12 mai 2021

Le Mois de Marie de N.D. de Fatima

Le Mois de Marie

de Notre Dame du Rosaire de Fatima

 

037_001

 

Treizième jour


Lecture

 

Enfin arrivait l’automne, et la douce mélancolie de la lumière mourante, avec la chute des feuilles. Le 13 octobre allait venir, où, pour la dernière fois, l'Apparition se manifesterait aux trois petits voyants. Elle leur avait demandé s'ils consentaient à venir, dans ce lieu, durant six mois de suite. Ils avaient vaillamment tenu leur promesse. Était-il concevable que ce charme qui les avait pris tout entiers puisse être rompu ? que le petit bouquet d’yeuses ne frissonne plus au contact céleste des pieds nus de Notre Dame ?

Beaucoup de personnes se promettaient d’accompagner les enfants, à cette ultime manifestation de Notre Dame et souffraient, au fond de leur cœur, de voir finir ces visites qui les consolaient. Notre Dame était invisible sans doute à leurs yeux, mais quoique cachée sa céleste présence faisait palpiter leurs cœurs doucement émus. Les pèlerins de septembre avaient tellement répandu, aux quatre coins du Portugal, leurs impressions profondes, que la renommée de Fatima était irrésistible. Chacun avait emporté quelques souvenirs rustiques, des feuilles, de petites branches du bouquet d’yeuses. Objets bien simples mais tellement précieux pour ces croyants ! Heureusement, il y eut des gardiens bénévoles pour empêcher sévèrement de cueillir rameaux cet feuilles, sans quoi il ne serait rien resté debout du petit bouquet d’yeuses.

Le 13 octobre, à l’aube, commença à affluer la foule de pèlerins, à la Cova d’Iria. Une émulation compréhensive pour ceux qui voulaient avoir une bonne place, à côté du bouquet d’yeuses, avait précipité la marche du cortège qui s'était massé tellement dense à cet endroit, qu'il fallut ouvrir un passage pour les trois petits voyants. Enfin, ils purent passer. En tête, et un peu plus grande que ses deux compagnons, venait Lucie. On la reconnaissait bien à sa figure brune, à sa grande bouche, à ses yeux pleins de vivacité et à sa démarche campagnarde. Ensuite venait Jacinthe, plus petite et un peu intimidée par tout ce monde. François la suivait, pressant ses petits pas, mais un peu gêné par ses sabots. Petites âmes ingénues, remplies d’une douce confiance en Marie en venant à l'invite de la Reine du Ciel.

S’étant rapprochés du bouquet d’yeuses, les enfants s’agenouillèrent et commencèrent à réciter le chapelet. Lucie fit un beau signe de croix et dit à haute voix : « Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit ». Aussitôt, tous les assistants tombèrent à genoux et répondirent à la prière qu’elle faisait de sa petite voix bien claire. C'était comme un doux murmure s'étendant jusqu'à l’extrémité de la Cova d’Iria.

Au bout de quelques instants, tout d’un coup, la petite voix s'arrêta, l’Apparition était là. La foule l’avait compris et elle continuait à prier en silence. De nouveau, des milliers de mains s’élevèrent chargées de chapelets, comme pour aider leurs supplications à monter vers Marie, à côté d’eux, invisible au-dessus du petit bouquet d’yeuses.

Combien de larmes ruisselaient le long des joues ! Lucie semblait triste. Elle dira, plus tard, que le visage de Notre-Dame avait une expression de profonde tristesse et qu'Elle lui fit l’instante recommandation de demander pardon à Dieu de tous les péchés qui se commettent et de prier pour les âmes les plus nécessiteuses.

Ne s’agirait-il pas là de celles méritant l’enfer et qu’il faut arracher à cette perspective angoissante ?

Cette tristesse, empreinte sur le visage de Marie, indiquait le besoin de pénitence, pour le rachat des âmes pécheresses. La Mère du Christ n’était pas, hélas ! sans savoir ce que le péché a coûté de souffrances, à son Divin Fils, et à Elle-même, de larmes ! Elle voulait inculquer aux enfants l’horreur du péché, en leur dévoilant sa tristesse.

On pourrait établir un parallélisme étroit entre cette tristesse de Marie, manifestée aux trois petits voyants de Fatima, et celle manifestée à la voyante de Lourdes, le jour du miracle du Cierge, le 21 février 1858, jour de la sixième Apparition. « Le visage de Bernadette prit soudain une expression de profonde tristesse et des larmes glissèrent sur ses joues. Elle venait d'entendre l’Apparition proférer avec un soupir profond : Priez pour les pécheurs ! » (Histoire des apparitions de Lourdes par Henri Lasserre) Ce sera encore un message de tristesse miséricordieuse qu’elle donnera aux voyants de La Salette.

Cette tristesse profonde de Notre Dame manifestée aux trois petits bergers de Fatima montre éloquemment que, pour la Mère immaculée de Jésus, comme pour son Fils, le Divin Soleil de Justice, il n’est pas de plus profonde disgrâce pour l’homme que celle d’avoir offensé Dieu, son Créateur, son Souverain Seigneur et le meilleur des Pères.


Réflexions

 

Marie veut, dans toutes ces apparitions, frapper l’esprit et le cœur de ses confidents pour leur faire bien comprendre que, parmi tous les malheurs qui peuvent s’abattre sur l’homme, il n’y en a pas de plus grand que le péché.

 

I. Pourquoi le péché est-il le plus grand de tous les malheurs ?


Parce que, nous répond Saint Thomas, le péché est le mal de Dieu et le mal de l’homme.

a) Le mal de Dieu, car c’est le néant rebelle et armé qui s'attaque à la Toute-Puissance divine et voudrait l’anéantir. Le pécheur est un fils révolté contre son père ; c’est surtout un ingrat qui se sert de tous les biens reçus du Créateur pour l’outrager. Il profane son esprit, son imagination, son cœur, ses yeux, ses oreilles, sa langue, ses mains, tout son être créé par Dieu.

b) Le péché est aussi le mal de l'homme. - Le péché est l’œuvre de Satan qui « a été homicide dès le commencement » (Jean, 8, 44). Dieu a voulu le bonheur de l’homme, « même dans la vie présente », (1 Tim., 4, 8.) C’est pourquoi, dans sa sagesse infinie, « Il a tout disposé suavement quoique avec force ». (Sag., 8, 1.) Et, à cet effet, il a donné à l’homme des commandements, dont l’obéissance doit lui procurer ce bonheur, non seulement dans l’autre monde, mais même ici-bas. Or, l'erreur du pécheur est de croire qu'il réalisera ce bonheur en lâchant les rênes à la nature mauvaise et à toutes les passions, tandis que l’obéissance aux commandements l’en empêche, Alors, loin de réaliser le bonheur, il forge de ses propres mains la chaîne de son esclavage. Il souffre de son orgueil ; de son avarice ; du péché de la chair et de ses conséquences tragiques ; de l'envie ; de la gourmandise ; de la colère qui détermine, dans les glandes endocrines, des décharges d’adrénaline qui intoxiquent l'organisme ; de la paresse, enfin, génératrice de tous les vices. « Les peuples les plus heureux sont ceux qui observent le plus fidèlement le Décalogue ». (Le Play).

 

II. Comment conjurer le mal du péché ?


a) Moyen thrapeutique. - Le bon usage du sacrement de Pénitence. C’est le bain d’or de la grâce divine où l’âme se purifie de ses taches.

b) Moyen prophylactique. - Il faut éviter toute contagion morbide. Par là, comprenons la fuite de tout ce qui peut devenir une occasion volontaire de pécher. « Celui qui cherche le danger y périra ». Notre-Seigneur nous demande de veiller sur nous. (Marc 14, 38).

c) Le moyen tonique. - Notre-Seigneur nous l’indique : « Priez ! »

La prière est l’adjuvant puissant qui nous rend forts de la force même de Dieu. « Veillez et priez afin que vous n’entriez pas en tentation » (Matt., 26, 41). La vigilance dépend de nous, maïs la victoire dépend de Dieu. Or, par la prière, nous mettons Dieu avec nous, et « si Dieu est pour nous qui pourra quelque chose contre nous ? » (Rom., 8, 31).

 

img001


(On peut réciter les litanies de N.D. de Fatima ou simplement l’oraison et, ainsi, terminer chaque exercice)

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Marie de ND de Fatima,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 


11 mai 2021

Le Mois de Marie de N.D. de Fatima

Le Mois de Marie

de Notre Dame du Rosaire de Fatima

 

892_001 (2)

 

Douzième jour

 

Lecture


La renommée de Fatima augmentait de jour en jour et s’étendait aux contrées les plus lointaines. Ainsi, la presse anti-cléricale contribua, à sa manière, à faire une réclame bien involontaire aux Apparitions. La prison des trois enfants eut un écho retentissant. Les catholiques trouvaient étrange l’usage de cette liberté à sens unique. D’un autre côté, les ignorants (et même - disait-on - les incrédules que le sectarisme n’aveuglait pas) trouvaient ces procédés, vis-à-vis des enfants, quelque peu excessifs et de nature à compromettre leur cause.

Tout ce bruit considérable, autour de Fatima, attira une foule énorme à la Cova d’Iria, le 13 septembre, composée de pèlerins et de curieux pacifiques. Les craintes, manifestées par la presse de l’opposition, d’un conflit possible étaient inconsistantes et sans fondement.

La multitude qui s’écrasait à la Cova d’Iria était bigarrée au possible. C’étaient des campagnards venus du fond de toutes les provinces, avec des costumes d’une étonnante variété et des physionomies pittoresques, mais une même âme vibrait sous tant d'appareils divers : l’âme chrétienne généreuse et loyale du Portugal. Toute cette multitude se tenait agenouillée auprès du bouquet d’yeuses où s'étaient agenouillés aussi les petits voyants. Elle venait communier, dans la prière, avec la Vision céleste dont les trois heureux enfants jouissaient. La Vierge se montrait à eux dans ce même lieu, au-dessus du bouquet d’arbustes. Lucie, François, Jacinthe l’entendaient et la voyaient.

Le peuple n’avait pas ce bonheur, mais il sentait la présence de Notre Dame. Elle était là... tout près, quoique invisible…

Lucie, de sa voix menue, mais claire, récitait à ce moment le Rosaire. Toute l’assemblée, d’une même voix, lui répondait. Que de bras se tendaient vers le ciel, tenant le chapelet que les doigts égrenaient ! Que de douces larmes coulaient le long des joues ! Que de supplications montaient ardentes vers Notre Dame ! Chacun lui confiait ses peines, ses préoccupations, ses besoins.

« Je vous salue, Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous », disait Lucie avec assurance… Et tout le peuple répondait avec ferveur : « Sainte Marie…, priez pour nous... pour les parents, pour les enfants, pour les pécheurs. maintenant, mais surtout à l'heure de la mort, qui décide de toute l’éternité ».

À la fin de chaque dizaine, c'était la prière de glorification de la Trinité sainte : « Gloire au Père qui nous a créés, au Fils qui nous a rachetés, au Saint-Esprit qui nous a sanctifiés ».

Ensuite, après l’énoncé de chaque mystère du Rosaire, c'était le « Notre Père » que la petite bergère détaillait avec tout son cœur, l’incomparable prière que Jésus enseigna lui-même, mot par mot, aux Apôtres. Ils lui avaient dit, un jour : « Vous nous parlez toujours de prière, mais enseignez-nous à prier. - Quand vous prierez, vous direz : Notre Père qui êtes aux cieux... » (et le reste).

Lucie, après avoir commencé le « Notre Père », s’interrompit dans une sorte d’extase, saisie d'émotion par l'intensité de la Vision.

À ce moment, les fidèles qui avaient emporté des gerbes de fleurs, en un geste touchant de piété filiale, se mettent à les jeter vers le bouquet d’yeuses, à l'adresse de la Vierge dont ils devinent la présence. Cet envol de pétales était comme le symbole de milliers de cœurs qui se donnaient à Marie. La multitude n’avait pu contenir davantage son enthousiasme.

« Bénie soit la Mère de Dieu ! » lança une voix avec émotion. Toute la foule répéta le même cri. « Bénie soit la Vierge Marie ! » reprit la voix. De nouveau, la foule répéta la même acclamation. Et la litanie se continua, avec l'impulsion d’une vivante foi, s’amplifiant à mesure, tel le flot de l’océan, suivi d’un autre flot, qui le suit, le chevauche, le dépasse et vient déferler sur le rivage, couronné de blanche écume.

La manifestation, spontanée et puissante de la foule, se calma peu à peu, lorsque les enfants, après la fin de la vision, se levèrent pour rentrer à la maison. L’impulsion venait d’être donnée, puissante, irrésistible.

Notre Dame n’aura qu’à accentuer son désir pour que Fatima devienne un centre de prière intense, de méditation et de piété. Le terrain d’action est déjà préparé. Quatre mois à peine sont passés, depuis la première apparition. Déjà, le désir de Notre Dame est devenu une réalité. Elle ne fera que se développer d’année en année.

 

Réflexions

 

Le premier mouvement de la foule qui accompagna la venue des petits voyants à la Cova d’Iria fut de tomber à genoux auprès de l’endroit de l’Apparition et de prier. L'homme est naturellement religieux et, quand bien même il ne serait pas chrétien, il sent qu’il est petit et faible et qu'il doit s'appuyer sur le secours de la Divinité.

Il faut prier. - Adorer Dieu est une nécessité de l'âme, pour reconnaître son souverain domaine sur nous et notre entière dépendance à son égard.

L'homme doit rendre grâce à Dieu comme au suprême bienfaiteur, à qui l’humanité est redevable de tous les biens qu’elle a reçus. « Remercions le Tout-Puissant de ses dons inénarrables » (Cor, 9, 15).

Dans la prière, l’homme remplit le triple devoir de la réparation, en reconnaissant ses fautes, en gémissant sur ses faiblesses, et en acceptant généreusement les épreuves de la vie. La prière est en quelque sorte la respiration de l’âme. Par analogie avec le mécanisme de la respiration du corps, dans la prière, l’âme aspire l’air vivifiant de la grâce, et elle rejette tout ce qui serait de nature à l’asphyxier moralement : le péché et les défauts qui sont sources de péchés. Et comme nous avons besoin de Lui, allons Lui demander ce dont nous avons besoin. Prière intéressée sans doute, mais le Seigneur consent à l’accueillir si nous savons la Lui adresser avec humilité et confiance.

Il faut prier sans cesse, de la même façon que notre corps respire, constamment, sans arrêt, sinon ce serait la mort. Le Maître divin l’a dit : « Il faut toujours prier et ne jamais se lasser ». (Luc 18, 1).

a) D'abord, assurons l'essentiel de la piété, faisant cadrer nos devoirs religieux avec nos devoirs d'état. En regard de quelques minutes par jour accordées à l'âme, nous accordons des heures aux soins du corps périssable.

b) Offrons à Dieu, tous les matins, notre travail, nos souffrances avec tout notre cœur, et cette journée de travail et de souffrance sera une prière continuelle et un acte d'amour non interrompu, « avec les mêmes sentiments dont Jésus-Christ a été rempli ». (Phil., 2, 5).

Conditions d’une bonne prière. - Saint Augustin répond à l’objection de ceux qui se découragent et abandonnent la prière parce que, disent-ils, Dieu fait la sourde oreille à leurs demandes. Ce n’est pas la puissance de Dieu, ni sa bonté qu'il faut accuser, mais plutôt les mauvaises dispositions de l’homme. Nous ne sommes pas exaucés, dit Saint Augustin, pour les raisons suivantes :

1° Parce que nous demandons des choses mauvaises, non pas en elles-mêmes, mais par rapport à nous qui les demandons, ou à ceux pour qui nous les demandons. Demandons ces biens à Dieu, à condition de nous soumettre par avance « à sa sainte Volonté, qui doit être faite en toutes choses ». (Matt., 6, 10).

2° Nous demandons mal, sans attention, de façon routinière, sans humilité ni confiance.

3° Nous sommes mauvais par rapport à Dieu et au prochain ; par rapport à Dieu, quand nous l’invoquons et que nous avons perdu la grâce par le péché. Mauvais par rapport au prochain : n’avons-nous pas manqué bien souvent à la charité fraternelle ? « Si lorsque tu présente ton offrande à l’autel, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande et va d’abord te réconcilier avec ton frère ; puis viens présenter ton offrande » (Matt., 5, 23).

Demandons à Notre Dame de Fatima de nous aider à bien prier son Divin Fils, afin que nos supplications, partant d’un cœur sincère, soient bien agréées par le Seigneur, pour sa plus grande gloire et le bien du prochain.

 

img001


(On peut réciter les litanies de N.D. de Fatima ou simplement l’oraison et, ainsi, terminer l'exercice)

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Marie de ND de Fatima,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

10 mai 2021

Le Mois de Marie de N.D. de Fatima

Le Mois de Marie

de Notre Dame du Rosaire de Fatima

 

Dessin-NDame-Fatima-3Bergers-010

 

Onzième jour

 

Lecture


Nous sommes au 13 juillet. Notre Dame est apparue deux fois aux voyants de Fatima. La nouvelle s’en est répandue au loin, à des lieues à la ronde, et il vient beaucoup de visiteurs à la Cova d'Iria, les uns par curiosité, les autres mus par un sentiment de piété, Plusieurs apportent des ex-votos, en témoignage de gratitude pour les grâces obtenues et les suspendent aux branches des arbustes du lieu des Apparitions, D’autres pèlerins ont construit un oratoire rustique avec des nattes de paille, afin de mettre à l'abri les objets apportés. La dévotion à Notre Dame se développait de jour en pour, mais ce jour-là, 13 juillet, la foule des pèlerins était énorme. Les gens venaient surtout du dehors, car ceux du pays étaient paralysés par le respect humain.

C'était pendant cette époque troublée de la Révolution portugaise qui bouleversa le régime politique du pays.

Les sociétés secrètes avaient travaillé les esprits et semé l’incrédulité. Dans cette atmosphère d’agnosticisme et de laïcisme, disparaissait le respect pour les personnes religieuses et pour toutes les choses saintes. Les pères des petits voyants étaient ridiculisés et déconsidérés. On attaquait l’Église, on la persécutait moralement par de diaboliques intrigues. Le martyre qu’on lui infligeait sans être sanglant n’en était pas moins réel. Les autorités du pays furent considérées comme responsables des prétendues « manœuvres cléricales ». C’était une absurdité, du moment que le curé de l’endroit n’ajoutait pas foi aux Apparitions, et était résolument opposé à toute manifestation à Fatima.

Cependant, sous couleur de rendre service à la bonne cause, les autorités locales firent arrêter par la police Lucie, François et Jacinthe, le matin du 13 août, qui était annoncé pour la quatrième entrevue de Notre Dame, et conduire au Palais de l'Administration du Conseil de Vila Nova de Ourem. Par d’habiles questions et d’alléchantes promesses, les chefs tentèrent d’arracher aux enfants quelques paroles, afin de les faire tomber en contradiction les uns avec les autres. Ce fut peine perdue. Alors, ils employèrent la menace pour terroriser les petits et les obliger à avouer qu'ils avaient inventé l’histoire des Apparitions. Finalement, ils déclarèrent qu’ils voulaient bien s’en tenir là, mais à la condition que les enfants leur disent au moins une parole du soi-disant « Secret ». Mais rien ne put ébranler la courageuse résolution de ces petits enfants de huit, neuf et dix ans. Ils demeurèrent hermétiquement silencieux.

Jugeant inutile de prolonger leur détention, au bout de deux jours, l’Administrateur relâcha les trois petits prisonniers, et fit venir leurs familles. Notre Dame ne put se manifester aux enfants le 13 août, puisqu'il leur était matériellement impossible d’être présents au rendez-vous.

L’Apparition eu lieu, six jours après, à Valinhos, autre bosquet d’yeuses, près d’Aljustrel, où les enfants gardaient, ce jour-là, les troupeaux de brebis.

Les autorités locales venaient de donner un fâcheux exemple, et l'exemple est contagieux, surtout quand il part de haut. C’est pourquoi quelques esprits forts de Santarem pensèrent que tout leur était désormais permis. Quelques jours après l'arrestation des petits voyants, conduits par un déséquilibré, ils s’emparèrent de tous les objets dont la piété populaire avait orné le modeste oratoire, et les portèrent, dans une parodie de procession, à travers les rues de la ville. La police ferma les yeux car elle savait que cette manifestation comblait d’aise les dirigeants politiques, pour qui les apparitions étaient des « mystifications perpétrées sous le manteau de la religion ». Dans le même temps, la presse anti-religieuse faisait campagne contre « l’affaire de Fatima, manœuvre de la réaction qu’il fallait étouffer dans l’œuf, pour ne pas voir ressusciter le gouvernement des cléricaux ». Le leitmotive de tous les journaux anti-religieux se terminait ainsi comme un « delenda » de Caton l'Ancien : « Il faut qu’on interdise toutes ces manifestations de Fatima, sans quoi nous ne répondons pas des désordres inévitables, et peut-être sanglants, qui en seront la conséquence. Les catholiques ont leurs églises. Point n’est besoin de la Cova d’Iria pour aller à la messe ». Ils terminaient ainsi : « Nous le rappelons, pour la sauvegarde de la paix publique ».

Aurait-on jamais pensé qu’un endroit, où des pacifiques chrétiens se réunissaient pour réciter le chapelet, qui n’était point un lieu public, mais un champ désert, pourrait tout d’un coup devenir un lieu tellement dangereux que la paix publique menaçait d’être compromise ?

C’est ce que prophétisaient ces augures à courte vue. Nous verrons comment la Reine du Ciel en décidera bien autrement.


Réflexions


Les persécutions sont dans l’ordre des choses de la Mystique chrétienne. Les grandes causes portent toujours l’empreinte douloureuse du sacrifice. C’est d’ailleurs leur marque la plus authentique. « Le disciple n'est pas au-dessus du Maître » (Luc 6, 40.) Le Maître a été persécuté, torturé et pendu au gibet d’infamie. Ses disciples ne seront pas épargnés.

Lorsque l'Enfant-Jésus fut porté au Temple, le vieillard Siméon le reçut entre ses bras et, après avoir chanté son « Nunc dimittis », le remettant à Marie, il lui dit : « Cet Enfant sera un signe de contradiction, et un glaive transpercera votre âme » (Luc 2, 34). C’est pourquoi Jésus et tout ce qui touche à Jésus ne cessera jamais d’être en butte à la contradiction.

Sans doute, il a eu des amis fidèles, à commencer par ses apôtres et ses disciples. Il a joui de l'amitié de ses intimes, à Béthanie. Il a vu accourir à Lui les âmes avides de l’entendre, les enfants au cœur pur. Mais il a eu des ennemis irréductibles. Leur haine fut cause de sa mort. Il ressuscite et monte au Ciel. Jésus, « signe de contradiction », aura-t-il cessé de l'être ? Pas encore. « Ce signe est placé si haut, dit le P. Rose, qu’il attire tous les regards. Les hommes qui le voient sont appelés à le juger et à se prononcer à ce sujet ».

Jusqu'à la fin des temps, autour de ce signe, l’humanité sera divisée en deux camps : celui des amis et celui des ennemis.

1° Les amis de Jésus, aujourd’hui, comme jadis, ce sont les petits enfants qu’Il appelle. Quelquefois, son regard se pose sur un jeune homme : « Viens, sois mon prêtre ! sois mon apôtre ! » Tantôt, il appelle une jeune fille : « Viens, sois mon épouse mystique ! » Il y a ces chrétiens et ces chrétiennes de nos paroisses qui, par amour pour Lui, sont fidèles à accomplir leur devoir d'état, soumis filialement à sa sainte volonté, se retrempant dans la prière, l’assistance à la Sainte Messe, la pratique de la confession et de la communion fréquente.

2° Les ennemis de Jésus, comme autrefois, se dressent toujours contre lui. Il y a les indifférents dont tous les prétextes sont plausibles, à leur gré, pour refuser l'invitation au festin eucharistique.

Il y a les trembleurs qui ont peur d’être mal jugés ou molestés s’ils se déclarent pour le Christ, en allant à la messe et à confesse, en choisissant, pour leurs enfants, des maîtres chrétiens, Comme Pilate, ils ont peur de n’être pas « les amis de César » (Jean 19, 12). Aussi, pour eux, hélas ! se réalisera la menace de Jésus : « Celui qui n'aura renié devant les hommes, je le renierai devant mon Père ». (Mat., 10, 33).

Il y a les jouisseurs sensuels qui, tel Hérode, se moquent de Jésus en jetant sur ses épaules le manteau blanc des fous, tournent en dérision la Religion et ses ministres, pour se venger des condamnations que leur inflige la Morale chrétienne.

Il y a enfin les haineux, qui, tel Caïphe, voudraient, s'ils le pouvaient, détruire l’Église. Comme les démons « qui croient et grincent des dents » (Jac., 2, 19), ils se les briseront contre le roc infrangible de l’Église.

Prions Notre Dame du Rosaire, qu’elle entende les supplications de millions d’âmes, afin que sa venue, sur ce coin béni de Fatima, devienne pour le plus grand nombre un signe de salut éternel.

 

img001


(On peut réciter les litanies de N.D. de Fatima ou simplement l’oraison et, ainsi, terminer chaque exercice)

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Marie de ND de Fatima,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

 

 

09 mai 2021

Le Mois de Marie de N.D. de Fatima

Le Mois de Marie

de Notre Dame du Rosaire de Fatima

 

Sts Francesco et Jacinta Marto

 

Dixième jour

Lecture


Parmi toutes les souffrances intimes de Lucie, la plus douloureuse était d’en arriver à douter elle-même de la réalité du caractère surnaturel des apparitions.

François et Jacinthe sont morts sans avoir pu nous communiquer ce qui se passait dans leur for intérieur. Il est possible qu’ils aient enduré des amertumes secrètes, mais nous n’avons pu le savoir. D'ailleurs, c’est avec la maturité de l’âge que la faculté d’introspection entre en jeu et nous permet d'analyser nos sentiments.

Lucie nous laisse deviner ses impressions durant cette période des apparitions. Elle souffre de toute manière : de l’incrédulité des siens, des critiques ouvertes ou sournoises des petites gens du village, de la souffrance de son père et de son oncle ; mais surtout de désolation intérieure. Ceux qui auraient dû la consoler l’abandonnaient les uns après les autres. Sa mère la traitait d’intrigante. Les personnes pieuses faisaient un détour pour ne pas passer devant sa maison, afin d’éviter un sujet de conversation si brûlant.

D'un autre côté, si quelqu'un acceptait de voir Lucie, c'était pour elle, une source de tentations. On se laissait aller, en sa présence, à un enthousiasme de mysticisme. On entourait sa petite personne de marques de vénération qui pouvaient lui donner des pensées de vaine gloire. Finalement, toutes ces démonstrations lui étaient visiblement à charge. Elle pensait, avec juste raison, qu’il est dangereux de voisiner avec le démon de la vanité. Pour comble, la pauvre petite se vit désavouer ouvertement par son propre curé.

Il manda au presbytère Antonio et Marto et les morigéna sur ce qu’il appelait « la louche aventure de leurs enfants », protestant de toutes ses forces contre cette « mystification » intempestive.

« Et cependant, monsieur le Curé, hasarda Antonio Santos, si c'était vrai ? - Mon pauvre Antonio, s’écrie le Curé, en levant les bras et en regardant son partenaire, les yeux dans les yeux, vous êtes-vous imaginé que le Ciel va se déranger pour venir rendre visite à notre pauvre village ? »

Et avec une pointe de malice, il ajouta : « Et jeter son dévolu sur une bicoque de « potiron » ? - Alors, qu'est-ce qu’il faut faire, monsieur le Curé ? Si nous empêchons les petits d’aller à la Cova d’Iria, ils tomberont malades. - Bah ! fit le Curé, tout ça se tassera. En tout cas, en tant que curé de cette paroisse, je vous interdis d'accompagner là-bas vos enfants ».

Lucie, se voyant désavouée par la plus haute autorité morale de l’endroit, qui représentait l’Evêque, commença à avoir quelque doute sur la réalité de l’Apparition. Elle avait peur d’avoir été induite en erreur. « Et si j'avais été victime d’une illusion ? », songeait-elle, pleine d’angoisse.

Alors, elle éclatait en sanglots. Ensuite, après avoir essuyé ses larmes, elle se mettait à genoux, elle priait de longs moments et puis elle se relevait plus calme, ayant retrouvé sa confiance. « Il n’est pas possible, se disait-elle, que nous nous trompions, tous les trois, puisque François et Jacinthe ont vu Notre-Dame comme je L’ai vue moi-même ».

« Oh ! cette lumière ! cette lumière ! Non, ce n’était pas l’œuvre d’un sorcier, ni d’un démon... O mienne Notre-Dame, venez à mon secours. Si c’est bien vous qui nous êtes apparue, comme je le crois, à la Cova d’Iria, daignez vous faire mieux connaître, afin de dissiper le doute qui envahit mon âme ». Elle repoussait ainsi les tentations d’incrédulité, et elle se donnait ensuite à son labeur. Notre-Dame la soutenait dans ces pénibles tentations qui se répétaient tous les jours, avec des alternatives d’abattement et d’élan. Mais, en fin de compte, Lucie finissait par triompher des attaques qui torturaient son cœur.

Cependant, cette lutte morale ne laissait pas d’influencer le physique. Par ces combats intérieurs, l’enfant s’entraînait à supporter les luttes extérieures qui se préparaient, L’ennemi s’agitait visiblement, pour empêcher que Fatima ne devienne un centre de prière et de missions, selon le désir certain de Notre-Dame. Mais Dieu est plus fort que le démon, serpent infernal, et la Femme bénie entre toutes les femmes saura, une fois de plus, lui écraser la tête.


Réflexions


Lucie fut un moment tentée de douter de la réalité des apparitions. Il ne faut pas s'étonner d’être tenté, puisque les saints l’ont été, Plus ils étaient saints, plus le démon s’acharnait sur eux. La cognée du bûcheron ne s’attaque pas à un arbre vermoulu. Deux pensées sont à retenir : 1° la tentation n’est pas le mal ; 2° elle peut devenir un bien, Nous verrons à quelles conditions.

1° La tentation n’est pas le mal. - Ce qui est mal, ce n’est pas de sentir la tentation, mais de consentir à faire le mal. Saint François de Sales l’exprime nettement dans « l’Introduction à la Vie dévote » : « Notre victoire ne consiste pas à ne pas sentir, mais à ne pas consentir ». Si sentir la tentation était un péché, Notre Seigneur n'aurait jamais voulu que le Démon vienne le tenter, dans le désert, Or, il supporte l’épreuve. Saint Grégoire, dans la seizième homélie sur l'Evangile, ne trouve pas qu'il y eut « inconvenance à ce que notre Rédempteur souffrit la tentation. Il était juste qu’il fut vainqueur de nos tentations par la sienne comme par sa mort, il devait vaincre notre mort ». Le démon le tente par la sensualité, puis par la gloriole, enfin par l'amour des biens et de la gloire. Jésus le repousse et Satan est vaincu. La tentation fut purement extérieure, et son âme n’en fut nullement troublée.

2° La tentation peut devenir un bien : a) par rapport à Dieu qui est glorifié par la résistance de celui qui ne veut pas consentir, montrant ainsi que son amour pour Dieu l’emporte sur tout le reste ; b) la tentation est un bien pour chacun de nous. « Quoique importunes et pénibles, les tentations ne laissent pas d’être souvent très utiles à l’homme parce qu’elles l’humilient, le purifient et l’instruisent ». (Imit., l. I, 13, XIII, 2).

3° À quelles conditions la tentation sera profitables ? Le Divin Maître nous l’a enseigné au Jardin de Gethsémani. « Veillez et priez, dit-il à ses apôtres, afin de ne pas tomber en tentation ». (Mat., 26, 41).

a) Avant la tentation : veiller et surtout prévenir. Le proverbe le dit : « Il vaut mieux prévenir le mal que le guérir ». Ne soyons pas présomptueux. La présomption a perdu le malheureux Pierre qui a renié son Maître. Souvenons-nous du conseil de l’Apôtre : « Que celui qui croit être debout prenne garde de tomber ». (1 Cor., 10, 12). L’Apôtre nous prêche la confiance : « Dieu qui est fidèle ne permettra pas que vous soyez tentés au delà de vos forces ; mais, avec la tentation, il préparera le moyen d’en sortir afin que vous puissiez la supporter ». (1 Cor., 10, 13).

Prévenir, c’est éviter les occasions volontaires de pécher : personnes, choses, circonstances, compagnies douteuses, lectures troublantes, divertissements de théâtre ou cinéma, etc., que notre propre expérience ou celle d'autrui nous ont révélés dangereux. Se souvenir que « l’oisiveté, mère de tous les vices », engendre toutes les tentations et s’en fait la complice. (Eccl. 33, 29).

b) Pendant la tentation : il faut résister promptement, sans discuter avec elle, et la fuir comme « on fuit un serpent ». (Eccl., 21, 2). Surtout prier, Tant que l’on prie, on est fort de la force même de Dieu : « Je puis tout en Celui qui me fortifie ». (Philip., 4, 13). On succombe, si l’on cesse de prier.

c) Après la tentation : si l’on a triomphé, remercier le bon Dieu de cette grâce, qui nous en méritera d’autres pour les combats à venir. Si l’on a été vaincu, ne jamais se décourager, ce qui serait un grand dommage. Ne pas « jeter le manche après la cognée », mais, selon saint François de Sales, « utiliser ses fautes » pour s’humilier dans le sacrement de Pénitence et pour profiter de notre triste expérience afin d’être moins présomptueux et plus prudents à l’avenir. 


(On peut réciter les litanies de N.D. de Fatima ou simplement l’oraison et, ainsi, terminer chaque exercice)

 

img001

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Marie de ND de Fatima,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

08 mai 2021

Le Mois de Marie de N.D. de Fatima

Le Mois de Marie

de Notre Dame du Rosaire de Fatima

 

Jacinta_marto_lucia_santos

 

Neuvième jour

Lecture


Au bonheur inénarrable pour les enfants de Fatima, d’avoir joui de la lumineuse beauté de Notre Dame et de sa voix mélodieuse, faite de toutes les harmonies célestes, se mêlaient, dans leurs cœurs, de grandes souffrances. Celle qui sentait davantage était Lucie, la plus âgée des trois, parce qu’elle comprenait un peu mieux les choses. François et Jacinthe étaient fréquemment gourmandés par leur mère. Olympe était exaspérée de voir sa famille devenue l’objet des conversations de tout le village et des environs. Lucie souffrait, dans l'intime de son être, de constater que sa mère la croyait menteuse.

« Tu auras à rendre des comptes, un jour, à Dieu, lui disait-elle, et des comptes sévères, pour induire ainsi en erreur les pauvres gens ». La petite fille s’en allait alors dans un coin pleurer à son aise.

Un jour, Marie-Rose tomba gravement malade. Elle fut presque conduite aux portes du tombeau. Il était même question d'appeler le curé d’Aljustrel pour lui administrer les derniers sacrements. Lucie se tenait à son chevet, Sa mère lui murmura à l'oreille avec beaucoup d'efforts, comme dans un souffle : « Si ce que tu as dit de la Cova d’Iria est vrai... va demander à ton Apparition qu’elle me guérisse ! »

Lucie, tout heureuse de ce qu’elle vient d’entendre, se précipite pleine de confiance vers la porte et s’engage sur le chemin de Fatima. Écoutons-la nous raconter elle-même le fait : « Tout le long du trajet, nous dit-elle, je récitais mon chapelet, Puis je m’agenouillai près du bouquet d’yeuses et fis la promesse de partir de là, à genoux, et de donner à manger à neuf enfants, durant neuf jours, si ma mère guérissait ». Quand Lucie rentra chez elle, sa mère se sentait beaucoup mieux. Trois jours après, elle était guérie.

C'était quasi-miraculeux ! Néanmoins la mère s’obstinait à ne pas croire à la véracité des apparitions et continuait à suspecter sa fille. Cette persistance de Marie-Rose peinait beaucoup la pauvre enfant.

En fin de compte, il fut décidé que Lucie ne retournerait pas garder les moutons, mais qu’on l’enverrait à l’école pour apprendre. Adieux, jeux innocents avec les petits cailloux du chemin, les petits bouts de bois, les guirlandes de lierre !…

Mais la pauvre petite souffrait surtout de l’incrédulité de la famille et des voisins, sur les apparitions de Notre Dame. Elle constatait chez les uns l'indifférence complète ; chez les autres des murmures, même des blasphèmes, chez les plus exaltés.

Animées de bons sentiments, plusieurs personnes du dehors venaient demander des nouvelles des enfants à Olympia et à Marie-Rose, Elles étaient assez mal reçues, cela se comprend. Tous ces témoignages de sympathie achevaient de déchaîner la colère des mères contre leurs enfants. Souffrance des parents, souffrance des enfants tel était le résultat le plus tangible de cette histoire.

On appelait ironiquement Lucie « notre Bernadette », par allusion à la bergère de Lourdes, Bernadette Soubirous, qui avait eu, elle aussi, des apparitions. Tout cela était pénible pour Lucie.

Les petits voyants de Notre-Dame, que nous pouvons bien appeler « les petits souffrants » avaient la consolation de se rencontrer parfois pour se rappeler, ensemble, la promesse faite à l'apparition de se trouver coûte que coûte au rendez-vous. Ils se berçaient ainsi d’une douce espérance qui ranimait leur courage pour supporter la dureté maternelle. Heureusement le père de Lucie, comme celui de Jacinthe et de François, étaient plus compréhensifs, et leur complaisante et douce attention contrastait avec l’excessive sévérité des femmes. Ils s’employaient surtout à consoler les pauvres petits, souvent même à essuyer leurs larmes. N’était-ce pas là faire preuve de soumission à la volonté de Dieu, de respectueux acquiescement à son bon plaisir et de sage prudence, fait d’humilité chrétienne ?

À cause de cela peut-être aussi, Notre-Dame les a choisis, parmi tant d’autres, pour les associer aux souffrances qu’Elle-même a endurées, en union avec la Passion et la Mort de son Divin Fils, pour le salut du monde.


Réflexions


Les belles âmes, qui veulent suivre le Maître divin jusqu’au Tabor de la splendeur éternelle, doivent marcher à sa suite, sur le chemin du Calvaire. « Si quelqu'un veut venir avec moi, qu'il se renonce lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive » (Luc 9, 29). Jésus ne force personne, il appelle seulement les volontaires : « Si quelqu'un veut venir ». D'ailleurs, ces grandes âmes, choisies par Dieu, portent l’empreinte de la souffrance. Pourquoi l’amour maternel, qui est la plus haute expression de l’amour humain, nous paraît-il si grand ? C’est parce qu’il est pétri de sacrifices et de souffrances généreusement consenties. Quand le ciel suscite de grandes âmes pour la réalisation de ses desseins, il marque ces âmes du sceau de la souffrance.

1° Notre-Seigneur « fut le grand sacrifié volontaire pour le salut du genre humain » (Isaïe 53, 7). Le Christ-Jésus est notre exemplaire divin. Sur la Voie Douloureuse, il est chargé de sa croix. Il marche devant nous ; il est notre entraîneur ; nous n’avons qu’à mettre nos pas dans ses traces ensanglantées, en portant notre croix. Car la vie est douloureuse et chacun a son lot de misères ; mais nous souffrons beaucoup par l’imagination, en grossissant les souffrances. « Les poltrons meurent plusieurs fois avant leur mort ». (Shakespeare). Par nos souffrances, « nous achevons dans notre chair ce qui manque à la Passion du Christ ». (Col. 1, 24). Il ne manque rien à sa Passion, du côté du Christ, mais, à nous, il nous manque d’unir nos sacrifices à celui du Christ.

La bonne souffrance, c’est-à-dire la souffrance endurée par amour, nous sera d’un grand profit. Combien d’âmes ont été ramenées à Dieu par cette souffrance généreusement consentie qu’est la « Bonne Souffrance ». (Voir l’ouvrage de Fr. Coppée qui porte ce titre où il raconte son retour à Dieu). Cette souffrance, bonne par ses effets, nous aide à nous détacher de tout ce qui n’est pas Dieu. « Notre cœur est inquiet, dit saint Augustin, et il ne trouvera de repos qu’en vous, Seigneur ». La bonne souffrance est accompagnée de grâces intérieures, nous aide à mener une vie vertueuse et chargée de mérites. La souffrance nous aide à nous connaître ; elle nous rappelle à la discrétion et à de raisonnables exigences, vis-à-vis de nos infirmiers bénévoles.

3° La bonne souffrance aura une heureuse répercussion sur le prochain. Ayant souffert nous-mêmes, nous aurons plus de compassion pour la souffrance des autres. L'homme est un apprenti, la douleur est son maître, Et nul ne se connaît tant qu’il n’a pas souffert. Lorsqu'on a éprouvé, soi-même, les amertumes de la misère humaine, dans son corps où dans son âme, l’on comprend qu’il y ait d’autres humains qui, comme nous, peuvent souffrir. Nous serons les bons Samaritains, qui versent l’huile et le baume de la consolation sur le cœur endolori du prochain.

4° Enfin, soyons charitables envers ceux qui nous font souffrir, soyons magnanimes, sachons leur pardonner, à l’exemple de la petite Lucie qui, souffrant, de la part de sa mère, d’une injuste accusation, va supplier Notre-Dame de la guérir.

 

(On peut réciter les litanies de N.D. de Fatima ou simplement l’oraison et, ainsi, terminer chaque exercice)

 

img001

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Marie de ND de Fatima,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 


07 mai 2021

Le Mois de Marie de N.D. de Fatima

Le Mois de Marie

de Notre Dame du Rosaire de Fatima

 

img001

Huitième jour

Lecture

 

Notre Dame avait fixé, au 13 de chaque mois, le rendez-vous des petits bergers à la Cova d’Iria. La date prochaine était le 13 juin. Marie-Rose fit remarquer à sa fille l’impossibilité de s’absenter, ce jour-là, de la paroisse, car C'était le jour de la grande fête de saint Antoine, si célèbre dans tout le Portugal, Lucie fit observer à sa mère qu’il était facile de tout concilier. On assisterait à la messe, le matin, ensuite, dans l’après-midi, à l'heure convenue, on irait à la Cova d’Iria. La proposition parut raisonnable et Marie-Rose céda. D’autant que la grande fête de saint Antoine, célébrée dans tout le pays avec tant de dévotion, retiendrait les fidèles dans leurs paroisses respectives et, de ce fait, passerait inaperçue la présence des enfants à la Cova d’Iria. C’est ce qui arriva effectivement. Quelques curieux du village s’en allèrent à Vila Nova de Ourem, pour entendre le panégyrique de saint Antoine prononcé par un prédicateur de talent. Une troupe de musiciens vint même exceptionnellement du dehors, pour rehausser l'éclat de la fête et donner les meilleurs morceaux de son répertoire.

Lucie et ses deux petits compagnons se rendirent à la Cova d'Iria, suivis d’une dizaine de personnes environ. Peu de monde en somme, mais gens de piété sincère.

Comme l’heure approchait, où Notre Dame était apparue, le mois précédent, les enfants se mirent à réciter le chapelet. On était à la seconde dizaine. Tout à coup les assistants virent les enfants entrer en extase. Sans rien voir ni entendre, on comprenait à leur attitude que les enfants étaient en présence de l’Apparition.

L’on pense communément que, ce jour-là, Notre Dame leur confia un secret, en leur demandant de le garder fidèlement jusqu’au tombeau. À cause de cela, l'Apparition du 13 juin a été appelée « l’Apparition du Secret ».

On demandait un jour à Lucie qui, à cette époque, était Religieuse au Couvent de Pontevedra : « Que répondriez-vous à quelqu'un qui vous interrogerait sur certains points de votre vie privée ? - Je lui répondrais, dit-elle, si cette personne avait qualité pour cela. - Vous lui répondriez sur tout ? - Oui, fit-elle, sur tout ce qui me paraîtrait raisonnable. - Et si l’on vous interrogeait sur votre secret ? »

Lucie, d’une voix assurée et avec beaucoup de calme répondit alors : « Personne de ce monde ne peut m’obliger à le dire. C’est un secret et un secret divin. Seulement au Ciel je le révélerai. - Et si Dieu vous y obligeait ? - J'ai dit : Personne de ce monde. Il est certain que nous devons tous obéir à Dieu, en tout, mais, hormis ce cas, je suis prête à garder mon secret toute l’éternité ».

Ce dialogue avait lieu entre Lucie et la Révérende Mère Provinciale, plusieurs années après les Apparitions, dans le parloir de l'Etablissement de Notre Dame des Douleurs, dirigé par les Sœurs Dorothées.

À l’époque qui nous occupe, Lucie et ses deux petits compagnons ne songeaient qu'à s'amuser follement, sous les arbres devant la maison et dans les champs, loin des importuns, dans l’exubérance et toute l’allégresse de leur jeune âge. Mais si d’aventure ils parlaient entre eux du secret divin, aussitôt leur visage, si riant au milieu de leurs jeux, prenait soudain une expression de gravité, Le secret de la Sainte Vierge était bien gardé par de jeunes enfants dont la plus âgée avait à peine dix ans. François et Jacinthe ont déjà emporté leur secret dans l’éternité, à quelques mois de distance, l’année d’après. Lucie, seule survivante, le garde jalousement, au fond d’un cloître, sous l’habit de Religieuse, portant un autre nom et ignorée de tous.


Réflexions


Il convient de remarquer que, dans plusieurs de ses manifestations, la sainte Vierge confie un secret à ses confidents. Ainsi a-t-elle confié un secret à sainte Catherine Labouré des Filles de la Charité. Elle en confia aussi aux enfants de la Salette, à Bernadette Soubirous. Puisque Notre Dame vient encore de confier un secret aux trois petits bergers de Fatima, demandons-nous pour quelles raisons, la sainte Vierge emploie ce moyen et, puisqu'elle a insisté sur la gravité du secret, examinons s’il n’y a pas de secrets, entre les humains, dont la gravité est tout aussi réelle.


1° Pourquoi ces secrets de la Vierge ?


La garde d’un secret extraordinaire est la source de grands avantages pour ceux qui le détiennent. C’est d’abord, un témoignage divin de l’authenticité de leur mission pour les heureux bénéficiaires. Il leur procure de très grands mérites, les obligeant à de nombreux actes de mortification, pour garder constamment le silence devant les questions insidieuses, pressantes cet difficiles souvent à éluder.

Le prochain lui-même est intéressé à cette garde du secret dont la diffusion pourrait troubler sa tranquillité, le bien de sa santé, la liberté de ses décisions et de ses démarches.

Plaignons en passant ceux qui cherchent à connaître l’avenir par l'intermédiaire de prétendus voyants extra-lucides. L’avenir appartient à Dieu seul, est connu de Lui seul, et livré par Lui seul. Le reste n’est qu’exploitation, par les malins, de la sottise de gens crédules.

 

2° Il y a encore d’autres secrets humains à garder.


Violer un secret est en soi une faute grave, au témoignage de saint Alphonse de Liguori, docteur de l’Église. Cependant il y en a qui, en raison de leur charge, ont le droit de découvrir certains secrets. C’est le cas de la Justice poursuivant l’auteur d’un crime, ou délit, ou bien de l'autorité militaire pour dépister l’espionnage.

Certaines personnes de profession libérale, médecins, avoués, notaires, etc., sont tenues au secret professionnel. La violation du secret professionnel est d’ailleurs punie par le Code civil. Le secret de la confession est observé avec une rigueur inviolable. On pourrait citer des martyrs de la confession. L’un des plus connus est saint Jean Népomucène.


3° Le secret de la confession doit être aussi gardé par le pénitent.


Ce serait une grave erreur de penser que, seul, le prêtre est tenu au secret sacramentel. Le pénitent est obligé de garder le silence et de ne communiquer à personne les directives données en confession, ou la solution des cas de conscience personnels, soumis au confesseur et solutionnés par lui. Si l’on n’est pas satisfait de la direction de tel ou tel prêtre, on est libre de s'adresser à un autre. Ainsi agit un malade qui n’est pas content de son médecin habituel. Il va s’adresser à un autre, sans se croire obligé pour cela de noircir la réputation de celui qu’il abandonne. Gardons ce même souci de discrétion sur ce qui doit demeurer secret, comme gardèrent leur secret les trois petits voyants de Fatima.

 

(On peut réciter les litanies de N.D. de Fatima ou simplement l’oraison et, ainsi, terminer chaque exercice)

 

u8e6ed1h0unyk305tj8bbnkv1k305tj8bbnky

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Marie de ND de Fatima,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

06 mai 2021

Le Mois de Marie de N.D. de Fatima

Le Mois de Marie

de Notre Dame du Rosaire de Fatima

 

f54obyz70fisf7jvr7medrnpvf7jvr7medrns

 

Septième jour

Lecture


L'une des caractéristiques des visions célestes est leur incomparable beauté et le ravissement qu’elles procurent à l’âme. Le démon, qui veut singer Dieu dans ses visions diaboliques, n’a jamais pu produire un essai même lointain de cette idéale Beauté, Depuis sa chute lamentable Lucifer, jadis ange de Lumière, a beau s’évertuer à produire quelques pâles rayons de son ancienne splendeur, c’est en vain, parce que la source lumineuse en est tarie à jamais et au lieu du ravissement il produit seulement de l’effroi.

Si les petits voyants de la Cova d’Iria furent comblés d’un bonheur d’extase, ce fut en contemplant de leurs yeux l’incomparable Beauté de l’Apparition et en entendant les mélodieux accents qui s’exhalaient de ses lèvres. Allégresse des yeux éblouis par tant d'éclat ; allégresse des oreilles bercées par une voix suave dont le timbre renfermait toute l'harmonie des anges ; allégresse de contempler un visage plus ravissant que les visages les plus beaux qui se puissent rencontrer ici-bas, plus lumineux que tous les portraits sortis du pinceau des artistes, plus brillant que tous les émaux les plus fins, un visage irradié des propres rayons de la lumière même du Ciel.

« C'était une lumière ! une lumière !… une lumière !!! » répétaient à l’envi les enfants. Cette parole, pour eux, voulait tout dire, et la beauté, et la magnificence, et la grâce, et l’éclat, et la somptuosité, et la splendeur du Paradis.

Pauvres petits enfants d’une campagne déshéritée, logeant dans une maison décrépite dont l'éclairage était fourni par une misérable lampe à huile, Quelle révélation de lumière, pour la première fois, dans l’éblouissement de Apparition. Nos saint Livres essayent de nous donner une idée de la Beauté de la Femme incomparable : « revêtue de soleil, ayant la lune sous les pieds et une couronne de douze étoiles sur la tête » (Ap., 12, 1.) Le Cantique des Cantiques annonce ainsi la venue de l’Immaculée : « Quelle est Celle qui monte du désert comme l’Aurore, belle comme la lune, brillante comme le soleil et puissante comme une armée rangée en bataille ». (Ct., 6, 10).

Tandis que Lucie conversait avec l’Apparition et que Jacinthe écoutait ses paroles, François n’entendant rien se contentait de jouir de l’éclat radieux de Notre-Dame, et joignant ses petites mains, fixait sur Elle ses yeux émerveillés et murmurait : « Comme Elle est belle ! »

Et lorsque l’Apparition eut disparu dans la profondeur des cieux, les enfants, pour se communiquer leurs impressions, n’eurent qu’une même exclamation jaillie de leur bouche : « Comme Notre Dame est belle ! »

Et François d’accentuer pour son compte : « Oui, C’est bien vrai, comme Elle était belle ! »

Il est facile de s’imaginer la tristesse des petits bergers, au moment où s’évanouit tant de beauté par le départ de la vision. C’est le soir. La nuit tombe. Le clocher sonne l’Angélus, L’on ramasse le troupeau et l’on rentre en silence. Quel contraste ! Tout autour d’eux l'obscurité semble encore plus opaque. La clarté de l’Apparition les a aveuglés.

Ils venaient de recevoir leur Pentecôte comme les Apôtres. Hier, timides ayant peur de subir le sort de leur Maître, ils vont affronter la souffrance et la croix. Ils seront les témoins du Christ jusqu’au don total de leur être. Ainsi les trois enfants seront aussi des apôtres, des témoins de Notre Dame. La souffrance et la croix les attend. C’est le sort de tous les apôtres. Notre Dame les gardera. Elle leur a transmis du ciel toutes les grâces pour être fermes dans leur apostolat et remplir leur mission jusqu’au bout, Ils prouveront à Marie leur amour et leur reconnaissance pour la vision de Beauté incomparable dont Elle a comblé leurs yeux ravis.


Réflexion


« Comme Notre Dame est belle ! s’exclamaient les trois petits bergers de Fatima, comme Elle est belle ! »

Oui, Marie est la Vierge toute belle, la plus belle entre toutes les créatures, à l’image de Jésus-Christ, son Divin Fils « le plus beau fils de l’homme dont la grâce inonde les lèvres » (Ps. 44, 3). La tradition chrétienne tout entière a exalté la beauté de Marie, comme elle a exalté la beauté de Jésus. Déjà les Livres Saints préfiguraient cette beauté sous les traits de la mystique épouse « brunie par le soleil d'Orient maïs belle entre toutes » (Cant., 1, 5). La beauté est un reflet de Dieu, c’est la splendeur de l’ordre, l'éclat de l’harmonie, Ce fut le péché, source de désordre, qui produisit la laideur morale et la décrépitude physique avant-coureur de la mort. L’Apôtre le rappelle : « Le salaire du péché, c’est la mort » (Rom., 6, 23). C’est dans la splendeur de cette beauté céleste que Notre-Dame apparut aux voyants de Fatima et qui les faisait s’écrier : « Comme Elle est belle, Notre Dame ! Quelle lumière !... »

En effet lumière et beauté vont de pair. La laideur est ténébreuse parce que le mal qui est laideur, aime les ténèbres. « Quiconque fait le mal haït la lumière » (Jn, 3, 30). Les ténèbres, c’est l’impiété. « La lumière du méchant s’éteindra. On le chasse de la lumière » (Jb, 18, 5). Les ténèbres, c’est la mort et l'éternelle séparation. « On jettera le méchant dans les ténèbres extérieures » (Mat., 8, 12). Tandis que la lumière, c’est la « vérité » (Ps., 42, 3), c’est la « sagesse » (Sg., 7, 29), c’est la « joie » (Prov., 13, 9), c’est la pureté. « Toute la beauté de la fille du Roi vient de l’intérieur » (Ps., 44, 4). La Reine du ciel est belle parce que la pureté habite dans son cœur. Trop souvent l’unique préoccupation des mondaines est de faire de leur corps une idole coûteuse, pendant que leur âme, seul trésor appréciable aux yeux de Dieu, est complètement délaissée. Sans doute on ne demande pas à la femme de négliger systématiquement sa grâce féminine. N'est-ce pas saint François de Sales qui, le premier, veut que sa Philothée « soit la mieux habillée de la troupe » (Introduction à la vie dévote). Mais de là à se faire l’esclave d’une mode souvent immorale il y a de la marge. Le devoir de la femme chrétienne est d’opposer une digue à cette invasion de paganisme qui se répand par tous les moyens. La Providence a doté la gent féminine de dons précieux pour mieux remplir son rôle de dévouement dans la société, Mais ce sont prérogatives redoutables dont Dieu leur demandera compte, un jour, car il ne « fait pas de dons inutiles ». Un moraliste a dit : « La femme sème toujours sur ses pas des bénédictions ou des ruines ». À la suite de Notre Dame, elle sèmera toujours sur ses pas des bénédictions, car « si les hommes font les lois, a dit un moraliste, les femmes font les mœurs ». Puissent-elles s’en souvenir pour le salut de l’Église et de la France !


(On peut réciter les litanies de N.D. de Fatima ou simplement l’oraison et, ainsi, terminer chaque exercice)

 

img001

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Marie de ND de Fatima,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

05 mai 2021

Le Mois de Marie de N.D. de Fatima

Le Mois de Marie

de Notre Dame du Rosaire de Fatima

 

Notre Dame de Fatima

 

Sixième jour


Lecture

 

Les apparitions de Fatima, en plein XXe siècle, firent le même effet que la foudre qui tombe sur une foule en délire au milieu d’une fête. Pour beaucoup, en effet, il n’y a pas d'autre réalité que cette vie, qu’il faut embellir du mieux possible et qu’il faut passer dans la joie. Cela s’écrit dans les livres, dans les journaux, dans les publications, dans les romans, dans les pièces de théâtre, dans les chansons, sur les écrans des salles de cinéma. Vive la richesse ! disent les puissants du jour, cherchant par tous les moyens à écraser les faibles pour s’enrichir à leurs dépens. Vivent les plaisirs ! disent les sensuels, la vie est courte, profitons du temps qui passe tant que nous sommes jeunes. Vivent les honneurs ! disent ceux qui espèrent par là acquérir et richesse et plaisirs à la fois. Ainsi les matérialistes qui ne voient seulement dans l’homme qu’un estomac à remplir, des muscles et un système nerveux à satisfaire, prétendent que l’âme s’éteint avec le corps, et que tout finit au trou noir de la tombe, Tout cet échafaudage édifié par la libre pensée, pour satisfaire sans remords les jouisseurs, s’effondre lamentablement à la Cova d’Iria, Notre Dame apparaît aux trois enfants, dans un rayonnement de splendeur céleste et, après avoir conversé avec eux et leur avoir donné rendez-vous, le mois suivant, dans le même lieu, au même jour et à la même heure, elle s’élance au ciel lentement et disparaît vers l’Orient, Les enfants l'ont suivie du regard ensemble, C'était donc une réalité et non pas le fait de l’imagination. On n’imagine pas, quand on est plusieurs, la même chose en même temps. Nous verrons d’ailleurs que, le mois suivant, par un concours de circonstances brutal et imprévu, les enfants n’ayant pu se rendre à l’endroit indiqué, l'apparition a eu lieu quand même dans un autre, Nouvelle preuve de l’objectivité de l'apparition, Tout cela démontre clairement que la réalité de la vie de ce monde n'est pas la seule réalité, que tout dans l’homme ne finit pas avec son Corps, et que l’âme immortelle ira dans un monde nouveau pour y être éternellement heureuse ou malheureuse, selon son comportement ici-bas. Notre Dame est venue, à Fatima, nous révéler l’existence du monde surnaturel, On s’explique dès lors comment, à la nouvelle des Apparitions de la Cova d’Iria, plusieurs personnes furent consternées, et non seulement dans le petit village d’Aljustrel mais dans tous les pays où la nouvelle se répandit. Il y avait surtout ceux qui ne croient qu’à ce qu'ils voient ou à ce qu’ils touchent. Cette philosophie est très commode pour masquer les débordements de la nature dans l’édification des fortunes scandaleuses : dans la déloyauté pour accéder aux places et aux honneurs ; dans la violation de la loi morale par la profanation du Cœur sur tous les chemins de l’aventure, Tous ces gens-là avaient intérêt à nier la réalité des apparitions et à proclamer que la vie présente n’a pas de lendemain.

« Ce n’est pas possible que nous petits compatriotes aient vu Notre-Dame, disaient certains gens d’Aljustrel qui n’avaient pas tout à fait l’âme en paix. Nous connaissons Lucie et ses Parents : les Santos ; Jacinthe, François et Olympia, leur mère. Ces bambins n’ont pas dix ans et ils voudraient nous en faire accroire ? Non, à d’autres ! »

Ainsi parlaient les Nazaréens de Jésus, le jour où il vint prendre la parole dans leur synagogue : « D’où viennent à celui-ci cette sagesse et ces miracles. N'est-ce pas le fils du charpentier? Sa mère ne s’appelle-t-elle pas Marie, et ses frères Jacques, Joseph, Simon et Jude ? Et ses sœurs ne sont-elles pas parmi nous ? D’où lui viennent donc toutes ces choses ? » (Mat., 14, 54, 55). Évidemment que pouvait-il sortir de bon du petit village d’Aljustrel et des petits bergers qui n'avaient rien d’extraordinaire, pour ces sceptiques ?

Nous avons vu les efforts d'Olympia pour empêcher François et Jacinthe de parler et la sévérité de Marie-Rose accusant Lucie d’imposture. Le père Antonio évitait de contredire sa femme pour avoir la paix, mais il avait grande confiance en Lucie et, pour couper court à la discussion, se contentait de traiter tout ça de « bavardages de bonnes femmes ». Le père de François et de Jacinthe, homme rude et simple, se contentait de travailler durement ses champs dans le plein soleil de mai qui lui bronzait les bras et le visage. Il prenait le parti de ses enfants et mettait en eux la plus entière confiance, Il était chrétien et pensait qu’un miracle, après tout, était possible.

« Si nous voulions toujours discuter, se disait-il, nous n’en finirions plus. Le bon Dieu peut illuminer l’âme qui lui plaît. On nous a appris cela au catéchisme ».

Et il croyait sans discussion. Les bien pensants ne mettaient pas en doute la possibilité du miracle, sans quoi ils auraient été hérétiques.

Mais il s'agissait de savoir si, en fait, les enfants avaient réellement vu Notre Dame à Fatima. Dans l'affirmative, il n’y avait qu’à s’incliner et à reconnaître la réalité d’un Au-delà éternel pour lequel nous avons été créés, car si nous avons été mis sur la terre, c’est pour connaître Dieu, l’aimer et le servir et, par ce moyen, obtenir la vie éternelle. Le bénéfice de cette vie éternelle a été perdu pour Adam et Eve, et la deuxième personne de la sainte Trinité est venue s’incarner pour pouvoir, par ses souffrances et par sa mort, rétablir le plan divin faussé par la désobéissance où premier couple humain, et nous rendre cette vie éternelle, à condition de la mériter par nos efforts quotidiens. C’est là toute l’économie du salut.


Réflexions


Notre Dame de Fatima se préoccupe par-dessus tout d'aider les âmes à se sauver. Considérons les motifs que nous avons à travailler au salut de notre âme et les moyens que nous devons mettre en œuvre pour gagner le ciel.

1° Motifs :

a) Le salut est une grave affaire dont les hommes oublient trop l'importance, pour donner leur attention et leurs efforts à d’autres affaires.

Sans doute, le responsable d’une famille doit se préoccuper de la faire vivre et d’assurer son avenir. « Ce sont des choses qu’il faut pratiquer sans omettre les autres ». (Mat., 22, 23). Les autres sont trop souvent celles du salut. Or « que sert de gagner l’univers » si l’on perd le ciel. Alors tout est perdu et la vie n’est plus qu’une spéculation manquée.

b) C’est une affaire personnelle qui nous intéresse, tous et chacun, au plus haut point. Trop souvent, dans la conduite de la vie, nous nous préoccupons de ce que pensent les autres.

Préoccupons-nous surtout du jugement de Dieu. L'œuvre du salut demande notre effort personnel. « Dieu, dit saint Augustin, qui nous a créés sans nous, ne nous sauvera pas sans nous ».

c) Une affaire à ne pas différer. On dit parfois : Ce qui est différé n’est pas perdu. Oui, mais exceptionnellement. Cependant, pour l'affaire du salut, ceux qui remettent à plus tard compromettent souvent leur salut. Plus on diffère, plus on « s’indiffère ». Un proverbe rappelle très opportunément de « ne jamais remettre au lendemain ce qu’on peut faire le jour même ». Qui peut répondre du lendemain, quand la mort frappe à toute heure, et au moment où l’on s’y attend le moins ?

2° Moyens :

a) Il faut y penser toujours, en orientant tout vers l’éternité, ses pensées, ses paroles, ses actes.

b) Il faut surtout vouloir. On a dit que l'enfer « était pavé de bonnes intentions ». Cela veut dire que l’intention ne suffit pas et qu’il faut l’action. Il y a la manière de ceux qui veulent « sans que cela coûte ». Manière désastreuse ! Il y a ceux qui veulent « quoique cela coûte », c’est la bonne manière. Le devoir exige toujours des sacrifices et, seul, ce qui coûte a de la valeur.

c) Avec persévérance. Il ne s’agit pas de bien commencer, mais de continuer et surtout de bien finir. « Celui qui persévère jusqu’à la fin, celui-là sera sauvé ». (Mat., 10, 22). Combien de jeunes chrétiens ont fait une communion solennelle édifiante et ont ensuite déserté l’Église !

Prions Notre Dame de Fatima de nous aider à sauver notre âme.

 

img001


(On peut réciter les litanies de N.D. de Fatima ou simplement l’oraison et, ainsi, terminer chaque exercice)

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Marie de ND de Fatima,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

04 mai 2021

Le Mois de Marie de N.D. de Fatima

Le Mois de Marie

de Notre Dame du Rosaire de Fatima

 

Cova da Iria

 

Cinquième jour

Lecture

 

La grande nouvelle avait transpiré. De bouche en bouche elle s’était répandue dans le village d’Aljustrel, aux alentours, dans la province, tel un nuage de poussière gonflé par le vent, et jusqu’à l’intérieur du Portugal. Le nom de Fatima jusqu'alors ignoré est maintenant connu partout. À l’envi, les journaux parlaient de l'apparition de Notre Dame aux trois pastoureaux. Sur le devant des portes, dans les voitures publiques, sur les chemins, il était question uniquement de l’événement merveilleux. Chacun l’interprétait à sa manière, selon son opinion personnelle, Les uns étaient dans le doute, les autres tressaillaient d’allégresse chrétienne, en voyant la Très Sainte Vierge jeter des regards maternels sur le pays. Plusieurs personnes désiraient voir l’autorité ecclésiastique se prononcer sans délai, en faveur d’un grand mouvement de piété envers Fatima. Cependant des censeurs sévères rendaient le gouvernement responsable de n’avoir pas empêché ce « mensonge » - disaient-ils - de se répandre. Ils prétendaient défendre l’honneur de la religion, en se refusant d'ajouter foi à ces racontars de bonnes femmes.

En cependant pourquoi ne pas admettre la possibilité d’une apparition et nier a priori, sans chercher à savoir. N'y a-t-il pas eu, en effet, des phénomènes semblables, dans d’autres pays ? En France, par exemple, en plein Paris, le cerveau du monde, de beaux esprits ont dû s’incliner devant la réalité de l’apparition de la Vierge en 1830, dans la chapelle de la rue du Bac. Une autre apparition, en 1846, à deux enfants, sur la montagne de la Salette, avait été confirmée par l’autorité ecclésiastique. Enfin Notre Dame apparaissait à Bernadette, à Lourdes, dans la grotte des Espélugues, sur les bords du gave pyrénéen, le 11 février 1858, et ce lieu est devenu, depuis, un centre mondial de pèlerinages où, chaque année, se pressent plus d’un million de pèlerins. « Il y a huit siècles, a écrit M. Antero de Figueiredo, membre de l’Académie de Lisbonne, que, sous mille noms divers qui sont à peine la gracieuse expression de mille désirs, on invoque, au Portugal, la Femme par excellence bénie entre toutes les femmes. L’énumération harmonieuse de ces noms, comme une longue litanie pleine de fraîcheur et de grâce, remplirait plusieurs pages. Il n’est pas étonnant que Notre Dame ait voulu faire un centre de pèlerinage sur cette terre, où la piété envers Marie a été toujours si vive ».

Du temps où les rois régnaient sur le Portugal, et jusqu’en 1910, où la Révolution proclama la République, Marie était proclamée « Reine de la Lusitanie » et la dernière reine Amélie, fille du comte de Paris, morte en exil, en France, et dont le corps a été transporté, en décembre 1951, à Lisbonne, n’a jamais voulu mettre sur son front la couronne royale, disant que « Marie était la seule Reine du Portugal ».

Qui dira, dans ces dernières années, où se chiffrent par centaines de mille les pèlerins qui vont à Fatima, combien de supplications montent vers la Reine du Ciel, ininterrompues depuis la veille, pendant toute la nuit et durant toute la journée du lendemain ?! Au témoignage de pèlerins de tous les pays qui ont assisté aux pèlerinages de l’année 1951, on a dénombré plus d'un million, Que nous importe, à nous, qui croyons à la toute-puissance divine et à la bonté de notre Mère du ciel, que nous importe, dis-je, l’opinion de ceux qui refusent à Marie le pouvoir et le droit de se manifester à ses trois confidents ? Ce qui importe, c’est d’aimer Notre Dame, de la prier tous les jours, d’imiter ses vertus et d'obtenir de sa miséricordieuse bonté les grâces dont nous avons tant besoin !

 

Réflexions


Il est à remarquer que les mères, vraiment dignes de ce nom, se montrent plus attentives auprès de leurs enfants, surtout aux heures de crises qu’ils traversent : crises morales, crises physiques, crises de croissance, pour leur apporter lumière et réconfort.

Ainsi la Très Sainte Vierge Marie, la meilleure de toutes les mères, se penche avec plus d’attention sur les enfants d’un pays aimé, surtout dans leurs moments de crise, pour les éclairer et leur venir en aide. Nous la voyons, en France, au moment de la crise politique qui renversa Charles X de son trône, venir apparaître à la jeune Sœur de la rue du Bac, Catherine Labouré, et lui annoncer les malheurs qui allaient fondre sur la France, et les victimes parmi le clergé de Paris, mais qu’il fallait « aller auprès de l'autel où des grâces seraient répandues sur tous ceux grands et petits qui en feraient la demande ». C’est alors que fut frappée la Médaille Miraculeuse à des millions d’exemplaires, qui réalisa et continue à réaliser des miracles.

On aime Marie, au Portugal, on l’invoque, et Marie est fidèle à ceux qui lui sont dévots. C’est pourquoi, en 1917, en pleine guerre mondiale, une crise profonde du sentiment religieux faite d’ignorance et d’incrédulité unies à la frivolité des mœurs, semblait vouer le Portugal au naufrage de la foi chrétienne, Ce fut l'heure précisément où brilla dans le ciel le signe magnifique du salut. « Un grand prodige apparut au firmament. C’était une femme revêtue de soleil ». (Ap., 12). L’ « Etoile de la mer » se levait radieuse pour guider le navire dans la tempête et l'empêcher de sombrer.

Notre Dame a voulu apporter la lumière aux esprits qu’obscurcissait la nuit de l'ignorance religieuse. Elle a voulu rénover les cœurs qui s’enlisaient dans la sensualité et le matérialisme, Elle a voulu, selon l’expression du doux évêque de Genève, saint François de Sales, « remonter en Dieu » les volontés qui s'étaient énervées dans le désordre général.

Réjouissons-nous que Notre Dame ait jeté les yeux sur la nation si chrétienne du Portugal pour lui apporter, dans la personne des trois petits bergers, un message de salut, accompagné de nombreuses faveurs, afin qu’à son tour, cette nation « la proclame Bienheureuse ». Peut-être avons-nous un peu oublié le message de prière et de pénitence apporté par Notre Dame à Bernadette de Lourdes ?

Le pèlerinage de Fatima n’est pas une excursion touristique, mais un lieu de prière ininterrompue, en plein soleil, sous la pluie, sans aucun souci du boire ni du repos. Il faut avoir vu ces priants et leur ardente foi pour comprendre que Marie ait voulu de tels hommages à la gloire de son Fils, Remercions Notre Dame de Fatima de nous l’avoir rappelé et contribuons, dans la mesure de nos possibilités, à faire revivre à Lourdes, par notre attitude, l’esprit des pèlerinages comme les a désirés l’Immaculée Conception : « Je veux qu’on vienne ici pour prier. et que l’on fasse pénitence ».

 

img001


(On peut réciter les litanies de N.D. de Fatima ou simplement l’oraison et, ainsi, terminer chaque exercice)

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Marie de ND de Fatima,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

03 mai 2021

Le Mois de Marie de N.D. de Fatima

Le Mois de Marie

de Notre Dame du Rosaire de Fatima

 

a83aaaeabae27a2c3c2023f9d72b7f9cb357a75ef4801690273e51b5452cf78b (1)

 

Quatrième jour

 

Lecture


Le père de Lucie s’occupait soigneusement de l’éducation chrétienne de sa fille. Marie-Rose lui faisait étudier chaque jour sa leçon de catéchisme et l’obligeait à la lui réciter fidèlement, sans omettre un mot. L'enfant était réellement appliquée à écouter les explications de M. le Curé. Elle avait six ans à peine, lorsque le Révérend Père Cruz vint prêcher un Triduum dans la paroisse d’Aljustrel. Lucie désirait ardemment faire la communion et, poussée par son curé, elle demanda au Père Cruz de vouloir bien l’interroger sur sa capacité religieuse, afin qu’il lui fût permis de recevoir cette grande faveur. À toutes les questions posées Lucie répondit parfaitement. Elle eut donc l'immense joie d'être admise à recevoir, quoique bien jeune, Jésus dans son petit cœur. Marie-Rose s’appliquait à inspirer à sa fille l'horreur du péché, surtout du mensonge, et à cultiver l’innocence et la simplicité dans son âme d’enfant.

Ce matin-là, la mère filait la laine de ses brebis, dans le jardinet près de la maison, à l’ombre d’un figuier. Lucie l’aidait, assise près d’elle. Après un temps de silence assez long, Marie-Rose d’un ton très calme et le plus naturellement du monde, lui demanda : « Est-ce vrai, Lucie, comme je l’ai entendu dire, que tu aurais vu Notre Dame à la Cova d’Iria ? - Qui vous l’a dit ? fit la petite avec un sursaut de tout son être. - C’est-la mère de Jacinthe à qui sa fille l’a raconté. Alors est-ce vrai ? »

Lucie reprit : « Je n’ai pas dit que c'était Notre Dame, mais une dame très belle. J'avais pourtant bien recommandé à François et à Jacinthe de garder le silence ».

Marie-Rose la fit bien préciser : « Tu dis que c'était une dame ? - Oui, maman, une dame très jeune. - Et qu’est-ce qu’elle t’a dit cette dame ? - Elle m’a dit qu’elle désirait nous voir, François, Jacinthe et moi, revenir à la Cova d’Iria, pendant six mois de suite, le 13 de chaque mois, et qu’elle nous dirait qui elle était et ce qu’elle attendait de nous. - Mais comment avez-vous lié conversation avec cette dame ? Voyons, ma petite, conte-moi ça ? »

Lucie se mit alors à raconter à sa mère comment les choses s'étaient passées, et avec de tels accents de sincérité, qu’il n’était pas possible d’avoir le moindre doute sur la réalité des faits. Lorsque Lucie eut achevé, Marie-Rose se contenta de lui faire remarquer que, le mois suivant, il ne serait pas possible d’aller à Fatima.

« Tu sais bien que le 13 du mois de juin, c’est la grande fête de saint Antoine de Lisbonne ? Et puis tiens, il vaut mieux en finir. Assez de mensonges ! »

Lucie eut un soubresaut d’indignation. Devant une accusation si injuste elle s’écria : « Ma mère, si je mentais j'aurais peur que le bon Dieu me punisse ».

Un chien se mit à aboyer. Des gens passaient dans la rue. La mère et la fille se turent.

Dans la maison de la mère Olympia, avait lieu une scène un peu plus bruyante. Le petit François, tout seul, comparaissait pour un interrogatoire en règle. Ensuite ce serait le tour de Jacinthe, seule aussi, et la mère se réservait de confronter les dires de chacun. On avait bien fait la promesse à Lucie de ne parler à personne de la vision de Fatima, mais devant l’insistance de leur mère qui les menaçait de les envoyer se confesser au curé, s'ils avaient le malheur de mentir, ils avouèrent tout, l’un et l’autre. Le récit de François concordait parfaitement avec celui de sa sœur Jacinthe.

Olympia incrédule acheva de s’ancrer dans son idée. Pour elle, ses enfants mentaient, et Lucie avait, pour se donner de l'importance, échafaudé un roman parfaitement retenu par ses petits compagnons.

Elle appela Jacinthe pour lui infliger, ainsi qu’à François, le juste châtiment d’un mensonge habilement monté. De sa lourde main elle appliqua deux vigoureux soufflets sur la figure des deux petits.

« Tenez, leur dit-elle, je vous apprendrai à mentir. Ah ! vous avez vu des lumières, des lumières resplendissantes ?!.... Cette fois-ci vous pourrez dire que vous avez vu trente-six étoiles, et ce ne sera pas un mensonge ».


Réflexions


a) Toute personne raisonnable conviendra que la correction est nécessaire dans l’œuvre d'éducation des enfants. « La crainte est le commencement de la sagesse », dit le psalmiste. Les parents qui sont les premiers éducateurs de l’enfance doivent user de discrétion et apporter un tempérament à ce qui pourrait si facilement dégénérer en tyrannie. L’Apôtre dans une épître écrit : « Enfants, obéissez en toutes choses à vos parents, car cela est agréable dans le Seigneur. Pères n'irritez pas vos enfants, de peur qu’ils ne se découragent. » (Col., 3, 20, 21). La correction ne doit pas exclure la mansuétude, et le châtiment corporel doit être employé, en dernier ressort et à bon escient. Ce n’est pas par les coups qu’on forme des caractères, et l’on s’expose à de pénibles incidents.

b) Les petits voyants de Notre Dame avaient l’horreur du mensonge. Aussi quand sa mère demande à Lucie si c’est bien vrai qu’elle a vu Notre Dame, elle précise : « Je ne dis pas que c’était Notre Dame, mais une belle dame ». Et Jacinthe proteste qu’elle ne ment pas. « Je vous jure, maman, que j'ai vu Notre Dame, et non pas moi seule, mais Lucie et François également. Oui, c’est vrai, je L’ai vue ». Ainsi les Apôtres affirmaient la vérité de leur témoignage : « Nous avons vu le Christ ressuscité et nous ne pouvons ne point parler des choses que nous avons vues et entendues ». (Actes 4, 20).

a) Notre Dame a aussi choisi ces enfants a cause de leur tendre piété, pour leur ménager ces entrevues célestes. Piété envers Elle par la récitation fidèle du chapelet ; piété envers son Divin Fils, par la prière du matin et du soir et celle avant et après chaque repas, en famille. « Dieu premier servi ! » avait coutume de dire Jeanne d’Arc. Quand il en est ainsi, du même coup, c’est l'équilibre dans l’ordre social, la stabilité du foyer, le principe de toute discipline, la raison d’être de la Morale, le fondement du Droit et du Devoir. Sans religion, c’est l’anarchie, le désordre, la ruine des sociétés, des familles et des individus. « La piété est utile à tout, dit l’Apôtre, elle a les promesses de la vie présente et de la vie future » (1 Tim., 4, 8).

Mais la Vierge Marie nous a donné le Christ-Jésus qui s’est fait Pain et qui réside dans nos tabernacles. C’est pourquoi Lucie qui, dans l’âge le plus tendre, a été, sur son grand désir, admise au festin eucharistique, devait être une privilégiée de Marie. À cause de cette piété pour la sainte communion, le Père Cruz avait bien prophétisé d’elle, en la bénissant : « Aies un grand amour envers l'Eucharistie, lui disait-il, ma chère enfant, et Marie te gardera d’une manière spéciale sous sa protection ».


(On peut réciter les litanies de N.D. de Fatima ou simplement l’oraison et, ainsi, terminer chaque exercice)

 

img001

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Marie de ND de Fatima,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes