images saintes

31 août 2022

Le Mois de Sainte Philomène

Le Mois de Sainte Philomène

 

279655593_3255422451366970_1188350709232487166_n

 

Trente-deuxième jour

 

Conclusion du Mois de Sainte Philomène

 

À toutes les gloires de sainte Philomène est venue ; dans ces dernières années - années d’épreuves pour la France - s’en joindre une nouvelle non moins éclatante que les autres. La Thaumaturge du XIXe siècle a voulu être l’instigateur des pèlerinages nationaux qui se sont organisés pour la conversion de la France et la délivrance du Souverain Pontife, en commençant par celui qui a eu lieu à la Salette en 1871, C’est elle qui a présidé au mouvement religieux de notre époque, lequel va grandissant tous les jours, et voici comment.

Durant la guerre civile qui a ensanglanté la capitale, une lampe n’a cessé de briller à l’autel de sainte Philomène en l’église des Saints Gervais et Protais, qui, quoique au milieu de l’incendie et de l'émeute, a été miraculeusement préservée, et avec elle, toutes les maisons de la paroisse. Au pied de cet autel quarante fidèles, touchés des malheurs de la patrie, et de là protection manifeste que la Sainte avait accordée à leur église, promirent d’aller solennellement en pèlerinage à Ars et à la Salette, et de convoquer à cette manifestation religieuse, non-seulement la paroisse de Saint Gervais, mais encore tous les catholiques de France.

Malgré des obstacles sans nombre dont Philomène a triomphé, le pèlerinage national de 1872 a eu lieu, et il a été suivi de celui de 1873, et l’on peut bien dire que si la vierge de Mugnano a inspiré le premier pèlerinage national, elle a été la protectrice de tous ceux qui ont suivi.

Aussi le culte de sainte Philomène à Saint Gervais, qui n’était à l’origine que paroissial, a acquis un caractère d’universalité et pris une importance qui ne fait que s’accroître ; il s’est régularisé grâce aux soins et au zèle de M. l’abbé de Bussy, curé de Saint Gervais et chanoine honoraire du diocèse, et a fait sentir partout sa douce et salutaire influence. De nombreux cierges brûlent constamment autour de la statue de la Sainte et treize lampes -en mémoire des treize années mortelles de la martyre - ont été allumées pour ne plus s’éteindre. Que de consolations accordées ! que de grâces obtenues !

 

Pratique : Que sainte Philomène a acquis de titres à notre reconnaissance ! Combien elle est grande devant Dieu, et combien nous devons faire d’efforts pour mériter un de ses regards ! Invoquons-la sans cesse ; déposons des ex-voto à ses sanctuaires ; faisons brûler en son honneur des huiles parfumées ! Invoquons-la surtout pour la conversion de notre patrie, pour le Pontife que la chrétienté vénère ; invoquons-la pour le catholicisme qu’on martyrise. Philomène est la vierge victorieuse - virgo victrix - elle est l’inspiratrice et la protectrice des grandes œuvres. Mettons-nous sous son égide, et nous n’aurons plus rien à craindre ; l’espérance luira pour nos cœurs, et nous atteindrons le séjour céleste que Dieu réserve à ses élus.

 

Téléchargez l’intégralité des méditations du Mois de Sainte Philomène (pdf) en cliquant ici

 

Fin du Mois de Sainte Philomène

 

000001hcjpg5x7-001

 

Prochain Mois de dévotion:

le Mois des âmes du Purgatoire

rendez-vous le 30 octobre


Pour recevoir les méditations du Mois des âmes du Purgatoire, ainsi que les prochaines neuvaines, prières :

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 


30 août 2022

Le Mois de Sainte Philomène

Le Mois de Sainte Philomène

 

Ste Philomène

 

Trente-et-unième et dernier jour

 

Nous voici arrivés au dernier jour du Mois consacré à sainte Philomène. Nous avons pu voir cette sainte toujours secourant le malheureux, toujours versant à flots sur ses protégés les miséricordes du Seigneur et de la Vierge.

À ces traits déjà si multipliés nous eussions pu en ajouter des milliers d’autres. Car combien de prodiges la Sainte n’opère-t-elle pas de nos jours encore par sa médiation auprès du Tout-Puissant, en Italie, dans notre France, en Belgique, pays où son culte devient toujours plus florissant. Il n’est pas un lieu de pèlerinage, il n’est point un autel édifié à la Sainte où elle ne signale de temps en temps toute sa tendresse en faveur des âmes qui s’adressent à elle avec confiance.

Dites-le vous, braves anges, esprits bienheureux, gardiens de ces sanctuaires bénis qui avez été les témoins de ses bienfaits. N’est-il pas vrai que tous les maux trouvent des remèdes, et toutes les infirmités et les maladies leur guérison au pied de l’image vénérée de sainte Philomène ? Oh ! quel puissant encouragement pour nous de la prier avec foi, de l’honorer avec amour ! Grande Sainte, qui a jamais pu dire, s’il vous a invoquée avec humilité, confiance et persévérance, que vous l’ayez abandonné dans ses besoins. Oh! que les enfants des hommes célèbrent donc conjointement avec les anges les miséricordes de notre Dieu sur eux par l’entremise de Philomène !

Sainte Philomène donc ne demande qu’à nous faire du bien : nous en sommes convaincus. Mais cela suffit-il pour que nous jouissions de sa faveur ? Pas toujours ; car il faut qu’à sa bonté, à sa sollicitude, répondent non seulement notre désir d’être protégés par elle, mais encore, mais surtout la persévérance à l’honorer par un culte spécial, et qui soit conforme à la doctrine et à la pratique de notre mère la sainte Eglise. Or, ce culte de sainte Philomène doit être comme celui que nous rendons à Dieu, toujours proportion gardée selon les limites que l’ordre et les convenances réclament, rendu en esprit et en vérité, et ici le mot de saint Jean trouve heureusement son application : « N’aimons pas de paroles, mais par les œuvres ». C’est-à-dire que pour honorer dignement et avec fruit notre Sainte bien-aimée, il faut, si nous sommes pécheurs, quitter le péché et marcher dans la voie du juste, en y faisant tous les jours, à chaque instant de nouveaux pro­ grès. C’est-à-dire encore qu’à l’invocation de sainte Philomène, nous devons joindre l’imitation des vertus de sainte Philomène.

C’est ainsi que le saint curé d’Ars lui-même entendait le vrai culte de sainte Philomène ; il disait souvent aux empressés qui le priaient d’intervenir auprès de la Sainte pour eux, afin qu’elle les guérît de leurs infortunes : « Il faut guérir l’âme avant de guérir le corps ». Et nos dévotions pour sainte Philomène seraient-elles animées de la plus grande ferveur, le Seigneur et sa Sainte détourneront les yeux de nos prières, dédaigneront même notre culte, si nous voulons persévérer dans l’iniquité.

Une fois quittes du péché, une fois notre âme purifiée, allons avec confiance vers sainte Philomène, adressons-nous à elle dans nos besoins, et soyons convaincus à l’avance que nos espérances ne seront jamais frustrées dans ce que nous lui demanderons; car c’est ce dont il faut nous bien persuader en terminant, ou alors sainte Philomène nous obtiendra les grâces que nous sollicitons de sa bonté, ou elle nous en obtiendra de meilleures, c’est-à-dire des grâces plus conformes à ce que l’Eternel veut de nous et à nos vrais besoins.

 

000001hcjpg5x7-001

 

Pour recevoir les prochaines neuvaines, prières :

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

29 août 2022

Le Mois de Sainte Philomène

Le Mois de Sainte Philomène

 

screen-2

 

Trentième jour

 

Sainte Philomène corrige un esprit fort et le convertit

 

Combien de fois on rencontre de ces esprits soi-disant forts et qui sont très faibles, de ces esprits qui trouvent étrange qu’on attribue des effets merveilleux aux saintes images, et qu’on s’empresse à les honorer avec une si vive piété. Tel était l’individu dont il va être parlé et que sainte Philomène a ramené à la doctrine de vérité. Sachons profiter de la leçon pour le salut de notre âme.

Sa famille avait, en dépit de son incrédulité, une affection marquée pour notre Sainte. Elle en avait l’image dans un petit oratoire domestique, et lui rendait un culte assidu. C’était le fruit de ce qu’elle avait entendu dire à un pasteur fervent et zélé, sur les grâces sans nombre obtenues par l’intercession de sainte Philomène.

On en parlait quelquefois dans la maison. Mais croire à des miracles, et à de pareils miracles, c’était, selon cet homme, l’indice d’un bien petit esprit.

Il persistait à penser et à raisonner de la sorte, quand il lui semble un jour, en dormant, se trouver dans l’église ; et il y voit la sainte Martyre, environnée d’un grand nombre de personnes. Toutes lui demandaient quelque faveur, et toutes s’en retournaient pleinement satisfaites.

Désirant, lui aussi, voir se réaliser une chose qu’il avait fort à cœur, il s’approche et lui adresse sa prière : « Loin d’ici, loin d’ici, lui répond aussitôt la Vierge courroucée ! N’êtes-vous donc plus cet homme qui n’ajoute aucune foi aux prodiges que j’opère ? Quoi ! vous, oser me demander des grâces !... »

Ces paroles, prononcées d’un ton sévère, firent la plus vive impression sur son cœur ; et il se réveilla. Ce n’était plus le même homme. Il jugea, dès ce moment, d’une toute autre manière ; il ne cessait de pleurer son erreur, et par la tendresse de sa dévotion envers la Thaumaturge, il mérita de sa part une distinction marquée dans la distribution de ses faveurs.

Admirons et adorons Dieu dans les merveilles qu’il opère en faveur de ses élus, lors même que nous ne les comprenons pas. Nous mériterons par ce moyen d’en avoir l’intelligence, s’il plaît au Seigneur, devant qui les plus grands esprits ne sont que petitesse, ignorance et ténèbres.

Si nous réfléchissions sérieusement que les saints sont les amis de Dieu, qui tient lui-même à les honorer et les faire honorer par les prodiges de sa puissance souveraine qu’il opère le plus souvent par leur intervention ; que ce Dieu est à leur égard aussi libéral qu’il est tout-puissant ; certes ! nous ne trouverions plus rien d’incroyable de ce que la légende nous rapporte des merveilles divines dans les saints.

Que le peu que nous venons d’exposer de la protection universelle de sainte Philomène nous porte à nous confier en elle, à imiter les vertus qu’elle a pratiquées et à lui adresser avec fidélité et dévotion quelques-unes des prières qui vont être offertes dans la deuxième partie de ce livre. Le patronage de sainte Philomène est un bien si grand, que nous ne saurions jamais trop faire pour le mériter.

 

Pratique : Comme la mesure des faveurs de sainte Philomène sur nous sera celle de notre dévotion pour elle, empressons-nous à l’honorer de notre mieux.

 

000001hcjpg5x7-001

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Sainte Philomène, ainsi que les prochaines neuvaines, prières :

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

28 août 2022

Le Mois de Sainte Philomène

Le Mois de Sainte Philomène

 

3254415024_4242dd93f0_o

 

Vingt-neuvième jour

 

Sainte Philomène punit un incrédule

 

Il faut sans doute distinguer les vérités ou dogmes de foi d’avec ce qui est opinion purement humaine, le témoignage divin d’avec le témoignage humain. Mais mépriser les faits, les miracles, les révélations qui ne sont pas définitivement reçues de l’Église, par un sentiment de mépris, pour ridiculiser, c’est une faute très grave, et qui ne peut nous attirer que des châtiments de la part de Dieu, qui est jaloux de la gloire de ses saints, et qui aime à manifester par des œuvres merveilleuses le crédit dont ils jouissent auprès de lui. Le fait que nous citons doit bien suffire à le prouver.

Un homme, le plus riche et le plus puissant du lieu où il vivait, se servait de son opulence et de son crédit pour vexer et persécuter toute sa commune.

Il n’y avait personne qui n’eût à se plaindre de sa méchanceté, et quoi que l’on tentât pour le faire rentrer de gré ou de force dans le devoir, ce petit tyran avait toujours assez d’habileté pour se tirer d’affaire.

Sainte Philomène venait d’opérer dans le même endroit un miracle dont tout le peuple et un grand nombre d’étrangers avaient été témoins.

Cet homme n’avait pu l’être avec les autres, en raison d’une absence. Quand il fut de retour, il entend le récit. Mais le voilà qui crie au mensonge et à la superstition.

« Bon, bon, dirent alors dans la simplicité de leur foi les victimes de l’injustice, il s’en prend à la Sainte, nous serons vengés » ; et le bruit se répand, on ne sait comment, que le malheureux ne verra pas la fête de sainte Philomène. Le peuple, le clergé, tous le répétaient d’une commune voix.

La chose arriva, en effet, comme cela avait été prédit. Il mourut subitement, et sa mort, qui eut lieu un mois avant la fête, porta des caractères visibles et frappants d’un châtiment céleste.

C’est ainsi que le ciel punit ceux qui se rient des saints et des prodiges qu’ils opèrent. Prenons donc bien garde à nous.

Mais, me direz-vous, il faut donc, selon vous, croire absolument sous peine d’éternelle damnation tout ce qui se raconte des miracles et des apparitions des saints ? À Dieu ne plaise ! répondrai-je.

Croyez d’abord tout ce qu’enseigne et reçoit l’Église, c’est devoir ; croyez ensuite tout ce qu’elle ne repousse point, tout ce qu’elle tolère en fait de croyance humaine ; c’est humilité, c’est respect, pieux hommage que Dieu a le droit d’attendre de vous. Pour celui qui comprend combien Dieu est bon à l’excès, combien il est puissant à l'infini, celui-là n’a pas de peine à croire les choses merveilleuses.

 

Pratique : Ayons un profond respect pour tout ce qui concerne sainte Philomène et son culte.

 

000001hcjpg5x7-001

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Sainte Philomène, ainsi que les prochaines neuvaines, prières :

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

27 août 2022

Le Mois de Sainte Philomène

Le Mois de Sainte Philomène

 

6195317e-f8be-4c08-912f-c0d57068c9a9

 

Vingt-huitième jour

 

Sainte Philomène rend la santé à une religieuse dangereusement malade

 

Qui racontera les secours que prodigue sainte Philomène aux religieuses qui sont fidèles à leurs saints engagements dans la noble et belle vocation qu’elles ont embrassée ? Le trait qui suit montre jusqu’à l’évidence combien ces âmes consacrées au Seigneur peuvent compter sur la protection de la Sainte, lorsqu’elles l’invoqueront avec instance et avec confiance dans leurs maladies ou autres causes désespérées.

Une jeune religieuse, que la discrétion ne permet pas de nommer, était dans un état voisin de la mort. Les gardes qui veillaient sur elle n’attendaient que l’instant où, dans un suprême effort, elle rendrait le dernier soupir.

Cependant on eût voulu sauver la vie de cette chère sœur à tout prix ! Voyant bien que l’espoir n’était plus, et saisie par une vive crainte qui le remplaçait, l’une des gardes vole à l’instant vers la digne supérieure.

« Ma mère, lui dit la sœur en laissant échapper de grosses larmes, venez recevoir le dernier soupir de votre fille ».

La supérieure arrive, fait prier sainte Philomène de vouloir bien, elle si bonne envers tous, s’intéresser à la position désespérante de la malade et lui obtenir le retour à la santé, s’il plaisait au Seigneur.

Une prière faite dans ces sentiments de foi et d’humilité, faite à sainte Philomène surtout, ne pouvait certes manquer d’être exaucée.

En effet, sainte Philomène, toujours si bienveillante, ne fut pas plus tôt invoquée, que la crainte à son tour fit place à l’espoir. Car, tout à coup, on voit la malade ouvrir les lèvres, on l’entend articuler quelques paroles.

Enfin, et l’Eternel le permettait ainsi pour que la guérison pût être certifiée par un témoignage imposant de plus, enfin, la nuit écoulée, l’aumônier arrive.

Il conjure la sœur malade d’unir sa prière à la prière de ses compagnes, et de se confier pleinement en Dieu sous la protection de sainte Philomène, il ajouta que la Sainte en avait tant guéri ! « Hélas ! répond à l’instant la pieuse et modeste religieuse, mais d’un ton qui accusait encore son état excessivement maladif, hélas ! ma vie est si peu de chose, et c’est un si grand bonheur pour moi de l’offrir à Dieu, en la lui sacrifiant par la mort ! » Le prêtre insiste ; la bonne sœur obéit ; elle prie sainte Philomène. Et soudain sa figure change, ses traits décomposés se rétablissent, un bien-être se fait sentir dans tous ses membres.

Sainte Philomène n’a point été insensible aux supplications qui lui ont été adressées. Oh ! Non ! car deux jours après, la malade allait à l’église rendre grâces à Dieu et à la Sainte de sa guérison.

 

Pratique : Comme sainte Philomène est la protectrice spéciale des personnes religieuses, elles doivent, ces personnes, lui témoigner une grande vénération. Les frères et les sœurs des écoles feront une œuvre bien agréable à Dieu et à la Sainte s’ils s'efforcent d’implanter la dévotion à sainte Philomène dans le cœur des jeunes enfants confiés à leurs soins.

 

000001hcjpg5x7-001

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Sainte Philomène, ainsi que les prochaines neuvaines, prières :

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 


26 août 2022

Le Mois de Sainte Philomène

Le Mois de Sainte Philomène

295956233_3334337193475495_7384752513290037323_n

 

Vingt-septième jour

 

Sainte Philomène guérit deux dames à la prière du saint curé d'Ars

 

Nous empruntons les deux guérisons suivantes au délicieux ouvrage de monsieur l’abbé Garnier sur sainte Philomène. Le récit en a été fait par une dame de Chalon-sur-Saône, nommée Raymond Corcevray, qui, elle-même, est l’objet de la guérison. Elle dit donc :

« La première fois que je vis le curé d’Ars, c’était au mois de mai 1843, époque à laquelle ce bon père fut atteint d’une maladie qu’on crut mortelle. On me permit d’entrer dans sa chambre. Il fit en me voyant un geste de la main pour me bénir. J’étais très souffrante d’une affection chronique au larynx et aux bronches. Cette bénédiction me guérit à moitié.

À deux jours de là, j’assistai à une messe de trois heures du matin où M. le curé célébrait sa propre guérison et rendait grâce à sainte Philomène. Je le consultai sur mon état et il me dit : « Mon enfant, les remèdes de la terre sont inutiles ; on vous en a déjà beaucoup administré. Mais le bon Dieu veut vous guérir... Adressez-vous à sainte Philomène, déposez votre supplique sur son autel, faites-lui violence, dites-lui que si elle ne veut pas vous rendre votre voix, elle vous donne la sienne ».

Je suivis ce conseil, je courus me jeter aux pieds de la chère petite Sainte. Je m’unis de tout mon cœur au curé d’Ars. L’effet fut instantané. Il y avait deux ans que je ne parlais plus, six ans que je souffrais cruellement. En entrant chez madame Fairer où j’étais logée, je lus à haute voix quelques pages sur la confiance en la sainte Vierge... J’étais guérie. Lorsque je revis M. Vianney, il me dit : « Mon enfant, n’oubliez pas l’action de grâces, et soyez ici le jour de la fête de sainte Philomène ».

Je n’eus garde de manquer à ce cher rendez-vous. Le 10 août, j’étais derrière le bon saint pendant la messe. Je chantai à l’élévation d’une voix forte et soutenue, et lorsque l’office fut terminé, M. Vianney me félicita de ce que la petite Sainte avait achevé ma guérison, me rendant la faculté de chanter aussi bien que celle de parler. Quant à cette dernière, vous savez avec quelle prodigalité j’en use. Toutefois l’abus n’a jamais ramené ces douleurs si vives, si continuelles, que j’éprouvais avant ma guérison ».

Après avoir raconté sa propre guérison, madame Raymond parla de celle d’une amie qui, comme elle, dut la guérison d’une infirmité mentale au saint curé et à sainte Philomène. Voici en quels termes :

« J’ai une parente qui, à la suite d’une grande révolution, a eu pendant trois mois la tête complètement perdue. Les remèdes, les soins, les distractions lui furent inutilement prodigués.

Sa pauvre mère, ne sachant plus quel parti prendre, me l’amena. Elle était désespérée. Je l’adressai à notre bien-aimé saint.

« Ma bonne dame, lui dit ce saint curé, faites une neuvaine à sainte Philomène. Je prierai avec vous. Vous verrez que tout ira bien ».

Tout alla bien, en effet ; et le dernier jour de la neuvaine, il n’y avait plus chez ma jeune parente trace de la maladie.

Aujourd'hui elle est mère de cinq enfants, à la tète d’un commerce très important, qu’elle dirige avec une rare intelligence. Jamais on n’a remarqué depuis dans ses facultés le moindre-affaiblissement.

Rappelons cette belle parole du saint curé d'Ars : « Noubliez pas l’action de grâces ». Beaucoup s’adressent à Dieu et à ses saints pour solliciter leur propre guérison ou tout autre bienfait souvent temporel ; mais hélas ! que le nombre de ceux qui les remercient, après en avoir été gratifiés, est petit !

 

Pratique : Un moyen sûr pour que nos prières soient favorablement accueillies de sainte Philomène, c’est si nous savons employer auprès d’elle l’intervention du saint curé d’Ars. qui lui était si dévoué !

 

000001hcjpg5x7-001

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Sainte Philomène, ainsi que les prochaines neuvaines, prières :

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

25 août 2022

Le Mois de Sainte Philomène

Le Mois de Sainte Philomène

 

Peinture_sous_verre-Sainte-Philomène-Musée_alsacien_de_Haguenau

 

Vingt-sixième jour

 

Sainte Philomène prend sa cause en main

 

Le ciel, qui est jaloux de la gloire des amis de Dieu, montre souvent sa puissance sur ceux qui prétendraient la leur ravir. Nous citons un fait qui prouve jusqu’à l’évidence que Dieu accorde à ses saints amis d’exercer eux-mêmes ce pouvoir sur les volontés des hommes qui s’opposent trop souvent d’une manière directe ou indirecte au culte que nous leur rendons et qu’ils ont le droit d’attendre de nous. Ce trait, du reste, nous devra faire remarquer que la grande influence du culte de sainte Philomène sur la société chrétienne à cette époque est le résultat de la puissance dont l’a revêtue l’Eternel, qui met en elle ses complaisances, et qui la glorifie sur la terre à raison de son humilité, de sa virginité et de son martyre.

Tout se disposait à Mugnano pour célébrer avec solennité l’anniversaire de la Translation de la Sainte.

Le concours était prodigieux, la joie universelle ; quand la veille de ce beau jour, vers l’heure de midi, arrive un escadron de cavalerie étrangère, avec ordre de s'arrêter dans cette petite ville, où il devait être maintenu aux frais des habitants.

C’était le fruit d’une intrigue, ourdie à Naples par la jalousie de l’enfer et par la malice de ses suppôts.

On y avait fait courir le bruit que la population de Mugnano méditait un soulèvement contre l’ordre actuel des choses, et qu’il était sur le point d’éclater. Aussi la première démarche du commandant, aussitôt après son arrivée, fut de défendre, sous des peines rigoureuses, la célébration de la fête, et particulièrement la procession, où devait être portée la statue de sainte Philomène.

Cette défense jeta tout le monde dans la consternation : habitants, étrangers, tous pénétrés de la plus amère douleur, ne pouvaient concevoir ce qui avait donné lieu à des mesures aussi impies que sévères, et ils couraient en foule épancher leur affliction aux pieds de leur sainte Protectrice.

Elle entendit leurs plaintes, et s’empressa de seconder leurs pieux désirs. Car enfin, comme dit l’Ecriture, le cœur de ceux qui gouvernent n’est-il pas entre les mains du Seigneur ? La Thaumaturge pria, et Dieu changea soudain la volonté du commandant.

L’ordre donné est révoqué ; il est permis de célébrer la fête et de faire la procession. La force militaire, envoyée dans les vues les plus hostiles, paraît n’être venue que pour ajouter une nouvelle pompe à la solennité, et faire régner partout l’ordre le plus exact. Officiers et soldats, tous dans la plus belle tenue et dans une attitude de respect, viennent se joindre au peuple et faire cortège à la sainte statue. La musique guerrière se mêle à celle de la cité ; il semble qu’il n’y ait en ce jour, à la plus grande gloire de la Sainte, qu’un cœur, qu’une âme, qu’une volonté. Et, comme si ce n’était point assez de ce premier triomphe sur de vils calomniateurs, à peine la fête terminée, le commandant déclare publiquement sa satisfaction du bon esprit qu’il avait trouvé dans la population de Mugnano. Il réprouve, comme fausse et absurde, la dénonciation faite au gouvernement. Et, pour gage de son affection et de son estime pour un peuple si religieux et si pacifique, il annonce son prochain départ.

Les troupes reprirent en effet le chemin de Naples, dès le lendemain, laissant à Mugnano la preuve évidente et palpable de ce qui est écrit : « Celui qui se confie au Seigneur n’aura rien à craindre des flèches qu’on lui décoche pendant le jour, ni des pièges qui lui sont dressés pendant la nuit. Le mal ne s’approchera point de sa personne, ni le fléau de son habitation, parce que le Seigneur a ordonné à ses Anges (et à ses Saints) de veiller sur ceux qui ont mis en lui leur confiance, et de les garder dans toutes leurs voies. Aussi les verra-t-on marcher avec assurance sur l’aspic et le basilic, et fouler sous leurs pas le lion et le dragon, sans en être mordus ».

 

Pratique : Ne nous rebutons pas des obstacles que l’enfer nous suscitera quand nous chercherons à propager la dévotion à sainte Philomène. Ces obstacles pourront venir de gens pieux, soi-disant bien intentionnés d’ailleurs, car le démon se sert de tous les moyens pour arriver à ses fins ; mais ayons confiance et prenons courage : le ciel couronnera nos efforts !

 

000001hcjpg5x7-001

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Sainte Philomène, ainsi que les prochaines neuvaines, prières :

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

24 août 2022

Le Mois de Sainte Philomène

Le Mois de Sainte Philomène

 

7758fd8ef5e416cdf435979ef02be7e9-001

 

Vingt-cinquième jour

 

Sainte Philomène multiplie les livres écrits en son honneur

 

Nous ne pouvons nous lasser d’admirer les attentions de sainte Philomène pour tous les objets qui la concernent. Non seulement elle a multiplié ses images, mais elle a multiplié ses livres avec des témoignages de sa bienveillance tout à fait surprenants. La merveille paraîtrait incroyable, si elle ne s’était opérée dans les mains pour ainsi dire du plus ardent serviteur de la Sainte, de Don François de Lucia. Et c’est parce que ce grand prodige s’est plusieurs fois répété que nous tenons à en rapporter quelques traits pour l’édification des dévots à sainte Philomène. Ce fut après la seconde édition de la Relation historique de sainte Philomène, ouvrage écrit avec une touchante simplicité, que ce prodige, vraiment inouï, eut lieu, d’abord à Mugnano, et ensuite à plusieurs autres endroits.

Comme les demandes, au lieu d’être adressées à Naples, où le livre avait été imprimé, se faisaient au Custode du saint Corps, à Mugnano, celui-ci fit venir de la capitale tout ce qui restait de cette seconde édition, et mit le dépôt dans sa propre maison pour être plus à portée de satisfaire les demandeurs.

Il disposa ces livres dans une grande corbeille sur cinq piles, composées chacune de quarante-cinq exemplaires, et les couvrit, à l’exception d’une seule, avec beaucoup de soin, pour qu’ils ne fussent pas endommagés parla poussière. La pile qui se trouvait en dehors était destinée à la vente journalière ; et, chose doublement étrange ! quoique depuis la fin de juin jusqu’à la mi-novembre, on ne fit qu’expédier des livres, la pile ne finissait jamais, et jamais non plus le vendeur, bien qu’étonné de cette singularité, n'eut la pensée qu’il pouvait y avoir là dedans quelque miracle.

Vers la mi-novembre, plusieurs personnes étant venues en pèlerinage au sanctuaire de notre Martyre, elles voulurent emporter des exemplaires de cette relation, et Don François les leur céda gratuitement en l’honneur de la Sainte. Il sort ensuite de chez lui, ferme la porte dont il retient la clef sur lui, et ne revient qu’à la nuit close. Le serviteur accourt lui porter de la lumière, et Don François ayant ouvert sa chambre, y entre avec lui.

Sa surprise fut extrême en voyant le plancher couvert de livres qui paraissaient avoir été jetés çà et là, de dessein formé. Ne sachant ni comment cela s’était fait, puisque la porte était fermée et qu’il n’était venu personne à la maison- ni pour quel motif, si par hasard la cause était surnaturelle, un tel accident aurait eu lieu, il hésite, il commence même à craindre que le ciel n’ait, par là, voulu lui faire connaître qu’il n’agréait pas son travail. Ce fut une pensée de son humilité. Voyons ce que lui suggéra sa prudence. Il renvoie au lendemain l'examen de ce fait singulier, et il prend garde, en attendant, à ne toucher à rien de ce qui s’est trouvé dans sa chambre.

À son lever, il considère tout avec la plus grande attention. Après s’être assuré que les piles de la corbeille étaient intactes, il compte les livres parsemés sur le plancher. Leur nombre s’élevait à soixante-deux. Convaincu alors de la réalité du prodige, que sa vertu ne lui avait même pas laissé soupçonner, il sort, ferme de nouveau la chambre, et se rend à l’église. Son intention était de fortifier son témoignage par la déposition de plusieurs autres témoins.

À mesure qu’il voyait entrer dans le temple des personnes de sa connaissance, et qui avaient vu fréquemment le dépôt en question, ainsi que la manière dont il était arrangé, il les priait d’aller chez lui, d’examiner, en se recommandant à Dieu et à la Sainte, les livres répandus sur le plancher ; de ne les toucher en aucune manière, et puis de revenir lui en dire ce qu’elles en pensaient. Tous s’accordèrent à voir un miracle dans cet événement, et il suffisait de réfléchir tant soit peu pour le croire.

1° La toile qui couvrait la corbeille était couverte de poussière et ne portait aucun indice du plus léger mouvement.

2° La pile extérieure, formée comme les autres de quarante-cinq volumes, se montait encore à dix-neuf.

3° Le nombre des exemplaires trouvés par terre était de soixante-deux.

4° Les quatre piles de la corbeille (et c’était tout ce qui restait de la seconde édition) n’avaient point été dérangées.

Que fallait-il donc en conclure ? Ce premier raisonnement fit découvrir un second miracle antérieur à celui-ci. Don François calcula le nombre de livres achetés ou distribués gratuitement, et il se trouva monter au delà de cinq cents exemplaires. Je laisse au lecteur à tirer de ce fait la conséquence qui se présente naturellement, et qui parle bien haut en faveur des merveilles contenues dans ces livres.

Notre vertueux missionnaire, vers les dix heures du soir, s’occupait avec son frère de certains ouvrages manuels, dont sainte Philomène était l’objet. Tout à coup ils entendent dans la chambre voisine, qui était celle de Don François, un grand bruit, dont l’un et l’autre sont épouvantés. Ils se regardent ; ils délibèrent ; ils hésitent; enfin, mettant leur confiance dans leur sainte Protectrice, ils vont droit au lieu d’où le bruit leur semblait être parti.

Aussitôt leurs regards les instruisirent d’un nouveau prodige de la Sainte. Encore une multiplication ; mais la disposition des livres avait quelque chose de si piquant par sa singularité, qu’elle les surprit plus encore que la multiplication elle-même. Il y en avait dont la tranche, ouverte à moitié, s’appuyait sur le plancher, sans que l’intérieur pût être sali par la poussière. D’autres se soutenaient horizontalement sur le dossier des chaises. D’autres sur les barreaux de ces mêmes chaises et sur le mur en même temps. Le tout enfin présentait quelque chose de gracieux et d’aimable, dont nos deux frères se réjouirent saintement. Il est à remarquer que c’est là un des caractères les plus saillants de la plupart des miracles de notre Sainte. Aussi, quand on a le bonheur de la connaître, il est bien difficile qu’on puisse se défendre de l’aimer.

Don François s’abstint, durant plusieurs semaines, de toucher aux livres miraculeux. Une foule de personnes put contempler à loisir ce jeu édifiant et singulier de l’admirable Thaumaturge, et rendre témoignage de la nouvelle multiplication. Il se trouva dix-neuf livres de plus, après l’examen attentif que l’on eut soin de faire ; et ces livres, en tout semblables aux autres,., furent en peu de temps distribués aux personnes pieuses et distinguées, qui s’empressèrent de toutes parts à les demander à Don François.

Ce que nous venons de dire eut lieu à Mugnano. Dieu voulut le répéter encore ailleurs. Don Alexandre Serio, chargé de distribuer quelques-uns de ces mêmes livres, n’en avait plus que six à sa disposition. Comme le débit en était grand à Naples, où ce gentilhomme habitait, l’on vint bientôt lui faire de nouvelles demandes. Recourant à son mince paquet, au lieu d’un, il en trouve deux ; et, dans chacun de ces paquets, le double de ce qu’il savait lui rester de livres.

À Monteforte, un homme, appelé Libérât Tedeschi, venait de recevoir de Mugnano dix exemplaires de la même Relation. C’était une commission qui lui avait été donnée par plusieurs de ses compatriotes. On vient les lui demander. Il court au tiroir, où il les avait enfermes sous clef, et au lieu de dix, il est étonné d’en trouver un nombre beaucoup plus grand. Il compte, et les livres s’élèvent au nombre de trente-quatre.

En 1829 se fit la cinquième multiplication. La troisième édition du même ouvrage avait été donnée au public. Don François ayant un voyage à faire dans la ville d’Ariano, et comptant de là se rendre à Lucera, prit avec soi une quarantaine d’exemplaires de cette troisième édition, et en laissa cent quarante à Mugnano.

Bientôt, dans Ariano seulement, il se vit dépouillé de tout ce qu’il avait apporté. Il écrit sur-le-champ, et on lui fait un premier envoi de cinquante autres, puis un second encore de cinquante, puis un troisième en égale quantité. Et, en lui écrivant alors de Mugnano, Don Angelo Bianco, ecclésiastique zélé, auquel Don François s’était adressé pour ces diverses expéditions, lui mandait qu’il en restait encore quarante.

Ce n’est pas tout. À son retour de Lucera, où les demandes n’en finissaient pas, Don François put en envoyer quatre-vingt-six autres exemplaires ; puis, calculant ce qui lui restait, il s’en trouva encore quatre-vingts ; ce qui fait une multiplication de deux cent trente-six volumes.

Ces quatre-vingts qui restaient furent bientôt demandés. On prenait, on envoyait. Le nombre de ces envois s’éleva, pendant une année entière, au delà de plusieurs centaines. À la fin de l’année, le fonds était encore intact, la source non épuisée. Dans une autre circonstance, Don François se trouva avec dix exemplaires seulement ; on lui en demande neuf ; il les envoie ; et puis, revenant à son dépôt, il en compte dix-neuf.

Telles sont les œuvres de Dieu pour glorifier ses Saints, dans un temps où, pour détruire le règne de Dieu lui-même, l’impiété fait circuler ses poisons dans des livres infâmes multipliés presque à l’infini... Et l’on pourrait se refuser à croire les miracles d’en-haut, tandis que l’on voit les vermisseaux d’ici-bas en opérer, j’ose le dire, de plus étonnants encore!...

Rappelons-nous d’ailleurs que tout est promis à la foi humble et confiante. Combien de semblables merveilles ne lisons-nous pas dans les Actes des Saints ? Mais qu’il suffise de rappeler à notre souvenir les miraculeuses multiplications de pains et de poissons opérées par Notre Seigneur dans l’Evangile. Que dis-je, la nature entière n’est-elle pas aux regards d’un physicien catholique, une suite non interrompue de multiplications, de créations nouvelles ? Croyons, et nous verrons de grandes choses s’accomplir ! Mais pour avoir cette foi si belle, si consolante au cœur chrétien, prions, prions beaucoup.

 

Pratique : Donner à lire la Vie de sainte Philomène, ou distribuer des livres qui parlent d’elle. S’imposer chaque année ; de lui faire une neuvaine au lieu de pèlerinage le plus rapproché.

 

000001hcjpg5x7-001

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Sainte Philomène, ainsi que les prochaines neuvaines, prières :

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

23 août 2022

Le Mois de Sainte Philomène

Le Mois de Sainte Philomène

 

1f4cb29178355c7be327ad4163305de2

 

Vingt-quatrième jour

 

Sainte Philomène multiplie ses images pour la consolation de ses dévots

 

C’est une marque de l’affection bien vive que nous porte sainte Philomène que le soin qu’elle a pris de multiplier ses images. Elle a, sans aucun doute, voulu nous faire entendre par là, combien elle se trouverait satisfaite du zèle que nous apporterions à la vénérer dans ses saintes images, et à propager ces mêmes images de tout notre pouvoir.

L’évêque de Lucera, zélé dévot de notre Thaumaturge, avait plusieurs fois demandé à Don François, qu’il lui fît parvenir une bonne quantité d’images de la Sainte, afin de les répandre parmi ses diocésains.

Don François voulut les lui porter lui-même, et c’est ce qu’il fit en effet. Mais le prélat, informé de son arrivée, et brûlant d’impatience d’avoir ce qu’il désirait depuis longtemps, ne voulut pas attendre sa visite ; il lui envoie sur-le-champ un de ses prêtres, en priant Don François de remettre entre ses mains les images en question.

Celui-ci les remet à l’heure même ; il se contente, sur plusieurs centaines qu’il avait apportées, d’en réserver une quarantaine pour lui.

L’Evêque ayant reçu le paquet, se plaint de voir les saintes images en si petit nombre. Dans la persuasion que Don François en avait une quantité plus considérable, il lui dépêche au même instant un second message, pour en obtenir un second envoi.

La réponse fut, que l’on écrirait à Mugnano. Car, actuellement, ajouta le saint missionnaire, en montrant celles qui lui restaient, il m’est tout à fait impossible de satisfaire Sa Grandeur.

Quelques heures se passent. Don François voulant distribuer ses pieux présents entre certaines personnes de sa connaissance, ouvre la boîte où ses images se trouvaient. À son grand étonnement, au lieu de la quarantaine qu’il y avait laissée auparavant, il voit trois paquets, d’une centaine chacun ; don inattendu, mais précieux, que la Sainte voulait ainsi faire au zélé prélat. Don François le comprit. Il vole au palais épiscopal avec sa boîte miraculeuse.

Il raconte l’événement. Les paquets sont défaits. On confronte les premières images avec les secondes ; elles se ressemblaient parfaitement. Néanmoins il y avait, dans la qualité du papier et dans les traits de la sainte, une différence assez saillante, qui, en mettant à part le miracle, aurait fait préférer celles-ci à celles-là.

Ainsi, dit le prophète, le Seigneur exauce le désir des pauvres, et son oreille écoute la prière de leur cœur.

 

Pratique : Rendre chaque jour une visite à sainte Philomène devant l’une de ses images, ou aller en pèlerinage en quelque lieu où elle est spécialement honorée.

 

000001hcjpg5x7-001

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Sainte Philomène, ainsi que les prochaines neuvaines, prières :

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

22 août 2022

Le Mois de Sainte Philomène

Le Mois de Sainte Philomène

 

holycard0077-page-002

 

Vingt-troisième jour

 

Sainte Philomène guérit des peines d’esprit et multiplie l’huile des lampes qui brûlent en son honneur

 

Nous ne verrions la protection de sainte Philomène qu’à demi, si nous ne la considérions tout particulièrement dans les moindres choses. C’est là surtout que se manifeste le plus la grande bonté de notre Sainte.

Mais, que dis-je ? Nous ne connaîtrons point la Sainte, si nous pensons qu’elle est indifférente à nos pensées, à nos épreuves. Sainte Philomène dans le ciel a tellement à cœur notre félicité éternelle et même celle temporelle, qu’elle se montre très empressée à nous secourir, à nous délivrer dans les peines d’esprit, pourvu que nous la priions avec piété.

Le fait suivant va nous prouver qu’elle est aussi secourable qu’attentive aux hommages qu’on lui présente.

Une de ces jeunes personnes, qui, sous la protection de sainte Philomène, consacrent à Dieu, en vivant au milieu du monde, leur virginité, se trouvait en proie,'depuis quelque temps, à de grandes peines intérieures.

De concert avec ses deux sœurs, également liées à Dieu par le même vœu, elle suppliait la Sainte de mettre un terme à ses angoisses. Voici comment il plut au Seigneur de l’exaucer.

Leur mère, morte depuis quelque temps, apparaît en songe à la personne affligée, et dit à sa Raphaella (c’était son nom), que le vendredi, jour du martyre de la Sainte, elle eût soin d’allumer une lampe devant son image, et qu’elle l’entretînt jusques au samedi.

Cette pieuse fille, n’osant s’en rapporter à un songe, consulte là-dessus son confesseur, et celui-ci, dont elle était parfaitement connue, lui accorda la permission de faire ce qui lui avait été dit.

La lampe est donc préparée. On la garnit ; mais comme la famille était extrêmement pauvre, que le peu d’huile contenu dans la lampe, était tout ce que la pauvre fille pouvait donner, en la plaçant devant l’image, elle dit avec simplicité à la sainte Martyre : « Ma bonne Sainte, contentez-vous, je vous en supplie, de l’huile qu’il y a ici ; vous savez que je ne puis pas davantage : si vous aimez à voir brûler cette lampe, arrangez-vous pour qu’elle brûle jusqu’à demain ».

Elle disait ceci, parce qu’elle savait que la quantité d’huile, contenue dans le vase, était le tiers seulement de ce qu’il fallait pour un jour.

Sa confiance et sa simplicité plurent au cœur de Dieu et de sa glorieuse servante ; car non seulement, après avoir brûlé tout le long du jour, elle se trouva aussi pleine le samedi, qu’elle l’était la veille ; mais le prodige continua durant deux années entières.

La même chose à peu près eut lieu à Lucéra, le 19 janvier 1833. On y célébrait ce jour-là, avec une grande solennité, la fête de la Sainte.

Un homme du peuple, bon chrétien et grand dévot de la Thaumaturge, ayant vu, les jours précédents, les apprêts que l’on faisait pour rendre la solennité plus éclatante, se sentit porté à rendre, lui aussi, quelque honneur particulier à sainte Philomène. Il se proposa de tenir devant son image une lampe allumée, depuis les premières vêpres jusqu’à la fin du jour suivant.

Le vase, dont il se servait ordinairement pour cela, ne contenait d’huile que pour environ cinq heures. Il le remplit, avec l’intention d’ajouter au fur et à mesure le supplément à ce qui aurait été consumé.

Il vient donc à peu près au moment où il croit cette addition nécessaire. Mais quel est son étonnement, quand il voit l’huile à la même hauteur où il l’avait laissée cinq heures auparavant ! Le prodige dura l’espace de quarante-huit heures.

Cet homme n’en fut pas le seul témoin ; mais encore un grand nombre de personnes, qui, le lui entendant raconter, accoururent pour le voir et pour louer avec lui le grand Dieu, qui fait percer les rayons de sa gloire jusque dans l’obscurité la plus profonde, et, pour ainsi dire, jusqu’aux bords du néant.

On célébrait à Mugnano l’anniversaire de la translation de sainte Philomène. L’église était trop petite pour contenir le peuple. Au moment où les musiciens y exécutaient un motet, une paysanne de Serignano se fait passage à travers la foule pour arriver jusqu’à la lampe de la Sainte, et y prendre un peu d’huile bénite.

Son importunité persévérante mit quelque désordre dans l’assemblée ; on murmurait, on résistait, on l’accablait de reproches, mais, enfin, pour éviter une plus grande confusion, chacun finissait par céder.

Comme l’on prévoyait l’embarras où allait se trouver cette opiniâtre villageoise, car la lampe, toujours très basse, était alors éteinte, faute d’huile, tous les regards, à mesure qu’elle approchait, se fixaient sur elle, afin-sans doute de pouvoir au moins sourire à ses dépens.

Mais ce que les autres voyaient, la bonne femme semblait n’avoir pas d’yeux pour le voir ; aussi, avec une assurance, qui épanouissait déjà tous les visages, elle approche son verre de la lampe, et y cherche dans l’eau, qui, seule, en remplissait le fond, l’huile qu’elle voulait pour sa malade... Dieu ! que ne peut la foi ! Cherchez et vous trouverez, dit Notre Seigneur; et un miracle vient appuyer ici sa divine parole.

Il n’y avait plus d’huile dans la lampe ; et cette multitude attentive et étonnée voit le verre de la villageoise reparaître plein d’une huile pure et miraculeuse. Oh ! combien l’on dut s’applaudir alors de la violence que l’on avait soufferte !

Le nom de la bonne paysanne animée d’une si vive foi, vint se mêler à celui de sainte Philomène ; les larmes d’une douce joie coulaient de tous les yeux ; et jusqu’à la fin de la journée, on se montrait la lampe encore éteinte ; on aimait à entendre, à raconter le prodige dont elle avait été l’occasion.

 

Pratique : Dans nos peines d’esprit, quand nous avons besoin de la lumière d’en-haut pour résoudre nos doutes et nous conduire dans la voie du ciel, adressons-nous à sainte Philomène.

 

000001hcjpg5x7-001

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Sainte Philomène, ainsi que les prochaines neuvaines, prières :

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

La Bienheureuse Vierge Marie Reine

Marie reine

 

La Bienheureuse Vierge Marie Reine

22 août

 

« Huit jours après la solennité de l'Assomption de Marie au ciel, la liturgie nous invite à vénérer la bienheureuse Vierge Marie sous le titre de « Reine ». Nous contemplons la Mère du Christ couronnée par son Fils, c'est-à-dire associée à sa royauté universelle, comme la représentent de nombreuses mosaïques et peintures.

La petite et simple jeune fille de Nazareth est devenue la Reine du monde ! C'est une des merveilles qui révèlent le cœur de Dieu. Naturellement, la royauté de Marie est totalement relative à celle du Christ : Il est le Seigneur que le Père, après l'humiliation de la mort sur la croix, a exalté au-dessus de toute créature dans les cieux, sur la terre et sous la terre (cf. Ph 2, 9-11).

Par un dessein de grâce, la Mère Immaculée a été pleinement associée au mystère de son Fils : à son Incarnation ; à sa vie terrestre, tout d'abord cachée à Nazareth puis manifestée dans le ministère messianique ; à sa Passion et à sa Mort ; et enfin à la gloire de la Résurrection et à l'Ascension au Ciel.

La Mère a partagé avec son Fils non seulement les aspects humains de ce mystère, mais aussi, par l'œuvre de l'Esprit Saint en elle, l'intention profonde, la volonté divine, si bien que toute son existence, pauvre et humble, a été élevée, transformée, glorifiée en passant à travers la “porte étroite” qui est Jésus lui-même (cf. Lc 13, 24).

Oui, Marie est la première à être passée à travers la « voie » ouverte par le Christ pour entrer dans le Royaume de Dieu, une voie accessible aux humbles, à tous ceux qui se fient à la Parole de Dieu et s'engagent à la mettre en pratique.

Dans l'histoire des villes et des peuples évangélisés par le message chrétien, les témoignages de vénération publique sont très nombreux, dans certains cas liés à la royauté de la Vierge Marie. Mais aujourd'hui, nous voulons surtout renouveler, comme fils de l'Église, notre dévotion à celle que Jésus nous a laissée comme Mère et Reine.

Confions à son intercession la prière quotidienne pour la paix, en particulier là où sévit la logique absurde de la violence, afin que tous les hommes se persuadent que nous devons, dans ce monde, nous aider les uns les autres comme des frères pour construire la civilisation de l'amour. Maria, Regina pacis, ora pro nobis ! »


(Benoît XVI, Extrait de l'Angélus du dimanche 22 août 2010, à Castel Gandolfo).


Oraison

 

Seigneur Dieu, Tu as voulu que le Mère de Ton Fils soit notre Mère et notre Reine ; fais que, soutenus par son intercession, nous obtenions dans le Royaume des Cieux la gloire promise à tes enfants. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

 

Posté par fmonvoisin à 10:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 août 2022

Le Mois de Sainte Philomène

Le Mois de Sainte Philomène

 

5d8b43416ed5185ee3efc1e4c9b335e3

 

Vingt-deuxième jour

 

Sainte Philomène rend à la santé un médecin dangereusement malade

 

Le fait qui suit montre combien la prière est puissante et efficace quand elle est faite avec la foi et la confiance convenables, et combien les saints, de même que Dieu, aiment à être importunés avant d’accorder les faveurs sollicitées. On y verra aussi que souvent sainte Philomène accorde plus qu’on ne lui demande.

Un célèbre médecin de Naples, nommé Alexandre Serio, avait depuis longtemps une grande dévotion à sainte Philomène, et sa femme la partageait avec lui.

Comme ils avaient de riches domaines dans le territoire de Mugnano, ils y vinrent, en l’année 1814, précisément à l’occasion de la fête, qui, chaque année, se célébrait le jour de la translation.

Don Serio souffrait, depuis bien des années, d’un mal interne, qui allait en le consumant. Sa femme était vivement affligée ; mais espérant tout de la médiation de sainte Philomène, elle lui adressait et lui faisait adresser de ferventes prières pour obtenir la guérison de son mari.

Le jour de la fête, ses instances redoublèrent, et sa confiance était sur le point de finir, lorsque, après la bénédiction du très saint Sacrement, Don Alexandre, alors à l’église avec sa femme, fut attaqué de violentes douleurs, qui firent craindre pour ses jours.

On se hâta de l’emporter chez lui ; et le mal fit en peu d’heures un progrès si rapide et si alarmant, que l’on désespérait de sa vie. Son état ne lui permettait pas même de se confesser.

Accablée de douleur, sa pauvre femme ne pouvait s’empêcher de s’écrier : « C’est donc là, ô sainte Philomène, la grâce que vous m’avez obtenue !... » Puis, par une inspiration de sa foi, saisissant une image de la Sainte, qu’elle trouve sous sa main, elle la jette sur le corps du moribond, en demandant la grâce de le voir au moins avant d’expirer, muni des Sacrements de l’Église. Un vœu suivit cette prière.

Elle s’engagea, au nom de son mari, à faire construire un autel de marbre dans la chapelle de sainte Philomène.

Au même instant, le malade recouvre l’usage de ses sens et de ses facultés intellectuelles. Il proteste qu’il est hors de danger, se confesse avec beaucoup d’édification, et la confession achevée, il se trouve sans douleur, et sans les symptômes ordinaires du mal qui le tourmentait depuis si longtemps.

La grâce avait été obtenue; la promesse s’accomplit ; les deux époux allèrent même au delà de leur engagement ; et, depuis lors, le sanctuaire, si célèbre aujourd’hui, de la grande Sainte, offre à la foule des pèlerins qui le visitent, un spectacle plus consolant pour leur dévotion.

Une chose surtout attire leurs regards et excite leur étonnement, c’est la grande table de marbre qui couvre l’autel, et où l’on voit encore les vestiges d’un miracle. L’ouvrier, en promenant dessus son ciseau, pour l’adapter à sa place, la fendit presque en entier dans sa largeur. Il y avait là un assez grand nombre de personnes ; et l’on peut bien penser quelles plaintes s’élevèrent d’une part, et quelle confusion de l’autre.

Le sculpteur était cependant très habile dans son art. Mais enfin l’humiliation ne pouvant s’éviter, il s’agissait, en attendant mieux, de réparer la brèche ; et c’est ce dont il s’occupa. Elle était, à l’extrémité, plus large d’un doigt ; il s’efforça de rejoindre les deux lèvres de cette ouverture, au moyen d’une plaque de fer ; et cela fait, il remplissait de ciment toute la longueur de la fente, quand le doigt de la Sainte, par un prodige inouï, accompagnant la main de l’ouvrier, rétablit dans son premier état ce marbre, séparé auparavant d’une manière si visible.

Elle laisse seulement à l’endroit même de la fente, une ligne de couleur foncée, que les pèlerins prendraient pour une veine de marbre, si on ne leur racontait comment le miracle fut opéré. Ô que Dieu est admirable dans ses saints et par ses saints !

 

Pratique : Un bon moyen de nous rendre favorable à sainte Philomène, c’est en la priant de nous engager à faire quelque chose pour elle, en cas que nos facultés et notre position le permettent.

 

 

000001hcjpg5x7-001

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Sainte Philomène, ainsi que les prochaines neuvaines, prières :

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

20 août 2022

Le Mois de Sainte Philomène

Le Mois de Sainte Philomène

 

3638292346_4c2381c6ce_o

 

Vingt-et-unième jour

 

Sainte Philomène raccommode sa cloche de Mugnano

 

Le lecteur ne lira pas sans intérêt le prodige que la Sainte a opéré sur la grande cloche de l’église de Notre-Dame des Grâces où est son corps, à Mugnano. Il verra dans ce trait avec quelle tendresse cette bonne Sainte satisfait les désirs louables de ses dévots.

La grande cloche de cette église venait de se fendre, et l’on songeait à lui en substituer un autre.

Le bon peuple de Mugnano, toujours, plein de zèle pour l’honneur de sainte Philomène, n’épargna rien pour que la nouvelle cloche répondît à ses pieuses intentions.

On fit venir les plus habiles ouvriers. Les plus vives recommandations leur furent adressées. On pria le ciel de bénir leur travail. À cette fin et pour intéresser la Sainte, on voulut que son image se trouvât sur l’airain destiné particulièrement à son culte. L’ouvrage se fit au mois de mai 1831.

Lorsqu’il fut achevé et le métal refroidi, on s’empresse de le découvrir, et la première chose qui vient frapper les regards fut une imperfection assez notable, qui rendait le travail complètement inutile.

Faute de matière, une partie des pièces qui servent à enchaîner et à retenir dans le bois cette lourde masse manquait totalement.

Une seconde fonte devenait nécessaire, de là de nouveaux frais, auxquels la pauvreté de ce peuple n’aurait pu suffire. On se prit donc à murmurer, à se plaindre, à menacer, comme il est d’usage dans ces occasions.

Quel dommage ! une si belle cloche !

L’image de la Sainte était si bien venue ! « Mais comment donc, disaient ceux-ci, sainte Philomène n’a-t-elle pas empêché le malheureux accident ». « Eh ! c’est, répondaient ceux-là, pour avoir occasion de faire un nouveau miracle ».

D’autres allaient encore plus loin, ils disaient : « Il faut prier la Sainte de suppléer à ce qui manque ». Devant son autel même, on les entendait proférer ces mots : « Où est donc votre honneur ? Quoi ! la cloche porte votre image, et vous n’en faites pas de cas ! que va-t-on dire désormais de vous ! qu’en sera-t-il de votre nom et de votre gloire ? »

Il y en avait aussi dont le zèle moins éclairé s’en prenait aux ouvriers, en les accusant hautement d’avoir trahi la confiance et les intérêts du peuple. « C’est, leur disaient-ils, pour gagner davantage, en faisant un double travail, que vous nous avez joués de la sorte. Si vous craigniez de ne pas réussir, que ne le disiez-vous ? Pourquoi tant de belles protestations ? et où viennent enfin aboutir ces magnifiques conditions dont, après tout, nous devons être seuls la victime ? »

À ces reproches venaient se joindre les paroles les plus menaçantes, au point que les ouvriers, n’osant pas se montrer en public, crainte de quelque grave insulte, attendaient la nuit avec impatience pour se retirer dans leur pays.

Le reproche qu’on leur adressait n’avait assurément aucun fondement solide. Ces ouvriers avaient de la probité et de la religion. Leur habileté était connue. Mais ne faut-il pas que tout homme suive Jésus-Christ en portant sa croix ? Ils cherchèrent sagement à rendre la leur plus douce, en recourant à la consolatrice des affligés, et en la suppliant de venir à leur secours, par l’intercession et les mérites de sainte Philomène.

Le directeur de l’entreprise surtout, vu qu’il était le plus intéressé et le plus lésé dans cette affaire, priait avec toute la ferveur dont il était capable, et il sentait je ne sais quelle confiance naître dans son cœur. C’était comme l’aurore d’une grande grâce.

Vers la quatrième heure de la nuit, certaine rumeur se fait entendre tout auprès du lieu où nos ouvriers étaient réunis. Ils sont d’autant plus étonnés, qu’il règne partout un grand silence. L’effroi s’empare d’eux. Leur imagination s’échauffant, ils se croient à deux doigts de la mort. Ils se persuadent que, dans un instant, une grêle de pierres va les faire tomber sous les coups de la fureur populaire.

Le directeur seul ne pouvait se rendre à cette pensée. Son cœur semblait lui dire : « Imagination que tout cela ! Va, la grâce est faite, la cloche réparée. Sors, tu le verras de tes yeux ».

Ses compagnons, dont la confiance paraissait mal fondée, jugeaient qu’il valait mieux recommander cette affaire à Dieu.

« Au surplus, lui répondirent-ils, vous pouvez aller voir ce qui en est ; nous serions trop heureux que la bienheureuse Vierge et sainte Philomène nous eussent obtenu cette grâce ». Il va donc, personne ne s’offre à lui sur son passage.

Il arrive, il regarde. « Non, ce n’est point une erreur ; voici les pièces qui manquaient, je les vois, je les touche. Ô Dieu! ô sainte Philomène! »

Et il court, transporté de joie, vers ses compagnons ; ils reviennent ensemble, ils donnent à Dieu et à la Sainte mille bénédictions ; le miracle en un moment a porté l’éveil dans toutes les demeurés ; on accourt, on veut voir, on veut toucher, on veut entendre. Rien de plus certain, de plus admirable, de plus inouï ; ce n’est sur tous les points, dans tous les cœurs, sur toutes les lèvres, qu’un concert spontané de louanges et d’actions de grâce, dont le Seigneur, sa sainte Mère et sainte Philomène sont l’objet.

Une circonstance singulière accompagna ce prodige.

On trouva au-dessus de ces crampons ou anneaux, miraculeusement ajoutés à la cloche, un bloc de mâchefer, du poids d’environ trois livres, comme en signe peut-être de ce qui venait d’être opéré ; et tous, comprenant cet insensible langage, s’unirent le lendemain au clergé de l’endroit, pour transporter dans l’église ce monument sacré de la bonté de Dieu.

En le regardant, ils louaient la céleste puissance ; et leur dévotion à sainte Philomène y trouvait un délicieux aliment.

 

Pratique : Rappelons souvent à notre esprit que ce que nous ferons pour honorer et faire honorer sainte Philomène, tournera réellement à notre avantage. Sainte Philomène, qui est si bonne, aura soin de nos intérêts si nous prenons à cœur les siens !

 

000001hcjpg5x7-001

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Sainte Philomène, ainsi que les prochaines neuvaines, prières :

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

19 août 2022

Le Mois de Sainte Philomène

Le Mois de Sainte Philomène

 

avesnes-lez-aubert_thod110111

 

Vingtième jour

 

Sainte Philomène aime qu’on propage son culte et sa dévotion

 

Sainte Philomène est si désireuse de nous faire du bien, qu’il lui est arrivé de châtier ceux qui refusaient d’employer les moyens à leur disposition, et les talents qu’ils possédaient pour accroître sa dévotion et l’étendre davantage. On conçoit en effet que c’est là une ingratitude inexcusable et que la pureté du motif peut seulement faire excuser. Les châtiments exercés de la sorte par sainte Philomène doivent être mis au rang de ses plus riches grâces, et reçus avec une considération toute particulière. Ainsi l’a compris l’archidiacre d’Ascoli dont nous allons parler.

Une dame, dit ce respectable ecclésiastique, m’envoya de Teramo, une relique de sainte Philomène, en me priant de concourir à propager son culte. La chose n’était pas difficile. La place que j’occupe, les rapports intimes qu’elle établit entre Mgr l’Evêque et moi, me promettaient un plein succès. Mais me persuadant qu’il y avait plus de zèle naturel que de vraie dévotion dans les instances que cette dame me faisait, je résolus de tenir la relique enfermée ; j’allai même jusqu’à la refuser à Mgr, qui me témoigna le désir de l’avoir pour une fête solennelle en l’honneur de la Sainte.

On parla beaucoup de ce refus ; on me fit craindre quelque châtiment de la part de la Thaumaturge. Mais je répondais avec assurance que, si telle était la volonté de Dieu, il me donnerait bien aussi à moi, comme à tant d’autres, des signes de son bon plaisir. Que pour les châtiments dont j’étais menacé, mon cœur n’avait aucune crainte, vu les heureux résultats dont les opérations de Dieu et de ses Saints ont coutume d’être accompagnées. Sainte Philomène me comprit ; et le 3 mai (1833), vers le milieu du jour, elle me donna ce signe et m’envoya un châtiment, qui me causa une bien grande amertume.

J’étais dans mon cabinet à faire une lecture sérieuse, quand tout à coup mes yeux s’obscurcissant, je passai du grand jour aux plus épaisses ténèbres. Tous les objets disparurent à mes regards. Ce n’était point un éblouissement ; rien en moi, ni autour de moi, n’annonçait l’effet d’une cause physique ou naturelle ; c’était quelque chose de plus, et qui tenait du surnaturel.

La première pensée qui me vint alors fut celle de sainte Philomène, de la relique obstinément refusée, du châtiment dont j’avais été menacé. Un mouvement soudain suivit cette pensée. Ma main cherche le reliquaire ; je le trouve, et, me levant, je me dirige, consterné, vers mon oratoire, où j’adresse à la sainte Martyre une prière aussi fervente que possible, et telle que pouvait me l’inspirer mon extrême affliction.

Ma cécité durait toujours ; et accablé par la pensée que ce serait peut-être un mal sans remède, je suspens ma prière, et vais chercher ailleurs quelque consolation à ma douleur. Je me disais alors : « Mais si telle est la volonté de Dieu, ne faut-il pas que je m’y résigne ? Ne dois-je pas même en être content ?... Content ? me répondait mon cœur, plongé dans une amère tristesse ; peut-il donc y avoir encore de la joie pour une créature assise dans les ténèbres, et pour laquelle brille en vain la lumière du ciel ?... »

Une demi-heure et plus se passa dans ces agitations ; ne pouvant les calmer, je retourne dans mon oratoire, et me remets à prier la Sainte, avec la con­ fiance d’en être exaucé. Puis, prenant la relique pour me bénir avec elle, à l’instant même l’obscurité se dissipe, je lis l’inscription du reliquaire, je vois, je distingue tous les objets dont je suis environné. Qui pourrait dire la joie, la reconnaissance, la tendresse, tous les sentiments qui se pressèrent alors en foule dans mon pauvre cœur ? Oh ! avec quels transports je baisai les restes sacrés de ma généreuse bienfaitrice! avec quelles expressions je la remerciai, je la bénis !

Sans différer plus longtemps, je cours auprès de Monseigneur et lui déclare tout ce qui vient de se passer. Il se tait ; mais sur-le-champ il fait dresser un acte en forme de l’événement prodigieux et de ces circonstances... et j’ai la consolation de voir qu’à mon occasion le culte public de la Sainte a pris naissance dans Ascoli, c’est moi qui suis chargé d’en être le premier promoteur, un triduum solennel se fera par mes soins dans l’église d’un monastère ; telle est la volonté, l’ordre exprès de Monseigneur.

Le triduum se fit en effet avec un grand concours de peuple et un pompeux appareil. Mgr l’évêque Zelli voulut être présent à tous les exercices ; le panégyrique de la Sainte fut fait par un célèbre prédicateur ; et depuis ce moment jusqu’à présent (1er juillet 1833), la dévotion et le concours des fidèles ne se sont point affaiblis : de continuelles grâces du ciel en sont la récompense...

Ascoli, dans la marche d’Ancône ; 1er juillet 1833. Signé : Louis Borri, archidiacre.

 

Pratique : Ne reculons jamais devant un petit sacrifice, lorsqu’il s’agit de rendre plus vivant et plus solennel le culte si doux de sainte Philomène. Elle saura nous en ré­compenser.

 

000001hcjpg5x7-001

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Sainte Philomène, ainsi que les prochaines neuvaines, prières :

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

18 août 2022

Le Mois de Sainte Philomène

Le Mois de Sainte Philomène

 

2dee4384d659b9f6f685ce29d7cc68b2

 

Dix-neuvième jour

 

Sainte Philomène punit une mère infidèle à sa promesse

 

Il est dangereux de mépriser les petites choses. Gela est vrai principalement en ce qui concerne Dieu et ses Saints et les vœux que nous leur faisons. Nous promettons à sainte Philomène, nous devons tenir à notre promesse, et la remplir selon toutes les conditions renfermées dans la formule de notre promesse. Autrement, la promesse que nous avons faite à la Sainte, bien loin d’incliner sa compassion vers nous, ne nous rendra que plus indigne à ses yeux, comme le démontre l’exemple suivant.

Deux époux vivaient à Montemarano. Se voyant sans postérité, ils eurent recours à sainte Philomène, et lui promirent, si elle leur obtenait une fille, de lui donner au baptême le nom de Philomène, de porter aussitôt l’enfant à Mugnano pour y remercier la Sainte.

Leur désir fut exaucé, la première condition fut remplie, mais, quoi que dit le mari pour l’exécution de la seconde, sa femme faisait toujours la sourde oreille, et n’y voulait pas consentir.

La petite enfant était ravissante et pleine de santé ; et ses parents l’idolâtraient. Dieu ! quel coup leur infidélité leur préparait !…

Le bruit se répand à Montemarano qu’il doit y avoir une fête solennelle en l’honneur de la Sainte, à Castelvetere, ville éloignée de là, et aussitôt la mère de la petite Philomène dit à son mari qu’elle veut y aller pour accomplir son vœu.

Celui-ci répond que telle n’était point la promesse, que c’est à Mugnano et non à Castelvetere qu’il faut porter l’enfant. « Bah! réplique la femme ; comme s’il y avait de la différence entre sainte Philomène d’ici et celle de Mugnano ! allons toujours ». Elle y alla en effet et n’en revint que le soir, croyant avoir ainsi payé sa dette.

Le ciel en jugea autrement, car le soir même, au- moment où l’on allait se mettre au lit, la petite enfant, pleine de santé, donne un baiser au papa et à la maman, les nomme dans son langage et expire entre leurs bras.

Il est inutile de dépeindre ici leur consternation et leur douleur.

Ils se rendirent enfin, mais trop tard, à Mugnano, où ils racontèrent le tragique événement. « C’est bien de notre faute, disaient ces époux. Ce dernier, mais terrible coup avait été précédé de bien des avertissements, et même de peines temporelles. dont nous nous délivrions en renouvelant notre vœu. Nous différions néanmoins toujours, et la patience du Seigneur a fait place à sa justice. Puisse-t-il se contenter de ce douloureux châtiment ».

 

Pratique : Avant de promettre quelque, chose à sainte Philomène, assurons-nous que nous pourrons accomplir notre promesse.

 

000001hcjpg5x7-001

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Sainte Philomène, ainsi que les prochaines neuvaines, prières :

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

17 août 2022

Le Mois de Sainte Philomène

Le Mois de Sainte Philomène

 

3781516905_1a26a158d9_o

 

Dix-huitième jour

 

Sainte Philomène ressuscite un enfant mort

 

Tel est le grand pouvoir de sainte Philomène, qu’il s’étend même sur les corps qui ont perdu le souffle de la vie qui les animait, et qu’elle a commandé avec succès à la mort de rendre à leurs familles qui lui étaient affectionnées et dévouées des êtres bien chers.

Rose de Lucia, cousine du missionnaire de ce nom, qui fut un ardent propagateur du culte de la Sainte, avait un enfant d’environ huit ans, qui, malgré les soins maternels et les efforts de la médecine, était depuis longtemps miné par une maladie fort grave.

Il entre enfin en agonie, et il expire sous les yeux de ses parents et de plusieurs autres personnes.

La pauvre mère ne pouvait se résoudre à le croire. Elle essaie de tous les moyens pour justifier une espérance qu’il lui était impossible d’arracher de son cœur ; mais enfin tout devenant inutile, elle acquiert la désolante certitude du trépas de son fils.

Sainte Philomène n’a point exaucé les vœux ardents qui lui ont été si souvent adressés par une mère affligée. Dans l’amertume de son cœur, la foi de cette pauvre personne semble se ranimer avec une vivacité nouvelle.

Elle court à l'image de la Sainte, l’enlève du mur, où elle était suspendue, et la jetant sur le cadavre de l’enfant, elle demande à grands cris, et en versant un torrent de larmes, que son fils lui soit rendu.

Au même instant, le petit mort se lève, comme s’il sortait de son sommeil. Il se jette en bas du lit ; et les yeux qui déjà pleuraient sur lui, le voient non-seulement ressuscité, mais sans le plus léger symptôme de maladie.

Que de parents pleurent la mort temporelle d’un enfant, qui pour l’ordinaire à cause de son innocence le fait passer d’une existence misérable à une vie bienheureuse, et qui ne pleurent pas la mort spirituelle de leurs enfants, par le péché mortel qui leur ravit la grâce divine, c’est-à-dire la plus belle et la plus désirable des vies, la seule vie qui dispose à la vie éternelle !

Ah ! prions sainte Philomène, de préserver les enfants de cette double mort, et d’ouvrir par la lumière de la foi les yeux de tant de parents négligents qui se soucient si peu si leurs enfants vivent avec Dieu, dans sa grâce et dans son amitié.

 

Pratique : Apprendre aux petits enfants de quelle manière il faut prier et honorer sainte Philomène. Avoir soin qu’ils lui rendent chaque jour un hommage quelque léger qu’il soit. Cette pratique ne pourra que leur obtenir les bénédictions célestes.

 

000001hcjpg5x7-001

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Sainte Philomène, ainsi que les prochaines neuvaines, prières :

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

16 août 2022

Le Mois de Sainte Philomène

Le Mois de Sainte Philomène

 

faaed93c43327199382650adf1ed0a73-001

 

Dix-septième jour

 

Sainte Philomène récompense la foi d’une mère

 

Les femmes qui sont dans le travail de l’enfantement ont grand besoin de la protection du ciel. Qu’elles s’adressent alors à la Vierge immaculée, mère de Dieu, par l’entremise de sainte Philomène et elles se trouveront soulagées dans leurs souffrances. La protection de sainte Philomène s’étend sur toutes les infirmités humaines et sa sollicitude ne connaît pas de bornes. Adressez-vous à elle, mères affligées, vous ressentirez les précieux effets de sa bonté.

En 1831, à Naples, une pauvre blanchisseuse du nom d’Anne Moccia, se trouvait dans les douleurs de l’enfantement. Pour obtenir du soulagement à ses douleurs, elle se proposa de faire brûler, jour et nuit, une petite lampe devant l’image de sainte Philomène ; ce qu’elle exécuta ponctuellement, aussi longtemps que ses épargnes le lui permirent.

Mais un soir, elle se vit sans huile, comme sans argent, elle dit alors naïvement à sainte Philomène : « Ma bonne Sainte, je n’ai rien, ni pour vous, ni pour moi ; nous voilà toutes deux dans les ténèbres ; mais comme il me faut travailler, adieu, permettez que je vous laisse ».

Elle s’en va dans la maison voisine faire son travail à la lumière d’autrui, après avoir fermé sa porte à clef. La nuit était déjà bien avancée, quand elle regagna son logis. En ouvrant, quel ne fut pas son étonnement de voir la lampe allumée, éclairant sa pauvre demeure.

Elle court aussitôt à la fenêtre, appelle les voisins, leur raconte comment la chose s’est passée, et les invite à remercier avec elle sainte Philomène de cet acte touchant de sa bonté. Il n’était que le prélude de bien d’autres.

La bonne femme, malgré ses prières et les sacrifices qu’elle s’imposait, n’allait pas mieux qu’auparavant ; et le terme de la grossesse étant arrivé, elle eut à lutter durant cinq jours contre des douleurs violentes, qui mirent sa vie en grand péril.

Le mal augmentait à chaque instant, la pauvre infirme se fait apporter l’image de la Sainte ; et l’ayant prise entre les mains : « Comment, lui dit-elle, c’est donc là ce que je vous ai demandé ! C’est là tout ce que m’a valu l’huile dont j’ai fait la dépense ! »

Pendant qu’elle s’exhalait ainsi en douces plaintes, elle mit un enfant au jour... mais il était mort.

Dans l’amertume qu’elle éprouva, on lui entendit proférer ces mots : « Belle grâce que vous m’avez faite ! Allez, je ne veux plus de vous dans ma maison. Prenez cette image ; faites la disparaître de chez moi ».

De telles expressions nous choquent peut-être ; néanmoins la vive foi, qui en était le principe, attendrit le ciel, et fut payée d’une bien grande faveur. Car on vit à l’instant même l’enfant se mouvoir ; il poussa quelques vagissements, et toutes les personnes de la maison accoururent le recueillir, en criant : « Miracle ! Miracle ! »

On lui donna le saint baptême ; et après trente-cinq jours, son âme innocente alla se réunir dans le ciel à celle qui lui avait obtenu la double vie de la nature et de la grâce. Ce miracle lit un grand bruit à Naples ; et plusieurs ecclésiastiques doctes et zélés le publièrent de toutes parts à l'honneur de la célèbre Thaumaturge.

Il semble à la conduite et surtout aux paroles de cette mère éplorée à la vue de son enfant privé de vie, que le désespoir s’est emparé de son âme, et que dans son cœur froissé elle dédaigne tout ce qui lui rappelle jusqu’au souvenir de celle qu’elle a invoquée en vain. Non, au milieu de ces reproches que cette pauvre mère adresse à sainte Philomène, on découvre la preuve de la confiance qu’elle avait mise en la Sainte qu’elle invoquait dans les douleurs de l’enfantement. Mais le ciel a toujours ses desseins. Il est dans l’Évangile une parole de consolation, ou mieux d’espérance, que tout chrétien doit graver dans son cœur : « Frappez, a dit le Seigneur, frappez, et il vous sera ouvert. La mère affligée avait déjà frappé en vain, et dans son impatience, causée par son amour maternel, ne se voyant pas assez vite exaucée, elle semblait en quelque sorte importuner maintenant sa protectrice. Sa foi, sa vertu étaient grandes, mais n’avaient point de forme : ce qui prouve que les rayons de la grâce pénètrent au fond du cœur et l’éclairent sans s’arrêter à la surface.

 

Pratique : Faire brûler une lampe ou un petit cierge devant l’image de sainte Philomène, lorsque nous réclamons ses secours. Renouvelons à ses pieds nos prières et nos requêtes, et ne craignons jamais de l’importuner par nos supplications et nos demandes.

 

000001hcjpg5x7-001

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Sainte Philomène, ainsi que les prochaines neuvaines, prières :

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

15 août 2022

Le Mois de Sainte Philomène

Le Mois de Sainte Philomène

 

316e0a2fa7de2ef65dd9baf5f86705e4

 

Seizième jour

 

Sainte Philomène délivre de l’enfer et guérit une femme qui lui était affectionnée

 

Les moindres choses faites pour plaire à l’Éternel, dans la vue de le glorifier dans sainte Philomène, ne sont jamais sans récompense. Que sera-ce donc que d’être dévoué, autant qu’il est dans l’ordre de Dieu, à la cause de cette si grande Sainte ! Que n’obtiendra-t-on pas alors de son inépuisable bonté ? Il est de ces faveurs, que la Sainte a accordées, qui ne peuvent guère s’expliquer que par le crédit puissant dont elle jouit dans la gloire céleste, près de Jésus-Christ, pour lequel elle a vécu Vierge et a versé par les tourments les plus douloureux, son sang précieux jusqu’à la dernière goutte.

Assurément, l’Éternel ne peut rien refuser aux prières d’une Vierge martyre. Ainsi s’expliquera le fait suivant :

Dans un pays voisin de Nole vivait une femme mariée, toute dévouée à sainte Philomène ; elle avait environ trente ans. Sa famille avait coutume de se réunir chaque année pour célébrer une fête en grande pompe en l’honneur de la Sainte.

En 1830, cette personne fut réduite à toute extrémité par une dangereuse maladie. Ayant perdu tout sentiment, luttant depuis trois jours avec la mort, elle semblait devoir mourir d’un instant à l’autre ; l’on s’occupait même des apprêts de son enterrement.

Le peuple, qui lui portait grand intérêt, adressait pour elle au ciel des prières ferventes et se plaignait à sainte Philomène du peu de zèle qu’elle montrait en cette occasion, où, selon lui, il y allait de son honneur et de sa gloire.

Il lui disait : « Tandis que cette pieuse femme se prépare à vous fêter, qu’elle dépense son argent pour vous faire un beau tableau, que tout le monde, édifié de sa générosité, vous demande sa grâce, vous, la plus intéressée à sa guérison, la laissez mourir ».

Mais ni les prières ni les plaintes n’arrêtaient le mal ; et, vers la fin du troisième jour de son agonie, on s’attendait à la voir expirer, quand un grand bruit causé par des bêtes de somme, qui étaient à l’écurie, attira l’attention des personnes qui la veillaient.

Craignant que ce vacarme ne hâtât le moment de sa mort (car l’écurie était précisément au-dessous de la chambre), ils se hâtèrent d’aller apaiser ces animaux, et revenant aussitôt après, ils se disaient : « Nous allons, peut-être, la trouver morte... » Mais ils la trouvèrent pleine de vie, assise sur son lit. À peine les a-t-elle aperçus que d’une voix forte et sonore elle s’écrie : « Je reviens de l’autre monde et je dois mon salut à sainte Philomène ».

Elle leur raconte alors la vision qu’elle vient d’avoir et comment sainte Philomène l’avait délivrée des mains du dé­ mon et lui avait obtenu sa guérison.

La maladie cessa en effet dès ce moment-là ; et une multitude de personnes venant s’assurer du prodige par leurs propres yeux, il opérait sur leurs cœurs les plus salutaires effets ; leur dévotion envers la Sainte s’en accrut aussi ; et les habitants érigèrent en son honneur une grande et belle statue.

 

Pratique : Dans toutes les maladies du corps comme dans toutes les peines d’esprit, invoquez sainte Philomène et que jamais le désespoir ne s’empare de vous, elle veillera sans cesse à vos côtés et vous délivrera de tous maux.

 

000001hcjpg5x7-001

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Sainte Philomène, ainsi que les prochaines neuvaines, prières :

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

14 août 2022

Le Mois de Sainte Philomène

Le Mois de Sainte Philomène

 

3251152553_7f02e6235a_o

 

Quinzième jour

 

Sainte Philomène délivre un condamné à la mort

 

Si nous sommes délaissés, confions-nous en la Providence et prions sainte Philomène de nous aider.

C’est toujours quand les causes semblent le plus désespérées que le secours divin est plus près de nous. Voyons-en la preuve dans le trait suivant, qui montre qu’il n’y a point de malheur dans la vie auquel sainte Philomène ne puisse remédier, si on la prie avec toute la foi et la confiance possible.

C’est la délivrance d’un homme condamné à mort.

Il s’appelait Pellegrino Ruocco. La cour spéciale d’Avellino, dont les jugements sont sans appel, venait de lui appliquer cette peine, on ne dit pas pour quel crime, et deux autres coupables la partageaient avec lui La sentence leur ayant été intimée, on ne songea plus qu’à les disposer à bien mourir. Elle devait s’exécuter le lendemain, 19 août 1832.

Ce misérable avait dans la ville une tante qui lui portait une grande affection. La funeste nouvelle lui parvient presque aussitôt ; et sur-le-champ, de compagnie avec quelques autres personnes pieuses, elle se rend à l’église, et y fait de ferventes prières pour son malheureux neveu.

On y célébrait un triduum solennel en l’honneur de la sainte Martyre. Après avoir imploré le secours de la reine des Vierges, ces femmes, pleines de foi, se dirigent vers l’autel de sainte Philomène, et lui demandent à grands cris, au milieu d’un torrent de pleurs, qu’elle veuille s’intéresser pour la grâce du condamné.

La foule qui se trouvait là pour rendre ses hommages à la Sainte, ne put, en les entendant, se défendre de les désapprouver. Comment, se disait-on, demander la grâce d’un criminel, après que la sentence a été portée? Ne valait-il pas mieux la prévenir ? Eh ! quel moyen maintenant d’obtenir cette grâce ?

Ainsi raisonnait le peuple ; la bonne tante pensait bien différemment. Persuadée qu’au Seigneur et à ses Saints il n’est rien d’impossible, elle rentre dans son logis, et prosternée devant une image de sainte Philomène, elle persiste à demander avec foi la grâce du malheureux.

Il lui semblait alors entendre une voix intérieure qui lui disait avec clarté : « Va, pars pour Naples; jette-toi aux pieds du Roi, et la grâce te sera accordée ».

Comme elle ne savait pas d’où pouvait lui venir cette invitation, elle poursuivit sa prière. Plus elle priait, plus cette voix se faisait entendre. Mais, lorsqu’elle commençait à y voir quelque chose de surnaturel, une difficulté l’arrêtait ; il lui paraissait que jamais elle ne viendrait à bout d’une pareille entreprise. La lumière divine l’emporte ; le voyage est décidé.

Elle part d’Avellino, vers les six heures trois quarts du même jour. Après avoir couru trente milles, elle arrive dans la capitale, vers le milieu de la nuit. Cette nuit-là même, son neveu, qui ne pouvait savoir les projets qu’elle avait formés, se recommandait vivement à la sainte Martyre. S’étant assoupi, il crut la voir et lui entendre proférer ces mots : « Ne crains pas ; sois content ; lors même que tu serais tout auprès de la potence, je saurai bien t’arracher aux mains de tes bourreaux ».

Il s’éveille, et sur-le-champ il fait part à ses compagnons de ce songe favorable. Le lendemain, il le racontait à ceux qui venaient le voir. La joie qui animait alors son visage décelait ce qui se passait dans son cœur. Il était inébranlable dans sa confiance.

La tante se trouvait néanmoins dans un grand embarras, La supplique était faite, l’audience obtenue, mais le Roi n’était visible qu'à deux heures environ de l’après midi, et la sentence devait s’exécuter à Avellino, le même jour, à cinq heures.

N’importe ; Dieu peut tout. Déjà, contre toute espérance humaine, la grâce est accordée. Les légalités vont se remplir ; et s’il faut un miracle pour que la grâce arrive avant l’exécution, sainte Philomène est là pour l’opérer.

Il est impossible de ne pas remarquer ici l’attention de Dieu à rehausser la gloire de sa servante. Il permit de nouvelles et de presque insurmontables difficultés. Car, au lieu d’expédier sur-le-champ les lettres de grâce, on laissa s’écouler encore deux mortelles heures. Quatre heures sonnaient (il n’en restait donc plus qu’une seule avant l’exécution), quand le Roi se souvient du par­ don accordé, des lettres qui n’ont pas été expédiées.

Nouvel embarras pour lui. Il fait chercher la supplique ; on ne peut la trouver. Il veut du moins se rappeler les noms des trois coupables. Car la grâce avait été sollicitée et obtenue pour tous les trois également. Mais, quoi qu’il fasse, le nom d’un seul vient se retracer à sa mémoire, celui de Pellegrino Ruocco.

Sur-le-champ, sans autre formalité, il ordonne à l’un de ses officiers de porter au télégraphe l’expression de sa volonté royale ; et l’oubli des noms amenant celui des personnes, Pellegrino Ruocco est le seul aussi dont il se souvienne de prononcer la grâce. Il était temps qu’elle arrivât.

Déjà, dans Avellino, tout était en mouvement pour l’exécution de la sentence. Les criminels, tirés de la prison, s’avançaient vers le lieu du supplice. Ils y arrivaient.

Au même instant, la dépêche télégraphique paraît. C’est un ordre du Roi; mais l’expression n’en est pas claire. Elle porte un seul mot : « Que l’on suspende ». Le directeur de l’observatoire flotte irrésolu. Cependant, s’il s’agit des condamnés, il n’y a pas de moments à perdre. Il laisse un suppléant ; il arrive sur la place, et de par le Roi, il commande un sursis.

La chose était si extraordinaire, que l’officier de justice eut toutes les peines du monde à se rendre à cet avis. L’on était encore à discuter avec chaleur, quand le suppléant accourt, et apporte en termes clairs et précis la grâce tout entière. Pellegrino est pardonné.

Seul, il avait intéressé en sa faveur la puissante sainte Philomène.

Le malheureux se trouvait déjà sur l’échelle ; on lui apprend son bonheur ; et il tombe, accablé sous le poids de sa joie. Il revient peu après à lui-même ; la liberté, l’honneur, la vie lui sont rendus ; il doit tout à son admirable Protectrice. Dieu ! que ne peut votre bonté ! Et nous, chrétiens, que ne peut aussi la foi qui nous a été donnée !

 

Pratique : Comme nous sommes tous condamnés par la divine justice à la mort temporelle, et que nous devons tous prier les uns pour les autres, nous ne saurions mieux exercer notre zèle qu’en suppliant sainte Philomène de protéger tout particulièrement les pauvres agonisants qui expirent à chaque moment !

 

000001hcjpg5x7-001

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Sainte Philomène, ainsi que les prochaines neuvaines, prières :

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

13 août 2022

Le Mois de Sainte Philomène

Le Mois de Sainte Philomène

 

7758fd8ef5e416cdf435979ef02be7e9-001

 

Quatorzième jour

 

Sainte Philomène protège et secourt les veuves

 

Les veuves semblent être comme les orphelins, le plus à la merci des bons soins de la Providence, qui ne leur fera jamais défaut si elles savent l’intéresser par la confiance, la résignation et la prière.

Qu’elles recourent assidûment à sainte Philomène. Elle les protégera comme elle l’a fait des veuves dont nous allons parler, dans tout ce qui sera le plus avantageux pour elles.

L’an 1832, un terrible ouragan se fit sentir dans une grande partie de la Pouille, et y causa de grands ravages. Une pauvre veuve, nommée Anne-Marie de Philippo, se trouvait, quand il survint, à la campagne, d’où elle retournait alors pour se rendre à Foggia, qu’elle habitait.

Au moment où elle passait près de l’église de Jésus-Maria, l’un de ces tourbillons qui firent à la même époque périr tant de personnes, vint s’abattre sur cette pauvre femme, l’enleva de terre, puis l’y repoussant avec force, la saisit de nouveau, la fit pirouetter avec violence, la dépouilla de sa chaussure et d’une partie de ses vêtements.

L’infortunée, se voyant en butte à l’ouragan, qui redoublait à chaque instant de fureur, effrayée, hors d’haleine, se recommande à la Mère des douleurs et à sainte Philomène, dont elle se rappelle avoir vu, dans l’église voisine, la chapelle et le tableau.

Le tourbillon lui laisse un moment de repos, elle en profite pour s’élancer vers la porte du temple ; mais la trouvant fermée : « Ah ! Ciel ! S’écrie-t-elle ; bonne sainte Philomène, ayez pitié de moi ! pour l’amour de Dieu, ouvrez-moi cette porte, et que je ne meure pas sans sacrements ! » Elle dit, et la porte s’ouvre d’elle-même, autant qu’il le fallait pour qu’elle pût y trouver un abri. Au même moment, elle entend une voix qui disait : « Anne, Anne, entre ici, entre bien vite ; c’est moi qui t’ai ouvert ».

C’est ainsi que, délivrée d’un si pressant danger, la veuve reconnaissante racontait le miraculeux événement aux personnes dont bientôt elle se vit environnée. La porte dont le sacristain avait alors les clefs, restait ouverte ; on était assuré, par son propre témoignage, qu’il l’avait fermée le matin ; la pauvre femme, mouillée par la pluie jusqu’aux os, avec ses habillements moitié perdus, moitié déchirés, affirmait ce que nous venons de dire en des termes qui ne laissaient aucun doute. Plusieurs autres circonstances concouraient à appuyer la vérité de son récit. Enfin cet admirable événement fut consigné par un notaire dans les archives de Foggia, pour qu’on n’en perdît pas le souvenir.

Autre fait qui montre combien sainte Philomène est secourable envers les veuves qui l’implorent dans leurs chagrins.

C’était en 1831 ; le nom de la Thaumaturge sainte Philomène devenait populaire à Martorano, ville de la Calabre ultérieure, par une relation des miracles de la Sainte que propageait Nicolas Lauza.

Une pauvre veuve, en ce moment bien affligée, entend le récit de tant de merveilles. Elle commence à respirer dans ses douleurs.

Elle avait une belle jeune fille, âgée de dix-sept ans, nommée Rose. Tous les efforts de la médecine n’avaient pu la guérir ni même la soulager. Le mal chaque jour allait empirant. Il arriva à tel point, que la pauvre fille resta muette, Après avoir essayé tous les moyens, la maladie fut jugée mortelle.

La veuve et sa chère enfant étaient consternées. Ô Providence ! tout à coup le nom de Philomène retentit à leurs oreilles. Elles vont trouver le chanoine Lauza, le prient d’être leur médiateur auprès de la Sainte. Il se refuse d’abord.

Cependant, vaincu par les sollicitations pressantes des deux affligées et de la fille surtout, qui en pleurant lui montrait sa langue desséchée, il se décide à intervenir pour elles. Il prend le livre, déploie l’image, l’applique sur la tête de la jeune fille qui était à ses genoux, gémissante. Il demande à la sainte Martyre de la guérir. Puis il dit à Rose : « Depuis quel temps, ne pouvez-vous plus parler ? » Rose de répondre : « Ah ! Ah ! Ah ! depuis tant de jours », et elle indique ce nombre de jours. Depuis lors, elle parla avec une facilité qui étonnait tout le monde.

 

Pratique : Demander à sainte Philomène la prudence et la modestie dans le discours. Priez-la de vous inspirer dans vos projets à venir ; elle est un guide sûr et fidèle.

 

000001hcjpg5x7-001

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Sainte Philomène, ainsi que les prochaines neuvaines, prières :

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook