28 juin 2009

Neuvaine à sainte Germaine de Pibrac

276420501_c3b7685a41_o

Sainte Germaine Cousin

la maltraitée de Pibrac

1579-1601

Fête le 12 juin


La famille Cousin dont le père s’appelait Laurent et la mère Marie Laroche vivait à Pibrac, vers l’an 1579, dans un petit village à quelques kilomètres de Toulouse. Quand Germaine naquit, la pauvre petite avait des scrofules et, comme on dirait aujourd’hui, elle était handicapée de sa main droite qui était atrophiée. De plus, elle était à peine née que sa mère mourut. Ca commence bien ! Peu de temps après, son père se remaria et eut des enfants de la seconde femme. Celle-ci n’eut, pour Germaine, que des regards de haine. Ainsi, Germaine, déjà orpheline fut placée sous le joug d’une cruelle marâtre. Les Petits Bollandistes écrivent “Elle aima la douleur comme une soeur née avec elle, placée avec elle dans le berceau, et qui fut sa constante et unique compagne depuis son premier cri jusqu’à son dernier soupir.Sous prétexte que Germaine avait des scrofules et que c’était contagieux, la belle-mère ne voulait pas que Germaine vive avec ses propres filles. Elle persuada son mari de lui faire garder les troupeaux. Comme ça, elle serait toujours dehors et loin de ses demi-soeurs. Quand elle était à la maison, elle devait manger dans l’étable ou par terre au fond du couloir. Il lui était interdit d’avoir des contacts avec ses soeurs que pourtant, paraît-il, elle aimait tendrement. Elle n’avait aucune jalousie des préférences dont ses soeurs étaient l’objet. Mais que faisait donc son père ?  Elle était donc toujours par monts et par vaux, gardant les moutons par tous les temps, supportant le froid comme la chaleur.


Tous les jours elle allait à la messe. Elle plantait sa quenouille en terre et la quenouille gardait les moutons. Les loups étaient nombreux dans la région mais jamais un loup ne lui enleva de mouton. Malgré cela, la marâtre n’arrêtait pas de lui reprocher sa négligence lorsqu’elle allait à l’église en laissant ses moutons. Pour aller à l’église, elle devait passer un gros ruisseau. Mais rien ne l’arrêtait. Un jour que le ruisseau était extrêmement gonflé, des paysans qui la voyaient venir se demandaient, d’un ton railleur comment elle ferait pour passer. O surprise ! les eaux s’ouvrirent devant elle et elle traversa sans même mouiller sa robe. Bien qu’elle n’avait pas beaucoup de nourriture, elle les partageait avec des pauvres. Sa marâtre l’accusa de voler le pain de la maison. Un jour de plein hiver, la marâtre croit s’apercevoir que Germaine avait emporté du pain dans son tablier. Elle courut après, en furie, avec un bâton. Des voisins la virent et devinèrent ses intentions. Ils s’empressèrent de la rattraper avant qu’elle puisse frapper Germaine. Ils la rejoignirent et il fallut qu’elle ouvre son tablier. Mais à la place de pain, apparut un joli bouquet de roses. Les voisins allèrent raconter le fait au village. Depuis, son père interdit à sa femme de battre Germaine. Il lui proposa même de loger dans la maison mais elle refusa et continua à dormir dans son appentis, sous l’escalier.


Un matin que son père ne l’avait pas vu sortir comme d’habitude, il alla voir sous l’escalier et la trouva morte sur son lit de sarment. Elle avait 22 ans. On raconte que la nuit même de sa mort, deux religieux qui allaient vers Pibrac, furent surpris par l’obscurité et s’arrêtèrent dans les ruines du château. Ils virent passer deux jeunes filles, vêtues de blanc, qui se dirigeaient vers la ferme Cousin. Quelques instants plus tard, les apparitions reprirent le chemin inverse mais à la place de deux, il y en avait trois dont l’une était couronnée de fleurs. Elle fut enterrée dans l’église de Pibrac, en face de la chaire, sous les dalles du sol, sans aucune inscription. Peu à peu, on l’oublia ainsi que le lieu exact où elle avait été enterrée.


Vers l’an 1644, à l’occasion de funérailles, le sonneur se disposait à creuser une fosse dans l’église. A peine avait-il soulevé une première dalle qu’un corps enseveli se montra. Le sonneur effrayé se mit à crier. Cela attira quelques personnes qui constatèrent que l’endroit du visage qui avait été touché par la pioche offrait l’aspect de la chair vive. Le corps fut ensuite découvert complètement. Il était entier et préservé de la corruption. Les ongles des pieds étaient parfaitement adhérents. Même les fleurs qu’elle tenait dans sa main n’étaient que légèrement fanées. A la difformité d’une de ses mains et aux blessures du cou, on reconnut le corps de Germaine Cousin qui était là depuis 43 ans. On plaça le cadavre - tellement frais - debout près de la chaire, devant le banc des notables, exposé à la vue de tout le monde. Un an plus tard, une des notables, Marie de Clément Gras, épouse de noble François de Beauregard, se mit à rechigner parce que Germaine était placée juste à côté du banc qu’elle occupait à l’église. Sans doute pas trop loin du poële !  Elle ordonnât qu’on éloignât la Germaine. Bien mal lui en prit. Elle attrapa un ulcère au sein et l’enfant qu’elle nourrissait devint malade et fut presque moribond. On fit venir des médecins de Toulouse. Rien à faire. Alors, son mari lui rappela le mépris qu’elle avait eu pour la pauvre Germaine et se demanda si Dieu n’avait pas été offensé et voulait la punir par le mal dont elle souffrait. Marie Gras demanda alors pardon. Durant la nuit suivante, elle se réveilla et vit une grande clarté dans sa chambre. Elle crût voir Germaine qui lui prédit la guérison de son enfant. Elle regarda son sein. La plaie était presque fermée. Elle fit venir son enfant, il était guéri et téta abondamment le lait qu’il refusait depuis longtemps. Le lendemain, elle offrit une caisse de plomb où l’on plaça le corps de Germaine. Il fut porté dans la sacristie. Et on l’oublia encore. Germaine était décidément faite pour être délaissée et oubliée.


Le 22 septembre 1661, le vicaire général de l’archevêque de Toulouse, Jean Dufour, vint à Pibrac. Il était entré dans la sacristie et fut étonné de voir un cercueil en pareil lieu. Il le fit ouvrir et l’on trouva Germaine aussi fraîche que 16 ans auparavant. Alors on lui raconta tous les détails de sa vie et la manière dont elle avait été retrouvée. Il fit même creuser sous l’église, à l’endroit où Germaine avait été retrouvée. Il y avait d’autres corps à l’état de squelette. On ne pouvait donc plus douter du miracle. De fil en aiguille, à la suite de nombreux miracles, on demanda la canonisation en 1700. A la révolution, en 1793, un fabricant d’étain et quatre hommes enlevèrent le cercueil de Germaine pour en faire des balles. Ils retirèrent le corps qu’ils enfouirent dans la sacristie en jetant dessus de l’eau et de la chaux vive. Mais peu après, un des hommes fut paralysé d’un bras, l’autre devint difforme, son cou se raidit et sa tête se tourna vers l’une de ses épaules. Le troisième fut atteint d’un mal de reins qui l’obligea à se plier en deux et porter cette infirmité jusqu’à son tombeau. Les deux autres implorèrent Germaine pour obtenir son pardon, ce qu’elle fit. Quelques temps après la révolution, le maire de Pibrac, Jean Cabriforce, à la demande de la population, fit ouvrir la fosse. On découvrit une fois de plus Germaine, mais cette fois les chairs avaient été fort atteintes par la chaux. On mit notre Germaine dans un beau nouveau suaire et on la replaça dans la sacristie. Quelques années plus tard, un pèlerinage attira les foules. Après bien des aventures turbulentes où le corps de Germaine fut “transbahuté” à différents endroits, et où l’on put dresser une liste impressionnante de miracles, le procès en béatification reprit son cours et Germaine fut béatifiée par Pie IX le 7 mai 1854. On la représente avec une houlette, un mouton, une quenouille et aussi avec un tablier sur lequel on peut voir un bouquet de roses. Elle une des patronnes des bergers.

Sainte_Germaine_Auch_2

 

Neuvaine à sainte Germaine de Pibrac

À réciter pendant 9 jours devant une statue de sainte Germaine ou devant son image


Sainte Germaine, qui avez eu la douleur perdre votre mère bien-aimée à l’âge de cinq ans, laquelle fut remplacée par une marâtre qui vous prit en aversion, priez pour l’union harmonieuse de nos foyers.


Sainte Germaine, qui n’avez pas eu la joie de grandir dans une famille unie, priez pour l’union harmonieuse de nos foyers.


Sainte Germaine, qui avez trouvé le secret de votre paix et de votre force dans la pratique quotidienne du saint Sacrifice de la messe, de la visite au Saint-Sacrement et du Rosaire médité, priez pour l’union harmonieuse de nos foyers.


Sainte Germaine, qui avez souffert avec une admirable patience la maladie des écrouelles et la mise à l’écart, ainsi que l’isolement du cœur qui en découlait, priez pour l’union harmonieuse de nos foyers.


Sainte Germaine, qui avez souffert avec une admirable patience le traitement dur et injuste de votre marâtre, sans jamais vous plaindre, trouvant votre soutien seulement dans la méditation de la Passion du Sauveur, priez pour l’union harmonieuse de nos foyers.


Sainte Germaine, qui viviez dans une extrême pauvreté, vous nourrissant seulement de pain noir et dormant sur quelques fagots de sarments disposés sous un escalier, sans jamais vous plaindre, priez pour l’union harmonieuse de nos foyers.


Sainte Germaine, modèle d’obéissance prompte et de fidélité au devoir d’état, malgré vos infirmités, priez pour l’union harmonieuse de nos foyers.


Sainte Germaine, remplie d’une extrême charité pour les mendiants, charité que Dieu couronna par le miracle des fleurs dans votre tablier, priez pour l’union harmonieuse de nos foyers.


Sainte Germaine, qui êtes morte comme vous aviez vécu : dans la solitude, priez pour l’union harmonieuse de nos foyers.


Sainte Germaine, dont le corps virginal fut protégé par Dieu de la corruption naturelle et de la destruction par la malice des hommes, en 1793 et en 2000, préservez-nous de toute division familiale.


Prière


Ô sainte Germaine qui avez triomphé de la souffrance et de l’isolement du cœur par la patience et la charité, obtenez-nous des grâces abondantes d’esprit de sacrifice de soi et d’amour mutuel, pour réaliser des unions stables et harmonieuses dans nos foyers.


1 Notre Père, 3 Je Vous salue Marie, 1 Gloire au Père.

ste_ge11

Souvenez-vous à Sainte Germaine


Souvenez-vous, ô très douce Germaine, de vos frères et de vos soeurs qui gémissent et qui souffrent dans cette vallée de larmes. Souvenez-vous qu'ils espèrent en vous, qu'ils attendent de vous secours dans leurs épreuves, consolation dans leurs douleurs. Souvenez-vous que vous aussi avez gémi, que vous aussi avez pleuré, que vous aussi avez connu la pauvreté, l'isolement, l'humiliation et la souffrance. Et maintenant, dans votre gloire, souvenez-vous de nos misères; dans votre puissance, souvenez-vous de notre infirmité; dans votre bonheur, souvenez-vous de nos larmes! Formez-nous à l'école de votre douceur, de votre patience, de votre foi, de votre charité. Puis, au sortir de ce monde, recevez-nous dans l'éternelle Patrie.

321_001

Téléchargez le texte de la Neuvaine à Ste Germaine (pdf) en cliquant ici

Notice biographique de Sainte Germaine, cliquer sur le lien suivant:

http://spiritualitechretienne.blog4ever.com/blog/lirarticle-83937-1337776.html

Posté par fmonvoisin à 18:39 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


Litanies de Sainte Germaine de Pibrac

643_001

Litanies de Sainte Germaine de Pibrac

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus Christ, ayez pitié de nous.

Seigneur, ayez pitié de nous

Jésus-Christ, écoutez-nous.

Jésus-Christ, exaucez-nous.

Dieu le Père, ayez pitié de nous.

Dieu le Fils, rédempteur du monde, ayez pitié de nous.

Dieu, Saint-Esprit, ayez pitié de nous.

Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Sainte Marie, Immaculée Vierge des Vierges, priez pour nous

Sainte Marie, protectrice de Sainte Germaine, priez pour nous

Sainte Germaine, qui avez été une âme d'élite et selon le Cœur de Dieu, priez pour nous

Sainte Germaine, qui êtes née dans la pauvreté, comme notre Divin Sauveur, priez pour nous

Sainte Germaine, vouée à la souffrance dès le berceau, priez pour nous

Sainte Germaine, parfait modèle de la vie commune et ordinaire, priez pour nous

Sainte Germaine, qui sanctifiâtes les actions les plus simples par la pureté d'intentions,

Sainte Germaine, qui n'eûtes d'autre science que celle des saints,

Sainte Germaine, qui ne sûtes que Jésus-Christ et Jésus-Christ Crucifié,

Sainte Germaine, dont la vie fut cachée en Dieu,

Sainte Germaine, modèle de douceur et d'humilité, modèle d'abnégation et de Charité,

Sainte Germaine, modèle de Foi et de confiance,

Sainte Germaine, modèle de mortification et de chasteté,

Sainte Germaine, qui répandiez partout la bonne odeur de Jésus-Christ,

Sainte Germaine, vierge de corps et d'esprit,

Sainte Germaine, qui opposâtes la plus héroïque patience aux mauvais traitements qu'on vous faisait endurer,

Sainte Germaine, amie du pauvre et de l'affligé,

Sainte Germaine, qui preniez vos délices aux pied de la Croix,

Sainte Germaine, amie du silence et de la solitude,

Sainte Germaine, dont le cœur fut constamment uni à Dieu par la prière,

Sainte Germaine, qui n'eûtes que Jésus et Sa Sainte Mère pour témoins de vos derniers moments,

Sainte Germaine, dont la mort ne fut qu'un doux sommeil,

Sainte Germaine, que les vierges de la Sainte Cité menèrent en triomphe au Souverain Roi,

Sainte Germaine, dont le corps fut préservé de la corruption,

Sainte Germaine, que Dieu favorisa du don des miracles,

Sainte Germaine, dont le Seigneur a rendu le tombeau glorieux,

Sainte Germaine, dont la mémoire est en bénédiction, que Dieu avait prédestinée pour servir d'enseignement à notre siècle,

Sainte Germaine, protectrice spéciale de la ville de Toulouse et du Midi de la France,

Du sein de la gloire qui vous environne, Sainte Germaine, jetez un regard de compassion sur nous, présentez nos prières à Dieu, nous vous en supplions, écoutez-nous.

Daignez protéger, par votre intercession, la Sainte Église notre Mère et garantir ses membres de toutes erreurs, nous vous en supplions, écoutez-nous.

Daignez protéger notre Saint Père, le Pape, notre Prélat, tous les Princes et Pasteurs de l'Église, si intéressés à votre triomphe et à votre gloire, nous vous en supplions, écoutez-nous.

Daignez protéger le troupeau de Jésus-Christ, comme vous protégiez le petit troupeau qui vous était confié pendant que vous étiez sur la terre, nous vous en supplions, écoutez-nous.

Daignez nous obtenir la grâce d'écarter les obstacles qui nous empêchent d'aller à Dieu, comme vous écartiez, avec les armes de la Foi, les eaux qui vous empêchaient d'arriver au Temple du Seigneur, pour assister au Divin Sacrifice, nous vous en supplions, écoutez-nous.

Daignez nous obtenir du Seigneur la cessation des fléaux qui nous accablent afin que le pauvre soit soulagé dans la misère qui l'opprime, nous vous en supplions, écoutez-nous.

Daignez nous secourir dans toutes nos misères, ô vous, qui êtes le refuge consolateur des pauvres de nos campagnes, nous vous en supplions, écoutez-nous.

Daignez nous assister à notre heure dernière, et nous accompagner auprès du Souverain Juge, nous vous en supplions, écoutez-nous.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous Seigneur.

Antienne: Lorsque le peuple s'assembla devant le Roi pour Lui exposer sa misère, Il leur dit: « Allez à Joseph. Ainsi, dans ce temps de désolation, Votre Miséricorde, nous dit par la bouche de votre Vicaire: Allez à Germaine. »

Bienheureuse Germaine, priez pour nous,

Afin que nous soyons dignes des promesses de Jésus-Christ.

Prions

O Dieu dont la Divine Providence ne cesse de veiller sur ceux qui s'abandonnent à Elle avec confiance, daignez nous accorder, par les mérites de Sainte Germaine, que l'Église a placée sur nos autels, cet esprit de Foi et d'abandon qui nous fasse voir, dans tous les événements de la vie, cette main paternelle qui ne nous frappe que pour nous guérir, qui ne nous éprouve que pour nous glorifier; afin que nos esprits et nos coeurs se trouvant entièrement soumis à Votre très Sainte Volonté, toutes nos actions soient animées de cet esprit d'obéissance, d'amour et de sacrifice, qui peut seul les rendre agréables à Vos yeux, nous mériter le pardon de nos fautes, nous obtenir la grâce d'une bonne et sainte mort, et enfin le bonheur de Vous bénir et de Vous glorifier pendant toute l'éternité. Ainsi soit-Il.

Téléchargez le texte de ces Litanies (pdf) en cliquant ici

ste_ge10

Litanies de Sainte Germaine Cousin de Pibrac

Que Marie-Julie récite toujours dans ses extases, et qu'elle a composée elle-même par révélation.


O douce et bienheureuse Germaine épouse de Jésus-Christ, qui aimez la solitude. Priez pour nous

O douce et bienheureuse Germaine épouse de Jésus-Christ, qui aimez les montagnes. Priez pour nous

O douce et bienheureuse Germaine épouse de Jésus-Christ, qui vous conduisait chaque jour dans la solitude pour vous parler au coeur. Priez pour nous

O douce et bienheureuse Germaine épouse de Jésus-Christ, vers qui chaque matin au lever du soleil, les Anges descendaient en forme de guirlande, qui déjà faisaient votre couronne. Priez pour nous

O douce et bienheureuse Germaine épouse de Jésus-Christ, vers qui chaque matin les Anges descendaient pour vous consoler. Priez pour nous

O douce et bienheureuse Germaine épouse de Jésus-Christ, pour qui la Sainte Vierge descendait chaque matin et essuyait vos larmes, et vous apportait dans son coeur les parfums du Seigneur. Priez pour nous

O douce et bienheureuse Germaine épouse de Jésus-Christ, à qui les Anges faisaient cortège. Priez pour nous

O douce et bienheureuse Germaine épouse de Jésus-Christ, vers qui les Anges descendaient chaque jour au milieu de votre solitude et faisaient mûrir votre âme pour le Ciel. Priez pour nous

O douce et bienheureuse Germaine épouse de Jésus-Christ, qui aimez les humbles et les petits. Priez pour nous

O douce et bienheureuse Germaine épouse de Jésus-Christ, à qui la Vierge Marie, mère du Verbe incarné faisait descendre chaque jour dans votre coeur les grâces et les parfums du Seigneur. Priez pour nous

O douce et bienheureuse Germaine épouse de Jésus-Christ, vers qui les oiseaux et les colombes blanches du Ciel descendaient chaque jour, et chantaient : " Saint, Saint, Saint le Dieu des armées. " Déjà ils vous invitaient aux noces de l'Agneau. Priez pour nous

O douce et bienheureuse Germaine épouse de Jésus-Christ, vers qui la Vierge Marie descendait matin et soir, trois fois le jour, et quand vous étiez à genoux au milieu de vos prairies. Les yeux baignés de larmes, la Vierge Marie les portait au Seigneur. Priez pour nous

O douce et bienheureuse Germaine épouse de Jésus-Christ, qui marchiez dans les ronces et les épines, qui bientôt se changeaient en fleur. Priez pour nous

O douce et bienheureuse Germaine épouse de Jésus-Christ, qui semiez sur vos pas les grâces et les parfums du Seigneur. Priez pour nous

O douce et bienheureuse Germaine épouse de Jésus-Christ, qui marchiez sur les pas du Seigneur le suivant sur la montagne des Oliviers. Priez pour nous

O douce et bienheureuse Germaine épouse de Jésus-Christ, qui marchiez sur les pas du Seigneur le suivant au Golgotha. Priez pour nous

O douce et bienheureuse Germaine épouse de Jésus-Christ, qui marchiez sur les pas sanglants de votre Époux, dans les rues de Jérusalem. Priez pour nous

O douce et bienheureuse Germaine épouse de Jésus-Christ, qui avez été calomniée, persécutée, parce que votre cher Époux le permettait. Priez pour nous

O douce et bienheureuse Germaine épouse de Jésus-Christ, qui vous priviez du nécessaire et qui chaque jour dirigiez vos pas vers la solitude d'un pauvre étendu sur la terrasse, et ce pauvre était Jésus-Christ. Priez pour nous

O douce et bienheureuse Germaine épouse de Jésus-Christ, à qui le Seigneur demandait quel était le plus beau jour de la vie, et vous répondiez que c'était une première communion qui dure toujours. Priez pour nous

O douce et bienheureuse Germaine épouse de Jésus-Christ, qui disiez chaque jour, mon père et ma mère m'ont délaissé, mais Dieu m'a recueilli. Priez pour nous

O douce et bienheureuse Germaine épouse de Jésus-Christ, à qui le Seigneur disait : " Les pluies sont dissipées, les tristes frimats sont passés, les jours d'orage ne sont plus, lève-toi, et viens à moi, ma bien-aimée, et je te couronnerai. Priez pour nous

O douce et bienheureuse Germaine épouse de Jésus-Christ, qui vous écriez chaque jour les yeux levés vers le Ciel. Mon Seigneur pas une couronne de fleur, mais d'épines. Priez pour nous

O douce et bienheureuse Germaine épouse de Jésus-Christ, qui étiez plus douce que vos agneaux et plus pure que l'eau des fontaines. Priez pour nous

O douce et bienheureuse Germaine épouse de Jésus-Christ, qui vous consoliez et vous fortifiez dans vos épreuves et vos fatigues, parce que votre âme était déjà la douce semence du Ciel. Priez pour nous

O douce et bienheureuse Germaine épouse de Jésus-Christ, dont cette prière sera publiée un jour par le Saint Pontife et l'Évêque, puisque Jésus-Christ votre cher Époux le permet. Priez pour nous

O douce et bienheureuse Germaine épouse de Jésus-Christ, qui nous viendrez en aide dans les tentations, dans les maux, dans les afflictions, dans les peines, dans les douleurs et Jésus-Christ votre cher Époux veut que nous vous honorions et que nous vous invoquions. Priez pour nous

O douce et bienheureuse Germaine épouse de Jésus-Christ, qui nous viendrez en aide avec la bienheureuse Marguerite-Marie et le Sacré Coeur au milieu. Priez pour nous

O douce et bienheureuse Germaine épouse de Jésus-Christ, votre cher Époux ne permet pas que vous soyez une fleur flétrie, mais une fleur nouvelle. Priez pour nous

O douce et bienheureuse Germaine épouse de Jésus-Christ, qui voulez que votre dévotion soit publiée par tout le monde entier, puisque Jésus-Christ votre cher Époux le permet. Priez pour nous

O douce et bienheureuse Germaine épouse de Jésus-Christ, gardez-nous des dangers, mettez-nous à l'abri des orages. Priez pour nous


O ma petite Germaine, ma soeur en Jésus-Christ, rentre dans la douce solitude, rentre dans la béatitude du Seigneur qu'il t'a préparée, et un jour appelle-nous, ma petite Germaine, pour jouir aussi nous ma petite Germaine du bonheur que le Seigneur t'a préparé. Qu'un jour aussi, nous dans nos peines et nos afflictions, dans nos maux, nous puissions jouir du bonheur dont tu jouis. Que nous puissions dire un jour et redire éternellement : " tout à vous, o Seigneur. "

Téléchargez le texte de ces Litanies (pdf ) en cliquant ici

885_001

Notice biographique sur Sainte Germaine, cliquer sur le lien suivant:

http://spiritualitechretienne.blog4ever.com/blog/lirarticle-83937-1337776.html

Posté par fmonvoisin à 18:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

23 juin 2009

Le Serviteur de Dieu Antonio Molle Lazo

716_001

Le Serviteur de Dieu Antonio Molle Lazo

Martyr du Christ Roi

1915 - 1936


Antonio Molle Lazo est né le 2 avril 1915, fils d' un modeste représentant de commerce qui vécut à Jerez de la Frontera ( Xerès ) en Espagne. Après avoir été éduqué chez les Frères de la Doctrine Chrétienne, il était devenu employé de commerce. Il assistait à la messe quotidiennement et faisait partie de l' Association de la Jeunesse Catholique. Il fut emprisonné avec l' un de ses frères pour avoir défendu le Couvent des Dominicains de la profanation. Pendant son incarcération, il récitait le rosaire avec ses compagnons. Lorsque la guerre civile éclata, il s' engagea dans la garnison de la garde civile, le 8 août 1936. Deux jours après, le 10 août au matin, il assista à la messe avec un petit groupe, à Penaflor. C' est alors que les Rouges firent irruption dans le bourg. La garnison se replia à l' Hôtel de Ville, mais il partit au Couvent des Filles de la Croix qui se trouvait à proximité, pour porter secours aux religieuses Augustines et les évacuer. Le couvent fut envahi par les troupes du Front Populaire. Il fut torturé ( les oreilles et le nez coupés ), pour ne pas avoir voulu abjurer. Au contraire, il cria " Vive le Christ-Roi ! " Il avait 21 ans, et ne portait pas d' armes...Il était dans la légion de la Merci. Ses restes reposent en la basilique de Notre Dame du Carmel de Jerez. Les habitants se souviennent et pardonnent, mais ne veulent pas oublier. Sa Cause de Béatification a été ouverte le 22 juin 2007.


Prière pour demander la glorification du Serviteur de Dieu Antonio Molle Lazzo


O très aimable Jésus ! Vous qui avez dit : Celui qui Me confessera sur la terre Je le confesserai devant Mon Père Céleste; glorifiez donc, l'âme de Votre Serviteur Antonio Molle Lazo, qui n'a pas eu peur de confesser votre Saint Nom au milieu des tourments les plus atroces, et accordez à nous, par ses mérites et par son intercession, les grâces dont nous avons besoin. Nous vous le demandons pour le plus grand honneur et la gloire de la très Sainte Trinité Très et l'avènement de votre Règne, sur cette terre. Amen.


Réciter 3 Notre Père, 3 Je Vous salue Marie et 3 Gloire au Père en l'honneur de la Très Sainte Trinité

Téléchargez la prière pour la béatification d'Antonio (pdf) en cliquant ici

Biographie d'Antonio Molle Lazo, cliquer sur le lien suivant:

http://spiritualitechretienne.blog4ever.com/blog/lirarticle-83937-1331311.html

Posté par fmonvoisin à 13:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

25 avril 2009

Litanies de Saint Jean Berchmans

S__20John_20Berchmans

Saint Jean Berchmans

Jésuite Belge

1599-1621

Fête le 26 novembre


Ce jeune Saint, patron des novices, naquit à Diest le 13 mars 1599, dans le diocèse de Brabant, en Belgique. C’est au sanctuaire de Notre-Dame de Montaigu qu’il fit voeu de chasteté perpétuelle. A l’âge de seize ans, une charité anonyme lui permit d’entrer au collège des Jésuites de Malines. En lisant les écrits du bienheureux Pierre Canisius et la vie de saint Louis de Gonzague mort vingt-cinq ans auparavant, Jean Berchmans se sentit attiré vers la Compagnie de Jésus. Il obtint difficilement le consentement de son père. Entré au noviciat de Malines, Jean s’y distingua par sa fidélité à observer la Règle et par une singulière amabilité de caractère. Dans le procès de sa canonisation, les témoins ont déclaré ne jamais l’avoir vu enfreindre une seule de ses Règles. « Plutôt mourir, disait-il, que de transgresser la moindre Règle. » Son exercice le plus cher était de faire le catéchisme aux petits enfants pauvres. A son édifiante piété, il alliait une gaîté qui charmait tous ceux qui avaient quelques rapports avec lui. Celui qui avait écrit : « Si je ne deviens pas un saint maintenant que je suis jeune, je ne le serai jamais », poursuivit son idéal de sainteté en vivant chaque journée dans un total abandon à Dieu. Sa confiance en Marie était sans limite. "Mon frère, confia-t-il un jour à un religieux, dès que j’ai songé à m’avancer dans la perfection, j’ai posé pour fondement de mon édifice, l’amour de la Reine du Ciel..." Devenu veuf, son père entra dans les Ordres et fut ordonné prêtre ; vers le même temps, saint Jean Berchmans prononça les voeux traditionnels d’obéissance, pauvreté et chasteté. Ses supérieurs l’envoyèrent à Rome à pied, en compagnie d’un confrère, pour y compléter ses études. Arrivé au collège romain, le saint religieux occupa la chambre de saint Louis de Gonzague. Berchmans imita ses vertus tout en se montrant moins austère et plus gracieux. C’est à Rome que sonna son départ pour le ciel, à l’âge de vingt-deux ans et cinq mois. « C’est une mort toute divine, mes remèdes n’y peuvent rien », affirmait le médecin impuissant. Saint Jean Berchmans reçut les derniers sacrements avec une indescriptible ferveur. Avant de quitter la terre, le Saint eut à subir une dernière épreuve : le démon l’assaillit à deux reprises à l’article de la mort. Le pieux moribond serra son crucifix dans ses mains défaillantes, son chapelet et son livre des Règles : « Voici mes armes, dit-il, avec ces trois trésors, je me présenterai joyeusement devant Dieu. » Il renouvela ses voeux de religion et recouvra la paix. Prononçant les noms bénis de Jésus et de Marie, saint Jean Berchmans s’endormit paisiblement dans le Seigneur. Le vendredi 13 août 1621, la cloche du collège romain annonçait son départ pour les demeures éternelles. Léon XIII l’a canonisé le 15 janvier 1888.

berchmans

Litanies de Saint Jean Berchmans


Seigneur, ayez pitié de nous.

Christ, ayez pitié de nous.

Seigneur, ayez pitié de nous.

Christ, écoutez-nous.

Christ, exaucez-nous.

Père Céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Esprit Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.


Sainte Marie, puissante protectrice de Saint Jean Berchmans, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, que le Seigneur a prévenu de Ses Bénédictions et de Ses Douceurs, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, enfant angélique, qui, à l'exemple du jeune Tobie, ne faisiez rien de puéril, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, qui, dès vos premières années, avez recherché la Sagesse dans la prière, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, vous qui en peu de temps avez fourni une longue carrière, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, vous qui avez été fidèle dans les petites choses, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, qui trouviez vos délices à servir les Prêtres à la Sainte Messe, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, qui étiez la joie et la consolation de vos parents par votre piété filiale, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, qui par votre docilité et par votre application à l'étude, faisiez l'admiration et le bonheur de vos maîtres, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, qui êtes l'édification de vos condisciples, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, vous qui, dès votre plus tendre enfance avez choisi la Sainte Vierge comme gardienne de votre chasteté, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, vous qui estimiez heureux de vous consacrer à la Reine du Ciel, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, vous qui appeliez si tendrement Marie votre Mère, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, vous qui étiez si zélé pour augmenter le nombre de ses serviteurs, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, vous qui trouviez dans la prière et dans la fréquentation des Sacrements votre force et votre plus douce consolation, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, vous qui, pour obéir à la Voix du Seigneur, avez généreusement triomphé de la chair et du sang, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, qui avez préféré la perfection angélique à tous les délices du siècle, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, miroir de la vie religieuse pour les novices et pour les plus avancés, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, qui vous êtes consacré perpétuellement à Jésus-Christ par les voeux de la religion dans la Compagnie de Jésus, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, vous qui désiriez avec tant d'ardeur les Missions de la Chine et du Japon, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, aimable et doux envers les autres, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, sobre et abstinent dans l'usage de la nourriture, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, vous qui châtiez rigoureusement votre chair innocente, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, vous qui désiriez plutôt mourir mille fois que de commettre le moindre péché, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, vous qui préfériez perdre la vie plutôt que de violer une Règle, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, vous qui soupiriez après Jésus dans la Sainte Communion, et qui Le visitiez sept fois par jour, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, vous si plein d'Amour de Dieu au Banquet Sacré, que le Feu Divin brillait sur vos traits, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, vous qui avez signé de votre sang le voeu de défendre l'Immaculée Conception de la Sainte Vierge,

Saint Jean Berchmans, plein de confiance en votre bon Ange et en Saint Joseph, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, tout dévoué au culte de votre Saint et glorieux Patriarche Saint Ignace et Saint François-Xavier, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, imitateur accompli de Saint Louis de Gonzague, votre Patron de prédilection, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, vous qui avez possédé à un degré héroïque la Foi, l'Espérance et la Charité, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, modèle de prudence et de force Chrétienne, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, ange de pureté dont la vue, le souvenir, le nom et les reliques dissipent les tentations, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, vous qui avez conservé jusqu'à la mort l'innocence baptismale, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, vous qui désiriez que l'on vous déposât à terre pour recevoir le Saint Viatique, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, vous qui, en le recevant, disiez avec tant d'âme: je veux vivre et mourir enfant soumis à notre Mère, la Sainte Église Catholique, Apostolique et Romaine, et en fils dévoué de la Compagnie, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, vous qui, en ce moment suprême avez serré dans vos mais défaillantes les trois objets chers à votre cœur: le Crucifix, le Rosaire et le Livre des Règnes, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, vous qui avez rendu le dernier soupir en prononçant les deux Noms de Jésus et de Marie, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, vous que Dieu a choisi pour briller au firmament de l'Église comme un astre nouveau, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, ornement de la Compagnie de Jésus, priez pour nous.

Saint Jean Berchmans, Modèle et Patron de la jeunesse, priez pour nous.


Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous, Seigneur.


Jésus-Christ, écoutez-nous.

Jésus-Christ, exaucez-nous.

Jésus-Christ, ayez pitié de nous.


Notre Père...


Priez pour nous, Saint Jean Berchmans,

Afin que nous soyons rendus dignes des promesses de Notre Seigneur Jésus Christ.


Prions


Dieu Tout-Puissant, qui avez constitué la Sainteté admirable de Saint Jean, Votre Confesseur, dans l'observance parfaite de la discipline religieuse et dans l'innocence de sa vie, par ses mérites et ses prières, accordez-nous la grâce d'observer fidèlement Vos Commandements et de parvenir ainsi à la pureté d'âme et du corps. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

66050C

Téléchargez le texte des Litanies de St Jean Berchmans (pdf) en cliquant ici

Posté par fmonvoisin à 16:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

20 avril 2009

Litanies de Saint Stanislas Kostka

356_001__2_

Saint Stanislas Kostka

Novice Jésuite

1550-1568

Fête le 13 novembre


Parmi les admirables Saints qui ont mérité de servir de patrons à la jeunesse chrétienne, saint Stanislas Kostka occupe une place de choix. Sa vie fut courte, mais mieux remplie que beaucoup de longues carrières, selon la parole de nos saints Livres. Il naquit d'une famille très illustre de Pologne, dont il devint, par sa sainteté, la principale gloire. Son enfance se distingua par une extraordinaire piété, et sa modestie était si remarquable, qu'une seule parole malséante suffisait pour le faire s'évanouir. Son plaisir était d'être vêtu simplement et de s'entretenir avec les pauvres. Il fit ses études à Vienne, avec son frère, Paul, au collège des Jésuites, mais en qualité d'externe. Sa vertu ne fit que s'accroître, malgré les exemples et les persécutions de son frère. A mille épreuves de chaque instant, il joignait encore des mortifications volontaires et se donnait de fortes disciplines; deux oraisons journalières ne lui suffisant pas, il se levait la nuit, quelque temps qu'il fit, pour élever son âme vers Dieu. Le démon furieux vint l'assaillir dans son lit, où il gisait, malade, et se jeta sur lui sous la forme d'un horrible chien noir; mais l'enfant le chassa honteusement par le signe de la Croix. Par l'assistance de sainte Barbe, qu'il avait invoquée, il reçut la visite de deux Anges, qui lui apportèrent la Sainte Communion. Quelques jours après, la Sainte Vierge lui apparut tenant l'Enfant Jésus dans Ses bras; Stanislas put caresser le Sauveur et obtint de Lui l'assurance qu'il entrerait dans la Compagnie de Jésus. Après sa guérison, il s'habilla en pèlerin et se dirigea vers Augsbourg, ville fort éloignée de Vienne. En route, il échappa miraculeusement aux poursuites de son frère et reçut la Communion des mains d'un Ange. D'Augsbourg, l'obéissance le conduisit à Rome, à travers deux cent soixante lieues de chemin; mais rien n'épouvantait cette grande âme, qui animait un si faible corps. Saint François de Borgia reçut avec joie un pareil trésor; mais la joie de Stanislas fut plus profonde encore, et il en versa un torrent de larmes. Hélas! Cette fleur allait bientôt être cueillie pour le Ciel; dix mois devaient suffire pour le porter à une rare perfection. Son humilité était si admirable, qu'il se regardait comme un grand pécheur et le dernier de ses frères. L'amour de Dieu consumait son coeur au point qu'il fallait, avec des linges mouillés, en tempérer les ardeurs. Cet ange incomparable de vertu s'éteignit presque sans maladie, assisté par sa Mère céleste, un jour de l'Assomption.


Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Mame, 1950.

419_001

Litanies de Saint Stanislas Kostka

Seigneur, ayez pitié de nous.

Christ, ayez pitié de nous.

Seigneur, ayez pitié de nous.

Christ, écoutez-nous.

Christ, exaucez-nous.

Père Céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Esprit Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.


Sainte Marie, priez pour nous

Sainte Mère de Dieu, priez pour nous

Sainte Marie, conçue sans péché, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, désigné miraculeusement pour servir Dieu dès votre conception, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, sincère imitateur de Jésus-Christ, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, enfant bien-aimé de Marie, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, appelé par Elle dans la Compagnie de Jésus, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, fidèle à la Vocation et à la Grâce de Dieu, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, très digne fils de Saint Ignace, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, l'un des plus beaux ornement de la Compagnie de Jésus, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, modèle et Patron des novices, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, ennemi du monde et de ses richesses, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, triomphateur de la gloire humaine, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, châtiant très sévèrement votre chaire innocente, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, admirable par votre insigne pureté, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, vainqueur de tout penchant dépravé, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, observateur exact de la discipline religieuse, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, très dévot au Saint Sacrement de l'Autel, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, trésor des Grâces célestes, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, miroir d'obéissance, d'humilité et de patience, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, modèle de candeur, de modestie et de piété, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, zélateur de la pauvreté évangélique, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, prudent au-dessus de votre âge, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, amateur de la Charité fraternelle, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, pénétré de mépris pour vous-même, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, victime de l'Amour Divin, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, exemple de la jeunesse Chrétienne, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, honoré de la présence sensible de Jésus Enfant, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, nourri du Pain Céleste par les Anges, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, ange par votre vie et vos moeurs, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, apôtre par votre zèle et vos mérites, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, martyr par votre Foi et vos désirs, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, confesseur par votre piété constante, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, entrant au Ciel au milieu du Chœur des Anges, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, consommé dans toutes les vertus malgré votre courte vie, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, l'ornement et la gloire de vos aïeux, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, l'appui et le soutien des trônes, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, le refuge et le salut de ceux qui vous invoquent, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, le secours et le modèle de ceux qui souffrent, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, illustre par les miracles que vous avez opérés avant et après votre mort, priez pour nous

Saint Stanislas Kostka, très heureux citoyen de la Jérusalem Céleste, priez pour nous

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous, Seigneur.

Saint Stanislas, Priez pour nous,

Afin que nous soyons rendus dignes des promesses de Notre Seigneur Jésus Christ.


Prions


O Dieu, qui, entre les miracles de Votre Sagesse, avez accordé à l'âge le plus tendre la grâce d'une Sainteté accomplie à Saint Stanislas Kostka, nous Vous en supplions, faites qu'à son exemple, nous nous empressions, en rachetant le temps, par de continuelles bonnes oeuvres, d'arriver au Repos éternel. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur.


On peut faire une Neuvaine à Saint Stanislas Kostka en récitant les Litanies et en y ajoutant tous les jours 5 Pater et Ave

Téléchargez le texte des Litanies de Saint Stanislas (pdf) en cliquant ici

077_001

Pour approfondir

http://abbaye-saint-benoit.ch/saints/stanislas/index.htm

Posté par fmonvoisin à 18:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


10 mars 2009

Neuvaine à Guy de Fontgalland

27899259

Guy de Fontgalland

le petit Ange de Jésus

1913-1925

Guy est le fils du comte Pierre Heurard de Fontgalland (1884-1972), avocat, et de Marie Renée Mathevon (1880-1956). Elle se destine au carmel, lui est militant catholique, lorsque Mgr de Gibergues, évêque de Valence et ami de la famille, les présente et finalement les unit. C'est lui qui baptise leur fils, sous les prénoms de Guy Pierre Emmanuel, le 7 décembre 1913 en l'église St-Augustin. Humainement, Guy a les qualités et les défauts d'un enfant ordinaire. Il se montre orgueilleux, capricieux avec sa mère et coléreux avec son frère Marc, né en 1916, mais également sensible et affectueux. Il est surtout franc et loyal, avouant de lui-même ses bêtises au risque d'être puni. Il mourra avec la réputation de n'avoir jamais dit un seul mensonge. Spirituellement, il témoigne d'une foi toute enfantine inspirée de Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face. En janvier 1917 à Lisieux, il respire une délicieuse odeur sur la tombe de celle qui n'est pas encore béatifiée mais que sa mère vénère. Très jeune, il cherche à imiter Jésus en tout. Il cause avec lui dans l'intimité ou, par la suite, pendant l'eucharistie. Il lui offre chaque jour de petits sacrifices pour lui faire plaisir. Il a cinq ans à peine quand il manifeste son désir de communier et, l'année d'après, de devenir prêtre. Il apprend alors à lire et à écrire en deux mois et se fait inscrire au catéchisme. Le 22 mai 1921, il profite des dispositions du pape Saint Pie X en faveur de la communion précoce, dont il se fera bientôt un apôtre au sein de la Croisade Eucharistique. Ce jour-là, après un mois de préparation ponctué de cent dix huit sacrifices, Guy fait sa première communion en l'église St-Honoré d'Eylau. Il a alors la révélation de sa mort prochaine mais garde le secret, pour ne pas attrister ses proches. Octobre 1921, il entre au collège Saint-Louis de Gonzague. Elève médiocre, malgré son intelligence et sa curiosité, Guy est étourdi et passe pour paresseux. Il se corrige et améliore son caractère. Il ne se fait pas remarquer mais se signale par sa charité et sa camaraderie. Il protège les plus faibles sans se défendre lui-même, pardonne et ne garde pas rancune, ne boude jamais et refuse de dénoncer les autres ou d'en dire du mal. Juillet 1924, la famille est en pèlerinage à Lourdes. Guy a la confirmation devant la grotte qu'il mourra bientôt, précisément un samedi, jour de la Vierge Marie. Dans la nuit du 7 au 8 décembre de la même année, alors qu'il a tout juste onze ans, Guy tombe malade de la diphtérie. S'ensuit une période de crises et de rémissions pendant laquelle, sachant qu'il va mourir en dépit de l'optimisme des médecins, il divulgue son double secret à sa mère. Il affronte avec courage la douleur et meurt d'étouffement, effectivement un samedi, le 24 janvier 1925.

Neuvaine à Guy de Fontgalland

Prière à dire chaque jour

Prière pour obtenir la béatification du petit Guy de Fontgalland


Seigneur, qui êtes Vous-Même, la gloire et la récompense de Vos serviteurs, faites-nous la grâce de tout espérer de Votre bonté et de l’intercession efficace de celui dont Vous avez fait un de Vos Anges au Ciel, le petit Guy de Fontgalland. Accordez-nous la (grâce ou la guérison) que nous le supplions de demander pour nous, afin que nous puissions, comblés de Vos dons, Vous louer de tout notre cœur, et Vous bénir le reste de nos jours. Glorifiez-Vous, Ô Père infiniment bon, en glorifiant cet enfant afin que la Sainte Eglise puisse un jour nous donner comme modèle ce tout petit communiant de 7 ans. Nous Vous en prions par Jésus-Christ Notre Seigneur. Ainsi soit-il.

Premier jour

Guy de Fontgalland, qui avez partagé vos bonheurs avec les malheureux et ajouté la noblesse à la charité en les secourant, donnant en plus de l'argent de poche qui venait de vos parents, une poignée de main qui venait de vous, soyez mon protecteur sur cette terre. Vous qui avez plaidé pour les autres, comme votre père avocat, mais devant Dieu dont vous contemplez la face et qui avez obtenu nombre de grâces et de guérisons, soyez mon intercesseur au Ciel.

Notre Père... Je vous salue Marie...

Deuxième jour

Petit lys si pur, qui avez manifesté pour vous et pour les autres une pudeur excessive qui était un appel à la véritable pureté, que vous avez conservée dans la prière, la confession et la mortification et par l'examen quotidien de votre conscience en compagnie de votre petit frère, afin que l'innocence ne se confonde pas avec l'ignorance, apprenez-moi la pénitence.

Notre Père... Je vous salue Marie...

Troisième jour

Parfait croisé de l'eucharistie, qui avez ardemment prié et communié, aimé le Saint-Père et fait chaque jour de petits sacrifices pour l'amour de Jésus, comme autant de pétales jetés sur le chemin de la Sainte-Table où vous avez conduit à votre suite les plus jeunes, de même que vous avez escorté le Petit Jésus en procession du Saint-Sacrement, faites de moi un apôtre de la communion.

Notre Père... Je vous salue Marie...

Quatrième jour

Ange missionnaire, qui avez souhaité, avant l'âge de raison, imiter Jésus en tout, jusqu'à retirer vos gants puisqu'Il n'en portait pas, qui avez désiré L'aimer toujours plus que tout et résolu, pour le prouver, de tout quitter pour Lui et devenir son prêtre. Vous qui avez regretté de ne pas connaître le latin pour mieux suivre la messe, qui avez imaginé fabriquer un avion pour évangéliser le monde et qui avez suscité tant de conversions et de vocations, depuis que Jésus fit de vous son Ange, donnez-moi une semblable confiance en la Sainte Eglise.

Notre Père... Je vous salue Marie...

Cinquième jour

Garçon loyal et franc, qui avez refusé le moindre mensonge, au point de révéler de vous-même vos fautes et de faire la leçon aux petits et aux grands, mais qui avez refusé aussi de dénoncer les autres ou même d'en dire du mal et qui avez gardé le secret de votre fin prochaine pour ne pas attrister vos proches, donnez-moi un tel esprit de vérité qui distingue celle qui ne fait pas plaisir de celle qui fait mal.

Notre Père... Je vous salue Marie...

Sixième jour

Petit serviteur de Dieu, qui avez accepté de mourir jeune pour mieux vous unir à Lui répondant à son annonciation par un simple 'oui', que vous trouvez le plus beau mot qu'on puisse dire à Dieu, et qui avez attendu l'agonie et affronté la mort avec l'espérance de joyeuses retrouvailles. Vous qui vous êtes détaché des choses de ce monde, qui vous émerveillait pourtant à l'exemple de votre savant aïeul, pour vous évader en Jésus dans le paradis, inspirez-moi un pareil abandon à sa volonté.

Notre Père... Je vous salue Marie...

Septième jour

Cher petit Guy, qui aviez suivi précocement la petite voie de Thérèse sur laquelle son parfum de sainteté guida vos pas, et qui avez gravi à genoux le chemin de Croix de la grotte de Lourdes où votre Maman du Ciel promit de vous emmener là-haut tout droit. Vous qui avez détesté qu'on vous remarque pour n'être regardé que par Dieu et qui avez combattu la prétention par la simplicité et la colère par la douceur, faites-moi suivre vos traces sur le chemin de l'humilité.

Notre Père... Je vous salue Marie...


Huitième jour

Fils très aimant de Notre-Dame, qui avez eu le péché en horreur parce que c'est à cause de lui que Jésus a tant souffert pour nous et sa Mère tant pleuré, qui avez souffert volontiers par amour de Lui et qui avez promis à votre mère de lui envoyer du Ciel des croix qu'elle devrait pareillement supporter, enseignez-moi le sacrifice.

Notre Père... Je vous salue Marie...

Neuvième jour

Ange de Jésus, qui avez vécu dans son intimité dès votre plus jeune âge et causé avec Lui comme à un ami, que vous avez écouté et savouré, soyez mon messager. Vous qui avez protégé les plus faibles sans vous défendre vous-même, qui avez été souvent incompris et parfois moqué et qui avez pardonné sans garder rancune, soyez mon ange-gardien.

Notre Père... Je vous salue Marie...

Téléchargez le texte de la Neuvaine à Guy de Fontgalland, en cliquant ici

Quiconque reçoit des grâces, est prié de le signaler auprès de l'Association

"Les Amis du petit Guy de Fontgalland."

3 passage de la fontaine

94800 Villejuif (France)


E-mail amisdeguy-defontgalland@neuf.fr 


Biographie plus détaillée de Guy de Fontgalland,

cliquer sur le lien suivant:

http://spiritualitechretienne.blog4ever.com/blog/lirarticle-83937-881069.html


Voir aussi: http://imagessaintes.canalblog.com/archives/2008/07/15/9927043.html

Posté par fmonvoisin à 12:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 février 2009

Le Serviteur de Dieu Jacques Sevin

3_jacque01

Le Serviteur de Dieu Jacques Sevin

Fondateur du Scoutisme Catholique et des Soeurs de Sainte Croix de Jérusalem

1882-1951

Plus qu'un éducateur, qu'un animateur et entraineur de jeunes et que le promoteur en France de la méthode scoute, le Père Sevin a donné a la méthode scoute toute sa dimension puisqu'il l'a catholicisée. Le Père Sevin n'est donc pas que le fondateur du scoutisme français : il est le fondateur du scoutisme catholique, de la spiritualité scoute. C'est en cela qu'il est un exemple pour les jeunes du XXIème siècle, scout et non scout : parce qu'il a su apprendre à la jeunesse tout à la fois la joie, l'ascèse et l'amour de la création divine, et leur proposer une méthode simple menant à la sainteté.

Né à Lille le 7 décembre 1882, Jacques Sevin est d'abord l'élève des Jésuites au collège de la Providence à Amiens. Dès cette époque, il s'enthousiasme pour la marine et la Chevalerie. En mars 1900, il réussit son baccalauréat et entre à l'Institut catholique de Lille pour y préparer une licence d'anglais. Au mois de mai, il décide d'entrer dans la Compagnie de Jésus. Après son Noviciat, il enseigne l'Anglais au collège de Florennes, ce qui lui permet de passer un séjour en Angleterre. La même année, en 1907, Baden-Powell dirige son premier camp scout. Le Père ne s'en doute alors même pas ! En 1913, à la suite de deux articles défavorables au Scoutisme dans la revue jésuite "Les Etudes", le Père obtient la permission d'aller en Angleterre pendant les grandes vacances pour voir ce qu'il en est. Le 20 septembre, il prend sa première tasse de thé avec Baden-Powell et, enthousiasmé, forme la résolution de fonder en France "la Fédération Catholique du Scoutisme". Dès son retour d'Angleterre, il approfondit la méthode scoute et la fait connaître autour de lui. Le 2 août 1914, il est ordonné prêtre. Après plusieurs séjours en Angleterre où il étudie sur place le scoutisme, le Père Sevin commence la rédaction de son fameux livre "le Scoutisme", qui sera édité en 1922. Il fonde plusieurs Troupes et, en 1919, avec Xavier Sarrazin, fonde "l'Association des Scouts de France" qui regroupera plusieurs Troupes. Cette même année, il rencontre l'abbé Cornette et lui fait part d'un grand projet : la fondation d'une Fédération Nationale des Scouts Catholiques. Il reste plusieurs semaines à Paris pour faire avancer les choses. Enfin, le 1er mars 1920, un comité organisateur est créé. Le Père Sevin propose le nom de la Fédération : "Les Scouts de France". Il est chargé de mettre au point le règlement. Par ailleurs, le Père Sevin est autorisé par ses supérieurs à se mettre à la disposition de la nouvelle Fédération.

Le 25 Juillet 1920, date officielle de la création des Scouts de France, paraît le premier règlement. La jeune Fédération a quatre co-fondateurs : le Père Sevin, secrétaire général, le Chanoine Cornette (le " Vieux Loup "), aumônier général, Edouard de Macédo et le Général de Maud'huy. Très vite, le Père Sevin échange le titre de Secrétaire Général contre celui de Commissaire Général. Par un travail acharné, il bâtit la "Maison Scouts de France" : organisation et extension de la Fédération, recrutement et formation des chefs, création et rédaction de la revue Le Chef. Bientôt, le Père Sevin reçoit l'autorisation de Baden-Powell d'organiser des camps-école d'égale valeur internationnale que celui de Mac-Laren en Angleterre : c'est dire la confiance que le fondateur met en cette toute jeune association promise a un brillant avenir ! Comprenant que l'" on ne peut donner que ce que l'on a reçu ", l'année 1922, voit donc l'ouverture du camp de "Chamarande", destiné à la formation des chefs. C'est également au Père Sevin que l'on doit la croix potencée, le cérémonial, la rédaction catholique de la Loi scoute et de la Promesse, la rédaction des trois Principes, la prière des chefs, les paroles de nombreux chants scouts (chant de la Promesse, cantique des Patrouilles, chant des adieux, monte flamme...), ainsi que l'extension du Scoutisme aux handicapés physiques et mentaux. Le travail du Père est considérable. En 1924, il doit abandonner son titre de Commissaire général pour se consacrer uniquement à ses fonctions de Commissaire à la formation des chefs. Pendant 10 ans, à partir du mois d'août 1923, le Père dirigera le camp de formation des chefs de Chamarande. Il en sera l'animateur et donnera le meilleur de lui-même pour former des chefs dignes du Scoutisme catholique. Mais au sein du quartier général, des difficultés surgissent. Des oppositions doctrinales provoquent une crise. Le 15 mars 1933, le Père Sevin est prié de se retirer. De cette crise il a donné l'explication suivante : "Après avoir vécu la mystique du Scoutisme, nous sommes entrés dans la politique du Scoutisme !" Le Père Sevin se retire sous sa tente, à l'écart des camps, des conseils et des assemblées, ce qui lui permet de réaliser un projet que depuis longtemps il portait dans son cœur : la fondation d'un Ordre religieux issu du Scoutisme. Le premier prieuré en est créé en 1944, sous le nom de l'Institut de la Sainte Croix de Jérusalem . En 1948, il crée une école scoute, la " Maison française ". C'est dans la nuit du 19 au 20 juillet 1951 que le Père Sevin rentre doucement à la Maison du Père. Son corps repose encore aujourd'hui dans le cimetière de Boran-sur-Oise, où, en unité ou anonymement, des scouts viennent encore chaque année déposer quelques fleurs et réciter des prières sur la modeste tombe du fondateur de cette chevalerie des temps modernes. Le Père Sevin est actuellement en procès de béatification à Rome...

Toute sa vie, il fut un animateur spirituel, un entraîneur d'âmes, un formateur de caractères, puisant sa force auprès de Celui qui a dit : "Sans moi, vous ne pouvez rien faire !". Cette parole du Christ, le Père Sevin s'en était profondément pénétré. Ce fut sans doute là le grand secret de son admirable rayonnement. Plaçant à la base de l'éducation scoute l'Amour (aimer le jeune tel qu'il est, et pour ce qu'il est appelé à être), la Joie (celle de l'oubli de soi, celle qui est contagieuse), et la Confiance (même dans les pires canailles, il y a toujours 5% de bon, disait BP. Croire sur parole, et croire capable du mieux), le Père a découvert une véritable spiritualité : rechercher l'ascèse, cultiver les Vertus (Franchise, Dévouement, Pureté), et donner par le contact avec la nature une mentalité de campeur (c'est à dire " d'homme vraiment libre, indépendant des lieux et des biens, homme qui ne tient à rien, pas même à sa tente, et qui par conséquent, est toujours prêt. "). Incontestablement, c'est le Père Sevin qui est le fondateur du Scoutisme Catholique. La meilleure façon de lui témoigner notre reconnaissance consiste tout simplement à respecter intégralement l'héritage qu'il nous a légué, le magnifique trésor du scoutisme catholique.

Pensées du Père Sevin

" Ayons horreur des mots, passons aux actes ".

" Ce dont un scoutisme missionnaire ne peut se passer, ce qui seul rend son action féconde, c'est la splendeur de sa sainteté. "

" Des scouts qui soient des saints. Il ne faudrait avoir peur ni du mot ni de la chose, la sainteté n'est d'aucun temps, ni d'aucun uniforme particulier. "

" Ouvrez toutes grandes les portes de votre âme comme naguère Abraham ouvrit les portes de sa tente et la Trinité toute entière y entra. "

"Pas d'Evangile au rabais"

"On ne fait rien sur Terre qu'en se consumant"

sevin

Prière pour obtenir la béatification du Père Jacques Sevin, s.j.

O Dieu, Tu as mis au cœur de Ton serviteur Jacques Sevin le désir ardent de « s’user jusqu’au bout » pour Ton Amour et celui de la jeunesse ; ainsi Tu as voulu faire grandir au sein de l’Eglise catholique, les jeunes liés à travers le monde par la promesse et la loi scoutes ; Tu lui as inspiré la fondation de l’Institut de la sainte Croix de Jérusalem, pour l’extension de ton Royaume et le Salut de la jeunesse du monde entier : donne-nous le même amour généreux dans la prière, l’accueil et le service des jeunes, afin de les conduire jusqu’à Toi. Et, si cela T’est agréable, Daigne glorifier ici-bas Ton serviteur Jacques En nous accordant par son intercession les grâces que nous implorons. Amen.

Les personnes qui reçoivent des grâces par l’intercession de Père Jacques Sevin sont priées de les faire connaître au : Prieuré de Boran sur Oise (60820) France.

Téléchargez la prière pour le Père Sevin (pdf) en cliquant ici

sevin_1

Pour approfondir

http://spiritualitechretienne.blog4ever.com/blog/lirarticle-83937-524303.html

http://spiritualitechretienne.blog4ever.com/blog/lirarticle-83937-1169283.html

http://spiritualitechretienne.blog4ever.com/blog/lirarticle-83937-1169284.html

Posté par fmonvoisin à 17:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

07 février 2009

Chapelet de la Bienheureuse Kateri Tekakwitha

Blessed__Kateri_Tekakwitha

Bienheureuse Kateri Tekakwitha

Le Lys du Mohawk

1656-1680

Fête le 17 avril


Kateri Tekakwitha est née en 1656 à Auriesville (New York) d'une mère algonquine chrétienne et d'un père agnier. De nos jours, mentionner les noms d'Innocent XI, pape à cette époque, et du marquis de Tracy, lieutenant général du roi de France en Amérique de 1665 à 1667, ferait sourire vos amis, mais le souvenir de Kateri demeure. En 1660, une épidémie de petite vérole lui enleva ses père, mère et petit frère. La petite échappa à la mort, mais la maladie lui laissa la vue affaiblie et le visage grêlé. Avec les autres survivants, elle s'installa un peu à l'ouest de son village natal et plus tard sur la rive nord de la Mohawk. Dès l'âge où les jeunes Indiennes pensaient aux fiançailles, son oncle, un des chefs du village ainsi que ses tantes lui cherchèrent un mari convenable. Consternation des siens: elle ne voulut épouser aucun des prétendants. Bientôt gronda la colère, ses parents usèrent de ruse et de force pour la fléchir, rien n'y fit. Son seul désir: recevoir le baptême.

Le baptême de Tekakwitha

En 1675, Jacques de Lamberville, jésuite, prit la direction de la Mission Saint-Pierre, de Gandaouagué. La jeune fille lui confia le secret de son cœur : devenir chrétienne ! Cependant. le P. de Lamberville, tout en admirant sa simplicité et sa foi, l'obligea de suivre la voie ordinaire des catéchumènes. Six mois plus tard, le dimanche de Pâques1676, le missionnaire la baptisa. Elle avait vingt ans. Ce fut un grand jour au village. La petite chapelle regorgea de monde. Douce et charitable, Kateri s'était gagné l'affection de tous.

Son nouveau nom

Jusqu'alors, on l'appelait Tekakwitha. Au baptême elle reçut le nom de Catherine, en iroquois Kateri. Née à Ossernenon (Auriesville), où les saints Isaac Jogues, René Goupil et Jean de la Lande avaient versé leur sang pour la foi, elle reçut le baptême à Gandaouagué (Fonda).

Sa fuite au Canada

Au cours de l'automne 1677, pour éviter la persécution, elle s'évada de son canton agnier pour aller vivre à la Mission Saint-François-Xavier, sur le Saint-Laurent. Le P. de Lamberville lui confia une lettre pour le P. Jacques Frémin, supérieur: "C'est un trésor que nous vous donnons, écrivit-il, comme vous le connaîtrez bientôt. Gardez-le donc bien..." Le P. Frémin se rendit vite compte qu'elle était bel et bien un trésor. Sa douceur inaltérable, son humilité sans fanfreluches, sa bonté foncière, sa bonne humeur et même un certain humour gagnèrent rapidement le cœur de toute la population. Chaque matin à quatre heures et ensuite à sept heures, elle assistait à la sainte messe. En tout elle était aussi fidèle que les étoiles du firmament. Par ignorance, cependant, elle se laissait aller à des mortifications excessives jusqu'à ce que son confesseur lui ait enjoint de les modérer. Il avait bien compris, pourtant, que ces pénitences étaient le fruit de son amour très vif pour le Seigneur Jésus, pour sa sainte Mère et pour son prochain, quel qu'il fût. Elle faisait ses délices de la prière, surtout devant le Saint Sacrement: à cette époque, les églises étaient ouvertes à tout venant. Détail intéressant, jamais elle ne se livrait à la contemplation quand, dans sa cabane ou aux champs de maïs, le travail lui incombait. Quelques mois après son arrivée, le jour de Noël 1677, on permit à Kateri de faire sa première Communion. Dès lors, elle progressa comme le cerf qui se hâte vers les sources d'eau vive. Cette jeune Amérindienne illettrée parvint même ici-bas à ce que les théologiens nomment "l'union divine". Avec quelques amies, elle songea alors à fonder une communauté de religieuses indigènes, mais son directeur spirituel, persuadé qu'elle était trop jeune dans la foi pour une fondation de cette sorte, l'en dissuada. Il ne faut pas se surprendre qu'environ quarante ans plus tard, sa biographie traduite en espagnol facilita l'établissement des premières clarisses indiennes au Mexique, parmi lesquelles une descendante de l'empereur Montezuma. Le 25 mars 1679, le P. Frémin permit à Kateri Tekakwitha de prononcer privément le vœu de virginité et de se consacrer à Notre-Dame qu'elle aimait éperdument.

Sa sainte mort

Au début de 1680, sa santé qui n'avait jamais été florissante s'altéra davantage à la suite d'une course avec des compagnes à Laprairie, quelques milles en aval du Saint-Laurent, par un jour froid à pierre fendre. Le mardi de la Semaine Sainte, elle reçut le saint Viatique. On a retenu son regret que la seule robe qu'elle possédait ne fût pas convenable, à son avis, pour accueillir son Bien-Aimé. Le lendemain, elle ne s'opposa pas au départ de ses compagnes pour la cueillette du bois de chauffage et les assura qu'elle ne mourrait pas avant leur retour. Il en fut ainsi. Un peu après trois heures, en murmurant: "Jésus, Marie", elle alla à la rencontre du Seigneur. Elle avait environ vingt-quatre ans. En moins d'un quart d'heure son visage devint d'une beauté à ravir les missionnaires et tous les siens. Grâce à son intercession, partout à travers la Nouvelle-France, les Indiens et les colons commencèrent presque aussitôt à obtenir du Ciel des faveurs, voire des miracles. Faudrait-il s'étonner alors que des biographies de la Bienheureuse Kateri Tekakwitha aient paru en quatorze langues différentes. Ainsi se perpétua son souvenir à travers le monde. Le 3 janvier 1943, S.S. Pie XII la déclara "Vénérable", proclamant qu'elle avait héroïquement pratiqué les vertus chrétiennes. De tous côtés on continua d'implorer son aide. En 1980, tricentenaire de son entrée en Paradis, le pape Jean-Paul II décida que le temps était enfin venu de l'élever au rang des Bienheureux de la sainte Église.

KateriTekakwithaIBM

Chapelet de la Bienheureuse Kateri Tekakwitha

Se récite sur un chapelet spécial

Signe de Croix

Sur les trois premiers grains

Dire un Notre Père, un je Vous salue Marie et un gloire au Père, en demandant à Dieu la grâce de la Canonisation de la Bienheureuse Kateri Tekakwitha

Sur les autres suites de trois grains

Dire un Notre Père, un je Vous salue Marie et un gloire au Père.

Les grains dorés

Il représentent la couleur de la terre. Dieu nous a donné la terre qu'Il a créée dans un ordre parfait. Sur ces grains, nous Demanderons l'aide de Kateri pour garder cette terre, nos intelligences et nos corps en parfaite harmonie.

Les grains rouges

Ils représentent la couleur de l'amour et du sang qui coule dans nos veines. Ils représentent que nous devons avoir les uns pour les autres et aussi l'amour de Kateri pour notre Très Sainte Mère, la Bienheureuse Vierge Marie. Sur ces grains, nous demanderons les prières de Kateri, afin qu'elle nous obtienne cette grâce d'aimer tous nos frères et nos soeurs afin de nous conduite au Christ.

Les grains de cristal

Ils représentent les ruisseaux, les fleuves et les rivières de toute la terre. Sur ces grains, nous demanderons à la la Sainte Trinité, Père, Fils et Saint Esprit, par l'intercession de Kateri, en restaurer la beauté et la limpidité, ainsi que celle de nos ciels, forêts, déserts et l'air que nous respirons.

Pour acquérir le Chapelet de la Bienheureuse Kateri Tekakwitha,

cliquer sur le lien suivant:

http://www.katerishrine.com/giftshop.htm

St__Kateri_Tekawitha
Prière pour la Canonisation de la Bienheureuse Kateri Tekakwitha

Dieu, qui, parmi les multiples merveilles de ta grâce dans le nouveau monde, as fait fleurir sur les rives de la Mohawk et du Saint-Laurent le pur et tendre Lys, Kateri Tekakwitha, daigne nous accorder la grâce que nous te demandons par son intercession; afin que cette petite amante de Jésus et de sa croix soit élevée au rang des Saints par notre Mère la sainte Église et nous attire plus vivement à l'imitation de son innocence et de sa foi. Par le même Jésus-Christ Notre-Seigneur. Amen.

Réciter un Notre Père, un je te salue Marie, et trois Gloire au Père.

lmprimatur
+ Bernard Hubert, Évêque de Saint-Jean-de-Québec

Relations de grâces

Cause de Kateri, C.P. 70,  Kahnawaké, QC J0L 1B0, Canada


Le Vice-Postulateur Centre Kateri, C.P. 70 Kahnawaké (Québec) J0L lB0

portrait2

Pour approfondir

Parmi les nombreux site existants, je vous invite à visiter ceux-ci

www.kateritekakwitha.org

www.kateritekakwitha.me.uk

www.thelifeofkateritekakwitha.net

sanctuaires de la Bienheureuse Kateri

http://users.mmic.net/maranatha/Sanctuaire.html

www.katerishrine.com

22 janvier 2009

Un conte pour les enfants par le Père Marie-Antoine de Lavaur

Num_riser0012__3_

Un conte pour enfants du Père Marie-Antoine de Lavaur

Dans toutes les missions que le Père Marie Antoine de Lavaur a prêché, le jeudi était consacré aux enfants. Pour eux, il a inventé de délicieux contes de fées, comme celui de la petite voiture en or qui mène Henri au Paradis... chute aussi émouvante qu'inattendue. Voici donc le texte de ce conte...


La petite voiture d’or


Le petit Henri est un enfant sage. Chaque matin, quand il se lève, il se met à genoux au pied de son lit, il joint les mains, il ferme les yeux et aussitôt voici qu'une petite voiture d'or est devant lui, et un ange pour lui ouvrir la portière, puis la refermer. La voiture part, elle quitte la chambre, traverse les rues où de petits enfants courent déjà pour jouer, pour aller à l'école. Ils regardent émerveillés et disent: « Mais qu'y a-t-il dans cette petite voiture d'or?» La voiture monte, monte, et les oiseaux qui chantent et les fleurs des champs se disent en la voyant: «Qu'y a-t-il dans cette voiture d'or?» EIle traverse les nuages qui se posent la même question. Mais les stores sont baissés. On ne sait qui est dedans. Puis ce sont les étoiles du ciel, au milieu desquelles passe la voiture plus brillante que la plus brillante d’entre elles. Elles voudraient bien savoir qui se trouve dans cette belle voiture. La voiture arrive au paradis. Les anges s'écartent: “Place à la petite voiture d'or !” La Vierge Marie la recoit, ouvre la portière, et les anges, les étoiles, les nuages, les fleurs voient sortir.... l'âme du petit Henri. La voilà maintenant aux pieds du bon Dieu qui l'embrasse et la bénit. Le petit Henri est toujours agenouillé au pied de son lit; mais il n'y a que son corps. Son âme est là haut, au ciel. Dieu la comble de caresses et de cadeaux, dont la voiture d'or est toute remplie. L'âme y rentre de nouveau et revient sur la terre. Henri se relève. Il a fini sa prière.

Texte extrait du site de l'Association pour la mémoire du P. M. Antoine

PMA_65ans

Site de l'Association pour la Mémoire du Père Marie Antoine de Lavaur

http://a.p.m.a.free.fr

16 janvier 2009

Le Serviteur de Dieu Alphonsus Lambe

2286631387_dd72904eee

Le Serviteur de Dieu Alphonsus Lambe

1932-1959

Le Serviteur de Dieu Alphonsus Lambe, connu sous le diminutif d'Alfie, est né à Tullamore, en Irlande, en la fête de saint Jean-le-Baptiste, le vendredi 24 juin 1932, pendant le Congrès Eucharistique International qui s'est tenu à Dublin. Comme saint Jean, il fut un précurseur - précurseur de la Légion de Marie qui a été décrite par le Pape Paul VI comme "le plus grand mouvement qui a été fondé pour le bien des âmes depuis l'ère des grands ordres religieux". Après avoir passé une partie de sa jeunesse dans le noviciat des "Irish Christian Brothers", il le quitte en raison de sa santé délicate; il trouve sa vocation dans la Légion de Marie et est nommé "Envoyé" en 1953. Il part, cette année-là, pour Bogota, en Colombie, avec Seamus Grace, en la fête de Notre-Dame du Mont-Carmel (16 juillet). Pendant presque six ans, il travaille sans cesse en faisant connaître la Légion de Marie en Colombie, en Argentine, en Equateur, en Uruguay et au Brésil. Après une brève maladie, il meurt à Buenos Aires le jour de la sainte Agnès, le 21 janvier 1959. Dieu lui avait accordé de grands dons naturels, une personnalité qui attire les âmes à l'amour et au service de Dieu, un enthousiasme contagieux et des facilités pour apprendre les langues qui lui ont permis, rapidement, de parler couramment l'espagnol et le portugais. Pendant ces années passées en Amérique du Sud, il a fondé un grand nombre de groupes de Légion de Marie, et a entraîné de très nombreuses personnes dans l'apostolat de la Légion. Sa dévotion à Marie était exceptionnelle; dans les contacts avec les légionnaires et d'autres personnes, il expliquait et incitait à la pratique de la Vraie Dévotion à la Sainte Vierge. Il est enterré dans le caveau des "Irish Christian Brothers", dans le Cimetière Ricoleta à Buenos Aires.

Prière pour la Béatification d'Alphonsus Lambe

Ô Dieu, dans ton infinie miséricorde, Tu as enflammé le cœur de ton serviteur Alphonsus Lambe d'un amour ardent pour Toi et pour Marie notre Mère. Un amour qui s'est manifesté dans une vie de travail intense, de prière et de sacrifice pour le salut des âmes. Accorde-nous, si telle est ta volonté, d'obtenir par son intercession, ce que nous ne pouvons obtenir par nos propres mérites. Nous te le demandons par Jésus-Christ notre Seigneur. Amen.

Le Concilium de la Légion de Marie serait reconnaissant d'être informé des grâces reçues par l'intercession d'Alphonsus.

Legion of Mary

De Montfort House

Morning Star Avenue

Brunswick Street

DUBLIN 7 (Irlande)

www.legion-of-mary.ie

Légion de Marie

43 rue Boileau

F 75016 PARIS

http://legion-de-marie.org