Le Mois de Marie d'Ars

Un mois avec le Saint Curé d'Ars

533_001

Vingt-quatrième jour

Refuge des pécheurs, priez pour nous.

 

Il est dans la nature de l'homme, d'appréhender grandement de paraître devant celui qu'il sait avoir offensé, fût-ce même pour lui témoigner son repentir et lui demander grâce, surtout si le coupable est un misérable révolté centre son bienfaiteur. Ah ! quel soulagement, quelle consolation pour ce malheureux, quand un ami commun, un ami dévoué et influent vient lui offrir sa bienveillante entremise et faciliter sa réconciliation ! Mais si c'est la mère elle-même de l'offensé qui daigne interposer en faveur du coupable son puissant crédit auprès d'un fils plein de tendresse pour elle ; alors quelle joie ! quel bonheur !

Pécheurs, cette avocate toute puissante et si bien disposée en votre faveur ; c'est Marie mère de Jésus-Christ son fils adorable, dont vous avez méconnu l'amour infini, dont vous avez audacieusement outragé la majesté suprême. Ah ! Sans doute, vous êtes coupables et grandement coupables, vos péchés sans nombre crient vengeance contre vous et semblent devoir vous pousser dans l'abîme du désespoir. Mais voilà que Marie, l'auguste mère de Dieu, Marie le refuge des pécheurs, abaisse sur vous des regards pleins de tendresse, vous prend entre ses bras et vous couvre de ses mérites pour apaiser la colère de son divin fils. Fussiez-vous mille fois plus coupables encore, prenez courage ; elle sollicite votre pardon, elle est assez puissante pour l'obtenir.

Combien de pécheurs endurcis, ayant croupi de longues années dans l'iniquité se sont convertis tout à coup, d'une manière inespérée, quelquefois sur le seuil de l'éternité, et lorsque déjà, pour ainsi dire, ils avaient un pied dans l'enfer. À quoi attribuer la grâce de leur conversion ? A quelque pratique de dévotion envers la Sainte Vierge, qu'ils avaient conservée au milieu de leurs désordres ou bien à la pieuse intervention d'un ami, d'une mère, d une épouse, d'une sœur qui gémissait en secret sur les égarements d'un père, d'un époux, d'un fils ou d'un frère, qui ne cessait de chaque jour ses humbles et puissantes prières vers le trône miséricordieux de Marie.

Personne ne semble avoir plus expérimenté la miséricorde de la sainte Vierge que notre saint curé, et aucun docteur de l'Eglise n'en parle en termes plus touchants. Écoutons-le. « La Sainte Vierge se tient entre son fils et nous. Plus nous sommes pécheurs, et plus elle a de tendresse et de compassion pour nous. L'enfant qui a coûté le plus de larmes à sa mère est le plus cher à son cœur. Une mère ne court-elle pas toujours au plus faible et au plus exposé ? Un médecin dans un hôpital, n'a-t-il pas plus d'attention pour les plus malades ? » Qui que vous soyez, quelque soit létal de votre âme, ne désespérez donc pas de votre salut. Que vous demandiez pour vous ou pour autrui une grâce de conversion, le temps est propice, redoublez de confiance. Marie tient en réserve, pour la fin de ce mois qui lui est consacré, des miséricordes spéciales. Ouvrez vos cœurs et vos mains. « Ô Marie, s'écrie saint Bernard, j'y consens, qu'il ne soit plus fait mention de votre miséricorde, si jamais quelqu'un peut dire l'a voir implorée eu vain ».

Mais que le pécheur qui veut trouver en Marie un refuge et un port assuré, se détache du péché ; qu'il rompe avec le péché, qu'il demande sérieusement la grâce d'un sincère retour à Dieu. Car sans cela, sa dévotion ne serait qu'une dérision du Dieu des miséricordes et de la mère des miséricordes.

 

Exemple

Conversion d'un grand pécheur

 

Dans le temps que saint François de Borgia était à Rome, un grand pécheur se présenta à lui. Il trouva dans cet homme tant de désordres qu'il n'osa se charger de sa conscience : il le renvoya au P. Acosta qui était très éclairé dans 'la direction des âmes. Voici le récit de cet insigne coupable : « Mon père, dans mon bas âge, je paraissais avoir de la religion, je priais Marie, je la saluais sans cesse. Je communiais souvent, mais dans le fond du cœur j'étais gâté, je cachais mes péchés en confession ! J'ai accumulé crimes sur crimes, sacrilèges sur sacrilèges : parfois je promettais de me corriger, et dès que l'occasion se présentait, je retombais dans mes crimes honteux. Plusieurs fois lorsque j'allais communier, Jésus-Christ m'a apparu et m'a dit : « Pourquoi, malheureux ! Me maltraites-tu de cette sorte, Moi qui ai tant de bonté pour toi ? N'est-ce pas assez d'avoir été crucifié par les Juifs ? Faut-il donc que je trouve encore un nouveau Calvaire dans ton cœur ? Accoutumé avec le péché, j'étais insensible ; mais voici le dernier trait de la Miséricorde de mon Dieu. Ce matin, un ange m'a apparu, il m'a présenté une hostie consacrée et m'a dit : « Connais-tu ce Dieu sauveur qui l'a comblé de biens et que tu profanes depuis tant d'années ? Voici le châtiment de ton ingratitude ». En finissant ces mots, il a saisi une épée pour me donner la mort. Comme hors de moi-même, me voyant perdu pour toujours, je me suis écrié : « Je vous salue, Marie, vous seule pouvez me sauver ». L'Ange m'a répondu : « C'est la dernière miséricorde de Dieu à ton égard ; Dieu le laisse, par la protection de notre Reine, encore quelque temps sur la terre pour expier tes péchés ». Le P. Acosta consola ce malheureux, qui fit la plus rude pénitence jusqu'à l'heure de sa mort. (Cité par saint Alphonse de Liguori).

Pratique : Récitez un Souvenez-vous, pour demander la conversion de telle ou telle personne, au salut de laquelle vous vous intéressez d'une manière particulière.

13116155_10153466220705863_199503440048533716_o

Prière

 

Qu'il m'est doux, ô Marie ! D'apprendre que vous êtes le refuge des pauvres pécheurs ; vous serez le mien en particulier. Combien de fois n'ai je pas eu le malheur d'offenser votre divin fils ; vous devriez m'avoir en horreur. Loin de là, ma propre misère vous attire à moi pour me guérir et me sauver. C'est dans votre cœur miséricordieux que je dépose tant de souvenirs amers que je voudrais pouvoir effacer du livre de ma vie. Obtenez-moi une contrition toujours plus vive, un ferme propos plus inébranlable, une pratique plus généreuse de la mortification ; et qu'ainsi je meure un jour plein d'abandon entre vos mains, dans votre amour et celui de votre divin fils. Ainsi soit-il.

328_001

Pour recevoir chaque jour pendant le mois de mai

les méditations du Mois de Marie d'Ars,

abonnez-vous à la newsletter d'Images Saintes