Le Mois de Marie

de Notre Dame du Rosaire de Fatima

 

304_001 (1)

 

Vingt-septième jour


Lecture

 

La Très Sainte Vierge Marie, dans sa bonté miséricordieuse, vient au secours de ses enfants au moment de l’épreuve, pour les encourager et continuer son rôle de Médiatrice qui est de donner Jésus aux âmes et les âmes à Jésus. Elle apparaît aux enfants de Fatima, au moment où l’Église du Portugal traverse une épreuve très douloureuse. Satan a trouvé là des suppôts, pour son œuvre de destruction contre la Religion. La révolution est maîtresse du pays. Le culte catholique, même dans ce qu’il a de plus sommaire, est à peine toléré. Le costume religieux des ordres d'hommes et de femmes est complètement prohibé, ainsi que le port de la Soutane pour le clergé séculier. Tout traitement rémunérateur pour les prêtres n’existant plus, beaucoup, pour vivre, ont été obligés d'exercer une profession. Certains choisirent le professorat, d’autres le barreau, quelques-uns firent du négoce. Cette atmosphère du monde fut cause de pénibles désertions.

Ce fut aussi, à cette époque troublée pour la France, que la Très Sainte Vierge Marie se manifesta à une jeune Sœur de Saint-Vincent de Paul, Catherine Labouré, dans la chapelle de la Maison-Mère des Filles de Charité, de la rue du Bac, à Paris, sous la forme de la Médaille miraculeuse. La Sainte Vierge voulait charger d’une mission Sœur Catherine, en lui disant : « qu’elle serait contredite, mais qu’elle aurait la grâce ; que des malheurs allaient fondre sur la France, que le trône serait renversé, que le monde entier serait bouleversé par des malheurs de toutes sortes. Mais qu’on vienne près de l'autel. Là, les grâces seraient répandues sur tous et le calme se rétablirait ».

La Providence qui sait tirer le bien du mal permet ces remous dans la société pour secouer les chrétiens trop facilement enclins à s'endormir et pour susciter des âmes d’apôtres.

Fatima devait devenir, sous l’impulsion de Notre Dame, le centre dynamique de l’Apostolat collectif du Portugal. Le Pape Pie XI venait de créer le mouvement d’ « Action Catholique du Laïcat dans l’Église, sous l’impulsion et la direction de la hiérarchie catholique ». Certes, tout chrétien doit être un apôtre. Il récite tous les jours son « Pater » et il demande au Père dans les cieux que « son règne arrive », qu'il s’étende de plus en plus, chaque jour, sur les âmes. Il doit donc exercer cet apostolat. Jusqu'ici, on pensait que l’apostolat individuel était suffisant, Il ne l’est plus aujourd’hui, où les exigences sont profondes. L’apostolat de franc-tireur, outre qu’il est laissé un peu au caprice, par son isolement, perd de son efficacité. L’action concertée est plus décisive. La formule moderne est le travail en équipe. Dans l'Action Catholique, chaque chrétien est à sa place, collant au réel, et l’effort collectif produit le maximum de rendement. C’est ce que Notre Dame à fait réaliser, à Fatima, sous la haute direction du Cardinal Cerejeira, patriarche de Lisbonne, avec là collaboration de tout l’épiscopat portugais. Ainsi que l’écrivait, dans les « Novidades » de Lisbonne, un éditorialiste éminent : « Fatima est comme l’Autel vivant de l'Action catholique, le centre de l’apostolat collectif du Portugal sous l’impulsion de la hiérarchie ecclésiastique ». Tous les mouvements catholiques de la jeunesse féminine et de la jeunesse masculine tiennent. À tour de rôle leurs assises à Fatima et les responsables repartent dans leurs diocèses respectifs avec les directives précises pour l'action.

La vie de l’Église est une vie sociale qui comprend la vie de la famille, la vie du milieu professionnel, par groupements et par états, Cette vie est soumise aux lois essentielles de toute vie : la loi de défense contre les obstacles qui empêchent son développement spirituel et la loi de conquête, non pas sur le plan politique, mais sur le plan religieux. La société a perdu le « sens de Dieu » et s’en va à la dérive, comme le pilote d’un bateau ou le conducteur d’automobile qui a perdu le sens de la direction. Ils vont se jeter contre l’obstacle. Il est de toute urgence de redonner le sens de Dieu à la société et d’instaurer partout son règne.

Notre Dame de Fatima a très opportunément rappelé, non seulement au Portugal qui était en train de se perdre et qu'Elle a sauvé, mais au monde entier, qu’il est nécessaire de revenir à l'esprit du Christ, seul et unique moyen de mettre de l’ordre partout et de voir enfin régner la paix parmi les hommes, puisque la paix n’est pas autre chose que la tranquillité dans l'ordre.


Réflexions


Notre Dame de Fatima a désiré que ce coin de terre de la Cova d’Iria, hier ignoré, devienne un centre marial d’apostolat. Dans la mesure de nos petits moyens, dans le cadre de l'Action catholique, porte-pierre de la Rédemption, soyons des apôtres.

Nécessité de l’apostolat. - À l’école de la Mère de Dieu, pratiquons l’apostolat. N’aimons pas Dieu égoïstement, mais avec tous ceux que nous entraînerons. Quand on a au cœur une grande idée, on cherche à la faire partager par d’autres. Or, y a-t-il plus grande idée que celle de Dieu, de la Religion, de l’Eucharistie, de la Croix ? Ne ferons-nous rien pour que le règne du Christ s’étende sur la terre ? Mgr Besson, à la cathédrale de Fribourg, le 31 juillet 1932, dénonçait le « plus grand scandale des temps modernes. Après vingt siècles de christianisme, un milliard d'êtres humains, c’est-à-dire les deux tiers de l’humanité, ignorent encore le mystère de la Rédemption ! » Même aujourd’hui, en France, combien d’êtres humains, dans nos villes, ne sont pas baptisés, vivent en païens, se marient en païens et meurent en païens ?

Moyens d'apostolat. - Nous pouvons et nous devons exercer l’apostolat de bien des manières, dans tous les champs d’activité où la divine Providence nous a placés, dans la famille et au dehors, soit dans la rue, soit à l'atelier ou au bureau, soit au milieu de nos délassements.

a) Apostolat par la prière. Celui-ci est à la portée de chacun. Dans le silence. de la solitude, on peut prier, surtout « pour ceux qui en ont le plus besoin », c’est-à-dire les pauvres pécheurs. Il a été révélé à une sainte âme que sainte Thérèse, au XVe siècle, ramena à Dieu, par ses prières, autant de pécheurs que saint François-Xavier, à cette même époque, par ses prédications.

b) Apostolat par la bonne parole. Cet apostolat est efficace pour éclairer une âme plongée dans les ténèbres de l’ignorance, pour lui rappeler son devoir et la remettre dans le devoir. La diffusion de la bonne presse, des bons livres est un excellent moyen d’apostolat pour combattre la mauvaise presse. On a dit que si saint Paul pouvait revenir, il « se ferait journaliste ».

c) Enfin, l’apostolat irrésistible et conquérant demeure toujours celui du bon exemple. « Les paroles touchent, dit un proverbe latin, mais les exemples entraînent ». L’Action Catholique, si chère à Pie XI, est faite de tous ces moyens d’apostolat, mais surtout d’apostolat du bon exemple, dans le milieu social où l’on vit. Ainsi, dit le Pape, « est pénétré le milieu par le milieu ». L’ouvrier chrétien redonnera le Christ à l’atelier ou au bureau ; l’agriculteur, aux campagnes ; le professeur et l’étudiant, au monde universitaire.

Tout à Jésus par Notre Dame !

 

img001


(Pour conclure, on peut réciter les litanies de N.D. de Fatima ou simplement l’oraison)

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Marie de ND de Fatima,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes