Le Mois de Marie d'Ars

Un mois avec le Saint Curé d'Ars

IMG_8933

Vingt-deuxième jour

Porte du ciel, priez pour nous.

Etoile du matin, priez pour nous.

 

Le ciel nous était fermé, et nous savons pourquoi. En même temps qu'Adam et Eve furent chassés du paradis terrestre, Dieu plaça à la porte un chérubin armé d'une épée flamboyante pour leur défendre d'y rentrer. Ils s'éloignent en pleurant et le cœur bien triste. A la place des fleurs et des fruits qu'ils rencontraient partout dans les beaux jours de leur innocence, ils ne trouvent plus sous leurs pas qu'une terre stérile et hérissée d'épines, une terre qui ne leur fournira leur pain de chaque jour qu'autant qu'ils l'arroseront de leurs sueurs. Nul doute qu'ils auraient succombé à la douleur, s'ils n'avaient emporté la promesse d'un Rédempteur, et l'assurance que ce Rédempteur serait donné au monde par une femme dont le pied écraserait la tête du serpent qui les avait perdus.

Mais quand viendra cette mère du Rédempteur, celle qui comme l'étoile du matin précédera et annoncera l'arrivée du Soleil de justice ; celle dont le bras puissant doit nous rouvrir la porte du ciel en désarmant le chérubin qui en ferme l'entrée ? C'est le secret de Dieu. Le monde l'attend depuis quatre mille ans. Enfin, le Seigneur touché par les larmes et les soupirs des patriarches, des prophètes et des saints de l'ancienne loi, va accomplir sa promesse. C'est à Nazareth petite ville de Galilée, que vient au monde la sainte Vierge, celle qui était l'attente du genre humain et que Dieu avait prédestinée avant le cours des siècles à devenir un jour la mère du Sauveur. La voila ouvrant les yeux à la lumière, couchée clans son berceau comme un enfant ordinaire ; et tandis que les anges accourent du ciel pour la contempler et la vénérer, l'Eglise la salue des doux et glorieux noms de porte du ciel ! d'étoile du matin !

Porte du ciel, quel nom merveilleux ! Marie n'est pas la rédemption, mais elle est la mère du Rédempteur ; Marie n'est pas le ciel, mais elle en est la portière. Marie porte du ciel ! Comprendrons-nous jamais tout ce que ce nom glorieux nous apporte de joie et d'espérance ? Toutes les méditations de ce mois béni nous ont fourni un sujet particulier de consolation, mais il n'est aucune prérogative de Marie, qui, bien méditée et bien comprise, doive dilater notre cœur comme son titre de porte du ciel. Nous sommes pécheurs et de grands pécheurs, qu'allons-nous devenir ? Ecoutons et recueillons la parole saisissante de notre saint curé : « Dieu, dit il, nous a aimés jusqu'à mourir pour nous ; mais dans le cœur de Notre-Seigneur, il y a la justice qui est un attribut de Dieu ; dans celui de la très Sainte Vierge, il n'y a que la miséricorde... Son Fils était prêt a punir un pécheur, Marie s'élance, arrête le glaive, demande grâce pour le pauvre coupable : « Ma mère, lui dit Notre-Seigneur, je ne puis rien vous refuser. Si l'enfer pouvait se repentir, vous lui obtiendriez sa grâce ».

Marie, porte du ciel ! Ah ! Ne nous lassons jamais de l'invoquer sous ce beau nom. Il y a, dans le cours de la vie, des jours bien lourds à porter : c'est la maladie qui nous cloue sur un lit de douleur, c'est la mort qui nous enlève un enfant ou un parent chéri, c'est la grêle qui nous ravit en une heure le fruit de toute une année de travail... Portons nos regards en haut ; Marie nous montre le ciel et nous offre en échange des épreuves passagères de cette vie, un bonheur qui n'aura point de terme. Les années s'accumulent sur notre tête, la vieillesse avec le cortège de ses infirmités met sur nous sa main froide ; c'est le soir de la vie, ce sera demain la nuit du tombeau. Ah ! Ne regrettons pas les jours écoulés : par delà la tombe commence un jour nouveau. C'est Marie, l'étoile du matin, qui illumine nos pas sur le seuil de l'éternité, qui plaide notre cause devant le tribunal du souverain juge, et nous ouvre la porte du ciel.

 

Exemple

Un souvenir à Marie

 

Vers 1842, dans un village du diocèse de Beauvais ; un vieillard mourut dans des circonstances extraordinaires qui émurent toute la contrée. Né au milieu de la Révolution, élevé en dehors de toute habitude chrétienne, cet homme avait vécu complément éloigné de toute, pratique religieuse. A peine l'avait-on vu quelquefois à l'église. Usurier de profession, il avait amassé par ses trafics une fortune énorme pour la campagne. Étant tombé malade, il appelle son curé et réclame les consolations que la religion donne aux mourants. Le pasteur consent à recevoir la confession du malade, mais à la condition qu'il promettra devant témoins de restituer un bien manifestement mal acquis, afin de réparer ainsi le long scandale de sa vie. Le malade consent à tout, rend une somme considérable, et, après avoir reçu le Dieu qui visita Zachée le publicain, s'éteint paisible et heureux. Le pasteur ému, et les témoins de cette fin touchante et inespérée, se demandaient à quelle cause attribuer une conversion si frappante. Le malade questionné révéla un fait qui permit d'admirer une fois de plus la toute-puissante miséricorde de Marie. Ce pécheur, oublieux de Dieu, de son âme et de la justice, ne s'était jamais couché sans réciter une prière apprise d'enfance : « Je vous salue, Marie ». Marie se souvint de lui et. ainsi qu'il l'avait si souvent demandé, elle intercéda pour lui à l'heure de la mort. Si elle ne lui avait ouvert la porte du ciel, que serait-il devenu ?

Pratique : Demandez souvent à Jésus et à Marie la grâce de mourir en prononçant leurs noms sacrés. Pensez que Marie vous suit partout, et conservez autant de retenue quand vous êtes seul, que si vous étiez en nombreuse compagnie.

 

13116155_10153466220705863_199503440048533716_o

Prière

 

Porte du ciel, dont Eve nous avait fermé l'entrée ; c'est par vous que toutes les grâces en descendent ; c'est par vous que nos prières y montent et sont favorablement accueillies ; c'est par vous que tous vos serviteurs y parviennent infailliblement. Étoile du matin, heureux ceux qui ont toujours les yeux et le cœur tournés vers vous, sur la mer orageuse de cette vie. Vous les conduisez sûrement à Jésus et au port du salut. C'est par vous que je veux servir Jésus sur cette terre, parce que c'est par vous que je veux arriver à lui dans la bienheureuse éternité. Ainsi soit-il.

 

027_001

Pour recevoir chaque jour pendant le mois de mai

les méditations du Mois de Marie d'Ars,

abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes