Le Mois des Âmes du Purgatoire

 407_001

Vingt-sixième jour

Devoirs de Justice envers le purgatoire


Méditation

 

L'homme est fait de telle sorte, que souvent il ne sait pas résister aux mouvements de son cœur, et, à la vue des misères du prochain, il est tellement touché, qu'il donne et promet tout ce qu'il peut. Cette expansion d'une nature bienfaisante se manifeste surtout au moment de la mort; quand, sur le point de quitter ceux qui lui sont chers, le moribond se recommande à leurs prières, il n'est pas de promesses qu'ils ne lassent de souvenir éternel et de suffrages ininterrompus. Et ils sont de bonne foi, ils parlent sous l'impression d'un sentiment vif et profond; mais quoi? avec le dernier écho des cloches le souvenir des morts s'évanouit, et quand les rites religieux des funérailles sont accomplis, on ne fait plus rien pour les âmes désolées qui, du milieu des flammes, réclament en vain l'accomplissement de tant de promesses. Manquerons-nous ainsi de parole à nos chers morts? Ah, non! au contraire, plus leurs souffrances dans le purgatoire sont extrêmes, plus nous devons conserver d'eux un fidèle souvenir, plus nous devons être exacts et persévérants à tenir nos promesses. Mais souvent il ne s'agit pas seulement de tenir sa parole, et c'est un devoir de justice qui nous oblige à prier pour les morts; cela arrive particulièrement quand il faut satisfaire à des legs pieux. La religion, la justice, l'ordre social veulent et commandent l'exécution des legs pieux, et ceux qui y manquent en s'appropriant les revenus qui y sont affectés, sont coupables de fraude; ils sont des voleurs sacrilèges, des cruels bourreaux des âmes abandonnées, et les lois divines et humaines les poursuivent également. Malheureux celui qui s'engraisse de la substance destinée aux pauvres! Il croit la dévorer impunément, et il ne s'aperçoit pas que c'est une nourriture aussi fatale aux vivants qu'elle serait profitable aux morts à qui elle était destinée. Que de familles tombent en décadence pour n'avoir pas satisfait aux obligations de messes et à d'autres legs de leurs auteurs ! Soyons, sur ce point, non-seulement exacts, mais scrupuleux, pour ne pas attirer la malédiction du ciel sur notre tête. Le concile de Trente recommande aux évêques de veiller attentivement à l'accomplissement des legs pieux, et un autre, approuvé par saint Léon le Grand, ordonne de refuser les portes de l'église, comme à des infidèles, à ceux qui s'approprient les oblations faites en faveur des morts, ou qui différent à les remettre aux ministres sacrés; d'autres conciles vont jusqu'à priver de la communion ecclésiastique ceux qui se rendent coupables du même péché. Des lois si sévères nous font bien voir quelle grande faute on commet en privant les trépassés des suffrages qu'ils ont voulu s'assurer par leurs volontés dernières. Si les Gentils eux-mêmes portaient le respect pour les morts jusqu'à brûler avec eux ce qui leur avait appartenu, plutôt que de se l'approprier, combien plus les fidèles devront-ils appliquer en suffrages pour les défunts ce qu'ils ont eux-mêmes destiné au soulagement de leurs âmes!

 

Prière

 

Ne permettez jamais, ô grand Dieu, que nous manquions à nos devoirs de justice envers les âmes du purgatoire. Leur droit est trop sacré, notre obligation est trop constatée, et parles promesses que nous avons faites, et parles legs qu'ils nous ont imposés. Les lois de l'Eglise contre ceux qui fraudent les œuvres pieuses sont trop justes, et celui-là mérite la plus vive indignation, qui veut se nourrir du pain des morts. Nous voulons satisfaire pleinement à toutes nos obligations; mais vous, Seigneur, daignez permettre que cette satisfaction supplée à celle que nos chers défunts doivent à votre justice, et faites que, délivrés au plus tôt des chaînes brûlantes du purgatoire, ils puissent jouir de la bienheureuse liberté du paradis après laquelle ils soupirent.

 

Exemple

 

Un brave soldat, qui jusqu'à sa vieillesse avait servi Charlemagne avec honneur, fit appeler à son lit de mort un neveu, le seul parent qui lui restât, et, ne possédant rien que son cheval et son armure, il le chargea de les vendre aussitôt après son décès et d'en employer le prix pour le repos de son âme. Le neveu s'y engagea; mais après la mort de son oncle, qui ne tarda pas, il oublia tout à fait sa promesse. Le cheval était très beau, et le neveu s'en étant servi pour quelques voyages, le trouva si excellent, qu'il lui parut fort dur de s'en défaire. Il en remettait la vente de jour en jour, et à mesure que le temps passait, sa conscience allait s'assoupissant; si bien qu'il en vint à ne plus se ressouvenir de son oncle, ni de l'obligation qu'il lui avait imposée, et à considérer le cheval comme sa propriété. Mais pendant qu'il en jouissait tranquillement, une voix lugubre vint le troubler pendant la nuit. C'était celle de son oncle qui lui reprochait sa cruelle négligence. « Pourquoi, lui disait-il, as-tu ainsi désobéi au commandement que je t'avais fait, et violé ta promesse solennelle? Par ta faute, j'ai dû et je devrais encore souffrir de longs et cruels tourments dans le purgatoire, mais par la miséricorde de Dieu m'en voici libre, et je vais dans le paradis jouir de la gloire éternelle. Pour toi, sache que ta conduite sera punie par une prompte mort, et qu'un châtiment tout particulier t'est réservé. Tu porteras la peine due à tes propres fautes. et tu souffriras à ma place toutes celles que je devrais souffrir encore pour satisfaire à la divine justice ». Le neveu fut accablé par cette menace, et voulant mettre ordre à sa conscience, il se hâta de remplir les dernières volontés de son oncle, puis fit tout ce qu'il put pour éviter la mort éternelle, mais il ne put éviter la mort du corps qui lui avait été annoncée, et qui l'enleva à peu de jours de là. L'ingratitude et l'injustice envers les morts sont détestées de Dieu, qui les punit souvent dans ce monde et dans l'autre: que l'exemple d'autrui nous préserve de nous exposer à sa colère.

 

Récitons à l'intention des fidèles trépassés cinq Pater, Ave et Requiem, en mémoire de la passion de Notre Seigneur Jésus-Christ; supplions le Père éternel d'avoir pitié de leurs âmes en vue du sang répandu par son divin Fils, et, pour cela, répétons cinq fois l'oraison jaculatoire: « Miséricorde, ô Père Eternel, par le Très Précieux Sang de Jésus-Christ ». Puis, réciter un Notre Père, un je Vous salue Marie et un Requiem aeternam.

 

Suffrage

Si nous avons négligé les œuvres de miséricorde envers les morts qui ont eu confiance en nous, donnons-leur une juste compensation, que nous redoublerons par notre ferveur

 

Un novice des Chartreux étant mort, vint reprocher au Vénérable Denis, du même ordre, de n'avoir pas récité à son intention les deux psautiers qu'il lui avait promis; et comme le religieux cherchait à excuser son oubli, l'esprit lui dit en gémissant: « Oh! si tu souffrais la plus légère partie des souffrances qui me torturent, tu n'admettrais certainement pas toutes ces excuses! » Et alors le chartreux récita, non seulement les deux psautiers qu'il avait promis, mais encore beaucoup d'autres prières qu'il y ajouta pour réparer sa négligence. Examinons si nous n'avons pas omis ou différé ce que nous devions aux morts à titre de promesse ou de justice, et si par malheur nous avons imité le Chartreux dans sa négligence, imitons-le dans sa prompte réparation, et, par de plus abondants suffrages, compensons généreusement le tort que nous avons fait à nos chers défunts.

 

Psaume 129

 

Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur, Seigneur, écoute mon appel !

Que ton oreille se fasse attentive au cri de ma prière!

Si tu retiens les fautes, Seigneur Seigneur, qui subsistera?

Mais près de toi se trouve le pardon pour que l'homme te craigne.

J'espère le Seigneur de toute mon âme; je l'espère, et j'attends sa parole.

Mon âme attend le Seigneur plus qu'un veilleur ne guette l'aurore.

Plus qu'un veilleur ne guette l'aurore,

attends le Seigneur, Israël.

Oui, près du Seigneur, est l'amour; près de lui, abonde le rachat.

C'est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes.

Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit,

Maintenant et toujours et pour les siècles et les siècles. Amen.

 

Seigneur, donnez-leur le repos éternel;

Et faites briller pour eux la lumière qui ne s'éteint jamais.

 

Des portes de l'enfer arrachez leurs âmes, ô Seigneur!

Qu'ils reposent en paix. Ainsi soit-il.

 

Seigneur, exaucez ma prière,

et que mon cri parvienne jusqu'à Vous !

 

Prions

 

O Dieu, créateur et rédempteur de tous les fidèles, accordez aux âmes de vos serviteurs et de vos servantes la rémission de tous leurs péchés, afin qu'elles obtiennent, par nos très humbles prières, le pardon qu'elles ont toujours attendu de votre miséricorde; vous qui vivez et régnez dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.

 444163092_3781716e01

Donnez-leur, Seigneur, le repos éternel, et faites briller sur eux la lumière qui ne s'éteint jamais,

Qu'ils reposent en paix. Ainsi soit-il.

 

Pour recevoir chaque jour la méditation du Mois des Ames du Purgatoire, être tenu au courant des mises à jour du site et recevoir des prières par e-mail, abonnez-vous à la Newsletter d'Images Saintes