05 mars 2022

Le Mois de Saint Joseph

Le Mois de Saint Joseph

 

12

 

Sixième jour

6 Mars

 

Le voyage de la Sainte Famille

 

Prélude : À l'exemple des peintres chrétiens, représentons-nous le voyage de la sainte Famille pour se rendre en Egypte. Elle traverse un désert où les oasis se rencontrent rarement et à de longs intervalles. Un âne marche, portant les instruments de travail de saint Joseph. Marie tient dans ses bras l'enfant Jésus. Joseph guide ce cortège, que les anges accompagnent invisiblement.

 

Méditation

 

Saint Joseph a réuni en toute hâte les outils de son état, afin de s'en servir en Egypte et d'alimenter, par son travail, Marie et Jésus. Puis la pauvre famille se met en marche, seule, sans guide, pour se rendre en Egypte, à travers les quatre cents milles de distance qui les en séparent, ayant à passer des montagnes, des voies difficiles et arides, des déserts sablonneux.

 

Oh ! quelle ne dut pas être la peine de saint Joseph dans ce voyage ! Il voyait souffrir son épouse bien-aimée, peu habituée à cheminer en portant le saint enfant sur ses bras ! Ils le portaient tantôt l'un, tantôt l'autre, tantôt Marie, tantôt Joseph. À chaque pas de leur fuite, ils tremblaient de rencontrer un soldat d'Hérode ! La saison était rigoureuse : le vent et les neiges leur faisaient endurer mille privations. De quoi devaient-ils se nourrir pendant ce long trajet ? Peut- être d'un peu de pain apporté de Bethléem, peut-être aussi d'un peu de pain qu'on leur donnait en aumône. La nuit, où devaient-ils dormir ? Tantôt sous un toit abandonné, tantôt dans le désert où en pleine campagne, tantôt sous quelque arbre.

 

Sans doute le cœur de Joseph restait uni et complètement uni à la volonté du Père éternel, qui voulait que son Fils commençât dès l'enfance à souffrir, afin de satisfaire pour les péchés du genre humain et de chacun de nous en particulier. Mais le cœur si tendre et si aimant de saint Joseph ne pouvait s'empêcher d'éprouver un sensible chagrin en voyant trembler l'enfant, en entendant les petits cris que le froid lui faisait pousser, en le sachant exposé à tant de souffrances que trahissaient ses larmes.

 

Par quelles alternatives de consolations et de douleurs, d'allégresses et de tristesses, Dieu veut faire passer saint Joseph ! Grande leçon pour nous ! Notre bienheureux père s'est sanctifié en acceptant toutes choses avec résignation et conformité à la volonté de Dieu.

 

Résolution : Dans les moments d'abattement et d'ennui, s'unir à la courageuse résignation de saint Joseph.

 

Bouquet spirituel : « Joseph se leva, prit l'enfant et sa mère, et partit ». (Matthieu 2, 21).

 

Exemple

Hospitalité miraculeuse

 

Jérôme de Pistole se trouvait une nuit en voyage dans les environs de Venise, quand il eut le malheur de s'égarer. Épuisé de fatigue, il implora le secours de Jésus, Marie et Joseph. Tout à coup une lumière brillante l'attire vers une petite maison habitée par un vieillard, une jeune femme et un enfant. Il y fut accueilli parfaitement. La nuit se passe, et le religieux se réveille plein de force, mais la maison hospitalière avait disparu, et il se trouve dans sa route. Jésus, Marie et Joseph avaient été ses hôtes. (Chronique de l'ordre des Capucins).

 

Saint Joseph (Beaulieu)

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Saint Joseph, ainsi que les prochaines prières, neuvaines,

abonnez-vous à la newsletter d’images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 


04 mars 2022

Le Mois de Saint Joseph

Le Mois de Saint Joseph

 

5

 

Cinquième jour

5 Mars

 

Le départ pour l'Égypte

 

Prélude : La nuit est épaisse et noire : la nature semble se voiler devant les horreurs que médite Hérode. Au milieu de ces ténèbres, une vive clarté illumine la chambre où Joseph prend son repos. Un ange, lui parlant avec une sorte de respect, transmet à ce saint Patriarche, qui les reçoit avec une admirable soumission, les ordres du Très-Haut, dont il représente la paternité sur la terre.

 

Méditation

 

Les Mages, en cherchant Jésus-Christ, apprirent à Hérode, l'ennemi du Sauveur, que le roi des Juifs était né. À cette nouvelle, le prince barbare ordonne de mettre à mort tous les petits enfants qui se trouvaient pour lors à Bethléem ou dans les environs. Mais l'heure de la mort de Jésus n'avait pas encore sonné. Aussi Dieu ne permet pas que les desseins du cruel roi des Juifs s'accomplissent ; il veut délivrer son Fils de la mort, et il songe à aviser Joseph. Ô Joseph ! c'est donc vous qui devez préserver le divin Enfant de la mort !

Un ange lui apparaît, il l'avertit de prendre l'enfant et sa mère, pour s'enfuir en Égypte.

Considérons ici la prompte obéissance de Joseph ! L'ange ne lui a rien fixé par rapport au temps du départ, il ne lui a indiqué aucune heure. Mais l'accomplissement des volontés de Dieu ne souffre aucun retard dans les âmes qui lui sont vraiment unies. Allons ! point d'hésitation, pas d'objection, pas de réplique. L'ange a parlé, Dieu a parlé. Rien n'arrête saint Joseph. Sans laisser à son esprit le temps de formuler aucune objection, quant à l'heure, ni quant au mode de voyage, ni quant au lieu où il se rendra en Égypte, il s'habille et se prépare incontinent à partir. Aussitôt il s'en va prévenir sa chaste épouse, et comme Marie n'hésite pas plus que lui dans l'accomplissement des vouloirs divins, cette nuit-là même, suivant le récit de Gerson, confirmé par les autres historiens, il se met en route pour l’Égypte.

Ô soumission admirable ! Ô obéissance prompte ! Ô sujétion intérieure des cœurs ! Ô union de la volonté souveraine à la volonté divine ! combien peu vous êtes connues, même des âmes que leur vocation appelle à une perfection plus haute et plus conforme à celle de saint Joseph, ce vrai patron des âmes intérieures !

 

Résolution : Accomplir la volonté de Dieu et les ordres de nos supérieurs avec la soumission de l'esprit et du cœur, comme saint Joseph nous l'apprend par son exemple.

Bouquet spirituel : « Prenez l'enfant Jésus et fuyez en Égypte ». (Matthieu 2, 13)

 

Exemple

Une sainte pensée

 

Un chanoine de Chartres, que Gerson avait connu au concile de Constance, fit en mourant un legs considérable à son église, à la condition que tous les ans, le jour anniversaire de sa mort, on ferait mémoire de saint Joseph dans l'église de Chartres et qu'on offrirait le saint Sacrifice de la Messe en son honneur et pour le remercier d'avoir sauvé Jésus des mains de ses ennemis, lors de sa fuite en Égypte, et de tous les soins qu'il prit pour sa très sainte mère, s'oubliant ainsi lui-même pour ne penser qu'à la gloire de saint Joseph. (Gerson, Lettres).

 

Saint Joseph (Beaulieu)

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Saint Joseph, ainsi que les prochaines prières, neuvaines,

abonnez-vous à la newsletter d’images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

03 mars 2022

Le Mois de Saint Joseph

Le Mois de Saint Joseph

 

363_001

 

Quatrième jour

4 Mars

 

Les premiers adorateurs

 

Prélude : Des hommes simples sont agenouillés autour du divin enfant Jésus. Ils le contemplent et l'adorent avec une simplicité touchante. L'enfant leur sourit, Marie contemple l'enfant, et Joseph est muet d'admiration devant cette scène. Des larmes mouillent ses paupières et coulent lentement sur ses joues vénérables... Dans le lointain, on voit apparaître les nobles Orientaux qui viennent offrir à leur tour les hommages de la gentilité au Sauveur.

 

Méditation

 

Joseph marchait d'admiration en admiration. Les anges s'étaient unis à Marie et à lui pour adorer son enfant. Et voici venir d'autres adorateurs. Considérons les mystères de leur venue. Jésus aime par-dessus tout l'humilité de l'esprit et la simplicité de cœur ; voilà pourquoi il appelle les bergers avant les savants et les riches. Il les appelle pendant leur veille, parce que Jésus aime les âmes attentives à trouver l'occasion de faire le bien. Il les appelle pendant qu'ils veillent à la garde de leur troupeau, parce que Jésus aime les âmes soigneuses de dompter leurs passions et de veiller à la garde des affections de leur cœur, selon cette parole des saints Livres : « Gardez votre cœur en toute vigilance, c'est de lui que vient la vie ! » Joseph entre dans tous ces mystères, il étudie les desseins merveilleux de Dieu, qui éclatent autour de la crèche. Il est dans le ravissement, et ce ravissement augmente à l'arrivée des Mages.

« Ah ! se dit le grand saint, voici que le Ciel a parlé aux hommes. Voici les prémices des Gentils. Nous serons tous frères et enfants du même Dieu, parce que nous sommes tous appelés aux mêmes lumières de la foi que Jésus enfant apporte à la terre ! Ô mon Sauveur ! soyez béni mille fois pour le grand bienfait que vous venez apporter au monde. L'esclavage de l'humanité va finir.

« Tous les hommes sont appelés à jouir de ce qui n'était jusqu'ici que le privilège du peuple choisi et bien-aimé auquel j'appartiens ! »

 

Résolution : Chercher souvent à étudier les desseins adorables de la Providence dans les choses et dans les événements de la vie.

Bouquet spirituel : « Nous sommes venus l'adorer ». (Matthieu 2, 2).

 

Exemple

Naïve confiance

 

Nous ne connaissons rien de plus gracieux et de plus naïvement confiant que cette lettre d'une toute petite enfant, qui écrivait à saint Joseph :

« Mon bon père saint Joseph, vous savez bien pourquoi je vous écris et ce que je désire le plus, c'est que tous mes parents fassent leurs Pâques, qu'ils servent bien le bon Dieu pour mériter d'aller le voir au ciel, mais pas encore. Faites aussi, mon bon père, que nos vers à soie aillent bien cette année, que nous ayons des pommes de terre et un peu de blé. Pour obtenir ces grâces, je chanterai tous les jours votre cantique, je dirai vos litanies, et serai toujours votre petite servante ». (La Dévotion à saint Joseph inspirée à la jeunesse).

 

Saint Joseph (Beaulieu)

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Saint Joseph, ainsi que les prochaines prières, neuvaines,

abonnez-vous à la newsletter d’images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

02 mars 2022

Le Mois de Saint Joseph

Le Mois de Saint Joseph

 

Repose-toi ô mère

 

Troisième jour

3 Mars

 

La naissance

 

Prélude : Contemplons ce tableau merveilleux : le ciel s'ouvre, les anges en sortent en foule et descendent avec rapidité vers l'étable. Jésus est né ! Une jeune femme à la figure modeste et recueillie présente le petit enfant qui vient de naître à son chaste époux. Joseph se prosterne, il adore quelque temps en silence, puis il tend paternellement et tendrement ses bras à l'enfant qui sourit en recevant ses caresses.

 

Méditation

 

Hier nous méditions sur la tristesse et la douleur de saint Joseph quand il se vit réduit à conduire Marie dans la pauvre étable où elle devait enfanter. Aujourd'hui, considérons l'admirable compensation que le Seigneur daigne accorder à son fidèle serviteur, aussitôt après la naissance de Jésus. Ah ! elles durent être bien vite oubliées, les épreuves du voyage et de l'arrivée, quand ce moment sublime eut sonné ! Des larmes de joie remplacèrent les larmes de l'épreuve, quand Joseph, qui, sans doute, se tenait uni à Dieu dans le silence de l'oraison, pendant que s'accomplissaient les mystères divins, s'entendit appeler par Marie.

« Viens, disait cette Vierge bénie, viens, Joseph, adorer notre Dieu fait petit enfant, qui est né dans cette étable ! Regarde et admire comme il est beau ! regarde dans cette crèche, sur ce foin ! c'est le Roi du monde : Vois comme il tremble de froid, celui qui embrase d'ardeur les séraphins! entends comme il pleure, celui qui est la joie du Paradis ! »

Ô âme chrétienne ! comprenez-vous quels durent être les sentiments de tendresse et d'amour de Joseph, quand il vit de ses propres yeux le Verbe éternel fait petit enfant, et qu'il entendit les anges chanter autour de leur roi, au milieu de cette grotte inondée de lumière ! Alors il se jeta à genoux, et pleurant des larmes d'amour, il disait : « Je vous adore, oui, je vous adore Seigneur, mon Dieu ! quel bonheur pour moi d'être le premier après Marie à vous voir né ! à savoir que dans le monde vous voulez être appelé et regardé comme mon fils ! Oh ! laissez-moi vous appeler de ce nom, laissez-moi vous dire : « Mon Dieu et mon fils ! » Je me consacre à vous tout entier. Ma vie ne sera plus à moi, elle sera toute à vous. Elle ne sera plus employée qu'à vous servir, ô mon maître ! »

 

Résolution : Dans les visites au Saint Sacrement, en regardant le tabernacle, songer et s'unir aux sentiments de saint Joseph, quand il regardait l'enfant Jésus dans la crèche.

Bouquet spirituel : « Voici que je vous annonce une grande joie : il vous est né un Sauveur ! » (Luc 2, 11).

 

Exemple

La fille adoptive de saint Joseph

 

Sainte Françoise fut comme ravie hors d'elle-même, le beau jour de sa première communion, et dans cette extase elle vit Notre Seigneur, la sainte Vierge, et auprès d'eux saint Joseph revêtu d'une très grande gloire. Tandis qu'elle admirait la beauté de ce Saint, il lui fut révélé qu'après Marie il avait la première place dans le ciel. Elle fut étonnée qu'un si grand mérite ne fût pas connu dans le monde; et dès ce moment elle se sentit pénétrée d'un profond respect et d'un ardent amour pour ce grand patriarche. Elle s'adressa à lui avec confiance, priant de lui permettre de le regarder comme son père et de l'invoquer sous ce titre. Cette prière fut très agréable à Jésus et à Marie, et particulièrement à saint Joseph, qui l'adopta pour sa fille. Il lui promit de lui faire ressentir le crédit et l'autorité dont il jouit auprès de Dieu, pour avoir été père et conducteur, nourricier et tuteur du Verbe incarné, l'époux de la divine Marie et le témoin de ses vertus. (Vie de la vénérable sœur Françoise de Saint-Joseph).

 

Saint Joseph (Beaulieu)

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Saint Joseph, ainsi que les prochaines prières, neuvaines,

abonnez-vous à la newsletter d’images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

01 mars 2022

Le Mois de Saint Joseph

Le Mois de Saint Joseph

 

Il n'y avait pas de place pour eux à l'hotellerie-001

 

Deuxième jour

2 Mars

 

L'arrivée à Bethléem

 

Prélude : Bethléem, la petite bourgade de Judée, est tout entière plongée dans un lourd sommeil. Toutes les portes sont closes, et l'on n'entend dans les rues étroites du village que le bruit des pas de quelques voyageurs attardés qui cherchent une place dans l'unique hôtellerie. Marie et Joseph sont du nombre de ces derniers. Ils se dirigent dans le silence de l'oraison vers l'hôtellerie où ils pensent que le Verbe fait chair a daigné choisir le lieu de sa naissance.

 

Méditation

 

Ô Joseph ! que votre cœur dut souffrir lorsque, en heurtant à la porte de l'hôtellerie de Bethléem, vous vites apparaître ce valet insolent qui jeta un regard de mépris sur votre habit grossier et sur votre extérieur d'artisan et vous repoussa brusquement avec ces mots : « Il n'y a pas de place pour vous ! » Ah ! sans doute, pour vous-même, l'humiliation de cet accueil méprisant vous importait peu ; mais voir Marie, la douce Vierge de quinze ans, repoussée avec tant d'inhumanité, malgré sa grossesse, malgré la rigueur de la saison, malgré l'heure avancée de la nuit ! Elle se tait pourtant, adorant dans son sein le Fils de Dieu qui allait naître. Vous prenez alors silencieusement le chemin qui conduisait à la campagne environnante. Une grotte se présente à vous... Elle est humide, elle est froide, elle est ouverte de plusieurs côtés, elle est exposée aux regards des passants, elle sert d'asile à de vils animaux. Ah ! je crois vous voir tourner alors un regard indécis vers votre chaste épouse. Elle tremble de froid, et l'heure s'avance. Oh ! quelle cruelle alternative et qu'il dut vous en coûter, père tendre et aimant, d'en être réduit à cette extrémité !

Je veux entrer, moi aussi, avec vous dans la grotte de Bethléem, endurer en union avec mon glorieux père les privations qu'il plaira à Dieu ou à la volonté de mes supérieurs de m'imposer. Souffrir avec Joseph, quel sort plus enviable ! Les souffrances de Bethléem lui méritèrent de voir Dieu vivant auprès de lui. Nos privations et nos souffrances nous vaudront de vivre plus intimement unis à Jésus-Christ.

 

solution : Dans les moments où les privations de la sainte pauvreté coûtent le plus, ne pas manquer d'unir son cœur à celui de Joseph, obligé par sa pauvreté d'élire pour domicile à Jésus et à Marie une pauvre étable abandonnée.

Bouquet spirituel : « Il n'y avait pas de place pour Joseph dans l'hôtellerie ». (Luc 2, 7)

 

Exemple

L'hospitalité récompensée

 

Le Père Patrignani raconte, d'après saint Vincent Ferrier et d'autres auteurs, qu'un marchand de la ville de Valence avait coutume d'inviter à sa table chaque année, le jour de Noël, un vieillard et une pauvre femme qui allaitait un enfant, en l'honneur de Jésus, de Marie et de Joseph. Après sa mort, ce saint homme apparut à une personne qui priait pour lui, et lui dit qu'à l'heure de son trépas Jésus, Marie et Joseph l'avaient visité en lui disant : « Pendant ta vie, tu nous as reçus chez toi dans la personne des trois pauvres. Aujourd'hui, nous sommes venus pour te recevoir dans notre demeure ». Ce disant, ils l'avaient conduit en paradis. (Saint Alphonse de Liguori).

 

Saint Joseph (Beaulieu)

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Saint Joseph, ainsi que les prochaines prières, neuvaines,

abonnez-vous à la newsletter d’images Saintes

 

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 


28 février 2022

Le Mois de Saint Joseph

Le Mois de Saint Joseph

 

9e9bdca3

 

Premier jour

1er Mars

 

Le voyage à Bethléem

 

Prélude : La nuit est claire et sereine. Sur une route peu battue, deux personnes, un homme et une femme, cheminent. Au ciel, les anges sont attentifs. Sur la terre, la nature entière semble s'incliner devant ce saint tabernacle vivant de Dieu lui-même, qui s'appelle Marie, et devant ce saint patriarche, destiné à nourrir son Créateur, qui est Joseph. Unissons-nous aux anges et à la création tout entière. Contemplons et écoutons.

 

Méditation

 

Les hommes ne savent pas le don de Dieu qui chemine sur la route de Bethléem. Peut-être quelque brillante caravane passe à côté de la reine du monde et du père nourricier de Jésus sans se douter de tant de grandeur. Si les regards de ces voyageurs superbes s'arrêtent sur le petit groupe, ce sont des regards de mépris et de pitié. Mais les princes des milices angéliques l'accompagnent avec respect et amour.

Oh ! que j'aurais aimé me joindre à ces deux saints voyageurs sur la route de Bethléem ! Leurs entretiens devaient être si doux, si saints, si sublimes ! Avec quel respect et quel silence n'aurais-je pas écouté les deux époux s'entretenir de la miséricorde de Dieu, qui envoyait son fils sur la terre pour racheter le genre humain. Marie et Joseph ne peuvent se rassasier de cette pensée qui les remplit de consolation et de reconnaissance! Heureuses créatures sommes-nous, devaient-ils penser et dire entre eux, bienheureuses entre toutes d'avoir été choisies pour servir d'instruments à l'amour du Verbe éternel qui veut devenir le fils d'une mortelle, qui va paraître dans quelques instants sur cette terre d'exil, au milieu de cette vallée de larmes, afin de satisfaire pour les péchés des hommes, de les effacer au prix de mille souffrances et d'une mort douloureuse.

Ô saints voyageurs de Bethléem, permettez au plus humble de vos serviteurs d'unir ses hommages à ceux des anges qui vous accompagnent sur cette route glorieuse qui devait aboutir au salut du monde, à la naissance même du genre humain ! Communiquez-moi un peu de votre oraison fervente pendant ce trajet, de cette contemplation qui remplissait votre âme des plus célestes transports, à la pensée de la miséricorde et de l'amour du Verbe fait chair.

 

solution : Faire de l'Incarnation du Verbe le sujet de ses plus fréquentes méditations et de ses oraisons jaculatoires.

Bouquet spirituel : « Joseph partit de Nazareth et vint à Bethléem ». (Luc 2, 4).

 

Exemple

Le compagnon de route

 

La vénérable Jeanne Rodriguez s'étant mise en voyage avec une autre religieuse, se vit tout à coup assaillie par une tempête effroyable, qui la rendit comme incapable de continuer sa route. Un vénérable personnage leur apparut alors, qui se mit à les guider, en les entretenant de discours célestes et consolants. Par un prodige qui éclaira leurs yeux, la pluie, qui tombait par torrent, n'atteignit même pas leurs habits. Saint Joseph, car c'était lui, les accompagna jusqu'au terme de la route, et là il disparut subitement. (Légendes franciscaines, 21 août).

 

Saint Joseph (Beaulieu)

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Saint Joseph, ainsi que les prochaines prières, neuvaines,

abonnez-vous à la newsletter d’images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

27 février 2022

Le Mois de Saint Joseph

Le Mois de Saint Joseph

 

Saint Joseph (Beaulieu)

 

Veille du premier jour

 

Méditation préliminaire

 

Prélude : Représentons-nous le pieux empressement des fidèles qui, à cette heure, sur tous les points de l'univers catholique, se hâtent vers les autels de saint Joseph pour commencer les exercices de son mois béni. Unissons- nous à ce concert de louanges qui va, pendant trente et un jours, monter jusqu'au trône du glorieux patriarche. Ayons spécialement l'intention de nous joindre aux âmes qui feront le mois de saint Joseph avec le plus de ferveur.

 

Méditation

 

Je me représente volontiers, à pareil jour, sainte Thérèse réunissant autour d'elle ses chères filles, et les exhortant à une grande dévotion à saint Joseph. Méditons, nous aussi, les admirables paroles qu'elle leur adresse. Nous ne saurions mieux commencer ce mois de grâces.

« Je ne me souviens pas, disait la séraphique Réformatrice du Carmel, de lui avoir jusqu'ici rien demandé qu'il ne me l'ait accordé. C'est une merveille de raconter toutes les grâces innombrables que Dieu m'a faites et les dangers spirituels ou corporels auxquelles il m'a arrachée, par l'intercession de ce Saint. Aux autres saints. il semble que Dieu ait accordé de porter secours dans tel cas particulier ; l'expérience prouve que saint Joseph nous aide dans toutes les occurrences. Le Seigneur veut nous faire entendre que, de même que sur la terre il voulut lui rester soumis, dans le ciel il fait tout ce que le saint lui demande. C'est ce qu'ont appris par leur propre expérience d'autres personnes à qui je suggérai la pensée de se recommander à lui. J'ai si fort éprouvé la puissance de son intercession auprès de Dieu, que je voudrais persuader à tout le monde d'avoir une grande dévotion à saint Joseph. Je n'ai jamais connu personne qui l'honorât d'un culte spécial et qui ne fit de rapides progrès dans la vertu. Voilà plusieurs années que le jour de sa fête je lui demande une grâce spéciale et je l'ai toujours obtenue. Pour l'amour de Dieu, je supplie les personnes qui ne me croiraient pas de vouloir bien en faire l'expérience. Pour moi, je ne comprends pas comment on peut penser à la Reine des anges et aux fatigues qu'elle s'imposa pendant l'enfance de Jésus, sans rendre des actions de grâces à saint Joseph pour l'aide qu'il prêta pendant ce temps à la mère et à l'enfant ».

 

Résolution : Promettre à Jésus, le fils de Joseph, d'avoir dorénavant une dévotion plus filiale et plus affectueuse envers son père nourricier.

Bouquet spirituel : « Allez à Joseph ». (Genèse 44, 55)

 

Exemple

Joseph et Thérèse

 

L'histoire des Carmes déchaussés nous apprend que la vénérable sœur Anne de Saint-Augustin, thérésienne, au moment de sa mort, fut, au vu de quelques autres sœurs, assistée par saint Joseph et par sainte Thérèse. La sainte fille tressaillait de joie. Pendant ce temps, dans un autre monastère, une autre religieuse la vit monter au Ciel entre saint Joseph et sainte Thérèse. (Saint Alphonse de Liguori).

 

St Joseph, serviteur fidèle-001

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Saint Joseph, ainsi que les prochaines prières, neuvaines,

abonnez-vous à la newsletter d’images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

17 octobre 2020

Le Mois de Saint Vincent de Paul

Le Mois de Saint Vincent de Paul

 

7948

 

Trente-et-unième jour

Clôture du Mois de Saint Vincent de Paul

18 octobre

 

Culte et Reliques

 

Prélude. - Vénérons le saint sur les autels, où l’Église l'a placé.

 

Récit. - Sur les ordres du Pape, le cardinal de Noailles procéda à l'ouverture du tombeau de l'humble Vincent de Paul, le 19 février 1712. Après une visite minutieuse, les médecins attestèrent qu'ils avaient trouvé un corps tout entier et sans aucune mauvaise odeur.

Les prodiges opérés par l'inter cession du saint, furent examinés avec une sévérité rigoureuse par l’Église, et il fut mis au nombre des bienheureux le 13 août 1729. Les grands de la terre eurent dès lors la consolation de fléchir les genoux devant l'humble prêtre qui, tant de fois, les avait fléchis lui-même devant les petits et les pauvres. Le ciel, par de nouveaux miracles, confirma ces honneurs. Vincent de Paul fut canonisé le 16 juin 1737.

Son corps, renfermé dans une châsse d'argent, était conservé dans l'église de Saint-Lazare. Le 30 août 1792, cette église fut dépouillée de son argenterie et de tout ce qu'elle avait de plus précieux par un commissaire révolutionnaire, qui remit à MM. les Lazaristes les dépouilles mortelles de leur saint fondateur ; ils les recueillirent avec un grand respect, dressèrent un procès-verbal pour en constater l'authenticité et les cachèrent avec soin pendant l'affreux règne de la Terreur.

Les temps ensuite étant devenus plus tranquilles, ce précieux dépôt fut confié aux filles de la Charité, qui le gardèrent dans leur chapelle jusqu'au mois de mai 1830, époque à laquelle il fut porté à l'archevêque de Paris. Mgr. de Quelen, rempli de vénération pour le saint prêtre qui, par ses vertus, a tant honoré l’Église de France, et a laissé dans la capitale tant de monuments encore subsistants de sa charité, avait fait exécuter une châsse d'argent d'un beau travail, et voulut transférer solennellement le corps de saint Vincent dans la nouvelle chapelle construite par les messieurs de Saint-Lazare, sur un terrain dépendant de la maison qu'ils habitent, à la rue de Sèvres.

Cette translation, à jamais mémorable dans les fastes de l’Église de Paris, eut effectivement lieu, avec la plus grande pompe, le 25 avril 1830, qui était cette année, le deuxième dimanche après Pâques ; et maintenant, chaque année la mémoire à l’office et à la messe. Les événements de juillet 1830 ont obligé de cacher cette sainte relique ; mais elle a nouveau été exposée à la vénération des fidèles, dans la chapelle des Lazaristes. Le cœur, transporté à Turin pendant la Révolution Française, a été réclamé depuis par le cardinal Fesch. Après avoir été à Lyon, il est maintenant conservé dans la chapelle de la Médaille Miraculeuse, rue du Bac, à Paris.

 

Pratique. - Se proposer de célébrer, chaque année, avec dévotion et confiance, les fêtes et le Mois de Saint Vincent de Paul.

 

Invocation. - Saint Vincent, mon patron et mon père, protégez-moi !

 

L'esprit de Saint Vincent de Paul

 

Que Dieu daigne conserver la charité et l'amour fraternel dans les cœurs de tous les chrétiens ! À l'aide des secours réciproques que les chrétiens remplis d'amour fraternel et de charité se donneront, les forts soutiendront les faibles, et l'œuvre de Dieu s'accomplira.

De tous les moyens de conserver l'union et la charité avec le prochain, le plus efficace et le meilleur, c'est la sainte humilité, c'est de se mettre au-dessous de tout le monde, et de se regarder comme le plus méchant et le plus vil de tous.

Habiter une maison où règne la charité fraternelle, c'est être dans un paradis, puisqu'il n'y a rien de plus désirable, ni de plus délicieux que de vivre avec ceux qu'on aime, et de qui l'on est aimé.

On doit préférer dans les sociétés catholiques l'union et la paix à tout autre bien.

Lorsque les âmes humbles sont contredites, elles se tiennent dans le calme, si on les calomnie, elles souffrent avec patience ; si on les estime peu, si on les néglige, si on les oublie, elles pensent qu'on les traite avec équité et selon leur mérite; si elles sont accablées d'occupations, elles s'en acquittent avec plaisir.

Chacun doit bien se dire à soi-même : Quand j'aurais toutes les vertus, si je n'ai pas l'humilité, je m'abuse ; et tandis que je me crois vertueux, je ne suis qu'un pharisien superbe.

Il n'y a qu'une profonde humilité qui puisse nous faire profiter parfaitement de certaines grâces très particulières que Dieu daigne quelquefois nous accorder ; mais il faut que cette humilité soit accompagnée d'une confiance sans bornes à la bonté divine, et il faut encore y joindre un détachement parfait de tout ce que nous sommes et de tout ce que nous pouvons faire de nous même.

Le savoir sans humilité a toujours été pernicieux à l’Église ; et comme l'orgueil a précipité les anges rebelles, il cause souvent la perte des hommes savants : le plus ignorant des démons en sait plus que le plus subtil philosophe et le plus profond théologien.

Quand l'humilité est bannie d'un lieu, chacun s'occupe de son avantage personnel, et de là naissent les partialités, les schismes, les divisions.

 

st-vincent-de-paul

 

Fin du Mois de Saint Vincent de Paul

 

Pour télécharger l’intégralité des méditations du Mois de St Vincent de Paul, cliquer ici

 

Merci pour votre fidélité car vous êtes toujours plus nombreux à visiter ce site que j'ai ouvert il y a bien des années...

à très bientôt pour de prochaines prières…

 

 

Pour recevoir les prochaines méditations et prières dans votre boite mail :

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

16 octobre 2020

Le Mois de Saint Vincent de Paul

Le Mois de Saint Vincent de Paul

 

5124

 

Trentième jour

3e jour du Triduum final du Mois de Saint Vincent de Paul

17 octobre

 

Sainte mort

 

Prélude. - Venons contempler et vénérer notre bienheureux au moment de son départ pour le ciel.

 

Récit. - Ce fut le lundi 27 septembre 1660, vers quatre heures et demie du matin, que Dieu l'attira à lui, lorsque ses disciples, assemblés à l'église, commençaient leur oraison mentale pour attirer Dieu en eux. Ce fut donc à la même heure et au même moment qu'il avait coutume, depuis quarante ans, d'invoquer le Saint-Esprit sur lui et les siens, que cet Es prit adorable enleva son âme de la terre au ciel, pour couronner la sainteté de sa vie, son zèle pour la gloire de Dieu, sa charité pour le prochain, son humilité, sa patience et toutes ses autres vertus, dans la pratique desquelles il a persévéré jusque dans la mort.

Ayant rendu le dernier soupir, son visage ne changea point ; il demeura dans sa douceur et sa sérénité ordinaires, étant dans son pauvre fauteuil, comme s'il eut sommeillé. Il expira assis et tout vêtu, sans fièvre et sans agonie, cessant de vivre par une pure défaillance de la nature, comme une lampe qui s'éteint insensiblement, quand l'huile vient à lui manquer. Son corps ne se raidit point, il demeura aussi souple et aussi maniable qu'avant.

Il demeura exposé le mardi 28 septembre jusqu'à midi. Pendant toute cette matinée, ses missionnaires firent de vains efforts pour en écarter la foule. On déchirait ses vêtements, quelques uns arrachaient ses cheveux et même sa barbe. Enfin, le corps, mis dans un cercueil de plomb, fut inhumé dans l'église de Saint-Lazare.

Mais, saint Vincent de Paul, plus encore que les autres saints, n'est point mort tout entier. « Défunt, il parle encore », comme dit l'Ecriture.

Oui, il revit dans les saints instituts qui font bénir son nom dans tout l'univers; il continue, dans la personne de ses prêtres de Saint-Lazare, à évangéliser les pauvres et à former de pieux lévites ; il soigne les malades et assiste les indigents par les mains de ses admirables Filles de la Charité, dont le cœur a véritable ment hérité de la charité de leur saint fondateur.

 

Pratique. - Se préparer souvent à bien mourir.

 

Invocation. - Saint Vincent, dont la mort fut si douce, obtenez-moi la grâce d'une sainte mort.

 

L'esprit de Saint Vincent de Paul

 

L'orgueil est un vice très pernicieux, et d autant plus à redouter, que l'inclination naturelle nous y porte plus fortement. Nous devons donc user d'une vigilance continuelle pour faire toujours le contraire de ce que désirerait la nature corrompue.

L'humilité est la vertu de Notre Seigneur Jésus-Christ, de sa sainte Mère, et des plus grands saints ; elle réunit toutes les vertus, et quand elle est sincère, elle les introduit toutes dans un cœur.

Recourons souvent à l'amour de notre propre abjection, comme à un refuge assuré contre les mouvements continuels qu'excite en nous le penchant malheureux que nous avons tous à l'orgueil.

Nous devons laisser à Dieu toute la gloire, et ne garder pour nous que le mépris et la confusion : voilà uniquement ce qui nous est dû.

L'orgueil ne fait jamais de trêve ; il attaque en diverses manières les plus grands saints, tant qu'ils sont sur la terre : il tente l'un de se complaire vainement dans le bien qu'il a fait ; l'autre, de s'enorgueillir de son savoir ; celui-ci, de se regarder comme le plus parfait, celui-là, comme le plus ferme.

L'arme la plus puissante pour vaincre le démon, c'est l'humilité.

Si nous considérons tout ce qui se trouve en nous de terrestre et d'imparfait, nous aurons bien des motifs de nous abaisser devant Dieu et devant les hommes, devant ceux mêmes qui sont nos inférieurs.

Un juste qui abandonne l'humilité, est rejeté de Dieu et réprouvé malgré toutes ses bonnes œuvres ; et ce qui paraît vertu en lui, n'est que vice.

Lorsqu'on ne considère qu'en spéculation la vertu d'humilité, on la trouve belle, aimable, admirable ; mais quand il s'agit de la pratiquer, on la trouve très répugnante à la nature. Ce qu'elle exige nous déplaît, parce qu'elle veut que nous cherchions toujours la dernière place ; que nous nous mettions au-dessous de tous ceux avec qui nous vivons, quoiqu'ils soient nos inférieurs ; que nous supportions sans nous plaindre les calomnies ; que nous recherchions le mépris ; que nous aimions l'abjection ; et nous n'avons naturellement que de l'aversion pour toutes ces choses.

 

Icon, Italy, Galin Razhev-1

 

Pour recevoir les prochaines méditations et prières dans votre boite mail :

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

15 octobre 2020

Le Mois de Saint Vincent de Paul

Le Mois de Saint Vincent de Paul

 

5137

 

Vingt-neuvième jour

2e jour du Triduum final du Mois de Saint Vincent de Paul

16 octobre

 

Saint usage de la maladie

 

Prélude. - Disposons-nous à assister aux dernières leçons que nous a laissées notre bienheureux père, avant de quitter l'exil pour la patrie.

 

Récit. - Le temps nous presse, et nous ne pouvons nous attarder davantage dans l'admiration des vertus du grand serviteur de Dieu : le moment est venu de le voir aller au ciel.

Depuis longtemps, les croix de toutes sortes, les maladies les plus aiguës, toutes ces épreuves par lesquelles Dieu purifie et débarrasse de la dernière rouille du corps les âmes qu'il veut appeler à ses célestes embrassements avertissaient notre saint que la plus belle heure de sa vie mortelle approchait.

Il y avait dix-huit ans qu'il s'y préparait tous les jours, comme s'il devait, dans la nuit, comparaître devant son Juge. Pour s'y préparer plus prochainement, dans sa dernière maladie, chaque jour, après la messe, il récitait les prières des agonisants.

Le 25 septembre, vers midi, il s'endormit d'une somnolence, qu'il considérait comme l'avant coureur d'une mort prochaine.

Le lendemain, qui était un dimanche, il se fit porter à la chapelle, où il entendit la sainte messe, et communia. De retour dans sa chambre, il tomba dans un assoupissement plus profond, d'où on le tira pour lui demander de bénir sa communauté et lui donner l'Extrême-Onction.

Vers neuf heures du soir, les anciens de la communauté vinrent lui faire leur dernière visite. Comme mot d'adieu, chacun lui adressait une parole des saintes Ecritures, et il sortait de son sommeil, pour en répéter quelques syllabes. Mais, ce qu'il aimait le plus à redire, ce qu'il répétait de lui-même, c'était l'invocation à laquelle ses enfants sont justement restés si dévots : Deus in adjutorium.

Ainsi, Dieu faisait à son fidèle serviteur cette grande grâce que, ayant toujours vécu dans une entière et parfaite dépendance de sa volonté, il mourait, non pas tant par l'effort de la fièvre ou de quel que autre maladie violente, mais par une sorte d'obéissance ou de soumission à cette divine volonté.

Saint Vincent s'est endormi dans la paix du Seigneur : il avait consumé sa vie dans les travaux et dans les fatigues pour son service ; il l'a terminée heureusement dans la paix et la tranquillité. Il s'était volontairement privé de tout repos et de toute propre satisfaction, pendant sa vie, pour procurer l'avancement du royaume de Jésus-Christ et l'accroissement de sa gloire; et, en mourant, il allait trouver le véritable repos et il commençait à entrer dans la paix de son Seigneur.

 

Pratique. - Demander souvent à Dieu la grâce d'une bonne mort.

 

Invocation. - Saint Vincent, exemple de patience, obtenez-moi le bon usage de mes maladies.

 

L'esprit de Saint Vincent de Paul

 

La meilleure préparation à la mort consiste dans une parfaite résignation à la volonté de Dieu, à l'exemple de Jésus Christ qui, dans la prière qu'il fit au jardin des Oliviers, se prépara à la mort en répétant ces paroles : « Ô mon Père, que votre volonté se fasse, et non la mienne ! »

Dieu n'exige pas de nous des forces corporelles, mais une sincère disposition à saisir les occasions de le servir selon sa volonté et ses desseins sur nous.

Quand Dieu prive quelqu'un de ses forces corporelles, il veut lui apprendre qu'il a choisi d'autres instruments pour exécuter ses desseins.

On doit faire usage, dans les maladies, des remèdes qui ont coutume de les guérir, et honorer par là Dieu qui a créé les différentes plantes, et qui leur a donné la vertu salutaire qu'on trouve en elles ; mais, avoir pour soi-même une excessive sensibilité, et rechercher des soulagements pour le plus petit mal qui nous arrive, c'est ce que l'on doit éviter.

Nous connaissons bien mieux dans les maladies ce que nous sommes, que lorsque nous jouissons de la santé. Heureux, si nous pouvons découvrir le trésor qui est caché dans les maladies !

Les maladies ne sont pas des maux que l'on doit craindre, mais des moyens très efficaces pour nous sanctifier. Murmurer, quand Dieu nous les envoie, c'est se plaindre du bien qu'il nous fait.

L'état de maladie est un état très ennuyeux et presque insupportable à la nature : c'est cependant un des moyens les plus puissants que Dieu emploie pour nous faire rentrer dans le devoir, pour nous faire renoncer à nos mauvaises inclinations, et pour nous combler de ses grâces.

Les maladies purifient l'âme : elles sont un puissant moyen de rappeler à la vertu ceux qui la négligeaient : elles rouvrent aux malades un vaste champ pour pratiquer la foi, l'espérance, la soumission à la volonté de Dieu et toutes les autres vertus.

 

Icon, Italy, Galin Razhev-1

 

Pour recevoir les prochaines méditations et prières dans votre boite mail :

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes