30 mars 2009

Sainte Jeanne Beretta Molla

foto_20santa_20gianna

Sainte Jeanne Beretta Molla

« Mère de famille jusqu'au bout... »

1922-1962

Fête le 28 avril


Jeanne Beretta-Molla est née le 4 octobre 1922 à Magenta, près de Milan, d’Albert et de Marie De Micheli. Elle est la dixième de leurs treize enfants. Déjà toute jeune, elle consent à accueillir pleinement le don de la foi et l’éducation pleinement chrétienne que ses excellents parents lui transmettent et qui la conduisent à considérer la vie comme un don merveilleux de Dieu, à avoir confiance en la Providence, à être sûre de la nécessité et de l’efficacité de la prière. A cinq ans et demi Jeanne reçoit sa Première Communion: c’est un moment important de sa vie, à l’origine de sa fréquence assidue à l’Eucharistie, qui devient soutien et lumière de son enfance, de son adolescence et de sa jeunesse. Au cours de ces années les difficultés et les souffrances ne manquent pas: changement d’école, santé fragile, déménagement de la famille, maladie et mort de ses parents. Grâce à la richesse et à la grandeur de sa vie spirituelle, tout cela ne produit en Jeanne ni chocs ni déséquilibres, au contraire sa sensibilité en résulte affinée et sa vertu exaltée. Au lycée et à l’université, elle se dédie avec diligence à ses études et c’est au cours de ces années que sa foi se transforme en un généreux engagement d’apostolat parmi les jeunes appartenant à l’«Azione Cattolica» et de charité envers les personnes âgées et les indigents, qui s’exerce dans le cadre des «Conferenze di San Vincenzo». Devenue en 1949 docteur en médecine et en chirurgie, auprès de l’Université de Pavie, elle ouvre en 1950 un cabinet de consultation à Mesero et en 1952 elle se spécialise en pédiatrie auprès de l’Université de Milan. C’est en exerçant sa profession de médecin, qu’elle ressent et qu’elle accomplit comme une mission, que son noble engagement s’accroît et que sa grande joie de vivre et de jouir des merveilles de la création s’exprime par la musique, la peinture, le ski et l’alpinisme. En priant et en faisant prier, Jeanne s’interroge sur sa vocation, qu’elle considère comme un don de Dieu. Elle pense d’abord être missionnaire laïque au Brésil pour aider son frère, Père Albert, médecin missionnaire, prêtre capucin à Grajaù. Mais le Seigneur l’appelle à la vocation du mariage, Jeanne l’accueille pleine d’enthousiasme et elle s’engage à se donner entièrement «pour former une véritable famille chrétienne». Elle épouse l’ingénieur Pietro Molla le 24 septembre 1955, dans la basilique de Saint-Martin à Magenta et elle est une épouse heureuse. Elle devient la plus heureuse des mères en novembre 1956 à la naissance de Pierluigi; en décembre 1957, de Mariolina; en juillet 1959 de Laura. C’est avec simplicité et équilibre qu’elle sait harmoniser ses devoirs de mère, d’épouse, de médecin à Mesero et à Ponte Nuovo de Magenta, et sa grande joie de vivre. En septembre 1961, vers la fin de son deuxième mois de grossesse, elle connaît la souffrance et le mystère de la douleur: un volumineux fibrome, une tumeur bénigne à l’utérus se développe. Avant d’être opérée pour enlever ce fibrome, connaissant parfaitement le risque qu’elle courrait en poursuivant sa grossesse, elle supplie le chirurgien de sauver la vie qu’elle porte en son sein et s’en remet complètement à la prière et à la Providence. La vie est sauve. Jeanne remercie le Seigneur et passe les sept mois qui la séparent de son accouchement, avec une incomparable force d’âme et toute son ardeur de mère et de médecin. Quelques jours avant son accouchement, ayant toujours confiance en la Providence, elle est prête à donner sa propre vie pour sauver celle de sa créature et elle dit à son mari Pierre: «Si vous devez décider entre moi et l’ enfant, aucune hésitation, choisissez - et je l’exige - l’enfant. C’est lui qu’il faut sauver». Le matin du 21 avril 1962, à l’hôpital de Monza, elle met au monde Jeanne Emmanuelle par l’intermédiaire d’une césarienne. Mais déjà quelques heures plus tard ses conditions s’aggravent: fièvre toujours plus élevée et souffrances abdominales atroces, dues à une péritonite septique. Malgré tous les soins, ses conditions empirent de jour en jour. A l’aube du 28 avril on la ramène chez-elle à Ponte Nuovo de Magenta, où elle meurt à 8 heures du matin. Elle est enterrée dans le cimetière de Mesero, alors que rapidement se diffuse la renommée de sa sainteté, grâce à sa vie et à l’immensité de son geste d’amour qui l’a couronnée. Le Pape Jean-Paul II l’a proclamée Bienheureuse le 24 avril 1994 et Sainte le 16 mai 2004. Sa fête liturgique est le 28 avril.

GiannainviaggiodinozzeaTaorminasettembre1955

Prière


Ô Dieu, qui eêtes notre Père, nous Vous louons et Vous bénissons parce qu’en sainte Jeanne Beretta-Molla Vous nous avez donné et Vous nous avez fait connaître une femme témoin de l’Évangile comme jeune, épouse, mère et médecin. Nous Vous remercions parce que, à travers le don de sa vie, Vous nous apprennez à accueillir et honorer toute créature humaine.


Vous avez été, Seigneur Jésus, pour elle un point de référence privilégié. Elle a su Vous reconnaître dans la beauté de la nature. Alors qu’elle s’interrogeait sur son projet de vie, c’est Vous qu’elle recherchait pour Vous servir de la meilleure manière. À travers l’amour conjugal, elle a été signe de Votre Amour pour l’Eglise et pour l’humanité. Comme Vous, le Bon Samaritain, elle s’est arrêtée auprès de chaque personne malade, petite et faible. À Votre Exemple et par Votre Amour, elle s’est donnée entièrement en donnant la vie, sa vie.


Saint-Esprit, Source de toute perfection, donnez-nous la Sagesse, l’intelligence et le courage pour que, à l’exemple de sainte Jeanne et par son intercession, dans notre vie personnelle, familiale et professionnelle, nous sachions nous mettre au service de tout homme et de toute femme et grandir ainsi dans l’amour et dans la sainteté. Amen.


Avec approbation ecclésiastique

Posté par fmonvoisin à 15:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


28 mars 2009

Ma Messe avec Marie

FirstSaturdayRosa

Ma Messe avec Marie

Élévation à Marie durant la Très Sainte Messe


Introduction


Je Vous salue Marie, pleine de grâce, fille très aimante du Père, Épouse très unie du Saint Esprit.

Je Vous salue Marie, Mère vierge de Jésus, prédestinée avec Lui dans un seul et même décret éternel, invitée à devenir la Source très pure de Sa Chair adorable.

Je Vous salue Marie, Reine de tous les sauvés, Mère du Corps Mystique du Christ, des trois Églises triomphante, souffrante et militante.

Je Vous salue, Océan de Douleurs incomparables, ardente Corédemptrice du genre humain tout entier, active par Votre Compassion comme Jésus par Sa Passion.

Priest_Mass

Croix, les faits


Je Vous salue, debout près de la Croix, pendant que les dés répartissent les habits de l'Homme dévêtu, et que se tordent ces Membres cloués que Vous nous avez donné: « Ave Verum Corpus natus de Maria Virgini »...

Je Vous salue, en face du Crucifiement remuant, quand Jésus invoque le pardon sur l'inconscience des bourreaux, et que Vous contemplez dans Sa Chair étendue les dégâts de mes crimes trop conscients.

Je Vous Salue, Mère humainement impuissante, pendant que se plain de la soif, Celui que Vous désaltériez jadis de Votre propre sein – « ubere de Coelo pleno »...

Je Vous salue Marie, quand vous entendiez la parole efficace: « Femme voilà ton fils » et que Vous êtes proclamée « Maman des pécheurs inépuisables, Refuge des bourreaux de tous les âges.

Je Vous salue Marie, Vierge Fidèle, quand le soleil effrayé se voile et que tremble la terre épouvantée devant le plus noir crime de toute la Création et la plus haute manifestation de l'Amour Miséricordieux.

Je Vous salue Marie, Cœur offert aux sept glaives, quand la lance pénètre la Chair de Votre Enfant, et que le fer qui ne peut plus torturer Son Corps assassiné, déchire cependant Votre âme inséparable.

eucar01a

Croix, les sentiments


Je Vous salue, Femme consentante, toujours offrant au Père l'immolation empourprée du Calvaire de toute Votre force tendue vers la Générosité de Jésus Crucifié.

Je Vous salue, volonté humaine, épousant Sa Volonté Divine, deux jets de Feu fondus dans une seule Flamme, deux Cœurs en un seul battement de Charité.

Je Vous salue Marie, Mère du Prêtre Unique, pleinement sacrifiée avec Lui, dans les sentiments à la fois de l'Offrant et de l'Offrande, toute la Douleur du monde et de l'amour du monde palpitent en Vous en ce moment.

Je Vous salue, Notre Dame du Golgotha, au centre de l'activité Rédemptrice du Fils, au cœur de Votre action Corédemptrice des Rachetés. Toute l'histoire du monde et toute la Création trouvent au Calvaire et à l'autel son point culminant, son rendez-vous, son centre, son explication, son soleil et sa vie.

Jesus_in_Host

Messe


Je Vous salue Marie, près de l'Autel où nous offrons ardemment au Père – selon les mêmes intentions que Vous – la même Victime identique que Vous offriez le vendredi Sauveur.

Je Vous salue près de la Pierre Sainte où le Prêtre visible consacre – émouvant symbole un pain pâle et un vin rouge, qui deviennent la Chaire blêmissante et le Sang bouillonnant que Vos yeux Maternels ont vu se séparer pendant trois longues heures.

Je Vous salue Marie, près de la Table salutaire où nous mangeons la même Hostie Universelle que Vous avez portée neuf mois en Vous même et que Vous avez donné au monde perdu – « Filius datus est nobis, natus ex muliere »...

Je Vous salue, près de la Sainte Messe, continuation de cet après-midi où Vous avez tant enduré, renouvellement mystique de cette Rédemption que Vous avez contribué à accomplir par Votre adhésion.

Je Vous salue Marie, Médiatrice de toutes ces Grâces qui ont été méritées sur ce Gibet atroce, près de la Messe qui les distribue surabondamment, « sacrement parfait de notre Rédemption ».

Je Vous salue Reine de l'Assomption, dans le Ciel ou Vous êtes infiniment unie à ce Jésus qui s'offre encore actuellement sur nos autels et où Vous voulez certainement l'immolation non sanglante de Celui dont Vous êtes la Mère.

Our_Father

Offrande du fidèle


O Mère du Crucifié et ma Mère véritable, étroitement uni à Vous, « communicantes in primis Beata Virgini », moi, Votre indigne et lamentable fils, j'ose offrir à la Très Auguste Trinité devant qui tremblent les Puissances et les Dominations, par Vos mains saintes et vénérables, Votre Doux Fils immolé, Son Corps, Son Ame et Sa Divinité.

O Cœur Immaculé de Marie, j'offre Son obéissance illimitée au Père, Son Amour excessif des pauvres hommes, « propter mimiam caritatem », Son détachement radical du créé, Son admirable Humilité, toutes les adorables dispositions du Cœur qui agonisait sur la Croix qui persistent éternellement dans le Ciel et temporellement sur cet autel ou la Consécration rend présente Son Ame immortelle.

O Vierge très Sainte, j'offre l'Hostie de l'élévation et je m'offre avec Vous et Elle, pour adorer le Dieu Trois Fois Saint, pour Le louer, Le remercier, Lui demander pardon, en obtenir Grâces sur Grâces – pour ma pauvre âme et pour le Salut du monde entier, pour qu'en nous sanctifiant, la Messe nous fasse devenir davantage Vos fils dociles, « ecce filius tuus »...

Je voudrais renouveler cette offrande intense à tous les instants de mon existence, à tous les battements de mon cœur, en union avec tous les actes de Charité, qui montent de la terre vers Dieu, en réparation de toute faute, même légère qui salit le monde, et je voudrais avoir prononcé cette oblation depuis la Création de la lumière et la répéter amoureusement sans fin jusqu'à la chute des astres... en hommage convenable devant la Trinité indispensable à qui soit pour la Croix notre Espérance, la Messe inestimable et la Glorieuse Marie, tout honneur et toute gloire dans les siècles des siècles. Amen.


Père Eusèbe M. Ménard. O.F.M.

746_001

Tele texte de "Ma Messe avec Marie" (pdf) en cliquant ici

Posté par fmonvoisin à 15:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 mars 2009

Le Salve Regina paraphrasé

2543641261_3067dd0e39_b

Le Salve Regina paraphrasé

Texte de Saint Bonaventure, Docteur de l'Église


Salve.

Salut! Vierge des vierges, étoile du matin, remède véritable des crimes les plus infâmes, consolatrice des hommes en proie au malheur, ennemie irréconciliable du péché.


Regina.

Reine de ceux qui règnent, Vierge immaculée, Mère unique entre les mères, vous avez mis au monde un Fils, et l'on vous appelle le palais sacré du Seigneur: versez donc sur nous les secours abondants du ciel.


Mater misericordiae.

Vous avez mérité d'être nommée la source de la miséricorde et la Mère de la grâce, car vous avez conçu le Roi suprême de gloire, vous lui avez donné la vie, et vous avez offert au monde l'auteur de tout pardon.


Vita.

La vie, la voie, la vérité est sortie de la terre, et votre virginité est demeurée sans tache, car votre humilité vous a rendue digne d'être choisie de Dieu lorsqu'il se revêtit de notre chair.


Dulcedo.

La douceur par excellence, Celui qui est appelé l'Agneau de Dieu, Celui dont le sang, comme un bain salutaire, a lavé les crimes de l'homme abandonné, Celui qui a vaincu le démon, est le fruit béni de votre sein.


Et spes nostra.

Vierge Marie, vous êtes notre espérance inébranlable, vous la tige fleurie de Jessé, vous que le Prophète nous a montrée couverte de la rosée du Ciel, vous qui êtes belle comme la neige la plus pure, tendre Mère de Dieu.


Salve.

Salut! lumière des Fidèles, brillante comme l'aurore, plus ravissante et plus suave que le lis. Eloignez de nous sans retard tout ce qui peut nous être un danger, et implorez pour nous le secours du Seigneur.


Ad te.

Malheureux, plongés dans une infortune profonde, nous élevons nos cris jusqu'à vous; ouvrez à nos prières les oreilles de votre coeur sacré, afin que, délivrés par vous des gouffres de l'abîme, nous puissions librement suivre la voie montrée par votre Fils.


Clamamus.

Nous poussons vers vous des soupirs pleins de ferveur, et nous vous supplions avec un tendre amour : « détruisez tout ce que nos pensées perverses ont pu produire au dehors d'actions criminelles.


Exules.

Nous sommes tous condamnés à un dur exil. En punition du crime de nos pères, nous avons été privés de la gloire et déshérités des félicités du ciel; mais le don de votre tendresse nous a rendu tous nos droits.


Filii.

Vos enfants ne peuvent qu'exprimer par Leur gémissements les misères dont ils sont assiégés de toutes parts en ce monde. Sans cesse ils se sentent, entraînés vers des crimes clignes des châtiments éternels; mais ils sont affermis par votre miséricorde.


Evæ.

La chute d'Eve nous a causé un tort irréparable; elle nous a ravi la joie bienheureuse du ciel. Mais après Eve, elle nous a valu, incarné de la Vierge , Celui qui a brisé la mort et détruit le péché.


Ad te.

Vos serviteurs crient sans cesse vers vous et font entendre des soupirs fidèles; ils implorent humblement le secours de votre puissance. Que votre miséricorde écoute leurs prières.


Suspiramus.

Nous soupirons et nous versons des larmes, nous gémissons sans cesse sur les péchés que nous avons commis. Mais, ô Mère de piété! nous avons mis en vous notre confiance; vous obtiendrez grâce et miséricorde au pécheur brisé par un vrai repentir.


Gementes.

Nous nous rappelons les fautes de nos jours anciens, les fautes dont notre esprit pervers s'est souillé librement, et nous en gémissons. Mais en même temps, ô Vierge immaculée ! nous espérons en vous, et nous vous demandons que nos voeux soient exaucés.


Et flentes.

Nous pleurons et notre âme est en proie à la honte et à la douleur; versez donc en nous la lumière. Vierge bienfaisante, purifiez avec amour les taches que le péché imprima en nos coeurs; aimable Marie, veuillez nous réunir aux habitants de la céleste patrie.


In hâc valle.

En cette vallée misérable et environnée de ténèbres, je vois des hommes sans nombre dont la vie est détestable et hideuse; leurs exemples se propagent à raison des crimes qu'ils ont commis et des hontes dont ils sont couverts.


Lacrymarum.

Des larmes abondantes ont coulé vainement de nos yeux : « les vieillards, les enfants et le peuple tout entier craignent de perdre ce que l'ambitieux cherche avec ardeur et ce que l'homme du inonde poursuit en tous lieux.


Eia ergo.

Relevez donc nos âmes de leurs chutes; dirigez leur course vers vous. Fortifiez ceux qui tremblent, redressez ceux qui se sont égarés et vous cherchent avec amour; soyez le guide assuré des malheureux qui se confient en vous.


Advocata.

Vous êtes notre puissante avocate auprès du Sauveur: « hâtez-vous donc d'intercéder pour nous, selon votre miséricorde accoutumée. Que votre amour maternel nous fasse sentir sa bénigne influence; qu'il apaise votre Fils en faveur d'un peuple infortuné.


Nostra.

Toujours la Vierge Mère fut l'espoir des fidèles; elle l'est encore de nos jours, elle le sera à jamais. Elle est pour nous la cité royale qui nous met à l'abri des coups de nos ennemis; elle est le remède qui chasse tous les maux loin de nous.


Illos tuos misericordes oculos ad nos converte.

Oui! tournez ces yeux pleins de tendresse et de miséricorde vers des serviteurs si peu unis dans le bien et si unanimes à courir au mal; détruisez l'aiguillon de noire chair , détruisez tous ses crimes.


Et Jesum benedictum.

Jésus, votre Fils unique, est le fruit béni de votre sein ; daignez-le montrer à nos yeux: « il est glorieux, plein de tendresse et ennemi du mensonge. C'est par lui que le genre humain après s'être éloigné de Dieu et perdu pour un temps , s'est relevé invincible des liens de la mort.


Ventris tui.

Vos entrailles ont porté Jésus, et vos mamelles bienheureuses ont allaité Celui que plus tard les Juifs couvrirent de blessures cruelles et qu'ils condamnèrent à la mort de la croix après l'avoir ainsi traité.


Nobis post hoc exilium ostende.

Après cet exil montrez-nous plein de miséricorde , donnez-nous Jésus votre Fils. Etendez sur nous votre protection maternelle et puissante; daignez prendre notre défense en ce moment où nous serons jugés.


O clemens !

O clémence ineffable de la souveraine bonté ! fille d'Adonaï, fleur de la virginité, pardon des pécheurs endurcis, mère de tendresse, joie des vierges et manteau de la charité !


O pia!

O pieuse et tendre Reine des cieux! vous êtes la plus digne et la plus riche des créatures sorties des mains de Dieu; vous êtes la Vierge prudente par excellence, la gloire des Confesseurs et l'honneur le plus éclatant des Apôtres.


O dulcis.

O Vierge d'une douceur inaltérable, plus douce que le miel et le rayon le plus suave, colombe très-pure, jamais le fiel le plus léger ne reposa en votre coeur. Mère de bénignité, repoussez loin de nous, nous vous en supplions, tout ce qui peut imprimer une tache à notre innocence.


Virgo Maria.

Bonne Marie, conjurez votre Fils de daigner recevoir en sa gloire quiconque, pour vous honorer, voudra redire avec amour ce que je viens d'écrire à votre louange.

Meister_Bertram_von_Minden_012

Téléchargez le texte du Salve Regina paraphrasé (pdf) en cliquant ici

Louanges en l'honneur de la Sainte Croix

06

Louanges en l'honneur de la Sainte Croix

Texte de Saint Bonaventure, Docteur de l'Église


Souvenez-vous de la Croix sainte, ô vous qui menez une vie parfaite, trouvez-y en tout temps votre bonheur. Souvenez-vous de la Croix sainte; qu'elle soit l'objet de vos méditations sans jamais vous en lasser. Demeurez sur la Croix avec Jésus, votre Maître, tant que vous êtes en cette vie, sans jamais hésiter un instant. Ne ralentissez point votre course, ne vous laissez point aller à la tiédeur, mais, au contraire, croissez en l'amour de la Croix, et que votre cœur s'embrase de son désir. Aimez la Croix : c'est la lumière du monde, et Jésus-Christ sera votre guide durant les siècles éternels. Environnez votre corps de la Croix; unissez-le à la Croix d'une manière inséparable, et que votre main en imprime partout la trace. Que votre cœur soit sur la Croix; que la Croix soit en votre cœur; qu'elle le trouve sans aucune tache et qu'elle y fasse régner la paix. Que votre langue devienne une croix ; qu'elle enseigne et célèbre la Croix sans jamais se fatiguer.


Que la Croix soit en votre cœur, qu'elle soit en votre bouche ; qu'elle vous fasse goûter sa douceur et vous pénètre de sa suavité. Que la Croix règne sur vos membres, et qu'en vous l'homme ne possède rien où son empire ne soit établi. Que la Croix absorbe tout votre cœur; qu'il soit ravi en elle par un incendie d'amour. Que les combats de la chair disparaissent ; que votre âme soit crucifiée tout entière dans les délices de l'esprit. Portez un amour spécial, rendez un hommage singulier à la Croix d'où vous vient le salut. Efforcez-vous de l'aimer de toute l'ardeur de votre âme, de toute la puissance de vos forces. Que cette Croix glorieuse soit l'objet de vos études; faites-en le lieu de votre demeure avec une joie sans limites. Avec Jésus, soyez attaché à la Croix, afin que vous puissiez ainsi parvenir avec lui dans les Cieux. Cherchez la Croix, cherchez les clous, cherchez les mains et les pieds qu'ils ont transpercés, cherchez l'ouverture du côté de Jésus. Et là, réjouissez-vous; là, faites entendre sans réserve et autant qu'il sera en vous les accents d'une allégresse et d'une louange suprêmes. Voici une alliance qui doit être inébranlable: que la Croix précède chacun de vos actes, et ils vous seront toujours profitables. La Croix est un remède excellent contre les traits de démon, un remède vraiment salutaire.


Soyez tout en la Croix de Jésus, avec un dévouement sans limites, avec des accents de bonheur. La Croix défend le serviteur de Dieu; elle le prend par la main et lui montre la voie qui conduit à la vie. Lorsque la tentation et les chagrins viendront fondre sur vous; lorsque vous serez abandonné, presque vaincu, et en proie à toutes les angoisses, oh! alors, empressez-vous, hâtez-vous avec un soin pieux de fortifier votre front du signe de la croix. Durant votre repos, au milieu du travail, dans l'allégresse et dans les larmes, dans la douleur et dans la joie; que vous alliez, que vous veniez; dans les consolations et les peines, que la Croix soit en votre cœur Au milieu des tribulations de tout genre, dans l'affliction et les calamités, la Croix est un remède souverain. Dans les peines et les tourments , la Croix est la douceur qui récrée l'âme pieuse; elle est son refuge assuré. La Croix est la porte du ciel. Les saints ont mis en elle leur confiance, et ils ont été partout vainqueurs. La Croix est la médecine du monde; c'est par elle que la bonté divine a opéré des merveilles. La Croix est le salut des âmes; elle est la lumière véritable et brillante, le baume qui réjouit les cœurs La Croix est la vie des bienheureux ; elle est le trésor des parfaits; elle est leur gloire et leur félicité.


La Croix est le miroir de la vertu; elle est le guide glorieux du salut et toute l'espérance des fidèles. La Croix est l'étendard d'honneur des élus; elle est leur consolation et tout leur désir. La Croix est un vaisseau; elle est un port; elle est un jardin de délices, où tout fleurit avec éclat. La Croix est une armure impénétrable; elle est un rempart assuré contre lequel le démon voit se briser ses efforts. La Croix est un arbre magnifique, arrosé par le sang de Jésus-Christ, et abondant en fruits de toute espèce. C'est par là que l'âme s'arrache de l'abîme, qu'elle se nourrit des célestes aliments dont jouissent les habitants de la patrie. Oh! quel sera votre bonheur si, dès maintenant et durant votre vie mortelle, vous dirigez toutes vos pensées vers la Croix ! Oui ! vous serez heureux sans fin, vous qui courez à la recherche de la Croix sainte, si la persévérance couronne vos efforts. Cherchez donc la Croix; portez la Croix; contemplez la Croix de Jésus-Christ jusqu'à languir d'amour. Regardez la Croix avec une foi profonde; mettez en elle une confiance sans limites, tant que vous demeurerez en cette vie. Faites de la Croix l'occupation de vos pensées; efforcez-vous de lui plaire en votre âme et de la porter en votre cœur C'est un travail salutaire de consacrer à la Croix son cœur, sa bouche et ses œuvres.


Sept fois, durant le jour, souvenez-vous, mon frère bien-aimé, de la Passion du Seigneur. C'est par elle que nous avons été délivrés; par elle que la vie éternelle nous est donnée, et que nous jouissons de la céleste lumière. Si vous l'aimez, si vous la vénérez, offrez-lui vos hommages avec un soin empressé à des moments déterminés. Célébrez-la au milieu de la nuit, au lever du soleil, à la troisième, à la sixième et à la neuvième heure du jour; célébrez-la le soir et avant votre sommeil. Célébrez-la assis, debout, couché, dans le silence et dans vos entretiens, et lorsque, fatigué, vous goûtez les douceurs du repos. Cherchez Jésus en qui se trouve votre espérance; portez-le, crucifié en votre cœur, en quelque lieu que vous soyez. Reposez avec empressement votre esprit sur Jésus-Christ souffrant, et compatissez à ses douleurs. O chrétien! pleurez la mort de Jésus; pleurez-la le soir et le matin, et que votre bonheur réside en vos larmes. Combien le Roi des cieux s'est humilié ! Combien il s'est abaissé afin de sauver le monde ! Il a enduré et la soif et la faim; il a vécu dans la misère et dans les privations, et il est mort. sur un gibet. Souvenez-vous de sa pauvreté, de ses abaissements profonds et de son effroyable supplice. Si vous voulez faire usage de votre raison, rappelez-vous ce supplice, rappelez vous et l'absinthe et le fiel.


Lorsque celui qui est infini fut conduit et suspendu à la Croix, en ce moment ses Disciples prirent la fuite. On perça ses pieds et ses mains; on l'abreuva de vinaigre; et il était le Roi suprême des siècles! Ses yeux, qui répandent le bonheur, se sont obscurcis sur la Croix, et son visage s'est couvert d'une pilleur effrayante. Aucune beauté ne demeura en son corps nu et dépouillé, et tout éclat disparut. C'est à cause des péchés des hommes que sa chair fut déchirée au milieu des horreurs de la flagellation. Ses membres se roidirent au milieu de tourments effroyables et des blessures profondes dont ils furent couverts. En proie à des douleurs cruelles, sur la Croix il pleura et il rendit l'esprit. Pleurons aussi et soupirons ; pleurons du fond de notre cœur, comme on pleure sur un fils unique. O vous qui entendez ces choses, gémissez amèrement et mêlez à ces douleurs les amertumes et la tristesse de votre âme. Livrez votre corps aux angoisses, remplissez votre cœur d'affliction ; que votre esprit se brise et que votre main se repose sur les plaies sacrées de Jésus expirant. Contemplez l'homme de douleurs; il est le dernier des hommes, et, dans le supplice, il demeure inébranlable. Qu'il nous soit doux, qu'il nous soit cher de mourir


avec lui sur la Croix et de partager l'ignominie de ses tourments. Lorsque vous êtes plongé dans l'affliction, lorsque la désolation vous assiège et que, vaincu, vous vous sentez presque défaillir; Alors pensez aux douleurs de Jésus; rappelez-vous ses peines et ses chagrins cruels, les crachats dont il fut couvert, les injures dont il fut l'objet. O bon frère ! quoique vous fassiez, contemplez les blessures de Jésus crucifié et soyez-lui toujours compatissant. Qu'en tout temps ces plaies soient pour votre âme comme des mets délicieux; jouissez-en avec bonheur. O Jésus crucifié! rendez-moi fort afin que, durant ma vie entière, je me plaise à pleurer votre mort. Je veux être avec vous couvert de blessures ; je désire, dans l'ardeur de mon âme, vous embrasser sur la Croix. Répandez en moi la douleur, comme la rosée du matin, afin que je pleure sur vous, ô Jésus mon rédempteur, afin que vous renaissiez en mon cœur Non, vous ne me cacherez pas ces cicatrices bienheureuses, ces cicatrices qui sont à vous à tant de titres; mais vous me les montrerez avec amour existantes en vous-même. Que tout ce que je viens d'exprimer soit à l'honneur de Jésus crucifié; qu'il soit à sa louange et à sa gloire; Afin que ce roi triomphant des cieux daigne m'accorder le pardon des fautes dont mon cœur est souillé. Ainsi soit-il.

COATARM2_copy

Téléchargez le texte des Louanges de la Sainte Croix (pdf) en cliquant ici

Prière de l'Angelus

marie_peinture_20_170_

Prière de l'Angelus

- L’ange du Seigneur apporta l’annonce à Marie
- Et elle conçut du Saint Esprit.

Je vous Salue Marie...

- Voici la Servante du Seigneur
- Qu’il me soit fait selon votre parole.

Je vous Salue Marie...

- Et le Verbe s’est fait chair
- Et il a habité parmi nous.

Je vous Salue Marie...

Priez pour nous, sainte Mère de Dieu
Afin que nous devenions dignes des promesses du Christ.

Prions

Que ta grâce, Seigneur notre Père, se répande en nos cœurs. Par le message de l’ange, tu nous as fait connaître, l’incarnation de ton Fils bien-aimé. Conduis-nous, par sa passion et par sa croix, jusqu’à la gloire de la résurrection. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

Fra_Angelico_006

Posté par fmonvoisin à 12:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


25 mars 2009

L'Annonciation de la Sainte Vierge

annonciationg

Oraison

O Emmanuel, Dieu avec nous, qui, comme chante votre Eglise, «  ayant entrepris de  délivrer l'homme, avez daigné descendre au sein d'une vierge pour y prendre notre nature », le genre humain tout entier salue aujourd'hui votre miséricordieux avènement. Verbe éternel du Père, ce n'est donc pas assez pour vous d'avoir tiré l'homme du néant par votre puissance ; votre inépuisable bonté vient le poursuivre jusque dans l'abîme de dégradation où il est plongé. Par le péché, l'homme était tombé au-dessous de lui-même; et, afin de le faire remonter aux destinées divines pour lesquelles vous l'aviez formé, vous venez en personne vous revêtir de sa substance, et le relever jusqu'à vous. En vous, aujourd'hui et pour jamais, Dieu se fait homme, et l'homme est fait Dieu. Accomplissant divinement les promesses du sacré Cantique, vous vous unissez à la nature humaine, et c'est au sein virginal de la Fille de David que vous célébrez ces noces ineffables. O abaissement incompréhensible ! ô gloire inénarrable ! l’anéantissement est pour le Fils de Dieu, la gloire pour le fils de l'homme. C'est ainsi que vous nous avez aimés, ô Verbe divin, et que votre amour a triomphé de notre dégradation. Vous avez laissé les anges rebelles dans l'abîme que leur orgueil a creusé; c'est sur nous que votre pitié s'est arrêtée. Mais ce n'est point par un de vos regards miséricordieux que vous nous avez sauvés; c'est en venant sur cette terre souillée, prendre la nature d'esclave, et commencer une vie d'humiliation et de douleurs. Verbe fait chair, qui descendez pour sauver, et non pour juger, nous vous adorons, nous vous rendons grâces, nous vous aimons, rendez-nous dignes de tout ce que votre amour vous a fait entreprendre pour nous.

Nous vous saluons, ô Marie, pleine de grâce, en ce jour où vous jouissez du sublime honneur qui vous était destiné. Par votre incomparable pureté, vous avez fixé les regards du souverain Créateur de toutes choses, et par votre humilité vous l'avez attiré dans votre sein; sa présence en vous accroît encore la sainteté de votre âme et la pureté de votre corps. Avec quelles délices vous sentez le Fils de Dieu vivre de votre vie, emprunter à votre substance ce nouvel être qu'il vient prendre pour notre amour ! Déjà est formé entre vous et lui ce lien ineffable que vous seule avez connu : il est votre créateur, et vous êtes sa mère ; il est votre fils, et vous êtes sa créature. Tout genou fléchit devant lui, ô Marie! car il est le grand Dieu du ciel et de la terre; mais toute créature s'incline devant vous: car vous l'avez porté dans votre sein, vous l'avez allaité ; seule entre tous les êtres, vous pouvez, comme le Père céleste, lui dire: « Mon fils! » O femme incomparable, vous êtes le suprême effort de la puissance divine : recevez l'humble soumission de la race humaine qui se glorifie, en présence même des Anges, de ce que son sang est le vôtre, et votre nature la sienne. Nouvelle Eve, fille de l'ancienne, mais sans le péché ! par votre obéissance aux décrets divins, vous sauvez votre mère et toute sa race; vous rétablissez dans l'innocence primitive votre père et toute sa famille qui est la vôtre. Le Sauveur que vous portez nous assure tous ces biens; et c'est par vous qu'il vient à nous; sans lui, nous demeurerions dans la mort; sans vous, il ne pouvait nous racheter. Il puise dans votre sein virginal ce sang précieux qui sera notre rançon, ce sang dont sa puissance a protégé la pureté au moment de votre conception immaculée, et qui devient le sang d'un Dieu par l'union qui se consomme en vous de la nature divine avec la nature humaine.

Aujourd'hui s'accomplit, ô Marie, l'oracle du Seigneur qui annonça, après la faute, « qu'il établirait une inimitié entre la femme et le serpent ». Jusqu'ici le genre humain tremblait devant le dragon infernal ; dans son égarement, il lui dressait de toutes parts des autels; votre bras redoutable terrasse aujourd'hui cet affreux ennemi. Par l'humilité, par la chasteté, par l'obéissance, vous l'avez abattu pour jamais; il ne séduira plus les nations. Par vous, libératrice des hommes, nous sommes arrachés à son pouvoir; notre perversité, notre ingratitude pourraient seules nous rejeter sous son joug. Ne le souffrez pas, ô Marie ! venez-nous en aide; et si, dans ces jours de réparation, nous reconnaissons à vos pieds que nous avons abusé de la grâce céleste dont vous fûtes pour nous le sublime moyen, aujourd'hui, en cette fête de votre Annonciation, ô Mère des vivants, rendez-nous la vie, par votre toute-puissante intercession auprès de celui qui daigne aujourd'hui être votre fils pour l'éternité. Fille des hommes, ô notre sœur aimée, par la salutation que vous adressa Gabriel, par votre trouble virginal, par votre fidélité au Seigneur, par votre prudente humilité, par votre acquiescement qui nous sauva, nous vous en supplions, convertissez nos cœurs, rendez-nous sincèrement pénitents, préparez-nous aux grands mystères que nous allons célébrer. Qu'ils seront douloureux pour vous, ces mystères, ô Marie ! Que le passage va être rapide des joies de cette journée aux tristesses inénarrables qui vous attendent! Mais vous voulez qu'aujourd'hui notre âme se réjouisse en songeant à l'ineffable félicité qui inonda votre cœur, au moment où le divin Esprit vous couvrit de son ombre, et où le Fils de Dieu devint aussi le vôtre ; nous demeurons donc, toute cette journée, près de vous, dans votre modeste demeure de Nazareth. Neuf mois encore, et Bethléem nous verra prosternés, avec les bergers et les Mages, devant l'Enfant-Dieu qui naîtra pour votre joie et pour notre salut; et nous dirons alors avec les Anges : « Gloire à Dieu dans les hauteurs du ciel ; et sur la terre, paix aux hommes de bonne volonté ! »

 

Extraits de l'Année Liturgique de Dom Guéranger

Fra_Angelico_043

Posté par fmonvoisin à 15:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

L'Annonciation de la Sainte Vierge

annunciation__2_

Pour le 25 mars

Terre, qui dans ta douleur n’as jusqu'ici produit que des épines, tressaille maintenant et livre-toi à l'allégresse ; voici qu'il approche, l'immortel agriculteur qui doit te débarrasser des épines de la malédiction.

Vierge sans tache, prépare-toi, comme la toison sacrée, à recevoir la divinité qui s'apprête à descendre sur toi, semblable à la rosée, et qui doit mettre à sec le torrent de l'iniquité.

O livre d'une pureté divine, tiens-toi prêt : car la Sagesse de Dieu incarnée va écrire sur tes pages avec le doigt de l'Esprit-Saint, et va faire disparaître les prévarications de ma folie.

O chandelier d'or, reçois la flamme de la divinité ; que par toi elle luise sur le monde, et dissipe les ténèbres de nos crimes.

O Vierge, palais du grand Roi, ouvre ton oreille divine ; la Vérité même, le Christ, va entrer en toi, pour habiter au milieu de toi.

O brebis immaculée, l'Agneau de notre Dieu qui ôte nos péchés, s'apprête à pénétrer dans ton sein. La branche mystique va bientôt produire la fleur divine qui s'élève visiblement de l'arbre de Jessé, comme parle l'Ecriture.

O Marie, ô vigne fécondée par la parole de l'Ange, prépare-toi à donner la grappe vermeille de maturité et inaccessible à la corruption.

Salut, ô sainte montagne que Daniel a vue à l'avance dans l'Esprit divin, et de laquelle doit être détachée cette pierre spirituelle qui brisera les vaines idoles des démons.

O Arche raisonnable, que le véritable législateur aime d'un amour suprême, et qu'il a résolu d'habiter, sois remplie de joie : car il veut par toi renouveler son œuvre anéantie.

Le chœur des Prophètes, versé dans l'art des divins présages, s'écrie dans son pressentiment de l'entrée pacifique du Rédempteur en toi . Salut, ô Rédemption de tous ; honneur à toi, unique salut des hommes !

O nuée légère de la lumière divine , prépare-toi pour le soleil qui va se lever Ce soleil inaccessible répand sur toi ses feux du haut du ciel; en toi il cachera quelque temps ses rayons, pour luire bientôt sur le monde, et dissiper les ténèbres du mal.

Celui qui ne quitte jamais la droite de son Père, qui surpasse toute substance, arrive pour prendre en toi sa demeure ; il te placera à sa droite, comme une reine digne de lui, et douée d'une excellente beauté ; tu seras comme sa main droite étendue pour relever tous ceux qui sont tombés.

Le prince des Anges, ministre de Dieu, t'adresse sa parole joyeuse, pour annoncer que l'Ange du grand conseil va prendre chair en toi.

O Verbe divin, abaisse les cieux, et descends vers nous ; le sein de la Vierge est préparé comme un trône pour toi ; viens t'y asseoir, comme un roi glorieux, et sauve de la ruine l'œuvre de ta droite.

Et toi, ô Vierge, semblable à une terre où la main de l'homme n'a jamais semé, dispose-toi pour recevoir, à la parole de l'Ange, le Verbe céleste, semblable à un froment fécond qui, germant en ton sein, produira le pain qui donne l'intelligence.

 

Extraits de l'Année Liturgique de Dom Guéranger

Annunciation_II_Royal_Doors

Posté par fmonvoisin à 15:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

l'Annonciation de la Sainte Vierge

annonce

Séquence

Dans son amour pour l’homme, Dieu députe à la Vierge, non un Ange ordinaire, mais l'Archange appelé Force de Dieu.

Qu'il se hâte d'envoyer pour nous le vaillant messager ; que la nature soit vaincue par l'enfantement d'une vierge.

Que le Roi de gloire, dans sa naissance, triomphe de la chair; qu'il règne et commande ; qu'il enlève des cœurs le levain et la rouille du péché.

Qu'il foule aux pieds le faste des fronts superbes; qu'il marche dans sa force sur les têtes altières. le Dieu puissant dans les combats.

Qu'il chasse dehors le prince du monde ; qu'il partage avec sa Mère le commandement qu'il exerce avec le Père.

Pars, Ange, annonce ces biens; et par ton puissant message, lève le voile de la lettre antique.

Approche d'elle, et parle ; dis-lui en face : Je vous salue. Dis-lui : O pleine de grâce. Dis: Le Seigneur est avec vous. Dis encore : Ne craignez point.

Recevez, ô Vierge ! le dépôt de Dieu , par lui vous consommerez votre chaste dessein, et votre vœu demeurera intact.

La Vierge entend, et accepte le message; elle croit, elle conçoit, elle enfante un fils, un fils admirable,

Le Conseiller de la race humaine, le Dieu-homme, le Père du siècle futur, l'immuable pacificateur.

Veuille ce Dieu immuable assurer notre stabilité, de peur que l'humaine faiblesse n'entraine dans l'abîme nos pas indécis.

Mais que l'auteur du pardon, qui est le pardon lui-même, que la grâce obtenue par la mère de grâce, daigne habiter en nous.

Qu'il nous octroie la remise de nos péchés : qu'il efface nos méfaits ; qu'il nous donne une patrie dans la cité du ciel. Amen.

 

Extraits de l'Année Liturgique de Dom Guéranger

annonciation_copte

Posté par fmonvoisin à 15:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

L'Annonciation de la Sainte Vierge

ann3

Hymne

Celui que la terre, la mer et les cieux vénèrent, adorent et célèbrent ; celui qui gouverne les trois régions de cet univers, Marie le porte dans son sein.

Celui auquel obéissent le soleil, la lune et tous les astres, dans les révolutions qu'il leur a fixées, le sein d’une jeune fille rendue féconde par la grâce céleste le contient aujourd'hui.

Heureuse Mère, au sein de laquelle s'est renfermé, comme dans un sanctuaire, le suprême ouvrier qui tient le monde dans sa main.

Heureuse par le message céleste, féconde par l'opération de l'Esprit-Saint, c'est d'elle qu'est sorti le Désiré des nations.

A vous soit gloire, ô Jésus, fils de la Vierge ! gloire au Père, et à l'Esprit divin, dans les siècles éternels. Amen.

Extraits de l'Année Liturgique de Dom Guéranger

21635880

Posté par fmonvoisin à 15:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

23 mars 2009

Prière à Notre Dame de Beauraing

053_ND_de_Beauraing

Prière à Notre Dame de Beauraing

Notre Dame de Beauraing, Vierge immaculée, porte à Jésus, ton Fils, toutes les intentions que nous te confions aujourd'hui. Mère au Cœur d'or, reflet de la tendresse du Père, regarde avec amour les hommes et les femmes de notre temps, et comble-les de la joie de ta présence. Toi qui as promis de convertir les pécheurs fais-nous découvrir l'infinie miséricorde de notre Dieu. Éveille en nous la grâce de la conversion afin que toute notre vie devienne le reflet de cette miséricorde. Sainte Mère de Dieu, penche-toi sur nos misères ; console-nous dans nos peines ; donne force et réconfort à tous ceux qui souffrent. Reine des cieux, couronnée de lumière, aide-nous à grandir dans la foi, l'espérance et l'amour, et nous pourrons rendre grâce sans fin. Tu as mis Jésus au monde ; puissions-nous, par la prière, le partage de sa Parole et le témoignage d'une vie remplie d'amour et de joie, Le faire naître dans tous les Cœurs. Fais que chaque instant de notre existence soit un oui à la question que tu nous poses aujourd'hui : "Aimez-vous mon Fils ? M'aimez-vous ?" Alors le règne de Jésus viendra dans le monde. Amen.

646_001

Site du sanctuaire de la Vierge au Cœur d'Or de Beauraing

http://beauraing.catho.be

518_001__2_

Posté par fmonvoisin à 15:02 - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,