Le Mois de Marie

de Notre Dame du Rosaire de Fatima

 

what-the-bible-says-about-purgatory

 

Dix-neuvième jour


Lecture


Notre Dame de Fatima continue l’œuvre rédemptrice de son Divin, Fils. Elle enseigne aux petits voyants de la Cova d’Iria à demander pardon de leurs péchés, afin que Dieu, dans sa miséricorde, puisse sauver leur âme. Il veut que tous les hommes soient sauvés, sa divine Mère le veut aussi. Notre Dame insiste encore auprès des enfants en leur recommandant de réciter une prière spéciale pour éviter la perdition éternelle : Ô mon Jésus, Pardonnez-nous, délivrez-nous de l'enfer ».

Elle précise avec une évidente intention : « Délivrez-nous du feu de l'enfer ».

Le rationalisme s’est tellement infiltré dans les esprits, sous couleur de science critique et hypercritique, même chez les Personnes les plus orthodoxes, que l’on n'ose plus ni prononcer, ni écrire certains mots.

Notre Dame, fidèle à employer le langage de toute la tradition chrétienne, parle du feu de l’enfer, Preuve manifeste de l’existence de l'enfer où il y a du feu pour châtier les âmes damnées ! C’est Pourquoi Elle enseigne aux enfants le moyen à employer pour éviter l'éternel tourment. Il est facile au libertin de nier l'existence de l'enfer, puisque l’enfer l’embarrasse. On a dit : « Toute cause mauvaise est niable ». Cependant, il serait moins commode au libertin de prouver que l'enfer n’existe pas.

Un jour, l'impie Voltaire vit venir à lui un jeune bénêt de ses disciples, fringant et radieux, lui disant triomphalement : « Maître, je viens enfin de trouver, avec preuves à l'appui, que l’enfer n’est qu'une invention de prêtres pour nous faire peur ! - Combien de temps avez-vous mis à découvrir ces preuves ? - Quelques semaines à peine! répondit joyeusement l’étourdi. - Quelques semaines, mon garçon ? répartit le cynique, eh bien ! moi, j’y travaille depuis des années et je n’ai pas pu encore me prouver qu'il n’y en a pas ».

Une seule parole de Notre Dame à suffi pour fortifier notre croyance à l’enfer et à l’existence du feu dans ce même enfer.

Quelle est la nature de ce feu ?

Il est plus que probable que ce n’est pas un feu matériel, puisque il doit Pénétrer les esprits immatériels. C’est donc un feu immatériel et intelligent pour Torturer les âmes, suivant leur degré de culpabilité.

En affirmant cette vérité, Notre Dame de Fatima ne pouvait pas se tromper, ni ne voulait tromper ses petits confidents. Son ardent désir était de leur enseigner le moyen d'éviter cet immense malheur, surtout à ceux qui veulent se ressaisir sur le chemin de la perdition, pour revenir à Dieu.

Qu'on n’aille pas nous objecter que l'enfer et ses tortures sont des fables du Moyen Age, pour les simples et les crédules. Parlons-en de cette crédulité ?... Nous sommes au 21e siècle, le siècle de la science et de la lumière, et jamais la crédulité publique ne fut si grande !

Que de talismans, de « porte-bonheur », de chiffres 13, de mains de Fatima, arborés sur la poitrine de gens qui se targuent d’être libérés du joug de l’Église ! Que de tireuses de cartes! Que de voyantes translucides pour exploiter cette crédulité …

L’Église agit au grand jour et n’exploite personne. Elle déteste le mensonge, défendu d’ailleurs par le huitième commandement du Décalogue. Elle est la plus grande école de loyauté, et, si elle prêche l'enfer aux chrétiens, c’est surtout afin de leur éviter d’y tomber, au jour du Jugement.

Pie XI ce grand pape à l'intelligence lumineuse, recevant selon l'usage, au commencement du Carême, les prédicateurs des églises de Rome, pour la station quadragésimale, leur demandait quels sujets de prédication ils allaient traiter.

« Saint-Père, répondit l’un a eux, nous allons prêcher les grandes vérités du Salut. - Ne manquez pas surtout, reprit le pape, de prêcher sur l'Enfer. On ne parle pas assez aux fidèles de cette vérité si importante ».

Notre Dame de Fatima a rappelé trés opportunément aux chrétiens de notre siècle, par l’intermédiaire des petits enfants, cette croyance à l'enfer qui date de douze siècles avant le Moyen Age. Cette affirmation est tombée des lèvres mêmes du Sauveur dont les paroles sont éternellement vraies.

Goûtons la prière enseignée par Notre Dame aux enfants de Fatima, et récitons-là avec une vive une grande confiance : « Ô mon Jésus, pardonnez-nous, délivrez-nous du feu de l'enfer cet conduisez toutes les âmes au ciel, principalement celles qui en ont le plus besoin ».


Réflexions


Notre Dame nous a très opportunément rappelé qu’il y a après la vie terrestre, une autre vie éternelle. Elle sera heureuse si nous avons été fidèles à accomplir la Loi Divine, dans notre vie d’épreuve. Elle sera malheureuse si nous avons été des prévaricateurs. L’éternité bienheureuse, c’est le Ciel. L’éternité malheureuse, c’est l'enfer. Or, Notre Dame veut nous faire éviter l’enfer.

Oui, il y a certainement un enfer et cet enfer est éternel.

Il y a un enfer. - C’est une vérité de notre foi chrétienne.

Dans l’Ecriture Sainte, il est question de l’enfer, dans de nombreux passages de l’Ancien Testament : « Les impies doivent aller en enfer ». (Ps. 9, 18 ; 31, 13). Dans le Nouveau, les textes sont clairs : « Le mauvais riche mourut et il fut jeté en enfer ». (Lc., 16, 22). « Lorsque le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, s’adressant à ceux qui seront à sa gauche, il dira : Retirez-vous de moi, maudits, allez au feu éternel, qui a été préparé pour le diable et ses anges » (Matt., 25, 41).

La tradition est unanime à admettre un lieu de souffrances, où sont expiées les fautes des criminels et injustes, dans un Au-delà, admis même par les mythologies païennes ct les sectes religieuses, ainsi que par les hérétiques et les schismatiques.

La raison nous montre que, puisque la justice humaine possède des moyens de coercition pour forcer l’obéissance des hommes aux lois civiles, il serait étrange de refuser ce même droit au Tout-Puissant.

Nature des peines de l'enfer. - D’après la Sainte Ecriture et l’enseignement constant de l’Église, les peines de l’enfer sont de deux sortes :

Puisque le péché est commis par une créature humaine composée de corps et d'esprit, la punition doit saisir l’un et l’autre.

Pour le corps, c’est la peine des sens ; pour l'âme, c’est la peine du dam.

La peine des sens consiste dans le « feu inextinguible, là où leur ver ne meurt point, et où le feu ne s'éteint point ». (Mc., 9, 43). Feu intelligent, d’une constitution particulière, pénétrant le corps et l’esprit. Comme les sensations qui affectent les sens sont perçues par l’âme qui les localise dans les sens, les damnés, avant la résurrection du corps, souffriront dans les membres qu'ils n’ont pas encore recouvrés. Ainsi un amputé d’une jambe sent le froid au pied qu’il n’a plus.

La peine du dam est la privation de Dieu. Le damné comprendra alors mieux encore qu'il est un « séparé » de Dieu, et que Dieu est la source de tout bonheur, Le damné est l’exilé du bonheur, puisque le bonheur, c’est Dieu.

L’enfer est éternel. - Il ne serait pas l’enfer, s’il devait, un jour, finir, mais un Purgatoire où l’espérance allégerait toute souffrance.

Si l'enfer devait finir, on verrait réunis un jour, ensemble, le vice et la vertu, les martyrs et les persécuteurs, la pureté et la luxure, les insulteurs du Christ et les Saints du Paradis.

Dans la « Divine Comédie », Dante a vu écrit sur le portique d'entrée de l’enfer : « C’est la première justice et le premier amour qui m'ont créé ». Si ce n’était que la Justice, le damné pourrait se tourner vers l’Amour de Dieu, pour implorer son pardon, mais comme c’est aussi l’Amour et que rien n’est plus implacable que l’amour méconnu, le damné n’a plus de recours possible.

Notre Dame de Fatima, par votre maternelle intercession, délivrez-nous des peines éternelles de l’enfer.

 

img001


(Pour conclure, on peut réciter les litanies de N.D. de Fatima ou simplement l’oraison)

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Marie de ND de Fatima,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes