Ikona_Krista2

L’Eucharistie

Qu’est-ce que Jésus a voulu exprimer en nous la laissant ?

Le cœur du message chrétien est l’annonce de la communion, une vie partagée avec Dieu qui a comme conséquence une solidarité entre les humains, tous fils et filles d’un même Père. Dans sa vie sur la terre, vécue comme l’un de nous, Jésus a non seulement invité les humains à s’ouvrir à ce message, il l’a concrétisé dans sa propre existence : « Je suis descendu du ciel pour faire non ma volonté mais la volonté de celui qui m’a envoyé. Or la volonté de celui qui m’a envoyé, c’est que je ne perde rien de tout ce qu’il m’a donné mais que je le ressuscite au dernier jour » (Jean 6,38-39). Si toute l’existence de Jésus manifeste une vie pour Dieu et pour les autres, c’est avant tout la fin de sa vie terrestre, sa mort sur la croix, qui témoigne en plénitude de son don de soi jusqu’à l’extrême. Transfigurée par la puissance de l’Esprit lors de la résurrection, cette existence donnée est devenue le fondement d’une vie de communion pour tous. À la veille de mourir, Jésus a accompli un geste pour exprimer le sens de sa vie et de sa mort. Lors d’un repas de fête, il prend du pain et le bénit en ajoutant ces mots : « Ceci est mon corps, donné pour vous. » Puis à la fin du repas, il bénit une coupe de vin en disant : « Ceci est mon sang, versé pour vous. » Les disciples ont pris ce que Jésus leur a donné et l’ont consommé. Ce geste de Jésus rend présent, avec une densité inimaginable, le foyer brûlant de notre foi. Dans la Bible, manger le pain avec quelqu’un, c’est exprimer un partage de vie. Les invités assis autour de la même table forment comme une famille, se reconnaissent comme des frères et des sœurs. Mais ici, ce qui crée l’unité entre les convives, c’est Jésus lui-même. Non seulement il invite à sa table et préside au repas, mais il se donne comme l’aliment qui communique à tous une même Vie. « Ma chair est vraiment une nourriture et mon sang vraiment une boisson. Qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi en lui. » (Jean 6,55-56.) En donnant sa vie pour nous, Jésus nous offre ainsi la possibilité d’entrer dans une communion avec lui et, par conséquent, entre nous. Si, au plan humain, la nourriture et la boisson sont assimilées par celui qui mange et boit, par la communion au corps et au sang du Christ c’est lui qui nous assimile à lui : nous devenons ce que nous consommons, le Corps du Christ (voir 1 Corinthiens 10,17), prolongation de la présence agissante du Christ dans le monde. L’Eucharistie manifeste au plan sacramentel le sens profond de la mort et de la résurrection du Christ : une communication de cette Vie qui consiste dans une communion avec la Source de toute vie et qui fait de nous une seule famille, un seul corps.

L’Eucharistie est-elle plus que la répétition d’un acte du passé ?

À ses disciples réunis pour la dernière cène, Jésus dit : « Faites ceci en tant que mon mémorial » (Luc 22,19). En obéissance à sa suggestion, depuis deux mille ans les chrétiens continuent à se rappeler, dans leur liturgie, le don de la vie qu’a fait Jésus. La célébration de l’Eucharistie regarde vers le passé et le maintient présent comme une source au sein de la communauté chrétienne. Mais cette célébration est bien davantage qu’un simple rappel de choses révolues. Le mot « mémorial », en hébreu zikkaron, n’indique pas un acte de la mémoire humaine pour sauver de l’oubli un événement du passé. C’est plutôt Dieu qui, dans le culte, conserve dans l’aujourd’hui du peuple ses « merveilles » passées, en d’autres termes ses puissants actes de miséricorde et de salut. Ainsi, chaque fois qu’Israël célèbre la fête de la Pâque, l’événement de la libération de l’Égypte lui devient contemporain : le Dieu libérateur est encore présent et agissant parmi les fidèles. À plus forte raison, puisque Jésus est ressuscité des morts et donc vivant à jamais, sa présence ne fait jamais défaut au sein de la communauté de ses disciples. Il est présent en tant que le Crucifié qui est également le Ressuscité, réalité merveilleusement exprimée dans le livre de l’Apocalypse par l’image de « l’agneau égorgé et debout » (voir Apocalypse 5,6). Cette présence trouve son point culminant dans l’Eucharistie, où les croyants entrent en communion avec le Christ dans son passage de la mort à la vie. Et comme le mystère pascal débouche sur le don de l’Esprit « sans mesure » (voir Jean 3,34), l’Eucharistie est également la présence du Ressuscité qui nous rassemble aujourd’hui autour de sa table pour nous envoyer comme ses témoins sur les chemins du monde. Dans les Actes des Apôtres, la vie des premiers chrétiens connaît deux dimensions qui expriment comme le battement de son cœur : tantôt ils sont appelés dans l’unité, tantôt ils sont envoyés à leur tour vers les autres pour exprimer et pour inviter à une communion plus large. La célébration de l’Eucharistie inclut ces deux volets d’appel et d’envoi, de rassemblement et de mission. Enfin, l’Eucharistie est une anticipation du grand banquet céleste où tous les peuples ne formeront qu’une seule famille en Dieu (voir Isaïe 25,6-9). Lors de son dernier repas, Jésus n’a-t-il pas dit : « Jamais plus je ne mangerai [cette pâque] jusqu’à ce qu’elle s’accomplisse dans le Royaume de Dieu » (Luc 22,16) ? En signifiant cet avenir absolu, la liturgie, « mémoire d’avenir », est là pour nous donner un avant-goût sur la terre de la joie de Dieu. Ainsi la célébration de l’Eucharistie unit passé, présent et avenir dans un geste d’une simplicité désarmante qui alimente notre pèlerinage à la suite du Christ, tout comme la manne céleste pour le peuple d’Israël jadis dans le désert (voir Jean 6,30ss).

Lettre de Taizé de février 2005

023_001

Neuvaine à la Sainte Eucharistie

Pacification préparatoire à la Sainte Eucharistie

Ou Neuvaine de Saint Tarcisius, Saint Patron et Protecteur du Corps de Notre Seigneur et Saint Patron des enfants de chœur

L'histoire de notre Sainte Église est riche de nombreux témoignages, de nombreux exemples de vie d'hommes et de femmes qui ont tout donné pour notre Seigneur. S'il en est un pourtant peu cité et invoqué et qui devrait servir d'exemple dans notre époque si tourmentée, c'est Saint Tarcisius. Nous vous proposons de prier avec lui pour la Sainte Eucharistie, et de réciter cette neuvaine pendant les 9 jours qui précèderont votre Première communion, celle d'un proche, ou après un acte de contrition important en préparatif à la Sainte Communion. Commencez cette Neuvaine un vendredi, 9 jours avant le dimanche de la Communion. Au cours de cette Neuvaine, nous vous recommandons d'assister à l'adoration du Saint Sacrement, d'aller prier chaque jour auprès du Tabernacle, et en cas d'impossibilité, de positionner près de vous une représentation du Saint Sacrement, bénie, par les soins d'un Prêtre. Cette Neuvaine est une prière qui permet de se mettre en de bonnes dispositions d'âme pour recevoir pleinement les grâces accordées au moment de la Sainte Communion.

Premier jour

Prions pour la défense du caractère sacré de la Sainte Eucharistie

Père infiniment Bon, nous sommes conscients que nombre de nos pensées et de nos gestes participent trop souvent au reniement du Sacrement que Vous nous avez offert par Amour, alors même que ceux que Vous aviez chéris accomplissaient les plus sombres heures de l'humanité. Dieu Trois fois Saint, aidez-nous à toujours oeuvrer pour que Votre Corps offert ne soit jamais bafoué par ceux qui prétendent que Vous n'êtes pas réellement présent dans l'Hostie consacrée.

Notre Père, je Vous salue Marie, Gloire au Père

Seigneur Jésus, éclairez par Votre Esprit ceux qui ne voient en l'Hostie consacrée qu'un symbole de Votre Amour et non un miracle sans cesse renouvelé du pain changé en Votre Corps véritable. Ne nous laissez pas nous écarter de Votre Corps offert. Amen.

Deuxième jour

Prions pour que notre Foi en l'Hostie, Corps véritable de Notre Seigneur, ne cesse jamais

Père infiniment Bon, renforcez notre Foi par les Grâces que procure le plus beau des Sacrements. Que cette Foi sans cesse ravivée et nourrie par la Parole et par Votre Corps nous fasse grandir dans la compréhension et dans l'adhésion au Mystère de l'Eucharistie.

Notre Père, je Vous salue Marie, Gloire au Père

Seigneur Jésus, Vos Paroles d'Amour interpellent nos âmes depuis plus de 2000 ans et ne cessent de porter d'immenses fruits à travers toute la terre. Que le Mémorial de Votre sacrifice soit la manifestation ultime de Votre Amour pour les hommes. Que Vos Paroles demeurent pour toujours et ne soient jamais trahies ou déformées: « Ceci est Mon Corps livré pour vous ».

Troisième jour

Prions pour que l'Eucharistie soit pour chacun de nous le sommet de notre vie Chrétienne

Père infiniment Bon, Vous nous avez donné Votre Fils unique pour nous sauver. Par Sa mort, vous manifestez aux hommes Votre Amour inconditionnel, et Votre grande Miséricorde. Que notre vie de Chrétien soit toute entière tournée vers l'action de grâce et la louange dans ce Don ultime.

Notre Père, je Vous salue Marie, Gloire au Père

Seigneur Jésus, rendez-nous toujours plus aimant de Votre Eucharistie. Que rien ne vienne nous détourner de l'amour de Votre Corps offert pour notre Salut. Rendez-nous conscients que rien ne peut égaler la Sainte Communion. Tout dans notre vie de Chrétien nous conduit à l'Eucharistie. La Sainte Messe, par la Liturgie, nous fais participer au Sacrifice unique du Christ offert pour nous et toute la Sainte Église. Faites que nous puissions toujours avoir la joie de participer au Festin de Votre Eucharistie; et que chaque Chrétien ait toujours conscience que Votre Eucharistie es le point culminant de sa Foi.

Quatrième jour

Prions pour que notre conversion au moment de recevoir la Sainte Eucharistie soit profonde

Père infiniment Bon, Vous nous offrez lors de notre toute première Communion les grâces les plus puissantes qu'il nous sera donné de recevoir. Lors de sa première Communion, chacun de nous reçoit de Vous une force spirituelle inégalable capable de guérir notre âme, notre cœur, et capable de faire grandir notre Foi. Cette grâce originelle reste à tout jamais en nous et pourtant nous sommes conscients que nos faiblesses et nos choix peuvent nous en éloigner. Son effet peut alors s'estomper en même temps que notre cœur s'assombrit.

Notre Père, je Vous salue Marie, Gloire au Père

Seigneur Jésus, que Votre Miséricorde nous offre de garder les grâces que Vous nous avez accordées dans Votre Amour. Point culminant vers notre conversion personnelle, le Sacrement de la sainte Eucharistie s'il est reçu dans une bonne disposition d'âme parachève la guérison intérieure opérée par le Seigneur dans le Sacrement du Pardon. Il nous permet d'éclairer notre cœur et de retourner au Christ, de retrouver librement les effets de cette grâce unique, permanent et salvatrice.

Cinquième jour

Prions pour que notre conversion au moment de recevoir la Sainte Eucharistie soit profonde

Père infiniment Bon, Vous avez offert Votre Fils Unique notre Seigneur Jésus-Christ au monde. Vous avez choisi de permettre à ceux qui le souhaitent de Le suivre, pour qu'Il soit leur Berger. Il n'a de cesse de conduire le peuple des rachetés vers Votre Royaume. Chacun est invité à se convertir, à se détourner du Mal, à se tourner vers Votre Divine Lumière et à profiter de Votre Miséricorde Infinie.

Notre Père, je Vous salue Marie, Gloire au Père

Seigneur Jésus, nous Vous en supplions, ayez pitié de ceux qui souhaitent avec ferveur et humilité obtenir Votre Pardon. Par Votre Eucharistie nous voulons manifester notre volonté de revenir à Bous. Que les grâces de Votre Pardon et de notre sincère contrition, nous permettent d'obtenir celles encore plus puissantes de la Sainte Communion. Aidez-nous à reconnaître nos fautes afin que par Votre Pardon nous soyons rendus dignes de Votre Précieux Sacrifice; et que nous soyons ces hommes de bonne volonté capables de recevoir et d'accepter Votre Amour.

Sixième jour

Prions pour que chaque Communion soit comme notre première, notre seule et notre dernière communion

Père infiniment Bon, Vous nous avez offert comme modèle la Sainte Famille et Votre Fils. Vous avez souhaité que Votre nouvelle Alliance offre Votre Amour Paternel. Vous nous considérez comme Vos enfants et Vous nous donnez comme Modèle principal l'Enfant Jésus. Faites que nous gardions nos cœurs d'enfant, notre capacité à être émerveillés par Votre Création et par Votre Amour infaillible.

Notre Père, je Vous salue Marie, Gloire au Père

Seigneur Jésus, Votre Amour des enfants nous montre un chemin de conversion. Donnez-nous de recevoir la Sainte Eucharistie comme un enfant accueille l'Amour de son père. Que nos cœurs et nos âmes purifiés par la Grâce de Votre Pardon nous redonnent la joie et la ferveur d'une Foi naissante. La même qui, dans le cœur capable de croire en Votre Présence réelle dans l'Hostie, conduit l'enfant à demander avec amour et gravité à recevoir en lui Votre Corps pour la première fois.

Septième jour

Prions pour ceux qui n'ont pas ou plus la possibilité de recevoir la Sainte Eucharistie, que leur vie de prière et leur espérance puissent les conduire au Christ, source de toute Vie

Père infiniment bon, c'est convaincus de Votre présence réelle que nous voulons sans cesse attester dans notre Foi et notre vie quotidienne que Votre Eucharistie est la plus grande des nourritures terrestres que Vous nous avez donnée. C'est aussi plein de compassion que nous pensons à celles et ceux qui, pour des raisons diverses, n'ont plus la capacité de recevoir Votre Corps.

Notre Père, je Vous salue Marie, Gloire au Père

Seigneur Jésus, Votre venue parmi les hommes a renouvelé l'Alliance établie par le Père. Aujourd'hui encore Votre Message s'adresse à tous les hommes de la terre, sans condition. Vous avez promis la Vie éternelle aux hommes de bonne volonté faisant germer en nous l'espérance. Aidez-nous a dépasser nos incompréhensions et à persévérer dans Votre Amour et dans notre Foi. Que cette même espérance anime et permette à celles et ceux qui aujourd'hui sont isolés de Vous de revenir un jour à Vous.

Huitième jour

Prions pour les Prêtres qui, par leur magistère, perpétuent le mémorial du Sacrifice institué par notre Seigneur Jésus-Christ

Père infiniment Bon, nous Vous en supplions, faites naître parmi nos enfants de nombreuses vocations, afin que se perpétue le mémorial de Votre Sacrifice à travers tous les âges. Que nos enfants puissent être nourris de Votre Grâce et de Vos Bénédictions afin que partout soit diffusée Votre Parole. Faites que nous puissions tous recevoir le Sacrement de Réconciliation et communier au Corps et au Sang de Votre Fils Jésus-Christ.

Notre Père, je Vous salue Marie, Gloire au Père

Seigneur Jésus, Vous avez institué l'Eucharistie et Vous avez demandé à ceux qui avaient choisi de Vous suivre de commémorer Votre Sacrifice à travers toute la terre. Donnez-nous Seigneur beaucoup de Saint Prêtres. Donnez à nos enfants le désir de Vous suivre, de consentir à une vocation sacerdotale ou religieuse. Que jamais personne ne soit isolé de Votre Amour et que chacun puisse se nourrir de l'Eucharistie. Vivre par Lui avec Lui et en Lui.

Neuvième jour

Prions pour celles et ceux qui, par leur vie, témoignent, à l'image de Saint Tarcisius, de la puissance du Sacrement de l'Eucharistie et des grâces qu'elle procure

Père infiniment Bon, Vous n'avez eu de cesse de témoigner aux hommes Votre Amour et Votre Miséricorde. De nombreuses fois Vous avez envoyé Vos Anges, Vos Archanges, la Vierge Marie et Notre Seigneur Jésus Christ Lui-même, afin de nous rappeler Votre Amour et Votre détermination à vouloir sauver tous ceux qui le veulent. Vous avez choisi aussi des hommes et des femmes capables d'aimer. Nous Vous confions nos cœurs et nos âmes.

Notre Père, je Vous salue Marie, Gloire au Père

Seigneur Jésus, Vous avez envoyé Vos fidèles serviteurs à travers le monde pour convertir les hommes à l'Amour du Père. Vous ne leur avez jamais promis le Ciel sur la terre, Vous ne leur avez jamais promis la facilité. Non, Vous leur avez promis le Ciel près du Père. Pour seules armes, Vous leur avez légué Votre Amour, l'Esprit Saint et la Vierge Marie. Beaucoup sont allés jusqu'à donner leur vie. Rendez-nous capables de vivre un tel sacrifice. Rendez-nous dignes de Votre Sacrifice.

christ17_4

Au moment de recevoir la Sainte Eucharistie

Prière avant la Communion

Père infiniment Bon, je m'apprête à recevoir Votre Corps. Je Vous offre cette Neuvaine. Qu'elle soit la marque de ma volonté ardente de me convertir. Je Vous en supplie mon Dieu, accordez-moi les grâces qui me permettront de toujours rester près de Vous. Que cette Eucharistie participe et achève ma démarche de pacification intérieure.

Notre Père...

Seigneur Jésus, je vais maintenant m'approcher de Vous. Acceptez ma dernière demande de pardon. Dans quelques instants, je sais que je serai plus fort, Votre Amour brûlera en moi. Votre Présence me permettra d'affronter tout ce qui autour de moi et en moi m'écarte du Père. Intercédez auprès du Père pour qu'il en soit ainsi, selon Votre Très Sainte Volonté. Amen.

Gloire au Père

Prière après la Communion

Seigneur, Vous êtes maintenant véritablement en moi, et Vous reposez doucement dans mon cœur. Je Vous adore mon Dieu. Je Vous offre tout mon amour, tout ce que je suis et tout ce que je possède. Faites que je demeure fidèle à Vos commandements et que jamais je ne sois séparé de vous.

D'après un texte extrait de Neuvaine à la Sainte Eucharistie, aux Ed. Tarcisius

15_august_tarsicius_martyr

Saint Tarcisius

Patron des enfants de choeur

L’inscription que le pape saint Damase a écrite sur la tombe de Tarcice nous apprend que ce dernier, lorsqu’il porta l’Eucharistie aux chrétiens emprisonnés, fut saisi par la populace païenne. Il préfera mourir plutôt que de livrer les saintes espèces à la profanation. L’épitaphe implique que Tarcice était diacre et non pas enfant. Souvent, c’est quand il est proche de la fin, que l’orage atteint son paroxysme... Il en fut ainsi pour les persécutions contre les chrétiens dans les premiers siècles de notre ère. C’est à la fin du règne de l’empereur Dioclétien - qui régna de 284 à 305, au début du IVe siècle et donc très peu de temps avant l’édit de Milan (313) qui allait leur accorder la liberté de culte - que les chrétiens subirent la plus terrible des persécutions. C’est au cours de celles-ci que mourut saint Tarcisius. Qui était Tarcisius ? En vérité, on ne sait pas grand chose de lui à part son existence et son martyr, attestés l’une et l’autre, par le pape Damase au IVe siècle. Tarcisius est mort pour protéger l’Eucharistie qu’il transportait. Cela est sûr. Mais était-ce un homme ou encore un enfant ? Cependant la légende s’est emparée de lui, magnifiée par le cardinal Wiseman dans son célèbre roman “Fabiola”, et voilà ce qu’elle nous apprend. Tarcisius était un jeune garçon, qui assistait les prêtres lors de la célébration de l’Eucharistie. Il était acolyte, nous dirions aujourd’hui servant d’autel ou tout simplement enfant de choeur. En ce temps-là, de nombreux chrétiens avaient été arrêtés et devaient être livrés en pâture aux fauves. Cependant, à la veille du supplice, la surveillance se faisait moins sévère et les prisonniers pouvaient recevoir des visites. C’est ainsi que Tarcisius reçut la mission de leur porter les saintes espèces (précieusement enveloppées dans un linge) afin qu’ils puissent communier une dernière fois avant de regagner l’arène où les attendait une mort atroce. Tarcisius partit. Sur sa route, il rencontra des camarades d’école qui, au début sans penser à mal, lui demandèrent de se joindre à eux pour jouer. Il refusa. Intrigués d’abord, puis furieux de son refus, ses camarades voulurent s’emparer de ce qu’il portait, semblait-il, avec tant de soin sur son coeur. Tarcisius refusant d’ouvrir les bras, quelqu’un - un passant ? - prononça le mot fatidique : ce doit être un chrétien ! Ses camarades alors se déchaînèrent et se mirent à lui jeter des pierres... Un centurion chrétien passant par là réussit à mettre les garnements en fuite et recueillit le dernier soupir de l’enfant. Nouveau saint Etienne (c’est ainsi que le pape Damase le désigne), Tarcisius est mort lapidé pour protéger les saintes espèces qu’il portait toujours sur son coeur et leur éviter toute profanation. Telle est du moins la belle histoire que vous pourrez relire dans “Fabiola, ou l’Eglise des Catacombes”. Et c’est la raison pour laquelle saint Tarcisius est devenu le saint patron des enfants de choeur.

769_001

Téléchargez le texte de cette Neuvaine (pdf) en cliquant ici