Le Mois de Marie

de Notre Dame du Rosaire de Fatima

 

359_001 (1)

 

Dix-huitième jour

 

Lecture

 

Il convient de souligner que la grande préoccupation de Marie, aussi bien à la grotte de Lourdes qu’à la Cova d’Iria, a été de toujours orienter ses confidents vers l’Eternité. La pensée du Christ-Jésus, à travers ses discours et ses comportements, durant sa vie mortelle, était d’ailleurs toujours fixée vers la vie future. Dès les premiers jours de sa mission publique, il précise que celle mission dépasse le cadre de la vie périssable d’ici-bas. « Mon royaume n’est pas de ce monde » (Jn. 18, 36).

Notre Dame, comme son Divin Fils, n’a cure du monde qui passe, mais du royaume céleste qu’Elle souhaite rempli d'élus. Elle voudrait voir sauvées toutes les âmes. C’est pourquoi, dans l’Apparition du 13 octobre 1917, Elle enseigne aux enfants le moyen de conduire toutes les âmes au Ciel.

Marie ne veut pas être - ou si peu - la puissante Mère de Dieu, mais surtout la Mère toute bonne des hommes, la Mère qui veut le bonheur de tous ses enfants quels qu'ils puissent être, fussent-ils coupables.

La préoccupation des mortels, c’est d’amasser des biens temporels, d'acquérir des situations honorables, de jouir des plaisirs mondains. Celle de Marie est tout autre et ne diffère pas de celle de Jésus lorsqu'il dit : « Faites-vous des bourses que le temps n’use pas, un trésor inépuisable dans les cieux, où les voleurs n’ont point d'accès, et où les mites ne rongent point » (Lc., 12, 33). « Que sert à un homme de gagner le monde entier, s’il vient à perdre son âme ? » (Matt., 16, 26).

Notre Dame de Fatima rappelle aux trois petits enfants cette affaire du salut de l’âme qui doit primer toutes les autres. Elle leur fait cette importante observation : « Vous réciterez cette prière : Ô mon Jésus, pardonnez-nous, délivrez-nous du feu de l’enfer et conduisez toutes les âmes au Ciel, surtout celles qui sont les plus abandonnées ».

À Lourdes, Notre Dame avait dit à Bernadette, pour la consoler de ses souffrances, qu'Elle la rendrait heureuse, « non pas dans ce monde, mais dans l’autre ».

Comme on la félicitait, elle se contenta de répondre : « Oui, Notre Dame m'a promis le ciel, mais à la condition que j'irai droit mon chemin, Le Ciel, je dois me le gagner ».

Lucie, la confidente de Notre Dame de Fatima, ne répondit pas autre chose à ceux qui la complimentaient des grâces que Marie lui accordait. Avec sa franchise un peu brusque, elle répliqua : « Je ne suis pas plus sûre d’aller au Ciel que vous, si je n’en prends pas le chemin ».

Le Créateur divin nous a donné une âme immortelle pour jouir éternellement du Ciel, mais Il a voulu que nous le gagnions nous-mêmes, et c’est pourquoi Il a fait cette âme libre, pour lui laisser l’entière responsabilité de ses actes et, partant, le mérite ou le démérite suivant son comportement ici-bas.

Notre Dame enseigne à Lucie et à ses deux compagnons le moyen de gagner le Ciel : « Demandez pardon de vos péchés et récitez la prière : Ô Jésus, pardonnez-nous, délivrez-nous du feu de l’enfer et conduisez les âmes au Ciel ».

Demander pardon à Dieu comporte deux sentiments : l’un de regret sincère de l’avoir offensé ; l’autre de résolution de ne pas retomber dans les mêmes fautes et d'éviter toutes occasions volontaires de chute. Du reste, n'est-ce pas ce que nous exigeons nous-mêmes, pour pardonner à quelqu'un qui nous a offensé : « Je regrette ce que j'ai fait et je vous promets que je ne recommencerai pas » ? Nous voulons être assurés de cette promesse pour l’avenir.

Dieu veut que nous fassions preuve de bonne volonté par un effort immédiat, et que nous nous aidions d’abord nous-mêmes : « Aide-toi, dit le proverbe, et le Ciel t'aidera ». Alors notre prière sera mieux écoutée. Comment d’ailleurs le Seigneur laisserait-il son oreille fermée à l’invocation enseignée par sa divine Mère ?


Réflexions


Les paroles de Notre Dame aux petits enfants de Fatima fortifient grandement notre croyance à la Vie future de l’Au-delà éternel.

Il est en effet une double question que se pose l’inquiétude humaine : D’où venons-nous ? Où allons-nous ?

Toutes les philosophies ont cherché des réponses, depuis celle du matérialisme qui ne voit dans la vie humaine qu’un frémissement entre deux néants, jusqu'à la thèse spiritualiste d’une transcendance à des destinées éternelles. Ces réponses sont tellement contradictoires que le philosophe Jouffroy a pu conclure son essai philosophique : « L'enfant qui sait son catéchisme en sait plus long sur ces questions que tous les philosophes ».

Notre Dame de Fatima, dans la prière enseignée à ses petits confidents de la Cova d’Iria, proclame, elle-même, l’existence du Ciel, et sa grande préoccupation est d’aider le plus grand nombre d’âmes à y entrer. Donc, il n’y a pas seulement le monde terrestre où nous vivons, finissant à la mort, mais il y en a un autre, celui de l’« Au-delà éternel ». Combien de fois n’avons-nous pas entendu cette affirmation impie : « Quand on est mort, tout est mort » ! Qui sont ceux qui la profèrent ? Les braves gens ? Pas le moins du monde. Cette affirmation se trouve uniquement sur les lèvres des jouisseurs, des gens à moralité douteuse, des cyniques et de tous les gens sans aveu. C’est donc une parole suspecte et trop intéressée pour être sincère. Ainsi l’on ravale la personne humaine au-dessous des bêtes, car si tout devait finir au trou noir de la tombe, nous vaudrions moins que les bêtes dont la mort est profitable à l’homme, soit qu’il se nourrisse de leur chair, soit qu'il utilise leur dépouille.

L'homme est un composé de corps et d'âme. À la mort, le corps, qui est « poussière, retourne à la poussière » (Gn., 3, 19) en attendant la résurrection des corps, « lorsque de nouveau nous verrons Dieu, avec les yeux de notre chair » (Jb., 19, 26). Mais l’âme, étant un élément spirituel, est impérissable. « Ceux qui meurent sont consolés par la promesse de l’immortalité future. Pour ceux qui sont fidèles, Seigneur, la vie n’est pas enlevée, mais changée ». (Préface des Défunts).

Nous, chrétiens, nous ne pleurons pas nos morts comme ceux qui n’ont pas d’espérance, car nous les savons « dans la région des vivants » (Liturgie des Obsèques) où ils nous attendent.

Notre-Seigneur, dans l'Evangile, parle sans cesse de la vie future. « Que donnera un homme en échange de son âme ? Car le fils de l’homme doit venir. et alors il rendra à chacun selon ses œuvres » (Matt., 17, 26). La raison humaine montre dans le cœur de tout homme le sentiment inné de la justice. Or, combien de fois l’on est le témoin attristé de l’injustice ! Les bons ne sont pas toujours récompensés, ni les méchants punis.

« Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de Cour vous rendront blanc ou noir ». (Jean de la Fontaine).

Même cette Cour de justice, lorsqu'elle cherche à être vraiment juste, parce qu’elle est composée d’autres hommes, jugeant seulement de l'extérieur, cette justice est forcément bien courte. Il est donc nécessaire, puisque la justice est insatisfaite ici-bas, qu’il y ait une autre vie où elle sera réalisée.

Notre Dame de Fatima a proclamé la réalité de cet Au-delà et a manifesté aux trois petits voyants sa maternelle sollicitude, à l’égard des pauvres âmes en danger de se perdre, et leur a enseigné une prière tout spécialement pour aider celles qui sont le plus abandonnées.

 

img001


(Pour conclure, on peut réciter les litanies de N.D. de Fatima ou simplement l’oraison)

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Marie de ND de Fatima,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes