Le Mois de Marie

de Notre Dame du Rosaire de Fatima

 

Jacinta_marto_lucia_santos

 

Neuvième jour

Lecture


Au bonheur inénarrable pour les enfants de Fatima, d’avoir joui de la lumineuse beauté de Notre Dame et de sa voix mélodieuse, faite de toutes les harmonies célestes, se mêlaient, dans leurs cœurs, de grandes souffrances. Celle qui sentait davantage était Lucie, la plus âgée des trois, parce qu’elle comprenait un peu mieux les choses. François et Jacinthe étaient fréquemment gourmandés par leur mère. Olympe était exaspérée de voir sa famille devenue l’objet des conversations de tout le village et des environs. Lucie souffrait, dans l'intime de son être, de constater que sa mère la croyait menteuse.

« Tu auras à rendre des comptes, un jour, à Dieu, lui disait-elle, et des comptes sévères, pour induire ainsi en erreur les pauvres gens ». La petite fille s’en allait alors dans un coin pleurer à son aise.

Un jour, Marie-Rose tomba gravement malade. Elle fut presque conduite aux portes du tombeau. Il était même question d'appeler le curé d’Aljustrel pour lui administrer les derniers sacrements. Lucie se tenait à son chevet, Sa mère lui murmura à l'oreille avec beaucoup d'efforts, comme dans un souffle : « Si ce que tu as dit de la Cova d’Iria est vrai... va demander à ton Apparition qu’elle me guérisse ! »

Lucie, tout heureuse de ce qu’elle vient d’entendre, se précipite pleine de confiance vers la porte et s’engage sur le chemin de Fatima. Écoutons-la nous raconter elle-même le fait : « Tout le long du trajet, nous dit-elle, je récitais mon chapelet, Puis je m’agenouillai près du bouquet d’yeuses et fis la promesse de partir de là, à genoux, et de donner à manger à neuf enfants, durant neuf jours, si ma mère guérissait ». Quand Lucie rentra chez elle, sa mère se sentait beaucoup mieux. Trois jours après, elle était guérie.

C'était quasi-miraculeux ! Néanmoins la mère s’obstinait à ne pas croire à la véracité des apparitions et continuait à suspecter sa fille. Cette persistance de Marie-Rose peinait beaucoup la pauvre enfant.

En fin de compte, il fut décidé que Lucie ne retournerait pas garder les moutons, mais qu’on l’enverrait à l’école pour apprendre. Adieux, jeux innocents avec les petits cailloux du chemin, les petits bouts de bois, les guirlandes de lierre !…

Mais la pauvre petite souffrait surtout de l’incrédulité de la famille et des voisins, sur les apparitions de Notre Dame. Elle constatait chez les uns l'indifférence complète ; chez les autres des murmures, même des blasphèmes, chez les plus exaltés.

Animées de bons sentiments, plusieurs personnes du dehors venaient demander des nouvelles des enfants à Olympia et à Marie-Rose, Elles étaient assez mal reçues, cela se comprend. Tous ces témoignages de sympathie achevaient de déchaîner la colère des mères contre leurs enfants. Souffrance des parents, souffrance des enfants tel était le résultat le plus tangible de cette histoire.

On appelait ironiquement Lucie « notre Bernadette », par allusion à la bergère de Lourdes, Bernadette Soubirous, qui avait eu, elle aussi, des apparitions. Tout cela était pénible pour Lucie.

Les petits voyants de Notre-Dame, que nous pouvons bien appeler « les petits souffrants » avaient la consolation de se rencontrer parfois pour se rappeler, ensemble, la promesse faite à l'apparition de se trouver coûte que coûte au rendez-vous. Ils se berçaient ainsi d’une douce espérance qui ranimait leur courage pour supporter la dureté maternelle. Heureusement le père de Lucie, comme celui de Jacinthe et de François, étaient plus compréhensifs, et leur complaisante et douce attention contrastait avec l’excessive sévérité des femmes. Ils s’employaient surtout à consoler les pauvres petits, souvent même à essuyer leurs larmes. N’était-ce pas là faire preuve de soumission à la volonté de Dieu, de respectueux acquiescement à son bon plaisir et de sage prudence, fait d’humilité chrétienne ?

À cause de cela peut-être aussi, Notre-Dame les a choisis, parmi tant d’autres, pour les associer aux souffrances qu’Elle-même a endurées, en union avec la Passion et la Mort de son Divin Fils, pour le salut du monde.


Réflexions


Les belles âmes, qui veulent suivre le Maître divin jusqu’au Tabor de la splendeur éternelle, doivent marcher à sa suite, sur le chemin du Calvaire. « Si quelqu'un veut venir avec moi, qu'il se renonce lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive » (Luc 9, 29). Jésus ne force personne, il appelle seulement les volontaires : « Si quelqu'un veut venir ». D'ailleurs, ces grandes âmes, choisies par Dieu, portent l’empreinte de la souffrance. Pourquoi l’amour maternel, qui est la plus haute expression de l’amour humain, nous paraît-il si grand ? C’est parce qu’il est pétri de sacrifices et de souffrances généreusement consenties. Quand le ciel suscite de grandes âmes pour la réalisation de ses desseins, il marque ces âmes du sceau de la souffrance.

1° Notre-Seigneur « fut le grand sacrifié volontaire pour le salut du genre humain » (Isaïe 53, 7). Le Christ-Jésus est notre exemplaire divin. Sur la Voie Douloureuse, il est chargé de sa croix. Il marche devant nous ; il est notre entraîneur ; nous n’avons qu’à mettre nos pas dans ses traces ensanglantées, en portant notre croix. Car la vie est douloureuse et chacun a son lot de misères ; mais nous souffrons beaucoup par l’imagination, en grossissant les souffrances. « Les poltrons meurent plusieurs fois avant leur mort ». (Shakespeare). Par nos souffrances, « nous achevons dans notre chair ce qui manque à la Passion du Christ ». (Col. 1, 24). Il ne manque rien à sa Passion, du côté du Christ, mais, à nous, il nous manque d’unir nos sacrifices à celui du Christ.

La bonne souffrance, c’est-à-dire la souffrance endurée par amour, nous sera d’un grand profit. Combien d’âmes ont été ramenées à Dieu par cette souffrance généreusement consentie qu’est la « Bonne Souffrance ». (Voir l’ouvrage de Fr. Coppée qui porte ce titre où il raconte son retour à Dieu). Cette souffrance, bonne par ses effets, nous aide à nous détacher de tout ce qui n’est pas Dieu. « Notre cœur est inquiet, dit saint Augustin, et il ne trouvera de repos qu’en vous, Seigneur ». La bonne souffrance est accompagnée de grâces intérieures, nous aide à mener une vie vertueuse et chargée de mérites. La souffrance nous aide à nous connaître ; elle nous rappelle à la discrétion et à de raisonnables exigences, vis-à-vis de nos infirmiers bénévoles.

3° La bonne souffrance aura une heureuse répercussion sur le prochain. Ayant souffert nous-mêmes, nous aurons plus de compassion pour la souffrance des autres. L'homme est un apprenti, la douleur est son maître, Et nul ne se connaît tant qu’il n’a pas souffert. Lorsqu'on a éprouvé, soi-même, les amertumes de la misère humaine, dans son corps où dans son âme, l’on comprend qu’il y ait d’autres humains qui, comme nous, peuvent souffrir. Nous serons les bons Samaritains, qui versent l’huile et le baume de la consolation sur le cœur endolori du prochain.

4° Enfin, soyons charitables envers ceux qui nous font souffrir, soyons magnanimes, sachons leur pardonner, à l’exemple de la petite Lucie qui, souffrant, de la part de sa mère, d’une injuste accusation, va supplier Notre-Dame de la guérir.

 

(On peut réciter les litanies de N.D. de Fatima ou simplement l’oraison et, ainsi, terminer chaque exercice)

 

img001

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Marie de ND de Fatima,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes