Le Mois de Marie

de Notre Dame du Rosaire de Fatima

il_fullxfull

 

Quatorzième jour


Lecture


La sixième apparition, et la dernière, de Notre Dame, en ce jour du 13 octobre, fut la plus féconde en enseignements et laissa dans le cœur des enfants un souvenir profond.

« Venez ici, pendant six mois de suite, leur avait dit l’Apparition, et, à la fin, je vous dirai qui je suis et ce que je demande ».

Le jour est enfin venu, pour les bienheureux confidents de l’Etre mystérieux descendu des hauteurs du ciel, d'apprendre de la propre bouche de la Vision céleste quel est son nom. La petite voyante de Lourdes, durant les apparitions, ne connaissait pas Celle qui lui parlait. C’est sur les instances du curé de la paroisse, tout à fait incrédule, que Bernadette se décida, un jour, à surmonter sa timidité pour demander son nom à Celle qu’elle désignait par ce mot : la Dame, L'abbé Peyramale, à la requête de l’Apparition transmise par Bernadette de faire bâtir une chapelle, à la grotte, avait déclaré à l’enfant qu’il ne ferait rien, sans connaître le nom de la mystérieuse Dame.

« Madame, demanda Bernadette à l’Apparition, M. le Curé m’a chargée de vous demander votre nom ? » La réponse ne vient pas. Une seconde tentative est aussi infructueuse. Une troisième fois, l'enfant réitère sa demande. « Alors, dit Bernadette, la Dame prit un air grave et parut s’humilier, joignit les mains sur sa poitrine, regarda le ciel; puis, séparant lentement les mains et se penchant vers moi, Elle me dit, en laissant trembler la voix : « Je suis l’Immaculée Conception ».

Lucie n’eut pas à interroger l’Apparition, puisque Elle-même avait promis de dire son nom. « Venez ici, avait-elle demandé aux enfants, pendant six mois de suite et je vous dirai qui je suis et ce que je demande ». Ce qu’Elle voulait leur confier, c'était le message de la prière pour les pécheurs. Et puis, elle leur dit son nom : « Je suis la Vierge du Rosaire ».

Désormais, tout doute était levé. C'était Notre Dame du Rosaire qui apparaissait aux enfants de Fatima, ayant choisi le Portugal comme une nouvelle terre d’élection. Notre Dame du Rosaire de Fatima ! Nom à jamais béni, jailli de milliers et de milliers de bouches. Nom de bénédiction et de salut et qui a franchi les frontières du Portugal. L’univers catholique connaît maintenant ce sanctuaire, baptisé : « le Lourdes » du Portugal.

En l’honneur du nom béni de-Marie, nous pourrions transformer les belles strophes de l'hymne que l’Abbesse bénédictine du XIVe siècle avait composées, pour chanter le Nom de Jésus :

 

Doux est le souvenir de Marie ;

Il donne immense joie au cœur,

Bien plus que le miel, l’ambroisie,

Il renferme en lui la douceur.

Aucun nom n’est plus agréable ;

Ni plus grand ni plus délectable

Que le nom si plein de fraîcheur

De la Mère du doux Sauveur.

Espoir du pécheur qui la prie,

Elle est toujours bonne, Marie,

Pour celui qui va la cherchant,

Meilleure à celui la trouvant,

Aucune langue ne peut dire,

Aucune plume même écrire,

Combien il est doux de l’aimer,

Si l’on ne l’a pas éprouvé.


Notre Dame du Rosaire, c’est le nom qu’a choisi Marie, dans ce mois qui lui est consacré, où les chrétiens viennent effeuiller à ses pieds les roses de leurs prières, intercalées du rappel des mystères du Rosaire qui font revivre la vie, la mort et la résurrection de Notre Seigneur, afin d’ « imiter ce qu’ils contiennent et d’obtenir ce qu’ils promettent », pour réaliser notre bonheur sur la terre et la gloire dans l'éternité.

 

Réflexions


Dans ses diverses manifestations, la Très Sainte Vierge se montre à ses confidents, sous le vocable destiné à attirer l’attention du monde chrétien sur un point spécial, qui est comme la raison d’être de son intervention céleste. À la chapelle de la rue du Bac, en 1830, Elle veut préparer la proclamation du dogme de son Immaculée Conception, et Elle apparaît à Sœur Catherine Labouré sous la forme de la Médaille miraculeuse, ayant autour de sa tête l’invocation : « O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous ». Vingt-quatre ans après, le pape Pie IX, le 8 décembre, proclame solennellement que « la Très Sainte Vierge a été conçue sans le péché originel ». Quatre ans après, à la grotte Massabielle, à Lourdes, Marie se révèle sous le vocable de l’Immaculée Conception, comme pour confirmer la définition du Dogme de sa Conception immaculée. Elle semble dire à Bernadette Soubirous, sa confidente :

« Le pape a bien parlé, à mon sujet. C’est vrai que j'ai été préservée de la tache originelle. Je suis l’Immaculée Conception ».

Maintenant, la Vierge se nomme aux trois petits voyants de Fatima sous le vocable de « Notre Dame du Rosaire », parce qu’elle a des raisons particulières.

Nous sommes en l’année 1917, Au Portugal, les temps sont troublés. Le culte est menacé, les associations catholiques dissoutes. Le rationalisme règne sur les esprits avec le doute et l'indifférence religieuse. Les consciences sont. troublées. Que va devenir l’Église ?

C'était, comme au XIIIe siècle, l’hérésie des Albigeois, semant en plein Moyen Age ses doctrines subversives parmi les cités et les campagnes, mettant tout à feu et à sang et semant la ruine des corps et. des âmes parmi les populations malheureuses. Notre Dame apparaît alors à saint Dominique, avec un rosaire à la main, et lui suggère une croisade de prières.

Il était nécessaire de faire un rétablissement des valeurs surnaturelles de l'âme, en revivant les enseignements du Christ. Le Rosaire a triomphé de l’hérésie en redonnant le Christ au monde qui l'avait perdu.

Le Rosaire ayant été l’arme véritable et irrésistible qui sauva le Moyen Age de cette désastreuse hérésie, Notre Dame a voulu l’employer contre la même hérésie qui menaçait de faire sombrer le Portugal.

« Les mains levées vers le ciel, a dit Bossuet, enfoncent plus de bataillons que celles chargées d’armes ».

Notre Dame n’a pas dit seulement aux enfants de Fatima, comme au saint religieux : « Faites réciter le Rosaire ! » Elle leur a dit : « Je suis la Reine du Rosaire, du Rosaire tout puissant et vainqueur de toutes les hérésies, de toutes les persécutions, de toutes les négations. Aimez-moi. Priez avec moi mon Fils. Gardez-moi ! Gardez-Le ! Et nous vous garderons ».

 

img001

 


(On peut réciter les litanies de N.D. de Fatima ou simplement l’oraison et, ainsi, terminer chaque exercice)

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Marie de ND de Fatima,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes