Le Mois de Sainte Claire


Exercices pour honorer Sainte Claire pendant le mois d'août par une pauvre Clarisse

Mère Séraphine du Cœur de Jésus

st-francis-of-assisi-and-st-clare-joseph-malham-001

Vingt-deuxième jour

Princesse des pauvres

 

La Bulle de canonisation décerna à la sainte Abbesse de Saint Damien un titre inconnu et qui dut sembler bien étrange à la société de ce temps. Alexandre IV l’appela « Primiceria pauperum, Princesse des pauvres ».

« Princesse des pauvres ! s’écrie le pieux Abbé Demore, elle le fut : son coeur était trop vaste, trop noble, trop chrétien pour s’abaisser jusqu’aux misérables satisfactions qu’il faut aller fouiller dans les biens de la terre ; l'immensité de Dieu était seule capable de le remplir. Persuadée que l’on n’est jamais plus riche que lorsqu’on a tout laissé, elle aurait craint de souiller la pureté de son âme par le moindre regard jeté sur ce qui passe avec le siècle. Elle ne trouvait de consolation et de bonheur que dans la pensée qu'elle avait tout quitté pour Celui qui s'est fait si pauvre, afin de nous enrichir par son indigence. Devient-elle la fondatrice d’un nouvel ordre, elle veut que tout jusqu'à leur propre nom, rappelle à ses filles spirituelles la, résolution qu’elles ont prise de vivre et de mourir « Pauvres ». Adresse-t-elle à ses religieuses quelques-uns de ces discours brûlant: qui en faisaient autant de saintes, c’est de la « très haute Pauvreté « qu’elle fait l’éloge. Écrit-elle quelqu’une de ces délicieuses lettres que nous citons ailleurs, c'est l’amour de la sainte et admirable Pauvreté qui l’inspire. Son Institut se propage-t-il au loin, « la bienheureux Pauvreté est toujours la richesse impénétrable qui doit attirer sur ses monastères les regards et les, complaisances du ciel, la muraille impénétrable qui doit les défendre, la tout qui doit les protéger ». Un souverain pontife, aussi grand par le génie que par le cœur, la presse-t-il d'accepter au moins quelques biens fonds, quelques ressources, elle ne veut d'autres fonds que les trésors inépuisables de la Providence, d'autres revenus, que tes privations de tout genre qui la feront marcher de plus près sur les traces de Jésus-Christ. Si on lui donne en aumônes de simples morceaux de pain, elle les reçoit avec joie ; si, au contraire, on lui donne des pains entiers, elle s’afflige, elle tremble de peur de violer en les acceptant le vœu qu’elle a fait de n’avoir jamais rien en propre. Les vêtements les plus grossiers sont ceux qu’elle choisit de préférence, les aliments les plus insipides ceux qu’elle se réserve ; la cellule la plus étroite et la plus incommode celle qu’elle envie à ses sœurs… Oh ! Oui, digne fille de saint François d’Assise, vous êtes véritablement la Princesse des Pauvres ! »

On comprend mieux, d’après cet exposé, quelles délices trouvait la Sainte à savourer dans sa Règle des articles tels que celui-ci : « Que les sœurs ne s’approprient rien, ni maison, ni terrain, ni autre chose, mais comme pèlerine et étrangère ici-bas ; servant le Seigneur dans la pauvreté et l’humilité, qu’elles envoient demander l’aumône avec confiance. Il ne faut pas qu'elles en aient honte, puisque Notre-Seigneur s’est fait pauvre pour nous en ce monde ».


Réflexions et Avis

 

« Bienheureux les pauvres d’esprit, parce que le royaume des cieux est à eux » (Mat 5, 3). Ainsi que François d'Assise, Claire avait compris le sens mystérieux, mais bien réel, de ces divines paroles. L’évangélique pauvreté lui était apparue, comme à lui, sous les charmes célestes que revêt tout enseignement du Sauveur. Tous deux l’entrevirent comme une souveraine ignorée, une reine méconnue, délaissée, abandonnée, mais digne de tout amour... Une telle vision de la pauvreté sublime eut pour effet de les conquérir l’un et l‘autre à son service et à son amour. François, sur l'heure, devint son Chevalier, et Claire, l'heureuse Princesse de sa cour.

« Quelles ravissante légions d'âmes, dit un pieux auteur, ont marché après eux sous l’étendard de la noble et très sainte Pauvreté ! Quel magnifique spectacle elles ont donné au monde en renonçant volontairement aux richesses et aux honneurs d’ici-bas pour embrasser de même la pauvreté et les humiliations de Jésus-Christ ! »

Heureux mille lois ceux et celles qu'un appel spécial de Dieu a fixés dans cet état de perfection, mais tout en réfléchissant à ce bonheur, l'âme chrétienne doit se rappeler quels devoirs sérieux lui tracent à elle aussi les paroles du Sauveur : « Bienheureux les pauvres d’esprit ». Prises en dehors de la pauvreté religieuse, elles proclament le bonheur de quiconque sait vivre détaché des choses périssables de la terre et en écarter l‘amour de son cœur.

Qui ne le sait, tout chrétien doit s’efforcer de détacher son cœur des biens matériels de ce monde sous peine de se voir un jour aux prises avec cette impossibilité effrayant: qu’expriment ces autres paroles de Jésus : « il est aussi difficile aux riches d‘entrer dans le royaume des cieux qu’à un chameau de passer par le trou d’une aiguille »( Mat 19, 24).

Les richesses, en effet, seraient au salut un obstacle insurmontable sans l'esprit de détachement, et comment prétendre imiter Jésus dans sa pauvreté, son dénuement, les privations qui en furent la suite lorsqu’on vit dans une abondance où tout satisfait la sensualité et l’orgueil !…

 

Avis des Saints


« Ne nous laissons pas courber vers la terre par le pesant fardeau des richesses. Ne cherchons pas à posséder à la fois le Christ et le monde ; aux biens fragiles et éphémères de cette vie préférons les biens éternels » (SaintJérôme). « Dans cette vallée de malheur, vous ne pouvez rien posséder d‘assez beau, d’assez ravissant pour posséder pleinement votre cœur » (Saint François d’Assise). « Qui devient pauvre de ses propres biens s’enrichit des biens de Dieu ; donc l'homme doit choisir les richesses célestes et mépriser les siennes propres ». (Bienheureux Gilles d’Assise).


Couronne de sainte Claire

Fleur séraphique

Sainte Catherine de Bologne, vierge de son Ordre (1413-1447).


A la cour de Ferrare où elle fut élevée, Catherine ravit tout le monde par les qualités de son esprit et de son coeur. Devenue fille de Sainte Claire, elle fait l'admiration de ses compagnes par ses sublimes Vertus. Elle menait une vie toute crucifiée, leur enseignant ainsi par son exemple a ne jamais s'écarter du chemin royal de la croix. Elle se rappelait ce que lui avait dit un jour Notre-Seigneur : « Ma fille, si tu veux faire une chose qui me soit agréable, ne laisse passer un seul jour sans t'associer à mes souffrance en méditant sur ma cruelle Passion et recommande aux autres la même pratique : vous retirerez des fruits inappréciables de cette dévotion ».


Pratique : s'imposer joyeusement aujourd’hui quelques privations positives en esprit de pauvreté.


Prière


Incomparable Amante de la très sainte Pauvreté, révélez-m'en les gloires. Que je l’entrevoie comme vous dans les charmes de ses splendeurs. dans les célestes joies de la béatitude qui lui sont promises. Plus convaincue de ses prérogatives et de ses biens, que je les estime et les désire de tout mon cœur. Ainsi soit-il.

 

19665331_1916841755268542_2395877894871088996_n

 

Téléchargez le texte de cette méditation (pdf) en cliquant ici

 

Pour recevoir chaque jour les méditations du Mois de Sainte Claire,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes