Le Mois de Saint Vincent de Paul

 

1262-001

 

Vingt-quatrième jour

6e jour de la seconde neuvaine en l’honneur de Saint Vincent de Paul

11 octobre

 

La journée de saint Vincent de Paul (suite)

 

Prélude. - Contemplons notre saint apportant à ses occupations l'esprit intérieur dont les pieux débuts de sa journée l'ont animé.

 

Récit. - Ce qu'il se montre dans les offices publics, Vincent l'est encore, sous l'œil de Dieu, dans la récitation privée de son bréviaire. Il le récite toujours tête nue ; à genoux aussi et tête nue, il fait sa lecture quotidienne du Nouveau-Testament.

Après plus de trois heures consacrées ainsi le matin à la prière, même pendant les hivers les plus rigoureux, toujours à genoux sur le pavé de l'église, sans permettre jamais qu'on recouvre sa place d'une simple natte, il rentre dans sa chambre. Chambre plus que modeste, petite, pauvre, nue. Des murs blanchis à la chaux, un pavé sans natte ; pour tous meubles, une table de bois sans tapis, deux chaises de paille et un méchant lit ; pour tout ornement, un crucifix de bois et une image de papier collée au mur. Ni feu, ni même de cheminée, et cela jusqu'à l'âge de plus de quatre-vingts ans, que ses disciples le forceront à prendre une autre chambre, parce qu'il a besoin d'un peu de feu pour panser ses ulcères. Mais, comme il s'en humiliera ! Comme il accusera ses péchés de l'avoir réduit à une telle misère, qu'il traitera de scandaleuse ! De quelle parcimonie il se montrera dans l'usage du bois, qu'il appelle comme tout le reste, le bien des pauvres !

Le voilà tout entier aux visites et aux affaires. Leur diversité et leur multitude ne lui ôtent rien de son calme, de son égalité ni de son recueillement. Il reçoit avec bonté et il écoute avec son attention ordinaire toutes sortes de personnes du dedans et du dehors. Il ne les interrompt jamais, et encore, avant de prendre lui même la parole, il met toujours, entre la demande et la réponse, un intervalle de quelque instant pour réfléchir et consulter Dieu.

Saint-Lazare est sa maison de consultation universelle, où se rendent, de Paris et des provinces, tous ceux qui ont besoin de conseils pour leur personne ou pour leurs entreprises. Rien ne se fait, pour la religion ou pour la charité, sans l'avis de Vincent, et sans la coopération du moins de ses prières.

 

Pratique. - Avoir toujours soin d'animer d esprit intérieur toutes ses œuvres, même les plus absorbantes et les plus dissipantes.

 

Invocation. - Saint Vincent, modèle de la vie intérieure, apprenez-moi à demeurer recueilli au milieu du monde.

 

L'esprit de Saint Vincent de Paul

 

On doit, dans la méditation, prendre toujours des résolutions particulières, et chercher les moyens de déraciner ses mauvaises habitudes et de conformer sa vie à celle de Jésus-Christ, attendu que le fruit principal de l'oraison ne consiste pas en des pensées sublimes, en des sentiments affectueux, mais dans l'acquisition des vertus et dans la pratique des bonnes œuvres.

La perfection de l'oraison, ainsi que notre perfection intérieure, ne consiste pas dans une oraison plus ou moins sublime, mais dans la charité.

Oh ! qu'il faut peu de chose pour être saint ! Il suffit de faire en tout la volonté de Dieu.

Si l'orgueil nous sollicite de nous élever, nous devons nous abaisser ; s'il nous donne des pensées d'estime de nous-mêmes, nous devons penser à notre faiblesse et à notre incapacité ; s'il nous incite à nous faire connaître, nous devons nous abstenir de tout ce qui pourrait nous faire remarquer, et préférer les œuvres bas ses et viles à celles qui seraient grandes et honorables.

Celui qui s'humilie profondément, devient juste, de pécheur qu'il était. Au contraire un homme de mœurs angéliques, et qui serait orné des plus rares ver tus, et qui les posséderait dans le degré le plus éminent, s'il n'a pas l'humilité, devient semblable à un reprouvé, parce que toutes les vertus qu'il possède manquent de fondement et ne peuvent subsister.

Si l'on ordonne quelque chose à des âmes humbles, elles s'appliquent de bon cœur à exécuter ce qui leur est commandé, quelques difficultés qu'elles y trouvent, se confiant pleinement en la force de l'obéissance. Si elles sont assaillies de tentations, elles s'affermissent encore davantage dans l'humilité ; et ainsi les attaques mêmes du démon les font triompher de l'orgueil, le dernier ennemi qui leur reste à combattre.

Il n'y a que ceux qui ont une humilité profonde et un sincère mépris d'eux-mêmes qui puis sent être propres aux œuvres de Dieu.

Celui qui a une véritable humilité, se regarde comme le plus imparfait de tous. Il se juge coupable ; il attribue à un secret aveuglement de ne pas apercevoir en lui des défauts que tout le monde y voit.

 

239_001

 

Pour recevoir les méditations du Mois de St Vincent de Paul par mail

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes