05__Virgen_Maria_25x30_w

Le Mois de la Vierge des Douleurs


Vingt-huitième jour

Le coup de lance qui perça le côté de Jésus après sa mort, blesse au vif l'âme de Marie


Après la mort de Jésus, sa Sainte Mère demeura au pied de la croix. Pâle, désolée, accablée de douleur, elle attendait que quelque personne compatissante lui procurât la triste consolation de recevoir le corps de son Fils dans ses bras. Mais, ô mon Dieu! au lieu de trouver de la compassion, elle est témoin d'une nouvelle barbarie; elle voit le centurion qui, pour s'assurer de la mort de Jésus, et comme si sa cruauté n'était pas encore satisfaite, prend une lance affilée, s'approche audacieusement de là croix, vise au côté droit du Sauveur, et, sous les yeux de Marie, y porte un coup si violent qu'il perce le doux cœur de Jésus. O barbare Longin! ta cruauté sur le corps du Fils crucifié, blesse horriblement l'âme de sa Mère désolée. Oui, cette âme sainte, qui vivait seule dans ce corps mort, ressentit toute la douleur de ce nouveau déchirement, quoique l'insulte fut tout entière pour Jésus! De là, l'Eglise taxe de cruauté, non la croix, ni les épines, ni les clous, mais seulement la lance. Oui, cette lance fut cruelle, parce que dans le cœur de Jésus mort, résidait éminemment l'âme de Marie, qui, par l'amour, ne faisait qu'une seule âme avec lui. C'est sûrement ce que Syméon avait en vue, quand il dit à Marie: « Votre âme sera percée d'un glaive de douleur. O bienheureuse Marie! ajoute Saint Bernard, votre âme fut, en effet, percée du glaive quand la cruelle lance ouvrit le côté de Votre Fils mort; son âme n'y était pas mais la vôtre s'y trouvait certainement ». Toute la douleur fut donc ici pour Marie, elle versa alors d'abondantes larmes, que Saint Ambroise appelle, à juste titre, le sang du cœur. Ah! si selon Saint Jérôme, une piqûre d'aiguille, faite à Jésus, eût été un coup de lance pour Marie, quelle blessure ne dut pas faire à l'âme de Marie, le cruel coup de lance donné à son Fils? Hélas! elle appuya sa tête languissante sur la croix, et, renfermée dans son manteau, elle fut toute trempée du divin sang qui tombait sur elle, de la nouvelle plaie de son Fils! En ce moment, suivant Baronius, cette mère incomparable recueillit de son mieux le sang et l'eau qui tombèrent du côté du Sauveur; afin, dit Saint Anselme, de les employer au salut de nos âmes: Mariae commissa est Domini sanguinis dispensatio.


Colloque


Vierge Sainte! la triste prédiction de Syméon est accomplie en vous! Votre belle âme est profondément blessée d'une cruelle lance, dans le cœur du Sauveur mort! Oui, votre douleur en ce moment, fut plus perçante que toute épée à deux tranchants, et pénétra jusqu'à faire la dissection de l'âme et de l'esprit, comme dit Saint Paul. Que ferais-je pour guérir une si profonde blessure? Ah! l'unique. remède consiste dans l'abondance des larmes, et dans une compassion tendre et sincère. Je compatis à vos peines dit fond de mon cœur; je partage vivement votre douleur inexprimable. Je voudrais pouvoir vous arracher le fer meurtrier qui vous blesse, et en frapper mon cœur. perverti, afin qu'il conçoive une vive douleur de mes péchés, qui furent la cause de vos innombrables tourments. Heureux encore, dirai-je avec Saint Bernard, si je me sens blessé de la pointe de ce glaive! Si summâ quasi cuspide hujus gladii pungi interdùm me sensero!


Soupir à Marie


Cruelle lance, tu cherches à tuer la mère dans son Fils mort! Voilà mon cœur: je ne veux plus vivre après la mort de mon Dieu.


Exemple


En 1253, Philippe Benizi, âgé de vingt ans, résolut de quitter le monde. Le jeudi, dans l'Octave de Pâques, au pied de l'autel de l'Annonciation de Florence, il pria la très Sainte Vierge de lui faire connaître dans quel ordre il devait entrer. Il fut ravi en extase, et aperçut la Mère de Dieu qui était sur un char d'or; elle lui présentait un habit noir, et l'invitait à s'approcher de son char. La nuit suivante, la très-Sainte Vierge, dans une nouvelle apparition, lui commanda d'aller trouver ses serviteurs, qui-lui donneraient l'explication du char mystérieux; ce qui arriva en effet. Le vendredi suivant, il retourna au couvent de l'Annonciation, se prosterna aux pieds du Père Bonfils Monaldi, un des fondateurs, et alors supérieur de ce couvent, qui lui expliqua le mystère, et lui annonça, par une lumière prophétique, qu'il répandrait partout comme en triomphe l'Ordre et le culte de Notre Dame des Douleurs, et qu'elle voulait qu'il prît l'habit et la noire livrée de son veuvage. ( Pecoroni dell'abit. coron. 7 dol. page 19. )


Pratique: Réciter le Stabat Mater à l'aurore, à midi et le soir.

crucifixion_0001

Pour recevoir chaque jour dans votre boîte e-mail la méditation du Mois de la Vierge des Douleurs, pour être tenu au courant des nouvelles publications sur le blog et recevoir de temps en temps des prières par e-mail, abonnez-nous à la Newsletter d'Images Saintes.