images saintes

27 mai 2022

Le Mois de Marie, reine de France

Le Mois de Marie, reine de France

 

Arche d'Alliance Temple

 

Vingt-huitième jour

L'Arche dans le Temple

 

Au Temple, la place de l'arche était dans le saint des saints où le grand prêtre seul pouvait pénétrer.

Au Ciel, la place de Marie est à la droite du Saint des saints, auprès de son Fils, le prêtre éternel : car au jour du sacrifice, elle se tint debout auprès de la croix.

Enfin, comme l'arche d'alliance, l'Église a sa place marquée dans le saint des saints ; au ciel, dont le Temple fut l'image, elle environnera Jésus, son divin chef et le véritable Saint des saints.

Et vous, âme fidèle, montez, montez encore, élevez-vous de vertus en vertus ; votre place est au ciel, près de Jésus, le Saint des saints, près de Marie, la reine des saints : car il sera donné au vainqueur de s'asseoir dans le trône même du Roi de gloire : Qui vicerit, dabo ei sedere mecum in throno meo (Ap. 3, 21).

 

Béhuard 2a-001

 

Notre Dame de Béhuard

 

Le canton de Saint Georges possède Notre Dame de Béhuard bâtie par Louis XI sur la pointe d'un rocher, dans une petite île au milieu de la Loire, à deux lieues d'Angers. Dès les premiers siècles, il y eut là un ermitage avec une chapelle de la Vierge. C'était le rendez-vous des pèlerins de la contrée. Louis XI, encore dauphin, traversait un jour la Charente, près de Ruffec, avec le roi son père, son oncle Charles, comte du Maine, et Louis de Valory. Le bateau chavira et les quatre passagers tombèrent dans la rivière dont le courant à cet endroit est très fort. Louis invoqua Notre Dame de Béhuard, et tous les quatre furent jetés sur la rive. Louis XI partagea les témoignages de sa reconnaissance entre Béhuart en Anjou et Cléry dans l'Orléanais : il fit construire une belle église à Béhuard et releva celle de Cléry.

 

Notre Dame de Pontron

 

À Pontron, dans la paroisse de Louroux, il y avait autrefois un sanctuaire dédié à Marie et célèbre dans la contrée. Les seigneurs angevins qui se rendirent à la croisade prêchée par saint Bernard, vinrent se mettre sous la protection de Notre Dame de Pontron et ils la prièrent de bénir leurs drapeaux et leurs armes.

 

Notre Dame du Marillais

 

À un kilomètre de l'église de Saint Florent s'élève Notre Dame du Marillais, une des plus grandes et des plus belles chapelles de France. On dit qu'en ce lieu Charlemagne remporta une grande victoire et qu'il l'attribua au secours de Marie, disant : « Marie est là ». De l'inscription latine : Maria illic est, le peuple aurait fait par altération : Marillais. On donne aussi d'autres étymologies. Jadis ce pèlerinage était très célèbre ; on y venait de l'Allemagne même et d'Angleterre. Le 8 septembre, l'affluence était si considérable qu'il fallait plus de cent bœufs pour nourrir la multitude.

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 


26 mai 2022

Le Mois de Marie, reine de France

 

Le Mois de Marie, reine de France

 

Mary+Ark+of+the+Covenant+Monstrance

 

Vingt-septième jour

L'Arche et les bénédictions

 

2 Rois 6, 10-12

 

Dans la demeure du vertueux Obédédom, l'arche devient une source de bénédictions.

Présente dans un cœur, dans une maison, dans une famille, dans une cité, par les honneurs qu'on lui rend, par les prières qu'on lui adresse, Marie ne cesse d'y répandre le bonheur.

Heureuses les nations, heureuses les familles qui, respectueuses et dociles, reçoivent avec reconnaissance l'enseignement et la direction de l'Église infaillible et immaculée. Dieu les bénira, comme il bénit le vertueux enfant d'Israël qui reçut l'arche dans sa maison.

Heureuses les cités, heureuses les familles qui possèdent dans leur sein un chrétien fidèle et fervent ! S'il y est traité avec le respect que mérite sa vertu, il est pour la famille et pour la cité tout entière une bénédiction continue.

 

Loches 2a

 

La Ceinture de la sainte Vierge à Loches (1)

 

L'antique collégiale de Notre Dame du château de Loches, construite par le Comte d'Anjou, Geoffroy Grisegonelle, et reconstruite presque en entier en 1160 par Thomas Pactius, prieur du Chapitre, est devenue l'église paroissiale de Saint Ours depuis 1802.

L'on y conserve une Ceinture de la sainte Vierge, donnée par le comte Geoffroy, à son église du Château. La tradition et les archives de l'ancien Chapitre de Notre Dame s'accordent à dire que cette insigne relique avait été envoyée de Constantinople à l'Empereur Charles le Chauve, mort en 877 (d'autres disent à Charlemagne), et que depuis sa translation en France jusqu'à l'année 978 (996, selon d'autres), elle fut gardée avec honneur dans la chapelle royale.

Or, Geoffroy Grisegonelle ayant accepté de combattre seul à seul contre un prince allemand qui disputait au roi de France ses droits à la couronne la reine envoya au Comte d'Anjou, comme sauvegarde, la Ceinture de la sainte Vierge, conservée dans la chapelle de son palais. Elle lui recommanda de la porter sur lui pendant le combat, l'assurant que la Vierge Marie, à qui avait appartenu cette Ceinture, lui ferait remporter la victoire. C'est ce qui arriva.

Le roi et la reine, après la victoire de Geoffroy qui leur assurait la tranquille possession du trône, lui firent don de la précieuse relique, qu'il se hâta de déposer dans son église du Château de Loches. Depuis ce moment, la sainte relique y fut l'objet de la vénération universelle. L'histoire de la Collégiale nous a conservé les noms des rois et des princes de sang royal qui vinrent la vénérer. Philippe-Auguste, saint Louis, Philippe le Bel, Jean II, Charles VII, Louis XI, Louis XII et la reine Anne de Bretagne, François Ier et Charles-Quint, Henri II et Catherine de Médicis, Charles IX, Henri III, le petit fils de Louis XIV, Philippe V, se rendant en Espagne pour y prendre possession du trône, vinrent à l'église collégiale, et usèrent du droit que leur donnait leur naissance pour faire exposer à leur vénération la Ceinture de la Mère de Dieu. Chaque année on l'exposait à la vénération publique le 3 mai et le 15 août ; ces jours là le peuple chrétien affluait à l'Église collégiale, et l'on voyait souvent dans ses rangs des personnes illustres par leur naissance ou leur sainteté, telle que la Bienheureuse Jeanne de Maillé. Le reste de l'année, la Ceinture était soigneusement enfermée dans une armoire à double porte, garnie de fer et munie de cinq serrures.

La Ceinture de la sainte Vierge est d'un tissu très fin, de couleur noisette, dont la matière est vraisemblablement du lin. Elle a 2 mètres 10 c. de long, et à peu près 3 centimètres de large. On la conservait avant la Révolution dans un riche reliquaire de vermeil, fait sur le modèle de l'église du Saint Sépulcre de Jérusalem. Elle reposait sur une agathe d'une rare beauté, enrichie de pierres précieuses et d'or.

Quand les révolutionnaires vinrent piller l'église collégiale, le riche reliquaire qui renfermait la Ceinture tenta leur cupidité ; ils le volèrent donc ; mais la sainte relique fut sauvée de leurs mains sacrilèges par M. l'abbé Pierre-René Leduc.

En 1803, elle fut rapportée à l'église du Château et reconnue solennellement, le 7 août, par les anciens chanoines et chapelains de la Collégiale. En 1834, Mgr de Montblanc, archevêque de Tours, permit de l'exposer, comme par le passé à la vénération des fidèles. Elle est maintenant déposée sur un coussin de drap d'or, auquel elle a été solidement fixée par des attaches portant le sceau archiépiscopal, et renfermée dans une chasse de bronze doré, représentant une église gothique.

Le culte de cette Ceinture s'est conservé à Loches, et y attire une nombreuse affluence aux jours consacrés à ses fêtes. Il a donné lieu à un usage qui remonte à une grande antiquité : celui de faire bénir et toucher à la relique des rubans qu'on porte avec confiance dans la protection de la sainte Vierge. Les jeunes filles aiment à porter ces rubans le jour de leur première communion et de leur mariage. Il existe dans plusieurs anciennes familles lochoises de ces rubans qui ont plus de deux cents ans d'existence.

 

(1) Les dimensions de la Ceinture de Loches. (3 centimètres seulement de largeur) permettent de penser que le Comte d'Anjou aura réservé la partie principale pour l'Anjou et qu'il n'aura détaché qu'une bande assez étroite de la précieuse relique pour l'église de son château de Loches.

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

25 mai 2022

Le Mois de Marie, reine de France

Le Mois de Marie, reine de France

 

Immaculée Franciscaine-001

 

Vingt-sixième jour

L'Arche, les Béthsamites et Oza

 

Les Béthsamites jettent sur l'arche un regard indiscret, ils sont frappés de mort (1 R. 6, 19) ; Oza porte sur elle une main téméraire , il est frappé de mort. (2 R. 6, 7).

Ne cherchez pas à scruter les mystères accomplis en Marie. Défendez sa gloire assurément : elle est votre Mère, elle est votre reine ; mais ne cherchez pas à l'expliquer : elle est le chef-d'œuvre de la sagesse et de la puissance de Dieu. Or, il est écrit : « Celui qui scrute la majesté, sera écrasé par la gloire de cette majesté suprême ». Qui scrutator est majestatis, opprimetur a gloria.

Malheur aux Béthsamites ! Malheur à Oza ! Ne regardez pas, ne touchez pas.

Ne regardez pas : dispensez-vous de surveiller et d'examiner l'enseignement de l'Église ou son gouvernement. Vous n'en avez pas le droit.

Ne touchez pas : je ne dis pas pour frapper, je dis même pour protéger. Sages et puissants du siècle, lisez l'histoire. Elle vous dira quel fut le sort des rois, des magistrats, des ministres, des conseils et des assemblées qui osèrent soumettre à leur examen, à leur placet, les actes de l'Église, les bulles et les décrets de ses Pontifes, ou porter la main soit sur les personnes, soit même sur les choses qui lui appartiennent. Protégez, c'est votre devoir, mais sans toucher.

 

Le Puy Notre Dame 2a

 

Le Puy Notre Dame

 

En 996 le roi Robert, fils de Hugues Capet, vit sa couronne menacée par un seigneur puissant, nommé Berthold. C'était un géant très redouté en raison de sa for ce extraordinaire. La reine Constance invita Geoffroy Grisegonelle, comte d'Anjou, à combattre ce guerrier, et, pour exciter sa confiance, elle lui remit une ceinture de la sainte Vierge qui avait été jadis envoyée de Constantinople à Charlemagne. Muni de cette ceinture, Geoffroy s'avança contre Berthold comme autrefois David contre Goliath, il tua le géant et mit son armée en déroute. Pour toute récompense, il demande la précieuse ceinture qu'on lui avait prêtée pour le combat. Cette ceinture est tissue de laine couleur gris de lin, avec de petits filets de soie.

Vers le onzième siècle Guillaume VI, duc d'Aquitaine, bâtit au Puy Notre Dame, dans le canton de Montreuil, une église en l'honneur de la sainte Vierge avec un monastère où il établit des religieux de saint Benoît pour y conserver la ceinture de la Mère de Dieu. L'éclat des miracles opérés en ce sanctuaire lui donna une grande célébrité.

En 1240 saint Louis y vint avec ses frères et toute sa cour. Louis XI fit souvent ce pèlerinage. On y vit aussi Charles VIII et Louis XIII.

Lors de sa première grossesse, Anne d'Autriche fit chanter neuf messes au Puy Notre Dame, et la ceinture lui fut apportée par deux chanoines. La reine redemanda la sainte relique le 7 août 1638, elle en était revêtue lorsque le 5 septembre elle mit au monde un fils que, par reconnaissance elle appela Dieudonné, et que la France nomma plus tard Louis le Grand. Deux ans après, au mois de septembre 1640, elle réclama encore la ceinture, et s'en étant revêtue elle donna le jour à un second fils qui fut Philippe, duc d'Orléans. En 1542 elle se rendit elle-même au Puy Notre Dame avec le Dauphin et le présentant au chanoine qui, la première fois, lui avait apporté la relique, elle lui dit : « Messire Christophe, voici un des fruits de votre ceinture ».

À l'époque de la Révolution l'église fut dévastée. Un homme du pays, nommé Guillon, se mêla aux pillards comme pour prendre part au butin et il déroba la sainte relique pour la sauver. La tourmente passée, il la remit au curé.

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

24 mai 2022

Le Mois de Marie, reine de France

 

Le Mois de Marie, reine de France

 

Book_of_Exodus_Chapter_26-4_(Bible_Illustrations_by_Sweet_Media)

 

Vingt-cinquième jour

L'Arche chez les Philistins

 

1 Rois 4, 5, 6

 

Portée par des mains indignes, l'arche, un jour, fut prise par les Philistins ; mais à son approche les idoles tombèrent, et les infidèles furent frappés d'une affreuse maladie. Ainsi, reine toujours invincible, Marie domine au milieu de ses ennemis : Dominare in medio inimicorum tuorum.

Invoquez Marie, elle renversera dans votre intelligence l'idole du préjugé, dans votre cœur l'idole de la passion.

Malheur au prêtre indigne ! Par lui l'Église est livrée aux puissances impies. Mais il partagera le sort des fils coupables du grand prêtre Élie.

Malheur aux Philistins, malheur aux impies, surtout à l'instant où, croyant triompher, ils semblent tenir l'Église sous leur empire. L'Église est née pour dominer. Libre et souveraine, partout, fût-elle captive et enchaînée, il faut qu'elle règne et qu'elle triomphe. Sa présence seule renverse et brise les idoles que le monde adore. Ni l'or, ni le fer, ni l'opulence, ni la force ne peuvent tenir devant elle. Car elle aussi, elle est la force, mais la force spirituelle, et cette force l'emporte autant sur la force du monde que l'esprit l'emporte sur la matière.

Soyez ferme, chrétien, et ne tremblez pas. Fussiez-vous environné par les impies et par les libertins : devant vous tomberont brisées les idoles qu'ils adorent.

 

Cunault 2

 

Notre Dame de Cunault

 

Le canton de Gennes offre à l'admiration des pèlerins l'église de Notre Dame de Cunault. Ce nom vient du mot latin cunæ, berceau, parce que dans ce sanctuaire on honore Enfant Jésus au berceau et allaité par sa Mère. La tradition attribue la fondation de cette église au roi Dagobert (630). On y conservait l'anneau que saint Joseph mit au doigt de la sainte Vierge lors de la cérémonie de son mariage. Cet anneau était d'un or très pur et enrichi d'une pierre précieuse qu'on croyait être une améthyste bleue très fine.

Cunault possédait aussi une fiole de cristal de roche enchâssée dans de l'argent, où l'on conservait du lait de la sainte Vierge.

Geoffroy, comte d'Anjou, exempta l'église de Cunault de toute juridiction séculière en l'année où, par l'aide de Dieu et de sa sainte Mère, il acquit la partie de la Normandie qui est en de ça de la Seine. Actum est Andegavis in anno quo, annuente Deo et sancta Matre ejus, partem Normanndæ quæ est citra Sequanam acquisivimus. (1143).

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

23 mai 2022

Le Mois de Marie, reine de France

 

Le Mois de Marie, reine de France

 

ArkCovenant-Axum

 

Vingt-quatrième jour

L'Arche au jour du combat

 

Josué 3 et 4

 

Au jour du combat, l'arche portée dans les rangs d'Israël, lui assurait ordinairement la victoire. Le Jourdain débordé ferme l'entrée de la terre promise. L'arche avance portée sur les épaules des prêtres, aussitôt le fleuve suspend son cours et Israël passe. Jéricho oppose ses remparts ; l'arche est portée par les prêtres autour de la fière cité, et au septième jour, au septième tour, ses murailles s'écroulent.

Au jour de la tentation ou de l'épreuve, invoquez Marie, et devant vous le flot de la passion s'arrêtera, la puissance du monde s'écroulera. Au jour du combat, soit contre l'erreur et le sophisme, soit contre la passion et le vice, l’Église est avec nous, l'Église nous précède et nous dirige ; suivons-la par la foi et par l'obéissance, et nous verrons le fleuve de l'erreur et de la passion s'arrêter pour nous livrer passage ; nous verrons les remparts de Jéricho, les portes de l'enfer, les hautes et grandes puissances de ce monde s'écrouler pour nous laisser l'empire, l'empire sur le péché, l'empire sur le respect humain, l'empire sur la chair, l'empire sur nous-même, l'empire sur les âmes.

À votre tour, vous serez la force du faible et la terreur du méchant. Devant vous, comme devant l'arche, on verra les flots s'arrêter et les remparts s'écrouler ; on verra les passions reculer et les obstacles tomber.

 

ND des Ardilliers de Saumur-001

 

Notre Dame de Fontevraud

 

Sur les confins de l'Anjou et du Poitou il y avait jadis une vaste forêt. Un brigand, fameux sous le nom d'Evrault, y avait établi son repaire près d'une fontaine qui de son nom fut appelée Fontevraud (Fons Evraldi).

Vers l'an 1095 Robert d'Arbrissel fonda en ce lieu solitaire un ordre religieux des deux sexes dans lequel les hommes, pour imiter la soumission de Jésus, puis de saint Jean à la très sainte Vierge faisaient vœu d'obéissance à l'abbesse qui était supérieure de l'ordre entier.

La magnifique église de ce monastère fut consacrée à la sainte Vierge par le Pape Calixte II en 1119. Henri II et Richard Cœur de Lion voulurent y être enterrés. Après avoir servi de prison jusqu’en 1985, cette abbaye est aujourd’hui un musée.

 

Notre Dame des Ardilliers

 

Ce sanctuaire, un des plus célèbres de France par les grands miracles qui s'y sont opérés, doit son origine à une image, en pierre, de la Mère de Dieu que vénérait, dans la grotte où il se tenait caché, un fervent religieux de Saint Florent, nommé Absalon, qui avait été chassé de son monastère par les Normands.

Cette statue fut exposée plus tard à la dévotion des peuples sous un arceau de pierre. Elle représentait la Vierge assise, tenant entre ses bras son Fils mort et descendu de la croix. On l'appela Notre Dame des Ardilliers, parce que le terrain en cet endroit est argileux et que le patois du pays donne à l'argile le nom d'ardille.

Un homme ayant un jour essayé d'enlever la statue fut frappé d'immobilité jusqu'à ce qu'il eût demandé pardon à la Mère de Dieu. Trois autres ayant conçu le même projet réussirent à la charger sur leurs chevaux, mais ne pouvant les faire avancer d'un pas, ils furent obligés de remettre l'image sous l'arceau. Enfin on éleva un sanctuaire convenable.

Parmi les pèlerins de Notre Dame des Ardilliers on cite M. Olier qui y revint plusieurs fois, et Saint Louis-Marie Grignon de Montfort, fondateur des Prêtres du Saint Esprit et des Sœurs de la Sagesse. Un grand nombre de protestants ont abjuré l'hérésie aux pieds de cette image.

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 


22 mai 2022

Le Mois de Marie, reine de France

 

Le Mois de Marie, reine de France

 

Marie, arche de la Nouvelle Alliance 2-001

 

Vingt-troisième jour

L'Arche, conseil d'Israël

 

Nombres 1, 50-54 ; 10, 35

 

Placée au milieu du camp, l'arche sainte gardait Israël et Israël gardait l'arche. Gardons Marie dans notre cour, gardons la bien par la pensée, par la prière, et Marie nous gardera.

Quand Moïse, et après lui quand le grand prêtre, avait besoin de consulter Dieu, il s'approchait de l'arche sainte et Dieu répondait. Dans les difficultés, dans les angoisses, recourons à Marie ; la réponse et le secours ne se feront pas attendre.

De même encore si les nations gardent l'Église, l'Église les gardera, elle sera leur conseil. Malheur au philosophe, malheur au savant, malheur au politique, malheur au législateur, qui, voulant séparer la raison de la foi, et l'État de l'Église, refuserait de consulter la foi et d'écouter l'Église ! Assurément la raison suffit pour reconnaître les vérités premières de la science et les premiers principes de la morale ; mais, l'expérience le démontre, sans la lumière de la foi, sans la surveillance de l'Église, la raison séduite par la passion, dominée par l'opinion, ne tarde pas à s'égarer, dès qu'il s'agit de tirer les conséquences et de faire les applications pratiques, et alors malheur aux peuples, si ceux qui les dirigent ne consultent pas l'arche sainte, c'est-à-dire l'Église infaillible de Jésus-Christ !

Chrétien fidèle, par votre exemple autant et plus que par votre parole, vous serez au milieu du monde le conseil et la lumière de ceux qui doutent ou qui hésitent.

 

Notre Dame de sous terre-001

 

Notre Dame de Sous Terre

 

Sur la colline de Levière s'élevait jadis un monastère de Bénédictins. Ces religieux déposèrent une statue de la sainte Vierge dans une crypte souterraine. On vint l'y honorer sous le titre de Notre Dame de Sous Terre. Jean sans Terre assiégeant Angers, ruina la chapelle et brisa la statue (1205).

Deux siècles après (vers 1400), Yolande, épouse de Louis II, comte d'Anjou, se promenant du côté de Levière et s'étant assise sur la hauteur vit sortir d'un buisson un lapin qui, pour suivi par les chiens, vint se réfugier sur ses genoux. La princesse soupçonnant dans ce fait quelque indice mystérieux, ordonna de creuser la terre à l'endroit qu'occupait le buisson. On découvrit une petite voûte dans laquelle se trouvait une image de la Vierge avec l'Enfant-Jésus dans ses bras et une lampe de verre suspendue devant l'image. Yolande fit construire dans ce lieu un petit oratoire et la statue y fut placée. Un pèlerinage s'y établit.

Un peu plus tard on rebâtit la chapelle de Notre Dame de Sous-Terre, et l'on y déposa la nouvelle statue. Survinrent les dévastations des Huguenots. La chapelle fut détruite, mais la statue fut sauvée. En 1793, nouvelle destruction, et grâce au zèle de personnes pieuses, nouvelle préservation de la statue qui, en 1826 , fut déposée à l'église de Saint Laud. En 1849 elle fut volée et jetée dans la Maine. Mais des pêcheurs la rencontrèrent dans leurs filets et elle fut reportée à Saint Laud.

Aujourd'hui elle a été transférée dans une chapelle rebâtie au lieu qu'elle occupait autrefois. Entre autres miracles opérés jadis à Notre Dame de sous-Terre, on cite la guérison du seigneur de Boylesve qui désespéré des médecins, se consacre à Notre Dame de Sous-Terre et fait vœu, s'il est guéri, d'y porter le suaire dans lequel il devait être enseveli. Aussitôt il revient à la santé.

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

21 mai 2022

Le Mois de Marie, reine de France

 

Le Mois de Marie, reine de France

 

Arche d'Alliance 2

 

Vingt-deuxième jour

La Loi, la Manne, la Verge

 

Hébreux 11, 4

 

L'arche contenait trois choses : les tables de la loi écrites de la main de Dieu, un vase d'or rempli de la manne miraculeuse du désert, la verge du grand prêtre qui avait fleuri par un prodige.

Dans le sein de Marie j'adore la loi vivante, la sagesse et la justice même, le législateur en personne ; j'adore Celui qui se dira et se fera la manne véritable, le pain vivant descendu des cieux ; j'adore le sacerdoce suprême dont la verge d'Aaron fut le symbole, j'adore le grand prêtre par excellence, le prêtre selon l'ordre de Melchisédech.

Aussi j'admire sans étonnement la conformité si parfaite de Marie à la loi de la grâce, son zèle à recueillir les moindres parcelles de la manne divine qui pour l'âme sont l'aliment de vérité et de justice : Maria autem conservabat omnia verba hæc, conferens in corde suo ; j'admire enfin en Marie cette vie de sacrifice qui assure le mérite du sacerdoce.

Dans l'Église je vois aussi et la loi, la parole même de Jésus, qui s'y conserve infaillible par la bouche de Pierre ; et la manne, le pain de vie descendu des cieux, le corps de Jésus présent par l'Eucharistie ; et la verge du grand prêtre, le sacerdoce de Jésus-Christ présent par la personne de son vicaire qui tient en main la verge qui corrige, et le sceptre qui dirige.

Chrétiens, par la communion, la loi de Dieu repose en vous et y demeure : manifestez sa présence par la régularité de votre vie. Par la communion, la manne céleste est descendue dans votre cœur : manifestez son action par une vie toute céleste. Par la communion, le prêtre souverain vous associe à son sacerdoce royal : soyez avec lui prêtre et victime tout à la fois ; vous serez l'un et l'autre, et par la consécration de tout ce que vous êtes au service et à la gloire du Père céleste, et par le sacrifice volontaire de tout ce qui s'opposerait à son bon plaisir.

 

Angers - Saint Aubin

 

Notre Dame du Verger ou du Rocher

 

Après l'abbaye du Ronceray il faut citer celle de saint Aubin, célèbre par la chapelle de Notre Dame du Verger. C'était l'œuvre du grand saint Hilaire. Cet insigne docteur de l’Église, né à Chéré, en Anjou, aimait cette belle contrée, sa première patrie, où s'étaient écoulés les jours de son enfance, et il voulut doter Angers d'une chapelle de la Vierge.

Dans ce pieux dessein, l'an 356, il fit creuser le sol au, pied d'un rocher et il y construisit une chapelle souterraine. Plus tard, par l'ordre du roi Childebert, saint Germain de Paris fonda, en l'honneur de saint Germain d'Auxerre, une abbaye dont l'église fut construite au-dessus de la chapelle de Notre Dame du Rocher et consacrée aussi à la Mère de Dieu.

Dans cette abbaye la fête de l'Assomption était solennisée pendant quatre jours comme celles de Pâques, de Noël et de la Pentecôte, et depuis le chapitre général de 1332, la fête de l'Immaculée Conception s'y célébrait selon le rite de première classe. Cependant les miracles opérés lorsque le corps de saint Aubin, évêque d'Angers, fut transféré dans cette église, lui firent donner, ainsi qu'à l'abbaye, le nom de ce Saint. Les niveleurs de 1793 ont détruit l'église et une partie de l'abbaye.

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

20 mai 2022

Le Mois de Marie, reine de France

 

Le Mois de Marie, reine de France

 

Marie, arche de la Nouvelle Alliance-001

 

Vingt-et-unième jour

L'Arche d'alliance

 

Exode 25, 10, 16

 

Dieu donna au peuple d'Israël un signe permanent de son alliance. Ce signe fut une arche construite d'un bois incorruptible, et revêtue au dedans et au dehors de lames d'un or très pur. (Ex. 25, 10).

Vous avez reconnu Marie, immaculée dans sa conception, inviolable dans sa virginité ; Marie revêtue de la double charité : à l'intérieur, par l'amour de Dieu, de Jésus qui repose dans son sein ; à l'extérieur, par l'amour des hommes devenus ses enfants d'adoption.

Comme l'arche et comme Marie, l'Église est incorruptible : infaillible dans la vérité, immaculée dans la sainteté : Non habens maculam neque rugam. Elle est comme investie de l'or de la double charité, du zèle pour la gloire de Dieu et pour le salut des âmes.

Âme fidèle, soyez, vous aussi, incorruptible et pure dans votre foi et dans votre vie ; revêtez-vous de la double charité, n'agissez que pour la gloire de Dieu et pour le salut du prochain.

 

Angers_-_Église_de_la_Trinité_-_Crypte_-_20080921-001

 

La Cathédrale d'Angers

 

D'après une tradition respectable, le Defensor, prince ou gouverneur du Mans, ayant été converti par saint Julien, devint le premier évêque d'Angers. Il dédia à la sainte Vierge sa première église, qui fut remplacée plus tard par un édifice plus vaste et plus élégant. Cette nouvelle cathédrale fut consacrée par saint Martin sous le vocable de Marie. Le saint ayant fait don à cette église d'un reliquaire qui contenait du sang de saint Maurice, le peuple désigna la cathédrale sous le nom de ce glorieux chef de la légion thébéenne, et ce titre a prévalu.

Plusieurs fois renversée, la cathédrale d'Angers fut rebâtie avec le concours de Pépin (750), de Charlemagne, de Louis le Débonnaire et de Charles le Chauve. Marie y reçut les hommages des rois Philippe Auguste, saint Louis, Charles VII, Louis XII, Charles VIII, François Ier, Henri II, Charles IX, Henri III, Henri IV, Louis XIII et Louis XIV. Ce dernier, par un arrêt de 1670, déclare que cette église s'appelle la chapelle des rois.

 

Notre Dame du Ronceray

 

Après la cathédrale Angers possédait neuf autres monuments de sa dévotion envers la sainte Vierge.

Le premier était l'abbaye de Notre Dame du Ronceray, ainsi nommée pour trois. Raisons :

1° une ronce sortait de la muraille, perçait les losanges des vitres, et allait enlacer et comme caresser la statue de Marie sur son autel : on la coupait, on essayait de l'arracher, elle repoussait toujours ;

2° aux premiers temps de la prédication évangélique les chrétiens d'Angers se rassemblaient en ce lieu dans une chapelle souterraine : les païens l'ayant su vinrent pour les y massacrer ; mais à la place de la chapelle ils ne virent que des ronces et des épines, et ils ne purent découvrir les fidèles ;

3° la comtesse Hildegarde, se croyant soupçonnée d'infidélité par son époux Foulques Nerra, se jeta dans la Maine afin de prouver son innocence. Elle avait promis à Dieu que si elle échappait à la mort, elle élèverait un sanctuaire à la Vierge, avec un monastère de religieuses, à l'endroit où elle aborderait. Dieu eut pitié de sa simplicité. Elle aborda au lieu où est aujourd'hui le Ronceray. Mais alors l'ancienne chapelle des premiers chrétiens avait disparu. De concert avec le comte d'Anjou, encore plus persuadé de son innocence que, du reste, il n'avait jamais soupçonnée, Hildegarde se met en devoir d'accomplir son vœu.

En creusant les fondements, les ouvriers trouvent dans un buisson de ronces une statuette en cuivre qui représentait la sainte Vierge assise sur un trône et tenant sur ses genoux l'Enfant-Jésus. Oh ! dit la comtesse, voilà bien Notre Dame du Ronceray. On creusa encore et l'on découvrit une chapelle souterraine bien voûtée, soutenue de deux rangs de piliers, douze de chaque côté. Au-dessus de ce sanctuaire, on éleva l'église que la comtesse avait fait vœu de construire.

La statue de Notre Dame du Ronceray a été cachée lors de la Révolution de 1793. Aujourd'hui elle est dans l'église de la Trinité sur l'autel de la Vierge.

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

19 mai 2022

Le Mois de Marie, reine de France

 

Le Mois de Marie, reine de France

 

Nom de Dieu-001

 

Vingtième jour

Le Sinaï

 

Exode XIX

 

Ne touchez pas à la montagne. La mort serait le châtiment de votre témérité. N’insultez pas Marie, ce serait la mort de votre âme.

Un nuage épais couvre le Sinaï et dans ce nuage retentissent les foudres et brillent les éclairs dominés par l'éclat formidable de la grande voix de Dieu. Ainsi au jour de l'Incarnation la vertu du Très-Haut enveloppa Marie de son ombre. Virtus Altissimi obumbrabit tibi.

Mais si le Sinaï apparaît sombre, terrible, enveloppé de fumée, sillonné d'éclairs et foudroyant ; c'est pour les superbes qui voudraient monter et voir au delà des limites fixées par Dieu lui-même : transcendere terminos ad videndum Dominum (Ex. 19, 21) ; c'est pour les âmes charnelles : et si bestia tetigerit montem (He. 12, 18) ; mais pour les hommes de foi, pour les cœurs purs, le Sinaï ressemble à un ciel serein : quasi cælum cum serenum est. (Ex. 24, 10).

Image de Marie qui se montre redoutable aux esprits superbes et aux cœurs sensuels, douce et sereine aux humbles et aux innocents.

Image de l'Église : les esprits superbes qui prétendent tout voir et tout expliquer par la raison, ne trouvent que ténèbres et fumée dans les hauts et purs enseignements de l’Église ; les cœurs charnels n'y comprennent absolument rien. Pour les uns comme pour les autres, l'Église n'a que des éclairs et des foudres. Mais pour les intelligences que la foi élève, pour les cœurs que la charité purifie, la doctrine de l’Église est un ciel pur, calme et serein.

Dieu descend sur le Sinaï : il descend en Marie par l'Incarnation ; il descend dans l'Église par l'Eucharistie ; il descend dans l'âme fidèle par la communion.

Du sommet du Sinaï, Dieu donne sa loi à Israël. Marie, dont le nom signifie l'élévation, est la montagne du haut de la quelle Dieu donne au monde entier Celui qui est la loi vivante, le Verbe qui, incarné dans le sein de la Vierge immaculée, se révélera par l'Évangile et par l'Église.

Trois fois Dieu a fait alliance avec l'homme : d'abord dans le paradis terrestre, avec Adam, père et chef de la famille humaine ; puis sur le Sinaï, avec Moïse, sauveur et chef d'un peuple choisi ; enfin, dans le sein de Marie, par l'union de la nature divine et de la nature humaine en la personne de Jésus-Christ. Cette dernière alliance se continue et se consomme dans l'Église.

Au sommet du Sinaï, Moïse parlait et Dieu lui répondait. Au sommet de l'Église, Pierre parle et Dieu lui assure l'infaillibilité. Restons unis à Pierre et nous serons infaillibles nous aussi, infaillibles par la foi, de l'infaillibilité même qui fut garantie à Pierre par Jésus, infaillibles de l'infaillibilité du Verbe qui est Dieu.

 

Mauges-sur-Loire_(49)_Le_Marillais_-_Sanctuaire_Notre-Dame-du-Marillais_05-001

 

Marie en Anjou

 

Nous abordons ce diocèse avec un double bonheur, écrit M. Hamon, premièrement parce qu'il n'en est point sur lequel nous ayons été mieux renseigné ; en second lieu, parce qu'il en est peu, s'il en est quelques-uns, où la sainte Vierge ait été autant aimée, où cet amour se soit traduit par tant de sacrifices et où l'on ait fondé, pour dilater son culte et le perpétuer d'âge en âge, un si grand nombre d'églises, d'abbayes, de prieurés, de chapelles.

Les Angevins appellent la sainte Vierge Notre Dame l’Angevine : 1° parce que, voyant en elle une mère, ils aiment à se la figurer comme ne faisant avec eux qu'une même famille et un même peuple ; 2° parce que, touchés de sa tendresse et de ses bienfaits, ils la regardent comme étant à eux plus spécialement qu'à tout autre peuple : elle est éminemment Angevine, et l'Angevine est son nom. (Notre Dame de France, t. IV, p . 187).

 

L'Angevine

 

La nativité de Marie dans le pays, se nomme l'Angevine, parce que ce fut à Angers, vers l'an 430, que pour la première fois dans l'Église la naissance de la sainte Vierge fut célébrée d'après une révélation que reçut saint Maurille, évêque d'Angers.

Or, le 8 septembre 732, la fête angevine acquit une célébrité nouvelle. Ce jour-là même, Charles Martel remporta sur Abdé rame, la grande victoire qui lui valut son glorieux surnom, et le soir même de la bataille, il institua en l'honneur de Marie, l'ordre des chevaliers du Genêt. Il n'y admit avec lui que vingt-neuf guerriers choisis parmi ceux qui s'étaient le plus distingués dans cette fameuse journée. Les chevaliers de ce nouvel ordre portaient un collier d'or à trois chaînes entremêlées de l'emblème de la rose de Jéricho supportant l'humble fleur du genêt, avec la devise : « Et exaltavit humiles : Il a exalté les humbles ».

Le 8 septembre 1022, le roi Robert releva cet ordre sous le nom de Notre Dame de l'Étoile, parce qu'il substitua une étoile à la fleur du genêt, disant que Marie était l'étoile de la France. Quelques autres modifications furent faites au costume des chevaliers, et on leur imposa l'obligation de réciter chaque jour cinquante Ave Maria.

Enfin en 1243, Innocent IV rendit obligatoire la fête de la Nativité, conformément au vœu qu'avait fait le conclave où il fut élu, pour obtenir le triomphe de l’Église sur les factions qui menaçaient d'entraver l'élection.

Cependant les évêques d'Angers, les comtes d'Anjou et les rois de France ne cessèrent pas de multiplier en ce pays les signes de leur dévotion envers Marie.

Sur vingt-deux villes que comprenait l'ancien Anjou, dix-neuf honoraient Marie comme leur patronne et même comme leur fondatrice, puisque c'était sa chapelle qui, en attirant la foule, avait donné naissance aux premières habitations. Sur dix neuf abbayes, onze avaient été fondées en l'honneur de Marie.

À Angers même, sur trente et une églises, seize étaient dédiées à la sainte Vierge. Du haut de la cathédrale, placée au centre sur une éminence, Marie regarde toute la ville : totam prospicit urbem. Depuis 1612 sa statue était au-dessus des trois portes principales, avec diverses inscriptions. Sur la porte de la vieille chartre on lisait : « Protegam civitatem hanc propter nomen meum et propter te ». (4 R. 19, 34). Sur la porte de la montée Saint Maurice on lisait : « Tu gloria Jerusalem, tu honorificentia populi nostri » (Ju. 14, 10) ; Enfin sur la porte angevine on lisait : « Dominare nostri tu et filius tuus ». (Ju. 8, 22).

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

18 mai 2022

Le Mois de Marie, reine de France

 

Le Mois de Marie, reine de France

 

N

 

Dix-neuvième jour

La Pierre de l'Horeb

 

Exode 17, 6

 

Où fuirons-nous ? Au désert ? Mais on n'y peut vivre. L'eau y manque. Allez toujours : vous y rencontrerez la pierre de l'Horeb.

Du haut de sa croix, Jésus, le nouveau Moïse, a touché le Cœur de Marie. « Femme, lui dit-il, montrant du regard le disciple bien-aimé, voilà votre fils ». Et soudain du Cœur de Marie, de ce Cœur qui, au pied de la croix, se montra plus ferme que le roc, de ce Cœur jaillit une source inépuisable de tendresse maternelle qui sera pour tous les hommes une source de grâce et de vie éternelle.

Telle aussi l'Église, bâtie sur le roc, verse sur le monde les eaux de la grâce par les sacrements. Ranimé par ces eaux merveilleuses, vous traverserez le désert de la vie, vous arriverez au Sinaï.

 

Montage Avesnières

 

Notre Dame d'Avesnières

 

« Avesnières, à un kilomètre de Laval, est à proprement parler un faubourg de cette ville. L'église de ce bourg, dédiée à la Vierge, est un des plus beaux monuments de la contrée. Depuis des siècles, de nombreux pèlerins visitent ce sanctuaire vénéré, fondé, vers le milieu du XIe siècle, par Guy II, seigneur de Laval, pour accomplir un vœu.

Comme il chevauchait sur le pont de la Mayenne, un faux pas de son cheval les précipita ensemble dans la rivière. Le baron, emporté par le courant et voyant qu'il allait périr, se recommanda à Marie. Il lui promit de consacrer une chapelle à Dieu, en son honneur, au lieu même où elle le ferait aborder sain et sauf. Sa prière fut exaucée. Il put trouver terre environ à mille pas de l'endroit où il avait commencé cette navigation périlleuse, dans un champ d'avoine, où une statue de la Vierge, placée dans le creux d'un chêne par la piété des habitants, frappa d'abord ses regards. Fidèle à son vœu, il fit construire sur cette rive une chapelle où fut transportée la statue, et l'on croit que cette église et cette statue sont celles qui existent aujourd'hui.

L'église de Notre Dame d'Avesnières partagea la mauvaise fortune du pays aux jours funestes de l'invasion des Anglais. Dans l'une de leurs incursions, au XIIIe siècle , ils y mirent le feu et brûlèrent toute la partie antérieure de la nef, qui, selon un intéressant rapport de M. E.-A. Segretain, aurait alors été diminuée lors de sa construction au siècle suivant, et n'aurait pas été réédifiée sur le même plan. L'église d'Avesnières avait été érigée en prieuré, et les bénédictines du Ronceray d'Angers y furent établies ; elles firent réparer et agrandir l'église à l'aide du produit des indulgences plénières que le Pape Innocent III avait, en 1207, accordées à ceux qui venaient y prier le vendredi.

Abandonnée pendant la Révolution, cette église fut la première des environs de Laval rendue au culte en 1800, et l'on y déposa les restes de quatorze prêtres que la Révolution avait livrés au bourreau sur la place publique de Laval. Depuis 1841, elle compte au nombre des monuments historiques ; le chœur de l'édifice est de l'époque de la transition du roman au gothique, la partie antérieure est une œuvre du XVe siècle, enfin, la tour et la flèche ont été élevées en 1534 ». (Le Dimanche illustré de Toulouse).

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

17 mai 2022

Le Mois de Marie, reine de France

 

Le Mois de Marie, reine de France

 

Nuée de feu au désert-001

 

Dix-huitième jour

La Colonne de nuée

 

Exode 14, 19, 20

 

Nuée pendant le jour, feu pendant la nuit, la colonne mystérieuse qui accompagne Israël, le défend le jour contre les ardeurs du soleil, la nuit contre les surprises de l'ennemi ; obscure du côté des Égyptiens, elle ne leur permet pas d'avancer contre le peuple de Dieu ; lumineuse du côté des Hébreux, elle les rassure contre les terreurs nocturnes.

Marie est à la fois une mère douce et tendre pour ses enfants, une reine puissante et redoutable contre leurs adversaires. Elle défend ses enfants contre les ardeurs de la passion et contre les surprises de l'ennemi qu'elle arrête et qu'elle aveugle en même temps.

Les sages et les puissants de l'Égypte, les princes du siècle, les prétendus philosophes et les prétendus politiques ont voulu enfermer les enfants de Dieu dans ce qu'ils nomment les idées et les principes modernes ; ils croyaient déjà les tenir dans le dédale et le réseau de leurs lois aussi mesquines que perverses. Mais l'Église, lumineuse pour les intelligences dociles et pour les cœurs purs, arrête par les obscurités de la foi les sages et les prudents de ce monde. Ils étaient dignes de perdre la lumière et d'être enfermés dans les ténèbres ceux qui tenaient enfermés les enfants de Dieu (Sg 18, 4).

Toujours la sagesse de ce siècle et des princes de ce siècle aboutit à la mer Rouge, symbole de ces révolutions sanglantes qui absorbent toujours et leurs auteurs et leurs partisans. Sapientiam vero non hujus sæculi, neque principum hujus sæculi, qui destruuntur. (1 Co. 2, 6).

 

Notre Dame des Grâces de Cambrai

 

Notre Dame de Grâce (Cambrai)

 

On donne à Cambrai le nom de Ville de la Vierge. C'est le nom qui lui sied. L'antique cité gauloise, Cameracum, reçut la foi, au premier siècle, des envoyés même de saint Pierre, compagnons de saint Denis ; et dès le jour où la jeune cité chrétienne fléchit le genou devant la croix, Marie mère du Crucifié étendit sur elle sa main toute puissante.

Après les invasions barbares, la métropole cambrésienne se releva de ses ruines par les soins de son évêque saint Waast, disciple de saint Remy et catéchiste de Clovis. Cambrai ressuscita à la fois dans les mêmes eaux où le fier Sicambre trouva la vie (496) .

Inutile de suivre dans ses détails le rapide accroissement du culte de Marie dans ces contrées. Remarquons toutefois que, dès le XIe siècle, son nom est honoré dans tout le nord de la France ; c'est Notre Dame de Cambrai, Notre Dame la Grande.

Les seigneurs de Cambrésis lui rendent hommage comme à leur reine. Les peuples la saluent comme leur sauvegarde. Saint Bernard, inspiré de l'esprit de Dieu qui répand par ses mains les miracles et les bienfaits, vient la prier et dit la messe à son autel. Saint Louis a appris à l'invoquer, et pour marquer sa confiance et son respect, il lui envoie une couronne d'or enrichie de pierres précieuses. Les drapeaux de Rosebeck sont déposés à ses pieds.

Son culte est un culte politique. Ses monnaies sont frappées à son effigie. Son image, palladium sacré, la représente debout, couronnée, tenant en main le sceptre ; son bras gauche entoure l'enfant Jésus assis sur l'écusson aux trois lions du comté de Cambrésis. La Souveraine s'appuie sur les armes de son royaume. Ainsi la foi pénétrait toutes choses. Jésus-Christ régnait.

L'an du salut 1440, un chanoine de la métropole de Cambrai, Fursy de Bruille, se trouvait à Rome. Il était sur le point de quitter la ville pontificale, lorsque l'un des princes de la sainte Église se présenta à lui, disant que, pour obéir à une révélation venue de Dieu, il voulait faire don à l'église métropolitaine de Cambrai d'un trésor précieux dont il était dépositaire. Ce trésor était l'image de Notre Dame de Grâce telle que nous la vénérons aujourd'hui.

Théodore, lecteur de l'église de Constantinople vers l'an 530, rapporte qu'aux temps qui suivirent la conversion de Constantin, on envoya à l'impératrice Pulchérie, petite fille du grand Théodose, un portrait de la très sainte Vierge Marie, conservé jusqu'à cette époque à Jérusalem, et que la tradition chrétienne de cette ville, où vécut la Mère de Dieu, attribuait au pinceau de l'évangéliste saint Luc.

Pulchérie fit bâtir un temple où elle déposa la sainte Image, qui devint aussitôt l'objet d'une grande vénération pour les fidèles de la cité impériale.

Vers le milieu du XVe siècle, lorsque les armées mahométanes envahirent l'empire romain d'Orient l'on se hâta d'enlever et de transporter en Occident les reliques et les objets précieux. De ce nombre fut l'image de Notre Dame de Grâce. Apportée à Rome, remise entre des mains fidèles, la divine Providence la destinait aux contrées, si pleines de foi et de piété, du nord de la France comme gage de sa divine protection.

Les Cambraisiens furent fidèles à leur mission, ils déposèrent précieusement l'Image sainte dans l'ancienne cathédrale de Cambrai, chef-d'œuvre de l'art gothique, que l'on appelait « la merveille du Nord » et que les séïdes de Joseph Lebon détruisirent, aux jours néfastes de la première République.

On était alors, nous l'avons dit, au milieu du XVe siècle, en l'année 1450. Les Flandres, le Hainaut, la Picardie, l'Ostrevant accoururent aussitôt contempler ces traits copiés sur le divin original lui même.

Dès 1454, Bruges envoie le premier dés peintres de sa célèbre école en prendre trois copies, et le culte de Notre Dame de Grâce se répand dans les provinces belges.

En 1557, Philippe le Bon, duc de Bourgogne, implore sa protection et lui offre des présents.

Louis XI suspend à la voûte de son sanctuaire une grande couronne ornée de douze flambeaux d'argent, sur laquelle on lit l'inscription suivante : « L'an de l’Incarnation mil quatre cent LXXVIII Louis XI du nom, roi de France OU TOUT HONNEUR LUIT, fonda ici l'an susdit pour décorer la Mère de grâce : prions jour et nuit Jésus qu'il ne périsse de âme ».

En 1529, la Paix des Dames se signe à Cambrai. C'est au pied de l'Image miraculeuse que le traité est ratifié.

Ainsi, tout aboutit à ce sanctuaire béni. Cambrai et Notre Dame de Grace, c'est un même amour, un même patriotisme, un même culte. Son image domine la porte principale de l'hôtel de ville. Quatre des portes de la cité sont placées sous sa protection. Dans les rues, sur les maisons, ses traits apparaissent reproduits par la sculpture et la peinture.

Et lorsque dans les années 1649 et 1657, à deux reprises différentes, Cambrai sans défense est assiégée par des ennemis victorieux, et que soudain nos pères, après avoir passé la nuit aux pieds de leur Patronne, se voient deux fois miraculeusement délivrés, l'enthousiasme alors est à son comble.

Par Notre Dame de Grâce, Cambrai est délivrée, disent les médailles commémoratives frappées à cette époque, avec une profusion que l'élan de la reconnaissance peut seul expliquer : « Condeo Urbem liberanti ; par Notre Dame de Grâce, son altesse Condé Cambrai a délivré » ; Condé , qui, en entrant dans la ville dont il venait de faire lever le siège, ne voulut descendre de cheval qu'au seuil même du sanctuaire de Notre Dame de Grâce.

Et les pays d'alentour accoururent remercier Celle qui en sauvant Cambrai, les sauva eux-mêmes.

Trois mille Valenciennois offrent une lampe d'or sur laquelle se voyaient les patrons des trois paroisses de cette ville, Saint Vaast, Saint Nicolas, Saint Jacques. Une inscription rappelle la cause de ce présent : « En vain, dit-elle, est attaquée par l'ennemi la ville dont Marie est la Protectrice... Les habitants ont fait don de cette lampe à Notre Dame de Grâce, parce qu'en délivrant Cambrai, elle a aussi sauvé Valenciennes des fureurs ennemies ». Sept mille pèlerins viennent de Douai. Bouchain apporte un cierge monumental avec cette devise : « À Notre Dame de Grâce, pour la délivrance de Cambrai, l'an 1657, le peuple de Bouchain ».

De 1649 à 1660, les fêtes, les pèlerinages se succédèrent. Ce fut un long cri de reconnaissance pour Celle dont la main toute puissante avait arrêté les armées victorieuses.

Ainsi qu'Israël délivré chanta la gloire de Judith, ainsi la cité de la Vierge célébra les louanges de la Judith moderne en laquelle, aux heures de danger, elle avait mis sa confiance et son espoir.

L'image de Notre Dame de Grâce était placée dans la chapelle de la Sainte Trinité, au-dessus de l'autel. On a encore la pierre de cet autel sur lequel Fénelon célébrait chaque jour la sainte messe. (Extrait du Pèlerin).

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

16 mai 2022

Le Mois de Marie, reine de France

Le Mois de Marie, reine de France

 

Pessah

 

Dix-septième jour

La Verge de Moïse

 

Exode 4, 1-4

 

Moise jette sa verge sur le sol, elle est changée en serpent. Ainsi Ève, ainsi notre âme, ainsi la famille humaine tout entière, par l'affection aux choses terrestres et sensibles, devient tortueuse, rampante et vénéneuse comme le serpent.

Moïse reprend sa verge. Elle redevient droite et ferme. Ainsi Marie, ainsi l'âme fidèle et juste, ainsi l'Église, sous la main de Dieu, est droite et ferme, par la foi qui redresse et affermit la raison, par la vertu qui redresse et affermit la volonté.

Dix fois Moïse lève sa verge, dix fois le fléau du Dieu libérateur retombe sur l'oppresseur. (Exode 7, 9-12 , 15-20 ; 8, 16-17 ; 9, 23 ; 10, 13).

Priez Marie, priez dix fois, priez toujours, et dix fois et toujours le Pharaon de votre âme, et aussi le Pharaon de l'Église, la passion qui vous asservit, le César qui opprime le peuple chrétien, seront flagellés. Car Marie, par cela même qu'elle est une mère, est aussi, pour défendre ses enfants, une reine puissante et terrible comme une armée rangée en bataille.

Moïse lève sa verge et un souffle impétueux ouvre, à travers les flots, un passage à Israël. (Exode 14, 16). Moïse lève sa verge et les flots se rejoignent pour engloutir les guerriers, les coursiers et les chars de Pharaon.

Le chef de l’Église invoque Marie, et le souffle d'en haut ouvre au nouveau peuple de Dieu un passage à travers les flots des passions de la chair et du monde ; et le flot sanglant de la révolution, se refermant sur la tête des Pharaons, les engloutit dans l'abîme.

La verge de Moïse touche le rocher et de ce roc aride s'élance une source d'eau vive. (Exode 17, 5, 6). Votre cœur fût-il aussi dur, aussi sec que le roc ; le cœur de ce pécheur que vous désirez convertir fût-il aussi insensible que la pierre : invoquez Marie, et de ce cœur jailliront les larmes du repentir.

Mais cette pierre figure aussi Jésus lui-même. Petra autem erat Christus.

Invoquez Marie, elle a sur le cœur de son Fils le pouvoir souverain d'une mère, elle ouvrira ce cœur divin et il en jaillira une source d'eau vive, une abondance de grâces qui se répandra dans l'Église entière et qui ranimera dans chacun de ses membres la vie spirituelle, la vie surnaturelle, principe et gage de la vie éternelle : Fons aquæ salientis in vitam æternam. (Sg. 4, 14).

 

344_001

 

Notre Dame du Puy

 

C'était sous le pontificat de saint Vosy, au IIIe siècle : « Une femme chrétienne était affligée d'une maladie incurable qui ne lui laissait aucun repos, rien ne pouvait adoucir ses souffrances si ce n'est la prière à Marie qu'elle aimait de toute son âme. Une nuit, elle entendit une voix qui lui disait d'aller sur le pic d'Anis et là d'attendre ses ordres; elle se fait porter au lieu désigné sur la montagne.

« Bientôt, un doux sommeil s'empare de ses sens ; pendant cet assoupissement mystérieux, la Vierge lui apparaît au milieu d'une troupe d'Anges et lui dit : « Ma fille, vous êtes guérie et vos prières ont été entendues ; allez à Vosy, mon serviteur et votre évêque, et dites-lui de ma part qu'il bâtisse sur cette montagne le sanctuaire du Puy-d'Anis ; c'est ici le lieu que j'ai choisi entre mille pour écouter favorablement ceux qui voudront m'y apporter leurs prières et leurs requêtes ».

La vision céleste disparaît : la malade se hâte de remplir la mission qu'elle a reçue et que Dieu veut encore confirmer par un nouveau prodige ; la montagne, au mois de juillet, est couverte de neige, et une biche y a marqué de ses pas le circuit d'une église. Saint Vosy accourt, il voit le miracle, et fait bâtir le sanctuaire dont, par une inspiration du Ciel, il prédit la gloire future. La piété des fidèles, les visites des saints , des grands personnages et des peuples se sont chargées de vérifier cet oracle.

C'est sous la coupole actuelle que se trouve la chambre angélique, célèbre par tant de faits miraculeux.

Saint Vosy s'était fait aider pour la construction de l'édifice par saint Scrutaire fort versé dans l'art de l'architecture et qui devait lui-même devenir évêque du Velay ; l'édifice terminé, ils veulent en faire la consécration et la dédicace ; ils recourent pour cela au Siège apostolique qui est le centre de l'unité et partent pour Rome. À peine les deux voyageurs ont-ils fait une demi-heure de chemin, et le lieu précis de cette halte, plusieurs pierres le désignent encore, qu'ils voient venir à eux deux vieillards vénérables, dont les habits sont blancs comme la neige et qui portent deux vases précieux. « N'allez pas plus loin, disent les vieillards, Dieu a déjà pourvu à la dédicace de votre sanctuaire ; prenez ces reliques et retournez sur vos pas, votre église est en ce moment consacrée par les Anges ». Nos deux Saints remontent en toute hâte la montagne bénie ; ô prodige ! les cloches sonnent, les airs retentissent d'hymnes harmonieux, des milliers de cierges brûlent autour du sanctuaire , l'autel est encore humecté de l'huile sainte qu'une puissance invisible y a répandue, et le temple est rempli de l'odeur de célestes parfums.

Notre Dame du Puy d'Anis devient dès lors un lieu de pèlerinage que visitent les Souverains-Pontifes, entre autres Urbain II , où s'empressent les empereurs et les rois ; Charlemagne visite ces lieux bénis trois fois, saint Louis y vient avant et après la croisade ; c'est lui qui apporte au sanctuaire la statue miraculeuse de la Vierge noire ; hélas ! triste souvenir de 1793 ! des mains sacrilèges l'ont brûlée. L'image que nous possédons aujourd'hui en est toutefois la représentation très fidèle et produit les mêmes merveilles ; Marie a pardonné.

Louis XI a fait trois fois le pèlerinage de Notre Dame du Puy d'Anis, la troisième fois pour ne point mourir ; arrivé à Fix, il veut venir à pied, marche pendant vingt kilomètres et revêt pendant trois heures le surplis et l'aumusse des chanoines. Charles VII, abandonné de tous, même de sa mère, vient chercher ici un refuge. Il est proclamé roi sur le rocher d'Espaly, voisin du mont d'Anis .

On se demande pourquoi le double vocable de Notre Dame du Puy et Notre Dame de France ! Notre Dame de France, c'est l'affirmation du culte que la France veut rendre à Marie, c'est dans une de ses grandes manifestations le culte national. Notre Dame du Puy, c'est le culte local ; depuis longtemps, depuis plus de douze siècles, notre Vierge est vénérée sous le nom de Notre Dame de France ; les pèlerins y affluaient de partout, du fond même de l'Afrique. Le Puy, par Marie, est le cœur de la France.

Autrefois, sur le rocher Corneille, il y avait une girouette, aujourd'hui la religion y a placé la statue colossale de Notre Dame de France, et pour l'esprit attentif à la grandeur et à la conduite du projet, cela ne s'est point fait sans une insigne protection du Ciel.... La statue proposée devait représenter trois symboles : l'Immaculée Conception, la Maternité divine, la Royauté de Marie. Il fallait un ouvrier habile, un artiste se présenta, M. Bonnassieux ; il fallait de l'argent, Mgr de Morlhon eut confiance en la France et l'aumône a été abondante ; il fallait consacrer la dévotion nationale, il va trouver Napoléon III, obtient sa souscription et celle de l'Impératrice ; il lui demande la matière de la statue, les canons de Sébastopol qui n'étaient pas encore pris… L'Empereur s'étonne, sourit et promet ; deux jours après, nos armées victorieuses assuraient la réalisation de cette promesse ». (Extrait du Récit des Gloires de Notre Dame du Puy, fait par M. de Pélacot, vicaire général, au Congrès de l'Union des Œuvres ouvrières en 1877).

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

15 mai 2022

Le Mois de Marie, reine de France

 

Le Mois de Marie, reine de France

 

Buisson ardent

 

Seizième jour

Le Buisson ardent

 

Exode 3, 1-14

 

Quel est ce buisson qui brûle sans se consumer ? C'est Marie, environnée des flammes du péché originel qui dévorent tout autour d'elle et qui n'osent l'atteindre ; c'est Marie, devenue mère sans cesser d'être vierge ; c'est Marie, comme enveloppée de la divinité du Verbe devenu son fils, et ne laissant pas de conserver toute sa liberté.

L'Église est enveloppée à la fois, mais dans un sens bien différent, et par le monde et par Dieu. Le monde l'entoure de toutes les flammes des passions humaines et des haines infernales. Comme le buisson, l'Église demeure intacte au sein de cet incendie.

C'est que Dieu de son côté, environné et pénètre son Église de toutes les splendeurs, de toutes les lumières de la vérité, de toutes les ardeurs, de toutes les flammes de la charité. Cependant ces lumières divines n'absorbent pas les lumières humaines : la foi ne détruit pas la raison. Ces flammes célestes ne consument pas les inclinations légitimes de la nature : la charité n'abolit pas la liberté.

L'Église est divine et humaine. Divine, elle est inaccessible aux feux de la passion humaine ; humaine, elle demeure telle, même sous l'action divine.

Et nous, nous craignons trop et Dieu et le monde. Nous craignons de nous livrer à Dieu, comme si la lumière et la flamme de la grâce devaient absorber notre intelligence et notre liberté naturelles. Or la grâce ne détruit pas la nature, elle la purifie seulement et l'élève. - La foi assure et accroît en vous la science de Dieu, de l'âme et du monde : elle ne vous enlève rien de ce que vous pouvez acquérir par la simple raison. - La charité vous attache à Dieu et vous délivre de toute affection impure ou déréglée, elle vous affranchit de la servitude du péché, elle vous interdit la liberté du mal qui est le plus honteux esclavage ; mais elle vous assure la liberté du bien, la seule vraie liberté. Livrons-nous donc à Dieu, et nous craindrons moins le monde.

Ce monde, il est vrai, inspiré par le démon et secondé par la chair, nous enveloppe des feux de la triple concupiscence. Mais si Dieu est en vous, comme il était dans le buisson ardent d'où il se fit entendre à Moise, sa parole et son action toute-puissante vous préserveront de toutes les atteintes de la flamme maudite.

 

Montage Peyragude-001

 

Notre Dame de Peyragude (Diocèse d'Agen)

 

Il y a bien longtemps, à l'ouest du Château-du-Roi, sur le plateau circulaire d'où l'œil contemple la verdoyante vallée de Sainte Foy de Penne, une jeune bergère suivait les brebis d'un pauvre petit troupeau. Ses traits abattus, son regard distrait, disaient assez qu'elle était sous l'empire d'une peine profonde.

La jeune fille laissa ses brebis s'installer dans ces pâturages abandonnés, et se dirigea vers la roche aiguë, qui s'avance en saillie au flanc du rocher où s'élevait naguère la Tour du Roi. Elle se mit à genoux au pied de la roche dans un angle étroit qui la dérobait aux regards curieux. Peu à peu sa douleur éclata ; ses yeux s'emplirent de larmes, ses mains s'élevèrent suppliantes, puis elle tomba affaissée. Le ciel était sombre et nuageux ; un vent piquant jetait de légers flocons de neige sur le visage de l'enfant. Tout à coup ses brebis viennent se presser autour d'elle, et une Dame, d'une beauté radieuse, vêtue d'une robe blanche étoilée d'or, se penche sur la bergère et la relève doucement.

« Mon enfant, disait la Dame, ne craignez point, et confiez-moi votre peine.

- Hélas ! Madame, répondit la jeune fille, notre peine, c'est la faim ! J'ai faim, mon père et ma mère ont faim. Eh bien ! mon enfant, consolez-vous, car votre prière est montée jusqu'à Dieu. Celui qui nourrit l'hirondelle et ses petits ne laissera pas périr la fille qui l'implore pour ses parents. Levez-vous, courez à votre mère, dites -lui de cuire un pain pour elle, un pain pour vous, un pain pour votre père. Puis vous viendrez m'en offrir un morceau ; j'aime le pain des larmes.

- Madame, répliqua la bergère, l'été s'est enfui, l'hiver est venu, la gerbe des champs de mon père est épuisée ; il n'y a pas de quoi faire du pain à la maison.

- Mon enfant, il y aura du pain dans la maison de votre père. La gerbe a donné son froment, et la pâte fermente au pétrin. Courez, ma fille, et apportez-m'en un morceau ».

La Dame parlait avec tant d'autorité, la main étendue vers la chaumière, que la bergère obéit.

En entendant ce qu'elle racontait, ses parents crurent qu'elle était tombée en démence. Cependant son assurance triompha de leur stupéfaction. Elle entraîna sa mère, et comme l'avait dit la belle Dame, la pâte débordait, fermentée, dans le vieux pétrin du pauvre.

« Oui, ajoute ici le chroniqueur de ces jours de foi, oui, elle est vraie la parole du Seigneur Jésus au saint Évangile : « Demandez et vous recevrez ». Cette pauvre fille a crié vers Dieu, et Dieu l'a exaucée. Ainsi nous l'enseignent les pains multipliés au désert, le vin de Cana, le corbeau d'Élie, le gâteau cuit sous la cendre, la farine de la veuve de Sarepta. Ce qui est impossible aux hommes est facile à Dieu ».

On pense bien qu'il y eut joie dans la famille et hâte de cuire le pain miraculeux et d'en porter sa part à la Dame. Ils montèrent légers et prompts la rampe du coteau. Les brebis paissaient ; l'agneau préféré vint à leur rencontre en bêlant. Mais la belle Dame avait disparu, et sans l'agneau qui allait devant eux, ils n'auraient pas su tout leur bonheur. À l'angle de la roche aiguë le petit animal plia les genoux et baissa la tête. Un parfum céleste embaumait la grotte, et sur la mousse était déposée une gracieuse petite statue de la Sainte Vierge tenant l’Enfant Jésus.

- C'est la belle Dame ! c'est la Dame du Ciel ! C'est celle qui nous a donné du pain ! s'écria la jeune bergère.

Elle enleva l'image bénie, la porta à l'église, et fit à ses pieds le vœu de consacrer avec son innocence , toute sa vie à Jésus.

Le lendemain elle retourna à l'église pour prier devant la Madone. La sainte image n'y était plus. Désolée, elle vola à la roche où la veille elle avait eu tant de joie. C'était là qu'était retournée la petite statue. On comprit qu'elle voulait avoir son sanctuaire en ce lieu, et il s'éleva rapidement devant les miracles et les faveurs que répandait avec profusion Notre Dame de Peyragude (Pierre aiguë). (Extrait de la Guirlande de Marie).

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

14 mai 2022

Le Mois de Marie, reine de France

 

Le Mois de Marie, reine de France

 

ND de Providence-001

 

Quinzième jour

La Corbeille de Moïse

 

Exode 2 1-10

 

Israël gémit sous le joug de l'oppresseur. Le tyran a condamné tous les enfants mâles à périr dès leur naissance dans les eaux du Nil. Quelle est donc cette corbeille arrêtée entre les joncs du fleuve ? Ne craignez pas ; l'ange du Seigneur veille, les eaux du fleuve ne pénétreront pas dans cette fragile nacelle ; car elle est le berceau de Moïse.

En vain le fleuve de la corruption originelle entoure la fille d'Anne et de Joachim. Pour l'honneur de Celui dont son sein sera le berceau, propter honorem Filii, quand il est question de péché il ne peut être question de Marie. (S. Augustin).

Le fleuve de l'erreur, le fleuve du vice environne l'Église ; mais dans l'Église repose Jésus : il y repose par sa parole, par son Évangile ; il y repose par sa présence, par l'Eucharistie. L'erreur et le vice ne pénétreront pas dans la corbeille du nouveau Moïse. Il y aura des pécheurs, il est vrai, dans le sein de l'Église, mais l'Église elle-même demeure sans tache et sans ride, sainte et immaculée (Ep. 5, 27) ; de même que, malgré les erreurs de quelques- uns de ses membres, elle reste toujours la colonne de la vérité et l'écho in faillible de la parole de Jésus-Christ.

Et vous, par la foi à sa parole et à son vicaire, et par la charité, gardez Jésus dans votre esprit et dans votre cœur : l'erreur et le vice ne pénétreront pas dans votre âme.

Comme autrefois Marie, sœur de Moïse, veillait sur la corbeille où reposait l'enfant ; ainsi Marie veillera sur votre cœur devenu le berceau de l’Enfant Jésus.

 

ND des Doms-001

 

Notre Dame des Doms (Avignon)

 

Sainte Marthe, de concert avec saint Ruf, fils de Simon le Cyrénéen et premier évêque d'Avignon, éleva dans cette ville, en l'honneur de la Mère de Dieu, un sanctuaire qui depuis reçut le nom de Notre Dame des Doms. Après sa conversion, Constantin agrandit ce pieux oratoire. On dit que ce fut près d'Avignon qu'eut lieu la vision célèbre de la croix. En 731, l'église de Constantin fut saccagée par les Sarrasins. Vers 785, Charlemagne, appelé dans l'histoire le grand bâtisseur d'églises et de moutiers (de monastères), releva ce sanctuaire. Jésus-Christ, dit-on, vint en personne, au milieu de la nuit, consacrer la nouvelle église. Ce fait merveilleux eut pour témoin une dame qui donna des preuves de ce qu'elle avait vu. Charlemagne fit sculpter la représentation du prodige sur les chapiteaux des colonnes qui soutenaient le cloître de l'église. En 1316, le pape Jean XXII attesta ce fait dans une bulle. En 1475, Sixte IV reconnut aussi la consécration miraculeuse, ainsi que la fondation de l'église par sainte Marthe.

Parmi les saints personnages qui sont venus y prier, on cite saint Remi de Reims, saint Mayeul de Cluny, saint Pons de Villeneuve, saint Hugues de Grenoble, saint Dominique, saint Pierre de Luxembourg, saint François de Borgia, saint François de Sales, sainte Catherine de Sienne, sainte Delphine, sainte Colette. - C'est là qu'en 1170, saint Bénézet reçut l'ordre de bâtir un pont sur le Rhône. C'est là qu'en 1322, Jean XXII ordonna la triple sonnerie quotidienne de l'Angélus. Ce fut près du porche de cette cathédrale qu'il reçut l'apparition célèbre où la Vierge lui ordonna de publier en faveur du scapulaire la bulle Sabbatine. - Sous ce même porche, saint André Corsini rendit miraculeusement la vue à un aveugle. - Au commencement du XVe siècle, pendant dix ans, saint Vincent Ferrier ne manqua pas un seul jour d'y chanter la messe à l'autel de la Vierge.

Devant l'autel de Notre Dame des Doms se sont agenouillés Louis VIII (1228), Charles-le-Bel (1324), l'empereur Charles IV et le duc Amédée VI de Savoie (1365) Charles VI (1388), Charles VII, encore dauphin (1420), François Ier (1516), Charles IX (1564), Henri III (1574), Catherine de Médicis (1579), Marie de Médicis (1600), Louis XIII (1622), Louis XIV et sa mère (1660).

Au XIVe siècle, sept papes y parurent dans toute la splendeur de la majesté pontificale : Clément V, Jean XXII, Benoît XII, Clément VI, Innocent VI, Urbain V et Grégoire XI. Ce dernier y institua la fête de la Présentation de la sainte Vierge.

C'est dans cette église que furent établies les fêtes de la Sainte Trinité, de la Sainte Lance et des Saints Clous ; c'est là que fut célébrée la première procession de la Fête Dieu. Les rois Philippe-le-Bel et Pierre d'Aragon y furent absous de l'excommunication qu'ils avaient encourue. Enfin, Pie IX s'est plu à glorifier Notre Dame des Doms.

Le culte de sainte Anne a pris naissance dans le pays d'Avignon. Saint Auspice , premier évêque d'Apt, avait reçu des mains de saint Lazare le corps de sainte Anne. Il le cacha dans une crypte dont il fit un oratoire de la sainte Vierge. Cette cachette fut découverte vers la fin du VIIIe siècle et l'on bâtit une église au-dessus de la grotte. Dès lors, sainte Anne y reçut les hommages de toute la Provence. Des Papes et des Rois vinrent prier devant ce tombeau. On y vit Anne d'Autriche avec Louis XIV.

C'est encore à Avignon qu'a commencé la dévotion à l'Époux de Marie. Le pape Grégoire XI fit bâtir dans l'église de Saint Agricol, en l'honneur de saint Joseph, une chapelle qui fut, dit-on, la première élevée à ce grand Saint.

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

Saint Fort de Bordeaux

P7110007

 

Saint Fort

Premier évêque de Bordeaux

Fête le 16 mai

 

De longues et sérieuses recherches sur la vie de ce saint ont fini par aboutir et arriver à un résultat assez heureux, je crois, pour fournir sur saint Fort des documents qui ne manquent pas d'intérêt et que les fidèles des paroisses qui l'ont pour patron liront avec plaisir.

Un livre du plus haut mérite, honoré d'un bref de Pie IX, et qui est l'ouvrage de Mgr Cirot, camérier de Sa Sainteté, chanoine de Bordeaux, Origines chrétiennes de Bordeaux, ou histoire de la basilique de Saint Seurin de Bordeaux, répand de grandes lumières sur la vie de saint Fort. L'auteur de cet ouvrage donne pour premier évêque de Bordeaux saint Fort. Rien de mieux soutenu, rien de plus pieux que cette tradition.

Saint Martial, l'un des soixante-douze disciples, suivit à Rome son parent et chef, l'apôtre saint Pierre. Là, il en reçut, avec saint Alpinien et saint Austriclinien, la mission d'évangéliser les Gaules, et, peu de jours après, le bâton pastoral dont le contact rendit la vie à Austriclinien, mort à Colle, en Toscane, en travaillant à sa mission.

Saint Martial, s'avançant par les voies romaines ouvertes devant lui, parvint en Aquitaine, en parcourant les villes qui gardent les monuments authentiques de son passage, débarqua à Soulac, et, par le Médoc, arriva à Bordeaux. Il y fonda au lieu de Saint Seurin le premier oratoire chrétien, y établit le premier évêque, baptisa grand nombre d'infidèles, et, glorieux de vertus et de miracles, retourna rendre son âme à Dieu dans son église de Limoges. En 1854, Pie IX a, par un décret de la congrégation des rites, reconnu le culte immémorial qui lui est rendu sous le titre d'Apôtre de l'Aquitaine.

Sainte Véronique fut associée à son apostolat. Cette pieuse femme, après la faveur insigne qu'elle reçut de la part du Sauveur montant au Calvaire, prit rang parmi les saintes femmes qui suivaient Jésus et Marie sa mère, au temps de la Passion.

Véronique vint à Rome avec l'image vénérée dont le contact guérit l'empereur Tibère de la lèpre, et l'y laissa comme un trésor qui devait rester à l'Eglise universelle. Elle est gardée à Saint-Pierre, au Vatican, parmi les plus précieuses reliques, et on voit au Panthéon le coffre avec inscription dans lequel elle fut transportée.

Cette première mission remplie, notre sainte femme s'attacha au ministère de saint Martial. On la voit avec lui à Colle en Toscane, puis abordant à Soulac, où ils élevèrent un oratoire à la très sainte Vierge. Sainte Véronique y fixe son séjour; là elle meurt pleine de jours et de mérites, l'an 66 de l'ère chrétienne.

Sainte Véronique ne fut pas seule à aider de ses prières et de ses services l'apostolat de saint Martial, elle eut pour noble émule dans cette œuvre, Bénédicte, épouse de Sigebert, nom germanique qui veut dire fort, comte de Bordeaux. La pieuse comtesse, munie du bâton de saint Martial, rendit la santé à son mari, arrêta une tempête sur le fleuve, un incendie dans la cité, et par ces prodiges amena la conversion au christianisme de Sigebert ou Fort (puisque c'est le même), suivi de plusieurs milliers de Bordelais.

Dès lors s'établit la première cathédrale de la cité, près de laquelle se forma le monastère où résida l'évêque saint Amand au Ve siècle, où il reçut saint Seurin qui voulut y être enseveli, d'où partirent les clercs porteurs des correspondances de saint Delphin et de saint Paulin, où vinrent, au IXe siècle, se convertir et reposer après leur mort les guerriers de Charlemagne.

Le cardinal de Sourdis, qui mérita la pourpre pour ses hautes qualités dans les sciences et surtout par ses vertus, et qui reçut des marques distinguées d'estime et d'amitié du pape dans ses voyages à Rome, a consacré ces souvenirs dans une ordonnance solennelle : « Ce n'est pas seulement par le bruit public et l'opinion générale que nous avons appris que l'église de Saint Seurin fut autrefois le siège métropolitain, mais nous en avons eu la preuve par les monuments les plus antiques et les plus certains... C'est l'église que saint Martial, disciple du bienheureux apôtre Pierre, d'un vieux temple autrefois dédié au Dieu inconnu, consacra la première en Aquitaine à la gloire du Dieu tout-puissant, à la bienheureuse Marie et au protomartyr saint Etienne, et où il sacra archevêque Sigebert (ou Fort), auparavant prêtre des idoles » (1). »

C'est en considération de cette antiquité que le cardinal de Cheverus attacha à la collégiale le titre de chanoine honoraire et que Sa Sainteté Pie IX, par lettres apostoliques du 27 juin 1873, lui a conféré le titre et tous les privilèges de basilique. Ces privilèges comprennent, outre les indulgences spéciales, le rang d'archiprêtre et autres droits honorifiques pour le titulaire.

L'église souterraine, ou la crypte de la basilique de Saint Seurin, est consacrée à saint Fort, aussi porte-t-elle le nom de crypte de Saint Fort. C'est dans ce lieu surtout que le saint est invoqué par des milliers de pèlerins. Son culte a éclipsé celui même de saint Seurin ; il a traversé les révolutions, et ramène chaque année à sa crypte une foule immense persistant dans sa dévotion et sa grande confiance à saint Fort.

Le vocable de la crypte, les sculptures, peintures, vitraux au chiffre du saint, ne peuvent laisser aucun doute sur la personnalité de saint Fort. Il est celui que saint Martial déclare avoir établi premier évêque de la cité dans son épître aux Bordelais, dont un manuscrit du xe siècle a été retrouvé à la Bibliothèque nationale. Il est le martyr dont la décapitation est représentée dans une peinture murale, visible encore sous les panneaux du chœur, et où se montrent encore une niche munie d'une porte avec ses ferrures et le guichet à travers lequel on apercevait le bras de saint Fort. On y lit : « Saint Fort, priez pour nous ». Ce n'est que par ces titres que l'on peut expliquer plusieurs églises et monuments qui lui sont dédiés.

Cette crypte de Saint Fort est une véritable église composée de trois absides et de trois nefs séparées par des colonnes, avec leurs chapiteaux, pris, d'un édifice romain. Au fond de l'abside principale se font remarquer plusieurs tombeaux avec deux vases renfermant des cendres d'enfants. Celui de saint Fort occupe le centre et fut, au XVIIe siècle, surmonté du mausolée à six colonnes qu'on remarque aujourd'hui. Dans une châsse d'or et à jour, repose le corps de saint Fort, en majeure partie, moins le bras droit, sur lequel se faisaient les serments, et qui a disparu dans la révolution. Dans une des verrières on remarque plusieurs sujets très intéressants qui ont rapport à saint Fort. On admire surtout sa châsse d'or, son image en habits pontificaux, et dans les panneaux latéraux les diverses classes de pèlerins qui accourent à son tombeau, et notamment le maire qui prête serment sur son bras sacré.

Parmi plusieurs ouvrages de décoration dont la boiserie de l'autel pontifical est enrichie, qui attirent l'admiration des visiteurs, et que M. de Montalembert, dans son livre du Vandalisme, considère comme le monument le plus précieux de cette église, nous devons surtout nous arrêter devant la scène merveilleuse où saint Martial, paré de tous ses insignes pontificaux, remet à la comtesse Bénédicte, qui sollicite son pouvoir auprès de Dieu pour la guérison de son mari, le bâton de saint Pierre devenu le sien. Dans la partie intérieure du même compartiment, Sigebert (ou Fort), couché, reçoit de son épouse le bâton qui lui rend la santé. Reconnaissant de ce bienfait, Sigebert (ou Fort), avec plusieurs milliers de ses soldats, embrasse le christianisme, et saint Martial se dispose à les baptiser. Dans le compartiment joignant, on remarque le martyre de saint Fort. Ici comme dans la peinture murale dont il a été parlé plus haut, des remparts et une porte de ville, des soldats romains, un prêtre décapité et d'autres agenouillés qui attendent leur tour, un autel, une lampe, indiquent les catacombes où ils ont été saisis, le lieu où ils ont été traînés pour leur martyre, leur genre de supplice et l'époque où il s'accomplit ; tout cela convient à saint Fort, premier évêque de Bordeaux. En terminant notre récit, fixons nos yeux sur la rosace des saints patrons de la Basilique. C'est comme le résumé des autres verrières. Notre Dame de la Rose occupe le centre : autour d'elle se placent saint Fort, saint Seurin, saint Amand, saint Martial, saint Etienne, sainte Véronique tenant la sainte face, sainte Rose de Lima, patronne d'une confrérie de jardiniers, sainte Bénédicte.

 

(1) Une monnaie mérovingienne du cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale ne permet pas de doute sur cette question. Elle porte : « Eglise Saint Etienne, à Bordeaux », et constate en sa faveur le droit de battre monnaie, réservé aux églises épiscopales.

 

Prière à Saint Fort

 

Très illustre saint Fort, qui dès les premiers jours de l’Église naissante avez suivi saint Etienne dans la voie glorieuse du martyre, et qui avez reçu de Dieu un si grand pouvoir dans le ciel et sur la terre, surtout en faveur de ceux qui vous invoquent avec confiance pour les besoins du corps et de l'âme, et pour la guérison des enfants malades ; protégez-nous, grand saint, dans toutes les maladies et les dangers de cette vie ; secourez-nous dans tous les combats du salut, et obtenez-nous de Dieu d'augmenter dans sa grâce à mesure que nous avançons dans la vie, et d'arriver un jour au Ciel pour y partager votre bonheur et y glorifier Dieu pendant l'éternité. Ainsi soit-il.

 

Imprimatur

Vesunt, die 9 aprilis 1879.

Boilloz, vic. gen.

 

Texte et prière extraits de Saint Fort, Abbé Ballot,  impr. de Jacquin, Besançon, 1879

 

P7210006

 

 

Pour approfondir

 

Saint Fort, premier évêque de Bordeaux

 

https://www.gloria.tv/post/AGTrChXg2DXT4oa4cr2CquKov

13 mai 2022

Le Mois de Marie, reine de France

 

Le Mois de Marie, reine de France

 

UnburntBush

 

Quatorzième jour

L'Échelle de Jacob

 

Genèse 28, 10-17

 

Marie est l'échelle de Jacob. Fille d'Adam, comme nous, elle touche à la terre. Mère de Jésus, elle atteint le ciel. Sa prière et ses saints désirs montent sans cesse jusqu'au ciel ; la grâce divine ne cesse de descendre du ciel dans son cœur. Par elle le Fils de Dieu, le verbe descendra sur la terre ; par elle, fils d'Adam, pauvres pécheurs, nous monterons au ciel. Par Marie notre prière montera jusqu'au Cœur de Jésus ; par Marie la grâce de Jésus descendra jusqu'à notre cœur.

Nous aussi nous sommes figurés par la mystérieuse échelle : par le corps nous touchons la terre, par l'âme nous touchons le ciel. Si nous le voulons, nos œuvres, nos paroles, nos désirs, nos pensées, seront autant d’échelons qui nous élèveront à Dieu. Il dépend de nous de monter sans cesse à Dieu par la prière et par la contemplation, et de descendre sans cesse au prochain par l'action du zèle et de la charité : alors notre vie sera l'échelle de Jacob, et Dieu reposera en nous et sur nous.

 

ND du Laus

 

Notre Dame du Laus (diocèse de Gap)

 

Au mois de mai 1664 , une bergère, nommée Benoîte Rencurel, faisait paître ses moutons sur la montagne de Saint Maurice. Ce saint lui apparut et lui annonça que le lendemain, dans le vallon Saint Étienne, elle verrait une grande dame qui, plus tard, lui dirait son nom. Le lendemain , la bergère se rendit au lieu indiqué, et sur un rocher appelé les Fours elle vit une belle dame avec un petit enfant. Après deux mois d'apparitions fréquentes, la dame dit : « Je suis Marie, Mère de Jésus, dites à M. le Prieur de venir ici en procession avec sa paroisse ». La procession se fit. Plus tard on éleva dans cet endroit une chapelle, sous le nom de Notre Dame des Fours. Ceci se passait à la fin d'août 1664.

Un mois après, Marie apparaît à la bergère et lui ordonne de suivre un sentier à travers un bois. Benoîte obéit et arrive à une chapelle qui avait été bâtie en 1640 par les habitants du Laus, mais qui se trouvait alors toute délabrée, Marie se montre de nouveau et dit à la bergère : « Dans peu je bâtirai ici une grande église, où beaucoup de pécheurs se convertiront. Les pauvres fourniront l'argent, et vous me verrez souvent en cet endroit ». À partir de ce moment, le concours à ce sanctuaire prit des proportions étonnantes et les miracles se multiplièrent à l'infini. En 1665, Benoîte entreprit la construction de l'église. Terminé en quatre ans, sous la direction de la bergère, le nouveau sanctuaire reçut le nom de Notre Dame du Laus. Les persécutions alors commencèrent contre Benoîte et contre ce pèlerinage. On prétendait que la dévotion nouvelle à Notre Dame du Laus détruirait l'antique dévotion à Notre-Dame d'Embrun. La bergère ne désespéra point. « La dévotion du Laus, lui dit son bon ange, le 18 mars 1700, est l'œuvre de Dieu ; ni l'homme ni le démon ne sauraient la détruire ; elle subsistera jusqu'à la fin du monde, elle fleurira toujours de plus en plus, et produira partout de grands fruits ». Les traverses continuèrent jusqu'à la mort de la sainte bergère qui, à l'âge de soixante-et onze ans, alla recevoir la récompense de son zèle : c'était le jour des saints Innocents, en 1718.

Sous la Terreur, Notre Dame du Laus fut saccagée et fermée. Mais depuis, le pèlerinage a repris son antique splendeur.

 

Notre Dame de Pignans (Diocese de Fréjus)

 

Parmi les disciples du Sauveur qui abordèrent à Marseille avec Lazare et ses deux sœurs, se trouvait sainte Nymphe, nièce de saint Maximin, premier évêque d'Aix. Elle construisit une chapelle en l'honneur de la sainte Vierge sur une hauteur, occupée jadis par un camp romain qui a donné naissance à la ville de Pignans (Castra Pinorum). Nymphe subit le martyre à Marseille en même temps que Lazare. L'oratoire de Pignans fut renversé par les païens. Lorsque la paix eut été rendue à l'Église par Constantin, un berger découvrit au sommet de la montagne une image de Marie cachée dans les broussailles. Convaincus que c'était la statue vénérée au temps de sainte Nymphe, les chrétiens rebâtirent la chapelle. Plus tard, le roi Thierry, l'un des fils et des successeurs de Clovis, restaura l'édifice, et en 508 il donna une charte où il est dit qu'en ce lieu une image de Marie sculptée sur bois, avait été honorée dès le temps des disciples du Sauveur.

 

Notre Dame de Grâce à Cotignac (Diocèse de Fréjus)

 

Le 10 août 1519, un cultivateur nommé Jean de la Baume, autrement dit de la Sacco, se rendait le matin à ses travaux sur la colline de Verdale. Soudain la Mère de Dieu lui apparaît au sein d'une grande lumière. Elle lui ordonne de faire savoir à une communauté d'ecclésiastiques, établie à Cotignac, et aux notables de la ville qu'elle voulait avoir sur cette colline une chapelle où on l'invoquerait sous le titre de Notre Dame de Grace. On refusa d'abord de croire à l'apparition ; mais une seconde ayant eu lieu, la chapelle fut bâtie, et ne tarda pas à devenir célèbre par le nombre des miracles et par le concours des pèlerins.

Ce sanctuaire tient un rang spécial entre ceux où Marie fut invoquée pour la naissance de Louis XIV. Nous y reviendrons ailleurs.

Démolie en 1793, la chapelle de Notre Dame de Grâce fut relevée en 1810 et les pèlerinages reprirent leur cours.

 

Notre Dame d'Embrun (Diocèse de Gap)

 

Le sanctuaire de Notre Dame d'Embrun remonte à saint Marcellin, apôtre de la contrée ou du moins à son successeur immédiat, Artémius. Détruite par les invasions barbares, elle fut rebâtie avec magnificence par Charlemagne. On y vénérait un tableau appelé royal, ou simplement le Réal, ou encore la Vierge du Réal, parce qu'il représentait la sainte Vierge et les rois mages. Louis XI portait à son chapeau une médaille de Notre Dame d’Embrun. Il fut nommé par Sixte IV premier chanoine de cette église. Charles VIII, Louis XII, François Ier, Henri II vinrent prier à ce sanctuaire. En 1585, les Hugue nots, sous la conduite de Lesdiguières, le saccagèrent et détruisirent l'image miraculeuse de la Vierge du Réal. Henri IV rendit l'église aux catholiques. Louis XIII la visita en 1639.

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

12 mai 2022

Le Mois de Marie, reine de France

Le Mois de Marie, reine de France

 

Jugement dernier

 

Treizième jour

L'Arc-en-ciel

 

Genèse 9, 12-17

 

Cependant, aux jours sombres du déluge, l'erreur et le vice se condensent, comme les vapeurs, en nuages épais qui interceptent la lumière et la chaleur du soleil de vérité et de justice. La foudre gronde encore, elle va de nouveau éclater sur le monde coupable. Mais soudain l'arc-en-ciel a brillé, et au sein de cette nuit menaçante, à la Salette, à Lourdes, à Pontmain, on a vu apparaître la douce et brillante Marie. Aussitôt Dieu se rappelle sa promesse : le monde ne périra pas : Apparebit arcus meus in nubibus, et recor dabor fœderis mei vobiscum (Gn 9, 14, 15).

L'arc-en-ciel résulte de la décomposition du rayon lumineux qui, en pénétrant dans la nue, se divise, d'après les lois de la réfraction, de manière à étaler les sept couleurs dont l'ensemble constitue la lumière.

L'éclat du soleil divin de justice et de vérité éblouirait notre œil. Passant par le Cœur de Marie, cette lumière si vive s'adoucit et s'offre à nous sous la forme variée des sept dons de l'Esprit Saint. Admirez la Crainte filiale de la Vierge au jour de l'Annonciation ; sa Piété maternelle quand elle cherche Jésus ; la Science qu'elle amasse en son Cœur en y gardant et y comparant chacune des paroles et des actions de son divin Fils : Conservabat omnia verba hæc conferens in corde suo ; sa Force quand elle se tient debout auprès de la croix ; sa docilité au Conseil intérieur qui lui fit préférer la virginité à l'honneur même de la maternité divine ; l'Intelligence qui lui fait pénétrer les mystères du Cœur de son fils, et la Sagesse qui lui fait apprécier et goûter les douceurs cachées dans les douleurs de la croix.

Les sept couleurs de l'arc-en-ciel peuvent encore figurer les sacrements dont l'ensemble constitue l'Église, qui elle aussi rappelle sans cesse à Dieu l'alliance qu'il a contractée avec le monde.

Les sacrements concourent également à produire dans l'âme fidèle la grâce qui l'unit à Dieu et qui, par les sept dons de l'Esprit-Saint, en fait un arc-en-ciel dans l'ordre surnaturel.

L'Ordre même et le Mariage exercent leur influence sur ceux qui ne les reçoivent pas : le premier donne au prêtre le pouvoir de conférer la grâce, le second donne aux parents la grâce d'élever chrétiennement leurs enfants.

 

Notre Dame de la Garde 3

 

Marie à Marseille

 

Un jour on vit aborder, près de Marseille, un vaisseau sans rames et sans voiles. Ce vaisseau portait les amis de Jésus dont la présence importunait les Juifs.

On les avait livrés sur un navire sans agrès, à la merci des vents et des flots. Le souffle de la Providence poussa les exilés vers la Gaule. Les principaux d'entre eux étaient Lazare et ses deux sœurs, Marthe et Madeleine, Marie Salomé , mère des Apôtres saint Jacques et saint Jean, Marie, mère de l'autre saint Jacques, Ruf, fils de Simon le Cyrénéen, Maximin et Nymphe sa nièce.

À peine débarqué, Lazare éleva sur le rivage un autel de terre en l'honneur de la Mère de Dieu qui vivait encore. Une source d'eau vive jaillit au pied de ce modeste monument. C'était le symbole des grâces qui allaient couler sur les Gaules par l'intercession de Marie. Lazare vint ensuite à Marseille avec Madeleine. Il y prêcha l'Évangile et y éleva un autre autel où l'on vénère Notre Dame de la Confession.

Près de Marseille s'élève une colline où l'on voyait jadis un temple de Vénus. En 1214, un pieux personnage, nommé Pierre, y bâtit un modeste oratoire en l'honneur de la sainte Vierge. L'affluence des pèlerins rendit ce sanctuaire célèbre, sous le nom de Notre Dame de la Garde. Les marins lui sont très dévots. Au retour de leurs voyages, aussitôt qu'ils aperçoivent la chapelle, toute manœuvre cesse, le silence se fait, les matelots tombent à genoux et tête nue, ils chantent en chœur le Salve Regina. Les rois de France qui ont visité Marseille se sont fait un devoir de gravir la sainte montagne. Les hommes de 1793 fermèrent la chapelle. La statue d'argent fut enlevée. Mais depuis, le culte de Notre Dame de la Garde a repris son éclat, et la piété des Marseillais a remplacé l'ancien oratoire par la splendide basilique dont l'inauguration a eu lieu le 5 juin 1864 en présence de cinquante évêques.

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

11 mai 2022

Le Mois de Marie, reine de France

 

Le Mois de Marie, reine de France

 

b7e8f3a5927ff416c8cc0209e2edefe4

 

Douzième jour

L’Arche de Noé

 

Genèse, 6, 12-22

 

Toute chair a corrompu ses voies, Dieu va effacer l'homme : mais il s'est rencontré un juste. Sur l'ordre divin ce juste travaillera cent ans à la construction de l'arche qui en le portant lui-même doit sauver le genre humain.

Cent ans forment un siècle, et si le siècle représente l'universalité des temps, il figure aussi l'éternité. De tout temps et de toute éternité, le véritable Noé, celui qui sera le second père du genre humain, parce qu'il en sera le sauveur, Jésus-Christ prépare dans la personne de Marie cette arche de salut qui en le portant lui-même doit sauver le monde.

L'arche échappe aux fureurs des flots du déluge, à cause du juste qu'elle porte dans ses flancs ; Marie sera préservée du péché originel, à cause de celui qu'elle doit porter dans son sein.

À l'exemple de Marie, soyez l’arche du véritable Noé. Recevez Jésus et portez-le en vous-même Jésus est la vérité : par la foi gardez sa parole dans votre intelligence ; vous échapperez au déluge de ces erreurs qui, sous le faux nom d'idées et de principes, dominent et submergent les plus hautes montagnes, les plus fières intelligences, les hommes puissants et fameux du siècle. Jésus est la justice : par la charité gardez sa grâce dans votre cœur, et vous échapperez au déluge de ces vices qui couvrent et qui engloutissent les plus hautes montagnes, les géants du siècle. Voyez-vous ces hommes puissants et fameux, les voyez-vous comme ils roulent, ici soulevés par le flot montant d'un orgueil insensé, là entraînés dans les gouffres de la volupté ! Saisis et emportés dans les tourbillons du vice, ils disparaissent les uns après les autres, engloutis à jamais, eux, leurs œuvres et leur mémoire. Isti sunt potentes a sæculo viri famosi... Hier, on ne les nommait qu'en tremblant ! Aujourd'hui, que reste-t-il de leurs hauts faits ? Rien.

Comprenez enfin qu'au jour du déluge il n'est de salut que dans l'arche, dans l'Église de Jésus-Christ, dans le Cœur de Marie, Mère de Jésus-Christ, dans le Cœur même de Jésus-Christ.

 

Notre Dame des Victoires-002

 

Notre Dame des Victoires

 

En 1836, Marie intervenait d'une autre manière au centre même de Paris. Non loin de la Bourse, dans un quartier où on ne connaissait d'autre culte que celui de l'or, s'élevait une église à peu près déserte. C'était Notre- Dame des Victoires dont nous avons rappelé la glorieuse origine. Un jour le vénérable curé de cette église, M. l'abbé Desgenettes, se sentit pressé d'établir une association de prières en l'honneur du Cœur immaculé de Marie pour la conversion des pécheurs. « Quoi, répliquait-il à l'appel intérieur, une confrérie, une dévotion pour des paroissiens qui ne viennent pas même à la messe le dimanche ! » Ne pouvant cependant chasser cette pensée qui l'obsédait sans cesse, un jour de dimanche le bon prêtre annonce au petit nombre de fidèles présents à la messe que le soir, après vêpres, il recevra le nom des personnes qui voudront s'enrôler dans une confrérie en l'honneur du Cour immaculé de Marie. Il comptait à peine sur quelques femmes pieuses. Quelle ne fut pas sa surprise le soir quand il eut inscrit plus de quatre cents noms ! Or aujourd'hui qui dira le nombre des miracles opérés en faveur de ceux qui ont été recommandés aux prières de l'Archiconfrérie de Notre Dame des Victoires ? Qui comptera les noms inscrits sur les registres des innombrables confréries affiliés à cette merveilleuse association ?

Une autre faveur à laquelle Marie ne sera pas étrangère fut encore accordée dans un sanctuaire de Paris. C'était le 26 juillet 1846. Une sœur de Saint Vincent de Paul était en prière dans l'oratoire de sa communauté. Jésus lui apparaît tenant dans sa main droite un scapulaire écarlate dont les cordons étaient en laine et de la même couleur. Sur l'une des parties de ce scapulaire était représenté le Sauveur crucifié ; au pied de la croix on voyait les instruments de la Passion. Autour on lisait ces mots : « Sainte Passion de Jésus-Christ notre Seigneur, sauvez-nous ». Sur l'autre partie se trouvait l'image des sacrés Cœurs de Jésus et de Marie ; une croix semblait les transpercer tous les deux à la fois. Autour se lisait cette invocation : « Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie, protégez-nous ». Cette apparition se renouvela plusieurs fois. Enfin, le jour de l'Exaltation de la sainte Croix, la sœur entendit ces paroles : « Ceux qui porteront ce scapulaire, recevront chaque vendredi une grande augmentation de foi, d'espérance et de charité ». Le 25 juin 1847, Pie IX approuva cette dévotion et l'enrichit d'un grand nombre d'indulgences.

Cette union des deux Cœurs et des deux Noms de Jésus et de Marie nous parait un nouveau gage de l'intervention de la Vierge-Mère et du concours qu'elle apporte aux desseins miséricordieux de son divin Fils sur la capitale de la France. Cette dernière faveur prouve aussi que ni la France ni sa capitale ne sont encore abandonnées de Jésus et de Marie. Ce n'est pas à cette heure, ce n'est pas au moment où les vrais catholiques se montrent, à Paris même, avec tant de courage, de zèle et de dévouement, ce n'est pas au moment où s'élève en l'honneur du Cœur sacré de Jésus le monument du repentir de la France coupable, ce n'est pas à cette heure qu'il est permis de désespérer. C'est l'heure de combattre, c'est l'heure de souffrir, peut-être encore l'heure de mourir. Eh bien ! aujourd'hui le combat, la souffrance, le martyre ; demain la victoire, le triomphe et le salut.

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

10 mai 2022

Le Mois de Marie, reine de France

 

Le Mois de Marie, reine de France

 

Immaculée

 

Onzième jour

L'Arbre de vie

 

Genèse 2, 9

 

Au milieu du paradis s'élevait l'arbre de vie ; au sein de Marie s'élève l'arbre de vie, Jésus. Ou mieux l’Église est le paradis, Marie est l'arbre qui porte et qui donne au monde le fruit de vie : benedictus fructus ventris tui Jesus : Jésus, pain descendu des cieux, pain vivant, pain de vie, vie de l'intelligence par sa parole qui est lumière et vérité, vie de la volonté par sa grâce qui est feu, justice et charité. Sans Jésus, sans sa doctrine, la vérité, même rationnelle qui, d'ailleurs, est insuffisante en raison de notre élévation à l'ordre surnaturel, cette vérité s'altère, et bientôt s'évanouit dans les ténèbres du mensonge et de l’erreur ; sans Jésus, sans la justice et la charité chrétiennes, la vertu morale qui est la vraie liberté, disparaît pour faire place au servilisme brutal de la passion et aux lâches terreurs du respect humain.

Marie est encore l'arbre de vie, en ce sens que, dans toute la durée de son existence, il n'est pas une action, pas une parole, pas une pensée qui ne soit un fruit de vie, un fruit de grâce, un fruit de gloire. La grâce en est le principe et leur communique une vie surnaturelle ; la gloire en est le terme et leur assure une vie éternelle.

Dans le fruit de la plante Dieu a déposé une semence qui contient en germe une série de plantes pouvant se succéder sans fin. Ce germe est donc le principe d'une vie qui pourrait se prolonger éternelle ment. De même, dans les actes que nous produisons sous l'influence de la grâce, se trouve le germe d'une autre grâce qui, à son tour, en contient une autre et ainsi de suite, jusqu'à ce qu'enfin la dernière grâce devienne pour nous la gloire éternelle. Qui nous donnera, comme à Marie, de ne pas produire une action, de ne pas prononcer une parole, de ne pas concevoir une pensée, un désir qui ne soit animé par la grâce et digne de la gloire, qui ne soit un fruit de vie surnaturelle et par là même un fruit de vie éternelle ? Unissons notre cœur, par le Cœur de Marie, au Cœur de Jésus. Le cœur est le principe du mouvement et par là de la vie. Que le Cœur de Jésus, par le Cœur de Marie, soit le premier mobile de notre cœur, qu'il soit le principe et le terme de tous ses mouvements, et tout en nous sera vie : grâce dans le temps et gloire dans l'éternité.

 

P1010021 - smaller

 

La Médaille miraculeuse

 

En 1830, le 8 décembre, une fille de Saint Vincent de Paul était en prière dans la chapelle de la Maison-Mère, rue du Bac. Elle pensait aux malheurs du temps. Tout à coup elle entend comme un bruissement d'ailes. Une lumière vive et douce à la fois frappe ses yeux. Les rayons brillaient du côté gauche de l'autel. Là, au sein de la lumière, paraît une noble et belle dame, les pieds posés sur un globe, les bras abaissés vers la terre, les mains ouvertes et laissant échapper des jets lumineux, la tête légèrement penchée en avant comme pour écouter. Une couronne d'étoiles brillait sur son front. Alors un ange dit à la sœur : « Reconnais la Reine des cieux. Les rayons qui partent de ses mains figurent les grâces qu'elle répand sur les hommes ». Puis une légende environne Marie elle-même, et la sœur lut ces mots : « Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous ». Elle vit de plus un M surmonté d'une croix, et au-dessous du M deux cœurs, l'un percé et surmonté aussi d'une croix, l'autre transpercé d'un glaive. C'étaient les Cœurs de Jésus et de Marie. Douze étoiles entouraient cet ensemble symbolique. La voix angélique reprit en ces termes : « Servante de Dieu et des pauvres, fille aimée de Marie, ta charité et ta piété t'ont fait trouver grâce à ses yeux. Elle t’ordonne de faire frapper une médaille qui représentera ce que tu as vu. Cette médaille étant indulgenciée sera comme un bouclier pour ceux qui la porteront et qui diront : « Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous ». L'ange se tut et la vision disparut. La médaille fut frappée et grâce à son origine, grâce surtout aux prodiges de protection pour le corps et de conversion pour l'âme qui se sont opérés par sa présence, on ne la connaît plus que sous le nom de Médaille miraculeuse.

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook

 

Pauline Jaricot, une femme de foi et d’action !

Pauline-Marie-Jaricot

Pauline Jaricot, une femme de foi et d’action !

 

Suite à la reconnaissance de son premier miracle, Pauline Jaricot sera béatifiée le 22 mai 2022 à Lyon.

Cette laïque, entrepreneuse lyonnaise du XIX ème siècle, s’est mise activement au service du Christ après avoir été profondément touchée par un sermon sur la vanité alors qu’elle avait 17 ans et vivait une vie mondaine.

Pauline imagine, entreprend, crée … Elle nous montre un chemin de sainteté au cœur du monde, ancré dans un catholicisme social et missionnaire.

Je suis faite pour aimer et agir. Mon cloître, c'est le monde.” (Pauline Jaricot)

 

  • Évangélisation : Pour aider les missionnaires, elle crée l’œuvre de la Propagation de la Foi en 1822 qui deviendra les Œuvres Pontificales Missionnaires. Elle est aujourd’hui patronne des missions. "Une personne qui va puiser de l'eau dans un panier d'osier n'est pas moins insensée que ceux qui se donnent beaucoup de peine en ce monde sans unir leurs travaux à ceux de Jésus-Christ" (Pauline Jaricot)

  • Prière : Ayant une grande dévotion à la Vierge Marie, elle aime la prière du Rosaire et crée le Rosaire Vivant, en 1826 ; fondation toujours en activité. “La prière est un moteur puissant qui fait sentir sa force d'un bout du monde à l'autre ; elle va chercher dans le cœur de Dieu des grâces de vie et de salut pour tous. La prière est le royaume de Dieu au-dedans de nous ; elle s'étend à tous, au Ciel, sur la terre, dans le purgatoire ; elle enchaîne les démons !” (Pauline Jaricot)

  • Action sociale : Sensible aux réalités et à la misère du monde ouvrier, elle s’engage corps et âme auprès des travailleurs et des plus démunis. « Il faut s’attacher à améliorer la condition de la classe ouvrière. Il faut rendre à l’ouvrier sa dignité d’homme, en l’arrachant à l’esclavage d’un travail sans relâche, sa dignité de père en lui faisant retrouver les charmes de la famille, sa dignité de chrétien en lui procurant les espérances de la religion » (Pauline Jaricot)

A l’occasion de sa béatification, rejoignez - du 14 au 22 mai sur Hozanacette neuvaine en ligne à Pauline Jaricot proposée par les Oeuvres Pontificales Missionnaires. Inscrivez-vous dès à présent !

 

Alice Ollivier pour Hozana.org

 

Posté par fmonvoisin à 12:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,