25 août 2009

Le Serviteur de Dieu André Sheptytsky

587_001

Le Serviteur de Dieu André Sheptytsky

Né le 29 juillet 1865 à Prylbytchi dans l'ouest de l'Ukraine

Décédé le 1er novembre 1944


Il fut un moine de noble origine, un savant et un professeur bien doué, un prédicateur et un missionnaire inspiré, un écrivain de génie. C'était un organisateur et un administrateur habile, un fondateur et un réformateur d'ordres religieux, de congrégations et de plusieurs instituts de Charité, de bien-être, d'enseignements, de culture et d'avancement religieux. Très attentif aux divines inspirations de la grâce, il était d'un naturel profondément ascétique. Il jouissait de dons mystiques extraordinaires. Cet homme d'une oraison continuelle se fit le propagateur de la Communion fréquente, le restaurateur de la tradition du Rite oriental et le défenseur acharné de la Justice sociale et politique. Injustement arrêté, il passa trois ans dans les prisons de Russie (1914-1917). Durant sa vie, il fut tracassé par les puissants du monde. Il demanda au Pape la permission de s'offrir comme victime et martyr pour la cessation des souffrances affligées à son peuple. Deux fois, il visita l'Amérique du Nord pour venir en aide aux âmes abandonnées. C'est à lui que l'on doit l'établissement de la hiérarchie Catholique Ukrainienne au Canada. L'idée dominante de sa vie, pourrions-nous dire, fut la propagation et le rétablissement de l'Unité de l'Église. Plusieurs de ses plans pour cette Unité ont été entravés par des situations historiques défavorables; mais cela n'a diminué en rien sa grandeur d'âme. Peut-être, cela n'a servi qu'a augmenter cette grandeur. Il ne se découragea jamais, sa confiance en Dieu resta toujours inébranlable. « Que tous soient un »: cette passion brûlante de son cœur ne se refroidit jamais; mais inspira toujours son apostolat. C'était encore un supérieur humble mais énergique, un apôtre sans répit. Il était ami de la jeunesse. Evêque de Kammenetz Podolsk, Archevêque de Lwiw, Métropolite de Halitch, plusieurs fois loué par le Souverain Pontife. Humainement il fut un génie, surnaturellement un véritable enfant de Dieu.


Prière pour obtenir la glorification du Métropolite André Sheptytsky

promoteur de l'Unité des Églises


O Seigneur Jésus-Christ, qui par l'opération de miracles et leur vie admirable, avez daigné honorer vos fidèles serviteurs, nous Vous supplions par l'intercession de Votre Mère élevée au Ciel, de glorifier aussi par l'opération de signes extraordinaires et de miracles, votre fidèle serviteur André-Romain Sheptytsky qui fut durant toute sa vie promoteur de l'union des Églises. Nous Vous demandons, pour le rayonnement de Votre Gloire, l'exaltation de Votre Nom, le Salut des âmes et la splendeur de Votre Église, actuellement persécutée dans son ancien troupeau, qu'il soit, par Votre Puissance, élevé au rang des Bienheureux. Ainsi soit-il.


« Son nom sera toujours en bénédiction dans l'Église de Dieu qui se rappellera sans cesse son zèle ardent pour le Salut des âmes et son courage intrépide et généreux... » (Vénérable Pie XII, le 17 octobre 1952)


« Je veux faire tout ce qui me semble utile à mon troupeau. » (Métropolite André)


Avec l'Approbation Ecclésiastique, le 2 décembre 1958

Téléchargez le texte de cette prière (pdf) en cliquant ici


La Servante de Dieu Victoire Brielle

798_001

La Servante de Dieu Victoire Brielle

La Sainte de Méral

1815-1847


Victoire Brielle, dite "la Sainte de Méral", naît le 31 janvier 1815 au Cormier, à Saint Poix, petit village de la Mayenne, région marquée par l'insurrection des Chouans. Ses parents sont d'anciens métayers devenus laboureurs et très attachés au catholicisme. Peu de temps après la naissance de Victoire, ils s'installent à la Grihaine, une ferme de Méral. Pieuse, d'une foi ardente et éclairée par l'Evangile, Victoire Brielle décide d'entrer en religion, d'abord chez les Bénédictines de Craon (1833) puis chez les Soeurs d'Evron (1835). Mais en raison de sa santé fragile, Victoire doit renoncer à la vie religieuse. Revenue parmi les siens, elle mène une vie simple, rythmée par la messe quotidienne. Elle raccomode les vêtements des humbles et des pauvres. Elle meurt à son rouet le 29 avril 1847, à l'âge de 32 ans. Huit jours auparavant, elle avait annoncé sa mort prochaine. Le 20 août 1866, près de vingt ans après l'inhumation en pleine terre au cimetière de Méral, le fossoyeur découvre le cercueil et le corps absolument intact de Victoire Brielle. A la demande du curé, le corps est à nouveau mis en terre. Nouvelle exhumation le 3 octobre 1866 : le corps désormais momifié est formellement reconnu par le père et l'un des frères de Victoire Brielle. La tombe de la "Sainte de Méral" devient rapidement un lieu de pèlerinage. Les restes de Victoire Brielle reposent aujourd'hui dans le caveau de la chapelle St Joseph, édifiée à Méral en 1882-1884. Plusieurs guérisons par l'intercession de Victoire Brielle ont été étudiés, dont la guérison de Madame Louveau épouse Hubert (faits remontant à 1938-1939). Mgr Bille, évêque de Laval (1984-1995), met en place une Commission d'enquête pour ouvrir un procès de béatification. Le 14 décembre 1996, Mgr Maillard, son successeur, communique une notification, émanant de la Congrégation pour la Cause des Saints à Rome, lui assurant que pour le Saint Siège, rien ne fait obstacle à ce que la cause de Victoire Brielle, Servante de Dieu, soit poursuivie. Le Procès canonique diocésain (trois volumes) est déposé à Rome le 19 décembre 1997.


Bibliographie

"La Vie de la Servante de Dieu, Victoire-François Brielle. Méral 1815-1847" par le Chanoine Constant Tonnelier, Paris, Pierre Tequi, 2001.


Paroles de la Sainte de Méral


"Puisque Dieu ne m'a pas jugée digne de la vie religieuse, je dois faire mon salut dans la vie commune."


"Père, pardonnez-moi le chagrin que je vous fais sans pouvoir parvenir à rien."


"Je n'ai pas besoin de dormir, je me fatiguerai au lit. Je t'en prie laisse-moi prier".


"Le jeûne, cela ne me gêne pas et je dois faire pénitence".


"Il faut bien souffrir un peu".


"Je vous apporte à boire aujourd'hui. Dans huit jours, je ne vous en apporterai plus, je serai morte".


Prière pour obtenir la glorification de Victoire Brielle


Seigneur notre Dieu, qui aimez Vous glorifier dans les âmes humbles et Douces, à l'image de Votre Divin Cœur. Nous Vous rendons grâce pour votre Servante Victoire Brielle, qui s'est complu à réaliser les choses ordinaires en les faisant extraordinairement bien, par amour pour Vous et pour les autres. Elle avait un profond amour pour Jésus, présent dans le Saint Sacrement, passant des journées entières à L'adorer. Elle avait aussi un attrait très prononcé pour la prière, qui guidait et rythmait ses journées et sa vie tout entière. Nous Vous demandons par son intercession, ce nous accorder un peu de cette Foi, de cette confiance et de cet amour qu'elle avait pour Vous et pour son prochain, pour qu'à sa suite, nous parvenions à la Sainteté, but ultime de notre vie de chrétiens. Nous vous demandons aussi, si telle est Votre Volonté de daigner l'élever dans la Gloire de Votre Eglise en nous accordant les faveurs que vous sollicitons par son intercession(...) Nous Vous le demandons aussi par l'intercession de la Marie, que Victoire à tant aimé sur cette terre. Amen.


Relations de grâces

Evêché de Laval

27, rue du Cardinal Suhard,

B.P. 1225

53012 Laval Cedex

internet http://diocese-laval.cef.fr

Notice biographie que Victoire Brielle, cliquer sur le lien suivant:

http://spiritualitechretienne.blog4ever.com/blog/lirarticle-83937-492511.html

02 août 2009

La Vénérable Anne de Guigné

629_001

La Vénérable Anne de Guigné

1911-1922


Anne de Guigné naquit le 25 avril 1911, à Annecy-le-Vieux et mourut à Cannes le 14 janvier 1922. La mort de son père, tombé à la tête de ses chasseurs en 1915, fut à 4 ans, le principe de sa « conversion ». Cette enfant d'intelligence vive, de volonté ardente, facilement violente, désobéissante et jalouse, acquit rapidement une douceur et une abnégation peu ordinaires. Sa première communion, à 6 ans, acheva de la transformer. Extérieurement, ce fut la plus simple et la plus aimable des enfants: effacée et modeste, toute à ses petits devoirs et à ses jeux. Intérieurement, Dieu opérait en son âme des merveilles. Son humilité, sa douceur, son obéissance, son amour du sacrifice, son exquise et universelle Charité atteignirent un éclat remarquable. Sa manière de communier remuait les cœurs, et plusieurs fois on la vit comme transfigurée. Sa pureté était rayonnante et sa bonté sans limites. Devant la réputation de sainteté de la petite fille, l'évêque d'Annecy initia son procès en béatification, dès le 21 janvier 1932. Toutefois, les études menées à Rome n'aboutirent pas très vite, le cas d'une toute jeune sainte, non martyre, ne s'étant jamais encore posé. Le procès en vue de la reconnaissance de l'héroïcité des vertus d'Anne fut conclu en 1981, elle était proclamée Vénérable le 3 mars 1990, par le Pape Jean Paul II. Sa fête (locale) a été fixée au 14 janvier.


Prière pour demander la glorification d'Anne de Guigné


Mon Dieu, nous Vous remercions des grâces spirituelles dont il Vous a plu de combler Votre petite Servante Anne de Guigné, et nous Vous demandons, pour Votre Gloire et pour notre Salut, de daigner glorifier cette enfant qui n'a vécu que pour Vous sur la terre, et de nous accorder par son intercession (....) Si cela est conforme à Votre Sainte Volonté. Amen.


Imprimatur

Paris, 10 avril 1972

E. Berrar, V.E.


Renseignements et relations de grâces

Association les Amis d'Anne de Guigné

14, avenue Hoche

75008 Paris

www.annedeguigne.fr


E-mail: aag5@hotmail.fr

Posté par fmonvoisin à 11:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 juillet 2009

Vénérable John-Henry Newman

cardinal_newman_ouless

Le Vénérable John-Henry Newman

1801-1890

John Henry Newman est l’un des grands penseurs chrétiens et l’un des grands maîtres et guides spirituels des temps modernes. Profondément marqué par une expérience spirituelle vécue à l’âge de 15 ans, il passe presque trente ans de sa vie à l’Université d’Oxford comme étudiant puis comme enseignant et chercheur, mais aussi comme pasteur, devenant le prédicateur le plus écouté et le plus influent de tout le pays : ses Sermons paroissiaux, publiés en huit volumes, restent un des sommets de la prédication chrétienne des deux derniers siècles. Passionné par la découverte des Pères de l’Église, il s’interroge sur les fondements de l’Église. Il devient le chef de file d’un mouvement de renouveau théologique, liturgique et spirituel de l’anglicanisme, connu sous le nom de « Mouvement d’Oxford ». Sa conviction grandissante que l’Église catholique romaine est le véritable successeur de l’« Église des Pères » le conduit, au prix d’énormes sacrifices personnels mais sans rupture sur le plan intellectuel, à quitter l’Église anglicane en 1845 pour rallier l’Église catholique. En 1848, il fonde l’Oratoire de saint Philippe Neri en Angleterre. Mis au ban de la société anglicane et protestante de son pays, il écrit en 1864, pour répondre à une attaque contre son intégrité personnelle, son Apologia pro vita sua. L’ouvrage, qui est considéré comme l’une des grandes biographies intellectuelles de tous les temps, connaît un succès spectaculaire qui réhabilite largement son auteur dans l’opinion publique anglaise. Il cherche à servir loyalement, grâce à ses immenses dons intellectuels et spirituels, sa nouvelle Église. Celle-ci ne sait guère que faire, cependant, d’un homme aussi brillant, possédant une pensée aussi originale, et ce n’est qu’en 1879 qu’il obtient la reconnaissance qu’il mérite lorsque le nouveau pape, Léon XIII, le nomme cardinal. C’est surtout au XXe siècle que sa pensée marquera profondément l’Église, au point que Jean Guitton l’appellera « le penseur invisible de Vatican II ». Théologien, historien, philosophe, prédicateur, romancier, poète, accompagnateur et guide spirituel, Newman est l’auteur de plus d’une quarantaine d’ouvrages et d’une vaste correspondance d’un grand intérêt. Déclaré « vénérable » en 1991, un miracle ayant été reconnu le 3 juillet 2009, sa béatification est donc imminent.

Biographie de John-Henry Newman, cliquer sur le lien suivant:

http://spiritualitechretienne.blog4ever.com/blog/lirarticle-83937-648884.html

Prière pour demander la canonisation du Vénérable John Henry Newman

Père Éternel, vous avez conduit le Vénérable John Henry Newman pour suivre la lumière de la vérité, et il a répondu aux appels de votre Divine Volonté et ce quel qu'en soit le prix, en tant qu'écrivain, prédicateur, conseiller et éducateur, comme pasteur, oratorien, et serviteur des pauvres, il a oeuvré pour l'avènement de Votre Royaume. Faites que par le biais de votre Vicaire sur la terre nous puissions un jour entendre les mots suivants: «Bravo, bon et fidèle serviteur, entre dans le catalogue des saints de l'Église." Manifestez nous la puissance d'intercession de votre Serviteur en répondant aux prières que Vous adressent Vos enfants fidèles dans le monde entier. Par l'intercession du Vénérable John Henry Newman, nous Vous confions plus particulièrement nos intentions, par Jésus Christ votre Fils et notre seigneur. Amen.

Renseignements

www.newmancause.co.uk

19 juillet 2009

Le Vénérable Jean Gailhac

332_001

Le Vénérable Jean Gailhac

Fondateur des Soeurs du Sacré Cœur de Marie

1802-1890


Jean Gailhac est né à Béziers le 13 novembre 1802. Il est ordonné prêtre dans le Diocèse de Montpellier en 1826. Peu de temps après son ordination, il demande à son évêque de lui confier le poste d’aumônier de l’hôpital civil et militaire de la ville de Béziers. Ce travail, qu’il poursuit jusqu’à la fondation de l’ordre des Religieuses du Sacré Cœur de Marie en 1849, lui fait côtoyer les plus nécessiteux et marginaux de la société de l’époque. Il devient évident à ses yeux qu’un groupe requiert une aide particulière : les femmes prises au piège de la prostitution. En travaillant auprès d’elles, il réalise que la plupart de ces femmes ne bénéficient d’aucun soutien social ou familial. Gailhac s’arrange pour qu’elles puissent être accueillies dans un foyer à Montpellier, en payant lui-même leur gîte et leur couvert avec son maigre salaire et l’argent fourni par ses parents. Quand ses moyens ne lui permettent plus d’assumer ces frais, il créé le Bon Pasteur à Béziers, un foyer pour les femmes et bientôt un orphelinat. Le décès de son ami de toute la vie, Eugène Cure, en 1848 est un tournant dans la vie du Père Gailhac. Appollonie Cure, veuve d’Eugène, lui exprime son désir de consacrer sa vie ainsi que sa fortune à ses œuvres. Depuis un certain nombre d’années, Gailhac avait l’idée de fonder une congrégation religieuse. Il voit dans le désir de Madame Cure une opportunité providentielle de le faire. Sous la direction du Père Gailhac, l’Institut des Religieuses du Sacré Cœur de Marie est fondé en 1849. Il travaille en étroite collaboration avec la communauté en particulier avec Mère Saint Jean (Appollonie Cure). La formation solide des sœurs devient son objectif premier. Avec elles, il continue ses diverses œuvres à Béziers. Par ses nombreuses lettres et visites, il reste en contact avec les sœurs réparties à travers le monde, à mesure que l’Institut se développe. Vers la fin de sa vie, il écrit des traités sur divers thèmes spirituels. Le décès des sœurs lui cause toujours beaucoup de peine. Il survit aux deux premières supérieures générales, Mère St. Jean et Mère St. Croix. Il meurt le 25 janvier 1890 à l’âge de 88 ans. Dans les années 50, Mère Gerard Phelan introduit sa cause de béatification. En 1972, il est déclaré Vénérable par l’Eglise.


Prière pour demander la glorification du Serviteur de Dieu Jean Gailhac

O Dieu qui trouvez Votre Gloire dans les mérites de Vos Saints et qui Vous plaisez à exalter leurs vertus, écoutez favorablement les prières que nous Vous adressons en faveur de Votre fidèle serviteur le Père Pierre Jean Antoine Gailhac, fondateur de l'Institut du Sacré Cœur de Marie. Vous souvenant du zèle ardent qu'il témoigna pour le Salut des âmes, de la Charité si généreuse qu'il exerça en faveur des pauvres et de la filiale dévotion qu'il eût pour le Sacré Cœur de Votre Sainte Mère, qu'il Vous plaise de le glorifier ici-bas et de nous obtenir, avec la grâce que nous sollicitons (....), celle de devenir ses fidèles imitateurs.

Imprimatur

Die 22 februarii 1945

Gabriel

Episcop. Montis Pessulani

Les personnes qui recevront des faveurs attribuées à l'intercession du R. Père Gailhac sont priées d'en vouloir bien donner connaissance à:

Madame la Supérieure du Sacré Cœur de Marie

21, Rue Ermengaud

Béziers- Hérault

Pour approfondir

www.rscm-pen.org

Posté par fmonvoisin à 15:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


08 juillet 2009

Le Serviteur de Dieu Silvio Dissegna

8_Silvio_Dissegna

Le Serviteur de Dieu Silvio Dissegna

1967-1979

Silvio est né le 1er juillet 1967 près de Turin en Italie. Il va à l'école jusqu'en fin d'études primaires, quand on découvre un cancer à l'os de la jambe gauche le 13 mai 1978. Sept voyages à Paris n'améliorent pas sa santé. A partir de mai 1979, sa jambe devient une grande plaie douloureuse. Il prie le Rosaire, surtout la nuit, quand il ne peut dormir. « Chaque douleur est un geste d'amour pour toi Jésus... Je dois rester seul avec Jésus, Lui parler, Lui dire tout ce que j'ai dans le cœur; toi, maman, va te reposer, tu es fatiguée, tu as besoin de dormir... Jésus je souffre comme quand tu portais la croix et tu étais frappé, j'unis mes souffrances aux tiennes. Reste près de moi, Jésus... Maman, je suis en train d'avancer sur la voie du Calvaire, puis il y aura la crucifixion, maman, prépare-toi! » Il devient aveugle, puis sourd. Il communie tous les jours jusqu'au jour de son départ pour le Ciel, le sourire aux lèvres, le 24 septembre 1979.

Prière

Père de Miséricorde, Source de toute Bonté, Ton Fils Jésus s'est fait semblable à nous: il a été un enfant et a aimé les petits en les proposant à tous pour leur ressembler. Pour nous sauver, Il est devenu l'Homme des Douleurs, en offrant Sa Vie par le Sacrifice de la Croix. En accueillant de façon si disponible Ta Sainte Volonté, je Te prie humblement et avec une Foi ardente, afin que soit glorifié sur terre Ton serviteur fidèle Silvio Dissegna, qui, dans sa courte vie d'adolescent, a su accueillir les Dons du Saint Esprit en répondant aux exigences de Ton Amour dans le chemin si douloureux de la souffrance, et je Te demande de me concéder par son intercession la grâce de... que je désire tant. Amen.

Texte extrait du livre « Même les enfants peuvent être canonisés! », de Thierry Leliève, Ed. Téqui

Pour approfondir

www.silviodissegna.org

Posté par fmonvoisin à 13:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

06 juillet 2009

Bienheureuse Jeanne Emilie de Villeneuve

Emilie_de_Villeneuve

Bienheureuse Jeanne Emilie de Villeneuve

Fondatrice de Soeurs Bleues de Castres

1811-1854

Fête le 3 octobre

Jeanne Émilie de Villeneuve (1811-1854) crée la congrégation de Notre Dame de l’Immaculée Conception, le 8 décembre 1936, une communauté religieuse connue rapidement sous le vocable de “soeurs Bleues de Castres” en raison de la couleur de leur habit. Dans l’anonymat d’une maison de Castres, elle sert, avec ses compagnes, les plus démunis : jeunes ouvrières, malades, prostituées, en prison les condamnés. La congrégation voit grandir le nombre de ses soeurs, et son rayonnement finit par s’étendre à l’Afrique : Sénégal, Gambie, Gabon. En 1854, l’épidémie de choléra atteint Castres et la fondatrice des soeurs Bleues décédera le 2 octobre, entourée de ses soeurs.

Les Béatitudes à Emilie de Villeneuve


Bienheureuse es-tu Emilie, parce que tu n’as pas détourné ton regard quand Jésus t’a invité à tout laisser et à le suivre.


Bienheureuse es-tu Emilie, parce que tu n’as pas hésité à renoncer à ce que tu possédais pour servir et aimer Jésus dans les pauvres, les petits et les membres souffrants de son corps mystique.


Bienheureuse es-tu Emilie, parce que tu n’as pas mis ton coeur dans les biens matériels et que, de cette façon, tu as pu exclamer : “Toi, Seigneur, Toi, le tout et le reste rien”.


Bienheureuse es-tu Emilie, parce que tu a fondé une famille religieuse ayant comme caractéristiques le service et la générosité dans la disponibilité envers le prochain, la générosité, l’esprit de famille, la simplicité et la joie.


Bienheureuse es-tu Emilie, parce que quand tu parlais de pauvreté, tu ne te contentais pas de théories.


Bienheureuse es-tu Emilie, parce que tu as entendu la clameur des pauvres et que tu ne t’es pas contenté de dire ”Pauvres gens!”


Bienheureuse es-tu Emilie, parce que quand tu disais à tes filles : “Vivez, travaillez et mourez comme les pauvres”, tu le leur disais surtout par ta vie.


Bienheureuse es-tu Emilie, parce que dans ta famille religieuse est toujours vivant, comme stimulant et comme exemple, le souvenir de ton audace missionnaire, de ton humilité et de toutes les vertus que tu as vécues à un degré héroïque et que, pour cela, avec l’Eglise qui l’a reconnu, nous pourrons bientôt te prier :


Bienheureuse, Bienheureuse, Bienheureuse Emilie… Prie pour nous !!!


Poème à la Bienheureuse Emilie de Villeneuve


Tachycardie d'émotions


L'annonce s'est faite joie
Appel, décision
Option
Gratuité
Abandon, Dieu seul

L'expérience dissipe la souffrance
Et Toi, ici,
La Rua faisant Lumière
en nous, Jésus

Le cosmos s'illumine
Les étoiles
annoncent
Les hommes divulguent

Bonne Mère!
Tu es bénie!
Et bénies nous aussi !
Bénie mission !

Et l'option
Se fait lumière dans la Congrégation

Consigne
Miracles à rechercher
Miracle la vie
Soutenue
Par tant de soin et de fragilité

Miracles les peuples
aimés du Père !
Binta, en ton visage et ta vie
Présente!!! S'écoutent
les pauvres de l'humanité.

Amour émotion
Engagement
Dieu Seul
Tu es et Je suis.

(Dolores Osuna)


Soeur Emilie de Villeneuve

Un Evangile grand ouvert
Toute sa vie en est la preuve.
Pour nous elle est une lumière:
Sœur Emilie de Villeneuve.

Toute une vie, toute une preuve
D’un Dieu aimant, d’un Dieu présent.
Y compris même dans l’épreuve,
Et la « dignité » de la vie.

Son idée reste toujours neuve,
Son œuvre est à contre-courant,
Elle se nomme : « De Villeneuve »
Et se prénomme : « Emilie ».

Car c’est l’histoire d’une FEMME
Et d’un feu toujours bien vivant.
L’histoire même d’une flamme
Qui peut embraser d’autres vies.

C’est ainsi l’histoire d’une âme,
Donnée à Dieu totalement,
A l’Immaculée Notre-Dame
C’est le vrai PROJET d’Emilie.

Et puisqu’elle laisse derrière elle,
Un sillon profond et vivant
Dieu et les pauvres nous appellent
C’est là tout le SENS de sa vie.

Une route encore actuelle
Dieu aujourd’hui, Dieu « Main-tenant »
Ainsi les « Sœurs Bleues » nous révèlent
L’immense PASSION d’Emilie.


Paroles et lettre de J.C. Gianadda


Emilie Marie de Villeneuve


Emilie,
MARIE DE VILLENEUVE
Tu nous as tracé le parcours
Emilie,
Notre Sœur bienheureuse
Nous voici
Pour chanter DIEU- AMOUR;

Elle nous redit
Le SENS de l’Evangile
Elle nous supplie
D’être morceau d’argile
Entre les mains d’un DIEU-AMOUR
Trouver le sens, le vrai, le jour
Dans les petits, les mendiants d’Amour.

Elle nous redit
Le GOÛT de l’Evangile
Porter du fruit
Au cœur d’un monde hostile.
Et témoigner d’un DIEU-AMOUR
Et respecter ainsi toujours
Les plus petits, les mendiants de l’Amour.

Elle nous redit
La JOIE de l’Evangile
Malgré nos vies
Si futiles et fragiles.
Elle nous redit le DIEU-AMOUR
Veillant sur nous la nuit, le jour.
Elle nous redit: «suivez-Le sans détour.»

Paroles et lettre de J.C. Gianadda


Textes extrait du site www.cic-castres.org

81941_2


 

Chant composé à l'occasion de la Béatification de Jeanne Emilie

Pour ce jour de mémoire et de fête

Pour la joie d’annoncer des merveilles


Béni sois-tu Seigneur !


Pour l’esprit appelant les croyants

à marcher sur les traces des saints


Béni sois-tu !


Gloria, gloria, gloria tibi domine (bis)


Pour l’Église au-delà des frontières

Pour la route à nos pas familière


Béni sois-tu Seigneur !


Pour nos voix ne formant qu’un seul chant

Et les mots que les saints nous ont dits


Béni sois-tu !


Pour la foi triomphant de l’épreuve

La semence où la vie est à l’œuvre


Béni sois-tu Seigneur !


Pour les saints qui proclament « Dieu seul »

Et leur cœur attentif à chacun


Béni sois-tu !


Pour Jésus qui se joint aux disciples

Son appel à porter l’Évangile


Béni sois-tu Seigneur !


Pour les saints qui témoignent de Lui

Et repoussent le doute et la peur


Béni sois-tu !


Pour celui que ta grâce relève

Le pécheur découvrant ta tendresse


Béni sois-tu Seigneur !


Pour les saints qui connaissent ton cœur

Et reflètent sur nous ta bonté


Béni sois-tu !

page1_e12db

Bienheureuse Jeanne-Emilie de Villeneuve, priez pour nous!

Notice biographique sur la Bse Emilie de Villeneuve, cliquez sur le lien suivant:

http://spiritualitechretienne.blog4ever.com/blog/lirarticle-83937-1348024.html

24 juin 2009

Prière d'ordination de Padre Pio

pio16o

Prière d'ordination de Padre Pio

Le 10 août 1910, le frère Pio de Pietrelcina était ordonné prêtre, devenant ainsi Padre Pio. Au dos de l'image-souvenir de son ordination, une prière était inscrite, que le frère avait composée lui-même; on y trouve en condensé ce que sera sa vie sacerdotale. A l'occasion de l'ouverture de l'Année Sacerdotale, je vous invite à lire et à prier avec ce beau texte.


Jésus, mon souffle et ma vie,

aujourd'hui, en tremblant,

je vous élève dans un mystère d'amour.

Qu'avec vous, je sois, pour le monde,

Voie, Vérité et Vie

et, par vous, prêtre saint, victime parfaite.

Amen.

D'après un texte extrait du site  http://saint.padre.pio.free.fr

23 juin 2009

Le Serviteur de Dieu Antonio Molle Lazo

716_001

Le Serviteur de Dieu Antonio Molle Lazo

Martyr du Christ Roi

1915 - 1936


Antonio Molle Lazo est né le 2 avril 1915, fils d' un modeste représentant de commerce qui vécut à Jerez de la Frontera ( Xerès ) en Espagne. Après avoir été éduqué chez les Frères de la Doctrine Chrétienne, il était devenu employé de commerce. Il assistait à la messe quotidiennement et faisait partie de l' Association de la Jeunesse Catholique. Il fut emprisonné avec l' un de ses frères pour avoir défendu le Couvent des Dominicains de la profanation. Pendant son incarcération, il récitait le rosaire avec ses compagnons. Lorsque la guerre civile éclata, il s' engagea dans la garnison de la garde civile, le 8 août 1936. Deux jours après, le 10 août au matin, il assista à la messe avec un petit groupe, à Penaflor. C' est alors que les Rouges firent irruption dans le bourg. La garnison se replia à l' Hôtel de Ville, mais il partit au Couvent des Filles de la Croix qui se trouvait à proximité, pour porter secours aux religieuses Augustines et les évacuer. Le couvent fut envahi par les troupes du Front Populaire. Il fut torturé ( les oreilles et le nez coupés ), pour ne pas avoir voulu abjurer. Au contraire, il cria " Vive le Christ-Roi ! " Il avait 21 ans, et ne portait pas d' armes...Il était dans la légion de la Merci. Ses restes reposent en la basilique de Notre Dame du Carmel de Jerez. Les habitants se souviennent et pardonnent, mais ne veulent pas oublier. Sa Cause de Béatification a été ouverte le 22 juin 2007.


Prière pour demander la glorification du Serviteur de Dieu Antonio Molle Lazzo


O très aimable Jésus ! Vous qui avez dit : Celui qui Me confessera sur la terre Je le confesserai devant Mon Père Céleste; glorifiez donc, l'âme de Votre Serviteur Antonio Molle Lazo, qui n'a pas eu peur de confesser votre Saint Nom au milieu des tourments les plus atroces, et accordez à nous, par ses mérites et par son intercession, les grâces dont nous avons besoin. Nous vous le demandons pour le plus grand honneur et la gloire de la très Sainte Trinité Très et l'avènement de votre Règne, sur cette terre. Amen.


Réciter 3 Notre Père, 3 Je Vous salue Marie et 3 Gloire au Père en l'honneur de la Très Sainte Trinité

Téléchargez la prière pour la béatification d'Antonio (pdf) en cliquant ici

Biographie d'Antonio Molle Lazo, cliquer sur le lien suivant:

http://spiritualitechretienne.blog4ever.com/blog/lirarticle-83937-1331311.html

Posté par fmonvoisin à 13:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

21 juin 2009

Bienheureux Francisco Garate

525_001

Bienheureux Francisco Garate S.J.

1857-1929


Né le 3 février 1857 à Azpeitia (Pays Basque espagnol), il fut religieux de la Compagnie de Jésus, humble frère lai (laïc) qui, pendant quarante-deux ans, s’acquitta, avec une humilité toute chrétienne, de l’office de portier, à l'Université de Bilbao. Austère pour lui-même et menant une vie très pauvre, il était aimable et toujours souriant, ce qui le fit surnommer "Frère Politesse". «Le message de sainteté que le Frère Francisco Garate Aranguren nous a laissé est simple et limpide, comme le fut sa vie immolée de religieux, à la porterie du Centre universitaire de Deusto.» (Jean-Paul II) Il a été béatifié le 6 octobre 1985 à Rome par le Serviteur de Dieu Jean-Paul II.

Prière pour demander des grâces par l'intercession du Bienheureux Francisco Garate

O Dieu d'Amour, qui, en nous montrant les admirables vertus du bienheureux Francisco Garate, nous avez enseigné la valeur de la discrétion, de l'humilité, de l'obéissance et du travail dans le silence, daignez glorifier Votre serviteur dans Votre église, et accordez-nous la grâce que nous Vous demandons votre intercession, si ce la est pour votre plus grande gloire et le bien de nos âmes. Ainsi soit-il.


Notre Père, je Vous salue Marie, Gloire au Père

Garate_Francisco_Beato_1

Posté par fmonvoisin à 18:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,