Le Mois de Marie

de Notre Dame du Rosaire de Fatima

 

img001

Huitième jour

Lecture

 

Notre Dame avait fixé, au 13 de chaque mois, le rendez-vous des petits bergers à la Cova d’Iria. La date prochaine était le 13 juin. Marie-Rose fit remarquer à sa fille l’impossibilité de s’absenter, ce jour-là, de la paroisse, car C'était le jour de la grande fête de saint Antoine, si célèbre dans tout le Portugal, Lucie fit observer à sa mère qu’il était facile de tout concilier. On assisterait à la messe, le matin, ensuite, dans l’après-midi, à l'heure convenue, on irait à la Cova d’Iria. La proposition parut raisonnable et Marie-Rose céda. D’autant que la grande fête de saint Antoine, célébrée dans tout le pays avec tant de dévotion, retiendrait les fidèles dans leurs paroisses respectives et, de ce fait, passerait inaperçue la présence des enfants à la Cova d’Iria. C’est ce qui arriva effectivement. Quelques curieux du village s’en allèrent à Vila Nova de Ourem, pour entendre le panégyrique de saint Antoine prononcé par un prédicateur de talent. Une troupe de musiciens vint même exceptionnellement du dehors, pour rehausser l'éclat de la fête et donner les meilleurs morceaux de son répertoire.

Lucie et ses deux petits compagnons se rendirent à la Cova d'Iria, suivis d’une dizaine de personnes environ. Peu de monde en somme, mais gens de piété sincère.

Comme l’heure approchait, où Notre Dame était apparue, le mois précédent, les enfants se mirent à réciter le chapelet. On était à la seconde dizaine. Tout à coup les assistants virent les enfants entrer en extase. Sans rien voir ni entendre, on comprenait à leur attitude que les enfants étaient en présence de l’Apparition.

L’on pense communément que, ce jour-là, Notre Dame leur confia un secret, en leur demandant de le garder fidèlement jusqu’au tombeau. À cause de cela, l'Apparition du 13 juin a été appelée « l’Apparition du Secret ».

On demandait un jour à Lucie qui, à cette époque, était Religieuse au Couvent de Pontevedra : « Que répondriez-vous à quelqu'un qui vous interrogerait sur certains points de votre vie privée ? - Je lui répondrais, dit-elle, si cette personne avait qualité pour cela. - Vous lui répondriez sur tout ? - Oui, fit-elle, sur tout ce qui me paraîtrait raisonnable. - Et si l’on vous interrogeait sur votre secret ? »

Lucie, d’une voix assurée et avec beaucoup de calme répondit alors : « Personne de ce monde ne peut m’obliger à le dire. C’est un secret et un secret divin. Seulement au Ciel je le révélerai. - Et si Dieu vous y obligeait ? - J'ai dit : Personne de ce monde. Il est certain que nous devons tous obéir à Dieu, en tout, mais, hormis ce cas, je suis prête à garder mon secret toute l’éternité ».

Ce dialogue avait lieu entre Lucie et la Révérende Mère Provinciale, plusieurs années après les Apparitions, dans le parloir de l'Etablissement de Notre Dame des Douleurs, dirigé par les Sœurs Dorothées.

À l’époque qui nous occupe, Lucie et ses deux petits compagnons ne songeaient qu'à s'amuser follement, sous les arbres devant la maison et dans les champs, loin des importuns, dans l’exubérance et toute l’allégresse de leur jeune âge. Mais si d’aventure ils parlaient entre eux du secret divin, aussitôt leur visage, si riant au milieu de leurs jeux, prenait soudain une expression de gravité, Le secret de la Sainte Vierge était bien gardé par de jeunes enfants dont la plus âgée avait à peine dix ans. François et Jacinthe ont déjà emporté leur secret dans l’éternité, à quelques mois de distance, l’année d’après. Lucie, seule survivante, le garde jalousement, au fond d’un cloître, sous l’habit de Religieuse, portant un autre nom et ignorée de tous.


Réflexions


Il convient de remarquer que, dans plusieurs de ses manifestations, la sainte Vierge confie un secret à ses confidents. Ainsi a-t-elle confié un secret à sainte Catherine Labouré des Filles de la Charité. Elle en confia aussi aux enfants de la Salette, à Bernadette Soubirous. Puisque Notre Dame vient encore de confier un secret aux trois petits bergers de Fatima, demandons-nous pour quelles raisons, la sainte Vierge emploie ce moyen et, puisqu'elle a insisté sur la gravité du secret, examinons s’il n’y a pas de secrets, entre les humains, dont la gravité est tout aussi réelle.


1° Pourquoi ces secrets de la Vierge ?


La garde d’un secret extraordinaire est la source de grands avantages pour ceux qui le détiennent. C’est d’abord, un témoignage divin de l’authenticité de leur mission pour les heureux bénéficiaires. Il leur procure de très grands mérites, les obligeant à de nombreux actes de mortification, pour garder constamment le silence devant les questions insidieuses, pressantes cet difficiles souvent à éluder.

Le prochain lui-même est intéressé à cette garde du secret dont la diffusion pourrait troubler sa tranquillité, le bien de sa santé, la liberté de ses décisions et de ses démarches.

Plaignons en passant ceux qui cherchent à connaître l’avenir par l'intermédiaire de prétendus voyants extra-lucides. L’avenir appartient à Dieu seul, est connu de Lui seul, et livré par Lui seul. Le reste n’est qu’exploitation, par les malins, de la sottise de gens crédules.

 

2° Il y a encore d’autres secrets humains à garder.


Violer un secret est en soi une faute grave, au témoignage de saint Alphonse de Liguori, docteur de l’Église. Cependant il y en a qui, en raison de leur charge, ont le droit de découvrir certains secrets. C’est le cas de la Justice poursuivant l’auteur d’un crime, ou délit, ou bien de l'autorité militaire pour dépister l’espionnage.

Certaines personnes de profession libérale, médecins, avoués, notaires, etc., sont tenues au secret professionnel. La violation du secret professionnel est d’ailleurs punie par le Code civil. Le secret de la confession est observé avec une rigueur inviolable. On pourrait citer des martyrs de la confession. L’un des plus connus est saint Jean Népomucène.


3° Le secret de la confession doit être aussi gardé par le pénitent.


Ce serait une grave erreur de penser que, seul, le prêtre est tenu au secret sacramentel. Le pénitent est obligé de garder le silence et de ne communiquer à personne les directives données en confession, ou la solution des cas de conscience personnels, soumis au confesseur et solutionnés par lui. Si l’on n’est pas satisfait de la direction de tel ou tel prêtre, on est libre de s'adresser à un autre. Ainsi agit un malade qui n’est pas content de son médecin habituel. Il va s’adresser à un autre, sans se croire obligé pour cela de noircir la réputation de celui qu’il abandonne. Gardons ce même souci de discrétion sur ce qui doit demeurer secret, comme gardèrent leur secret les trois petits voyants de Fatima.

 

(On peut réciter les litanies de N.D. de Fatima ou simplement l’oraison et, ainsi, terminer chaque exercice)

 

u8e6ed1h0unyk305tj8bbnkv1k305tj8bbnky

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Marie de ND de Fatima,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes