25 août 2010

Le Mois du Cœur de Marie

16

Le Mois du Cœur de Marie

Vingt-sixième jour

Sentiments du Cœur de Marie, quand elle vit Jésus incliner la tête et expirer sur la Croix

Considérez quels furent les sentiments du Cœur de Marie, déjà au comble de la douleur, en voyant le visage de son cher Fils se couvrir d'une pâleur mortelle, ses paupières se fermer, et enfin sa tête s'incliner humblement, en signe de respect et de soumission envers son Père, pour rendre le dernier soupir. Comment l'âme de cette bienheureuse Vierge ne se sépara-t-elle pas de son corps, lorsque l'âme de son cher Fils quitta le sien? « Ce fut par un très grand miracle, que cela n'arriva pas »,  rapporte sainte Brigitte. Puisque « les pierres se fendirent », en signe de douleur, comment son tendre et sensible Cœur ne se fendit-il pas aussi? Ce fut l'amour même qui le conserva dans son intégrité. Comme Marie fut en tout semblable à Jésus pendant la vie, elle lui fut aussi semblable à la mort. Elle incline aussi la tête; elle comprime dans son Cœur l'immensité de ses peines et de ses douleurs, et toute résignée, elle adore les décrets maintenant accomplis du Père éternel. Voici pourquoi cette âme très sainte ne se sépara pas alors de son Corps. Cette âme était avec celle de son cher Fils comme contenue et resserrée par la véhémence de l'amour qui les pressait et les unissait étroitement toutes deux ensemble.

Peine, affliction, douleur et tourments inouïs! Marie seule les a tous éprouvés. Et quels exemples ne nous a-t-elle pas en même temps donnés de soumission, d'uniformité, de constance et de résignation? Est-il école plus instructive? Et cependant, ô confusion extrême! à peine voit-on en nous l'ombre de ces vertus! O mon Dieu, je confesse qu'il ne faut qu'un léger souffle de vent qui ne flatte pas mon humeur ou mon amour-propre, pour me précipiter dans les abîmes de l'erreur et du vice; qu'il suffit d'un ordre un peu sévère, pour me faire secouer le joug de l'obéissance; qu'une petite affliction peut m'entraîner hors de la voie de vos divins Commandements. Mon Dieu, mon Sauveur, ayez pitié de moi! Et vous, Marie, notre Mère chérie, obtenez-moi ces vertus qui vous fortifièrent et vous rendirent invincible au pied de la Croix ».

Fleur: Réciter sept Ave Maria à l'honneur des sept douleurs du Cœur de Marie.

Fruit: L'amour de la Croix, et, dans toutes les adversités, résignation à la volonté de Dieu.

Mother_Mary_Puako

Coeur Douloureux et Immaculé de Marie, priez pour nous qui avons recours à Vous!

 


24 août 2010

Notre Dame de Rocamadour

Posté par fmonvoisin à 17:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Le Mois du Cœur de Marie

16

Le Mois du Cœur de Marie

Vingt-cinquième jour

Le Cœur de Marie est pour nous un Cœur de Mère

Jusqu'à présent Marie nous avait aimés comme des sœurs ou des frères: maintenant considérons son amour devenu maternel. Depuis que Jésus nous a remis en ses mains, elle nous a aimes comme des enfants chéris. Elle ne s est pas méprise sur le sens des paroles de son Fils. « Ce disciple choisi, dit Denis le Chartreux, représente chaque fidèle. Ainsi lorsque Jésus-christ dit à Jean : Voilà votre Mère; il donna sa Mère pour mère à chaque chrétien ». Saint Bernardin de Sienne dit aussi: « Nous voyons dans la personne de Jean tous les chrétiens, dont la sainte Vierge est devenue la Mère par amour »; ce que saint Bernard confirme, en disant: « Dans la Passion de Jésus-Christ, tous les enfants de la grâce sont devenus enfants de Marie ». Elle a donc bien compris le sens des paroles de Jésus, en nous acceptant pour ses enfants. « Aussi, dit saint Bernardin de Sienne, dès ce moment elle nous porta tous dans son sein, comme une véritable mère y porte ses enfants ». « Elle est, par l'esprit, la Mère des Membres du Sauveur, puisqu'elle a coopéré par sa charité à la naissance des fidèles dans l'Eglise, comme l'enseigne saint Ambroise ». Qui pourrait donc exprimer avec quel amour elle nous a porté dans ses entrailles et nous a enfantés à la vie de la grâce? Semblable au Père éternel, « elle a aimé le monde au point de donner pour lui son Fils unique », dit saint Bonaventure.

Examinons maintenant quel a été notre amour pour une telle Mère. Une mère qui nous aime d'un amour maternel, nous devons l'aimer d'un amour filial. Mais avons-nous véritablement un tel amour pour une telle Mère? Si nous l'avions, continuerions-nous toujours d'offenser son divin Fils? et ne saurions-nous pas faire, pour son amour, le plus petit sacrifice, après qu'elle en a fait un si grand pour notre amour? Je confesse, ô notre Mère, que , jusqu'à présent, mon amour pour vous n'a consisté qu'en paroles, et non en œuvres. Qu'il n'en soit plus ainsi à l'avenir. Je veux me corriger, je veux me convertir; et pour cela je mets en vous ma confiance. « O salutaire confiance! La Mère de Dieu est notre Mère ». Vous l'avez dit vous-même à sainte Brigitte, « que vous étiez la Mère de tous les pécheurs qui voulaient se convertir ». C'est donc à vous que j'ai recours et que je me recommande.

Fleur: Répéter souvent l'oraison jaculatoire: « Montrez que vous êtes notre Mère ».

Fruit: Prouver par des oeuvres notre amour filial pour Marie.

ND_du_St_Secours

Si Vous souhaitez recevoir chaque jour la méditation du Mois du Cœur de Marie,

abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes

23 août 2010

Neuvaine à Saint Camille de Lellis

136_001

Saint Camille de Lellis

Patron Céleste des Malades, des hôpitaux, des infirmier et des infirmières Catholiques

1550-1614

Fête le 14 juillet

Saint Camille de Lellis naquit dans le royaume de Naples, et mourut à Rome, où il consacra la majeure partie de sa vie à l'assistance des malades et des mourants. Benoît XIV le canonisa en 1746. On l'invoque spécialement pour obtenir une heureuse délivrance, ainsi que pour la guérison des ulcères, des furoncles, de la gravelle et des hernies.

san_20camillo_20de_20lellis

Neuvaine à Saint Camille de Lellis

Dieu très clément, agréez les prières que nous Vous adressons  dans nos nécessités, en l'honneur de Saint Camille, Votre fidèle serviteur. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

Premier jour

Glorieux Saint Camille, qui avant votre naissance, êtes apparu en songe à votre pieuse mère, à la tête d'une troupe de petits enfants, portant comme vous, sur leur poitrine, le signe adorable de la Croix, obtenez-nous la grâce de porter toujours dans nos coeurs la Croix de Jésus-Christ, et de placer en elle seule toute notre gloire.

Gloire au Père

Deuxième jour

Glorieux Saint Camille, véritable modèle de pénitence, dont les yeux furent changés en deux sources de larmes par le douloureux souvenir des égarements de votre jeunesse, daignez intercéder pour nous auprès du Seigneur, afin qu'il nous accorde un véritable repentir de nos fautes, et la grâce de les expier en portant toujours en nous la mortification de Jésus-Christ.

Gloire au Père

Troisième jour

Glorieux Saint Camille, par cette héroïque patience qui vous fit héroïquement supporter les cruelles douleurs d'une plaie qui rongeait vos chairs, et par cette admirable résignation à la Divine Volonté avec laquelle, deux fois, vous fîtes le sacrifice de vos attraits, en quittant par obéissance l'Habit de Saint François, obtenez-nous par vos prières l'esprit de patience et de résignation, afin qu'en toute rencontre, nous sachions toujours reconnaître et vouloir ce que Dieu veut.

Quatrième jour

Glorieux Saint Camille, vrai modèle de Charité Chrétienne, qui trouviez vos plus chers délices en soignant les malades, leur prodiguant les plus humbles services et travaillant à leur salut par de salutaires et pieuses exhortations, obtenez-nous la grâce de comprendre que nous ne pouvons être les vrais disciples de Jésus-Christ qu'en faisant aux autres, pour l'amour de Dieu, ce que nous voudrions qu'on nous fît à nous-mêmes.

Gloire au Père

Cinquième jour

Glorieux Saint Saint Camille, si plein de zèle pour la gloire de Dieu et pour le Salut des âmes, qui avez voulu que vos enfants soulageassent par voeu à l'assistance des malades, même pestiférés, et qui avez mérité de voir l'image du Crucifix vous tendre miraculeusement les bras en signe d'approbation, obtenez-nous la grâce de régler notre conduite sur cette admirable maxime du Divin Maitre: « Il n'y a pas de plus grande Charité que de donner sa vie pour son prochain ».

Gloire au Père

Sixième jour

Glorieux Saint Camille, vrai imitateur de Jésus Crucifié, qui faisiez votre nourriture de l'accomplissement de la Volonté de Dieu, et votre continuelle occupation de soulager les souffrances de votre prochain, vous dont la seule richesse était le manque de toutes choses, daignez nous obtenir le désir et la force de marcher sur vos traces, d'être toujours animés de votre esprit et de vivre de votre vie, afin que, revêtus de Jésus-Christ, nous méritions d'être admis au nombre des élus.

Gloire au Père

Septième jour

Glorieux Saint Camille, par cette Foi vive, cette ferme Espérance, et cette ardente Charité qui vous ont mérité le Don des miracles, et qui vous firent, tantôt multiplier les aliments, tantôt changer l'eau en vin ou délivrer d'innombrables personnes des plus graves dangers, obtenez-nous le véritable esprit de Foi,  d'Espérance et de Charité et le plus entier abandon à la Providence.

Gloire au Père

Huitième jour

Glorieux Saint Camille, exemple de parfaite obéissance, toujours disposé à la souffrance et à la mort pour obéir à Dieu, toujours si fort et joyeux au milieu des douleurs et de vos très pénibles infirmités, que vous appeliez avec amour les cinq miséricordes de Dieu, et qui avez eu le bonheur d'une mort paisible et heureuse, en prononçant les noms adorables de Jésus et de Marie, obtenez-nous, par votre intercession, de vivre et de mourir dans la plus parfaite conformité au bon plaisir de Notre Seigneur.

Gloire au Père

Neuvième jour

Glorieux Saint Camille, qui, déjà en possession de la plus riche récompense de vos sublimes vertus, jouissez des délices ineffables de la vision béatifique, et remerciez Dieu sans cesse de vous avoir accordé la grâce d'une sincère conversion et d'une sainte vie, intercédez pour nous auprès de la Divine Miséricorde, afin que, vivant constamment dans l'imitation de vos admirables vertus, nous méritions un jour d'être avec vous éternellement heureux dans la joie du Paradis.

Gloire au Père

Priez pour nous, ô Saint Camille,

Afin que nous méritions d'avoir part aux promesses de Jésus-Christ.

Prions

Jésus-Christ, notre Seigneur, qui avez accordé au Bienheureux Camille, Votre Serviteur, un remarquable esprit de miséricorde et de Charité pour aider les malades et conduire les agonisants au port du Salut éternel, faites que, remplis de son esprit et marchant sur ses traces, nous méritions, au jour du Jugement, d'entendre de vous ces paroles: « Venez les bénis de Mon Père, car J'étais malade et vous M'avez visité ». Vous qui vivez et régnez pour les siècles et les siècles. Ainsi soit-il.

Imprimatur

Tournai, 2 octobre 1933

J. Lecouvet, Vic. Gen.

083_001

Téléchargez le texte de la Neuvaine à Saint Camille de Lellis (pdf) en cliquant ici

Posté par fmonvoisin à 19:02 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Le Mois du Cœur de Marie

16

Le Mois du Cœur de Marie

Vingt-quatrième jour

Le martyre du Cœur de Marie consommé dans le testament de son Fils mourant sur la Croix

Considérez comment Jésus, après avoir légué à ses ennemis la ferveur de ses prières, au bon larron le paradis, laisse encore à Marie, par un testament public et solennel, un autre fils en sa place dans la personne de Jean, et donne à Jean, pour mère, Marie sa Mère. « Du haut de la Croix Jésus-Christ dictait son testament; Jean l'écrivait et le scellait, digne témoin d'un si grand Testateur ». Voici ses propres paroles: « Femme, voilà votre Fils », s'adressant à sa Mère: « Voila votre Mère », s'adressant à Jean. Cette parole : Femme; fut comme un glaive cruel qui pénétra douloureusement jusqu'au fond du Cœur déjà tout déchiré de Marie. « Ce fut bien plus qu'un glaive, dit saint Bernard; elle ne s'entend plus appeler du nom de Mère! Et puis, quel échange! Jean, au lieu de Jésus! l'esclave, pour le Seigneur! le disciple, pour le Maître! le fils de Zébédée, pour le Fils de Dieu! un homme, une simple créature, pour le vrai Dieu! Et comment cette parole n'aurait-elle pas percé son âme si sensible, quand le souvenir seul fend nos cœurs de pierre? Cette douleur surpassa toutes ses autres précédentes douleurs ». « A ce peu de mots, dit saint Bernard , ces deux âmes chéries ne cessaient de verser des larmes, et gardaient le silence, l'excès de la douleur ne leur permettant pas de parler ». O ciel! que n'en a-t-il pas coûté au Fils de Dieu, pour que sa Mère devînt la nôtre? et à la Mère de Dieu, pour que nous devinssions ses enfants? Prix inestimable d'une douleur immense, qui pourrait vous évaluer?

Mais quel cas avons-nous fait de ce don si précieux et qui a coûté si cher? Car est-il une mère (quelque grandes que soient les douleurs qu'elle souffre dans l'enfantement) dont le fils lui a coûté autant que nous avons coûté à celle qui nous a enfantés au pied de la croix, avec des douleurs si cruelles, qu'elles surpassent de beaucoup tous les tourments de tant de millions de Martyrs, dont pour cela elle est appelée la Reine? Ah! dit l'Esprit-Saint: « N'oubliez point les douleurs de votre Mère ». Il faut y correspondre avec un amour filial. O glorieuse Reine des Martyrs, par ces douleurs et ces angoisses mortelles, que je vous ai coûtées quand vous m'avez enfanté au pied de la Croix, faites que je n'oublie jamais ni vos gémissements ni vos larmes, ni le don précieux que votre Fils m'a fait en mourant; faites que je vous honore comme ma Mère, ainsi que le veut d'ailleurs votre Fils Jésus, qui me dit: « Voila votre Mère ».

Fleur: Se consacrer à Marie au pied du Crucifix, l'accepter amoureusement pour sa Mère, et remercier Jésus d'un don si précieux.

Fruit: Remplir tous les devoirs d un fils envers une telle Mère, c'est-à-dire, l'honorer, l'aimer, l'imiter.

UHFinal1

Si Vous souhaitez recevoir chaque jour la méditation du Mois du Cœur de Marie,

abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes

Litanies de Notre Dame des Armées

587_001

Litanies de Notre Dame des Armées

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, ayez pitié de nous.

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, écoutez-nous.

Jésus-Christ, exaucez-nous.

Dieu le Père, des Cieux où vous êtes assis, ayez pitié de nous.

Dieu le Fils, Rédempteur du monde, ayez pitié de nous.

Dieu le Saint-Esprit, ayez pitié de nous.

Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Sainte Marie, priez pour nous.

Sainte Marie, fille du Dieu des Armées, priez pour nous.

Notre Dame des Armées, Mère du Roi des rois, priez pour nous.

Notre Dame des Armées, Épouse du Saint Esprit, conquérant du monde, priez pour nous.

Notre Dame des Armées, Aurore du Soleil de Justice, priez pour nous.

Notre Dame des Armées, Mère héroïque, priez pour nous.

Notre Dame des Armées, terrible comme une armée rangée en bataille, priez pour nous.

Notre Dame des Armées, Étoile des mers, priez pour nous.

Notre Dame des Armées, Tour de David, priez pour nous.

Notre Dame des Armées, Rempart de l'Église, priez pour nous.

Notre Dame des Armées, Reine des Milices Célestes, priez pour nous.

Notre Dame des Armées, Reine de la France, priez pour nous.

Notre Dame des Armées, Reine des Soldats, priez pour nous.

Notre Dame des Armées, Reine des Marins, priez pour nous.

Notre Dame des Armées, qui dès le commencement avez écrasé la tête du Dragon infernal, priez pour nous.

Notre Dame des Armées, qui soutenez le guerrier dans le combat et le marin dans la tempête, priez pour nous.

Notre Dame des Armées, qui affermissez la vaillance dans les cœurs, priez pour nous.

Notre Dame des Armées, qui avez rendu les armées des Chrétiens victorieuses, priez pour nous.

Notre Dame des Armées, qui nous protégez dans le danger, priez pour nous.

Notre Dame des Armées, qui pouvez écarter de nous les balles et la mitraille, priez pour nous.

Notre Dame des Armées, qui secourez les mourants et les blessés, priez pour nous.

Notre Dame des Armées, qui protégez l'innocence du jeune soldat qui vous implore, priez pour nous.

Notre Dame des Armées, qui ramenez au port le marin qui se confie à vous, priez pour nous.

Notre Dame des Armées, qui consolez nos familles, priez pour nous.

Notre Dame des Armées, qui séchez les larmes de nos mères et de nos sœurs, priez pour nous.

Notre Dame des Armées, qui avez eu le Cœur percé d'un glaive de douleur, priez pour nous.

Notre Dame des Armées, qui avez bravé sur la voie douloureuse la fureur de la multitude, priez pour nous.

Notre Dame des Armées, qui êtes demeurée pendant trois heures au pied de la Croix, priez pour nous.

Notre Dame des Armées, qui avez recueilli le Sang des Plaies de Jésus, priez pour nous.

Pour la Gloire du Christ, obtenez-nous de combattre, ô Notre Dame des Armées.

Pour le Salut de la France, obtenez-nous de nous dévouer, ô Notre Dame des Armées.

De la mort des lâches, préservez-nous, ô Notre Dame des Armées.

De l'impénitence finale, préservez-nous, ô Notre Dame des Armées.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous Seigneur.

Priez pour nous ô Notre Dame des Armées,

Afin que nous devenions dignes des promesses de Notre Seigneur Jésus-Christ.

Prions

Priez pour nous ô Notre Dame des Armées, priez pour que nous soyons de vrais soldats du Christ, et pour qu'après avoir rempli sur la terre nos devoirs envers notre patrie, nous obtenions, par votre puissante intercession, d'être admis à contempler dans le Ciel la Gloire de Votre Fils Adorable, Notre Seigneur Jésus-Christ, le Roi des Armées Célestes et des armées d'ici bas. Lui qui vit et règne avec le Père, dans l'Unité du Saint Esprit, maintenant et pour les siècles et les siècles. Amen.

Ces Litanies ont été autorisées pour l'usage particulier, par Monseigneur l'Évêque de Versailles, et enrichie, pour chaque fois qu'on les récite, de quarante jours d'Indulgence.

Téléchargez le texte des Litanies de Notre Dame des Armées (pdf) en cliquant ici

Neuvaine à Saint Anastase de Perse

962_001__4_

Saint Anastase de Perse

Martyr de l'Ordre des Carmes

Fête le 22 janvier

Saint Anastase, né en Perse, au sein de l'idolâtrie, ayant été témoin des pieux hommages que les Chrétiens rendaient à la Croix du Seigneur, embrassa le Christianisme. Sa ferveur était si grande, que quelques jours après son baptême, il fut reçu au nombre des moines. Il priait tous les jours le Seigneur de pouvoir mériter la couronne du Martyre, jusqu'à ce qu'un jour il lui fut révélé que sa prière était exaucée. Arrivé à Césarée, en Palestine, il rencontra des Perses adonnés à la magie, il essaya, mais en vain de les convertir. Ces impies le menèrent à leur gouverneur, qui lui fit subir les plus cruelles tortures pour le forcer à abjurer sa Foi. Le Saint demeura inébranlable, il l'envoya au roi Chosroës, qui, après de nouvelles tortures, le fit mettre à mort avec 72 Chrétiens, le 22 janvier 628. Les miracles opérés par ce Saint Martyrs, surtout par le contact de son Chef sacré et de son Images furent si nombreux, que le Second Concile de Nicée témoigne que « à l'aspect des reliques et de l'Image de Saint Anastase, les démons sont mis en fuite et les malades guéris ». Aussi la pieuse coutume s'est-elle établie de porter sur soi l'image de la Tête de Saint Anastase, ou de la placer sur la poitrine des mourants, pour les soutenir dans la dernière lutte contre l'Enfer; souvent de grandes grâces ont été obtenues par ces pratiques de dévotion.

Manière de faire une Neuvaine en l'honneur de Saint Anastase

3 Notre Père, 3 je Vous salue Marie, 3 Gloire au Père

Priez pour nous, ô Saint Anastase,

Afin que nous soyons rendus dignes des promesses de Notre Seigneur Jésus-Christ.

O Dieu, force de ceux qui espèrent en Vous, qui avez fait sortir Saint Anastase de la solitude du Carmel pour remporter la palme du martyre: faites, nous Vous en prions, qu'animés par ses exemples nous supportions avec patience les peines salutaires qui nous surviennent. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Ainsi soit-il.

Vidi: Brugis, 3 Februarii 1902

E. Rembry, Vic. Gen.

Téléchargez le texte de cette prière (pdf) en cliquant ici

90520_2

Biographie de Saint Anastase de Perse,

Cliquer sur le lien suivant

http://spiritualitechretienne.blog4ever.com/blog/lire-article-83937-1889675-saint_anastase_de_perse.html


Posté par fmonvoisin à 16:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

22 août 2010

Notre Dame de Kibého

Posté par fmonvoisin à 18:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Le Mois du Cœur de Marie

16

Le Mois du Cœur de Marie

Vingt-troisième jour

Le Cœur de Marie crucifié pendant le Crucifiement de son Fils

Considérez combien furent douloureux au Cœur de Marie les coups redoublés des marteaux qui enfonçaient les clous dans les pieds et dans les mains de son Fils. Considérez les vives blessures que reçut ce Cœur maternel en voyant percer ces pieds qui avaient toujours couru à la recherche des brebis égarées, et ces mains qui n'avaient cessé de répandre des bienfaits. « O merveille! s'écrie saint Bonaventure, tout Jésus est crucifié dans l'intérieur du Cœur de Marie ». « Toutes les douleurs du monde réunies n'égaleraient pas cette douleur de Marie », dit saint Bernardin de Sienne. « L'amour de cette Mère, dit saint Augustin, excède les amours réunis de tous les pères et mères pour leurs enfanst. » Sa douleur surpassa donc toutes les douleurs, puisqu'elle fut proportionnée à son amour. Car, dit saint Laurent Justinien, « elle fut blessée d'autant plus profondément qu'elle aima plus tendrement ».

Pourquoi n'éprouvons-nous aucune douleur en voyant les peines d'un tel Fils et d'une telle Mère? parce que nous n'avons point d'amour. Autrement serait-il possible de voir un Dieu fait homme pour notre amour, crucifié pour notre amour, et pour notre amour expirant sur une croix, en présence de sa Mère, qui est aussi notre Mère, toute désolée, et crucifiée dans son Cœur; de les voir, dis-je, souffrant ainsi pour nous, sans en avoir compassion, sans en être pénétré de douleur, sans en verser des torrents de larmes? « Si vous voyiez, dit saint Bonaventure, une brute, un animal ainsi maltraité, par pure sensibilité humaine vous en auriez pitié ». Quelle ne devrait donc pas être votre compassion et votre douleur pour les souffrances du Seigneur votre Dieu? Mon Seigneur et mon Dieu, crucifié pour notre amour, considérez, je vous en supplie les plaies de vos mains. « Vous y avez écrit et signé de votre propre Sang l'acte de ma rédemption. Lisez ces caractères, et sauvez-moi ». Je comprends bien que, pour opérer le salut d'un monstre d'ingratitude tel que moi, il ne faut rien moins que la toute-puissante vertu de vos plaies. Imprimez-les donc, ces plaies, dans mon cœur; que votre amour y soit aussi gravé, et que je ressente une vive douleur de mes péchés, cause de vos souffrances. « Je m'adresse a vous, Mère sainte, imprimez fortement dans mon cœur les plaies de Jésus crucifié ».

Fleur: Répéter souvent cette oraison jaculatoire: « Je m'adresse a vous, Mère sainte, imprimez fortement dans mon cœur les plaies de Jésus crucifié ».

Fruit: Aimons Jésus et le Cœur de Marie, crucifiés pour notre amour.

741_001

Si Vous souhaitez recevoir chaque jour la méditation du Mois du Cœur de Marie,

abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes