. Allelouia

 

Pa welas Tomas ar goulioù

A zo merket en e vamproù

- C’hwi emezan eo ma otroù ! Allelouia

 

E’vrus ar re an eus kredet

Hep kaout ezom da welet,

An envoù deze zo roet. Allelouia

 

Ar goel-man kaer dreist peb hini

Ra vezo dre ol melodi

D’un Doue ken-mat ouzomp-ni ! Allelouia

 

Ia, o Jezus, ’vel ma tleomp

Eus ho karante’ evidomp

Mil drugare dac’h a ganomp Allelouia

 

Traduction

 

Ecoutez tous, enfants de Dieu :

Le Roi des Saints et des Anges

De la mort est ressuscité. Alléluia.

 

Madeleine et deux autres femmes

En s’approchant de la Sainte Tombe,

La trouvèrent ouverte et vide. Alléluia.

 

Aussitôt qu’ils entendirent la nouvelle,

Deux des Apôtres

accoururent en toute hâte. Alléluia.

 

Le fils du disciple le plus aimé

Est accouru plus vite que Pierre

Quand il a vu il a cru. Alléluia.

 

Un Ange blanc qui était assis

Répondit aux femmes tourmentées :

« Jésus est ressuscité ». Alléluia.

 

Dans la salle dix Apôtres

Debout devant eux le voit :

- « Paix sur vous mes fidèles », dit-il. Alléluia.

 

Quand il entendit la nouvelle,

Un Apôtre nommé Thomas

Resta méfiant. Alléluia.

 

Regardez Thomas, regardez là

- Mes pieds, mes mains, mon flanc

Et reconnaissez la vérité. Alléluia.

 

Quand Thomas vit les plaies

Dont ses membres était marqués :

- « Vous êtes mon Seigneur ! » Alléluia.

 

Heureux ceux qui ont cru

Sans avoir besoin de voir

Le Ciel leur sera accordé. Alléluia.

 

Cette fête par-dessus toutes

Mérite une louange universelle,

Pour un Dieu si bon à notre égard. Alléluia.

 

Oui, ô Jésus, comme nous le devons,

Pour votre amour envers nous

Nous te chantons mille fois merci. Allelluia.


23 avril 2011

Saint jour de Pâques

 

248_001

Saint jour de Pâques

 

Qu’éclate la joie de pâques!

Qu’elle s’élève sur toute la terre Comme une flamme dans la nuit et qu’elle illumine la vie de tous les hommes!

Jésus est plus fort que la mort!

Qu’éclate la joie de Pâques!

Qu’elle ruisselle sur toute la terre comme une eau vive qui calme la soif Des chercheurs de vérité!

Jésus est vivant pour toujours!

Qu’éclate la joie de Pâques!

Qu’elle soit distribuée à toute la terre comme du pain Qui apaise la faim de ceux qui tendent les mains!

Jésus est le sauveur de tous les hommes!

Qu’éclatent la joie de Pâques!

Qu’elle résonne et carillonne sur toute la terre Comme un chant d’allégresse, comme la Bonne Nouvelle qui redonne espoir aux enfants de Dieu!

Jésus est ressuscité!

 

Extrait de « Qu’éclate la joie de Pâques » Les enfants vers Pâques 2006, année B, Editions du Signe

162_001

La Résurrection du Seigneur

Extraits de « L’Évangile tel qu'il m'a été révélé », de Maria Valtorta

 

Je revois la joyeuse et puissante Résurrection du Christ. Dans le jardin, tout est silence et scintillement de la rosée. Au-dessus, un ciel qui devient d’un saphir de plus en plus clair, après avoir quitté son bleu-noir criblé d’étoiles qui, pendant toute la nuit, avaient veillé sur le monde. L’aube repousse de l’orient vers l’occident les zones encore obscures, comme fait l’eau pendant une marée haute qui avance toujours plus pour couvrir le rivage obscur, et remplaçant le gris-noir du sable humide par le bleu des eaux marines. Quelque étoile ne veut pas encore mourir et jette un regard de plus en plus débile sous l’onde de lumière vert-claire de l’aube, d’un blanc laiteux nuancé de gris, comme les feuillages des oliviers engourdis qui couronnent un coteau peu distant. Et puis elle naufrage, submergée par l’onde de l’aube comme une terre que recouvre l’eau. Et puis en voilà une de moins... Et puis encore une de moins.., et une autre, et une autre. Le ciel perd ses troupeaux d’étoiles et seulement là-bas, à l’extrême occident, trois, puis deux, puis une, restent à regarder ce prodige quotidien qu’est l’aurore qui se lève. Et voilà : quand un filet de rose trace une ligne sur la soie turquoise du ciel oriental, un soupir de vent passe sur les feuillages et sur les herbes et dit: « Réveillez-vous. Le jour est revenu ». Mais il ne réveille que les herbes et les feuillages qui frissonnent sous leurs diamants de rosée et ont un bruissement ténu, arpégé par les gouttes qui tombent. Les oiseaux ne se réveillent pas encore dans les branches touffues d’un cyprès de grande taille qui semble dominer comme un seigneur dans son royaume, ni dans l’entrelacement embrouillé d’une haie de lauriers qui abrite de la tramontane.

 

Les gardes ennuyés, transis de froid, pris par le sommeil, dans des poses variées veillent sur le Tombeau, dont la porte de pierre a été renforcée, sur ses bords, par une épaisse couche de chaux, comme si c’était un contrefort, sur le blanc opaque de laquelle se détachent les larges rosaces de cire rouge, imprimées avec d’autres, directement dans la chaux fraîche, du sceau du Temple. Les gardes doivent avoir allumé du feu pendant la nuit car il y a de la cendre et des tisons pas encore éteints sur le sol, et ils doivent avoir joué et mangé, car il y a encore, répandus sur le sol, des restes de nourriture et des osselets nets qui ont servi certainement pour quelque jeu, comme notre jeu de domino ou notre jeu enfantin de billes, joués sur un primitif échiquier tracé sur le sentier. Puis ils ont tout laissé en plan par lassitude pour chercher des poses plus ou moins commodes pour dormir ou pour veiller. Dans le ciel qui maintenant, à l’orient, a une étendue toute rosée qui s’agrandit de plus en plus dans le ciel serein, où par ailleurs il n’y a pas encore de rayon de soleil, se présente, venant de profondeurs inconnues, un météore resplendissant qui descend, boulet de feu d’une splendeur insoutenable, suivi d’un sillage rutilant qui peut-être n’est que le souvenir de sa splendeur sur notre rétine. Il descend à toute vitesse vers la Terre, en répandant une lumière si intense, si fantasmagorique, si effrayante dans sa beauté, que la lumière rosée de l’aurore disparaît éclipsée par cette blancheur incandescente. Les gardes lèvent la tête, étonnés, parce qu’aussi avec la lumière arrive un grondement puissant, harmonieux, solennel, qui remplit de lui-même toute la Création. Il vient de profondeurs paradisiaques. C’est l’alléluia, la gloire angélique qui suit l’Esprit du Christ revenant dans sa Chair glorieuse. Le météore s’abat contre l’inutile fermeture du Tombeau, l’arrache, la jette parterre, foudroie de terreur et de bruit les gardes mis comme geôliers du Maître de l’Univers en produisant, avec son retour sur la Terre, un nouveau tremblement de terre comme il l’avait produit en fuyant la Terre cet Esprit du Seigneur. Il entre dans le sombre Tombeau qu’éclaire sa lumière indescriptible, et pendant qu’il reste suspendu dans l’air immobile, l’Esprit se réinfuse dans le Corps sans mouvement sous les bandes funèbres. Tout cela non dans une minute, mais dans une fraction de minute, tant l’apparition, la descente, la pénétration et la disparition de la Lumière de Dieu a été rapide...

 

Le « Je veux » du divin Esprit à sa Chair froide n’a pas de son. Le son est dit par l’Essence à la Matière immobile. Aucune parole n’est entendue par l’oreille humaine. La Chair reçoit le commandement et lui obéit en poussant un profond soupir... Rien d’autre pendant quelques minutes. Sous le Suaire et le Linceul, la Chair glorieuse se recompose en une beauté éternelle, se réveille du sommeil de la mort, revient du "rien" où elle était, vit après avoir été morte. Certainement le cœur se réveille et donne son premier battement, pousse dans les veines le sang gelé qui reste et en crée tout d’un coup la mesure totale dans les artères vides, dans les poumons immobiles, dans le cerveau obscur, et ramène la chaleur, la santé, la force, la pensée. Un autre moment, et voilà un mouvement soudain sous le lourd Linceul. Le mouvement est soudain, depuis l’instant certainement où il remue ses mains croisées jusqu’au moment où il apparaît debout majestueux, splendide dans son vêtement de matière immatérielle, surnaturellement beau et imposant, avec une gravité qui le change et l’élève tout en le laissant Lui-même, l’œil a à peine le temps d’en suivre le développement. Et maintenant, il l’admire: si différent de ce que la pensée lui rappelle, en forme, sans blessures ni sang, mais seulement éblouissant de la lumière qui jaillit à flots des cinq plaies et sort par tous les pores de son épiderme.

 

Il fait son premier pas: dans son mouvement les rayons qui jaillissent des mains et des pieds l’auréolent de lames de lumière; depuis la tête nimbée d’un diadème qui est fait des innombrables blessures de la couronne qui ne donnent plus de sang mais seulement de la splendeur, jusqu’au bord du vêtement quand, en ouvrant les bras qu’il a croisés sur sa poitrine, il découvre la zone de luminosité très vive qui filtre de son habit en lui donnant l’éclat d’un soleil à la hauteur du cœur. Alors c’est réellement la « Lumière » qui a pris corps, pas la pauvre lumière de la Terre, pas la pauvre lumière des astres, pas la pauvre lumière du soleil. Mais la Lumière de Dieu: toute la splendeur paradisiaque qui se rassemble en un seul Être et Lui donne ses azurs inconcevables pour pupilles, ses feux d’or pour cheveux, ses candeurs angéliques pour vêtement et coloris, et tout ce qui est, d’indescriptible pour la parole humaine, la suréminente ardeur de la Très Sainte Trinité, qui annule par son ardente puissance tout feu du Paradis, en absorbant en Elle-même pour l’engendrer à nouveau à chaque instant du Temps éternel, Cœur du Ciel qui attire et diffuse son sang, les innombrables gouttes de son sang incorporel: les bienheureux, les anges, tout ce qui est le Paradis: l’amour de Dieu, l’amour pour Dieu, tout ce qui est la Lumière qu’est, que forme, le Christ Ressuscité. Quand il se déplace, en venant vers la sortie, et que l’œil peut voir au-delà de sa splendeur, voici que m’apparaissent deux clartés très belles, mais semblables à des étoiles par rapport au soleil, l’une d’un côté, l’autre de l’autre côté du seuil, prosternées en adoration pour leur Dieu qui passe enveloppé dans sa lumière, béatifiant en son sourire. Il sort abandonnant la funèbre grotte et revenant fouler la terre que la joie réveille et qui resplendit toute dans sa rosée, dans les couleurs des herbes et des rosiers, dans les innombrables corolles des pommiers qui s’ouvrent par prodige au premier soleil qui les baise, et au Soleil éternel qui avance sous eux.

 

Les gardes sont là, évanouis... Les forces corrompues de l’homme ne voient pas Dieu pendant que les forces pures de l’univers : les fleurs, les herbes, les oiseaux admirent et vénèrent le Puissant qui passe dans un nimbe de sa propre Lumière et dans un nimbe de lumière solaire. Son sourire, le regard se pose sur les fleurs, sur les ramilles, qui se lève vers le ciel serein, et tout prend une plus grande beauté. Et plus soyeux et plus nuancés sont les millions de pétales qui font une mousse fleurie au-dessus de la tête du Vainqueur. Et plus vifs sont les diamants de rosée. Et plus bleu est le ciel que réfléchissent ses yeux resplendissants, et plus joyeux le soleil qui peint de gaieté un petit nuage porté par un vent léger qui vient baiser son Roi avec des parfums enlevés aux jardins et des caresses de pétales soyeux. Jésus lève la main et bénit et puis, pendant que les oiseaux chantent plus fort et que le vent porte ses parfums, il disparaît à mes yeux en me laissant dans une joie qui efface le plus léger souvenir de tristesse et de souffrance et d’hésitation sur le lendemain.

050_001

Méditation

 

« Je vous donne une garde; allez, organisez la surveillance comme vous l'entendez » (Mt 27, 65). Le tombeau de Jésus est fermé et scellé. À la demande des grands prêtres et des pharisiens, des soldats furent placés pour le garder, afin que personne ne puisse voler son corps (cf. Mt 27, 62-64). Tel est l'événement qui est le point de départ de la liturgie de la Veillée pascale. Ceux qui avaient voulu la mort de Jésus, le considérant comme un « imposteur » (Mt 27, 63), veillaient à côté du sépulcre. Leur désir était qu'il soit, avec son message, enseveli pour toujours. Non loin de là veillait Marie, et avec elle les Apôtres et quelques femmes. Ils conservaient gravée dans leur cœur l'image bouleversante des événements qui venaient de se dérouler.

 

En cette nuit, l'Église veille dans toutes les parties de la terre et elle revit les étapes fondamentales de l'histoire du salut. La liturgie solennelle que nous célébrons est une expression de cette "veille" qui, d'une certaine façon, rappelle celle de Dieu, dont parle le livre de l'Exode : "Ce fut une nuit de veille pour le Seigneur, quand il fit sortir d'Égypte les fils d'Israël; ce doit être [...], de génération en génération, une nuit de veille en l'honneur du Seigneur" (Ex 12, 42). Dans son amour prévoyant et fidèle, qui surpasse le temps et l'espace, Dieu veille sur le monde. Ainsi chante le psalmiste: « Non, il ne dort pas, ne sommeille pas, le gardien d'Israël. Le Seigneur est ton gardien [...]. Le Seigneur te gardera [...] maintenant et à jamais » (Ps 120 [121], 4-5. 8).

 

Le passage entre le deuxième et le troisième millénaire, que nous sommes en train de vivre, est conservé lui aussi dans le mystère du Père. Il « est toujours à l'œuvre » (Jn 5, 17) pour le salut du monde et, par son Fils fait homme, il conduit son peuple de l'esclavage à la liberté, de la mort à la vie. Toute l'œuvre du grand Jubilé de l'An 2000 est, pour ainsi dire, inscrite dans cette nuit de Veille, qui porte à son achèvement celle de la Nativité du Seigneur. Bethléem et le Calvaire rappellent le même mystère d'amour de Dieu, qui « a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique: ainsi tout homme qui croit en lui ne périra pas, mais il obtiendra la vie éternelle » (Jn 3, 16).

 

Dans sa veille, en cette Nuit sainte, l'Église se penche sur les textes de l'Écriture qui retracent le projet divin de la Genèse à l'Évangile et qui, grâce aussi aux rites liturgiques du feu et de l'eau, confèrent à cette célébration singulière une dimension cosmique. Tout l'univers créé est appelé à veiller, en cette nuit, auprès du sépulcre du Christ. L'histoire du salut défile devant nos yeux, de la création à la Rédemption, de l'exode à l'Alliance sur le Sinaï, de l'ancienne à la nouvelle et éternelle Alliance. En cette Nuit sainte, le projet éternel de Dieu, qui investit l'histoire de l'homme et du cosmos, atteint son achèvement.

 

Dans la Veillée pascale, mère de toutes les veillées, tout homme peut reconnaître sa propre histoire de salut, qui a son fondement dans la renaissance dans le Christ par le Baptême. Telle est, de façon particulière, votre expérience, chers frères et sœurs qui allez recevoir les sacrements de l'initiation chrétienne: le Baptême, la Confirmation et l'Eucharistie. Vous venez de plusieurs pays du monde: le Japon, la Chine, le Cameroun, l'Albanie et l'Italie. La diversité de vos pays d'origine met en évidence l'universalité du salut apporté par le Christ. D'ici peu, chers amis, vous serez intimement introduits dans le mystère d'amour de Dieu, Père, Fils et Esprit Saint. Puisse votre existence devenir un chant de louange à la très Sainte Trinité et un témoignage d'amour qui ne connaît pas de frontières!

 

« Ecce lignum Crucis, in quo salus mundi pependit: venite adoremus! » C'est ce que l'Église a chanté hier en montrant le bois de la Croix « auquel a été suspendu le Christ Sauveur du monde ». « Il a été crucifié, est mort, a été enseveli », récitons-nous dans le Credo. Le sépulcre ! Voici l'endroit où on l'avait déposé (cf. Mc 16, 6). Spirituellement, la Communauté ecclésiale des différentes parties de la terre est là présente. Nous y sommes nous aussi avec les trois femmes qui se rendent au sépulcre avant l'aube, pour embaumer le corps sans vie de Jésus (cf. Mc 16, 1-2). Leur empressement est notre empressement. Avec elles nous découvrons que la grosse pierre tombale a été roulée et que le corps n'est plus là. « Il n'est pas ici », annonce l'ange, en montrant le sépulcre vide et les bandelettes funéraires par terre. La mort n'a plus aucun pouvoir sur Lui (cf. Rm 6, 9). Le Christ est ressuscité! C'est ce qu'au terme de cette nuit de Pâques, l'Église annonce, elle qui hier avait proclamé la mort du Christ sur la Croix. C'est une annonce de vérité et de vie.

 

« Surrexit Dominus de sepulchro, qui pro nobis pependit in ligno. Alleluia! ». Le Seigneur, qui pour nous fut suspendu à la croix, s'est levé du tombeau. Oui, le Christ est vraiment ressuscité et nous en sommes témoins! Nous le crions au monde, pour que la joie qui est la nôtre atteigne beaucoup d'autres cœurs, allumant en eux la lumière de l'espérance qui ne déçoit pas. Le Christ est ressuscité, alléluia!

 

Jean Paul II, le 22 avril 2000

393_001

Victimæ paschali laudes

(Séquence du Dimanche de Pâques)

 

Victimæ paschali laudes immolent Christiani.

Ala Victime pascale, chrétiens offrons nos louanges.

 

Agnus redemit oves, Christus innocens Patri reconciliavit peccatores.

L’Agneau sauva les brebis, le Christ innocent réconcilia les pécheurs avec le Père.

 

Mors et vita duello conflixere mirando, dux vitæ mortuus regnat vivus.

La mort et la vie ont combattu en un duel prodigieux, le maître de la vie mourut, vivant Il règne.

 

Dic nobis Maria quid vidisti in via?

Dis-nous Marie [Magdeleine] qu’as-tu vu en chemin?

 

Sepulchrum Christi viventis et gloriam vidi resurgentis.

J’ai vu le Christ vivant en son sépulcre et la gloire du Ressuscité.

 

Angelicos testes, sudarium et vestes.

J’ai vu les Anges témoins, le suaire et les vêtements.

 

Surrexit Christus spes mea: præcedet suos in Galilæam.

Le Christ, mon Espérance, est ressuscité, il vous précédera en Galilée.

 

Scimus Christus surrexisse a mortuis vere. Tu nobis victor Rex, miserere! Amen! Alleluia!

Nous savons le Christ vraiment ressuscité des morts. Roi victorieux, prends pitié de nous! Ainsi soit-il! Louez le Seigneur!


628_001


Saintes et Joyeuses fêtes de Pâques a vous tous !