Le Mois de Marie, reine de France

 

Buisson ardent

 

Seizième jour

Le Buisson ardent

 

Exode 3, 1-14

 

Quel est ce buisson qui brûle sans se consumer ? C'est Marie, environnée des flammes du péché originel qui dévorent tout autour d'elle et qui n'osent l'atteindre ; c'est Marie, devenue mère sans cesser d'être vierge ; c'est Marie, comme enveloppée de la divinité du Verbe devenu son fils, et ne laissant pas de conserver toute sa liberté.

L'Église est enveloppée à la fois, mais dans un sens bien différent, et par le monde et par Dieu. Le monde l'entoure de toutes les flammes des passions humaines et des haines infernales. Comme le buisson, l'Église demeure intacte au sein de cet incendie.

C'est que Dieu de son côté, environné et pénètre son Église de toutes les splendeurs, de toutes les lumières de la vérité, de toutes les ardeurs, de toutes les flammes de la charité. Cependant ces lumières divines n'absorbent pas les lumières humaines : la foi ne détruit pas la raison. Ces flammes célestes ne consument pas les inclinations légitimes de la nature : la charité n'abolit pas la liberté.

L'Église est divine et humaine. Divine, elle est inaccessible aux feux de la passion humaine ; humaine, elle demeure telle, même sous l'action divine.

Et nous, nous craignons trop et Dieu et le monde. Nous craignons de nous livrer à Dieu, comme si la lumière et la flamme de la grâce devaient absorber notre intelligence et notre liberté naturelles. Or la grâce ne détruit pas la nature, elle la purifie seulement et l'élève. - La foi assure et accroît en vous la science de Dieu, de l'âme et du monde : elle ne vous enlève rien de ce que vous pouvez acquérir par la simple raison. - La charité vous attache à Dieu et vous délivre de toute affection impure ou déréglée, elle vous affranchit de la servitude du péché, elle vous interdit la liberté du mal qui est le plus honteux esclavage ; mais elle vous assure la liberté du bien, la seule vraie liberté. Livrons-nous donc à Dieu, et nous craindrons moins le monde.

Ce monde, il est vrai, inspiré par le démon et secondé par la chair, nous enveloppe des feux de la triple concupiscence. Mais si Dieu est en vous, comme il était dans le buisson ardent d'où il se fit entendre à Moise, sa parole et son action toute-puissante vous préserveront de toutes les atteintes de la flamme maudite.

 

Montage Peyragude-001

 

Notre Dame de Peyragude (Diocèse d'Agen)

 

Il y a bien longtemps, à l'ouest du Château-du-Roi, sur le plateau circulaire d'où l'œil contemple la verdoyante vallée de Sainte Foy de Penne, une jeune bergère suivait les brebis d'un pauvre petit troupeau. Ses traits abattus, son regard distrait, disaient assez qu'elle était sous l'empire d'une peine profonde.

La jeune fille laissa ses brebis s'installer dans ces pâturages abandonnés, et se dirigea vers la roche aiguë, qui s'avance en saillie au flanc du rocher où s'élevait naguère la Tour du Roi. Elle se mit à genoux au pied de la roche dans un angle étroit qui la dérobait aux regards curieux. Peu à peu sa douleur éclata ; ses yeux s'emplirent de larmes, ses mains s'élevèrent suppliantes, puis elle tomba affaissée. Le ciel était sombre et nuageux ; un vent piquant jetait de légers flocons de neige sur le visage de l'enfant. Tout à coup ses brebis viennent se presser autour d'elle, et une Dame, d'une beauté radieuse, vêtue d'une robe blanche étoilée d'or, se penche sur la bergère et la relève doucement.

« Mon enfant, disait la Dame, ne craignez point, et confiez-moi votre peine.

- Hélas ! Madame, répondit la jeune fille, notre peine, c'est la faim ! J'ai faim, mon père et ma mère ont faim. Eh bien ! mon enfant, consolez-vous, car votre prière est montée jusqu'à Dieu. Celui qui nourrit l'hirondelle et ses petits ne laissera pas périr la fille qui l'implore pour ses parents. Levez-vous, courez à votre mère, dites -lui de cuire un pain pour elle, un pain pour vous, un pain pour votre père. Puis vous viendrez m'en offrir un morceau ; j'aime le pain des larmes.

- Madame, répliqua la bergère, l'été s'est enfui, l'hiver est venu, la gerbe des champs de mon père est épuisée ; il n'y a pas de quoi faire du pain à la maison.

- Mon enfant, il y aura du pain dans la maison de votre père. La gerbe a donné son froment, et la pâte fermente au pétrin. Courez, ma fille, et apportez-m'en un morceau ».

La Dame parlait avec tant d'autorité, la main étendue vers la chaumière, que la bergère obéit.

En entendant ce qu'elle racontait, ses parents crurent qu'elle était tombée en démence. Cependant son assurance triompha de leur stupéfaction. Elle entraîna sa mère, et comme l'avait dit la belle Dame, la pâte débordait, fermentée, dans le vieux pétrin du pauvre.

« Oui, ajoute ici le chroniqueur de ces jours de foi, oui, elle est vraie la parole du Seigneur Jésus au saint Évangile : « Demandez et vous recevrez ». Cette pauvre fille a crié vers Dieu, et Dieu l'a exaucée. Ainsi nous l'enseignent les pains multipliés au désert, le vin de Cana, le corbeau d'Élie, le gâteau cuit sous la cendre, la farine de la veuve de Sarepta. Ce qui est impossible aux hommes est facile à Dieu ».

On pense bien qu'il y eut joie dans la famille et hâte de cuire le pain miraculeux et d'en porter sa part à la Dame. Ils montèrent légers et prompts la rampe du coteau. Les brebis paissaient ; l'agneau préféré vint à leur rencontre en bêlant. Mais la belle Dame avait disparu, et sans l'agneau qui allait devant eux, ils n'auraient pas su tout leur bonheur. À l'angle de la roche aiguë le petit animal plia les genoux et baissa la tête. Un parfum céleste embaumait la grotte, et sur la mousse était déposée une gracieuse petite statue de la Sainte Vierge tenant l’Enfant Jésus.

- C'est la belle Dame ! c'est la Dame du Ciel ! C'est celle qui nous a donné du pain ! s'écria la jeune bergère.

Elle enleva l'image bénie, la porta à l'église, et fit à ses pieds le vœu de consacrer avec son innocence , toute sa vie à Jésus.

Le lendemain elle retourna à l'église pour prier devant la Madone. La sainte image n'y était plus. Désolée, elle vola à la roche où la veille elle avait eu tant de joie. C'était là qu'était retournée la petite statue. On comprit qu'elle voulait avoir son sanctuaire en ce lieu, et il s'éleva rapidement devant les miracles et les faveurs que répandait avec profusion Notre Dame de Peyragude (Pierre aiguë). (Extrait de la Guirlande de Marie).

 

ND de France-001

 

Pour recevoir par mail les méditations du Mois de Marie Reine de France

ainsi que les prochaines prières et neuvaine,

abonnez-vous à le newsletter d’Images Saintes

 

Retrouvez et suivez Images Saintes sur Facebook