04 mai 2022

Le Mois de Marie, reine de France

Le Mois de Marie, reine de France

 

329_001

 

Cinquième jour

Invocation

 

Allons au Père par le Fils ; allons au Fils par la Mère. Telle est la volonté de Dieu qui a voulu nous avoir tout entiers par Marie : Quia sic est voluntas Dei qui totum nos habere voluit per Mariam. (Saint Bernard).

Mère de Jésus, Marie est toute-puissante pour nous secourir ; mais elle est aussi toute bienveillante, car elle est notre Mère. Elle est bonne, car elle est Mère ; elle est forte, car elle est Reine.

Enfant d'une Mère si tendre, soldat d'une Reine si grande, voulez-vous vous assurer sa protection maternelle et royale ? enrôlez-vous dans son armée, revêtez son armure, et apprenez à manier ses armes.

L'armée de Marie, c'est la Congrégation. On s'y engage par une consécration spéciale à son service et par la promesse de défendre son honneur et ses intérêts contre les attaques de l'impiété et de la licence. Les mécréants et les libertins se sont ligués contre la foi et la vertu. À cette vue les enfants de Dieu se sont unis sous l'invocation de la Vierge immaculée, de la Vierge-Mère, de la Reine des Anges, et la Congrégation s'est formée. Vous comprenez dès lors pourquoi l'impiété honore la Congrégation des poursuites de sa haine et de sa fureur. Mais comprenez aussi ce mot d'un grand Saint des temps modernes : « Quand un laïque me demande ce qu'il doit faire pour être sauvé, je ne puis lui conseiller un moyen plus utile et plus sûr que d'entrer dans la Congrégation. La Congrégation est un moyen qui renferme tous les autres, même les plus infaillibles, pour le salut éternel ». (Saint Alphonse de Liguori).

Faites-vous inscrire sur les registres de l'Archiconfrérie du très Saint et Immaculé Cœur de Marie, établie à Notre Dame des Victoires de Paris pour la conversion des pécheurs. Par cette inscription vous se rez en union de prière avec les vingt millions d'associés de cette ligue pacifique. Ajoutez la récitation d'un Ave Maria, quand ce ne serait que celui de votre prière du matin ou du soir, aux intentions de l'Archiconfrérie : vous avez rempli toutes les obligations qu'elle propose à ses membres.

 

Vierge Noire de Chartres 2-003

 

Notre Dame de Chartres depuis Louis XIII

 

Le fils d’Henri le Grand, Louis XIII, dès les premiers jours de son règne vint lui-même à Chartres mettre sa personne et sa couronne sous la protection de la Vierge. Il préludait ainsi à l'acte solennel qui devait consacrer la France à Marie dans l'église de Notre Dame de Paris.

Comme autrefois Isabelle, et comme Blanche de Castille, Anne d'Autriche descend dans la grotte vénérée pour demander un fils à la Vierge Mère. Enfin, après vingt-deux ans de stérilité, elle donna le jour à un enfant qui sera Louis XIV.

La France doit donc à Notre Dame de Chartres trois de ses rois : Louis le Lion, saint Louis et Louis le Grand.

Louis XIV ne fut pas ingrat. Ce fut à l'assistance de Celle qui est terrible comme une armée rangée en bataille qu'il attribuait les victoires remportées par ses grands capitaines, et plusieurs fois il fit le pèlerinage de Chartres pour vénérer sa puissante Protectrice et sa Mère bien aimée.

Vinrent les jours de désolation. On ne sait pas comment la cathédrale de Notre Dame de Chartres a pu traverser à peu près intacte cet ouragan destructeur que la Révolution avait déchaîné sur tous les monuments sacrés. Quoi qu'il en soit, Marie n'a point abandonné la cité de ses prédilections. Elle le fit bien voir lorsqu'en 1832 le choléra y commença ses ravages. En quelques jours, cent soixante personnes avaient succombé. Le dimanche 26 août, on porta en procession la chasse qui contient le voile vénéré. Deux particuliers se permirent d'insulter à la piété des fidèles. Ils se riaient aussi du choléra ; mais, soudainement saisis par le fléau, ils expirèrent dans des contorsions affreuses. Ils furent les dernières victimes ; à partir de la procession, pas un habitant ne mourut du choléra.

De tous ces faits et de mille autres que nous passons sous silence, ne serait-il pas permis d'inférer que Notre Dame de Chartres peut se dire aussi Notre Dame de France ? Chartres est comme la capitale de notre auguste Reine, et ce temple, cette merveille de l'art, cette épopée lapidaire, pour emprunter l'expression d'un orateur de ce siècle, est son palais.

Mais à l'exemple des reines de la terre, la Reine du Ciel aime à visiter les provinces de son royaume, et partout elle a des palais, des sanctuaires privilégiés qu'elle honore de sa faveur plus spéciale. Nous la suivrons dans quelques-uns de ces lieux bénis.

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 


03 mai 2022

Le Mois de Marie, reine de France

Le Mois de Marie, reine de France

 

673_001 (2)

 

Quatrième jour

Vénération

 

Marie est la Mère de Jésus, elle est notre Mère. Elle est la Mère de Jésus, et Jésus, tout grand, tout Dieu qu'il est, l'a honorée comme sa Mère. Elle est notre Mère : une Mère a droit à l'hommage de ses enfants.

Jésus honore Marie comme sa Mère. Pour elle, et pour elle seule, il a fait plus que pour le monde entier. Des trente-trois ans passés sur cette terre, trente sont consacrés à Marie ; trois suffiront pour le reste du genre humain. Il est vrai que tout le temps consacré à Marie nous est par là même, consacré Achevant la perfection de sa Mère, Jésus nous formait une mère.

Jésus honore Marie comme sa Mère. Il veut qu'entre Elle et Lui tout soit commun. Et d'abord, s'il n'est de salut qu'en Jésus et par Jésus, je ne vois pas qu'on puisse séparer Marie de Jésus. Nul ne sera sauvé, s'il ne croit en Jésus-Christ, s'il ne croit que Jésus-Christ est vraiment Dieu et vraiment homme. Mais si vous ne croyez pas que Marie est vraiment la Mère d'un fils qui est Dieu et homme, si vous ne croyez pas que le Fils unique de Dieu s'est incarné et a été conçu dans le sein de la Vierge Marie et qu'il est né de cette Mère très pure, vous ne croyez pas au Verbe fait chair, au Dieu fait homme, vous ne croyez pas à Jésus-Christ. Aussi, dans le Symbole, la foi à la maternité divine de Marie est-elle inséparable de la foi à l'incarnation : Credo... in Jesum Christum Filium ejus (Dei Patris) unicum... qui... natus ex Maria Virgine.

Faut-il s'étonner ensuite des honneurs que Jésus se plaît à partager avec sa Mère ? Indiquons-en quelques-uns.

Jésus immaculé et impeccable par nature, Marie immaculée et impeccable par grâce ; Jésus vierge, Marie vierge ; Jésus transpercé par la lance extérieure, Marie transpercée par le glaive intérieur. Jésus, incorruptible dans le tombeau, ressuscite le troisième jour par sa propre vertu ; Marie, préservée de la corruption du sépulcre, ressuscite le troisième jour par la vertu de son divin Fils. Jésus monte au ciel en corps et en âme, Marie y monte également.

L'Église, voulant vénérer dans Marie et la Mère de Jésus et notre Mère, ne la sépare pas de son Fils.

Elle encourage également l'invocation du nom sacré de Jésus et du saint nom de Marie.

On trouverait difficilement un temple sans une chapelle, un autel ou du moins une image de Marie.

À chaque fête en l'honneur du Fils répond une fête en l'honneur de la Mère. Si nous célébrons l'Incarnation du Verbe, c'est-à-dire la Conception de Jésus, nous célébrons la Conception de Marie ; nous honorons la Nativité de Jésus et celle de Marie ; nous fêtons les saints Noms de Jésus et de Marie, la Présentation de Jésus et celle de Marie, la Passion du Fils et la Compassion de la Mère, la Résurrection et l'Ascension de Jésus, et l'Assomption de Marie, le sacré Cœur de Jésus et le Cœur immaculé de Marie.

À l'exemple de Jésus, à l'exemple de l'Église, vénérons Marie. Osez, vous resterez toujours au-dessous de ce que vous devez ; jamais vos efforts, jamais vos excès ne répondront à la dignité de votre Mère, de la Mère de Jésus : Quantum potes tantum aude, quia major omni laude, nec laudare sufficis. Si quelque âme étroite et chagrine se scandalise de vos audaces, répondez que si cet honneur, si cet éloge semble excessif pour Marie, il ne l'est pas pour son Fils : Si Mariæ non congruit, congruit Filio ejus.

 

Notre Dame du Pilier Chartres 2

 

Les Protestants et Notre Dame de Chartres

 

En 1568, au plus fort des guerres de religion, Condé avec les Huguenots vint assiéger la cité de Marie. Mettant toute leur confiance en la Vierge Mère les habitants placèrent sa statue sur chacune des portes, avec cette inscription : Carnu tum tutela, défense des Chartrains. Les hérétiques ouvrirent le feu contre la porte drouaise, et ce fut sur l'image de Marie que ces impies dirigèrent leurs coups ; mais sans pouvoir l'atteindre. Cependant un pan de mur s'écroule. Les soldats de la cité font tête à l'ennemi, la population se presse dans la grotte aux pieds de la Vierge Mère. Tout à coup, sans qu'on pût savoir pour quelle raison, au lieu de profiter de la brèche, les Huguenots se retirent et lèvent le siège. Les Chartrains reconnurent dans cette retraite inexplicable, le secours de Notre Dame et, pour perpétuer le souvenir de leur reconnaissance, ils construisirent devant le pan de muraille abattu par le canon huguenot, une chapelle en l'honneur de Notre Dame de la Brèche.

Enfin, grâce à l'énergie de la France catholique, Henri IV a compris que jamais il ne sera roi français s'il n'est le roi très chrétien. Il se fit instruire et abjura l'hérésie, et ce fut à Notre Dame de Chartres, sur le jubé de la splendide cathédrale, qu'il voulut recevoir le sacre royal.

C'est donc aux pieds de Notre Dame de Chartres que sont tombés les trois ennemis les plus redoutables de la France.

Là s'arrêtèrent les derniers païens envahisseurs du sol français, les Normands de Rollon qui, repoussés devant Chartres par le bras de Marie, ne tardèrent pas à se faire chrétiens.

Là, foudroyés par Marie, les Anglais furent forcés d'accorder une paix sans laquelle la France devenait anglaise, et plus tard peut-être protestante.

Là, repoussés par l'image de Marie, les protestants voient leurs espérances et leurs prétentions déçues par le sacre de Henri IV devenu le roi très chrétien.

Nous ne sommes pas au terme des faveurs de Notre Dame de Chartres.

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

02 mai 2022

Le Mois de Marie, reine de France

Le Mois de Marie, reine de France

 

Mater amabilis

 

Troisième jour

Culte de Marie

 

Trois mots résument le culte que nous devons à Marie : 1° imitation ; 2° vénération ; 3° invocation.

 

Imitation

 

Imitons Marie : elle est la Mère de Jésus, elle est notre Mère.

Dieu s'est fait homme, Dieu s'est fait semblable à nous, afin qu'il nous fût possible de l'imiter et de lui devenir semblables. Mais si Jésus est homme comme nous, il est Dieu cependant ; sa perfection est humaine, sans doute, mais en même temps elle est divine. Le modèle est désespérant. Abaissez un peu vos regards, arrêtez-les sur Marie. Comme vous, Marie est une simple créature ; imitez la, vous serez néanmoins semblable à Jésus.

Car il est une loi de la nature en vertu de laquelle, généralement, le fils ressemble à son père et à sa mère. Considérez Jésus. Comme Dieu, il est l'image consubstantielle du Père, le reflet, la splendeur de sa gloire. Comme homme, il est l'image de sa mère. Mais ici l'ordre même demande que la règle soit renversée. C'est au plus parfait de servir de type et non au moins parfait. Marie donc a dû d'avance être modelée sur le type de Jésus, et ainsi à son entrée dans le monde, Jésus, quoique incomparablement plus parfait, s'est trouvé semblable à sa Mère, qui, de son côté, pour devenir de plus en plus semblable à son Fils, n'a cessé, à partir de la naissance de l'Enfant divin de contempler ce modèle achevé, d'en étudier, d'en comparer, d'en conserver tous les traits, et de les reproduire dans sa vie : Maria autem conservabat omnia verba hæc, conferens in corde suo. Donc imitons Marie, Mère de Jésus, elle est semblable à Jésus. Ressemblons à la Mère, nous ressemblerons au Fils.

Elle est aussi notre Mère. Imitons-la, si nous voulons qu'en nous elle reconnaisse ses enfants. Imitons-la, afin de ressembler à son premier-né, si nous voulons qu'en nous elle retrouve les frères de Jésus.

 

Vierge Noire de Chartres

 

Les Rois et Notre Dame de Chartres

 

On ne s'étonnera pas si Notre Dame de Chartres jouit désormais d'une célébrité toujours croissante. Parmi les rois de France, il en est peu qui ne soient venus lui rendre hommage. Nommons d'abord Eudes, Robert le Pieux, Henri Ier, Philippe Ier.

Louis VI dit le Gros (1118) était en guerre avec Thibaut IV. Chartres obéissait à son ennemi, mais le Roi n'osa pas attaquer la cité de Marie. Il pouvait y entrer en vainqueur, il se présenta en pèlerin et il se prosterna aux pieds de l'antique statue.

Le vainqueur de Bouvines, Philippe Auguste, qui devait cette victoire à la protection de Marie, eut bientôt à remercier N. D. de Chartres d'une faveur non moins insigne. Philippe n'avait pas d'héritier, Isabelle son épouse vint à Chartres. Elle y priait devant l'image de la Vierge-Mère, quand soudain quatre cierges s'allumèrent d'eux-mêmes. (Guillaume le Breton.) Elle eut un fils qui régna sous le nom de Louis VIII dit le Lion.

L'épouse de Louis le Lion, Blanche de Castille, elle aussi, était frappée de stérilité. Elle vint prier dans la grotte et Dieu lui donna plusieurs fils. L'aîné fut saint Louis. Chartres le verra deux fois prosterné aux pieds de l'image de Celle qui était doublement sa mère : sa mère comme chrétien, sa mère par le miracle de sa naissance.

Les Français et les Flamands étaient aux prises à Mons-en-Puelle (17 août 1304). Philippe le Bel, vivement pressé par l'ennemi, invoque Notre Dame de Chartres, et il échappe à la mort. Pour accomplir le vœu qu'il avait fait au moment du danger, il vint à Chartres monté sur le même cheval de guerre et revêtu des mêmes armes qu'au jour de la bataille et il fit hommage de l'armure et du coursier à Celle qui lui avait donné la victoire.

Vingt-quatre ans après (23 août 1328), Philippe de Valois remportait encore sur les mêmes ennemis une victoire insigne au Mont-Cassel. Là encore la valeur des Flamands forçait le roi français à invoquer Marie. Le vainqueur fit hommage de son triomphe à Notre Dame de Paris, mais le témoignage de sa reconnaissance lui eût paru incomplet s'il ne fût venu en renouveler l'expression aux pieds de Notre Dame de Chartres.

Le roi Jean se rendit trois fois à Chartres, portant l'humble bâton du pèlerin. Mais l'heure de l'épreuve avait sonné pour la France ; la funeste bataille de Poitiers la livra aux Anglais.

Le Dauphin, qui fut depuis Charles V le Sage, fait pieds nus, le pèlerinage de Chartres ; Marie va se montrer.

Partout victorieux jusque-là, l'anglais Édouard III arrive devant Chartres (1360). Les habitants s'adressent à la Vierge sainte. Soudain un terrible orage éclate sur le camp des Anglais. Les tentes sont culbutées, les armes et les bagages sont emportés par les eaux, d'énormes grêlons tombent sur l'armée. Déjà mille hommes d'armes et six mille chevaux avaient péri. Édouard alors se tourne vers la cathédrale, il se met à genoux et s'adressant à Notre Dame de Chartres il fait vœu d'accorder la paix à la France. À l'instant l'ouragan s'apaise. Peu après la paix était signée à Brétigny, près de Chartres.

Notre Dame de Chartres avait déjà donné à la France deux rois, Louis VIII le Lion et Louis IX le Saint, elle va prendre sous sa haute protection une branche de la famille de saint Louis qui doit un jour élever au plus haut degré le royaume très chrétien.

C'était sous Charles VI : un jour on vit entrer à Chartres cent chevaliers qui, tenant chacun à la main, non le glaive, mais un cierge allumé, vinrent se présenter à la porte de la cathédrale. Louis de Bourbon, comte de Vendôme, pieds nus, suivait humblement ce brillant cortège. Arrivé à la porte royale, le prince se met à genoux sur les degrés, il raconte comment Marie l'a délivré des mains de Jacques, son frère, qui le retenait dans une rude captivité. Puis il se lève, il se rend devant l'image de la Vierge Marie et il se déclare son homme-lige. C'est de cette branche illustre que sortiront les rois dont Henri IV sera le premier.

Louis XII, François Ier, François II, Charles IX, Henri III, firent le pèlerinage de Chartres. Mais l'action doit répondre à la prière. Ces rois oublièrent que leur premier devoir était de maintenir la royauté du Fils de Marie. Louis XII se heurta contre le Pape ; il mourut sans postérité. Les trois autres par leur négligence laissent l'hérésie se glisser, en France. Sous Henri III elle marchera la tête levée, menaçant également la religion et la royauté. Heureusement Notre Dame de Chartres veillait.

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

01 mai 2022

Le Mois de Marie, reine de France

Le Mois de Marie, reine de France

 

1200px-Vitrail_Chartres_Notre-Dame_210209_1

 

Deuxième jour

Grandeur de Marie

 

La grandeur de Marie doit se mesurer d'après la grâce dont Dieu l'a prévenue, d'après sa fidélité à correspondre à cette grâce, d'après la gloire dont Dieu a récompensé sa fidélité.

La grâce dont Dieu a prévenu Marie peut se réduire à un triple chef : 1 ° prédestination à la maternité divine : cette grâce est le fondement et la raison de tous les autres privilèges qui distingueront Marie du reste de la création ; 2° préservation du péché originel : conséquence de la précédente ; 3° naissance miraculeuse, comme s'il fallait que tout fut extraordinaire dans celle qui, sans cesser d'être vierge, devait être la Mère du Fils de Dieu.

La vertu de Marie, sa correspondance à la grâce se montre surtout en trois circonstances :

1° au jour de sa présentation au Temple, lorsqu'à l'âge de trois ans elle se consacre à Dieu et que par ce don de sa personne et de sa vie, elle répond si pleinement au bienfait miraculeux de sa naissance ;

2° au jour de l'Annonciation, lorsque, par l'acceptation des charges et des douleurs attachées à l'honneur de la maternité divine, elle correspond au privilège de sa Conception immaculée, pour l'étendre d'une certaine façon au genre humain tout entier, qui, s'il n'est pas, comme elle, préservé du péché originel, pourra du moins en être délivré par Celui qu'elle va donner au monde ;

3° au jour de sa Purification, lorsqu'elle présente son divin Fils au Père céleste, et que, le sacrifiant déjà pour le salut du monde, elle répond généreusement à la grâce singulière de la maternité divine.

Dieu ne peut pas se laisser vaincre en générosité : sa dignité s'accorde avec sa bonté pour le lui défendre. Dieu ne peut pas laisser son œuvre inachevée : la sagesse et l'honneur ne le lui permettent pas. Par sa grâce, il a posé le principe de la grandeur de Marie ; par sa vertu, Marie a répondu à la grâce ; par la gloire, Dieu va couronner le chef-d'œuvre de la grâce et de la vertu.

À l'honneur de la maternité divine Marie a répondu en rendant au Père céleste son divin Fils par le sacrifice commencé au jour de la Purification et consommé sur la croix. Jésus mourant donne à sa Mère pour fils tous les élus représentés par le disciple bien-aimé. Première gloire de Marie : la maternité universelle.

Préservée du péché originel en vue de la maternité divine, Marie a accepté tous les sacrifices attachés à ce glorieux privilège et à cette incomparable dignité ; Dieu ne permettra pas que le corps immaculé qui fut le temple vivant du Verbe incarné demeure dans le tombeau. Seconde gloire de Marie : sa glorieuse Assomption.

Reconnaissant le miracle de sa naissance, Marie s'est présentée au Temple pour y consacrer à Dieu sa personne et sa vie : aussi est-ce en toute vérité que, ré pondant à l'ange, elle se déclare la servante du Seigneur ; Dieu récompense une si généreuse humilité en la couronnant reine de la terre et des cieux. Troisième gloire de Marie : la royauté universelle.

De cette triple considération sur la grandeur de Marie, je déduis une triple conclusion, une triple application pratique :

1° Sans Dieu nous ne pouvons rien ; sans sa grâce, il n'est ni vertu ni grandeur ;

2° Mais sans nous, sans la vertu, sans un effort généreux et constant de notre part pour correspondre aux avances divines, la grâce demeure comme impuissante à nous sanctifier et à nous sauver. C'est la pensée de saint Augustin : Dieu a bien pu nous créer sans nous, mais il ne nous sauvera pas sans nous et malgré nous ;

3° Dieu doit à sa sagesse et à sa justice d'achever ce qu'il a commencé en nous et ce que nous avons poursuivi avec son secours ; il se doit et il nous doit de couronner son œuvre et la nôtre, sa grâce et notre vertu, par une gloire qui surpasse et la grâce même la plus singulière et la vertu même la plus héroïque.

Nous avons rappelé les titres de la grandeur de Marie, nous avons par là montré les droits de Marie à un culte spécial et supérieur qu'on nomme le culte d'hyperdulie ; nous dirons comment on peut lui rendre ce culte.

 

Voile de Marie de Chartres

 

Le voile de Marie

 

Huit siècles sont écoulés. Il parait que Marie ne cessa point durant ce long temps de manifester à Chartres sa puissance et sa bonté, car en 876, le roi de France, Charles le Chauve, prit à l'église de Notre Dame d'Aix-la-Chapelle une des deux tuniques de la sainte Vierge que Charlemagne y avait déposées, et en fit don à Notre Dame de Chartres.

Cette distinction semble prouver qu'alors aucun autre sanctuaire en France n'était plus digne de recevoir un trésor aussi précieux. Cette tunique est plutôt un voile. Les femmes en Orient portaient, au lieu de chemise, une longue pièce de toile qui couvrait la tête, se croisait sur la poitrine, se repliait sous les bras et enveloppait toute la partie supérieure du corps. Le voile qui se conserve à Chartres est long de quatre aunes et demie. C'est un tissu de lin et de soie d'un blanc jaunâtre. Ce vêtement est doublement vénérable ; d'abord il a été en contact avec le corps virginal de Marie, et, d'après la tradition, la Bienheureuse Vierge l'a porté pendant tout le temps que le divin Enfant demeura dans son sein.

Selon Nicéphore Callixte (Hist. eccl., liv. XIV, c. II, et liv. XV, c. XIV) ce voile fut laissé d'une amie par la Vierge mourante. Puis il tomba aux mains d'un Juif de Galilée. Vers le cinquième siècle, deux frères nommés Candidus et Galbius l'obtinrent de ce Juif. Voulant s'assurer la conservation de ce trésor, ils le tinrent soigneusement caché ; mais le secret fut trahi par des miracles. Pour recevoir dignement une pareille relique, l'empereur Léon dit le Grand ou l'Ancien, fit construire un temple magnifique.

En 810 l'empereur Nicéphore et l'impératrice Irène l'offrirent à Charlemagne avec un autre vêtement de la sainte Vierge. Le pieux empereur les déposa dans sa chère église de Notre Dame d'Aix-la-Chapelle, d'où le voile dont nous venons de parler fut transféré par Charles le Chauve à Notre Dame de Chartres.

Vint l'époque des invasions normandes. Un jour, c'était en 911, Chartres vit avec effroi le terrible Rollon campé sous ses murs. La bataille s'engage ; déjà les Normands sont vainqueurs. Mais au plus fort de la mêlée parait l'évêque de Chartres. Revêtu des habits pontificaux, il tient une lance à la main. À cette lance est suspendue une bannière d'un genre nouveau ; c'est le voile de la Vierge Marie. À cette vue, Rollon se sent saisi d'une frayeur que jusque-là il ne connaissait pas ; les Normands se retirent, mais en bon ordre, montrant qu'ils cèdent plutôt à un ascendant surnaturel qu'à la valeur des adversaires.

Les Chartrains, pénétrés de reconnaissance, élevèrent une chapelle à leur libératrice dans le ravin même qu'avait occupé l'armée ennemie. Ce lieu depuis s'appela Valrollon, par corruption Vauroux.

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

30 avril 2022

Le Mois de Marie, reine de France

Le Mois de Marie, reine de France

 

Marie Reine de France

 

Premier jour

Honneur à Marie

 

Dieu seul a droit à nos adorations ; car seul il est grand, seul il est le Très-Haut, seul il est le Créateur, seul il est le Seigneur souverain. Or l'adoration est l'acte par lequel nous reconnaissons l'excellence et la majesté suprême, l'autorité et la domination souveraine.

Entre Dieu et l'homme il n'est qu'un médiateur, le Dieu-Homme, Jésus-Christ, en qui et par qui nous devons être sauvés. Toutefois Dieu aime à jeter sur ses œuvres un reflet de sa grandeur ; et souvent, pour agir au dehors, le Créateur se plaît à employer sa créature.

À son tour le médiateur et le Sauveur unique exerce sa médiation et distribue les moyens de salut, qui sont sa doctrine et sa grâce, par le ministère de certains hommes choisis : tels furent les Apôtres, aujourd'hui remplacés par le Pape et par les Évêques secondés par les prêtres.

Vous honorez Dieu, vous l'aimez : honorez-le, aimez-le dans ceux qu'il honore et qu'il aime ; honorez-le, aimez- le dans ceux qui représentent sa puissance et sa bonté. Le mépris des envoyés du prince et de ses amis rejaillirait sur sa personne même. Aussi Jésus-Christ dit à ceux qu'il envoie : « Celui qui vous écoute, m'écoute ; celui qui vous méprise, me méprise ; celui qui me méprise, méprise celui qui m'a envoyé moi-même, mon Père qui est aux cieux ».

Si nous devons honorer l'œuvre et l'image de Dieu jusque dans l'homme mortel et pécheur, si nous devons honorer le caractère de représentant et d'envoyé divin jusque dans la personne des parents, des princes, des prêtres imparfaits et même coupables, quel respect ne devons-nous pas à ceux que la grâce et la gloire ont confirmés pour toujours dans l'amitié divine ?

Honneur aux Saints : pour eux et par eux Dieu a fait de grandes choses, et, à leur tour, par Dieu et pour Dieu, au nom et pour la gloire de Dieu, ils ont fait de grandes choses. Honneur et amour aux Saints : Dieu les honore et les aime ; ils honorent Dieu et ils l'aiment.

Mais si entre les créatures distinguées par la sainteté, c'est-à-dire par l'union irrévocable à Dieu, il s'en rencontre une que Dieu ait appelée à un rang supérieur, qui ait répondu au choix divin avec une fidélité plus parfaite, et qui, en conséquence, ait été élevée au-dessus de tout ce qui n'est pas Dieu, quel honneur ne lui devons-nous pas !

Cette créature existe. Prédestinée de toute éternité pour être la Mère du Dieu fait homme, Marie a été prévenue d'une grâce qui l'élève au-dessus de tous les anges et de tous les hommes pris ensemble ; à cette grâce suréminente elle a répondu avec une fidélité qui met sa vertu au-dessus de toutes les vertus humaines et angéliques ; enfin la gloire dont Dieu a couronné sa fidélité à la grâce dont il l'avait prévenue, en fait la reine des anges et des saints.

Mais si Marie l'emporte sur tous les saints en grâce, en vertu et en gloire, parce qu'elle devait être et qu'elle est la Mère du Dieu fait homme, c'est aussi parce qu'elle devait être, et qu'elle est, en effet, la mère de tous les enfants de Dieu, de tous les élus.

Donc honneur et amour à Marie : Dieu l'honore et l'aime comme sa Mère. Honneur et amour à Marie : elle a honoré Dieu, elle l'a aimé, elle l'honore et l'aime plus que tous les Saints et tous les anges ensemble. Honneur et amour à Marie : elle est notre mère ; elle peut et elle veut nous faire plus de bien que tous les anges réunis. Honneur et amour à Marie : après le culte dû à Dieu et à Jésus-Christ son Fils unique, il n'est pas de culte plus légitime et plus salutaire que celui qui est dû à Marie, Mère de Dieu et notre Mère.

 

Virgini Pariturae

 

Notre Dame de Chartres

 

Autrefois, dans le pays des Carnutes , au milieu d'une immense foret, s'élevait une colline couverte d'un bois sacré qui ombrageait une vaste grotte. Là était le centre religieux des Gaules. Or, cent ans avant la naissance de Jésus-Christ, il se célébra une grande fête en ce lieu. Sur l'autel de la grotte on avait placé une statue représentant une jeune fille qui portait dans ses bras un enfant nouveau-né. Au pied de la statue on lisait ces mots : « Virgini parituræ - À la Vierge qui doit être mère ». Le roi des Carnutes avec les guerriers assistait à cette solennité. Le grand prêtre leur adressa un discours dans lequel il annonça la naissance d'un personnage extraordinaire qui devait sauver le mon de. Il n'est rien en ceci qui doive sur prendre. La croyance à la Vierge, Mère du Sauveur universel, se retrouve chez tous les peuples païens. Le roi des Carnutes, que la légende désigne sous le nom latin de Priscus, fut tellement touché de ce discours qu'il consacra son royaume à la Mère future du Sauveur. Les assistants lui consacrèrent leurs personnes.

Quarante-six ans après la naissance de Jésus-Christ, trois envoyés de saint Pierre, Savinien, Potentien et Altinus, arrivaient en ce pays. À la vue de la statue et de l'inscription prophétique Virgini parituræ, ils furent heureusement surpris. Ils annoncèrent aux Carnutes Celui dont ils honoraient déjà la Mère depuis un siècle et de mi. La grotte fut consacrée à Marie. C'est là qu'aujourd'hui s'élève la splendide cathédrale de Notre Dame de Chartres. Ainsi, avant mème d'exister, Marie avait pris possession de la Gaule qui devait être un jour la France.

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaines

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 


29 avril 2022

Le Mois de la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ

Le Mois de la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ

 

Ensevelissement

Trentième jour

30 avril

 

Funérailles

 

Prélude : Joseph d'Arimathie et Nicodème descendent respectueusement le corps de Jésus et le remettent entre les mains de sa divine Mère.

 

Méditation

 

Ils prirent donc le corps de Jésus et l'enveloppèrent en des linceuls avec des aromates, selon l'usage des Juifs, Ah ! l'étrange convoi, où l'on porte mort celui qui est l'Immortel et le Tout-Puissant. Qu'elle est grande l'humilité du Fils de Dieu, qui daigne demeurer uni hypostatiquement à un corps mort, lié de cent bandelettes, soutenu par des hommes faibles et enfermé dans un tombeau.

Le tombeau des morts est la meilleure école des vivants. Considérons celui du Fils de Dieu, à l'exemple des saintes femmes, et voyons dans sa sépulture le modèle de nos communions.

Ce tombeau est dans un jardin, parce qu'il renferme un corps crucifié, la plus belle fleur de l'univers ; notre âme doit être comme un jardin délicieux, couvert des fleurs de la vertu.

Ce tombeau est taillé dans le roc : disposez-vous par la mortification qui prépare et taille l'âme pour en faire le tabernacle de son Dieu.

Ce tombeau est tout neuf : renouvelez la force de votre cœur et veillez à ce que Jésus y soit seul.

Ce tombeau est d'emprunt : venez à la communion avec un cœur parfaitement dépouillé et soumis à l'obéissance.

Ce tombeau fournit aux saintes femmes l'occasion d'exercer trois grandes vertus. une attention minutieuse à tout ce qui se porte à ces funérailles ; une grande diligence à préparer les aromates pour l'embaumer ; une large libéralité à contribuer aux dépenses de cet ensevelissement.

À leur exemple, méditons attentivement les enseignements de la foi touchant le mystère de l'Eucharistie, préparons-nous avec tout le soin possible à la communion, n'épargnons rien de tout ce que nous pourrons faire pour recevoir dignement ce dépôt sacré.

Enfin, quand vous l'aurez reçu, fermez soigneusement le tombeau de votre cœur ; mettez des gardes à tous vos sens, afin que votre Seigneur n'en sorte pas.

Ô mon Dieu et mon tout, que ne suis-je tout pour vous, puisque vous êtes tout pour moi ! Si vous êtes mon unique et souverain bien, pourquoi est-ce que je partage mon cœur ? Que peut-il donc désirer qui ne soit en vous ? Que peut-il trouver hors de vous ? Que peut-il perdre quand il vous possède ? Que peut-il gagner quand il vous perd ?

 

Pratique : Faire de l'ensevelissement de Jésus le modèle de notre préparation à la communion.

Bouquet spirituel : « Ils prirent le corps de Jésus ».

 

via_crucis

Fin du Mois de la Passion

 

Téléchagez l'intégralité des Méditations du Mois de la Passion (pdf) en cliquant ici

 

Prochain Mois de dévotion: le Mois de Marie Reine de la FranceRendez-vous demain...

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

28 avril 2022

Le Mois de la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ

Le Mois de la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ

 

Crucifixion_by_I

 

Vingt-neuvième jour

29 avril

 

Le Côté ouvert

 

Prélude : Un soldat s'approche de Jésus et lui perce le côté avec une lance. Il en sort aussitôt du sang et de l'eau.

 

Méditation

 

Jésus avait expié les péchés de la pensée par les épines de sa couronne ; les péchés de la langue par le fiel et le vi-naigre ; les péchés de la chair par les coups de fouet qu'il reçut à la colonne ; les péchés contre la justice par les plaies de ses mains, les homicides par sa mort. Il va plus avant. Pour achever notre rédemption, il finit par la plaie du cœur, afin d'achever la peine due aux péchés, qui commencent tous par le cœur.

C'est encore là un mystère de son amour, qui veut paraître à découvert et nous montrer la plaie invisible qu'il a faite dans l'âme de Jésus, par la plaie visible qu'il a reçue en son corps.

Ce corps sacré est le temple même de la Divinité, mais la plaie du côté en est la porte. Cette porte est ouverte à tous les hommes. D'où vient donc qu'il y en entre si peu ? Parce que cette porte est une plaie, peu de personnes aiment les blessures et les souffrances.

Jésus ne voulut être blessé ainsi qu'après sa mort.

Il nous montre ainsi que le désir qu'il avait de mourir pour et nous est insatiable, puisque la mort mème ne peut le satisfaire.

Il nous apprend aussi que c'est en souffrant et en mourant qu'il nous a donné la vie, et qu'il a ouvert toutes les sources de la grâce qui va couler avec abondance sur les hommes qui n'y mettront point obstacle.

Ô mon aimable Sauveur, je vous conjure par ce cœur aimant que vous nous avez ouvert comme un asile pour nous servir de retraite, de me tenir à votre droite et de m'appliquer si fortement à votre côté sacré que je n'en sorte jamais. Conservez-moi dans la possession des biens célestes, et disposez comme il vous plaira des biens de la terre. Faites, Seigneur, que votre grâce me soit plus chère que la vie ; je ne vous demande ni richesses, ni charges, ni plaisirs, ni honneurs temporels et passagers ; mais, je vous demande votre amour, sans lequel je serai toujours pauvre et malheureux, quelque bien que je possède d'ailleurs. Que je vous aime, ô mon Dieu, par-dessus toutes choses, que je ne vous offense jamais, que je ne sois jamais séparé de vous, je suis content, je ne demande rien de plus.

 

Pratique : Être fidèle à la dévotion du sacré Cœur de Jésus.

Bouquet spirituel : « Voici la porte du Seigneur, les justes entreront par là ».

 

via_crucis

 

Pour recevoir les méditations du Mois de la Passion, ainsi que les prochaines prières, neuvaines,

abonnez-vous à la newsletter d’images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

27 avril 2022

Le Mois de la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ

Le Mois de la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ

 

gesu crocifisso

 

Vingt-huitième jour

28 avril

 

La mort

 

Prélude : Adorons Jésus mort sur la croix.

 

Méditation

 

Enfin, Jésus permet à la mort de s'approcher. Il meurt pour réparer l'honneur de Dieu par le sacrifice et par l'anéantissement d'un Dieu. Il meurt pour racheter la mort éternelle que nous avons méritée par le prix infini de sa propre vie. Il meurt pour nous ouvrir le ciel !

Mais il choisit la mort la plus violente et la plus ignominieuse de toutes. Il lui suffit en échange d'espérer qu'il vivra d’une vie d'amour dans nos cœurs.

La sainte Vierge, dont le cœur était déjà percé des mille glaives que les tourments de son Fils y avaient enfoncés, reçoit enfin le plus cruel de tous en le voyant expirer.

Le centurion, avec les gardes qui l'accompagnent, sont extraordinairement touchés de la mort du Sauveur et deviennent, selon l'expression de saint Augustin, les premières fleurs de la croix.

Le peuple, séduit par les Pharisiens, rouvre les yeux et s'en retourne, chacun frappant sa poitrine.

Le voile du temple se fend pour témoigner l'horreur du crime des Juifs, pour nous montrer que les figures de la loi prophétique sont découvertes, pour symboliser l'ouverture du paradis, pour montrer la séparation du corps et de l'âme de Jésus-Christ, pour signifier le divorce de la synagogue et la rupture des Juifs avec Dieu.

La terre tremble. Ce tremblement miraculeux signifie l'approche de Dieu, son indignation contre le déicide des Juifs, son pouvoir tout-puissant, le changement merveilleux qu'il doit opérer dans l'univers où il établira la loi évangélique et remplira toutes choses de son Esprit.

Les pierres se fendent, tandis que les cœurs des Pharisiens, images des pécheurs obstinés, s'endurcissent.

Les sépulcres s'ouvrent, car la mort est vaincue par cette mort. La mort de Jésus doit être le modèle de la nôtre. Dans ce but, nous nous souviendrons que, pour bien mourir, il faut s'y préparer toute sa vie, il faut suivre l'exemple de Jésus-Christ en nous détachant de la terre et en ne perdant jamais de vue cette heure suprême ; il faut souvent méditer la Passion de Jésus et le moment de sa mort.

Lors donc que vous sentirez que la mort est proche, réconciliez-vous parfaitement avec vos ennemis et priez pour eux de grand cœur ; ouvrez votre cour envers les malheureux, comme Jésus le fit envers le bon larron, après songez aux soins d'avenir de ceux dont vous avez la charge ; rentrez sérieusement en vous-même ; priez, rendez grâce, résignez-vous, demandez pardon, formez tous les actes des vertus que Jésus mourant exerça sur la croix ; exercez en vous l'ardent désir de voir Dieu ; revoyez dans le calme et la paix toute votre vie, en sorte que vous puissiez dire : « tout est accompli » ; puis, jetez-vous amoureusement entre les bras de votre Sauveur et endormez-vous sur son cœur.

 

Pratique : Se disposer à la mort en union avec les sentiments de Jésus-Christ mourant.

Bouquet spirituel : « Ayant baissé la tête, il rendit le dernier soupir ».

 

via_crucis

 

Pour recevoir les méditations du Mois de la Passion, ainsi que les prochaines prières, neuvaines,

abonnez-vous à la newsletter d’images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

26 avril 2022

Le Mois de la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ

Le Mois de la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ

 

152_001 (2)-001

 

Vingt-septième jour

27 avril

 

Le grand cri

 

Prélude : Écoutons avec respect et amour l'écho de ce grand cri que Jésus a jeté sur le Calvaire en remettant son esprit entre les mains de son Père.

 

Méditation

 

Jésus crie à haute voix, pour faire éclater sa puissance et montrer la vérité de ce qu'il avait dit qu'il disposait de sa vie selon son bon plaisir.

Il crie à haute voix, pour témoigner avec quelle violence son âme se sépare de son corps, et rompt la plus belle union qui fut jamais.

Il crie à haute voix, pour appeler toute la nature et convier tous les hommes à contempler un Homme-Dieu mourant en croix par la main des hommes et pour le salut des hommes.

Il crie à haute voix pour effrayer ses ennemis et publier la victoire qu'il remporte sur la puissance des ténèbres.

« Mon père, dit Jésus mourant, je recommande mon esprit entre vos mains ». Dernières paroles que je dois méditer avec amour.

Il ne dit pas mon Dieu, mais mon Père, pour témoigner sa confiance et nous en enseigner la pratique dans ce combat, le plus terrible et le plus difficile de tous.

Il ne lui recommande pas richesses, car il n'en a point, et nul n'en emporte de ce monde.

Il ne lui recommande point son honneur, car il a choisi le mépris, et nous devons mourir dans l'humilité et la confusion.

Il ne lui recommande point son corps, qu'il a abandonné aux souffrances et à la mort.

Il lui recommande son esprit, comme étant la principale partie de l'être humain, et il le remet entre les mains de Dieu, parce que Dieu seul a le droit de reprendre ce qu'il nous a donné.

Unissons donc notre voix à celle de notre aimable Sauveur, et disons souvent avec lui, pendant la vie, pour le redire à la mort : « Mon Dieu et mon Père, je recommande mon âme entre vos mains, retirez-la, Seigneur, des mains de ses ennemis. Arrachez-la à la gueule des lions, car elle est unique, et vous savez que votre Fils vous l'a recommandée en mourant ».

Sur le point de mourir, Jésus baissa la tête, pour montrer qu'il est le maître de la mort, et qu'elle n'oserait s'approcher s'il ne le lui permettait ; pour montrer combien le fardeau de nos péchés est pesant, puisqu'il est contraint de plier sous le faix ; pour témoigner l'obéissance qu'il rend à son Père, en mourant sur son ordre ; pour marquer la terre où il doit être enseveli, et les limbes où son âme allait descendre.

 

Pratique : Porter souvent notre pensée vers le lieu où notre corps et notre âme doivent aller après la mort.

Bouquet spirituel : « Mon Père, je recommande mon âme entre vos mains ! »

 

via_crucis

 

Pour recevoir les méditations du Mois de la Passion, ainsi que les prochaines prières, neuvaines,

abonnez-vous à la newsletter d’images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

25 avril 2022

Le Mois de la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ

Le Mois de la Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ

 

33074594_2073245832710072_8951908658975866880_n

 

Vingt-sixième jour

26 avril

 

« Eli, Eli, lama sabachthani ? »

 

Prélude : Ecoutons ce grand cri que Jésus jette sur la fin des ténèbres, et entendons-le dire : « Mon Dieu ! mon Dieu ! Pourquoi m'avez-vous abandonné ? »

 

Méditation

 

De quel abandon se plaint le fils de Dieu ?

L'abandon des douleurs intérieures dans lesquelles son Père le laisse depuis le commencement de sa Passion, sans lui donner aucune consolation qui pût soulager son mal.

L'abandon des douleurs extérieures, dans lesquelles il le voit abîmé, non-seulement sans le délivrer, mais encore sans lui accorder un seul instant de repos ni de relâche jusqu'à son dernier soupir.

Ne nous troublons donc point, s'il nous semble que Dieu nous ait oublié, vu la grandeur des peines intérieures et extérieures que nous souffrons, Dieu le permet, pour nous purifier et nous rendre dignes de ses plus intimes communications Souvenons-nous d'ailleurs qu'il y a deux autres abandons, bien plus redoutables, puisqu'ils sont le partage des réprouvés : l'impénitence finale et la damnation éternelle.

Mais, puisque le Fils de Dieu s'est offert volontairement à la croix, pourquoi se plaint-il ?

Il se plaint pour nous montrer l'excès de sa douleur.

Il se plaint, pour nous donner l'exemple et nous apprendre que c'est à Dieu qu'il faut nous adresser au plus fort de nos peines, et qu'on peut se plaindre à sa bonté paternelle sans murmurer ni l'offenser.

Il se plaint, pour nous faire entendre que la cause de ses souffrances n'est pas en lui, mais en nous.

Le ciel écoute les plaintes de Jésus avec respect, la sainte Vierge avec douleur, les soldats avec mépris.

Ceux-ci ne le comprennent pas. Ils croient qu'il invoque Elie, et il est le Dieu d'Elie. Ils s'imaginent que sa plainte est une marque de sa faiblesse, et c'est un admirable effet de son amour. Ils pensent qu'il veut se sauver, mais qu'il ne le peut ; et, tout au contraire, il ne le veut pas, mais il le peut.

Oh ! qu'il y en a peu qui entendent la parole de Dieu, peu qui respectent sa parole, peu qui entrent dans le sentiment de sa douleur !

 

Pratique : Dans nos délaissements, plaignons-nous amoureusement à Dieu, en empruntant les paroles de Jésus mourant.

Bouquet spirituel : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'avez-vous abandonné ? »

 

via_crucis

 

Pour recevoir les méditations du Mois de la Passion, ainsi que les prochaines prières, neuvaines,

abonnez-vous à la newsletter d’images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook