14 décembre 2011

Le Mois de l'Immaculée Conception

Le Mois de l'Immaculée Conception

 397_001

Quinzième jour

Il faut espérer fermement obtenir de Jésus toutes les grâces qu'on peut désirer

 

Une âme tendrement attachée au Sauveur lui disait parfois : « Quand je pense, ô mon Jésus, que Vous m'avez aimée jusqu'à répandre pour moi tout Votre Sang, et à mourir sur un infâme gibet au milieu des plus atroces souffrances ; que Vous êtes allé jusqu'à cet excès d'Amour, de me donner Votre Corps en nourriture et Votre Sang en breuvage ; quand je pense à tout cela, je l'avoue, il me vient un désir invincible de Vous demander toutes les grâces que Vous pouvez communiquer à une créature ; car je me dis : Qui a fait d'avantage, ne voudra-t-il pas faire moins ? Toutes les faveurs que je puis demander, si grande, si extraordinaires et si nombreuses qu'on les supposes, ne sont rien en comparaison du bienfait immense de l'Incarnation, de la Rédemption et de l'Eucharistie. Combien n'a-t-il pas dû vous en coûter, ô mon Jésus ! Maisq toutes les autres grâces, tous les autres dons, tous les autres privilèges que Vous pourriez m'accorder, tout cela n'est rien, absolument rien pour vous ».

 

D'autres fois, elle disait : « Il me vient souvent à l'esprit, mon Jésus, d'accumuler toutes les grâces accordées aux Anges et aux Saints et à toutes les créatures passées, présentes, à venir et possibles, et de me les approprier toutes. Que vous en semble, mon Jésus ? N'y ai-je pas le droit ? Votre Apôtre ne me répète-t-il pas cent fois dans ses Epîtres que toutes choses, sur la terre et au Ciel, m'appartiennent à titre de donation ? Il vous a tout donné... Tout est à vous... » Cette parole, « Tout », renferme toutes choses. Si une chose, une seule, pouvait ne pas être à moi, l'Apôtre Saint Paul n'aurait pas dit la vérité. Voyez, mon Jésus, si je n'ai pas le droit de m'approprier toutes les grâces et les faveurs, tous les privilèges qui ont été, ou qui pourront être accordés à toutes les créatures ! Toute choses sont à moi et pour que je puisse les posséder définitivement, je n'ai qu'à les demander en Votre Nom, ô mon Jésus ; si je sais m'en servir, je puis m'enrichir autant que je veux.

 

Prière : Réciter une dizaine de chapelet (1 Notre Père, 10 je Vous salue Marie, 1 Gloire soit au Père), suivie de trois fois l'invocation : « O Marie, conçue sans péchés, priez pour nous qui avons recours à Vous ».

 

Pratique : En action de grâce à la Très Sainte Trinité pour les faveurs et les dons sublimes qu'Elle a accordés à Marie, réciter 3 Gloire soit au Père le matin, le midi et le soir.

 

D'après un texte extrait de « Deux Mois à sanctifier par la Prière », de Dom Gabriel-Marie Fulconis, aux Editions Saint Jean

 374_001

Pour recevoir chaque jour la méditation du Mois de l'Immaculée Conception, ainsi que des prières, et pour être tenu au courant des mises à jour, abonnez-vous à la Newsletter d'Images Saintes.


13 décembre 2011

Le Mois de l'Immaculée Conception

Le Mois de l'Immaculée Conception

 397_001

Quatorzième jour

Merveilles que Jésus opère dans les âmes embrasées de Son Amour

 

Voici ce qu'on lit dans la vie de Sainte Catherine de Sienne (Livre 1er chapitre 20). Elle avait demandé au Seigneur un cœur autre que celui qu'elle avait : or, le Sauveur lui apparut un jour tenant à la main un cœur tout resplendissant ; Il lui ouvrit le côté gauche et y plaça ce cœur nouveau en lui disant que c'était Son propre Cœur, tellement que désormais la Sainte vécut avec le Cœur même de Jésus. Oh ! Quelle grâce ! Quelle inappréciable faveur ! « O mon Père, si vous pouviez connaître et ressentir ce que j'éprouve dans ce Cœur nouveau ! Tout ce que je puis dire n'est rien en comparaison de ce que je ressens au dedans de moi-même. C'est une si vive ardeur, c'est un feu tellement impétueux dans le Cœur de mon Jésus, que le feu matériel n'est que glace en comparaison de celui-là ».

 

Au rapport du P.H. Bourdon, un grand serviteur de Dieu, nommé Jean Chrysostome, du Tiers Ordre de Saint François, fut pénétré d'un tel amour pour le Sauveur, qu'il mérita pendant sa vie de devenir une seule et même chose avec Lui. Il avait promis à l'un de ses amis, qu'après sa mort, il lui apparaîtrait ; mais ce fut le Sauveur qui tint sa promesse. Il vint trouver cet ami et lui dit : « Jean, Mon serviteur, M'a tellement aimé pendant sa vie, qu'il a mérité de devenir un autre Moi-même. Sache donc qu'il t'apparaît dans Ma Personne Sacrée pour accomplir sa promesse ». En effet, ce personnage n'aperçut que le Divin Rédempteur. « Eh bien ! S'écrie l'auteur qui raconte ce fait, n'y a-t-il pas avantage à aimer Jésus ? Peut-on imaginer une bonté plus excessive ? N'est-on pas largement payé pour avoir servi un tel maître ? Quelle récompense, ô mon Dieu, quelle récompense Vous donnez à ceux qui Vous sont fidèles ! Etre une même chose, une même chose avec Vous ! C'est à ce terme heureux que conduit Votre pur et Divin Amour ! Ici les paroles manquent et l'on sent défaillir. O mon Dieu, mon Sauveur, si les hommes Vous connaissaient ; s'ils pouvaient comprendre l'immensité de Vos Miséricordes sur ceux qui Vous appartiennent en vérité !... »

 

Une sainte âme souhaitait ardemment d'être à jamais une seule chose avec Jésus, et chaque jour elle réclamait cette faveur avec les plus vives instances. Quelques fois, elle se tournait vers Dieu le Père, et Lui disait : « Père Eternel, je Vous prie de m'unir tellement à Jésus que je ne fasse plus qu'une chose avec Lui ; si bien que Jésus soit tout en moi et moi toute en Lui. Ainsi unie, ainsi confondue, pour ainsi dire, avec Jésus, je Vous aimerai en Jésus, avec Jésus et par Jésus, je Vous aimerai infiniment, puisque Lui-même Vous porte un Amour infini, l'Amour d'un Dieu égal en tout à Vous-même. Je Vous demande instamment cette faveur, au Nom de Jésus, à qui Vous ne pouvez rien refuser, puisqu'Il est la splendeur de Votre Gloire et l'objet de Vos complaisances. Je désire donc que tout mon être soit entièrement absorbé en Celui de Jésus, de telle sorte qu'il ne puisse plus jamais en être séparé, et que celui qui me cherchera au Paradis ne puisse me voir que dans Jésus et toute transformée en Jésus. Ainsi soit-il ».

 

Prière : Réciter une dizaine de chapelet (1 Notre Père, 10 je Vous salue Marie, 1 Gloire soit au Père), suivie de trois fois l'invocation : « O Marie, conçue sans péchés, priez pour nous qui avons recours à Vous ».

 

Pratique : En action de grâce à la Très Sainte Trinité pour les faveurs et les dons sublimes qu'Elle a accordés à Marie, réciter 3 Gloire soit au Père le matin, le midi et le soir.

 

D'après un texte extrait de « Deux Mois à sanctifier par la Prière », de Dom Gabriel-Marie Fulconis, aux Editions Saint Jean

 131_014

Pour recevoir chaque jour la méditation du Mois de l'Immaculée Conception, ainsi que des prières, et pour être tenu au courant des mises à jour, abonnez-vous à la Newsletter d'Images Saintes.

12 décembre 2011

Le Mois de l'Immaculée Conception

Le Mois de l'Immaculée Conception

 397_001

Treizième jour

Il faut imiter, autant que le permet la faiblesse humaine, les Vertus de Marie

 

Il est impossible que le véritable et dévot serviteur de Marie ne se sente pas intérieurement pressé d'imiter Ses Vertus pour Lui ressembler autant qu'il peut. Celui qui aime, dit le proverbe, ressemble ou cherche à ressembler à l'objet qu'il aime. « Depuis que la Sainte Vierge, dit Saint Alphonse, a soustrait une âme aux griffes de Lucifer pour l'unir à Dieu, Elle veut que cette âme travaille à l'imiter ; autrement si elle la voyait en opposition avec ses vertus, Elle ne pourrait la combler de Ses faveurs ». Quelle joie pour la Reine du Ciel, pour notre Avocate, de voir une âme s'attacher à ses pas et poursuivre les Vertus qu'Elle a pratiquées ici-bas et qui l'ont rendues si chère et si agréable au Très-haut ! « Non, dit un auteur célèbre, on ne saurait exprimer le contentement que cette imitation procure à Son Cœur aimant ; aussi, quelle récompense Elle lui ménage, et avec quelle abondance Elle verse ses faveurs sur ceux qui travaillent en vue de ce but !... Tout acte, si petit qu'il soit, d'humilité, de confiance, de prudence Chrétienne, de Charité, d'obéissance, de patience ou de toute vertu, est accueilli par Marie avec un gracieux sourire, gardé avec un soin jaloux et amplement récompensé ».

 

Plusieurs fois la Sainte Vierge Elle-même a daigné montrer à Ses serviteurs et à Ses amis combien la pureté, l'humilité, la Charité, l'obéissance, la patience, la modestie et les autres vertus Lui sont agréables, et combien Elle aime à secourir et à fortifier ceux qui travaillent à l'imiter parfaitement de ce côté. Sainte Jeanne de Valois, fondatrice de l'Annonciade, apprit à ne point passer un seul jour sans réciter dix Ave en souvenir des dix principales vertus qu'Elle a pratiquées à un si haut degré, et pour demander à Dieu la grâce de l'imiter. Ces dix vertus sont l'humilité, la pureté, l'obéissance, la Foi, l'espérance, la Charité envers Dieu et envers le prochain, la prudence, la pauvreté, la patience et la fermeté dans les souffrances. Sainte Hedwige, Duchesse de Pologne, portait un anneau sur lequel était représentée la Sainte Vierge, afin que la vue de cette image, qu'elle baisait avec amour, réveillait en elle le souvenir de son culte et le saint désir de l'imiter. Dieu manifesta combien cette dévotion lui était agréable : l'anneau qui portait l'image de Marie adhérait tellement au doigt de la princesse, qu'on ne put l'arracher après sa mort et qu'il fallut l'ensevelir avec le précieux joyau. Et vingt-cinq ans plus tard, quand, pour sa béatification, l'on releva ses ossements, on trouva tout le reste du corps réduit en poussière, mais le doigt auquel était passé l'anneau avec l'image vénérée de Marie fut retrouvé intact et sans aucune trace de décomposition. Puisque l'imitation des vertus de Marie réjouit le Cœur de cette Bonne Mère, je m'efforcerai de Lui procurer ce contentement. Oh ! Comme Elle accueillera mes efforts, et comme Elle les bénira du haut du ciel !

 

Prière : Réciter une dizaine de chapelet (1 Notre Père, 10 je Vous salue Marie, 1 Gloire soit au Père), suivie de trois fois l'invocation : « O Marie, conçue sans péchés, priez pour nous qui avons recours à Vous ».

 

Pratique : En action de grâce à la Très Sainte Trinité pour les faveurs et les dons sublimes qu'Elle a accordés à Marie, réciter 3 Gloire soit au Père le matin, le midi et le soir.

 

D'après un texte extrait de « Deux Mois à sanctifier par la Prière », de Dom Gabriel-Marie Fulconis, aux Editions Saint Jean

 299_001

Pour recevoir chaque jour la méditation du Mois de l'Immaculée Conception, ainsi que des prières, et pour être tenu au courant des mises à jour, abonnez-vous à la Newsletter d'Images Saintes.

11 décembre 2011

Le Mois de l'Immaculée Conception

Le Mois de l'Immaculée Conception

 397_001

Douzième jour

Il faut propager autant qu'on le peut la dévotion et l'amour de Marie

 

« Le fidèle et dévot serviteur de Marie, dit Saint Alphonse de Liguori, voudrait la louer sans cesse et la voir aimée de tout le monde ; aussi cherche-t-il toujours, en public comme en particulier, le moyen d'allumer dans les cœurs les douces flammes dont il sent le sien embrasé pour sa bonne et tendre Mère. Tous les Saints l'ont aimée de la sorte ; tous, pour la faire connaître et aimer de toutes les créatures, auraient volontiers versé leur sang et fait le sacrifice de leur vie ». Cette pieuse propagande plaît tellement à Marie qu'Elle-même la conseillait à Sainte Brigitte de Suède : « Faites en sorte, ô Brigitte, que tous vos enfants soient aussi les miens ». Dans les révélations de la même Sainte, nous lisons que le Bienheureux Evêque Emingo recommandait la dévotion à Marie dans toutes ses prédications, et que la Mère de Dieu, apparaissant un jour à Sainte Brigitte : « Annoncez à ce Prélat, lui dit-Elle, que Je veux être sa Mère et présenter Moi-même, après sa mort, son âme à Mon Fils ». Un jour que Saint Alphonse de Liguori prêchait sur les grandeurs de Marie et exhortait les fidèles à l'honorer avec confiance, un rayon lumineux, dit-on, partit du visage de la Madone et se dirigea sur celui du Saint, qui en fut tout illuminé. Ce trait dont tout l'auditoire fut témoin, se renouvela plusieurs fois. Les Saints nous disent, et l'expérience prouve que la dévotion à Marie est le moyen le plus efficace pour gagner beaucoup d'âmes au Seigneur et pour les conduire au Salut. Aussi Saint Alphonse a-t-il écrit ces mémorables paroles : « S'il est vrai, comme je le crois fermement, que toutes les grâces nous viennent par le canal de Marie, et que personnes ne se sauve si ce n'est par Elle, on peut dire sans crainte de se tromper que le Salut du monde dépend de la prédication des grandeurs de la Sainte Vierge et de la confiance en son intercession ». Telle est, au sentiment des Saints, l'importance et l'efficacité de la dévotion à la Mère de Dieu.

 

Tout ce qui peut développer dans les autres la connaissance et l'amour de Marie, tout ce qui peut contribuer à Sa Gloire, deviendra donc l'objet particulier de mes soins et de mon attention. Je parlerai d'Elle le plus que je pourrai, j'exalterai Sa Bonté, Ses Miséricordes, je propagerai Son culte en concourant dans la mesure du possible à la pompe de Ses Fêtes et à la diffusion de Ses images et des livres qui peuvent susciter et alimenter dans les âmes la confiance en Elle. J'exciterai les autres par mon exemple, en visitant avec dévotion Ses autels et Ses Sanctuaires, en assistant avec recueillement à Ses processions, en me préparant a bien célébrer Ses Fêtes par une bonne et sainte Communion. Oh ! Combien de mérites je pourrais acquérir en propageant ainsi la dévotion et le culte de l'Auguste Marie ! En multipliant par mon zèle et mon activité le nombre de ses serviteurs et de ses enfants, je paierai au Seigneur un tribut doublement agréable : d'une part, il désire ardemment voir honorer et glorifier Celle qu'Il a Lui-même comblée d'honneurs et élevée au dessus de toutes les créatures ; d'autre parts, il se complaît à voir les pécheurs ramenés dans la bonne voie par Sa Sainte Mère. Quel mérite ne sera pas le mien si je travaille à contenter Dieu de la sorte ! N'aurai-je pas droit aux plus abondantes bénédictions ici-bas et à la gloire éternelle en l'autre vie ?. S'il en est ainsi, Vierge Sainte, oh ! Faites que je Vous connaisse et Vous fasse connaître, que je Vous honore et Vous fasse honorer, que je Vous aime et Vous fasse aimer toujours d'avantage en cette vie, pour mériter de Vous connaître, de Vous honorer, de Vous aimer pendant toute l'éternité. Ainsi soit-il.

 

Prière : Réciter une dizaine de chapelet (1 Notre Père, 10 je Vous salue Marie, 1 Gloire soit au Père), suivie de trois fois l'invocation : « O Marie, conçue sans péchés, priez pour nous qui avons recours à Vous ».

 

Pratique : En action de grâce à la Très Sainte Trinité pour les faveurs et les dons sublimes qu'Elle a accordés à Marie, réciter 3 Gloire soit au Père le matin, le midi et le soir.

 

D'après un texte extrait de « Deux Mois à sanctifier par la Prière », de Dom Gabriel-Marie Fulconis, aux Editions Saint Jean

 337_001

Pour recevoir chaque jour la méditation du Mois de l'Immaculée Conception, ainsi que des prières, et pour être tenu au courant des mises à jour, abonnez-vous à la Newsletter d'Images Saintes.

10 décembre 2011

Le Mois de l'Immaculée Conception

Le Mois de l'Immaculée Conception

 397_001

Onzième jour

Il faut célébrer les fêtes de la Sainte Vierge avec des sentiments particuliers de dévotion

 

Marie, ma Bonne Mère, tient singulièrement à ce que Ses Fêtes soient dignement célébrées. Tantôt Elle révèle les jours précis dans lesquels on doit les célébrer ; tantôt Elle recommande de les établir dans les pays où elles ne sont point en usage ; tantôt Elle en règle le cérémonial ; tantôt Elle remercie ceux qui ont ajouté de la pompe à Ses solennités, comme Elle fit pour le Saint Evêque Bernon, à l'occasion de la Fête de Sa Nativité. Eh bien ! Si Marie a tant à cœur que Ses Fêtes soient célébrées, combien je dois tenir à les solenniser dévotement, puisque tout à l'honneur que nous Lui rendons tourne à notre propre avantage ! La Sainte Eglise est-elle en butte à des grandes épreuves ; a-t-elle un besoin particulier de l'assistance de Marie : Elle ne voit pas de moyens plus convenable ni efficace de l'obtenir, que d'augmenter son culte par la célébration de nouvelles Fêtes.

 

Ce que je puis faire de mieux pour honorer la Sainte Vierge dans Ses solennités, c'est de m'approcher des Sacrements. Pour mieux me disposer à la Communion, ces jours de Fête, je pratiquerai spécialement ce qu'Elle-même daigne recommander à sa pieuse servante Sainte Gezrtrude : « 1° Vous prierez le Seigneur, lui dit-elle, de vous purifier de toute souillure par cette pureté sans tâche avec laquelle Je préparai dans Mon sein une digne habitation au Fils de Dieu ; 2° Vous le prierez de suppléer à toutes vos négligences par la profonde humilité qui m'a élevé au dessus de tous les choeurs des Anges et des Saints dans le Ciel. 3° Vous le conjurerez d'orner votre âme d'une riche couronne de vertus, par c et inestimable amour qui m'a pour toujours unie à Mon Divin Fils ».

 

Voici un des mille moyens employés par Saint Pierre Claver pour honorer Marie et pour solenniser Ses Fêtes. Il invitait à dîner les pauvres de la ville, leur faisait apporter des mets abondants et délicats, puis il les servait en personne. A la fin du repas, pour ranimer leur confiance en Marie, il leur faisait une courte exhortation sur Ses Fêtes, et récitait avec eux le Chapelet. Oh ! La belle pensée ! Qu'Elle est digne d'un tel apôtre ! A toutes les Fêtes de la Sainte Vierge, le docte et pieux Suarez employait deux heures à méditer sur les grandeurs, les gloires et les vertus de cette Divine Mère. Il n'y a point d'exercice plus propre à développer sa dévotion et son amour, que la méditation de ses grandeurs et de ses incomparables prérogatives. Saint Alphonse conseillait de choisir, chaque année, une Fête de la Sainte Vierge, celle pour laquelle on se sent le plus d'attrait, et de s'y préparer d'une manière spéciale pour se consacrer plus spécialement à Son service, en lui demandant pardon des négligences de l'année passée et en lui promettant plus de fidélité pour celle que l'on va commencer. C'était la pratique de Sainte Gertrude, qui, tous les ans, dans un jour déterminé, la choisissait solennellement pour Sa Protectrice et Sa Mère.

 

Prière : Réciter une dizaine de chapelet (1 Notre Père, 10 je Vous salue Marie, 1 Gloire soit au Père), suivie de trois fois l'invocation : « O Marie, conçue sans péchés, priez pour nous qui avons recours à Vous ».

 

Pratique : En action de grâce à la Très Sainte Trinité pour les faveurs et les dons sublimes qu'Elle a accordés à Marie, réciter 3 Gloire soit au Père le matin, le midi et le soir.

 

D'après un texte extrait de « Deux Mois à sanctifier par la Prière », de Dom Gabriel-Marie Fulconis, aux Editions Saint Jean

 390_001

Pour recevoir chaque jour la méditation du Mois de l'Immaculée Conception, ainsi que des prières, et pour être tenu au courant des mises à jour, abonnez-vous à la Newsletter d'Images Saintes.


09 décembre 2011

Le Mois de l'Immaculée Conception

Le Mois de l'Immaculée Conception

 397_001

Dixième jour

Honorer Marie spécialement le samedi

 

La Sainte Eglise a choisi le samedi pour rendre un culte plus spécial à Marie, parce qu'en ce jour, comme le dit Saint Bernard, Elle est demeurée constante et ferme dans la Foi, après la mort de son Divin Fils. Aussi ses fidèles serviteurs ont-ils l'habitude de lui rendre ce jour-là, quelques hommages particuliers. Saint Charles Borromée, Saint Nicolas de Tolentino, Saint Diego, Saint Elisabeth du Portugal, le Cardinal Tolédo, bien d'autre encore, jeûnaient le samedi au pain et à l'eau. Le même jour, Saint Alphonse de Liguori, pour honorer la Sainte Vierge, s'abstenait de toute boisson, non seulement entre ses repas, mais encore en prenant sa nourriture ; et cette pratique, il l'observa jusqu'à l'âge de quatre-vingt-huit ans.

 

On rapporte plusieurs grâces extraordinaires accordées par l'Auguste Mère de Dieu à ceux qui avaient jeûné le samedi en son honneur. Saint Grégoire raconte dans ses Dialogues qu'un cordonnier, Saint Adéodat, distribuait aux pauvres chaque samedi, pour honorer Marie, dans l'église de Saint Pierre de Rome, l'argent qu'il avait péniblement gagné pendant la semaine. Son apprenti reconnut combien cette aumône plaisait à Jésus et à Marie. Ravie au Ciel en esprit, il vit des architectes occupés à construire un splendide palais d'or, et il apprit que c'était l'habitation destinée à son maître, et que, chaque samedis, il s'y ajoutait des pierres qu'il avait fait d'aumônes en l'honneur de Marie. De même, Dominique du Paradis, qui fut plus tard une sainte Dominicaine, étant encore une pauvre paysanne, se privait d'une partie de la nourriture qu'on lui donnait et la distribuait le samedi aux pauvres en l'honneur de Marie ; elle mérita par cette générosité que Jésus et Sa Mère vinssent un jour, en habits de mendiants, lui demander l'aumône. La Vénérable Hyacinthe Marescotti, Franciscaine, allait tous les samedis, pieds nus, visiter les sept chapelles dédiées à Marie dans le jardin du monastère. La Reine Sainte Radegonde faisait venir à Cour, tous les samedis, un pauvre lépreux, et de sa propre main, elle lavait ses plaies hideuses et le servait à table. Le même jour également, Saint Louis, Roi de France, lavait les pieds à plusieurs mendiants et voulait les servir lui-même. Sébastien, Roi du Portugal, servait une Messe le samedi, vêtu très modestement et assistait ensuite à une autre.

 

Voilà comment les dévots serviteurs de Marie ont toujours eu plaisir à honorer le samedi par des hommages plus particuliers. Je dois agir de même, si je veux plaire à Ma Bonne Mère et mériter les faveurs spéciales qu'Elle distribue ce jour-là. Il y avait à Constantinople, rapporte le Père Spinelli,une célèbre image de la Vierge, toujours couverte d'un voile, qu'une main invisible tirait, pour le remettre à la fin des Vêpres. La Mère de Dieu voulait montrer par là que, ce jour là plus que les autres, Elle ouvre les yeux de Sa Miséricorde pour voir nos misères et nous secourir.

 

Prière : Réciter une dizaine de chapelet (1 Notre Père, 10 je Vous salue Marie, 1 Gloire soit au Père), suivie de trois fois l'invocation : « O Marie, conçue sans péchés, priez pour nous qui avons recours à Vous ».

 

Pratique : En action de grâce à la Très Sainte Trinité pour les faveurs et les dons sublimes qu'Elle a accordés à Marie, réciter 3 Gloire soit au Père le matin, le midi et le soir.

 

D'après un texte extrait de « Deux Mois à sanctifier par la Prière », de Dom Gabriel-Marie Fulconis, aux Editions Saint Jean

 016_001

Pour recevoir chaque jour la méditation du Mois de l'Immaculée Conception, ainsi que des prières, et pour être tenu au courant des mises à jour, abonnez-vous à la Newsletter d'Images Saintes.

08 décembre 2011

Le Mois de l'Immaculée Conception

Le Mois de l'Immaculée Conception

 397_001

Neuvième jour

Vénérer et visiter les images de la Sainte Vierge et les églises qui lui sont dédiées

 

« Tous les serviteurs de Marie, disait Saint Alphonse de Liguori, ont l'habitude de vénérer les images de Marie, et de visiter avec une grande dévotion les églises dédiées en son honneur ». « Elles sont en effet, au dire de Saint Jean Damascène, les cités de refuge où nous échappons aux tentations et aux châtiments que nous avons encourus par nos péchés ». « Toutes les fois, disait Saint François de Sales, que j'entre dans un sanctuaire consacré à Marie, je sens aux battements de mon cœur que je suis près de ma Mère, parce que je suis le fils de Celle qu'on appelle le Refuge des pécheurs ». Un jour qu'il visitait un de ces sanctuaires, les chemins étaient si mauvais, qu'il eût les pieds tout ensanglantés. Quelqu'un voulut le faire reculer : « Oh non ! Répondit-il, ce m'est un sujet de joie d'avoir versé mon sang au service de la Mère de Dieu ! » Saint Bernardin de Sienne, encore jeune, allait tous les jours visiter Marie, la Bien-aimée de son cœur, comme il l'appelait, dans une chapelle voisine d'une porte de la ville et il disait qu'il ne pouvait faire moins que de la visiter souvent, puisqu'Elle avait conquis son cœur. On raconte également que le célèbre Thomas Sanchez allait faire sa visite dans un sanctuaire de Marie, chaque fois qu'une affaire l'obligeait à quitter la maison.

 

S'il m'est impossible de visiter chaque jour ma bonne Mère dans une de ses églises, je tâcherai du moins, selon la recommandation de Saint Alphonse de Liguori, de la vénérer dans une de ses images. « Il serai bon, ajoute le même Docteur, d'avoir dans l'endroit le plus solitaire de sa demeure, un petit oratoire où l'on placerait une image de la Vierge avec quelques fleurs, des bougies ou des lampes, et de réciter devant elle le chapelet ou les prières du matin et du soir ». L'auguste Mère de Dieu a montré par les miracles et les prodiges les plus surprenants, combien Elle agréé le culte de ses images. De son côté, le Démon les redoute à tel point, comme le rapporte l'histoire du second Concile de Nicée, qu'il promit à un solitaire de ne plus jamais le tenter contre la sainte vertu de pureté, s'il n'enlevait de sa cellule l'image de la Sainte Vierge.

 

Le célèbre Monsieur Olier, fondateur du Séminaire de Saint Sulpice, professait un culte particulier pour les statues et les images de la Mère de Dieu, et toujours il en avait une devant lui. Toutes celles qu'il rencontrait, il les saluait avec une profonde vénération, même quand il se trouvait en leur compagnie. Leur vue le comblait de joie et de confiance. Un jour qu'il traversait une rivière, il failli se noyer ; mais au moment le plus critique, il aperçut, de l'autre côté, une image de la Sainte Vierge, sur le mur d'une maison : « Courage! Dit-il à son compagnon, nous n'avons plus rien à redouter ; la Sainte Vierge nous garde et je ne crains rien. Elle est la protectrice des âmes et des corps, la trésorière universelles de tous les biens ». Chaque fois donc que je passerai devant une de ses images, je renouvellerai l'intention d'honorer cette bonne Mère dans tous les lieux du monde, spécialement dans ses Sanctuaires ; je m'unirai de cœur à tous ceux qui ont le bonheur de l'y vénérer en personne, et de plus, j'aurai l'intention de la remercier par le Cœur de Jésus de toutes les grâces et les faveurs qu'elle dispense en ces lieux privilégiés. Oh ! Que ces hommages plairont au Cœur aimant de Marie !

 

Prière : Réciter une dizaine de chapelet (1 Notre Père, 10 je Vous salue Marie, 1 Gloire soit au Père), suivie de trois fois l'invocation : « O Marie, conçue sans péchés, priez pour nous qui avons recours à Vous ».

 

Pratique : En action de grâce à la Très Sainte Trinité pour les faveurs et les dons sublimes qu'Elle a accordés à Marie, réciter 3 Gloire soit au Père le matin, le midi et le soir.

 

D'après un texte extrait de « Deux Mois à sanctifier par la Prière », de Dom Gabriel-Marie Fulconis, aux Editions Saint Jean

 960_001

Pour recevoir chaque jour la méditation du Mois de l'Immaculée Conception, ainsi que des prières, et pour être tenu au courant des mises à jour, abonnez-vous à la Newsletter d'Images Saintes.

07 décembre 2011

Le Mois de l'Immaculée Conception

Le Mois de l'Immaculée Conception

 397_001

Huitième jour

Fête de l'Immaculée Conception de la Bienheureuse Vierge Marie

Quatre privilèges remarquables accordés à Marie au jour de Son Immaculée Conception

Saintes pratiques auxquelles l'âme qui lui est affectionnée doit s'exercer en cette Fête

 

En ce jour glorieux de Son Immaculée Conception, ma bonne Mère reçut de Dieu quatre privilèges : 1° Elle fut préservée du péché originel auquel elle était sujette comme fille d'Adam ; 2° Elle fut délivrée du foyer du péché, c'est à dire de la rébellion de la chair contre l'esprit ; tellement que jamais, pendant sa vie, Elle n'éprouva la révolte des sens contre la raison ; 3° Elle fut affermie dans la grâce, au point que jamais Elle ne pécha, ni par pensées, ni par paroles, ni par actions ; 4° Elle fut remplie de grâce et de Charité, et plus enrichie des faveurs divines que les plus grands Saints de la terre, et que tous les Anges du Ciel.

 

Je consacrerai dont entièrement ce grand jour à remercier la Très Sainte Trinité, par l'entremise des Saints Cœurs de Jésus et de Marie, de toutes les grâces et de tous les privilèges accordés à ma bonne Mère dans Son Immaculée Conception. Et comme c'est spécialement dans le Sacrifice non sanglant de l'Autel, que mon Jésus s'offre en reconnaissance à Dieu le Père, je dirai mentalement, au moins quand j'entendrai sonner les heures : « O Père éternel, je Vous offre toutes les Messes qui se disent actuellement dans le monde, avec toutes celles qui ont été dites et qui se diront jusqu'à la consommation des siècles, pour Vous remercier de toutes les grâces et de tous les privilèges que Vous avez daigné prodiguer à Marie, spécialement dans Son Immaculée Conception ». A cette fin je renouvellerai souvent aussi l'intention de remercier Dieu au nom de toutes les créatures passées, présentes et à venir. Je ferai de plus une chose fort agréable à Marie, si je récite de temps à autre, aujourd'hui et pendant toute l'octave, l'une ou l'autre des oraisons jaculatoires qui suivent : « Bénie soit la Sainte, Immaculée et très pure conception de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de Dieu ! » (Indulgence de 300 jours, concédée par S.S. Léon XIII). « A vous, ô Mère de Dieu, qui n'avez jamais été souillée d'aucune faute, ni actuelle, ni originelle, je recommande et confie la pureté de mon cœur ». « O Marie, qui êtes entrée dans le monde sans souillure, accordez-moi de Dieu que j'en puisse sortir sans être souillé d'aucune faute ! » (Indulgence de 100 jours, par concession du Bx. Pie IX).

 

Prière : Réciter une dizaine de chapelet (1 Notre Père, 10 je Vous salue Marie, 1 Gloire soit au Père), suivie de trois fois l'invocation : « O Marie, conçue sans péchés, priez pour nous qui avons recours à Vous ».

 

Pratique : En action de grâce à la Très Sainte Trinité pour les faveurs et les dons sublimes qu'Elle a accordés à Marie, réciter 3 Gloire soit au Père le matin, le midi et le soir.

 

D'après un texte extrait de « Deux Mois à sanctifier par la Prière », de Dom Gabriel-Marie Fulconis, aux Editions Saint Jean

 668_001-1

Pour recevoir chaque jour la méditation du Mois de l'Immaculée Conception, ainsi que des prières, et pour être tenu au courant des mises à jour, abonnez-vous à la Newsletter d'Images Saintes.

06 décembre 2011

Le Mois de l'Immaculée Conception

Le Mois de l'Immaculée Conception

 397_001

Septième jour

Comment la Sainte Vierge célébrait chaque année la fête de Son Immaculée Conception avec une entière allégresse, et combien Elle aime à la voir célébrer dévotement et affectueusement par ses enfants

 

Il fut révélé à la Vénérable sœur Marie de Jésus d'Agréda que la Très Sainte Vierge célébrait tous les ans la fête de Son Immaculée Conception avec une joie et un contentement inexprimables, parce qu'Elle appréciait cette grâce à sa juste valeur. Elle inaugurait cette fête dès la veille au soir, employait la nuit tout entière à des exercices admirables, répandait des larmes de joie, faisait des prostrations et témoignait à Dieu, par des actes de vénérations et des cantique de louanges, sa reconnaissance de ce qu'Il l'avait choisie, préservée de tous péché, comblée de grâces et de dons célestes. En outre, Elle invitait tous les esprits bienheureux et tous les Saints du Ciel à Lui prêter assistance pour louer et remercier dignement le Seigneur d'un si incomparable bienfait. Un jour, la Très Sainte Vierge dit à sa pieuse servante, Marie de Jésus : « Ma fille, Je veux que tu célèbres avec la plus grande dévotion toutes Mes fêtes, surtout celle de l'Immaculée Conception, dans laquelle Je fus merveilleusement favorisée de la Toute-Puissance Divine. J'éprouvais une si grande joie de cet inestimable bienfait, que même à présent je ressent un plaisir indicible, lorsque les hommes louent et remercient le Seigneur de cet incomparable miracle ». Je ferai donc une chose fort agréable au Cœur Immaculé de ma tendre Mère, si je célèbre demain la Fête de Son Immaculée Conception avec de véritables sentiments de reconnaissance et de dévotion. Saint Léonard de Port Maurice prit un jour la résolution suivante : « J'aurai la plus grande dévotion au mystère de l'Immaculée Conception de Marie. J'en porterai une image sur mon cœur, je la prendrai souvent entre mes mains, je la baiserai dévotement et je donnerai libre cours à mes affections. De plus, je ferai la Neuvaine de cette Fête en, récitant chaque jour neuf fois le Magnificat, accompagné de neuf génuflexions. A chacune de ces génuflexions, je produirai trois actes : un acte de remerciement à la Très Sainte Trinité, qui a comblé Marie de tant de grâces en ce Mystère ; un acte de contrition de mes fautes, et un acte d'amour envers Dieu et envers la Très Sainte Vierge ».

 

Prière : Réciter une dizaine de chapelet (1 Notre Père, 10 je Vous salue Marie, 1 Gloire soit au Père), suivie de trois fois l'invocation : « O Marie, conçue sans péchés, priez pour nous qui avons recours à Vous ».

 

Pratique : En action de grâce à la Très Sainte Trinité pour les faveurs et les dons sublimes qu'Elle a accordés à Marie, réciter 3 Gloire soit au Père le matin, le midi et le soir.

 

D'après un texte extrait de « Deux Mois à sanctifier par la Prière », de Dom Gabriel-Marie Fulconis, aux Editions Saint Jean

 015_001

Pour recevoir chaque jour la méditation du Mois de l'Immaculée Conception, ainsi que des prières, et pour être tenu au courant des mises à jour, abonnez-vous à la Newsletter d'Images Saintes.

05 décembre 2011

Le Mois de l'Immaculée Conception

Le Mois de l'Immaculée Conception

 397_001

Sixième jour

Origine de la dévotion à la Médaille de l'Immaculée Conception, appelée communément « Médaille Miraculeuse »

 

Une pieuse fille de l'Ordre de Saint Vincent de Paul se trouvait un jour en prière. Tout a coup, elle vit un tableau représentant la Sainte Vierge debout, les bras ouverts et étendus, comme on la représente ordinairement sous le titre de l'Immaculée Conception. De ses mains partaient des rayons d'un éclat ravissant, et parmi ces rayons elle en distinguait de plus considérables qui tombaient sur un point du globe qu'elle apercevait également. Au même instant, elle entendit une voix qui lui dit : « Ces rayons sont le symbole des grâces que Marie obtient aux hommes, et ce point du globe sur lequel ils tombent plus abondamment, c'est la France ». Autour du tableau, on lisait cette invocation écrite en lettre d'or : « O Marie, conçue sans péchés, priez pour nous qui avons recours à Vous ». Quelques instant après, le cadre se retourna et la religieuse distinguait sur le revers, la lettre M surmontée d'une petite croix et, au dessous, les Cœurs Sacrés de Jésus et de Marie. Alors la voix lui dit : « Il faut faire frapper une médaille, et les personnes qui la porteront après l'avoir fait indulgencier, et qui réciteront dévotement la courte invocation sur le tableau, jouiront d'une protection spéciale de la Mère de Dieu ».

 

A peine cette médaille eût-elle été frappée à Paris, que des prodiges de toutes sortes furent opérés par elle comme par une thaumaturge, en faveur de ceux qui la reçurent et qui invoquèrent dévotement la protection toute-puissante de la Vierge Immaculée en disant : « O Marie, conçue sans péchés, priez pour nous qui avons recours à Vous ». Ces prodiges eurent bientôt du retentissement dans tout le monde Catholique ; partout on réclama et on reçut avec enthousiasme cette médaille, comme le signe d'une dévotion spéciale à l'Auguste Mère de Dieu. Partout on vit, et l'on voit encore tous les jours, des faveurs extraordinaires accordées par le Seigneur à ceux qui la portent. Ce qu'il y eut de plus étonnant, c'est que des pécheurs obstinés, des hommes sans dévotions, des hérétiques mêmes et des musulmans, la demandèrent, la reçurent et la portèrent avec un sentiment de vénération.

 

O mon Jésus, que Vous êtes bon de chercher toujours de nouveaux moyens de ramener au Bercail les brebis égarées ! Et combien Vous désirez que tous les hommes professent une sincère dévotion à Votre tendre Mère, par le moyen de laquelle Vous opérez tant de prodiges ! J'aurai donc une dévotion particulière à cette médaille de l'Immaculée Conception, connue sous le nom de Médaille Miraculeuse, à raison des miracles dont elle fut l'occasion. Souvent et spécialement quand je serai assailli par des violentes tentations, je réciterai avec ferveur et confiance : « O Marie, conçue sans péchés, priez pour nous qui avons recours à Vous ». En disant dévotement cette prière et en baisant affectueusement la médaille, je puis gagner chaque fois 100 jours d'indulgence.

 

Prière : Réciter une dizaine de chapelet (1 Notre Père, 10 je Vous salue Marie, 1 Gloire soit au Père), suivie de trois fois l'invocation : « O Marie, conçue sans péchés, priez pour nous qui avons recours à Vous ».

 

Pratique : En action de grâce à la Très Sainte Trinité pour les faveurs et les dons sublimes qu'Elle a accordés à Marie, réciter 3 Gloire soit au Père le matin, le midi et le soir.

 

D'après un texte extrait de « Deux Mois à sanctifier par la Prière », de Dom Gabriel-Marie Fulconis, aux Editions Saint Jean

 P1010021 - smaller

Pour recevoir chaque jour la méditation du Mois de l'Immaculée Conception, ainsi que des prières, et pour être tenu au courant des mises à jour, abonnez-vous à la Newsletter d'Images Saintes.