Hubertus_liege

Saint Hubert de Liège

656-727

Fête le 3 novembre

Saint Hubert qui occupa le siège de saint Servais de 705 à 727, était apparenté, selon une hypothèse assez plausible, à Plectrude, femme du maire du palais Pépin II. Il semble qu’il se maria et que son fils distingué, Florbert (évêque de Liège de 727 à 746), signalé par son biographe, était plus qu'un fils spirituel.

Une Vie, écrite vers 745, dit qu’Il arrachait bien des gens à l'erreur des gentils : il la fit cesser. Des pays éloignés on accourait vers lui, et il confirmait par la grâce septiforme ceux qui étaient lavés par l'eau du baptême... Plusieurs idoles et sculptures qu'on allait adorant en Ardenne furent détruites et livrées au feu. Comme par la suite des fanatiques vénéraient d'une manière sacrilège cette poussière et ces cendres, il leur infligea trois ans de pénitence. De même en Taxandrie et en Brabant, il détruisit plusieurs images et beaucoup de sculptures, et il construisit en divers lieux, à la sueur de son front, des sanctuaires en l'honneur des saints martyrs. La treizième année de son épiscopat, la veille de Noël, il fit transporter à Liège les restes de saint Lambert, qui reposaient dans l'église Saint-Pierre de Maestricht. Dans l'église Saint-Lambert, on construisit un mausolée magnifique. Mais il n'y eut pas, semble-t-il, de transfert officiel du siège épiscopal de Maestricht à Liège, pas plus que jadis de Tongres à Maestricht.

Hubert pêchant à Nivelle-sur-Meuse, dans une barque, s'appuyait d'une main sur un piquet à enfoncer, lorsqu'un serviteur, involontairement, lui assena un coup de maillet sur la main et lui broya les doigts. Le lendemain, comme il était retourné à la pêche avec ses gens, un coup de vent chavira la barque. De la berge Hubert pria. Un homme est sous l'eau, roulé, un pan de sa tunique enroulé à un piquet. Je le secouais trois fois, impossible de me dégager. Assiégé par l'eau, je m'écriais : “Par ses mérites, au secours, toi qui as créé mer et terres !” Aussitôt délié, je glissais entre deux poteaux et, en quelques brasses à peine, je m'évadais jusqu'à la berge. Et tous les serviteurs s'en sortirent sains et saufs. L'évêque dut s'aliter à cause de sa blessure. La douleur l'empêchait de dormir. Il répétait sans cesse le psaume Miserere. Dieu éprouvait son athlète : pendant trois mois, les doigts suppurèrent. Enfin, une nuit qu'il somnolait, un ange lui montra une basilique neuve en disant : Il y a beaucoup de demeures dans la maison de mon Père (Jean XIV 2) ; et celle-ci que tu vois, je te la donnerai pour que tu la possèdes devant Dieu pour l'éternité. Et il lui prédit la fin de sa tribulations au bout d'un an.

Saint Hubert augmenta son ascèse, ses aumônes et, l'année se terminant, il vint prier longuement au tombeau de saint Lambert, puis se rendit aux Saints-Apôtres, à Liège, et désigna l'endroit où il voulait reposer. Il consentit d’aller en Brabant pour la dédicace d'une église et comme on lui insinuait qu'il pourrait abréger la longue cérémonie, il répondit : Faisons les choses amplement, de notre mieux : voilà pour aujourd'hui le programme !

Il fit non seulement la fonction liturgique, mais prêcha encore à tierce (9 heures) et à sexte (midi) sur la mort, sur sa mort. Faites pénitence, il va venir, il est proche, le jour du jugement. La mort est voisine, elle ne tarde pas à venir, comme dit l'Ecriture. Oui, de ce sommeil nous serons tous pris. Si quelqu'un de vous se sent empêtré dans une faute ou tombé dans les péchés, vite qu'il recoure aux médecines salutaires, tant qu'une porte est encore ouverte, afin que l'âme ne meure pas avec le corps. Les méfaits qu'il a commis, qu'il s'en repente de tout cœur. Et vous, frères, pesez et soupesez bien ce que vous avez fait, et maintenant faites attention à ce que vous faites. Moi, pauvre pêcheur, quand je parle pour vous, c'est pour moi que je crains. Sinon autant que je le dois, du moins autant que je le puis, j'avertis. Celui qui méprise le héraut, qu'il craigne le juge ! Voilà que mon juge est là tout près qui va me dire : Où sont ceux que tu as instruits, où sont ceux que tu as prêchés, où sont-ils ? Je t'ai constitué pour être à la tête de mon troupeau. Rends compte de ta gestion (Luc XVI 2) : combien as-tu exigé, combien as-tu travaillé, combien me rapportes-tu d'argent ? Et moi, misérable, que répondrai-je, inutile serviteur, quand il apparaîtra dans toute sa majesté, glorieux, avec les saints anges et archanges, les trônes et les dominations ? Le juge sévère viendra exiger son dû et rendre ce qu'il a promis. Alors, si je peux sortir quelques biens de vous, je dirai : Ceux-là, ils ont gardé tes commandements et tes préceptes (Jean  XVII 6) ; ta loi, grâce à mon enseignement, ils ne l'ont pas oubliée. Et vous, contents, vous porterez vos gerbes devant le Seigneur, dans une liesse éternelle. Ah ! pas de cette redoutable sentence que le serviteur mauvais et paresseux mérita d'entendre ! mais plutôt celle que le fidèle serviteur a méritée  Dans le détail tu as été fidèle, je vais te donner une belle situation. Entre dans la joie de ton maître. Et aussi : Venez, bénis de mon Père, recevez le royaume (Matthieu XXV 21 34). Puissiez-vous mériter de venir heureusement dans ce royaume par la grâce de celui qui vous a appelés à la gloire, et qui m'a donné le pouvoir de vous conduire jusqu'ici. Aujourd'hui, vous, tous, je vous recommande à Jésus-Christ pour que dans ses préceptes, par mes paroles, vous persévériez toujours !

Saint Hubert, après la cérémonie, se rendit à un banquet où il accepta un peu d’une coupe de vin, fit une prière sur la table, donna à tous des pains bénits (eulogies) et mangea peu, les yeux au ciel. Comme il se levait de table, un anachorète qui comptait douze ans de vie solitaire l'invita à boire un peu plus. Il répondit : Au revoir dans le royaume de Dieu ! mais ici, je ne boirai pas plus. Puis il gagna sa barque, probablement sur le Dyle.

Quand il en sortit, il avait grand soif et grand froid. Il alla se reposer, mais fut tiré de son sommeil par des serviteurs qui se battaient au couteau. Alors on le mit sur un cheval et, soutenu par des mains amies, il rentra chez lui (à Tervueren) pendant la nuit. La fièvre grandit du lundi au vendredi. Il psalmodiait sans pouvoir dormir. Une nuit, le démon le tourmenta spécialement. Hubert appela un disciple, demanda l'heure. Le coq n'avait pas encore chanté. Il voulut de l'eau bénite, de l'huile sainte. Avant l'aube, il avait déjà récité son office jusqu'à vêpres. Au matin, après avoir récité le Credo et le Pater en présence de son fils distingué, Florbert, Hubert mourut (30 mai 727). Son corps fut porté aux Saints-Apôtres de Liège où, seize ans après sa mort, il fut retrouvé intact. Le 3 novembre 743, le maire du palais Carloman aida à porter ses reliques devant l'autel. En 825, Liège les céda partiellement au monastère d'Andage qui devint Saint-Hubert, et prétendit posséder le corps dans son intégralité.

452_001__2_

Litanies de Saint Hubert de Liège

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus, ayez pitié de nous.

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, écoutez-nous.

Jésus-Christ, exaucez-nous.

Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Fils, Rédempteur du monde , qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Esprit-Saint, qui êtes. Dieu, ayez pitié de nous.

Trinité sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Sainte Marie, priez pour nous.

Saint Hubert, priez pour nous.

Saint Hubert, disciple fidèle de Saint Lambert, priez pour nous.

Saint Hubert, Apôtre zélé de l'Evangile, priez pour nous.

Saint Hubert, prédicateur admirable de la Parole de Dieu, priez pour nous.

Saint Hubert, homme de prière, priez pour nous.

Saint Hubert, parfait modèle de toutes les vertus, priez pour nous.

Saint Hubert, perle des prélats, priez pour nous.

Saint Hubert, terreur des démons, priez pour nous.

Saint Hubert, qui guérissez les malades, priez pour nous.

Saint Hubert, qui opérez tant de prodiges, priez pour nous.

Saint Hubert, que l'on invoque jamais en vain, priez pour nous.

Saint Hubert, notre puissant protecteur, priez pour nous.

Saint Hubert, patron des chasseurs, priez pour nous.

Saint Hubert, glorieux Apôtre des Ardennes, priez pour nous.

Des embûches du Démon, Saint Hubert, délivrez-nous.

De la rage et des maladies contagieuses, délivrez-nous.

De la mort subite ou imprévue, délivrez-nous.

De tout mal, délivrez-nous.

Par votre intercession,Saint Hubert, protégez-nous.

Dans tout le cours de notre vie, Saint Hubert, assistez-nous

Dans toutes les peines et les afflictions, Saint Hubert, consolez-nous.

A l'heure de la mort, Saint Hubert, défendez-nous.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous Seigneur.

Saint Hubert, priez pour nous,

Afin que nous devenions dignes des promesses de Jésus-Christ.

Prions

O Dieu qui avez amené le Bienheureux Hubert, Votre Confesseur et Pontife, dans le chemin de la Vérité, et qui, par son intercession, avez rendu la santé à tant de pauvres malades, daignez nous accorder par ses mérites d'être délivrés de toute domination de l'esprit du mal et de Vous servir dans la paix. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

543_001__2_

Téléchargez le texte des Litanies de St Hubert (pdf) en cliquant ici