Le Mois de Saint Dominique

 

Bx Reginald d'Orléans 2-001

 

Dix-neuvième jour

L'Habit des Frères Prêcheurs

 

Prélude. - Se recueillir pour écouter le récit, qui nous a été conservé par la Sœur Cécile, des origines de l'habit dominicain.

 

Réflexions et trait historique

 

« Dieu lui avait inspiré (au Bienheureux Réginald, jusque- là chanoine d'Orléans et docteur célèbre de Paris), le désir d'abandonner toutes choses pour la prédication de l'Evangile, et il se préparait à ce ministère, sans savoir encore de quelle façon le remplir , car il ignorait qu'un ordre de prédicateurs avait été institué. Or, il arriva que, dans un entretien confidentiel avec un cardinal, il lui ouvrit son cœur à ce sujet, lui disant qu'il pensait à tout quitter pour prêcher Jésus-Christ çà et là dans un état de pauvreté volontaire. Alors le cardinal lui dit : « Voilà justement qu'un ordre vient de s'élever, qui a pour but d'unir la pratique de la pauvreté à l'office de la prédication, et nous avons dans la ville le maître du nouvel ordre, qui y annonce même la parole de Dieu ».

Ayant ouï cela, maître Réginald s'empressa de chercher le bienheureux Dominique, et de lui révéler le secret de son âme. La vue du saint et la grâce de son discours le séduisirent ; il résolut dès lors d'entrer dans l'ordre.

Mais l'adversité, qui est l'épreuve de tous les saints projets, ne tarda pas de s'en prendre au sien. Il tomba si gravement malade, que la nature paraissait succomber sous les assauts de la mort, et que les médecins désespéraient de le sauver. Le bienheureux Dominique, affligé de perdre un enfant dont il n'avait pas même joui, se tourna vers la divine miséricorde avec importunité, la suppliant, ainsi qu'il l'a raconté lui-même aux frères, de ne pas lui ravir un fils qui était plutôt conçu que né, et de lui en accorder la vie au moins pour un peu de temps. Pendant qu'il priait ainsi, la bienheureuse Vierge Marie, mère de Dieu et maîtresse du monde, accompagnée de deux jeunes filles d'une beauté sans mesure, apparut à maître Réginald éveillé et consumé par les ardeurs de la fièvre, et il entendit cette reine du ciel qui lui disait : « Demande-moi ce que tu veux, et je te le donnerai ».

Comme il délibérait en lui même, une des jeunes filles qui accompagnaient la bienheureuse Vierge lui suggéra de ne rien demander, mais de s'en remettre à la volonté de la reine des miséricordes, ce qu'il agréa volontiers. Alors celle-ci, étendant sa main virginale, lui fit une onction sur les yeux, les oreilles, les narines, la bouche, les mains, les reins et les pieds, et elle prononçait en même temps certaines paroles appropriées à chaque onction. Je n'ai pu connaître que les paroles relatives à l'onction des reins et des pieds. Elle disait donc, en louchant les reins : « Que tes reins soient ceints du cordon de la chasteté » ; et en touchant les pieds : « Joins tes pieds pour la prédication de l'Evangile de paix ». Elle lui montra ensuite l'habit des frères prêcheurs, en lui disant : « Voici l'habit de ton ordre » ; et elle disparut à ses yeux.

Réginald se trouva aussitôt guéri, oint qu'il avait été par la mère de Celui qui a le secret de tout salut. Le lendemain matin, quand Dominique vint le voir et lui eut familièrement demandé de ses nouvelles, il répondit qu'il n'avait plus aucun mal, et lui raconta sa vision ».

Commentant cette vision le père Lacordaire dit : « Dominique longtemps, chanoine d'Osma, avait continué en France d'en porter l'habit, et l'avait adopté pour le costume de son ordre. Cet habit consistait en une tunique de laine blanche recouverte d'un surplis de lin, l'un et l'autre enveloppés d'une chape et d'un capuce de laine noire. Or, dans le vêtement que la sainte Vierge montra à Reginald , le surplis de lin était remplacé par un scapulaire de laine blanche, c'est-à dire par une simple bande d'étoffe destinée à couvrir les épaules et la poitrine, en descendant des deux côtés jusqu'aux genoux. Ce vêtement n'était pas nouveau. Il en est question dans la vie des religieux de l'Orient, qui l'avaient sans doute adopté pour complément de la tunique, lorsque le travail ou la chaleur les contraignait de se dépouiller du manteau. Né au désert d'un sentiment de pudeur, tombant comme un voile sur le coeur de l'homme, le scapulaire était devenu, dans la tradition chrétienne, le symbole de la pureté, et par conséquent l'habit de Marie, la reine des vierges. En même temps donc qu'en la personne de Reginald, Marie ceignait les siens de l'ordre, du « cordon de la chasteté », et préparait ses pieds à la « prédication de l'évangile de paix », elle lui donnait dans le scapulaire le signe extérieur de cette vertu des anges sans laquelle il est impossible de sentir et d'annoncer les choses célestes. Après ce grand événement, l'un des plus fameux de l'antiquité dominicaine, l'ordre quitta le surplis de lin pour le scapulaire de laine, devenu la partie principale et caractéristique de son habillement. Lorsque le frère prêcheur fait profession, son scapulaire seul est bénit par le prieur qui reçoit ses vœux, et en aucun cas il ne peut sortir de sa cellule sans en être revêtu, même pour aller au tombeau ».

 

Pratique : Se renouveler dans l'estime et l'amour délicat de la belle vertu de pureté.

Invocation : Saint Dominique, vous qui resplendissez parmi les vierges, priez pour nous !

 

2_San Domenico di Guzman (69)-001

 

Pour recevoir les méditations quotidiennes du Mois de Saint Dominique,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes