Num_riser0007

Saint Aventin

Apôtre de la Bigorre et de la Gascogne

Vers 778 -+ Vers 831

Fête le 13 juin

Saint Aventin naquit vers l'an 778, dans un village qui depuis s'est appelé de son nom et qui se trouve à une lieu de Bagnères. Dès sa jeunesse, il se retira dans le désert, où il se livre à la prière et aux pratiques de la plus austère pénitence.

Sa haute réputation de vertu attira dans son ermitage une foule de personne, qui virent le consulter et qu'il édifia par sa sainteté autant que par ses paroles. Un jour qu'il se trouvait dans un bosquet dominant le Val d'Asto et qu'il était en oraison, il entendit le rugissement plaintif d'un ours. Il le vit bientôt descendre de la montagne et se diriger vers lui. S'étant approché du saint anachorète, l'animal blessé levant devant lui sa lourde patte, où s'était fixé une longue épine, et la posa dans ses mains, comme pour réclamer son secours. Aventin sonda avec bonté la blessure et en arraché l'épine; et l'ours s'éloigna de lui après lui avoir témoigné sa reconnaissance par ses caresses. Ce fait prouve que la bienveillance, dont le visage du pieux solitaire était empreint, impressionnait les animaux les plus sauvages et pouvait adoucir leur férocité.

Or, le Seigneur, qui l'avait attiré au désert pour retremper son âme, le rappela au milieu des hommes pour les convertir. Aventin obéit à Sa voix; et, après avoir reçu le Sacerdoce, il se mit à évangéliser la Gascogne. Rien n'est plus admirable que son zèle pour ramener les pécheurs dans la voie du Salut. Comme un missionnaire ardent, il allait d'un village à un autre, cherchant partout des âmes à sauver. Dieu le récompensa par le succès qu'il accorda à ses prédications.

Cependant, les Sarrasins, qui occupaient les montagnes de la Gascogne et qui ne cessaient de persécuter les Chrétiens, résolurent de le faire mourir. Il leur échappa longtemps; mais il finit par tomber entre leurs mains. Après l'avoir accablé de coups, ces barbares lui tranchèrent la tête. Par un prodige inouï, Aventin se releva et, tenant entre ses mains sa tête sanglante, il se dirigea vers le village où il était né. A cette vue, les Sarrasins s'enfuirent épouvantés. Dès qu'il fut arrivé en présence du pays qu'il avait évangélisé, Aventin tomba et jeta ainsi, avant d'expirer, comme un dernier adieu à sa patrie. Les fidèles s'empressèrent de lui donner une sépulture honorable. C'est vers l'an 831 que ce saint Apôtre reporta la couronne du Martyre.

Tropaire de Saint Aventin

Par les flots de tes larmes, tu as fait fleurir la Foi en Bigorre; par tes profonds gémissements, tu as fait rendre à tes souffrances, des fruits au centuple. Tu es devenu par tes miracles en Pyrénées, un brillant flambeau pour l'univers. Prie le Christ-Dieu, ô Bienheureux Père Aventin, de sauver nos âmes. Amen.

Texte extrait du livre « Saint Aventin de Tarbes », aux Editions St Jean le Roumain (Monastère Orthodoxe Saints Clair et Maurin, F- 32700 Lectoure (France).)

www.monasteresaintgeny.fr