31 mars 2012

Le Mois la Passion de Jésus 1/4

170301004_30fb3f3ecc_o

Le Mois la Passion de Jésus

« Regardez et voyez s'il une douleur semblable à ma douleur ».

 

Premier jour

Consécration du mois à Jésus souffrant

 

Réflexions pratiques

 

Considérez, ô mon âme! que la dévotion à Jésus souffrant est la plus utile et la plus affectueuse de toutes les dévotions, celle qui excitera davantage dans votre cœur l'amour de Dieu et le regret de vos péchés. Pour honorer avec piété la passion douloureuse du Sauveur, suivez-le, pendant ce mois, sur les différents théâtres de ses souffrances; représentez-vous l'Homme-Dieu, livré à une tristesse excessive dans le jardin de Gethsémani, traîné devant les tribunaux, couronné d'épines, flagellé, déchiré de coups et meurtri par le poids accablant de la croix. Après avoir assisté à cette longue agonie de Jésus, pourrez-vous lui refuser quelques larmes de pitié et de tendresse?

 

Prière

 

O Dieu qui, pour la rédemption du monde, avez daigné naître, être circoncis, rejeté par les juifs, trahi par Judas, lié comme un innocent Agneau destiné au sacrifice, traîné indignement devant les tribunaux d'Anne, de Caïphe, de Pilate et d'Hérode, et accusé par de faux témoins; qui avez voulu être flagellé, couvert de crachats et d'opprobres, couronné d'épines, meurtri par les souffrances et frappé à coups de roseau, pendant que, par dérision, on voilait votre face divine; qui enfin vous êtes laissé dépouiller de vos vêtements, clouer à là croix, élever entre deux voleurs, abreuver de fiel et de vinaigre, et percer par une lance; je vous supplie de m'accorder la grâce, tout indigne que j'en suis, de considérer, pendant ce mois, tant et de si cruelles peines, de déplorer la malice des méchants déchaînée contre vous, et de bénir votre patience inaltérable. C'est dans cette intention, ô Jésus souffrant et crucifié! que je désire vous suivre en esprit dans les diverses stations de votre passion douloureuse et de méditer vos souffrances et vos humiliations durant les jours que l'Eglise consacre plus particulièrement à la vénération de cet adorable et lugubre mystère. Il est vrai, Seigneur, que ma vie ne serait pas trop longue pour lire le livre de vos douleurs et de vos ignominies; mais, si vous daignez, pendant ces jours de salut, imprimer profondément dans mon cœur vos plaies sacrées et enivrer mon âme de votre précieux sang, comme je le désire et vous en supplie, pourrai-je oublier celui à qui j'ai tant coûté? pourrai-je refuser à tant de sang une larme d'amour et de repentir?

 

Pratique : De temps en temps, pendant la journée, jetez les yeux sur l'image de Jésus crucifié, et baisez la avec un tendre amour. Faites dévotement le chemin de la croix. (Indulgence plénière).

 

Aspiration : Seigneur Jésus, vous m'avez aimé jusqu'à mourir pour moi ; faites que je vous aime au moins jusqu'à vivre pour vous.

 

Deuxième jour

Le Sacré-Cœur de Jésus souffrant

 

Réflexions pratiques

 

Considérez, ô mon âme, que le Cœur de Jésus a le premier connu la douleur, et qu'au temps de la passion il a épuisé goutte à goutte l'amer calice au fond duquel était la mort du Sauveur et la vie du monde; et c'est l'amour qui a été la source de tant de souffrances. Vous avez affligé le Cœur de Jésus et renouvelé sa passion par vos péchés; et cependant cette noire ingratitude ne l'a pas empêché un seul instant de vous aimer et d'être plus touché de votre perte éternelle que de l'injure que vous lui avez faite en méprisant sa tendresse. Gémissez de la froideur et du mépris dont vous avez payé un amour si tendre et si généreux.

 

Prière

 

Divin Sauveur, que la bonté de votre Cœur a été admirable! Vous avez préféré mon salut à votre honneur et à votre vie. Compatissant autant que généreux, vous vous êtes sacrifié tout entier à mon bonheur éternel; vous n'avez rien ménagé pour amollir la dureté de mon cœur et l'attacher à vous par les liens de la plus tendre charité. Pour moi, ô aimable Jésus! vous vous êtes répandu en sanglots dans le jardin de Gethsémani où l'amour vous a fait répandre une sueur de sang. Pour moi, votre tète a été couronnée d'épines, votre bouche abreuvée de vinaigre, vos pieds et vos mains attachés à .la croix, et votre Cœur percé d'une lance. Combien de fois, Seigneur, auriez-vous pu très-justement me perdre en me livrant à la puissance des démons et aux supplices de l'enfer! Vous m'avez toujours supporté, toujours attendu avec une patience ineffable, vous avez écouté la voix de votre Cœur, le cri de votre sang, qui vous demandait grâce pour moi. Ne permettez pas que j'abuse encore de cette clémence invincible; mais gravez dans mon âme vos amertumes et vos ignominies, afin que j'en éprouve toute l'impression, et que l'épée qui perça votre Cœur adorable reste toujours enfoncée dans le mien. Pardonnez aussi, ô Jésus! à tant de pécheurs qui vous offensent, ramenez à vous tant d'ingrats qui vous abandonnent, ouvrez les yeux à tant d'aveugles qui se précipitent dans l'abîme, afin que tous recueillent les fruits de grâce et de miséricorde que nous a mérités votre Cœur humilié pour nos péchés.

 

Pratique : De temps en temps, pendant la journée, jetez les yeux sur l'image de Jésus crucifié, et baisez la avec un tendre amour. Faites dévotement le chemin de la croix. (Indulgence plénière).

 

Aspiration : Seigneur Jésus, vous m'avez aimé jusqu'à mourir pour moi ; faites que je vous aime au moins jusqu'à vivre pour vous.

 

Troisième jour

Dieu a tellement aimé le monde

 

Réflexions pratiques

 

Considérez, ô mon âme, que Dieu a tellement aimé le monde, qu'il a donné son fils unique, afin que tout homme qui croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle. O miséricorde de notre Dieu 1 pour sauver le pécheur et racheter l'esclave, il livre son fils chéri à la mort de la croix; pour épargner le coupable, il condamne l'innocent. Que de grâces renfermées dans ce divin bienfait, et que ne vous a-t-il pas donné en vous donnant Jésus-Christ devenu votre libérateur, votre pontife, votre paix, votre réconciliation, votre espérance, le prix et l'auteur de votre salut! Un tel excès de bonté devrait exciter en vous les sentiments du plus tendre amour et de la plus vive reconnaissance.

 

Prière

 

Père éternel, Dieu de bonté et de miséricorde, vous ne voulez pas qu'aucun de vos enfants périsse; aussi avez-vous envoyé votre fils unique dans le monde, afin que le monde fût sauvé par lui. Vous oubliez, en quelque sorte, qu'il est l'objet de vos complaisances éternelles, les délices des Anges, pour le livrer entre les mains de ses plus cruels ennemis qui lui font souffrir les opprobres, les ignominies, les tourments, le supplice de la croix. Père juste, où trouverez-vous une victime plus agréable? elle vient elle-même s'offrir à vos coups et s'immoler pour le salut des hommes. Frappez, grand Dieu, venez rassasier votre colère; mais qu'un dévouaient si généreux, qu'un sacrifice si parfait apaise votre courroux. Regardez, non nos péchés qui crient vengeance contre nous, mais la face de votre Christ couvert de plaies, qui demande miséricorde. Si le nombre de nos iniquités arrête le cours de vos grâces, souvenez-vous que vous nous avez délivrés, par votre fils, de la servitude du démon et de la damnation éternelle, et que cet adorable Sauveur nous a mérité, par sa passion et par sa croix, le salut et la gloire d'une éternité bienheureuse. Sans doute, ô mon Dieu! vous mériteriez un amour infini pour un bienfait également infini, mais je ne suis qu'une pauvre créature. Ah! qu'au moins ce don ineffable, qui renferme tous les dons, absorbe tout mon amour et toute ma reconnaissance; je vous aime donc, ô Dieu d'amour! et ne veux aimer que vous, je vous aime de toute l'étendue de mon cœur et de toute l'ardeur de mon âme.

 

Pratique : De temps en temps, pendant la journée, jetez les yeux sur l'image de Jésus crucifié, et baisez la avec un tendre amour. Faites dévotement le chemin de la croix. (Indulgence plénière).

 

Aspiration : Seigneur Jésus, vous m'avez aimé jusqu'à mourir pour moi ; faites que je vous aime au moins jusqu'à vivre pour vous.

 

Quatrième jour

Jésus souffrant a tellement aimé le monde

 

Réflexions pratiques

 

Admirez, ô mon âme, la bonté infinie, la tendresse ineffable, la charité incompréhensible de Jésus souffrant pour les hommes. Il vous a aimée plus que lui-même, puisque, pour vous racheter de la mort éternelle, il a sacrifié son repos, son honneur, sa vie. Que peut-il ajouter à cet excès de miséricorde et d'amour? Il ne lui reste plus rien à faire pour vous montrer combien il vous aime. Mais si le divin Sauveur s'est donné à vous en souffrant et en mourant sur une croix pour votre salut, n'est-il pas bien juste que vous vous donniez à lui en vivant pour l'aimer uniquement?

 

Prière

 

O Jésus ! mon aimable Jésus, à quel prix m'avez-vous racheté! que mon âme vous a coûté cher! Je vous vois chargé d'opprobres, couvert de sang et de plaies, couronné d'épines, expirant dans les douleurs les plus cruelles sur un infâme gibet. Quel excès de souffrances et d'amour! car vous n'avez supporté tant d'outrages et souffert tant de tourments que pour me témoigner votre amour et gagner mon cœur: mais moi, ô malheur! au lieu de vous aimer, j'ai osé commettre le péché qui vous a donné la mort. Recevez, ô mon Sauveur! les regrets d'un cœur contrit et humilié qui reconnaît sa faute et sollicite son pardon. Hélas! y aurait-il un enfer assez rigoureux pour moi, si, après avoir connu l'amour que vous me témoignez dans votre passion, je me damnais misérablement, en méprisant un Dieu crucifié qui veut me sauver? Il n'en sera pas ainsi, je l'espère de votre grâce et de votre amour, de votre sang et de votre croix: vous ne perdrez pas ce pauvre pécheur qui vous aime, et que vous aimez jusqu'à mourir pour le sauver. Oui, Seigneur souverainement aimable, je vous aime; et qui aimerais-je, si ce n'est vous? Vos plaies ne sont-elles pas des plaies d'amour qui blessent les cœurs les plus durs. des flammes qui embrasent les âmes les plus glacées? Je vous aime donc, ô l'unique objet de toutes mes affections! je vous aime sans partage , et autant que je puis vous aimer.

 

Pratique : De temps en temps, pendant la journée, jetez les yeux sur l'image de Jésus crucifié, et baisez la avec un tendre amour. Faites dévotement le chemin de la croix. (Indulgence plénière).

 

Aspiration : Seigneur Jésus, vous m'avez aimé jusqu'à mourir pour moi ; faites que je vous aime au moins jusqu'à vivre pour vous.

 

Cinquième jour

A sept heures, Jésus institue le Sacrement de son amour

 

Réflexions pratiques

 

Considérez, ô mon âme, que, pendant qu'on délibérait dans la maison de Caïphe sur le moyen de faire périr Jésus Christ, il instituait le Sacrement de son corps et de son sang, et enseignait quelle hostie devait être offerte à Dieu. Ainsi les pièges dressés à sa vie, la haine violente des Juifs, les vexations de tout genre, rien n'a pu éteindre sa charité. Les tourments déjà si proches, la croix, les opprobres, loin de le séparer de ses enfants, l'ont uni davantage à eux par ce Sacrement d'amour et d'unité. Qui donc vous séparera de l'amour de Jésus? Dites avec un cœur reconnaissant et enflammé d'amour: « Je souffre pour celui qui m'a aimée, et rien ne me séparera de son amour ».

 

Prière

 

Près de vous immoler pour nous sur la croix, ô bon Jésus, vous voulez, pour satisfaire votre tendresse, trouver le moyen de rester avec nous jusqu'à la consommation des siècles; et c'est la veille de votre mort, lorsque vos ennemis vous préparent la croix et les tourments, que vous instituez le Sacrement de votre amour. Loin de nous abandonner à cause d'une si noire ingratitude, vous nous donnez le gage le plus précieux de votre incomparable charité. J'ai ardemment désiré de manger cette pâque avec vous, avant que de souffrir. Quelle est, ô Jésus, la cause de ce grand désir, de cette vive ardeur qui ne peut souffrir le moindre délai? Ah! je le vois, vous voulez demeurer avec nous dans cette vallée de larmes pour nous consoler et nous nourrir de votre chair sacrée. O bonté immense! Ô Charité incompréhensible d'un Dieu qui prélude d'une manière si admirable aux outrages et aux ignominies de sa passion! Puisque toutes vos souffrances, ô mon généreux Rédempteur! n'ont servi qu'à resserrer les liens qui vous unissent à nous, qui me séparera de votre amour? sera-ce l'affliction ou l'angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le péril, ou l'épée? Je suis assuré que ni la mort, ni la vie, ni aucune créature ne me séparera de votre amour. Car, lorsque, non content de me racheter au prix de tout votre sang, vous vous donnez à moi avec une prodigalité toute divine, que puis-je vous refuser après un tel excès d'amour et de tendresse? Vous voulez mon cœur à quelque prix que ce soit, je vous le donne, il est à vous, il ne désire que vous, il n'aime que vous, il ne soupire qu'après vous.

 

Pratique : De temps en temps, pendant la journée, jetez les yeux sur l'image de Jésus crucifié, et baisez la avec un tendre amour. Faites dévotement le chemin de la croix. (Indulgence plénière).

 

Aspiration : Seigneur Jésus, vous m'avez aimé jusqu'à mourir pour moi ; faites que je vous aime au moins jusqu'à vivre pour vous.

 

Sixième jour

A huit heures, Jésus au jardin de Gethsémani

 

Réflexions pratiques

 

Considérez, ô mon âme, que Jésus entra de lui-même dans la voie des douleurs et s'avança avec intrépidité vers le premier théâtre de sa sanglante passion. Le combat qu'il soutint pendant trois heures dans le jardin de Gethsémani contre l'ennui, la crainte et la tristesse fut si violent, que son cœur semblait se briser, et qu'il éprouvait comme les convulsions d'un mourant qui lutte contre le trépas; il tomba dans une mortelle agonie, et une abondante sueur de sang dégoutta de tout son corps jusqu'à terre. La cause de cette désolation générale fut la triste perspective des tourments de sa passion , la parfaite connaissance de tous les péchés du monde et du peu de fruit qu'on devait retirer de sa mort. Voilà ce que Jésus a souffert à causette vous et pour vous.

 

Prière

 

Je n'aperçois dans ce jardin, ô mon Jésus! ni fouets, ni épines, ni clous qui déchirent votre chair innocente: d'où vient que vous êtes baigné de sang depuis la tète jusqu'aux pieds? Vous êtes si pressé de souffrir pour nous, que vous n'attendez pas que des flots de douleurs et d'amertumes, viennent fondre sur vous, ni que vos ennemis vous chargent de chaînes, vous couvrent d'opprobres et d'ignominies. Une fois entré dans la voie des souffrances, vous vous livrez vous-même à un dégoût si amer, à un ennui si profond, que, succombant à la violence de ce combat intérieur, vous répandez une grande abondance de sang qui trempe vos habits et découle sur la terre. Quoi! Seigneur Jésus, vous êtes la béatitude des Anges, la force des Martyrs, la joie du ciel; et votre âme, triste jusqu'à la mort, souffre ce qu'il y a de plus violent dans les épreuves de la vie. Aujourd'hui se déroule à vos yeux le tableau des plus cruelles souffrances causées par l'injure infinie que le péché fait à Dieu, par l'inutilité de vos travaux pour tant d'infortunés pécheurs , par la perte de tant d'âmes réprouvées; déjà tous les blasphèmes , tous les sacrilèges, toutes les impuretés, tous les crimes du monde viennent, comme des bêtes féroces, déchirer votre cœur. Il est donc vrai, Seigneur, que j'ai été aussi un de vos bourreaux, et que mes péchés ont été le cruel pressoir, qui, par les efforts de la tristesse et de la douleur, a fait jaillir le sang de votre corps adorable. Donnez à mon cœur un sincère repentir, et à mes yeux des larmes amères, afin que je pleure mes iniquités, et qu'à force de les pleurer, je mérite d'en obtenir le pardon, et de ressentir sans cesse en moi les mérites de votre première agonie.

 

Pratique : De temps en temps, pendant la journée, jetez les yeux sur l'image de Jésus crucifié, et baisez la avec un tendre amour. Faites dévotement le chemin de la croix. (Indulgence plénière).

 

Aspiration : Seigneur Jésus, vous m'avez aimé jusqu'à mourir pour moi ; faites que je vous aime au moins jusqu'à vivre pour vous.

 

Septième jour

A onze heures, Jésus trahi par Judas

 

Réflexions pratiques

 

Considérez, ô mon âme, que Jésus, sachant que l'homme qui devait le trahir arrivait dans le jardin avec les soldats, va au-devant de lui. Judas s'avance, aussitôt avec impudence et baise sais maître. Vivement touché de la perfidie de son Apôtre, Jésus lui dit avec douceur, moins pour le confondre que pour le convertir: « Quoi, Judas, est-ce ainsi que, par un baiser, vous livrez le fils de l'homme? » Mais l'Apôtre infidèle reste insensible à une remontrance si capable d'exciter le remords dans son âme: le désespoir et l'enfer furent le prix de son horrible trahison. Si le péché creuse un abîme, le désespoir seul peut en fermer la porte. Comment désespérer jamais de la miséricorde, en voyant un Dieu crucifié pour nous?

 

Prière

 

Jésus, mon Sauveur, si tous ceux qui se damnent causent à votre cœur une vive douleur, quelle peine n'avez-vous pas ressentie, en voyant périr malheureusement Judas voire perfide Apôtre! Il n'y a que celui qui connaît l'étendue de votre amour qui puisse comprendre quelle fut alors l'amertume de votre aine. Cette perte vous a été d'autant plus sensible que vous aviez donné à ce misérable des marques plus particulières de votre extrême bonté. Vous l'aviez placé au nombre de vos Apôtres et de vos amis, établi dépositaire des aumônes que vous receviez, admis à la réception toute récente de votre corps adorable. Confident de vos secrets et de vos conseils, compagnon de vos voyages, témoin de vos miracles, il oublie les droits sacrés de l'amitié et de la reconnaissance, en vous livrant entre les mains de vos bourreaux qui brûlent de répandre votre sang, et de terminer votre vie par d'horribles supplices. D'un seul mot vous pouviez précipiter ce traître dans le fond des abîmes; et,au moment même qu'il vous trahit, vous lui donnez le doux nom d'ami, vous lui faites sentir l'horreur de son crime avec une douceur, une tendresse qu'il ne méritait plus. Moi aussi, mon Jésus, j'ai livré le sang innocent à mes passions, j'ai été ingrat et perfide envers mon bienfaiteur: mon péché est énorme, je l'avoue; mais, loin de me livrer au désespoir et à l'apostasie, comme Judas, j'espère en votre miséricorde; loin de vous offenser par de nouveaux péchés, je veux pleurer mes anciennes iniquités, et me rendre de plus en plus digne du baiser de paix, gage de réconciliation, que vous avez daigné m'accorder dans le sacrement de pénitence.

 

Pratique : De temps en temps, pendant la journée, jetez les yeux sur l'image de Jésus crucifié, et baisez la avec un tendre amour. Faites dévotement le chemin de la croix. (Indulgence plénière).

 

Aspiration : Seigneur Jésus, vous m'avez aimé jusqu'à mourir pour moi ; faites que je vous aime au moins jusqu'à vivre pour vous.

 

Huitième jour

Jésus pris et enchaîné par les Juifs

 

Réflexions pratiques

 

Considérez, ô mon âme, que les Juifs ne jetèrent les mains sur Jésus que quand il le permit. Alors ces loups cruels se précipitent avec fureur sur cet innocent agneau; ils le poussent, ils lui arrachent les cheveux, le frappent, le renversent, le traînent, le foulent aux pieds; ils lui lient les mains, le cou et la poitrine avec des cordes et des chaînes comme à un voleur et un scélérat. C'est vous qui avez tressé ces cordes et forgé ces chaînes par vos péchés. J'ai été enveloppé dans les filets des pécheurs. Craignez: car il viendra un temps où Samson brisera ses liens; et alors le Seigneur, le Dieu des vengeances agira librement. Si le bois vert est ainsi traité, que sera-ce du bois sec?

 

Prière

 

Pourquoi, Seigneur Jésus, ces hommes féroces s'avancent-ils vers vous avec des épées et des bâtons comme vers un voleur? ils vous cherchent pour vous charger de chaînes et vous traîner au supplice de la croix. Quoi! on vous regarde comme un voleur, vous qui n'avez enlevé d'autre proie que celle des âmes assujetties au démon! on charge des fers de l'esclave et du criminel le Saint des Saints, le Seigneur des. seigneurs, vous qui venez, par votre mort, nous assurer une entière liberté! Sans dire un seul mot, sans proférer une seule plainte, vous laisserez-vous donc lier les mains, ces mains divines qui distillent la myrrhe et rassemblent toutes les bénédictions? Suivrez-vous, au delà du Cédron, une troupe de furieux qui vous traînent avec violence au milieu des plus sanglants outrages? Pourquoi, ô mon Jésus! vous livrez-vous entre leurs mains? que ne brisez vous ces chaînes, et ne vous dérobez-vous aux cruels tourments qu'ils vous préparent? Mais, si vous ne vous laissez prendre, qui rachètera le monde? Je comprends maintenant que votre amour pour nous, que le désir de nous sauver est le seul lien qui vous retienne captif et vous traîne à la mort. Je baise avec un profond respect ces pesantes chaînes qui m'ont délivré des chaînes honteuses du péché dont le démon voulait se servir pour m'entraîner dans l'abîme de l'enfer. Je ne veux plus faire aucune action, aucune démarche sans vous; liez-moi donc les pieds et les mains, attachez - moi si fortement à votre divin Cœur, que, privé d'une liberté qui m'a été trop funeste, je demeure éternellement captif de votre amour.

 

Pratique : De temps en temps, pendant la journée, jetez les yeux sur l'image de Jésus crucifié, et baisez la avec un tendre amour. Faites dévotement le chemin de la croix. (Indulgence plénière).

 

Aspiration : Seigneur Jésus, vous m'avez aimé jusqu'à mourir pour moi ; faites que je vous aime au moins jusqu'à vivre pour vous.

559_001

Téléchargez le texte de ces prières (pdf) en cliquant ici


Pour recevoir les méditations du Mois de la Passion de Jésus, être tenu au courant des mises à jour du site et recevoir des texte de prières par e-mail, abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes.


21 février 2012

Le Mois du Pécheur repentant 4/4

Le Mois du Pécheur repentant

« Si vous ne faites pénitence, vous périrez tous de la même manière ». (Luc 13)

 903_001

Vingt-troisième jour

Le Pécheur reçu de Dieu avec la bonté d'un père

 

Réflexions pratiques

 

Considérez, ô mon âme, que vos fautes, quoique très graves, ne pouvaient l'emporter sur la Miséricorde de Dieu. Il est vrai qu'ayant commis des péchés innombrables dans une nature sanctifiée par Sa Grâce, en face de la Croix, inondée de Son Sang, Vous ne méritiez rien moins que l'enfer; mais ce Divin Sauveur, dont le Cœur est un océan de Bonté, désirait votre Salut et votre bonheur éternel; aussi n'a-t-Il cessé de vous poursuivre avec une Douceur toute Divine, jusqu'à ce qu'Il eût ému votre cœur d'une humble repentance et qu'Il l'eût conquis à Son Amour. Rendez hommage à la Bonté de Dieu qui a fait en vous un changement si merveilleux et si digne de sa tendresse.

 

Prière

 

Seigneur mon Dieu, Vous avez eu compassion de moi, Vous m'avez arraché du profond abîme où j'étais plongé, Vous avez nettoyé mon malheureux cœur de ce bourbier de turpitudes et de vices dont il ne serait jamais sorti sans Vous. Je le sais, Seigneur, Vous deviez à Votre Sainteté de me rejeter comme le rebut des créatures, à Votre Justice de me traiter comme les infortunés en qui Vous punissez sans pitié dans l'Enfer les mêmes iniquités que je commettais avec tant d'audace. Mais Vous avez été si Bon à mon égard, si lent à me punir, si prompt à me pardonner, que, au lieu des supplices éternels que je méritais, Vous m'avez fait goûter des douceurs et des consolations que je préfère à tous les plaisirs de mes péchés passés. Bien loin de me rejeter, à l'exemple des rois de la terre qui chassent de leur présence les sujets rebelles, Vous avez porté la clémence jusqu'à venir au-devant de moi pour me rétablir dans Votre Amitié et m'offrir Vous-même un pardon que mes péchés m'avaient mille fois rendu indigne d'obtenir. Et comme si Vous vouliez en quelque sorte épuiser à mon égard Vos Bontés et Vos Miséricordes, Vous m'avez pressé sur Votre Cœur, et, au lieu d'user de la verge, Vous avez prodigué les baisers; Vous avez habité dans mon âme, et Vous Vous êtes uni à votre enfant, à votre épouse, par les liens les plus augustes dans le Sacrement de Votre Amour. Embrasez-moi de Vos Saintes Ardeurs, ô mon Jésus! et jamais plus le péché ne me séparera de Vous.

 

Pratique pour tous les jours du mois : Offrons à Notre-Seigneur, par le canal de Sa Sainte Mère, nos peines et nos souffrances en expiation de nos péchés passés.

Aspiration : Pardonnez, Seigneur, pardonnez à votre peuple, et ne soyez pas éternellement irrité contre nous.

 

Vingt-quatrième jour

Le Pécheur triomphe de Jésus, joie des Anges

 

Réflexions pratiques

 

Réjouissez-vous, ô mon âme, non comme le monde, pour des biens fugitifs et méprisables, mais comme les Justes, comme les Disciples de Jésus-Christ, comme les Anges du Ciel, pour la Gloire de Dieu, pour le Salut des hommes et la conversion des Pécheurs. Oui, un seul Pécheur qui fait pénitence cause plus de joie à toute la Cour Céleste que quatre-vingt-dix-neuf justes qui n'en ont pas besoin. Ainsi votre conversion, ô mon âme, si elle a été sincère, a causé aux Anges l'allégresse la plus vive par le triomphe que le Roi du Ciel a remporté sur l'Enfer, et par l'honneur que Vous Lui rendrez dans l'éternité.

 

Prière

 

O Jésus, mon Dieu et mon Maître, lorsque je pense à Votre immense Miséricorde pour les hommes, et surtout pour les pauvres Pécheurs, je ne puis m'empêcher d'admirer l'empressement Divin avec lequel Vous allez chercher la brebis qui était perdue. A peine l'avez-vous trouvée, à force de fatigues et de sueurs, que Vous l'embrassez et la mettez avec joie sur Vos épaules pour la ramener au bercail. Alors, Vous appelez Vos amis et Vous les invitez à se réjouir avec Vous de ce que Vous avez retrouvé cette chère brebis égarée, Vous recevez leurs félicitations; et Vous, ô Jésus, qui êtes la souveraine félicité de toutes les créatures, Vous faites une fête avec eux, comme si Vous pouviez recevoir quelque accroissement de gloire et de bonheur. Ah! mon divin Rédempteur, si la conversion d'un seul Pécheur cause tant de joie à Votre Cœur et à celui de Vos Anges, quels doivent être les transports de mon allégresse et de mon admiration, en voyant que Vous avez aimé ma pauvre âme jusqu'à regarder comme un bonheur pour Vous de la retrouver après ses longs égarements, de la guérir de ses plaies mortelles, de la combler de Tendresse et de Charité! Je ne doute plus maintenant, ô mon Jésus, que Vous ne m'aimiez de l'Amour le plus vif et le plus empressé, je Vous aime aussi de toutes mes forces; faites que je Vous aime encore davantage, et que rien ne puisse jamais me séparer de Votre Saint Amour ni en cette vie ni en l'autre.

 

Pratique pour tous les jours du mois : Offrons à Notre-Seigneur, par le canal de Sa Sainte Mère, nos peines et nos souffrances en expiation de nos péchés passés.

Aspiration : Pardonnez, Seigneur, pardonnez à votre peuple, et ne soyez pas éternellement irrité contre nous.

 

Vingt-cinquième jour

Le Pécheur trouve son bonheur dans le service de Dieu

 

Réflexions pratiques

 

Considérez, ô mon âme, que tout le monde cherche le bonheur, et que personne ne le trouve, parce qu'on le cherche où il n'est pas. Le véritable bonheur consiste dans la Grâce et l'Amour de Dieu, dans l'accomplissement de Sa Loi, dans les larmes de la pénitence; et non dans les plaisirs, dans les richesses et dans les honneurs du monde, vous en avez la douloureuse expérience. La lumière est faite pour le juste, dit le prophète, et la joie pour ceux qui ont le cœur droit et pur. Au service de Dieu, toutes les peines et toutes les amertumes de la vie se changent en délices et en douces consolations.

 

Prière

 

Rien n'est plus digne de Votre ineffable bonté, ô mon Dieu! rien ne fait mieux éclater votre puissance aux yeux dela foi que la justification d'un Pécheur qui passe du néant du péché à la vie de votre grâce, de l'amertume du vice à la suavité de votre amour. Je l'éprouve aujourd'hui, Seigneur : un seul jour passé à l'ombre de vos tabernacles vaut mieux que mille sous la tente des Pécheurs; je goûte tout le repos d'une bonne conscience, tout le bonheur d'une ame qui, justifiée par votre grâce, sent la douce onction de l'Esprit divin et vous redit sans cesse: Seigneur Jésus, je vous aime , je veux vous aimer de plus en plus ; car votre joug est vraiment doux et votre fardeau vraiment léger. Après les faveurs célestes dont vous m'avez comblé, je m'étonne, Seigneur, qu'il y ait encore des Pécheurs assez aveugles pour quitter votre aimable empireet préférer les plaisirs de la terre à vous qui êtes les délices des Anges et la source de la véritable félicité. Qu'ils viennent, je leur enseignerai la douceur de vos voies, et mon exemple vous ramènera ceux qui désespèrent de leur salut; ils éprouveront, comme moi, l'effet de vos bontés, et ils annonceront eux-mêmes vos miséricordes. Rendez-les dignes du pardon que vous avez daigné accorder à un Pécheur plus coupable qu'aux : répandez dans leurs ames un rayon de votre lumière céleste qui les touche, les éclaire et établisse à jamais en elles le règne de votre amour. Pratique et Aspiration comme au premier jour.

 

Pratique pour tous les jours du mois : Offrons à Notre-Seigneur, par le canal de Sa Sainte Mère, nos peines et nos souffrances en expiation de nos péchés passés.

Aspiration : Pardonnez, Seigneur, pardonnez à votre peuple, et ne soyez pas éternellement irrité contre nous.

 

Vingt-sixième jour

Le Pécheur reconnaissant

 

Réflexions pratiques

 

Jamais, ô mon âme, vous ne connaîtrez qu'imparfaitement ici-bas les obligations immenses que vous avez à Jésus-Christ: vous étiez esclave du démon, Il a brisé vos fers; vous étiez chargée de crimes, Il les a effacés; le Ciel vous était fermé, Il vous l'a ouvert; vous aviez des ennemis nombreux, Il vous a délivrée de leurs mains puissantes et redoutables. Que ne pouvez-vous multiplier vos actions de grâces et les égaler en nombre aux péchés qu'Il vous a pardonnés et aux faveurs qu'Il vous a faites! Au moins remerciez-le tous les jours de Sa grande Miséricorde qui vous a retiré de l'enfer le plus profond.

 

Prière

 

Mon Sauveur et mon Libérateur, après les Grâces extraordinaires que Vous m'avez faites, le premier sentiment de mon âme, le premier besoin qu'elle éprouve en Votre présence, c'est de Vous témoigner toute sa reconnaissance. Je Vous dois beaucoup, je Vous dois tout: le pardon de mes péchés, le retour de Vos Grâces, la liberté dont je jouis et dont je commence à goûter les douceurs. Vous m'avez visité dans mes aridités par l'onction de Votre Esprit, Vous m'avez éclairé dans mon ignorance, consolé dans mes afflictions, rassuré dans mes inquiétudes, établi dans une humble confiance. Que rendrai-je de mon côté à Votre Miséricorde, ô mon Dieu, pour tant de grâces et de faveurs? Vous connaissez la faiblesse et l'impuissance de ce Pécheur à peine sorti de la captivité de Babylone; Vous savez que ma langue n'est pas digne de bénir Votre Saint Nom et de chanter l'hymne de la reconnaissance; souffrez donc que, pour Vous marquer la gratitude dont je me sens pénétré, je Vous offre toute la gloire que Vous rendez à Votre Père sur la Croix et sur nos Autels, toutes les louanges des esprits bienheureux et les satisfactions faites à Votre Justice par tous les Saints Pénitents. Si mon amour est faible, et ma reconnaissance imparfaite ici-bas, j'espère Vous aimer, Vous bénir, Vous glorifier, Vous remercier plus parfaitement un jour dans le Ciel par un éternel hommage de louanges et d'actions de grâces, avec les Anges et les Saints pendant l'éternité. Ainsi soit-il.

 

Pratique pour tous les jours du mois : Offrons à Notre-Seigneur, par le canal de Sa Sainte Mère, nos peines et nos souffrances en expiation de nos péchés passés.

Aspiration : Pardonnez, Seigneur, pardonnez à votre peuple, et ne soyez pas éternellement irrité contre nous.

 

Vingt-septième jour

Le Pécheur demande la persévérance à Marie

 

Réflexions pratiques

 

Si vous vous confiez en vous-même, ô mon âme, et en vos propres forces, vous vous appuierez sur un roseau brisé, sur un bras de chair qui vous sera inutile. Car, de vous-même, vous n'êtes capable que de vous perdre de nouveau et de retomber dans l'abîme du péché dont la bonté divine vous a retirée. Voulez-vous quitter vos habitudes vicieuses et persévérer dans la vertu? Invoquez souvent Marie avec confiance, aimez-La avec tendresse, servez-La avec dévotion; Elle empêchera que votre cœur ne se souille désormais par l'amour des créatures et ne se courbe plus vers la terre; Elle vous aidera à suivre constamment le chemin de la Justice et à parvenir au port du Salut.

 

Prière

 

O Marie, Mère de Dieu, ma plus douce Espérance après Jésus, je confesse, avec un humble sentiment de reconnaissance, que je Vous suis redevable de la Grâce sanctifiante que j'ai recouvrée, et que, sans Vous, je serais perdu pour l'éternité. Car après Dieu, personne n'a eu tant de part que Vous à ma conversion; mais, voulant achever avec Vous et par Vous le grand ouvrage de ma sanctification et m'affermir jusqu'à la mort dans une solide piété, je viens Vous supplier d'accorder de nouveaux secours à ma faiblesse et de perfectionner, par Votre puissante Protection, ce que Vous avez si heureusement commencé. Déjà, le démon, jaloux des faveurs que Vous m'avez obtenues pendant ce mois, fait des efforts inouïs pour rentrer dans mon âme et en chasser Votre Adorable Fils; mais ce sera en vain, ma Sainte et Bonne Mère, si je continue de Vous prier et de Vous servir, Vous ne souffrirez pas que je retombe dans les désordres et dans l'abîme de maux dont Votre main bienfaisante m'a délivré: Vous êtes plus puissante pour me sauver que Satan pour me perdre. Vous avez toujours été mon Refuge et mon Avocate auprès du Sauveur, Vous m'avez aidé à briser les chaînes de mes péchés, ayez encore pitié de votre enfant, obtenez-moi un Amour ardent et généreux pour Jésus et pour Vous, afin qu'après avoir persévéré jusqu'à la mort dans Son Service, j'aie le bonheur de contempler un jour votre ravissante beauté dans le Royaume du Père céleste.

 

Pratique pour tous les jours du mois : Offrons à Notre-Seigneur, par le canal de Sa Sainte Mère, nos peines et nos souffrances en expiation de nos péchés passés.

 

Aspiration : Pardonnez, Seigneur, pardonnez à votre peuple, et ne soyez pas éternellement irrité contre nous.

 

Vingt-huitième jour

Mort du Pécheur

 

Réflexions pratiques

 

Depuis sa conversion, le Pécheur n'ignorait ni ses devoirs en cette vie, ni les espérances de l'autre vie, et il coulait ses jours voués à la pénitence dans la crainte et l'Amour de Dieu, se consolant dans les afflictions par la prière. Voyez-le maintenant à son lit de mort, tout rempli, grâce à sa vie sainte et pénitente, des lumières et des espérances de l'éternité; quelle innocence dans son cœur! quel calme profond en son âme! Le Dieu de Paix va le porter dans ses bras au séjour de la Gloire, tandis que des âmes malheureuses, pour un seul péché mortel, brûleront éternellement au milieu des flammes de l'enfer.

 

Prière

 

Oui, mon Dieu, il y a en ce moment, au fond des Enfers, des âmes que Vous avez éternellement réprouvées pour un seul péché mortel. Votre Justice a surpris ces âmes infortunées et ne leur a laissé aucun intervalle entre ce premier péché et la mort. C'en est fait d'elles: plus de grâces, plus de repentir, plus de pardon, elles sont perdues pour l'éternité. Si Vos Jugements sont incompréhensibles, Seigneur, et Vos Voies impénétrables à leur égard, comment exalterai-je Votre infinie Miséricorde qui m'a pardonné, non pas un seul péché, mais des crimes énormes et innombrables? Vous m'avez épargné, lorsque Votre Justice réclamait ma perte: Votre Sang a coulé sur mon âme et l'a rendue plus blanche que la neige, Votre Main lui a imprimé le caractère de Votre Grâce et de Votre Amour. J'adore et bénis mille fois, ô mon Sauveur, cette Main secourable qui m'a fortifié par des Grâces si abondantes et qui, après le bienfait d'une entière réconciliation, m'a conduit au Sacré Banquet que Votre Tendresse Paternelle a préparé à vos enfants. J'ai été consolé par la Miséricorde, gardé par l'Amour et porté dans le Cœur de mon Bien-aimé: comment après cela me refuseriez-vous la grâce de mourir de la mort des Justes et des vrais Pénitents? Non, Seigneur, Vous ne refuserez pas à mon humble prière la consolation d'expirer dans Vos bras, ni le bonheur de Vous posséder, de Vous aimer, de Vous louer dans la société des Anges, revêtu de gloire, inondé de la joie du paradis.

 

Pratique pour tous les jours du mois : Offrons à Notre-Seigneur, par le canal de Sa Sainte Mère, nos peines et nos souffrances en expiation de nos péchés passés.

Aspiration : Pardonnez, Seigneur, pardonnez à votre peuple, et ne soyez pas éternellement irrité contre nous.

 

Téléchargez l'intégralité des méditations du Mois du Pécheur Repentant (pdf) en cliquant ici

 

Fin du Mois du Pécheur Repentant

 Rembrandt

Prochain mois de dévotion, le Mois de la Passion du Christ, rendez-vous le 31 mars

15 février 2012

Le Mois du Pécheur repentant 3/4

Le Mois du Pécheur repentant

« Si vous ne faites pénitence, vous périrez tous de la même manière ». (Luc 13)

903_001

 Seizième jour

Le Pécheur est un enfant prodigue

 

Réflexions pratiques

 

Représentez-vous, ô mon âme, l'enfant prodigue revenant auprès de son bon père après de longs égarements. Demandez à Notre Seigneur la grâce d'imiter son repentir et d'obtenir comme Lui le pardon de vos péchés passés. Comparez vos fautes avec les vertus du serviteur de Dieu, la corruption de votre cœur avec son innocence: quelle différence entre votre état et le sien! La paix, la joie intérieure, la consolation règne dans son âme; dans votre cœur au contraire, quels troubles! quelles amertumes! quels reproches de la conscience! Voyez ce que vous étiez autrefois, et ce que vous êtes aujourd'hui; et vous regretterez amèrement le bonheur de votre condition passée.

 

Prière

 

Quel sujet de chagrin pour moi, ô mon Dieu, de Vous avoir quitté, Vous, mon Père et ma souveraine Béatitude, pour un maître perfide, pour un tyran cruel, pour le plus cruel des bourreaux, pour Satan. Hélas! j'ai dissipé les biens de Votre maison dans des plaisirs honteux et criminel. Aussi, du plus heureux de vos enfants, je suis devenu le plus misérable des pécheurs. Ce qui augmente mon crime et mon repentir, c'est que Vous avez toujours conservé pour moi une prédilection que nul père n'a jamais eue pour son fils unique. Malgré ma profonde misère, je ne perdrai pas courage; je me lèverai avec le prodigue et je Vous dirai, la rougeur au front et le deuil dans l'âme: Mon Père, j'ai péché contre le Ciel et devant Vous; contre le Ciel par le scandale de tant d'iniquités commises à la lumière du jour; devant Vous, par tant d'iniquités secrètes qui, pour avoir été cachées dans les ténèbres, n'en ont pas moins été éclairées par votre œil invisible. Ah! je ne mérite plus d'être appelé Votre fils, trop heureux si Vous daignez m'admettre au rang de Vos serviteurs. Ramenez-moi à Vos pieds, et je pleurerai le malheur que j'ai eu de Vous abandonner: c'est à ce prix que Vous m'avez promis le pardon de mes égarements, et avec lui l'abondance de tous les biens que j'ai perdus. Que tardé-je encore de revenir dans les bras et dans le cœur d'un Père si bon, si généreux, qui ne demande qu'à m'embrasser et à me pardonner?

 

Pratique pour tous les jours du mois : Offrons à Notre-Seigneur, par le canal de Sa Sainte Mère, nos peines et nos souffrances en expiation de nos péchés passés.

Aspiration : Pardonnez, Seigneur, pardonnez à votre peuple, et ne soyez pas éternellement irrité contre nous.

 

Dix-septième jour

Le Pécheur est un ingrat

 

Réflexions pratiques

 

Considérez, ô mon âme, que vous tenez tout de Dieu, et que vous ne sauriez pécher qu'avec ses bienfaits: quelle ingratitude d'oublier les grâces et les Miséricordes dont Il vous comble tous les jours, de Lui rendre le mal pour le bien, de vous servir de ses dons pour l'outrager, et de tourner contre Sa Gloire Sa propre Bonté et Sa propre Puissance qui vous conservent! Mettez-vous aux pieds de votre Crucifix, comme un ami parjure aux pieds de son ami, comme un sujet rebelle aux pieds de son roi, comme un fils parricide aux pieds de son père. Demandez humblement à Notre-Seigneur Jésus-Christ le pardon de vos péchés.

 

Prière

 

Tout, Seigneur, frappe mes yeux: l'état de mon âme, le tombeau qui va s'ouvrir sous mes pas, le jugement, l'enfer, l'éternité, et je ne vois rien! Tout me parle: ma conscience, les accidents, les bons exemples, les bons livres, les prédicateurs de Votre Parole, et je n'entends rien! Tout au Ciel et sur la terre devrait me toucher: Vos Bontés, Vos Bienfaits, Vos Grâces, Vos Miséricordes, Vos Lumières, et rien ne me réveille! je ferme mes yeux, mes oreilles et mon cœur à la voix de votre miséricorde, je suis insensible à Vos Bienfaits comme à Vos menaces et tranquille dans mon péché. Tout ce que je possède, je le tiens de Votre Main libérale pour Votre plus grande Gloire: mes lèvres n'ont reçu le mouvement que pour Vous louer; mon esprit et mon cœur n'ont reçu la lumière et le sentiment que pour penser à Vous et Vous aimer; Vous ne m'avez donné tout mon être que pour Vous servir. Et toutes mes facultés sont coupables; tous mes sens ont servi d'instrument à l'iniquité: je le confesse, ô mon Dieu! j'ai péché au-delà de toute mesure. Ah! si un homme m'avait traité une seule fois comme je Vous traite tous les jours, je le haïrais souverainement; comment pourrai-je ne pas me haïr moi-même, et me pardonner l'ingratitude de mon méchant cœur? Pardonnez Vous-même à ce coupable chargé de crimes énormes: c'est à Votre Cœur que je m'adresse pour demander ma grâce; et c'est de Votre Cœur, toujours prêt à tout oublier, à tout pardonner, que j'espère l'obtenir.

 

Pratique pour tous les jours du mois : Offrons à Notre-Seigneur, par le canal de Sa Sainte Mère, nos peines et nos souffrances en expiation de nos péchés passés.

Aspiration : Pardonnez, Seigneur, pardonnez à votre peuple, et ne soyez pas éternellement irrité contre nous.

 

Dix-huitième jour

Le Pécheur délibère sur sa conversion


Réflexions pratiques

 

Considérez, ô mon âme, que Dieu vous a laissée libre de choisir entre la grâce et le péché, entre le paradis et l'enfer, et que, du choix que vous ferez en cette vie dépend votre bonheur ou votre malheur éternel. Quand il s'agit de votre salut, le choix peut-il être douteux, et toute délibération à cet égard ne serait-elle pas un nouveau crime? Trop longtemps vous avez opposé une opiniâtre résistance à la Volonté de Dieu; et si vous n'avez pas encore senti toute la rigueur de ses vengeances, c'est qu'Il veut vous faire éprouver la douceur de ses Miséricordes, mais à condition que vous vous déterminerez enfin à vous convertir.

 

Prière

 

Seigneur mon Dieu, après Vous avoir entendu si longtemps parler à mon cœur, après avoir vu si souvent resplendir Votre Lumière dans mon âme, après avoir tant de fois éprouvé la contagion du monde, faut-il que je balance encore, et que j'hésite sur le choix que je dois faire entre la douceur de la vertu et la séduction du vice, entre la gloire de vous servir et le malheur de gémir sous la tyrannie du démon! Hélas! d'où vient ma répugnance à me dépouiller de mes vices, si ce n'est de la force de mes inclinations perverses, de mon attachement à ce monde corrompu, de ma froideur pour vous? J'ai beau entendre votre voix qui me dit au fond de mon cœur: « Fuyez le péché »; mes habitudes vicieuses parlent plus haut, et je les écoute avec complaisance, sans faire attention que je perds un de ces précieux moments de grâce et de miséricorde auquel vous avez pu attacher mon entière conversion, et qui sera peut-être suivi d'un silence de colère et d'indignation. Otez de mon cœur, ô mon Dieu! toutes ces velléités qui m'empêchent d'être sincèrement à vous; séparez-moi de moi-même; arrachez-moi des funestes complices de mes crimes, et détachez-moi de moi-même avec cette douce violence qui entraînait l'épouse des cantiques; afin que, malgré mon extrême misère et ma faiblesse incompréhensible, aidé de votre puissant secours, je m'attache à vous par des liens indissolubles, et que je vous garde une fidélité inviolable jusqu'au dernier soupir de ma vie.

 

Pratique pour tous les jours du mois : Offrons à Notre-Seigneur, par le canal de Sa Sainte Mère, nos peines et nos souffrances en expiation de nos péchés passés.

Aspiration : Pardonnez, Seigneur, pardonnez à votre peuple, et ne soyez pas éternellement irrité contre nous.

 

Dix-neuvième jour

Le Pécheur diffère encore sa conversion

 

Réflexions pratiques

 

Revenez à votre Père, ô mon âme, Il vous tend la main et vous prévient par sa grâce. N'êtes-vous pas encore fatiguée du joug que le démon vous fait porter depuis longtemps? Voulez-vous attendre qu'une mauvaise mort vienne mettre le sceau à votre éternelle réprobation, et que la longanimité de Dieu rende plus insupportable l'éternel malheur que votre impénitence vous attirera infailliblement ? Revenez enfin à votre Dieu par une sincère conversion; mais ne différez pas plus longtemps. Pendant que vous temporisez, que de Pécheurs cités au tribunal de Dieu et condamnés aux flammes de l'enfer!

 

Prière

 

O mon doux Jésus! ô mon Amour Crucifié! il faut enfin que je revienne à Vous, et que je pense sérieusement à me convertir, si je ne veux pas m'exposer au danger évident de me damner. Il y a trop longtemps que je languis dans l'ordure de mes péchés et dans le lit infect de ce corps de bouc. Ah! si je savais ce que Votre Grâce donne de douceur et de consolation à une âme vraiment convertie; si je savais combien l'espérance du ciel qu'elle a recouvrée la dédommage de toutes les peines qu'elle a eues pour dompter ses passions, ne secouerais-je pas aussitôt le joug du démon, et me débattrais-je encore vainement dans les chaînes cruelles et honteuses dont il m'a chargé? Délivrez-moi promptement, Seigneur, du joug de cette captivité, de cet état déplorable où mes péchés m'ont réduit; Vous seul pouvez me décharger du pesant fardeau qui m'accable. Je soupire après cet heureux moment, je l'attends, je l'espère, ne différez pas de remplir la promesse que Vous m'avez faite: continuez de me poursuivre, non de vos anathèmes, mais de Vos Miséricordes, en me retirant des mains de Satan qui me tient encore esclave sous sa puissance infernale. Quand retournerai-je à Vous, mon Jésus, par une véritable conversion? Inspirez-moi une horreur extrême du péché, une vive douleur de l'avoir commis, une volonté ferme de ne le plus commettre, enfin un désir ardent de réparer mes crimes par une bonne confession et une sincère pénitence.

 

Pratique pour tous les jours du mois : Offrons à Notre-Seigneur, par le canal de Sa Sainte Mère, nos peines et nos souffrances en expiation de nos péchés passés.

Aspiration : Pardonnez, Seigneur, pardonnez à votre peuple, et ne soyez pas éternellement irrité contre nous.

 

Vingtième jour

Le Pécheur effrayé à la vue de ses péchés

 

Réflexions pratiques

 

Le calme de la paix s'éloigne toujours d'un cœur coupable et ne lui laisse que ses frayeurs, ses alarmes, son désespoir. Les remords épouvantent le Pécheur, ses crimes déchirent son sein, troublent son sommeil, rendent amers tous ses plaisirs. La mort s'offre à ses yeux égarés, les portes de l'abîme paraissent s'ouvrir devant lui. Qui ne serait saisi d'épouvante, sachant qu'il a son Roi pour ennemi? malheur à l'âme criminelle qui ne tremble pas en présence de Dieu! elle tremblera pendant l'éternité; le tonnerre ne gronde pas maintenant sur elle, mais il l'écrasera un jour du poids épouvantable de la colère divine.

 

Prière

 

O Dieu, aux yeux de qui tout cœur tremble et toute conscience est alarmée, en quel état Vous remettrai-je ma pauvre âme qui, au lieu de brûler de Votre Divine Charité, a été souvent l'objet de Votre haine? Si les justes, si les puissances même du ciel tremblent devant Vous, que deviendrai-je, moi qui Vous ai offensé des millions de fois, et qui cherche en vain dans tout le cours de ma vie quelque temps ou quelque lieu qui puisse m'avoir vu sans iniquité en Votre Présence? Ah! Seigneur, si Vous me punissez dans toute la rigueur de Votre Justice, comment subsisterai-je devant Vous, et soutiendrai-je le poids de tant de péchés? C'est Votre Miséricorde, ô mon Dieu! plus que Votre Justice qui m'a frappé du glaive salutaire de Votre crainte; n'imposez pas silence aux cruels remords de ma conscience justement alarmée: que cette voix intérieure se fasse entendre à mon cœur coupable, son silence serait pour moi le plus grand des malheurs. Tonnez, éclatez, abattez-moi comme Saül; faites-moi sentir comme à lui, combien il est fâcheux de vous résister. Portez votre lumière dans le fond de mon cœur; apprenez-moi ce que vous voulez que je fasse; rendez-moi docile aux inspirations de Votre Grâce, afin qu'après les avoir constamment suivies, je mérite les consolations et les récompenses que Vous réservez aux Pécheurs vraiment pénitents.

 

Pratique pour tous les jours du mois : Offrons à Notre-Seigneur, par le canal de Sa Sainte Mère, nos peines et nos souffrances en expiation de nos péchés passés.

Aspiration : Pardonnez, Seigneur, pardonnez à votre peuple, et ne soyez pas éternellement irrité contre nous.

 

Vingt-et-unième jour

Le Pécheur prend la résolution de se convertir

 

Réflexions pratiques

 

Considérez ô mon âme, quelle est la Miséricorde incompréhensible de Dieu qui vous a soufferte dans vos péchés avec tant de douceur, qui vous a appelée à lui tant de fois par ses inspirations, qui vous a attendue avec tant de patience jusqu'à ce moment. Prosternée humblement devant le Tribunal de Sa Justice, demandez-Lui pardon du délai de votre conversion, du mépris de Ses Grâces; puis, vous tournant vers le Trône de Sa Miséricorde, établissez-vous dans une ferme résolution de recouvrer Sa Grâce par une pénitence parfaite qui brise votre cœur, qui humilie votre esprit, qui réduise votre corps en servitude, et vous convertisse sincèrement.

 

Prière

 

Mon Sauveur et mon Maître, depuis que Vous m'invitez avec la Tendresse d'un Père à retourner à Vous, n'est-il pas temps enfin que je recouvre par un amer repentir le précieux trésor de la Grâce que j'ai perdu? Trop longtemps Vous avez attendu et souffert ce Pécheur impénitent; trop longtemps Vous avez frappé à la porte de son cœur, sans pouvoir vaincre son obstination, et cependant sans rien diminuer de Votre Paternelle Sollicitude. Aujourd'hui Votre Grâce a triomphé de ce cœur jusqu'alors insensible à vos premières avances: c'est vers Vous, mon bon et aimable Sauveur, que je me tourne, c'est à Vos pieds que je me jette pour les arroser des larmes d'une vive et sincère contrition. Je Vous choisis pour mon Roi, et je Vous consacre irrévocablement tout ce que je suis, tout ce que je possède; je Vous promets solennellement de ne jamais plus Vous abandonner; je proteste devant Vous, en présence de la Glorieuse Vierge Votre Mère et de toute la Cour Céleste, que mon désir, mon invariable résolution, ma volonté bien prononcée, c'est de pleurer de plus en plus mes péchés, c'est de me dévouer à Votre Service avec une ferveur pleine d'amour, c'est de Vous suivre détaché des biens de la terre et humble de cœur, acceptant pour l'expiation de mes offenses toutes les épreuves de l'exil, travaillant avec zèle pour Votre Gloire et pour mon Salut, demeurant avec Vous à la vie et à la mort, soumis en tout à Votre Adorable Volonté, avec une fidélité inviolable pour le reste de mes jours. Vive le Seigneur! Vive le Roi, mon Maître!

 

Pratique pour tous les jours du mois : Offrons à Notre-Seigneur, par le canal de Sa Sainte Mère, nos peines et nos souffrances en expiation de nos péchés passés.

Aspiration : Pardonnez, Seigneur, pardonnez à votre peuple, et ne soyez pas éternellement irrité contre nous.

 

Vingt-deuxième jour

Le Pécheur converti

 

Réflexions pratiques

 

Heureux, ô mon âme, ceux à qui les iniquités ont été remises, et dont les péchés sont pardonnés! Ils sont d'autant plus heureux qu'ils ont gémi plus longtemps sous la servitude du Démon, semblable au voyageur qui voit le port avec plaisir, après une affreuse tempête, ou à un malade qui recouvre la santé après une longue maladie. Le Seigneur vous a aussi pardonné vos péchés et vous a réjoui, par l'abondance de sa propitiation divine; vous êtes donc aussi bienheureuse d'avoir purifié votre cœur des affections du monde, d'avoir senti en vous l'onction de la grâce et la douceur de l'Amour de Dieu: c'est une faveur qu'Il n'accorde qu'à un petit nombre d'âmes, et que vous devez estimer plus que tous les trésors.

 

Prière

 

Mon Sauveur et mon Libérateur, Vous n'êtes plus pour moi ce Dieu terrible et menaçant, armé de toutes ses foudres: je ne vois en Vous qu'un Tendre Père qui, touché de mon repentir, m'a pardonné mes égarements et m'a rendu à la paix qui surpasse toute pensée et qui seule fait le vrai bonheur. Votre Grâce a guéri les plaies de mon âme, elle a affermi mes pas dans les voies de la Justice, et Votre Miséricorde m'a fait éprouver combien je suis heureux, depuis que Votre Main Puissante m'a arraché au joug du démon. Il est vrai, Seigneur, que je Vous ai confessé mes péchés avec un cœur pénétré de douleur: mais, quelque amer que soit mon repentir pourrai-je jamais me persuader que j'ai versé assez de larmes pour effacer mes fautes et apaiser votre colère? Oubliez-Vous sitôt Votre Justice pour écouter la voix de Votre Clémence? Quoi! après des chutes si graves et si fréquentes, Vous m'avez donné le baiser de paix et de réconciliation! Ah! Seigneur, Dieu de charité, si Vous avez oublié mes péchés, selon Votre Promesse, je ne les oublierai pas, je les aurai toujours devant les yeux; toujours je les pleurerai, je les détesterai, toujours je me souviendrai de ce que je dois à l'Amour d'un Dieu qui a voulu me sauver, tout pécheur que je suis, et dont la disgrâce m'a coûté trop de regrets et de larmes pour que je l'offense encore. Oui, mon Dieu, avec Votre Grâce, toujours et tous les jours de ma vie, je conserverai dans mon cœur le doux souvenir du prodige de Miséricorde que Vous avez opéré en ma faveur.

 

Pratique pour tous les jours du mois : Offrons à Notre-Seigneur, par le canal de Sa Sainte Mère, nos peines et nos souffrances en expiation de nos péchés passés.

Aspiration : Pardonnez, Seigneur, pardonnez à votre peuple, et ne soyez pas éternellement irrité contre nous.

 Bon Pasteur

Téléchargez ces méditations (pdf) en cliquant ici

11 février 2012

Le Mois du Pécheur repentant 2/4

Le Mois du Pécheur repentant

« Si vous ne faites pénitence, vous périrez tous de la même manière ». (Luc 13)

 903_001

Huitième jour

Le Pécheur contriste le Saint Esprit

 

Réflexions pratiques

 

Considérez, ô mon âme, que le Pécheur, après avoir éteint dans son cœur les lumières de l'Esprit Saint, n'a plus d'autres guides que ses passions qui l'entraînent vers le précipice. Il oublie son salut, son éternité; il étouffe les remords de sa conscience, il tombe dans l'impénitence finale, il ne mérite plus que la mort et l'enfer. Peut-il y avoir un plus grand malheur? Priez cet Esprit Divin qui a autrefois renouvelé la face de la terre par l'effusion abondante de Ses dons, d'amollir la dureté de votre cœur, d'en échauffer la froideur, de le disposer à une salutaire pénitence, de l'inonder des consolations de son amour.

 

Prière

 

Quel était mon bonheur, ô mon Dieu, lorsque la grâce du Saint Esprit produisait dans mon cœur cette joie pure et toute céleste qu'il communique aux âmes entièrement détachées de la terre et toutes brûlantes de l'amour divin! Ils sont passés pour moi ces beaux jours, qui font la félicité des justes en cette vie; et il ne me reste plus que des troubles d'esprit, des remords de conscience, tristes fruits de mes péchés, parce que j'ai perdu Votre crainte et résisté à Votre Grâce. Jusqu'à quand, Seigneur, éprouverai-je un sort si déplorable? Si je ne suis plus digne des consolations dont je goûtais la suavité avant mon péché, rendez-moi votre assistance salutaire qui m'aide à repousser les tentations de l'ennemi, revêtez-moi de l'Esprit de force qui me fasse embrasser les austérités de la pénitence; communiquez-moi cette douce onction qui touche mon cœur, excite mes regrets et mes larmes par la crainte du châtiment éternel que j'ai mérité. Esprit Saint, Esprit adorable, que Jésus Christ a envoyé sur la terre pour purifier les souillures, arroser les sécheresses, guérir les blessures, nos cœurs sont durs comme la pierre et froids comme la glace, mais Votre Grâce toute-puissante peut les amollir par les larmes de la componction et les réchauffer du feu de Votre Amour: ils sont environnés d'épaisses ténèbres, éclairez-les d'un rayon de Votre Divine Lumière qui les délivre du profond aveuglement où ils sont plongés.

 

Pratique pour tous les jours du mois : Offrons à Notre-Seigneur, par le canal de Sa Sainte Mère, nos peines et nos souffrances en expiation de nos péchés passés.

Aspiration : Pardonnez, Seigneur, pardonnez à votre peuple, et ne soyez pas éternellement irrité contre nous.

 

Neuvième jour

Le Pécheur s'attire un abîme de maux

 

Réflexions pratiques

 

Présentez-vous devant Dieu, ô mon âme, comme un criminel chargés de chaînes, tiré du fond de son cachot et conduit au tribunal de son juge. Priez notre Seigneur qu'Il daigne vous faire connaître le triste état d'une âme qui a eu le malheur de l'offenser mortellement: la douleur, la tristesse, les remords déchirants auxquels elle est en proie pendant cette vie; la rage, le désespoir, le ver rongeur, le grincement de dents, les flammes dévorantes qu'elle souffrira pendant l'éternité. Voulez-vous éviter ces maux, fuyez le péché: c'est le mal souverain, le seul mal véritablement à craindre.

 

Prière

 

Je suis couvert de confusion, ô mon Dieu, et je n'ose lever vers Vous mon front, parce que mes crimes se sont amoncelés jusqu'au ciel. Semblable à un vaisseau sans gouvernail et sans pilote, je me suis égaré sur une mer couverte des ténèbres de mes passions où j'ai fait un déplorable naufrage. Mon âme, aveuglée et en traînée par le démon, est tombée dans un abîme de misères et dans le puits très profond de ses iniquités: en perdant Votre Grâce et Votre Amour, j'ai tout perdu; je me suis attiré tous les maux et tous les malheurs que je ne puis ni prévoir ni connaître. Car, qui peut connaître, Seigneur, la grandeur de Votre Colère et mesurer l'étendue de votre courroux redoutable? Qui pensera, sans frissonner d'épouvante, aux gémissements, aux hurlements, aux cris de rage, aux flammes, à tous les maux que Vous avez rassemblés dans l'enfer pour punir le péché? Que Vous dirai-je encore, Seigneur? je ne trouve point de paroles sur mes lèvres pour exprimer mes infortunes; mais Vous comprenez le langage d'un cœur contrit et humilié, et le silence d'une âme abattue à Vos pieds par la douleur de ses péchés. Vous êtes plein de bonté et riche en miséricordes: Vous ne pouvez oublier Votre créature, quelque misérable qu'elle soit. J'espère donc que Vous signalerez Votre puissance et la force de Votre bras, en me délivrant de tous mes péchés.

 

Pratique pour tous les jours du mois : Offrons à Notre-Seigneur, par le canal de Sa Sainte Mère, nos peines et nos souffrances en expiation de nos péchés passés.

Aspiration : Pardonnez, Seigneur, pardonnez à votre peuple, et ne soyez pas éternellement irrité contre nous.

 

Dixième jour

Le Pécheur perd la paix du cœur


Réflexions pratiques

 

Considérez, ô mon âme, que, lorsque vous étiez en état de Grâce, Dieu habitait en vous, et l'amour vous, unissait à Lui par les liens les plus doux: vous étiez son enfant, son amie. Mais quel changement, depuis que vous vous êtes rendue coupable d'un péché mortel! A l'instant, Dieu s'est retiré de votre cœur: Il n'a plus vu en vous que l'enfant du démon, qu'un ennemi dont Il a juré de tirer vengeance, et pour lequel Il n'a plus que des malédictions. « Tu t'es retiré en arrière, dit le Seigneur, tu m'as abandonné le premier, hé bien! je t'abandonne aussi. Nous avons eu soin de Babylone, elle ne s'est pas guérie; abandonnons-la ».

 

Prière

 

Mon Dieu, mon Créateur et mon Père, quel souvenir amer déchire mon âme, depuis que je vous ai quitté pour les créatures! Qu'ai-je gagné à m'éloigner de Vous? Quel repos, quel bonheur ai-je trouvé dans le monde? fallait-il, Seigneur, renoncer à Votre Grâce, perdre la paix de ma conscience, risquer mon salut et mon éternité pour des plaisirs si fugitifs, si vils, si dégradants? Lorsque j'étais dans Votre Grâce, Vous me combliez tous les jours de nouveaux bienfaits: Vous vous unissiez à moi par les doux liens de la Charité, Vous me nourrissiez de Votre Divine Parole et de Votre Chair sacrée, Vous m'appeliez Votre épouse, Votre sanctuaire, un autre Vous-même.. Quand je considère ce que j'ai été autrefois, et ce que je suis maintenant à Vos yeux, je ne puis m'empêcher de gémir profondément à la vue du malheur que j'ai eu de Vous abandonner. Et cependant Vous, mon Dieu, loin de me délaisser, comme je le méritais, semblable à un bon père qui ne peut se résoudre à voir périr son fils, Vous m'avez retenu sur le bord de l'abîme où j'allais me précipiter; Vous avez toujours conservé pour moi la même tendresse, la même compassion. Puisque Vous voulez que je brûle, non du feu de l'enfer, mais du feu sacré de Votre Amour, ouvrez-moi encore une fois les bras de Votre Miséricorde, afin que je rentre en Grâce avec Vous, et que je conserve Votre amitié jusqu'à la mort.

 

Pratique pour tous les jours du mois : Offrons à Notre-Seigneur, par le canal de Sa Sainte Mère, nos peines et nos souffrances en expiation de nos péchés passés.

Aspiration : Pardonnez, Seigneur, pardonnez à votre peuple, et ne soyez pas éternellement irrité contre nous.

 

Onzième jour

Le Pécheur perd tous les dons de la grâce

 

Réflexions pratiques

 

Considérez, ô mon âme, que, quand vous réuniriez en vous seule les mérites de tous les Saints, un seul péché mortel suffit pour tout détruire. Dans ce malheureux état, toutes vos bonnes œuvres sont inutiles pour le Ciel: vos jeûnes, vos prières, vos sacrifices ne vous servent de rien. Représentez-vous une vigne chargée de fruits et tout-à-coup livrée au pillage, un vaisseau submergé avec tous ses trésors, une cité opulente ensevelie sous ses ruines, et vous aurez l'image d'une âme infortunée à laquelle le péché mortel ravit tout à la fois, sa beauté, ses mérites et le pouvoir de mériter.

 

Prière

 

Une âme en état de grâce, ô mon Dieu, est un si beau spectacle qu'elle fixe Vos regards et ravit Votre Cœur: les vertus qu'elle a pratiquées, l'innocence de son Baptême, qu'elle a conservée avec tant de soin, en font l'objet de vos complaisances et l'admiration des Anges. Mais, si cet or s'obscurcit, si ce vif éclat se ternit, si cette âme se livre à un seul péché mortel, tous ses trésors disparaissent: à l'abondance des mérites qu'elle avait acquis pendant plusieurs années, succèdent l'indigence la plus complète, l'impuissance absolue d'acquérir de nouveaux mérites, l'inutilité des œuvres les plus méritoires. Si Vous aviez frappé cette âme avant son péché, placée au plus haut des cieux, elle n'aurait d'autre vie que de Vous bénir et de Vous aimer avec les Anges et les Saints; maintenant, dépouillée de tous les dons de la Grâce céleste, elle marche sur le bord du précipice. Quel mal est-ce donc qu'un seul péché mortel, et qui ne craindrait de Vous offenser, ô Roi des nations! et de tomber dans les effroyables malheurs qu'il traîne après lui? Ce qui me rassure dans mon trouble, ô mon Dieu, c'est que Vous êtes Doux et Clément envers les misérables qui Vous invoquent, et que Votre Miséricorde est au-dessus de toutes Vos œuvres. Ouvrez mon cœur à une sincère componction, et je réparerai les pertes affreuses que j'ai faites, je recouvrerai les trésors inappréciables que j'ai perdus, je retrouverai dans le ciel la place que Vous m'avez promise, et que j'espère encore de Votre Miséricorde.

 

Pratique pour tous les jours du mois : Offrons à Notre-Seigneur, par le canal de Sa Sainte Mère, nos peines et nos souffrances en expiation de nos péchés passés.

Aspiration : Pardonnez, Seigneur, pardonnez à votre peuple, et ne soyez pas éternellement irrité contre nous.

 

Douzième jour

Le Pécheur perd la grâce du Baptême

 

Réflexions pratiques

 

Considérez, ô mon âme, les grâces inestimables que vous avez reçues de la bonté de Dieu le jour de votre Baptême. Il vous a délivrée de la servitude du péché et consacrée à Son Service, service d'amour et de suavité; Il vous a rendu vos droits au céleste héritage et mise en possession de tous les biens de Sa Maison. Mais, en consentant au péché, vous avez profané cet être surnaturel, cette participation à la nature divine, que Dieu vous a donnée au Baptême; vous avez perdu la Grâce et la Liberté que Jésus-Christ vous a acquises au prix de Son Sang; votre cœur est devenu le jouet de mille passions; votre conscience a été privée de la paix et déchirée de remords.

 

Prière

 

Consacré à Vous par le Baptême, ô mon Sauveur, je comprends l'obligation étroite que j'ai contractée de Vous obéir, de Vous imiter, de mener une vie sainte et conforme à Vos Divines ordonnances. Enseveli avec Vous par le Baptême pour mourir au péché, devenu Votre Serviteur par la renaissance spirituelle que j'ai reçue dans les eaux régénératrices, je devais tout entreprendre, tout sacrifier pour conserver cette Grâce précieuse. Mais hélas! puis-je, sans être couvert de confusion, me rappeler les promesses faites pour moi aux fonts baptismaux, et que j'ai mille fois violées? Puis-je, sans éprouver une amère douleur, penser à cette robe blanche que j'y ai reçue, et que je devais porter sans tache à votre tribunal, à cette robe, symbole d'innocence et de pureté, que j'ai traînée dans la boue de mes péchés? Avant mon péché, je goûtais le calme d'une bonne conscience; mes jours étaient heureux, Votre Grâce habitait dans mon cœur; mais ces jours de joie et de Salut sont passés. Ce cœur qui était à Vous, mon Jésus, j'ai consenti à le vendre à Satan pour un plaisir criminel. Oublierez-Vous, Seigneur, une si horrible profanation? faites-moi renaître à la Grâce par le baptême d'eau, mais de l'eau de mes larmes qui me lave de plus en plus de mes iniquités, par le baptême de la Pénitence qui, comme une planche salutaire, m'élève au-dessus des flots de mes péchés, et me fasse passer dans le port de votre divine miséricorde.

 

Pratique pour tous les jours du mois : Offrons à Notre-Seigneur, par le canal de Sa Sainte Mère, nos peines et nos souffrances en expiation de nos péchés passés.

Aspiration : Pardonnez, Seigneur, pardonnez à votre peuple, et ne soyez pas éternellement irrité contre nous.

 

Treizième jour

Le Pécheur perd la paix du cœur

 

Réflexions pratiques

 

Considérez, ô mon âme, que le juste ne connaît point le trouble et la crainte; il goûte des joies ineffables, même au milieu des tribulations, parce que son âme est à Dieu. Le Pécheur au contraire poursuivi jour et nuit par le remords de sa conscience, sent la pointe cruelle de ses péchés qui déchire son cœur. Sa vie ressemble aux flots d'une mer agitée, à une tempête affreuse près de fondre sur lui; il trouve son supplice dans son péché même: sa conscience l'accuse, le condamne et le tourmente, parce qu'elle sert tout à la fois contre lui de témoin, de juge et de bourreau.

 

Prière

 

Que j'étais heureux, ô mon Dieu, lorsque, comblé des joies et des consolations du Saint Esprit, vivifié de l'onction de Votre Grâce, je jouissais de la tranquillité et du repos d'une bonne conscience! Ma vie était alors comme un festin continuel, parce que je trouvais en Vous ma souveraine félicité. Mais que mon état est changé depuis que j'ai péché, et que, par mon péché, j'ai perdu cette douce paix, cette sainte joie, heureux partage des âmes innocentes! Non, Seigneur, il n'y a plus aucune paix dans mes os, en face de mes iniquités: je sens les amertumes de ma vie criminelle, les troubles et les frayeurs de ma conscience coupable. Ecartez le glaive de Votre Justice suspendue sur ma tête, éloignez de moi ce trouble du péché, cet aveuglement, cet endurcissement du cœur qui sont le langage terrible de Votre fureur et de Votre vengeance. Cependant, mon Dieu, je Vous conjure de ne pas me donner une plus grande marque de Votre Colère en m'abandonnant aux désirs de mon cœur et à une fausse sécurité. Punissez-moi, comme un père dont les châtiments sont accompagnés d'une tendre compassion, et non comme un ennemi dont la Miséricorde apparente est plus redoutable que la plus terrible Justice; et, puisque Vous êtes bon et indulgent envers tous, que Votre colère se change en douceur pour moi et pour ceux qui reviennent à Vous de tout leur cœur. Ainsi soit-il.

 

Pratique pour tous les jours du mois : Offrons à Notre-Seigneur, par le canal de Sa Sainte Mère, nos peines et nos souffrances en expiation de nos péchés passés.

Aspiration : Pardonnez, Seigneur, pardonnez à votre peuple, et ne soyez pas éternellement irrité contre nous.

 

Quatorzième jour

Le Pécheur perd la vie de l'âme


Réflexions pratiques

 

Considérez, ô mon âme, que le péché mortel, en Vous séparant de Dieu qui est Votre Vie, Vous donne la mort. Toute âme qui aura péché mourra; ses péchés sont comme des lions dont les dents meurtrières la tuent. Vous paraissez vivante aux yeux des hommes; mais, sans la Grâce de Dieu, vous êtes aussi véritablement morte que les cadavres qui sont dans le tombeau; votre plus grand malheur serait d'être insensible à un état si déplorable. Quoi! vous pleurez le corps dont l'âme est sortie, tandis que vous ne versez pas une larme sur le malheur de l'âme de laquelle Dieu s'est retiré!

 

Prière

 

Qu'elle est funeste et lamentable, ô mon Dieu, la mort qui prive les Pécheurs, non de la vie de la nature, mais de la vie de la Grâce! Qui me donnera des larmes pour pleurer sur vos enfants qui, étant vivants aux yeux des hommes, sont réellement morts devant Vous, et sur moi le premier, qui suis peut-être encore dans la mort du péché? Je me regarderai désormais comme une âme retirée de l'enfer par un privilège singulier de Votre Bonté: car, si Vous m'aviez laissé mourir dans le péché, comme je le méritais, je serais maintenant dans les flammes, au nombre des réprouvés; et je n'aurais d'autre occupation que de Vous blasphémer et de Vous haïr. Mais Vous ne m'avez pas fait éprouver la rigueur de Vos Jugements et le poids de Vos vengeances éternelles; Vous avez aimé mieux signaler Votre grande Miséricorde envers moi en écoutant la voix de Votre Cœur, ce Cœur si Bon, si Charitable, si Compatissant, qui demande, non la mort des Pécheurs, mais leur justification et leur salut. Non, Seigneur, je ne mourrai pas de la mort du péché, puisque Vous voulez guérir toutes mes infirmités et m'appeler du tombeau de mes iniquités à la Vie de la Grâce et de l'Amour. J'ouvre mon cœur à cette douce espérance: car Vous êtes la vie de mon âme; Vous lui donnerez une Vie nouvelle, une Vie pleine de force et de vigueur, ou plutôt Vous vivrez Vous-même en elle par l'esprit de Votre Sainteté et la plénitude de Votre Vertu pour la Gloire de Votre Saint Nom.

 

Pratique pour tous les jours du mois : Offrons à Notre-Seigneur, par le canal de Sa Sainte Mère, nos peines et nos souffrances en expiation de nos péchés passés.

Aspiration : Pardonnez, Seigneur, pardonnez à votre peuple, et ne soyez pas éternellement irrité contre nous.

 

Quinzième jour

Le Pécheur perd la liberté

 

Réflexions pratiques

 

Lorsque vous êtes dans la grâce de Dieu, ô mon âme, vous êtes libre: liberté douce et honorable, la seule qu'on ne puisse vous ravir. Mais avez-vous eu le malheur de pécher mortellement, vous êtes esclave du démon qui règne dans votre cœur, esclave de vos passions auxquelles vous sacrifiez à chaque instant votre repos et votre conscience, esclave du monde dont vous suivez les caprices. Tout en vous est asservi: vos sens, vos facultés, votre cœur, votre raison. Malheur à l'âme infortunée qui, étant chargée de fers, n'en sentirait pas la pesanteur, et qui, étant captive du démon, ne gémirait pas d'une telle servitude!

 

Prière

 

Vous l'avez dit, ô mon Dieu, et la vérité sortie de Votre Bouche Sacrée demeure éternellement: « Mon joug est doux et mon fardeau léger ». En effet, lorsque j'étais dans Votre Grâce, je jouissais de la liberté qui consiste dans l'affranchissement de tout autre joug que du Vôtre; liberté qui me comblait de joie, de bonheur et de consolation. Mais, depuis que j'ai renoncé à cette douce et aimable liberté de vos enfants pour passer sous la honteuse servitude du péché et du démon, je suis devenu l'esclave de plusieurs tyrans qui asservissent mon esprit, mon imagination, mon cœur, mon âme tout entière: dans ce triste état, quand même je voudrais revenir à Vous, Vous prier, éviter une occasion, le démon ne me le permettrait pas. Semblable à Augustin, esclave de mes passions comme lui, je pousse des soupirs, lié que je suis par les chaînes de mes péchés que je ne puis briser, parce que ma volonté, s'endurcissant dans le mal auquel elle prend plaisir, devient plus tenace que le fer même. Sauveur d'Israël, sortez de Sion, et venez briser ces chaînes de fer qui tiennent ma volonté captive; venez et faites resplendir dans mon âme Votre Divine Lumière, pour mettre le sceau à ma délivrance; et je Vous sacrifierai une hostie de louange, et j'invoquerai Votre Nom, ce Nom si Saint et si vénérable, auquel je serai redevable de cette vraie liberté, de cette liberté parfaite que j'espère posséder un jour en Vous possédant Vous-même dans le Ciel.

 

Pratique pour tous les jours du mois : Offrons à Notre-Seigneur, par le canal de Sa Sainte Mère, nos peines et nos souffrances en expiation de nos péchés passés.

Aspiration : Pardonnez, Seigneur, pardonnez à votre peuple, et ne soyez pas éternellement irrité contre nous.

 Père Miséricordieux

Téléchargez le texte de ces méditations (pdf) en cliquant ici

31 janvier 2012

Le Mois du Pécheur repentant (1/4)

953_001

Le Mois du Pécheur repentant
« Si vous ne faites pénitence, vous périrez tous de la même manière ». (Luc 13)


Premier jour
Le Pécheur placé sous les auspices de Marie

Réflexions pratiques



Considérez, ô mon âme, que rien ne sera plus agréable à Marie que de vous voir pendant ce mois exercer la charité envers les Pécheurs, et arrêter les ravages que le démon fait dans des âmes créées à l'image de Dieu et rachetées par le sang de Jésus-Christ. Quelle gloire pour Dieu! Quelle joie pour les anges du ciel et surtout pour leur reine! Quel sujet d'espérance pour vous-même, si elle vous aidait à arracher une âme, une seule âme au péché et à l'enfer! Priez-la de porter au trône de la divine majesté toutes les prières qu'elle vous inspirera de faire dans ces jours de salut pour la conversion des Pécheurs, et de les appuyer de son crédit auprès de son adorable fils.


Prière


Très Sainte mère de Dieu, douce espérance des misérables, quel triste spectacle pour Votre Ame sensible et compatissante de voir dans le monde tant d'aveugles, tant de pauvres malades accablés sous le poids de leurs infirmités! Il est vrai que plusieurs ont crié vers Vous, et que Vous leur avez répondu; Vous avez, par Votre puissante intercession, arrêté les coups de la Justice Divine prête à les frapper, Vous les avez retirés de l'abîme du désordre et arrachés aux portes de l'enfer. Mais combien d'autres Pécheurs que Vous appelez, et qui Vous fuient! combien, à qui Vous tendez les bras, et qui s'éloignent! Ces enfants ingrats déchirent Votre sein, sans être touchés, ni des douleurs que Vous souffrez, ni des larmes que vous répandez pour eux; cependant leurs plaies sont profondes et invétérées. Pourrez-Vous, ma bonne Mère, refuser de Vous intéresser, pendant ce saint temps, en faveur de tant d'âmes qui ont coûté à Votre Fils tout Son Sang, et qui sont sans cesse exposées au danger de se perdre éternellement? Votre Charité n'a jamais manqué à personne; Votre douce Humilité n'a jamais méprisé celui qui l'a invoquée. J'espère donc, ô charitable Médiatrice, que Vous porterez au Trône de Votre Divin Fils les prières que je Lui adresserai pendant ce mois pour la conversion des Pécheurs, et que Vous daignerez intercéder Vous-même pour eux, afin qu'attirés à Lui par la suavité de Vos parfums, ils reconnaissent en Vous et l'Avocate des malheureux et la Mère de Miséricorde. Ainsi soit-il.


Pratique pour tous les jours du mois : Offrons à Notre Seigneur, par le canal de Sa Sainte Mère, nos peines et nos souffrances en expiation de nos péchés passés.

Aspiration : Pardonnez, Seigneur, pardonnez à votre peuple, et ne soyez pas éternellement irrité contre nous.


Deuxième jour
Pour le Pécheur Jésus s'offre à son Père

Réflexions pratiques


Considérez, ô mon âme, que Jésus-Christ voit s'ouvrir devant Lui une carrière de trente années consacrées à tout ce qu'Il y a de plus amer dans les souffrances; à Son entrée dans le monde, Il en offre les prémices à Son Père en Lui disant: « les holocaustes ne Vous plaisent plus; Je viens pour faire Votre Volonté; Vous M'avez donné un Corps, Je le consacre à Votre Gloire, à Votre Justice, au Salut des pécheurs ». Quelle humilité! Quelle obéissance! quelle générosité! Oh! Qu'un tel sacrifice dut être agréable au Père Céleste et efficace pour désarmer Sa colère et nous arracher au joug du démon! Offrez à Dieu le sacrifice d'un cœur contrit et humilié.


Prière


Portant partout mes regards attristés, je ne vois personne qui vienne me délivrer de mes maux et briser mes chaînes; mais en élevant mes yeux vers le temple, j'y aperçois un Sauveur prêt à s'immoler pour la Gloire de Dieu et le Salut du monde; et c'est Vous, mon Jésus, qui êtes là pour délivrer Israël de tous ses péchés. Vous vous êtes souvenu de moi, et ne voulant pas me laisser mourir dans mon péché, Vous vous êtes offert à votre Père céleste comme la Victime seule capable d'apaiser Sa colère, et de me réconcilier avec Lui; seul, Vous pouviez payer pour votre créature, et sans Vous j'étais perdu sans ressource. Mais après Vous, mon Sauveur, que puis-je offrir à Dieu qui soit digne de Lui? l'apaiserai-je en Lui sacrifiant mille béliers? Il n'aime pas les holocaustes, et Il n'a pas besoin de mes biens. Le sacrifice qu'Il demande est un esprit brisé de douleur, un cœur abattu par l'affliction et par un sincère repentir de l'avoir offensé. Daignez Lui offrir ce cœur contrit et humilié, anéanti en sa présence, ce cœur disposé à satisfaire à Sa Justice et à prévenir Sa colère par la pénitence. Offrez en même temps et recommandez tous les Pécheurs au Père des Miséricordes: que cette offrande, qui comprend tous les hommes, nous unisse tous à Vous, ô Jésus, dans les mêmes sentiments de Charité et de compassion pour tant d'infortunés qui ferment volontairement les yeux à la lumière du monde.


Pratique : Offrons à Notre-Seigneur, par le canal de Sa Sainte Mère, nos peines et nos souffrances en expiation de nos péchés passés.

Aspiration : Pardonnez, Seigneur, pardonnez à votre peuple, et ne soyez pas éternellement irrité contre nous.


Troisième jour
Marie offre Jésus au  Père éternel pour le pécheur

Réflexions pratiques


Marie offre généreusement à Dieu Son Fils unique pour Lui être un jour immolé sur la Croix comme une Victime d'expiation. La Mère de Jésus, qui est aussi celle de tous les hommes, les présente en même temps devant le trône de la Miséricorde Divine. Le Père éternel qui voit en Sa Fille chérie tant de zèle pour Sa Gloire et pour le Salut des Pécheurs, accueille avec bonté une offrande si généreuse. Présentés par Elle, Il nous reçoit comme Ses enfants, parce qu'Il voit en nous l'image de Son Fils bien-aimé, et qu'Il ne peut rien refuser à la tendresse de la Mère de Miséricorde.


Prière


O Marie, Mère de Jésus et notre tendre Mère, Vous aimez la Gloire de Dieu plus que tous les Anges et tous les hommes ensemble; Vous savez que la Gloire de Dieu consiste à sauver ceux qui sont perdus, et que rien ne Lui attire plus de bénédictions et de louanges que le Salut des Pécheurs. Aussi, comme Jésus-Christ peut seul satisfaire à la Justice de Son Père et racheter le monde par Ses Souffrances et Sa Mort; vous Lui offrez ce Fils adorable pour être un jour la Victime de nos péchés. Syméon Vous l'a dit, ô ma Sainte Mère, cet enfant sera en butte aux contradictions, et Votre âme sera transpercée d'un glaive de douleur, lorsque les Juifs inhumains l'arracheront à Votre tendresse, non pour le bénir, comme ce Saint vieillard, mais pour l'immoler sur la Croix à leur brutale fureur. A cette parole déchirante, Votre Cœur se brise, mais Il se résigne, parce que Vous aimez Dieu d'un Amour pur et ardent, parce que Vous aimez les Pécheurs, et que Vous les regardez comme Vos enfants. Avec quelle tendre sollicitude Vous les présentez au pied du Trône du Tout-Puissant! Avec quelle incompréhensible charité Vous les recommandez à Sa Divine Miséricorde et sollicitez leur réconciliation! Faites, ô ma Sainte Mère, par Vos soins, Vos supplications et Vos recherches, qu'ils retournent à Lui sans aucun délai, et qu'ils ouvrent enfin les yeux à cette Divine Lumière dont le Rédempteur répand aujourd'hui les rayons bienfaisants dans l'univers.

Pratique : Offrons à Notre-Seigneur, par le canal de Sa Sainte Mère, nos peines et nos souffrances en expiation de nos péchés passés.

Aspiration : Pardonnez, Seigneur, pardonnez à votre peuple, et ne soyez pas éternellement irrité contre nous.


Quatrième jour
Le Pécheur blesse le Cœur de Jésus

Réflexions pratiques


Considérez, ô mon âme, que pendant ces jours de débauche, les Pécheurs se livrent aux plaisirs criminels, aux folies monstrueuses, aux excès scandaleux que la sainte religion condamne. Quel trait douloureux pour le divin Cœur de Jésus, qui ne respire que charité! Mais plus on le déchire, plus vous devez sentir le besoin de lui témoigner votre amour et de partager ses douleurs. Priez le d'agréer l'hommage et le dévouement de votre cœur, comme un bien faible dédommagement des outrages, des noirceurs et des ingratitudes dont il est sans cesse abreuvé par les Pécheurs et les impies.


Prière


O mon bien-aimé Rédempteur, que de péchés ont été commis dans le cours des siècles depuis le premier fratricide! Que d'outrages Vous avez reçus pendant votre passion, et depuis, que de communions indignes et sacrilèges! Que de profanations et d'irrévérences, et encore, dans ces jours mauvais, que de débauches et de voluptés criminelles percent Votre divin Cœur de mille traits douloureux! Vous avez prévu ce déluge de crimes; vous avez prévu ma tiédeur, ma lâcheté, mon peu d'empressement à Vous aimer et à Vous servir. Mais rien n'a pu affaiblir cette immense et incroyable charité, dont Vous nous avez donné des preuves si touchantes sur la Croix et dans l'Eucharistie, où Vous êtes exposé à toutes les insultes des Pécheurs. Que Vous êtes bon, mon aimable Jésus, puisque, malgré de telles indignités, Vous ne consultez que Votre Cœur plein d'Amour pour rester parmi nous et nous communiquer mille faveurs, célestes! Que ne puis-je, pour Vous remercier d'une si excessive tendresse, contribuer à la conversion des Pécheurs et arracher au démon quelques unes de tant d'âmes infortunées qu'il ravit tous les jours à votre divin Cœur! Mais, si je ne mérite pas que Vous Vous serviez de moi pour procurer votre gloire, écoutez les âmes saintes qui Vous supplient de recevoir les Pécheurs dans ce Cœur adorable, dans cette Arche unique et seule destinée à sauver tous les hommes du déluge de leurs maux.

Pratique : Offrons à Notre-Seigneur, par le canal de Sa Sainte Mère, nos peines et nos souffrances en expiation de nos péchés passés.

Aspiration : Pardonnez, Seigneur, pardonnez à votre peuple, et ne soyez pas éternellement irrité contre nous.


Cinquième jour
Le Pécheur outrage Dieu

Réflexions pratiques


Considérez, ô mon âme, qu'en commettant un péché mortel, vous outragez Dieu dans toutes Ses perfections, vous le déshonorez, vous Lui manquez de respect, vous le méprisez jusqu'à Lui préférer une vengeance frivole, un plaisir honteux, un vil intérêt. « Ils ont violé Ma Loi, dit le Seigneur, pour une poignée d'orge, pour un morceau de pain ». Comment avez-vous pu insulter un Dieu d'une Majesté Souveraine, d'une Grandeur incompréhensible, d'une Sagesse, d'une Sainteté infinie, jusqu'à l'abandonner pour des objets aussi méprisables que ceux qui vous sont offerts par le péché? quel profond aveuglement !


Prière


Vous êtes, ô mon Dieu, d'une Grandeur infinie et d'une si haute Majesté que les plus puissants monarques de la terre ne sont pas dignes de former la poussière de Votre char, que les nations, auprès de Vous, ne sont qu'une goutte d'eau, l'univers un petit grain de sable, et tout le genre humain un néant. Nulle beauté n'est comparable à la Vôtre; rien ne résiste à Votre force, rien ne borne Votre Puissance; les richesses et la gloire sont avec Vous; la Magnificence et la Justice ne Vous quittent point. Eh! qui suis-je, ô Dieu trois fois Saint, pour avoir osé me mesurer avec Vous? une feuille, une herbe desséchée, une vapeur, un atome; c'est moi, vile et imperceptible poussière, qui n'ai pas craint de Vous outrager, de Vous mépriser, de braver votre tonnerre en préférant à Vous, qui êtes ma suprême Félicité, une fumée de gloire, un plaisir frivole, une satisfaction criminelle. Cieux, frémissez d'horreur sur ce désordre, puissances du ciel, soyez dans la plus étrange désolation. Et, après tant d'iniquités, les créatures ne se sont point armées contre moi, elles ont continué de me servir, lorsque je ne cessais d'insulter leur Dieu et le mien! Ah ! Seigneur, si je ne savais combien Vous Vous plaisez à signaler Votre Miséricorde, je n'oserais espérer le pardon d'une telle insolence. Je veux Vous préférer à tout, Vous aimer plus qu'aucune créature, et Vous prouver, par la sincérité de ma pénitence, l'amertume de mon repentir.

Pratique : Offrons à Notre-Seigneur, par le canal de Sa Sainte Mère, nos peines et nos souffrances en expiation de nos péchés passés.

Aspiration : Pardonnez, Seigneur, pardonnez à votre peuple, et ne soyez pas éternellement irrité contre nous.


Sixième jour
Le Pécheur se révolte contre Dieu

Réflexions pratiques


Savez-vous, ô mon âme, contre qui vous avez osé lever l'étendard de la rébellion, quand vous avez péché mortellement ? contre Celui qui a tout créé d'un mot, et qui conserve tout par Sa Volonté, contre Celui qui, d'une seule de Ses paroles, enchaîne l'océan, et, d'un seul de Ses regards, fait trembler la terre, contre Dieu Lui-même. Tout dans le ciel, sur la terre et dans les enfers, fléchit le genou en Sa présence, vous seule plus téméraire que le démon, Lui avez dit avec une impudente audace: « Je ne vous servirais pas ». Cessez de résister au Tout-Puissant à qui obéissent en tremblant les puissances du ciel.


Prière


Mon Dieu, Vous êtes infiniment grand: Votre Palais c'est la Lumière, Vos Vêtements la Beauté et la Gloire, Votre char, les nuages et l'aile des vents. Vous êtes infiniment Puissant: Vous touchez les montagnes, et elles fument, Vous les regardez, et elles fondent comme de la cire devant Votre Face. Vous êtes infiniment Saint: à Vos yeux les justes sont souillés, les Cieux eux-mêmes ne sont pas purs en Votre présence, et Vous avez trouvé des tâches jusque dans les Anges. Votre Justice est comme les montagnes les plus élevées, Votre Sagesse n'a point de bornes: voilà celui contre lequel je me révoltais. Tout dans la nature vous est soumis: les Anges, ces sublimes intelligences que Votre main à élevées si haut dans le ciel, volent à Vos ordres, plus prompt que l'éclair. Moi, moi seul, ai osé vous dire: « je n'obéirai pas »; et je Vous l'ai dit en face de Vous-Même, sur le bord de ma tombe, sur le bord de l'enfer où Vous me teniez suspendu par le fil léger de la vie. Cieux! soyez saisis d'effroi: moi, la faiblesse même, je me révoltais contre la force; moi, la bassesse même, je me révoltais contre la Grandeur Souveraine; moi, la malice même, je me révoltais contre la Sagesse et la Sainteté par essence; moi, le néant, je me révoltais contre l'Etre des êtres. Pardon, mon Dieu, de tant d'audace, d'emportement et de scandale.

Pratique : Offrons à Notre-Seigneur, par le canal de Sa Sainte Mère, nos peines et nos souffrances en expiation de nos péchés passés.

Aspiration : Pardonnez, Seigneur, pardonnez à votre peuple, et ne soyez pas éternellement irrité contre nous.


Septième jour
Le Pécheur rend inutile la mort de Jésus-Christ

Réflexions pratiques


Considérez, ô mon âme, le Sauveur chargé du poids insupportable de tous les crimes du monde, sous lequel Il succombe: c'est l'état où il s'est réduit par un excès de charité pour les hommes. Mais quelle douleur amère n'éprouva-t-Il pas au pied de la Croix où il allait mourir pour nous, lorsqu'il se représenta les pécheurs qui ne profiteraient pas de sa mort ! Quelle tristesse mortelle pour son Divin Cœur de voir tant de malheureux livrés à un éternel désespoir, et privés pour toujours de la vue de Dieu, parce qu'ils ont persévéré dans le péché et abusé de Ses grâces !


Prière


Vous aimiez la Croix, ô mon Sauveur, parce que Vous aimiez les hommes . Vous la désiriez bien plus ardemment que votre apôtre saint André: il Vous tardait de recevoir ce baptême de sang et de nous donner une dernière preuve de Votre Amour. Mais, ô Agneau sans tache! lorsque Vous vous immoliez volontairement pour notre Salut, comme une Victime agréable aux yeux de Votre Père céleste, Votre Cœur était percé d'un glaive plus cruel que celui de la mort: Vous aperceviez distinctement une foule de Pécheurs qui ne profiteraient pas de Vos Souffrances et de Vos ignominies, et qui les rendraient inutiles en persistant avec opiniâtreté dans le péché. En effet, combien qui, par leurs crimes, se rendent indignes de participer à vos mérites infinis, et qui se perdent malgré la surabondance de la rédemption qu'ils trouveraient en Vous! Cependant tous sont compris dans votre éternelle miséricorde, parce que tous ils sont le prix de Votre Sang. Ne perdez pas, Seigneur, dans l'éternel abîme des Pécheurs dont Vous désirez si vivement la conversion; ne souffrez pas qu'ils abusent plus longtemps de Vos bienfaits, en renouvelant Votre Passion et en Vous crucifiant de nouveau dans leurs cœurs. Et puisque Vous avez triomphé de la mort et de l'enfer, triomphez aussi de ces cœurs endurcis, en détruisant en eux le règne du péché et en les assujettissant à Votre Amour Souverain.

Pratique : Offrons à Notre-Seigneur, par le canal de Sa Sainte Mère, nos peines et nos souffrances en expiation de nos péchés passés.

Aspiration : Pardonnez, Seigneur, pardonnez à votre peuple, et ne soyez pas éternellement irrité contre nous.



Téléchargez le texte de ces méditations (pdf) en cliquant ici
il_padre_misericordioso
Pour recevoir par E-mail les méditations du Mois du Pècheur repentant, abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes


30 décembre 2011

Le Mois de l'Immaculée Conception

Le Mois de l'Immaculée Conception

 397_001

Trente-et-unième jour

Réflexions consolantes et pieux exercices que doit faire aujourd'hui l'âme fidèle à Jésus et à Marie et sincèrement dévote à leurs Cœurs Sacrés

 

En Vous, ô mon Jésus, se trouvent tous les trésors de la Science et de la Sagesse de Dieu, comme s'exprime l'Apôtre Saint Paul. Tout en Vous est d'un prix infini. La moindre action que Vous faisiez sur la terre était d'une valeur inestimable ; un soupir de Vous était pour nous un immense trésor ; pour racheter des millions de mondes, il suffisait d'une goutte de Votre Sang. Vous êtes donc notre Trésor, mais un trésor infini, comme le Sage vous appelle. O Père Eternel, quand Vous auriez créé des millions de mondes, peuplés de créatures aussi saintes et aussi parfaites que la Sainte Vierge, toutes ces créatures réunies n'auraient pu Vous procurer, par tous leurs hommages durant l'éternité, autant de gloire que Jésus par une seule parole, par une démarche, par un mouvement de Son Cœur Adorable. Il était Dieu ; Il était infini en grandeur, en Majesté toutes Ses paroles, toutes Ses démarches, tous Ses soupirs et Ses mouvements étaient par conséquent d'une valeur infinie, et Vous procuraient par là même un honneur infini. « Quelle consolation, s'écrie un pieux auteur, quelle consolation pour le fidèle qui aime Dieu, de songer qu'il peut Lui rendre, par Jésus, surtout au Saint Sacrifice de la Messe, des adorations, des actions de grâces et des satisfactions infinies ! »

 

« Oui, dit le P. H. Bourdon, nous avons l'Homme-Dieu ; avec Lui et par Lui nous pouvons rendre à Dieu toutes les louanges, tout l'amour et toute la gloire qu'Il mérite. Dieu est aimé, loué, remercié et glorifié par Jésus autant qu'Il peut et qu'Il doit l'être ; car tous ces hommages Lui sont adressés par une Personne infinie qui Lui est égale en toutes choses et qui ne s'est faite Son inférieur que pour les Lui rendre. Notre zèle pour la Gloire de Dieu nous doit remplir d'une indicible joie, quand nous réfléchissons que Jésus est l'objet des complaisances divines, et qu'avec Lui nous pouvons dignement satisfaire à toutes nos obligations envers Dieu ».

 

Plusieurs fois au cours de cette journée, j'offrirai à la Très Sainte Trinité, avec les sentiments même des Cœurs Sacrés de Jésus et de Marie, toutes les Messes qui ont été célébrées et qui le seront jusqu'à la fin du monde, pour remercier Dieu des innombrables bienfaits qu'Il a répandus sur tous les hommes et sur moi pendant cette année, et pour compenser dignement toutes les offenses dont Il a été l'objet depuis un an. « Oh ! Comme la Très Sainte Trinité se complaira devant cet hommage ! Combien Sa Justice sera satisfaite par cette offrande devant laquelle toutes les autres ne seront rien, dit Saint Léonard de Port Maurice, puisqu'elle est d'une valeur infinie ! » Afin de pouvoir renouveler souvent cette offrande si chère à la Sainte Trinité et aux Cœurs Sacrés de Jésus et de Marie, je tâcherai de vivre en retraite aujourd'hui. Je visiterai également une église ou un autel dédié au Cœur Immaculé de Marie, pour la remercier, avec toute l'effusion dont je suis capable, des grâces qu'Elle a daigné m'obtenir, pendant cette année, de la Très Sainte Trinité et du Cœur Sacré de Jésus. Pour cela, je Lui offrirai souvent ce Cœur Divin avec tout l'amour qu'Il Lui porta sur la terre et qu'Il Lui portera éternellement au Ciel.

 

Oraison jaculatoire : Que le Cœur Divin de Jésus et le Cœur Immaculé de Marie soient connus, loués, bénis, aimés, servis et glorifiés en tout temps et en tous lieux. Ainsi soit-il.

 

Prière : Réciter une dizaine de chapelet (1 Notre Père, 10 je Vous salue Marie, 1 Gloire soit au Père), suivie de trois fois l'invocation : « O Marie, conçue sans péchés, priez pour nous qui avons recours à Vous ».

 

Pratique : En action de grâce à la Très Sainte Trinité pour les faveurs et les dons sublimes qu'Elle a accordés à Marie, réciter 3 Gloire soit au Père le matin, le midi et le soir.

 

Prière à la Sainte Trinité pour la fin et pour le commencement de l'année

 

Par un Bref du 5 décembre 1876, le Bienheureux Pape Pie IX accorde l'indulgence de 7 ans à tous les fidèles qui, le cœur au moins contrit, feront oraison pendant la dernière demi-heure qui termine l'année et la première qui commence, afin de remercier la Très Sainte Trinité des bienfaits qu'Elle a versés sur nous et qui prieront pour la concorde entre les Princes Chrétiens, pour la conversion des pécheurs, et pour l'exaltation de notre Sainte Mère l'Eglise et de son Chef visible, le Pontife de Rome.

 

D'après un texte extrait de « Deux Mois à sanctifier par la Prière », de Dom Gabriel-Marie Fulconis, aux Editions Saint Jean

 

Fin du Mois de l'Immaculée Conception


Téléchargez l'intégralité des méditations du Mois de l'Immaculée Conception (pdf), en cliquant ici

 085_001

Prochain Mois de dévotion : le Mois du Pécheur Repentant,

rendez-vous le 31 janvier

 

Pour recevoir des prières, être tenu au courant des mises à jour, abonnez-vous à la Newsletter d'Images Saintes.

29 décembre 2011

Le Mois de l'Immaculée Conception

Le Mois de l'Immaculée Conception

 397_001

Trentième jour

Considérations et sentiments de pleine confiance en Dieu

 

Quand je considère, disait un humble serviteur de Dieu, que le Seigneur m'a constitué maître de Lui-même, je sens au fond de mon cœur une telle joie, un tel contentement, que je ne crois pas possible d'en goûter davantage en cette vallée de larmes. Si je réfléchis ensuite que ce Dieu, qui m'a constitué maître de tout, promet, sous la foi d'un serment solennel, de m'accorder tout ce que je puis demander en son Nom et qu'ainsi je Lui rendrai gloire, il le vient à l'esprit de solliciter autant de grâces qu'une créature en peut obtenir. Je me sens alors un violent désir de recevoir tous les dons, toutes les faveurs, tous les privilèges accordés aux Saints de l'Ancien Testament, aux Patriarches, aux Prophètes, etc. ; à tous les Saints du Nouveau, aux Apôtres, aux Martyrs, aux Confesseurs et aux Vierges ; tous ceux enfin que le Seigneur a départis aux neuf Choeurs des Anges. Avec tout cela, je ne me trouve pas encore assez exigeant ; car il me semble qu'un un Dieu infini, il ne faudrait demander, s'il était possible, que des grâces infinies.

 

Mon Jésus veut que j'aie la certitude d'obtenir tout ce que je réclamerai par la prière : « Quelque chose que vous demandiez, dit-il, soyez assuré que vous l'obtiendrez et que votre espérances ne sera point trompée ». O Père Eternel, je dois obéir à tous les commandements de Jésus ; or, Vous le voyez, c'est une obligation stricte pour moi de croire que Vous m'accorderez toutes les grâces, toutes les faveurs, tous les privilèges que je puis Vous demander en Son Nom. Oui, je crois fermement tout ce que Jésus a révélé dans Son Evangile et tout ce qu'Il veut imposer à ma raison ; je crois en particulier que j'obtiendrai tout ce que je solliciterai en Son Nom. Une sainte âme disait qu'elle obtenait tout par le moyen de l'oraison, parce qu'elle espérait tout. Eh bien ! Cette confiance, je la désire ardemment et je Vous la demande humblement, ô Père Eternel, par les mérites du Cœur adorable de mon Jésus. Ainsi soit-il.

 

Aujourd'hui et demain, je répéterai le plus souvent que je le pourrai les belles aspirations qui suivent, afin de plaire aux Cœurs Sacrés de Jésus et de Marie.

 

Aspirations affectueuses à Jésus et à Marie

 

O mon Jésus, je veux Vous aimer maintenant et pendant l'éternité de l'amour dont Vous Vous aimez Vous-même, de Celui que le Père et le Saint Esprit vous portent, enfin de Celui que la Sainte Vierge Vous témoigne ; j'y joindrai celui de tous les élus qui vivent sur la terre, et des Anges et des Saints qui règnent dans le Ciel.

 

O Marie, je Vous aime, et je veux Vous aimer éternellement de l'Amour que Vous portent le Père Eternel comme à Sa Fille, Dieu le Fils comme à Sa Mère, et le Saint Esprit comme à Son Epouse.

 

Prière : Réciter neuf Je Vous salue Marie, pour honorer les neuf mois que Jésus a passé dans le sein de Marie, suivis de l'invocation : « Vous êtes heureuse, ô Marie, Vous qui avez porté le Créateur du monde ; sans perdre Votre Virginité, Vous avez enfanté Celui qui Vous a formée ! »

 

Pratique : En action de grâce à la Très Sainte Trinité pour les faveurs et les dons sublimes qu'Elle a accordés à Marie, réciter 3 Gloire soit au Père le matin, le midi et le soir.

 

D'après un texte extrait de « Deux Mois à sanctifier par la Prière », de Dom Gabriel-Marie Fulconis, aux Editions Saint Jean

 088_001

Pour recevoir des prières, être tenu au courant des mises à jour, abonnez-vous à la Newsletter d'Images Saintes.

28 décembre 2011

Le Mois de l'Immaculée Conception

Le Mois de l'Immaculée Conception

 397_001

Vingt-neuvième jour

Réflexions et sentiments d'une âme éprise d'amour pour Jésus et Marie

 

Mon Jésus, permettez-moi de Vous adresser les paroles d'un de Vos pieux serviteurs, Vous devez Vous rappeler que Vous m'êtes infiniment redevable. Pourrait-il en être autrement ? Dites-moi, mon Jésus, n'est-ce pas pour moi que Vous êtes descendu des Cieux et que Vous Vous êtes incarné ? En ce cas, toutes les grâces, tous les dons, tous les privilèges accordés à Votre Sainte Humanité lui ont été conférés pour moi, puisque c'est pour moi que Vous l'avez revêtue. Vous m'êtes donc rigoureusement redevable de tous les biens accordés à Votre Humanité, et comme ces biens sont immense, Vous m'êtes infiniment obligé. Puis-je m'étonner alors, ô mon Jésus, que Vous me pressiez, que Vous me sollicitiez de demander, de chercher, de frapper, et que Vous m'offriez, sans nombre, sans poids et sans mesure, tout ce que je puis réclamer, jusqu'à ce que ma joie soit pleine et surabondante ? Non je ne dois pas m'étonner que Vous soyez si libéral envers moi, puisque c'est pour moi que Dieu vous a si généreusement doté.

 

Vous aussi, Marie, Vous m'êtes infiniment redevable, puisque c'est pour moi, pour mon salut, que Jésus a pris en Vous un Corps semblable au nôtre ; je puis croire en effet, avec un grand nombre de Docteurs, que mon Jésus ne se serait pas incarné dans Votre Sein Virginal, s'Il n'avait eu les hommes à sauver. C'est donc bien à moi que Vous devez la sublime et incomparable Maternité Divine, tous les dons, toutes les grâces et tous les privilèges qui Vous ont été prodigués à cause d'elle. Voyez, ô Marie, si vous n'avez pas réellement contracté envers moi des obligations infinies. Mais cela ne suffit pas. Qui pourrait exprimer, ô Marie, l'amour que Vous a porté le Divin Cœur de Jésus, et tous les hommages qu'Il Vous a rendus pendant Sa Vie mortelle ? Or, Vous le savez, depuis Sa Conception jusqu'à Sa Mort, Jésus m'a toujours eu présent à l'esprit ; jour et nuit, Il a pensé à moi et tout ce qu'Il a fait, Il l'a fait pour moi. Eh bien ! L'Amour de ce Dieu Sauveur pour Vous, c'est véritablement mon amour ; ces actes de respect, d'obéissance et de soumission dont Il Vous a comblée, sont les miens ; enfin, durant trente-trois années, je Vous ai infiniment aimée et honorée par le moyen de Jésus. Quelle récompense me donnerez-Vous, ô Marie, pour tant d'actes d'amour et de respect filial ? Songez-y bien.

 

Prière : Réciter neuf Je Vous salue Marie, pour honorer les neuf mois que Jésus a passé dans le sein de Marie, suivis de l'invocation : « Vous êtes heureuse, ô Marie, Vous qui avez porté le Créateur du monde ; sans perdre Votre Virginité, Vous avez enfanté Celui qui Vous a formée ! »

 

Pratique : En action de grâce à la Très Sainte Trinité pour les faveurs et les dons sublimes qu'Elle a accordés à Marie, réciter 3 Gloire soit au Père le matin, le midi et le soir.

 

D'après un texte extrait de « Deux Mois à sanctifier par la Prière », de Dom Gabriel-Marie Fulconis, aux Editions Saint Jean

 067_001 (2)

Pour recevoir des prières, être tenu au courant des mises à jour, abonnez-vous à la Newsletter d'Images Saintes.

27 décembre 2011

Le Mois de l'Immaculée Conception

Le Mois de l'Immaculée Conception

 397_001

Vingt-huitième jour

Il faut en ce jour demander à Jésus des grâces sans nombre par l'intercession des Saints Innocents

 

Aujourd'hui, je demanderai des grâces abondantes à Jésus par l'intermédiaire des Saints Innocents, et je tiendrai pour certain que mes vœux seront exaucés ; car ces enfants martyrs ont tout crédit près de Dieu, nous dit Saint Cyprien, et obtiennent tout ce qu'on leur demande. Par eux, je solliciterai spécialement le pardon de mes fautes, la grâce de ne plus pécher à l'avenir, un amour ardent pour Jésus et Marie et une tendre dévotion à leurs Cœurs Sacrés. Je remercierai aussi la Très Sainte Trinité de les avoir choisis de toute éternité pour être les prémices des martyrs. Pendant le cours de cette journée, je répéterai souvent cette Oraison jaculatoire : « Mon Jésus, ayez pitié de moi, misérable pécheur, par les mérites et par l'intercession de toutes ces créatures pures et innocentes. Ainsi soit-il ».

 

En ce jour aussi, m'adressant à mon bien-aimé Jésus : « O mon Sauveur et mon Dieu, lui dirai-je, le nombre des créatures contenue dans Votre Essence Divine est infini ; or, si toutes ces créatures passaient à l'existence, si toutes Vous aimaient et Vous glorifiaient comme la Très Sainte Vierge, combien Vous seriez aimé et glorifié ! Eh bien ! Mon Jésus, je voudrais, moi seul, suppléer à l'amour de toutes ces créatures réunies. Le privilège de Vous aimer et de Vous glorifier pour toutes les créatures existantes et possibles Vous est tellement cher, que Vous l'accordez facilement à qui le désire et le demande. Je l'attends donc de Votre Cœur si doux et si aimant, qui m'appartient aussi réellement que le cœur enfermé dans ma poitrine. Or, Votre Cœur étant à moi, je puis à mon gré l'offrir au Père Eternel, à Vous-même et au Saint Esprit. Et si je voulais l'offrir des millions de fois, autant que toutes les créatures réunies pourraient faire d'actes d'amour pendant l'éternité, qui pourrait l'en empêcher ? La Très Sainte Trinité ne peut qu'accepter une telle offrande ; mais comme celui qui la fait est un misérable pécheur, je veux Vous la faire parvenir par les mains de la créature la plus pure et la plus sainte qui ait existé et qui puisse exister, par les mains de l'Auguste Marie. Ainsi soit-il ».

 

Prière : Réciter neuf Je Vous salue Marie, pour honorer les neuf mois que Jésus a passé dans le sein de Marie, suivis de l'invocation : « Vous êtes heureuse, ô Marie, Vous qui avez porté le Créateur du monde ; sans perdre Votre Virginité, Vous avez enfanté Celui qui Vous a formée ! »

 

Pratique : En action de grâce à la Très Sainte Trinité pour les faveurs et les dons sublimes qu'Elle a accordés à Marie, réciter 3 Gloire soit au Père le matin, le midi et le soir.

 

D'après un texte extrait de « Deux Mois à sanctifier par la Prière », de Dom Gabriel-Marie Fulconis, aux Editions Saint Jean

 265_001

Pour recevoir chaque jour la méditation du Mois de l'Immaculée Conception, ainsi que des prières, et pour être tenu au courant des mises à jour, abonnez-vous à la Newsletter d'Images Saintes.

26 décembre 2011

Le Mois de l'Immaculée Conception

Le Mois de l'Immaculée Conception

 397_001

Vingt-septième jour

La dévotion à Saint Jean l'Evangéliste est très agréable à Jésus et à Marie

 

Oh ! Qu'elle plaît au Divin Cœur de Jésus et au Cœur Immaculé de Marie, la dévotion des fidèles à Saint Jean l'Evangéliste, qui fut, de la part du Sauveur et de la Sainte Vierge, l'objet d'une si vive et si tendre affection ! Sainte Mechtilde vit un jour l'Enfant Jésus éveiller les religieuses pour qu'elles vinssent au choeur célébrer l'Office Divin en l'honneur de l'Apôtre dont ce jour rappelait la mémoire ; Il leur faisait entendre par là combien Lui sont agréables les hommages adressés en ce jour à ce grand Saint. J'aurai donc une dévotion particulière à Saint Jean ; j'aurai donc recours à lui dans tous mes besoins, et je le conjurerai de m'obtenir du Divin Cœur de Jésus et du Cœur Immaculé de Marie toutes les grâces nécessaires à mon salut et à ma sanctification. Sainte Elisabeth, reine de Hongrie, assurait que toutes les faveurs qu'elle avait demandées à Dieu par l'intercession de Saint Jean lui avaient été accordées.

 

Comme c'est la pureté qui l'a rendu si cher à Jésus et à Marie et qui lui a valu de si glorieux privilèges, je le prierai de m'obtenir cette vertu, et je réciterai dans ce but la prière suivante : « Glorieux Saint Jean, par cette angélique vertu qui vous a mérité les grâces les plus insignes, d'être le disciple privilégié de Jésus, de reposer sur Son Cœur, de contempler Sa Gloire, d'assister en personne aux prodiges les plus éclatants, d'être enfin désigné par le Sauveur expirant, comme fil et gardien de Sa Mère ; obtenez-moi, je vous prie, de conserver toujours intacte la belle vertu de pureté et d'éviter avec soin tout ce qui pourrai la blesser, afin que je mérite les faveurs spéciales du Cœur Sacré de Jésus et du Cœur Immaculé de Marie. Ainsi soit-il ».

 

Prière : Réciter neuf Je Vous salue Marie, pour honorer les neuf mois que Jésus a passé dans le sein de Marie, suivis de l'invocation : « Vous êtes heureuse, ô Marie, Vous qui avez porté le Créateur du monde ; sans perdre Votre Virginité, Vous avez enfanté Celui qui Vous a formée ! »

 

Pratique : En action de grâce à la Très Sainte Trinité pour les faveurs et les dons sublimes qu'Elle a accordés à Marie, réciter 3 Gloire soit au Père le matin, le midi et le soir.

 

D'après un texte extrait de « Deux Mois à sanctifier par la Prière », de Dom Gabriel-Marie Fulconis, aux Editions Saint Jean

 160_001

Pour recevoir chaque jour la méditation du Mois de l'Immaculée Conception, ainsi que des prières, et pour être tenu au courant des mises à jour, abonnez-vous à la Newsletter d'Images Saintes.