Le Mois de Marie des Madones Nantaises

Abbé Ricordel

Bretagne15

Vingt-deuxième jour

Notre Dame de Toutes Aides


Les Notre Dame de Nantes sont nombreuses. Il en est une, connue depuis longtemps, chère à la piété de nos aïeux, qui ne parait pourtant pas avoir jeté beaucoup d’éclat dans le passé. Mais, depuis une trentaine d’années, elle a primé toutes les autres, et il semble que Marie l’ait choisie pour remplacer dans la vénération du peuple cette collégiale de Notre-Dame, si célèbre autrefois et a jamais disparue. J’ai nommé Notre Dame de Toutes Aides. Est-il besoin de vous rappeler son histoire que vous connaissez tous ?

La légende, restée dans la mémoire des habitants voisins, apporte qu’au moyen âge, vers le Xe ou le XIe siècle, au moment où la guerre désolait continuellement nos contrées, une duchesse de Bretagne, nommée Constance, s’était réfugiée dans un château, situé aux portes de Nantes, sur le territoire de Doulon. Pressée par l’ennemi, la pieuse princesse fit un vœu à Marie, et lui promit une chapelle pour prix de sa délivrance. La duchesse fut exaucée, et elle éleva en l’honneur de sa protectrice la chapelle promise à laquelle elle donna le nom de Notre Dame de Toutes Aides.

Les fidèles de cette époque et des siècles suivants y vinrent implorer l’assistance de la Reine du Ciel, et la ville de Nantes, qui possédait déjà bien des sanctuaires consacrés à Marie, ne dédaigna point celui-là. Dès le début du XIIe siècle, l’évêque Benoît établit une procession annuelle du chapitre de sa cathédrale à l’église paroissiale de Doulon, et peu à peu s'introduisit l'usage de. faire une station à la chapelle vénérée de Toutes Aides. Dès lors, l’Annonciation avait été adoptée pour fête patronale, et de nombreux pèlerins, venus de tous côtés, se rendaient ce jour-là au petit sanctuaire.

Au commencement du XVIIe siècle (1610), la chapelle tombait en ruines. Les habitants de la paroisse de Saint-Clément et spécialement de Richebourg pétitionnèrent auprès du Bureau de ville, afin qu’il la rebâtit à ses frais. La chapelle était sur le territoire de Doulon ; mais les Nantais avaient une telle vénération pour elle, que la municipalité n’hésita pas à faire la dépense de cette reconstruction. Preuve évidente et sans réplique de la popularité de ce pèlerinage. À la suite de cette réfection, on érigea une confrérie de Notre Dame de Toutes Aides.

Le sanctuaire tant aimé possédait un chapelain. En outre, les prêtres irlandais y allaient aussi célébrer la sainte messe, et continuèrent leur service durant les premières années de la Révolution.

Bientôt, comme toutes les autres, la chapelle fut fermée. Elle semblait devoir passer inaperçue, protégée qu’elle était alors par l’éloignement de la ville et par l’amour des habitants voisins. Il n’en fut rien pourtant. Des soldats vinrent un jour la saccager. Ils voulurent porter une main sacrilège sur l’antique statue ; mais Marie défendit son image. L'échelle qu'ils avaient appliquée contre. la muraille se brisa sous le poids du malheureux qui s’était chargé de ce criminel attentat. Ses camarades l'emportèrent dangereusement blessé ; et personne depuis n’osa s’attaquer à la puissante madone. La chapelle fut vendue, il est vrai, mais cinq familles chrétiennes du voisinage s’étaient cotisées pour l’acquérir, et, plus heureuse que celles de Miséricorde et de Bon Secours, elle fut sauvée de la tourmente.

Dès que le calme fut rétabli, on y célébra la sainte messe ; et l’on parle encore de l’éclat avec lequel y fut solennisée la fête de Noël, en 1799. Beaucoup de Nantais étaient accourus pour y prendre part, et cette cérémonie, toujours si touchante et si pieuse, fut plus émouvante encore après un si long deuil.

Cependant l’oratoire ne fut rendu au culte public qu’en 1828. Les pèlerinages reprirent, et c’est à cette époque que des marins nantais, sauvés par l’intercession de Notre Dame de Toutes Aides, vinrent nu-pieds au sanctuaire vénéré, pour témoigner leur reconnaissance et offrir en ex-voto un petit navire que l'on y voit encore.

Le quartier de Toutes Aides fut érigé en paroisse, dans le courant de l’année 1873. Quelques mois plus tard, un grand pèlerinage était organisé, pour le jour de la fête patronale. Mgr Fournier présidait, tout radieux de voir la foule immense et de sentir l’âme de ses chers Nantais à l’unisson de la sienne. « Que vous êtes heureux ! Monseigneur ! » lui dit alors un prêtre étranger qui se trouvait il ses côtés, « quel peuple vous avez ! » A la fin du jour, le prélat enthousiasmé exprimait l’espoir de couronner bientôt solennellement l’antique statue : Il n’y en a qu’une comme cela dans le diocèse, disait-il familièrement.

En trois ans, s’éleva la ravissante église que vous connaissez tous. Mais ceux qui entreprirent cette œuvre eurent la touchante pensée de conserver le pauvre et vieux sanctuaire construit par la Mairie de Nantes. On édifia l’église paroissiale a côté, et l’on ouvrit de solides arcades dans le mur qui les séparait. Puis un artiste au goût délicat transforma délicieusement l‘intérieur de l’ancienne chapelle où la madone, drapée, comme au moyen âge, dans son manteau d’azur, continue de sourire à ses enfants.

Mais Notre Dame de Toutes Aides n‘avait pas encore vu son plus beau jour. Sollicité par Mgr Le Coq, Léon XIII accorda a la chère statue l‘insigne honneur du couronnement solennel. Il vous souvient, mes Frères, de la joie qui fit tressaillir alors le cœur des Nantais, de l’appel enthousiaste adressé par l’Evêque a ses diocésains, des bijoux et des pierres précieuses offerts par la piété de tous pour faire un vrai diadème de reine a la Dame de Toutes Aides ? Il vous souvient aussi de la pompe royale du grand jour ? Une estrade avait été dressée, à l’endroit que marque encore un pétit monument ; la madone rajeunie y fut placée sur un trône : dix évêques, des centaines de prêtres, cent mille hommes formaient son cortège. La messe fut célébrée sous la voûte du ciel, l’éloquence chrétienne retentit par la bouche d’un grand et saint prélat, puis le silence se fit et l’ange de l’Eglise de Nantes déposa le diadème d’or sur le front de la Reine... Quel spectacle ! et quels applaudissements ! Quels vivats !

Le soir, Notre Dame de Toutes Aides, portée sur les épaules de ses fidèles, parcourut la plupart des rues de la paroisse, transformées en allées triomphales ; d’élégants arceaux de mousseline et de fleurs décoraient la longue voie qui conduit a la chapelle, on eut dit une voûte ininterrompue, un de ces cloîtres mystérieux du moyen âge, taillés en dentelle dans le granit, et il semblait que des chrétiens de ces siècles de foi étaient sortis de la poussière des tombes pour acclamer leur Dame : c’était du moins la même foi qui faisait battre les cœurs, le même filial amour qui faisait jaillir des lèvres les acclamations. Notre-Dame, couronne en tête, manteau royal sur les épaules, rentra dans sa maison, purée comme une jeune fiancée pour la recevoir.

Des pèlerinages suivirent, accourus de tous les points du diocèse ; ils ont continué depuis lors et ils continueront longtemps, car la madone de Toutes Aides est bien désormais Notre Dame de Nantes.


Je voudrais vous faire remarquer que notre madone nantaise n’est pas appelée seulement N. D. des Aydes, comme certaines autres, à Blois par exemple, mais N. D. de Toutes Aides. Pourquoi ? Pour nous faire mieux comprendre la bonté de Marie, pour nous mieux révéler la largeur de son cœur.

Ce nom rappelle que Marie est toujours prête à nous aider. Quand Napoléon 1er se fut assis sur le trône de France, il voulut tout enrégimenter, la justice, l’instruction, les cultes, la charité elle-même. Mais ce grand esprit avait su comprendre que ce dernier ministère convenait à la femme, et il en chargea Madame Laetitia Bonaparte, Madame-Mère, comme on disait alors. Puis il multiplia les ordonnances et les décrets pour organiser ce ministère charitable. Il y avait dix-huit siècles que le divin Jésus avait donné cet exemple : il avait gardé pour lui la justice et il avait confié à sa Mère la charité. Mais il n’avait pas eu besoin de lui donner des règlements pour la diriger, il avait fait mieux : il l‘avait proclamée la Mère de tous les hommes et, du même coup, il lui avait donné un cœur de mère pour eux. C’était assez : depuis lors, le Cœur de Marie s’épanche sur ses enfants. Une mère n’est-elle pas toujours prête, et de jour et de nuit, a venir en aide à ses enfants ? Ne suffit-il pas d’un appel, d’un cri, d’un soupir pour qu’elle vole a leur berceau ? Telle Marie : il suffit d’une prière, d’un cri de détresse pour qu’elle accoure; et c’est ainsi qu’elle est d’abord Notre Dame de Toutes Aides.

Ce nom rappelle que Marie donne son aide à tous. Une mère, une vraie mère, prend soin de tous ses enfants, elle n’a de prédilection que pour les plus malheureux et les plus faibles. Ainsi fait Marie. Elle aide tous les hommes, car ils sont, tous, ses enfants ; peut-être cependant incline-t-elle plus volontiers son Cœur et sa main vers les malheureux, les pauvres, les affligés, tous ceux qui souffrent, tous ceux qui pleurent. Bien plus, elle écoute volontiers les saints et les enveloppe de tendresse... On pourrait presque dire que les pécheurs sont ses privilégiés. N’est-elle pas mère et ne sont-ils pas les plus malheureux ?

Ce nom rappelle que Marie donne toutes les aides possibles, c’est-à-dire qu’elle prend tous les moyens pour nous assister, qu'elle nous accorde toutes les variétés de grâces et de faveurs. Passez en revue les ex-voto qui tapissent les murailles de ses sanctuaires ; quel tableau des misères humaines ! Quel tableau des aides apportées par Marie !

Ce nom rappelle enfin que Marie est toute-puissante pour nous aider, qu’elle est l’avocate des causes désespérées, la toute puissance suppliante, omnipotentia supplex. Aimons-donc ce vocable et plaisons-nous à redire chaque jour : « Notre Dame de Toutes Aides, priez pour nous ».

 

ND de Nantes

Pour recevoir chaque jour les méditations du mois de Marie des Madones Nantaises,

abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes