Le Mois de Sainte Claire


Exercices pour honorer Sainte Claire pendant le mois d'août par une pauvre Clarisse

Mère Séraphine du Cœur de Jésus

 

388_001

Vingt-troisième Jour

Duchesse des humbles

 

Autre appellation significative que nous allons méditer aujourd’hui. La Bulle de canonisation l’a décernée à Claire en même temps que l’immortel et si glorieux titre de Princesse des pauvres.

Devant la sainte Eglise, Claire apparut si belle au jour de son triomphe, si éclatante en pureté, si généreuse dans sa pauvreté et l'esprit d’abaissement, qu’Alexandre IV ne crut pouvoir l’exalter d'une façon plus éloquente en l‘inscrivant au rang des saints.

Duchesse des humbles ! Qu’est-ce à dire, sinon que la douce Abbesse de Saint-Damien excella dans la pratique de l’humilité comme dans celle de la pauvreté ? Elle a brillé non moins par l‘une que par l’autre, si bien que l’humilité et la pauvreté, ces deux vertus-sœurs, sont en quelque sorte les fleurons les plus éclatants de son céleste diadème. Plus notre Sainte aimait la pauvreté, plus elle allait disparaissent dans la profonde humilité. Chez tous les Saints, la note de l’une est généralement celle de l’autre ; impossible qu’il en soit autrement. car la chère et bénie pauvreté conduit toujours à l'humilité.

Mesurons donc l'humilité de Claire à la hauteur de cette pauvreté divine qu’elle aima si éperdument et pratiqua si parfaitement.

Quelques-unes de ses admirables paroles en ce point nous le révéleront mieux encore. Écoutons ses accents d’une humilité ravissante : « Moi, Claire, malgré mon indignité, servante de Jésus-Christ et des Pauvres Sœurs du monastère de Saint-Damien, et plante inutile dans le champ du Seigneur… je tremble en songeant à la fragilité de ma nature et crains d’en faire encore plus la triste expérience… Quel bonheur, écrit-elle à l’ardente Agnès de Bohême, quel bonheur de penser que par votre ardeur à imiter Jésus-Christ pauvre et humble, vous suppléez à mes défauts et compensez si abondamment les imperfections de mon zèle à imiter ce divin Modèle… Vivre pauvre et s’attacher à Jésus-Christ pauvre, quel bonheur !… Considérer les humiliations qu’il a embrassées pour nous et le suivre en devenant, s’il le faut, pour lui, un objet de mépris aux yeux du monde... c’est à cela que nous devons aspirer ».

Aux paroles viennent s’ajouter les actes : par humilité, Claire refuse constamment durant plus de trois ans le titre d’Abbesse et n’en veut point d'autre que celui de servante : « Ancilla », se disant même en toute occasion une servante inutile.

Par humilité, elle recherche pour elle ce qu’il y a de moindre, laissant aux autres ce qu’il y a de mieux. Les occupations les plus pénibles et les plus vulgaires font sa joie, les derniers offices du monastère sont ceux qu’elle se réserve de préférence. Abbesse, on la voit de plus en plus se confondre et s’anéantir. Plus on l’honore, plus elle s’abaisse ; plus elle est au-dessus des autres, plus elle s’anéantit ; elle-même sert ses compagnes à table, lave les pieds des sœurs quêteuses lorsqu’elles reviennent au monastère et les baise avec une expression de foi et de reconnaissance qui n’a d’égale que son incomparable humilité.

 

Réflexions et Avis


De même que l'estime et l’amour de la pauvreté tirent mépriser à notre héroïne les richesses de la terre, de même aussi l’estime et l'amour de l’humilité la portèrent à mépriser les honneurs du monde pour embrasser les humiliations de Jésus-Christ. Si Claire, comme nous l’avons vu, fut une incomparable amante de la pauvreté, elle fut aussi une sublime passionnée de l’humilité.

« Mais tout d'abord, qu’est-ce que l’humilité ? Être humble, c'est s'ignorer soi-même pour ne connaître que Dieu seul ; c’est donner à ce grand Dieu la seule gloire qu’il ambitionne, en confessant avec joie et par des hommages sans cesse renouvelés que tout est à lui, que tout vient de lui et que tout doit retourner à lui. Être humble; c’est faire un acte de suprême adoration, acte qui consiste à affirma le souveraine amabilité, la souveraine beauté de notre Dieu et qui se résume en ces mots : « Vous êtes tout, Seigneur, et je ne suis rien ; à vous donc louanges, honneur, amour et gloire, et à moi le mépris, la confusion ». Être humble enfin, c'est recevoir toute chose de la main de Dieu avec une amoureuse confiance, comme l'enfant reçoit des mains de son père, parfaitement convaincu que par lui-même il ne mérite rien, que l’amour seul lui donne tout ce qu’il possède, que l’amour: seul l‘a fait tout ce qu’il est ». (Auteur d’Allons au Ciel!)

Tel fut bien le caractère de l'humilité. Aussi profonde que sincère, de notre glorieuse Mère. Tel devrait bien être aussi le caractère de la notre, âme pieuse. L’humilité mettrait ainsi une garde à nos yeux pour qu’ils ne soient jamais détournée de la vue salutaire de notre bassesse et de notre néant, et nous tiendrait dépendant en tout et partout de la volonté de Dieu, comme nous le sommes de sa toute-puissance. Elle serait la force de notre bras, nous faisant agir n toute rencontre pour la plus grande gloire de Dieu. Elle serait l‘appui de nos pieds dans la vie du Ciel, y guidant nos pas, encourageant nos efforts et deviendrait finalement la main qui nous en ouvrirait la porte, car nul ne doit prétendre entrer au Ciel s’il ne s’est humilié devant Dieu et nul n'aura autant de part à sa gloire que l'âme qui aura été vraiment humble ici-bas, aimant à s‘abaisser devant les autres et restant toujours vile à ses propres yeux.


Avis des Saints

 

« Humilions-nous pour faire notre salut » (Saint Dorothée de Gaza). « La première chose à faire pour attirer en nous la grâce, c’est de se bien convaincre que de nous-mêmes, nous ne sommes rien et que tout ce qu’il y a de bon en nous vient de Dieu » (Sainte Catherine de Bologne). « Aimez a être oublié, méprisé et compté pour rien » (Saint Bonaventure).


Couronne de sainte Claire

Fleur séraphique

La Bienheureuse Antoinette de Florence, religieuse de son Ordre (1401-1472)



Du commencement à la fin de sa vie, une admirable ferveur la distingue sans cesse. Élue Abbesse, elle communique à ses filles ce feu sacré et fait régner ainsi à un très haut degré l’esprit de régularité, de pauvreté et de pénitence. A l’amour divin qui ne cessait de l'embraser, elle donnait sans relâche l'aliment d'une maison où elle passait les nuits presque entières. Une nuit qu'elle était en oraison dans l’église, un globe de feu vint reposer sur sa tête et illuminer tout à coup le lieu où elle se trouvait. D‘autres loin, on la vit élevée de terre et ravie en extase.


Pratique : s'exercer à l’humilité en ayant soin d’en pratiquer aujourd‘hui même quelque acte généreux.


Prière


J’admire plus que jamais, ô Mère, la belle humilité qui brille en vous ! Puisse-t-elle rayonner jusqu'à moi et me faire apprécier plus que je n’ai fait jusqu’ici les motifs et les occasions nombreuses que j'ai de pratiquer une telle vertu. Aidez-moi, je vous en conjure, à devenir comme vous douce et humble de cœur, à l‘exemple de Jésus. Ainsi soit-il.

 

19665331_1916841755268542_2395877894871088996_n

 

Téléchargez le texte de cette méditation (pdf) en cliquant ici

 

Pour recevoir chaque jour les méditations du Mois de Sainte Claire,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes