Le Mois de Marie des Madones Nantaises

Abbé Ricordel

Bretagne16

Vingt-et-unième jour

Notre Dame de Bon Secours

 

Après vous avoir parlé de la madone que l’on vénère à Saint Similien, nous allons dire deux mots maintenant de celle que vous aimez tous aller prier dans l’église Sainte Croix : Notre Dame de Bon-Secours. La première est incomparablement plus ancienne, mais je ne saurais dire laquelle des deux tient une plus grande place dans le cœur des Nantais.

Au XVe siècle, on voyait dans la Loire, en face de l'embouchure de l'Erdre, un îlot sablonneux et couvert de saules où, suivant le langage du temps usité encore. chez nos paysans, de saulze, ce qui lui avait valu le nom de Saulzaie. C’est aujourd‘hui l’île Feydeau. À l’époque dont nous parlons, ce n’était qu‘un amas d‘alluvions, souvent submergé par les grandes eaux. Cependant les parties les plus élevées de l’île commençaient dès lors à se couvrir de maisons, simples cabanes de pêcheurs, pour la plupart du moins.

Les habitants étaient pauvres de biens, mais riches de sentiments chrétiens. Placés en dehors des remparts, ils voyaient les portes de la ville se fermer soigneusement chaque soir, et ils songeaient avec tristesse que leurs malades devaient renoncer à réclamer la nuit le ministère du prêtre, et que, durant ces longues heures, il ne pouvait être question de porter le saint Viatique aux mourants. Ils résolurent donc, malgré leur pauvreté, de construire une chapelle, d’y fonder une messe chaque dimanche, enfin, d’y entretenir un chapelain, chargé de veiller sur la sainte Eucharistie et de pourvoir aux besoins spirituels des malades, quand les prêtres de la paroisse en seraient empêchés. Deux habitants, plus fortunés sans doute que les autres et plus fervents aussi, Alain Raymond et Jeannette Philippe, sa femme, tirent, en grande partie, les frais de la fondation. La chapelle fut dédiée à Marie et eut pour vocable Notre Dame de Bon Secours. C’était au milieu du XVe siècle, en 1443.

A peine la modeste chapelle est-elle construite, que les pèlerins s’y précipitent. Les fondations de messes affluent a tel point qu’il est impossible de les célébrer toutes dans cet étroit sanctuaire et qu’il faut en transporter une partie à Sainte-Croix, la paroisse.

Je l’ai dit déjà, en 1487, les Français attaquent la Bretagne, dont la fière indépendance les offusque ; Nantes est menacé et la population s’épouvante de la perspective d’un siège. Les Nantais se mettent en prières, ils visitent tour a tour les sanctuaires les plus aimés, ils multiplient les processions, on en compte 57 dans le cours de cette année, sans parler de celles qui se font régulièrement chaque premier dimanche du mois. La chapelle de Bon Secours est une de celles où la foule s’empresse le plus volontiers. L‘ennemi vint mettre le siège devant la ville ; mais Marie veillait : il se retira au bout de dix jours, après avoir perdu 500 hommes.

Au cours de ce même siècle, les gabarriers de la Loire établissent leur confrérie dans la chapelle de Bon Secours et y déposent le cierge d‘honneur qu‘ils portent aux processions.

D’autres corps d’état y fondent la confrérie de Sainte Anne, pour honorer la Mère de Marie et en même temps la reine Anne, leur protectrice.

Les marins font des vœux à Notre Dame de Bon Secours, et l‘on voit des équipages entiers s’y rendre, au cœur de l’hiver, pieds nus et un cierge à la main. Pendant qu’ils entendent dévotement la sainte messe, la charité prépare l‘eau chaude qui doit les purifier et les réchauffer. Les dames de la halle, surtout les poissonnières, dont la c0hue est voisine, s’y pressent chaque matin.

Les messes y sont nombreuses, à certains jours on en compte plus de 30 ; et c’est une dévotion parmi les nouveaux prêtres d’aller célébrer leur première messe aux pieds de la Vierge de Bon Secours. Plusieurs chapelains deviennent nécessaires. Les prêtres irlandais, qui tiennent un séminaire dans l’ancien manoir épiscopal de la Touche, aujourd’hui dépendance du musée Dobrée, y remplissent un fructueux ministère.

Au XVIIIe siècle, la grève de la Saulzaie, bâtie splendidement, devient le quartier a la mode et prend le nom de Feydeau - Feydeau de Bron était alors intendant de Bretagne. La pauvre chapelle, qui d’ailleurs tombe en ruines, n'est plus digne d'un tel voisinage ; l'honneur de Marie veut qu’on la rebâtisse. Sollicitée par le Curé de Sainte Croix, la municipalité donne son assentiment ; les fidèles se montrent généreux ; M.Grou, dont le nom, encore porté par une petite rue de notre ville, est resté célèbre dans les annales de la bienfaisance nantaise, lègue une somme importante pour cet objet ; enfin, la reine Marie-Antoinette, qui demande au Ciel un dauphin, envoie à Notre Dame de Bon Secours une petite statue d’argent et une large offrande. La reconstruction est décidée. La statue est portée processionnellement à l’église paroissiale, et c’est là qu’on la vénère pendant les travaux. Le nouveau sanctuaire, bâti dans le style grec, est bientôt achevé ; Mgr Frétat de Sarra vient le bénir et la statue est reportée en triomphe dans sa maison.

C‘étaient les derniers beaux jours ! La Révolution commence par confisquer le trésor ; mais la chapelle reste ouverte et les prêtres irlandais, momentanément épargnés comme étrangers, continuent d’y célébrer. Tout Nantes y court, et l'on compte jusqu‘à 5 et 6,000 communions par jour. Mais, en 1793, les Irlandais sont chassés a leur tour, et la chapelle voit ses portes fermées.

À l'apaisement, une fervente chrétienne, Madame Ferrand, la prend en location et la foule s’y porte avec la ferveur des anciens jours. Hélas ! La chapelle est bientôt mise en vente, et il ne se trouve pas un chrétien assez généreux et assez riche pour la racheter. L‘acquéreur la transforme en maison d’habitation. Elle existe toujours, assez facilement reconnaissable, grâce à ses pilastres; elle occupe l’angle de la rue Bon Secours et du quai Turenne, à droite, quand on va du centre de la ville au pont de la Belle Croix. Et la statue vénérée, qu’est-elle devenue ? Plusieurs disent qu‘au Concordat, l'intrus de Sainte Croix, nommé curé de Saint Jacques, la transporta dans cette paroisse, où on la conserve précieusement; d’autres, mieux informés peut-être, prétendent que la statue possédée par Saint-Jacques n’était pas la principale, et que celle-ci, recueillie par une famille de Sainte-Croix, qui la transmet à ses aînés comme un précieux héritage, serait actuellement, avec les ornements vénérables qu‘elle portait en 1793, dans une maison de la rue de Paris. Espérons qu’un jour elle sera exposée de nouveau a la vénération du peuple.

Du moins, le culte de Notre Dame de Bon Secours n'a pas disparu ; il a été transféré dans l’église paroissiale de Sainte Croix ; et les pieux fidèles y vont toujours prier la protectrice de Nantes, surtout pendant la neuvaine, solennellement inaugurée en 1852 et, depuis lors, suivie avec amour.

 Les habitants de la Saulzaie dédièrent leur chapelle à Notre Dame de Bon Secours ; mais eux non plus n'avaient pas inventé ce titre ; dès longtemps, Marie était appelée le Secours des chrétiens. Jésus, en effet, lui a confié le soin de défendre son Eglise et.de secourir les chrétiens dans leurs luttes contre les ennemis de la foi. Les hérétiques le devinaient sans doute, quoi d’étonnant, puisque c’est Satan qui les inspire, Satan dont elle est chargée d’écraser la tête venimeuse, et tous ont attaqué Marie avec une haine infernale. Mais Saint Athanase le déclarait déjà, Marie est la ruine de toutes les hérésies. C’est elle qui a vaincu les Ariens, et Saint Grégoire de Nazianze lui en témoigna sa reconnaissance en lui érigeant une splendide église à Constantinople ; c’est elle qui a vaincu les Nestoriens, et la condamnation de leur doctrine au concile d’Ephèse fut accueillie par la foule au cri de : « Vive Marie, Mère de Dieu ! » C’est elle qui a vaincu les Albigeois par le rosaire qu’elle révéla a saint Dominique ; c’est elle qui a vaincu les Musulmans, ce qui lui procura le titre officiel de Secours (les chrétiens, Auxilium Christianorum ; c’est elle qui a sauvé la papauté dans les périls qui accompagnèrent ou suivirent notre Révolution, et c’est pour cela que les Pontifes instituèrent une fête commémorative de la protection qu’elle a toujours exercée sur l’Eglise ; en un mot, c’est elle que Dieu a chargée de défendre l’Eglise et la foi, et voilà pourquoi nous chantons : « C’est vous, ô Marie, qui, dans l’univers entier, avez brisé toutes les hérésies : Cunctas hœreses sola interemisti in universe mundo ».


Nos pères avaient compris ces leçons de l’histoire et nous venons de voir comment, il y a cent ans, au début de la persécution, ils allaient invoquer Notre Dame de Bon Secours.

Secours de l'Eglise contre les attaques provoquées par Satan, Marie est aussi notre secours dans les tentations. Elle est, de par Dieu, l’ennemie particulière de Satan : « Je mettrai l’inimitié entre toi et la femme, entre sa postérité et la tienne, et elle t'écrasera la tête » ; elle est son ennemie particulière et toujours triomphante. Satan la déteste, mais il est impuissant contre elle, et il la redoute plus que tout. La seule invocation du nom de Marie suffit à le mettre en fuite. Si Satan déteste Marie, la Vierge le lui rend bien, et elle ne demande qu’à le combattre, qu’à presser de son pied vainqueur la tète infernale.

Si donc nous sommes aux prises avec le tentateur, appelons Marie : elle répondra toujours à notre appel, et toujours elle saura nous défendre. Disons, disons encore, ne nous lassons pas de redire : « Notre Dame de Bon Secours, priez pour nous.

 

ND de Nantes

Pour recevoir chaque jour les méditations du mois de Marie des Madones Nantaises,

abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes