icone_36_originale

Saint Yves Helory

Saint Patron de la Bretagne

1253-1303

Fête le 19 mai

Né le 13 octobre 1253 au manoir de Kermartin, près de Tréguier, Yves Hélori (ou Hélory) est envoyé à Paris en 1267, accompagné de son précepteur Jean de Kerhos, afin d'y poursuivre ses études. Tout en étudiant la dialectique et la théologie, Yves fréquente les églises parisiennes de Saint-Julien-le-Pauvre et de Saint-Séverin, et se prive pour venir en aide aux pauvres. En 1277, il se rend à Orléans pour étudier la jurisprudence sous la direction de Pierre de La Chapelle et, muni de tous ses grades, il est appelé en 1280 par un archidiacre de Rennes pour occuper une charge de conseiller juridique du diocèse. C'est a cette période qu'il entre dans le Tiers-Ordre de Saint François, dont la spiritualité le marquera profondément. Dans l'exercice de ses charges, Yves abandonne le tiers de ses droits de chancellerie aux pauvres. Il recueille deux orphelins dont l'un deviendra dominicain et l'autre gardien de la cathédrale de Tréguier. En 1284, l'évêque de Tréguier, Alain de Bruc, le choisit comme official, c'est-à-dire comme juge ecclésiastique, l'ordonne prêtre et lui confie les paroisses de Trédez, près de Lannion, puis de Lavaimec, sur la baie de Perros. Son sens de la justice le rend rapidement populaire, aussi bien auprès des grands que chez les pauvres, car il défend les uns et les autres avec une parfaite impartialité. Il s'emploie aussi à apaiser les querelles et parvient à éviter bien des procès. En 1298, il abandonne sa charge d'official et se retire au manoir de Kermartin qui l'avait vu naître. Il s'y fait construire une chapelle et se consacre à la prière jusqu'à sa mort, le 19 mai 1303. Son corps est transporté à la cathédrale de Tréguier, où Jean V, duc de Bretagne, lui fait élever un tombeau magnifique. Les miracles se multiplient bientôt sur son tombeau qui ne tarde pas à devenir un lieu de pèlerinage. Son procès de canonisation, ouvert en 1330, est conclu en 1347 sous le pontificat de Clément VI. Son culte, resté très vivace en Bretagne, s'est répandu dans toute l'Europe, jusqu'à Rome où une église lui est consacrée, en Espagne, en Allemagne, et aux Pays-Bas. Saint Yves est l'un des patrons des marins, mais c'est surtout le patron des juristes, des magistrats, avocats, avoués et des professeurs de droit.

Prière à Saint Yves

Saint Yves, nous venons vers toi. Ecoute les prières de tous ceux qui viennent t'invoquer au pied de ton tombeau ou dans ton église du Minihy. Toi, le Père des pauvres, prends pitié de tous les pauvres de notre temps : les chômeurs, les sans-abri, les laissés-pour-compte, les malades, tous ceux et celles qui, d'une manière ou d'une autre, ont été blessés dans leur dignité d'hommes et de femmes. Toi, le Patron des avocats et hommes de loi, nous te prions pour ceux qui ont la lourde mission de rendre justice, et nous te prions aussi pour toutes les victimes de l'injustice sous toutes ses formes. Toi, le Saint Prêtre de Dieu, obtiens à notre Bretagne, autrefois si chrétienne, les prêtres dont elle a grand besoin. Toi, le modèle de la jeunesse étudiante, aide nos jeunes, en particulier ceux qui sont sans repère, à trouver un sens à leur vie, une raison d'exister. Saint Yves, secours de tous ceux qui t'invoquent, entends notre prière, et, nous t'en conjurons, sois à l'heure dernière l'avocat des Bretons. Amen !

Téléchargez la prière à Saint Yves, (pdf) en cliquant ici