Le Mois de Marie

de Notre Dame du Rosaire de Fatima

 

Sts Francesco et Jacinta Marto

 

Dixième jour

Lecture


Parmi toutes les souffrances intimes de Lucie, la plus douloureuse était d’en arriver à douter elle-même de la réalité du caractère surnaturel des apparitions.

François et Jacinthe sont morts sans avoir pu nous communiquer ce qui se passait dans leur for intérieur. Il est possible qu’ils aient enduré des amertumes secrètes, mais nous n’avons pu le savoir. D'ailleurs, c’est avec la maturité de l’âge que la faculté d’introspection entre en jeu et nous permet d'analyser nos sentiments.

Lucie nous laisse deviner ses impressions durant cette période des apparitions. Elle souffre de toute manière : de l’incrédulité des siens, des critiques ouvertes ou sournoises des petites gens du village, de la souffrance de son père et de son oncle ; mais surtout de désolation intérieure. Ceux qui auraient dû la consoler l’abandonnaient les uns après les autres. Sa mère la traitait d’intrigante. Les personnes pieuses faisaient un détour pour ne pas passer devant sa maison, afin d’éviter un sujet de conversation si brûlant.

D'un autre côté, si quelqu'un acceptait de voir Lucie, c'était pour elle, une source de tentations. On se laissait aller, en sa présence, à un enthousiasme de mysticisme. On entourait sa petite personne de marques de vénération qui pouvaient lui donner des pensées de vaine gloire. Finalement, toutes ces démonstrations lui étaient visiblement à charge. Elle pensait, avec juste raison, qu’il est dangereux de voisiner avec le démon de la vanité. Pour comble, la pauvre petite se vit désavouer ouvertement par son propre curé.

Il manda au presbytère Antonio et Marto et les morigéna sur ce qu’il appelait « la louche aventure de leurs enfants », protestant de toutes ses forces contre cette « mystification » intempestive.

« Et cependant, monsieur le Curé, hasarda Antonio Santos, si c'était vrai ? - Mon pauvre Antonio, s’écrie le Curé, en levant les bras et en regardant son partenaire, les yeux dans les yeux, vous êtes-vous imaginé que le Ciel va se déranger pour venir rendre visite à notre pauvre village ? »

Et avec une pointe de malice, il ajouta : « Et jeter son dévolu sur une bicoque de « potiron » ? - Alors, qu'est-ce qu’il faut faire, monsieur le Curé ? Si nous empêchons les petits d’aller à la Cova d’Iria, ils tomberont malades. - Bah ! fit le Curé, tout ça se tassera. En tout cas, en tant que curé de cette paroisse, je vous interdis d'accompagner là-bas vos enfants ».

Lucie, se voyant désavouée par la plus haute autorité morale de l’endroit, qui représentait l’Evêque, commença à avoir quelque doute sur la réalité de l’Apparition. Elle avait peur d’avoir été induite en erreur. « Et si j'avais été victime d’une illusion ? », songeait-elle, pleine d’angoisse.

Alors, elle éclatait en sanglots. Ensuite, après avoir essuyé ses larmes, elle se mettait à genoux, elle priait de longs moments et puis elle se relevait plus calme, ayant retrouvé sa confiance. « Il n’est pas possible, se disait-elle, que nous nous trompions, tous les trois, puisque François et Jacinthe ont vu Notre-Dame comme je L’ai vue moi-même ».

« Oh ! cette lumière ! cette lumière ! Non, ce n’était pas l’œuvre d’un sorcier, ni d’un démon... O mienne Notre-Dame, venez à mon secours. Si c’est bien vous qui nous êtes apparue, comme je le crois, à la Cova d’Iria, daignez vous faire mieux connaître, afin de dissiper le doute qui envahit mon âme ». Elle repoussait ainsi les tentations d’incrédulité, et elle se donnait ensuite à son labeur. Notre-Dame la soutenait dans ces pénibles tentations qui se répétaient tous les jours, avec des alternatives d’abattement et d’élan. Mais, en fin de compte, Lucie finissait par triompher des attaques qui torturaient son cœur.

Cependant, cette lutte morale ne laissait pas d’influencer le physique. Par ces combats intérieurs, l’enfant s’entraînait à supporter les luttes extérieures qui se préparaient, L’ennemi s’agitait visiblement, pour empêcher que Fatima ne devienne un centre de prière et de missions, selon le désir certain de Notre-Dame. Mais Dieu est plus fort que le démon, serpent infernal, et la Femme bénie entre toutes les femmes saura, une fois de plus, lui écraser la tête.


Réflexions


Lucie fut un moment tentée de douter de la réalité des apparitions. Il ne faut pas s'étonner d’être tenté, puisque les saints l’ont été, Plus ils étaient saints, plus le démon s’acharnait sur eux. La cognée du bûcheron ne s’attaque pas à un arbre vermoulu. Deux pensées sont à retenir : 1° la tentation n’est pas le mal ; 2° elle peut devenir un bien, Nous verrons à quelles conditions.

1° La tentation n’est pas le mal. - Ce qui est mal, ce n’est pas de sentir la tentation, mais de consentir à faire le mal. Saint François de Sales l’exprime nettement dans « l’Introduction à la Vie dévote » : « Notre victoire ne consiste pas à ne pas sentir, mais à ne pas consentir ». Si sentir la tentation était un péché, Notre Seigneur n'aurait jamais voulu que le Démon vienne le tenter, dans le désert, Or, il supporte l’épreuve. Saint Grégoire, dans la seizième homélie sur l'Evangile, ne trouve pas qu'il y eut « inconvenance à ce que notre Rédempteur souffrit la tentation. Il était juste qu’il fut vainqueur de nos tentations par la sienne comme par sa mort, il devait vaincre notre mort ». Le démon le tente par la sensualité, puis par la gloriole, enfin par l'amour des biens et de la gloire. Jésus le repousse et Satan est vaincu. La tentation fut purement extérieure, et son âme n’en fut nullement troublée.

2° La tentation peut devenir un bien : a) par rapport à Dieu qui est glorifié par la résistance de celui qui ne veut pas consentir, montrant ainsi que son amour pour Dieu l’emporte sur tout le reste ; b) la tentation est un bien pour chacun de nous. « Quoique importunes et pénibles, les tentations ne laissent pas d’être souvent très utiles à l’homme parce qu’elles l’humilient, le purifient et l’instruisent ». (Imit., l. I, 13, XIII, 2).

3° À quelles conditions la tentation sera profitables ? Le Divin Maître nous l’a enseigné au Jardin de Gethsémani. « Veillez et priez, dit-il à ses apôtres, afin de ne pas tomber en tentation ». (Mat., 26, 41).

a) Avant la tentation : veiller et surtout prévenir. Le proverbe le dit : « Il vaut mieux prévenir le mal que le guérir ». Ne soyons pas présomptueux. La présomption a perdu le malheureux Pierre qui a renié son Maître. Souvenons-nous du conseil de l’Apôtre : « Que celui qui croit être debout prenne garde de tomber ». (1 Cor., 10, 12). L’Apôtre nous prêche la confiance : « Dieu qui est fidèle ne permettra pas que vous soyez tentés au delà de vos forces ; mais, avec la tentation, il préparera le moyen d’en sortir afin que vous puissiez la supporter ». (1 Cor., 10, 13).

Prévenir, c’est éviter les occasions volontaires de pécher : personnes, choses, circonstances, compagnies douteuses, lectures troublantes, divertissements de théâtre ou cinéma, etc., que notre propre expérience ou celle d'autrui nous ont révélés dangereux. Se souvenir que « l’oisiveté, mère de tous les vices », engendre toutes les tentations et s’en fait la complice. (Eccl. 33, 29).

b) Pendant la tentation : il faut résister promptement, sans discuter avec elle, et la fuir comme « on fuit un serpent ». (Eccl., 21, 2). Surtout prier, Tant que l’on prie, on est fort de la force même de Dieu : « Je puis tout en Celui qui me fortifie ». (Philip., 4, 13). On succombe, si l’on cesse de prier.

c) Après la tentation : si l’on a triomphé, remercier le bon Dieu de cette grâce, qui nous en méritera d’autres pour les combats à venir. Si l’on a été vaincu, ne jamais se décourager, ce qui serait un grand dommage. Ne pas « jeter le manche après la cognée », mais, selon saint François de Sales, « utiliser ses fautes » pour s’humilier dans le sacrement de Pénitence et pour profiter de notre triste expérience afin d’être moins présomptueux et plus prudents à l’avenir. 


(On peut réciter les litanies de N.D. de Fatima ou simplement l’oraison et, ainsi, terminer chaque exercice)

 

img001

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Marie de ND de Fatima,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes