Le Mois de Marie

de Notre Dame du Rosaire de Fatima

 

nd_de_fatima_-_fatima_-_milagredosol-12-2

 

Quinzième jour


Lecture

 

Notre Dame de Fatima avait demandé aux trois petits bergers qu’ils vinssent pendant six mois de suite à la Cova d’Iria, leur promettant, s’ils y étaient fidèles, de leur dire son nom et ce qu’'Elle désirait. La promesse était accomplie.

Si, jusque-là, certains crurent prudent de réserver leur jugement, maintenant que l’Apparition a dit son nom, le doute n’est plus possible. C’est la Vierge Marie, Elle-même, qui s’est manifestée aux trois petits voyants de Fatima. Toutes les circonstances militent en faveur de la réalité des Apparitions.

Supposons même un instant une imposture, un mensonge de la part des petits enfants, ils n’auraient pas attendu six mois pour nous dire le nom de la prétendue Apparition. Il y a un fait frappant chez les menteurs et les dissimulateurs, c’est qu’ils sont très affirmatifs dans leurs inventions romanesques, et catégoriques, pour enlever toutes les hésitations possibles. D’ailleurs, à mesure que nous serrerons de près les termes du message que Notre Dame leur confia, nous verrons comment leur contenu théologique dépassait, et de beaucoup, la courte compréhension de ces minuscules intelligences de petits bergers.

Il n’est pas possible d’essayer de tromper quelqu'un avec des paroles dont on ne saisit pas le sens soi-même. C’est la réflexion que faisait M. Estrade, receveur de l'Enregistrement, à Lourdes, le jour où Bernadette, ayant reçu la réponse de l’Apparition : « Je suis l’Immaculée Conception », demandait ce que cela voulait dire « Conception » ! Elle prononçait : « Concheption ».

« Après une telle question, note-t-il dans son ouvrage, qui pourrait douter de la sincérité de Bernadette ? On ment avec des mots que l’on connaît, mais non avec des mots dont on ignore le sens ». (Op., p. 151).

Le message de Notre Dame de Fatima est, à la vérité, un monument de la miséricorde divine. Étant même très ferrés sur le catéchisme, les petits voyants n’auraient pu inventer une telle forme d’Apparition. Un théologien, lui-même, l’aurait-il imaginée ?…

Notre Dame avait terminé sa céleste mission. Après avoir dit aux enfants ses dernières paroles, Elle s’envola vers les profondeurs du ciel, sur le blanc nuage où posaient ses pieds nus.

À ce moment, il se produisit un phénomène étrange que virent des quantités de personnes et qu’elles qualifièrent de miraculeux. Le ciel qui, jusque-là, laissait tomber une pluie fine et pénétrante, s’éclaircit soudain pour faire place à un soleil radieux.

Au même instant, le disque solaire se mit à tourner sur lui-même sans arrêt, comme une boule de feu incandescente. Était-ce le soleil lui-même ? Ou bien plutôt une forme de manifestation lumineuse de la Vierge, qu’Elle voulait donner à la multitude de pèlerins ? D'après le discours prononcé au Congrès eucharistique de Nîmes, fin septembre 1951, par le cardinal Micara, légat du pape, ce même phénomène aurait été constaté à Rome par Sa Sainteté Pie XII, le matin du 1er novembre, jour de la proclamation de dogme de l’Assomption de la Très Sainte Vierge. Il pleuvait, le matin, l’on se demandait même si la cérémonie pourrait avoir lieu sur la place Saint-Pierre. La pluie s'arrêta soudain et le soleil brilla d’un éclat radieux toute la journée. Mais, seul, le pape aurait joui du phénomène extraordinaire de Fatima.

La liturgie chrétienne, aux fêtes de la Vierge, La salue du nom d’« Etoile de la mer », Mère de Dieu et toujours Vierge, bienheureuse « Porte du Ciel ». (Hymne de Venance Fortunat, Evêque de Poitiers VIIe siècle).

Notre Dame a-t-elle voulu se révéler comme l’« étoile de la mer » ? Peut-être Marie est tout cela : étoile de la mer qui brille au firmament pour nous montrer le chemin du Paradis. Notre-Dame demeure aussi la bienheureuse « porte du Ciel ».

Des milliers de gens furent témoin du prodige. Peut-on dire que plusieurs personnes se sont suggestionnées ? C’est peu probable. Il n’y a pas de suggestion collective. Une personne seule peut avoir des hallucinations ; des milliers de Personnes, dans le même temps, ne peuvent pas avoir une hallucination identique. Au moment où se produisait ce phénomène. extraordinaire, la foule tomba à genoux, sous le coup d’une émotion intense et leva ses mains suppliantes vers le ciel et se mit à prier avec ferveur.

Un des témoins, heureux pèlerin de cette journée mémorable, mû par un sentiment de piété, anonyme mêlé à la foule, lança à haute voix une idée qui reçut l'approbation unanime : « Il faut construire ici un ermitage ».

Ce fut la même exclamation qui jaillit de la bouche de l’apôtre Pierre pendant la scène de la Transfiguration : « Seigneur, il nous est bon d’être ici ; si vous le voulez, faisons-y trois tentes, une pour vous, une pour Moïse, et une pour Elie ». (Matt., 17, 4). À l’appel qui venait d’être lancé, des mains généreuses jetèrent des pièces de monnaie sur l'herbe, devant le bouquet d’yeuses, lieu des Apparitions. Ce fut la première offrande des pèlerins.

D’autres vont suivre. Toutes ces sommes aideront à se procurer les matériaux pour élever l’ermitage : bois poutrelles, plancher, toiture. Des ouvriers bénévoles promirent leur concours et, à la fin de ce même mois d'octobre, une petite chapelle s'élevait à Fatima, sur les lieux où s'était manifestée Notre Dame du Rosaire.


Réflexions


1° D’abord nous avons dans la réalité des Apparitions de Notre Dame de Fatima une raison nouvelle de certitude pour notre foi.

De petits paysans illettrés n'auraient jamais pu inventer eux-mêmes de telles Apparitions. Ce vocable concordait merveilleusement avec le contenu du message de miséricordieuse signification qui échappait totalement à la compréhension des petits confidents de Marie.

2° Autre preuve de la réalité de l’Apparition : le phénomène extraordinaire de cette boule de feu que des milliers de personnes ont pu contempler. C'était probablement un signe céleste que la Providence divine a voulu donner comme preuve d'authenticité de l’Apparition. Cependant, un « signe » n’est pas nécessairement un « miracle ».

Depuis les temps les plus reculés, l'humanité anxieuse a cherché des signes qui lui feraient connaître les manifestations de la puissance divine. Les païens cherchaient des signes dans les astres, dans les entrailles des victimes, dans le vol, dans le chant, dans la manière de picorer des oiseaux. Aujourd’hui, on voit des personnes qui cherchent des signes dans la position des couteaux sur la table, dans le sel renversé sur la nappe, et d’autres rencontres fortuites. Ils ajoutent foi à ces mystifications grossières et ne croient pas l'Evangile.

Dans l’Ancien Testament, les Juifs demandaient souvent des signes à leurs prophètes. Il est donc plausible que le Ciel ait voulu donner un signe de la réalité de l’Apparition de Fatima.

3° Notre Dame est le signe d'alliance entre la terre et le ciel. Elle est la vraie « Arche d’alliance », toujours vivante et efficace.

Elle est Médiatrice de grâce à côté du Médiateur de justice qui nous a réconciliés avec le Ciel. « Marie est le sacrement de la grâce universelle et nous ne pouvons rien obtenir sans passer par elle ». (Vénérable P. Olier) « O femme, s’écrie le Dante, dans son immortel poème, tu es la plus grande parmi toutes les femmes, et celui qui voudrait obtenir quelque chose, sans passer par toi, ressemblerait à celui qui veut s'envoler et qui n’a pas d’ailes.pour voler ». (Divine Comédie) Nous obéissons à la loi de prier notre Père dans les Cieux, et nous Le prions, par l'entremise de son divin Fils, mais l’on ne prie pas le Fils sans passer par la Mère. « Le Père, le Fils et l’Esprit-Saint ne viennent à nous, sans être portés sur la petite barque sacrée qui assure le passage ». (Mois de Marie de Mgr Dadolle).

 

Notre Dame du Rosaire et Reine de la paix Pour toutes les nations, priez pour nous.

 

img001


(On peut réciter les litanies de N.D. de Fatima ou simplement l’oraison et, ainsi, terminer chaque exercice)

 

Pour recevoir les méditations du Mois de Marie de ND de Fatima,

abonnez-vous à la newsletter d’Images Saintes